18/10/17 : Malgré la protestation d’élus et des syndicats, la Direction générale des Finances publiques a entériné la fermeture de la trésorerie de Mussidan (24). D’autres pourraient connaître le même sort comme à Belvès, Saussignac, Thiviers et Brantôme.

17/10/17 : La Rochelle organise son Colloque Citoyenneté et Solidarités sur le thème "Innover aujourd’hui pour l’action sociale de demain" le 19 octobre à l'espace Giraudeau, avec l'intervention du CNAM de Paris. Gratuit sur réservation. www.ccas-larochelle.fr

15/10/17 : A TF1 Emmanuel Macron après le drame de Marseille a annoncé une nouvelle loi en matière de droit d'asile et d'immigration et la négociation en cours "d'accords bilatéraux avec les pays africains" pour rendre effectives les reconduites à la frontière.

13/10/17 : Les offices HLM de Charente-Maritime organisent une manifestation mardi à 14h devant la prefecture de La Rochelle pour protester contre la baisse des aides au logement pour les bailleurs sociaux.

11/10/17 : Le collectif national « Vive l'APL » qui regroupe 60 organisations associatives, syndicales, de consommateurs et bailleurs sociaux, appelle à la mobilisation samedi «pour défendre le droit au logement social». A Bordeaux, ce sera à Pey Berland à 14h

03/10/17 : L'organisation du Grand Pavois a enregistré quelque 80 000 visiteurs pour cette 45 e édition, identique à l'an dernier, et de nombreuses ventes d'unités. La prochaine édition se tiendra du 26 septembre au 1er octobre 2018.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 18/10/17 | Les Pyrénées-Atlantiques "chouchoutées" par le Tour de France

    Lire

    Les Pyrénées-Atlantiques décrochent la timbale pour l'édition 2018 du Tour de France. Parti de Trie-sur-Baïse (65), le peloton arrivera à Pau le jeudi 26 juillet. Il disputera le vendredi 27 une étape émaillée de nombreux cols entre Lourdes et la commune montagnarde de Laruns (Aspin, Tourmalet, Bordères, Soulor-Aubisque). Un contre la montre entièrement basque sera enfin disputé le samedi 28 entre Saint-Pée-sur-Nivelle et Espelette. Equipes et accompagnateurs étant en prime logées pendant quatre jours à Pau. Que demander de mieux ?

  • 17/10/17 | Dominique Bussereau fait du lobbying pour le Tour de France

    Lire

    Alors qu'il assistera à la présentation du parcours du Tour de France ce mardi, le président de la Charente-Maritime compte bien "faire une petite piqûre de rappel" au patron du Tour de France Christian Prudhomme sur la volonté du Département d'accueillir le Tour de France "dans les prochaines années". Dominique Bussereau a notamment en tête un passage du Tour par les îles de Ré et d'Oléron. Une manne touristique et financière non négligeable, et une belle vitrine pour le territoire.

  • 15/10/17 | Les ours des Pyrénées donnent de leurs nouvelles

    Lire

    L'association Pays de l'ours- ADET se réjouit de "deux bonnes nouvelles" sur le massif pyrénéen. Tout d'abord la réapparition de Cannellito, le fils de l'ourse Cannelle tuée en 2004 par un chasseur béarnais. Alors que le plantigrade avait disparu depuis plusieurs mois, sa trace a été détectée grâce à la génétique en Bigorre et à Luchon. Par ailleurs, une quatrième portée comprenant deux oursons a été repérée sur le massif. "Ce qui porte à 7 le nombre minimum d'oursons cette année".

  • 13/10/17 | A 63: travaux de maintenance en Gironde

    Lire

    En raison de travaux de maintenance de la signalisation sur l'A63, les mesures suivantes vont être mises en œuvre : fermeture de la bretelle d’accès des aires de Lugos Est et Ouest du dimanche 15 à 22h au lundi 16 octobre 17h,la fermeture des bretelles d’accès et de sorties de l’échangeur 21 (Salles), le lundi 16 de 8h à 17h, la fermeture de la bretelle d’accès et de sortie de l’échangeur 20 (Belin-Béliet), le mardi 17 de 8h à 17h. Déviations locales prévues pour les usagers souhaitant rejoindre Salles ou Belin-Béliet depuis l'A 63 ou une entrée d'autoroute depuis Salles ou Belin-Béliet.

  • 12/10/17 | Le maire de Captieux démissionne

    Lire

    Denis Berland, maire de Captieux depuis 2015 suite à l’élection de Jean-Luc Gleyze à la présidence du Conseil Départemental de la Gironde, a présenté par courrier au préfet de la Gironde sa démission. Celui qui a été premier adjoint jusqu’en 2015 n’a pas encore indiqué les raisons de son départ.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Innov'action et Agriculture

Les dossiers d'Aqui

Innov'action et Agriculture : dernier article publié

Agriculture | Accès au foncier: face au prix des terres, l'innovation et la complémentarité des outils sont de rigueur

05/04/2017 | Après les Landes et les Pyrénées-Atlantiques, la Safer Aquitaine Atlantique, organisait ce 4 avril, sa 3ème Conférence Départementale du Foncier Rural 2017 en Gironde.

Après les Landes et les Pyrénées-Atlantiques, la Safer Aquitaine Atlantique, organisait ce mardi 4 avril, sa 3ème Conférence Départementale du Foncier Rural 2017 en Gironde.

Ils sont nombreux à être venus assister à la CDFR girondine, organisée dans les locaux de Bordeaux Sciences Agro à Gradignan. Il faut dire que le thème 2017, qui cherche à tracer « les nouveaux chemins d'accès au foncier », est porteur d'enjeux forts. Et pour cause, au bout de ces chemins, existants ou à imaginer, c'est bien le choix du modèle agricole français qui se dessine. Avec désormais 40% d'installations en Hors Cadre Familial, le financement des installations n'est rien de moins, derrière la réalisation de projets individuels, que la condition de la pérennité d'un modèle agricole à taille humaine. Un modèle riche, diversifié et garant d'un monde rural vivant. Un modèle potentiellement mis en danger, si le foncier, ne devenait accessible qu'à quelques grands investisseurs extérieurs et lointains, principalement soucieux de rentabilité et d'économies d'échelle. Une hypothèse qui n'est pas une fatalité invite heureusement à penser les intervenants de la table ronde organisée par la SAFER.

Si partout la question du financement de l'accès au foncier se pose, elle est d'autant plus accrue sur les terres viticoles girondines, où les prix du foncier selon les appellations peuvent atteindre des sommes astronomiques. Des montants qui ne font pas le jeu des jeunes viticulteurs candidats à l'installation. De quoi aussi inquiéter, les caves coopératives, concurrencées par de grosses sociétés viticoles dès que quelques hectares se libèrent au fil des départs à la retraite de coopérateurs vieillissants. Une concurrence qui se traduit par la diminution du potentiel productif des caves. Une situation que connaît l'Union De Producteurs de Saint-Emilion, qui a décidé de faire jouer son imagination pour faciliter l'accès aux vignes par des jeunes.

En Saint-Emilion: 63 parts en GFV pour 2 installationsAvec l'aide du cabinet Pacerel Vitipatrimoine, elle s'est récemment lancée dans la constitution d'un Groupement Foncier Viticole. Permettant l'achat de foncier par un groupement d'investisseurs particuliers, la structure a vocation, non seulement à apporter quelques avantages fiscaux aux investisseurs, mais aussi et surtout, de permettre l'installation de jeunes viticulteurs sur les vignes appartenant au GFV. « Concrètement, explique Marc Peuvrier, associé de Parcel Vitipatrimoine, l'Union des Producteurs de Saint-Emilion, porte le GFV qui compte 63 parts sur un foncier de 9ha, notre cabinet a pour rôle de les commercialiser, afin de permettre l'installation de deux jeunes via un bail à long terme dont le loyer sera redistribué aux investisseurs au prorata de leur part dans le GFV ». A Saint-Emilion, la SAFER observe, en moyenne, un foncier à 230 000 € l'hectare... Sans la voie du fermage, l'accessibilité financière d'un jeune à ces terres est en effet plus que compromise.

Si les acteurs agricoles font preuve d'innovation (à l'image de la filière porc, comme l'a décrit la CDFR des Landes, le 20 mars dernier) pour compléter le panel de la boite à outils de l'installation, pourtant déjà fournie, lorsque celle-ci s'avère insuffisante, les Banques aussi jouent le jeu. C'est le cas notamment sur le portage foncier qui, initialement imaginé par le Conseil régional sur une durée de 10ans, a été réduit à 5 ans maximum. En effet, son succès en a fait un outil trop « budgétivore » pour les partenaires, que sont désormais la région, mais aussi le département ou certaines caves coopératives, dont le rôle est d'assumer les coûts financiers du portage. Face à cette durée limitée, qui rend a priori un peu moins attractif le mécanisme, des conventions ont été passées avec les banques « pour compléter le dispositif », explique Ludovic Charbonnier, chef de service agriculture pour le Crédit Agricole de Bordeaux.
A notamment été mis en place, un mécanisme permettant d'augmenter le plafond du portage (passant de 150 000€ à 300 000€ voire 500 000€ pour la viticulture) et de compléter la durée de 5 ans par un différé de 3 ans ». Ce mécanisme « complémentaire d'autres dispositifs fonciers » a tout juste un an, mais a déjà un certain succès assure le banquier. Au sujet du portage, Michel Lachat, directeur de la Safer Gironde, a d'ailleurs rappelé que 187 ha, sont actuellement en portage auprès de la SAFER girondine au bénéfice de 28 jeunes, représentant un montant de 4,8 M d'euros...

Les intercommunalités à la peineA l'image de ce portage qui joue de la complémentarité ou de l'addition des acteurs, le rôle des collectivités et notamment des intercommunalités a été questionné par la CDFR. « Si le Département est actif en matière d'accès au foncier – sur les 28 portages actuels, il est partenaire dans 22 dossiers par exemple – pour beaucoup de communautés de communes, la question, ne serait-ce que celle de la protection du foncier agricole, n'est pas encore toujours bien appréhendée », reconnaît Dominique Fedieu, maire de Cussac-Fort-Médoc, Vice président de la CDC Médoc Estuaire, et Conseiller départemental de Gironde. « Mais les choses évoluent dès lors que ces collectivités se penchent sur la question de l'alimentation sur leur territoire, nuance-t-il, de même que dans les territoires viticoles où il y a un travail de sauvegarde des terroirs, et donc des terres qui est plus présent », ajoute-t-il. Des intercommunalités pourtant rurales presque étrangement éloignées du sujet, mais qui semblent pourtant en la matière, belles et bien attendues au tournant face aux porteurs de projets. Et d'autant plus désormais que leur compétence en matière économique est affirmée, et qu'à ce titre, justement l'activité agricole, ne peut être exclue...
Un constat d'autant plus paradoxal quand on mesure à l'inverse, à travers l'intervention de Catherine Delaloy, Directrice de la Direction de la nature à Bordeaux métropole, que la Métropole, qui sur 58 0000 ha, en compte 29 500 en zones naturelles et agricoles, « monte quant à elle en puissance sur ces questions, avec un rôle tout à fait déterminant ». Une action qui prend de multiples formes cite l'intervenante : « l'observation et la veille foncière, la préservation et l'animation sur le terrain au côté de la Chambre d'agriculture, ou encore le portage foncier quand c'est nécessaire ». Mais selon elle, son atout principal est que « la Métropole est la bonne échelle, grâce notamment aux outils de planification, pour assurer une bonne coordination de la gouvernance foncière agricole et environnementale ».

L'EPF, nouveau venu dans le paysage foncier girondinMais au-delà des idées nouvelles et des collaborations plus qu'encouragées, notamment par Franics Massé, Président de la SAFER AA, entre acteurs de tous bords, la CDFR a aussi été l'occasion de faire un aparté sur l'arrivée prochaine d'un nouveau venu dans le paysage foncier girondin et métropolitain : l'Etablissement public foncier (EPF) d'Etat de Poitou-Charentes. Au bénéfice de la grande région, il s'apprête à étendre son périmètre, à la demande des élus métropolitains et girondins. A ce propos, Pierre Pouget, Directeur régional de la SAFER AA a rappelé que "la Loi Alur prévoit que l'EPF peut agir sur le terrain de l'agriculture et de l'environnement si une convention est signée avec la SAFER". Une hypothèse qu'il accueille favorablement suivant ainsi le fil rouge de cette conférence de la nécessaire "complémentarité et additionnalité des moyens" pour la préservation et le développement de l'agriculture. "Un message d'espérance d'une bonne coopération à venir", à l'image des bonnes relations entretenues par exemple entre la Safer AA et les deux établissements publics locaux coexistant dans les Pyrénées-Atlantiques.

Solène Méric
Solène Méric

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
58845
Aimé par vous
1 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 20 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires



J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !

Assises Ovines - 3 questions à Patrick Etchegaray, responsable de la commission ovine à la Chambre d'Agriculture des Pyrénées-Atlantiques

La chambre d'agriculture des Pyrénées-Atlantiques donne rendez-vous aux éleveurs ovins le 13 octobre pour ses 13èmes Assises Ovines. Au programme la question de la main d'oeuvre

Agriculture | 10/10/2017 Patrick Etchegaray est le responsable de la commission ovine à la Chambre d'Agriculture des Pyrénées-Atlantiques. Il évoque avec nous les Assises ovines organisée le 13 octobre prochain à Bardos au pays basque intérieur. Un événement qui rassemblera les professionnels de la filière en recherche de solutions concernant l'emploi de main d'oeuvre dans leurs élevages. Un besoin en main d'oeuvre qui intervient, selon les fermes, toute l'année, pendant les périodes les plus chargées, ou en cas de coup dur. C'est une question qui traduit aussi les mutations de la filière. En bref, « un énorme chantier », selon le responsable. Objectif de cette journée : donner des pistes concrètes et fiables aux éleveurs pour qu'ils puissent répondre ou anticiper au mieux leur besoin en main d'oeuvre.

Filière avicole dans le rouge : les Landais unis pour faire payer l'Etat

ManifCastelnau

Agriculture | 07/10/2017 Samedi matin, ils étaient 600 dont 80 élus de tous bords sur la place de Chalosse de Castelnau pour demander au gouvernement d'entendre la détresse des producteurs landais de canards et de poulets dont certains manifestent depuis plusieurs semaines. En jeu, l'indemnisation de l'après 29-mai, date officielle de reprise de production post-vide sanitaire. Car depuis, par manque de canetons (les accouveurs ayant été décimés), nombre d'éleveurs-gaveurs sont sans aucun revenu pour encore plusieurs semaines, et toute la filière jusqu'aux entreprises de l'aval est impactée.

Crise aviaire et canards gras, reportage à Montsoué

Marie-Hélène Cazaubon, éleveuse gaveuse à Monsoué, présidente de la Commission Agricultrices - FDSEA 40

Agriculture | 05/10/2017 Chez Marie-Hélène Cazaubon et son époux, installés à Montsoué dans les Landes, les canards sont de retour. Mais le couple ne produira cette année que 6 lots de canards élevés et gavés, contre 19 en année normale. Une importante perte de production dont le responsable est le virus H5N8 qui s'est propagé, fin 2016 début 2017 sur la zone de production du Sud-Ouest. Une perte en partie indemnisée jusqu'au 29 mai, date administrative de la reprise d'activité... Sauf que chez eux, les premiers canetons ont été livrés le 20 juin, ce qui est « tôt » par rapport à de nombreux autres éleveurs et/ou gaveurs du département. Marie-Hélène Cazaubon, par ailleurs présidente de la Commission « Agricultrices » à la FDSEA des Landes, retrace ici son année difficile, ses défis et ses combats encore à mener. Et à travers elle, ceux de toute une filière qui ne veut pas baisser les bras.

A Bellac, Christiane Lambert salue le dynamisme retrouvé de la filière ovine

Christiane Lambert, présidente de la FNSEA, entourée par les représentants syndicaux régionaux et Claude Souchaud

Agriculture | 08/09/2017 La 10e édition de tech-ovins qui s'est tenue les 6 et 7 septembre à Bellac (Haute-Vienne) est un réel succès. Ce salon professionnel de la filière ovine, où la filière lait a fait une entrée remarquée, a connu une belle affluence avec 220 exposants et quelque 15 000 visiteurs dont un millier de jeunes en formation. Les nombreuses conférences aux sujets techniques ou économiques ont été prises d'assaut. Cette manifestation d'envergure nationale a été marquée par la venue de la présidente de la FNSEA qui a salué le dynamisme retrouvé de la filière ovine. Reste désormais la question des prix rémunérateurs.

Pyrénées-Atlantiques : vers une « irrigation de précision »

Pyrénées-Atlantiques : vers une "irrigation de précision"

Agriculture | 21/08/2017 « Aujourd’hui, nous devons produire plus avec moins : moins d’eau, moins de fertilisants, moins de produits phytosanitaires ». Nicolas Ponsan, qui cultive du blé, de l’avoine, du maïs, des petits pois et du tournesol dans le nord du Béarn, résume en une phrase le casse-tête auquel sont confrontés les agriculteurs. Un monde d’exigences dans lequel la gestion de l’eau tient une place importante. En dépit des coups de colère du ciel, les Pyrénées-Atlantiques ont en effet vu la préfecture imposer cet été des restrictions sur l’ensemble du département. Une réalité à laquelle les cultivateurs s’adaptent de diverses manières.

Clément Bozec: Naissance et vie d'un jeune agriculteur bio

Clément Bozec

Agriculture | 13/08/2017 Il s’est installé à Lacépède en Lot-et-Garonne il y a un an de cela, à tout juste 22 ans. Et pourtant, Clément Bozec ne se destinait pas du tout à un avenir champêtre. En effet, une fois son bac ST2SS en poche, Clément se dirige vers le secteur médical, infirmier en particulier. Mais après six mois d’expérience en bloc opératoire, c’est le déclic ! « Je me suis dit à ce moment-là que je ne voulais pas du tout poursuivre dans cette voie ! », se rappelle-t-il. Même si la pilule est difficile à avaler pour ses parents, Clément engage un virage à 360° pour prendre donc le chemin de l’agriculture. « J’ai toujours été intéressé par le bio », confie-t-il.

Maïs : les cultures de demain s'inventent à Sendets

Maïs : les cultures de demain s'inventent à Sendets

Agriculture | 26/06/2017 Comment obtenir un produit agricole rentable qui réponde aux attentes du consommateur, tienne compte des contraintes imposées par la loi et préserve l’environnement ? La réponse à cette question, qui ressemble un peu à la quadrature du cercle, est recherchée dans le cadre du projet Syppre. Cette initiative a été lancée jusqu’en 2025 par Arvalis, l’Institut technique de la betterave et Terres Inovia avec l’aide de nombreux acteurs de terrain. Elle consiste à réfléchir aux modes de culture de demain sur cinq plateformes réparties dans toute la France. Qu’elles soient situées sur des limons, des terres de craie, des sols argilo-calcaires ou d’autres supports. Car on ne travaille pas de la même manière en Champagne que dans le Berry ou en Picardie. L’un de ces sites se trouve dans les Pyrénées-Atlantiques, à Sendets. Un pays où le maïs est roi.

Foncier: De nouveaux outils pour de nouvelles idées

Laura Baillard, Maël Gallard et Louis Gallard construisent leur projet d'installation en Dordogne, et en ont témoigné lors de la CDFR 24 du 8 juin dernier

Agriculture | 15/06/2017 Ce jeudi 8 juin, c'est au pôle interconsulaire de Coulounieix-Chamiers que se déroulait une conférence de la Société d'Aménagement Foncier et d'Etablissement Rural Aquitaine-Atlantique, dans le cadre des dixièmes conférences départementales du foncier rural. Pour son étape périgordine, la Safer a continué à mettre en avant l'exemple de jeunes, installés ou en cours de validation d'un projet d'installation. L'occasion de réfléchir plus concrètement à la thématique choisie cette année, « Ensemble, imaginons de nouveaux chemins d'accès au foncier ». Le tout dans une agriculture en pleine mutation.

Reportage: Le portage foncier pour faciliter l'installation

Angélique Neau, ici aux côtés de sa conseillère Safer Hélène Dumas, s'est installée finalement fin 2016

Agriculture | 05/06/2017 L'installation, un parcours long, périlleux, et qui peut décourager. Pour mener à bout son projet, l'agriculteur doit s'armer de patience, et passer, étape par étape, l'ensemble du parcours le menant à devenir exploitant. A Coirac, il a fallu trois ans à Angélique Neau pour aller d'une envie de s'installer à une installation en bonne et due forme depuis la fin d'année 2016, en viticulture, dans le village où son père a également une exploitation. La Safer l'a accompagnée avec un portage foncier, tout comme la cave de Sauveterre-Blasimon, la volonté d'Angélique Neau étant de devenir coopératrice.

Aqui! TV7 :Trois questions à Marion Lapoujade, la technicienne passionnée d'Excellence Bazadaise

Marion Lapoujade, technicienne de l'OS Excellence Bazadaise, à Bazas

Agriculture | 12/05/2017 Marion Lapoujade a 25 ans. Ingénieur agronome spécialisée dans la production animale, elle a une passion pour l'élevage qu'elle assouvit visiblement pleinement depuis son poste de technicienne à Excellence Bazadaise, l'organisme de sélection de la race Bazadaise, basé, sans surprise, à Bazas, le berceau de la race bovine éponyme. Retour avec elle, sur l'histoire et le développement de cette race rustique fièrement girondine, mais aussi sur les grandes actions et objectifs de l'Organisme de Sélection (OS), et leur mise en œuvre au quotidien par la jeune femme qui fraîchement sortie de Bordeaux Sciences Agro a rejoint l'OS il y a à peine plus d'un an. Marion Lapoujade témoignera de son métier, ce lundi 15 mai, à 18h45, lors du magazine de TV7 réalisé en partenariat avec Aqui.fr.

Produc'Drive ou l'art d'aider les agriculteurs !

Josselyn Jayant fondateur de producdrive.fr

Agriculture | 20/04/2017 « Aider les agriculteurs à vendre plus ! ». Tel est le leitmotiv du jeune entrepreneur Josselyn Jayant ! Ce webmaster villeneuvois de 28 ans vient de créer la plateforme e-commerce producdrive.fr qui permet aux producteurs de disposer d’une boutique en ligne afin de vendre des produits en circuit court aux consommateurs. Cette vitrine virtuelle est totalement gratuite. Seule une commission de 40cts d'€ par commande est prélevée...

Pyrénées-Atlantiques: Convoitées et chères, ces terres qui se font désirer

Convoitées et chères : ces terres agricoles qui se font désirer

Agriculture | 05/04/2017 Comment maintenir une activité agricole sur des territoires où le prix du foncier atteint parfois des proportions exhorbitantes ? Et comment faciliter dans ce contexte l’installation d’une nouvelle génération d’exploitants n’ayant pas hérité de terrains de leurs parents ? Bref, quel avenir assurer à ces « hors-cadres familiaux » dont le nombre ne cesse de s'accroître ? Le sujet a été abordé lundi lors de la Conférence départementale du foncier rural organisée par la Safer au lycée agricole de Montardon. Il n'a pas toujours été simple d'y répondre.

Nouveaux chemins d'accès au foncier: suivez le porc !

Vincent Lesperon, maire de Saint-Yaguen et vice-président de la CdC du Pays Tarusate, Pierre Moureu, vice-président de l’Interprofession Porcine Aquitaine

Agriculture | 28/03/2017 Avec le constat prégnant que la transmission des terres agricoles se joue de plus en plus souvent en dehors du cadre familial, c'est la question de l'accès au foncier, et plus particulièrement de son financement, qui cette année traverse les échanges des Conférences Départementales du Foncier Rural. Les repreneurs « HCF » (hors cadre familial) représentent en effet, désormais 40% des installations agricoles en France. Mais pour eux, l'accès à la terre est souvent plus difficile puisque ''non héréditaire''. Agriculteurs, notaires, banquiers, représentants de la profession agricole et des collectivités locales, se sont retrouvés ce lundi 20 mars à l'invitation de la SAFER AA à Haut-Mauco pour tenter de mettre en exergue les outils existant, souligner les pistes d'amélioration, et imaginer les « nouveaux chemins d'accès au foncier ». Avec un focus sur les innovations de la filière porcine en la matière.

Agroécologie: un démonstrateur plein champ qui séduit la Région à Chizé

 Vincent Bretagnolle, Chercheur CNRS au Centre d'Etudes biologique de Chizé

Agriculture | 07/03/2017 Plus de 400 exploitations sur 450 km2, soit environ 11 000 parcelles, où se côtoient agriculture conventionnelle, agriculture biologique (40 exploitations) et agriculture de conservation (20 exploitations ne pratiquent plus le travail du sol). Voilà le « laboratoire à ciel ouvert » du centre d'études biologiques de Chizé, dans les Deux-Sèvres. Observatoire scientifique de biodiversité depuis 1994, cet « zone-atelier » du CNRS réunit chercheurs et agriculteurs autour de l'agro-écologie pour une agriculture moins consommatrice de produits chimiques mais toujours rentable. En d'autres termes, des recherches en pleins champs qui parient, sur la biodiversité pour compenser la réduction et la dépendance aux intrants. Un laboratoire de recherche présenté par le chercheur du CNRS, Vincent Bretagnolle, ce 3 mars à Alain Rousset.

Concours Agrinove : plus qu’un mois pour s'inscrire !

Inscription avant le 31 mars

Agriculture | 01/03/2017 Faire émerger des pépites et découvrir des innovations techniques, technologiques ou encore agronomiques. Tels sont les objectifs du concours national « innovations pour l'agriculture » porté par la technopole néracaise Agrinove avec le soutien du Conseil départemental de Lot-et-Garonne et de la Communauté de Communes « Albret Communauté ». Pour la 3ème année consécutive, les porteurs de projet, agriculteurs, jeunes entreprises ou encore étudiants sont invités à présenter leur réalisation afin de remporter la coquette somme de 60.000€ remis pour moitié en numéraire et pour moitié en prestations de services.

Les coopératives Terres du Sud et Maïsadour se rapprochent

Patrick Grizou, président de Terres du Sud et Michel Prugue, président de Maïsadour ont annoncé l'union de leurs groupes

Agriculture | 16/01/2017 Réunis lundi à Bordeaux, Michel Prugue, président du groupe coopératif Maïsadour, aux 8000 agriculteurs et au chiffre d'affaires d'1,5 milliard d'euros, et Patrick Grizou, président de Terres du Sud, représentant 6000 exploitants pour un chiffre d'affaires de 641 millions d'euros, ont annoncé leur union à l'échéance de la fin de l'année. Les deux groupes prévoient de faire converger leurs filières agricoles et agroalimentaires. Ce rapprochement devrait donner naissance à un nouveau poids lourd du monde agricole, qui réunira 14 000 adhérents pour un chiffre d'affaires de 2 milliards d'euros.

Nouvelle-Aquitaine: Agri Sud Ouest Innovation voit plus large

Agri Sud Ouest Innovation voit plus large. Thierry Mazet, directeur de l'agriculture-agroalimentaire-forêt, Conseil régional Nouvelle-Aquitaine, Daniel Segonds, JP Raynaud et Vincent Costes

Agriculture | 06/12/2016 C'était un sujet régulièrement abordé depuis 2 ans, entre les responsables d'Agri Sud ouest Innovation et la presse régionale. Mais les choses sont aujourd'hui actées : le Pôle de compétitivité agricole et agro-industriel du Sud Ouest s'apprêtent bel et bien à étendre sa sphère d'influence au-delà de ses territoires « historiques » de Midi-Pyrénées et d'Aquitaine sur les périmètres des ex régions Limousin et Poitou-Charentes. Une décision concertée avec le Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine, afin « d'assurer une égalité de services aux entreprises agricoles en tout point de la nouvelle grande région ». Et la propension du Président de la région à la diffusion de l'innovation tout secteur et tout territoire confondu s'en trouve sans doute ainsi aussi contentée... Un chantier en cours qui devrait se concrétiser dans le courant du premier trimestre 2017.

Agriculture et innovation, un forum pour faire le point

Premier forum régional ''Agriculture Innovation" le 17 novembre 2016

Agriculture | 22/11/2016 La salle d'assemblée plénière du Conseil régional était pleine à craquer ce jeudi à l'occasion du premier forum « Agriculture Innovation » organisé par la Région Nouvelle-Aquitaine, en partenariat avec La Tribune et le Crédit Agricole Aquitaine. L'occasion pour les professionnels de l'agriculture, de la recherche, des start-ups, de la formation, des pôles de compétitivité ainsi que des pouvoirs publics de discuter de la relation entre agriculture et innovation à l'aune des enjeux multiples du secteur. Une après-midi entre témoignages, réflexions et projections pour faire le point sur « l'état de l'art » en la matière, et les perspectives ouvertes pour les décennies à venir. Un premier pas, en quelque sorte, dans l'agriculture 3.0 concrétisée par la présence d'un village de start-ups, et leurs produits et services innovants.

En agroalimentaire, l'innovation régionale se dévoile à Paris

Au Salon international de l'alimentation de Paris, 97 produits aquitains seront mis en lumière

Agriculture | 12/10/2016 Plus de 150 000 visiteurs attendus, 7 000 exposants, 104 pays présents, 21 secteurs produits et filières alimentaires représentés. Voici les chiffres clés l' édition 2016 du Salon International de l'alimentation qui a lieu du 16 au 20 octobre à Paris Nord Villepinte. C'est le lieu où se dévoilent toutes les nouveautés et les tendances de demain du secteur. La Nouvelle Aquitaine ne sera pas en reste : un stand collectif de 650 mètres carrés mettra en valeur le potentiel économique de la région et au total 87 entreprises seront présentes physiquement ou par leur produit.

Des agriculteurs bien ancrés dans le XXIe siècle

MaïsadourMonségur

Agriculture | 16/09/2016 « Cultiver le potentiel de son exploitation »... Les « Rencontres agronomiques et élevage » du géant coopératif Maïsadour ont permis vendredi à plus de 600 agriculteurs de la région d'échanger sur les nouvelles pratiques, notamment numériques, les recherches en cours et les dernières évolutions. Petite balade au milieu des champs de maïs à Monségur (Landes) où se tenait cette journée.

Euralis : un hélicoptère pour semer les couverts végétaux

Euralis : un hélicoptère au-dessus du maïs

Agriculture | 12/09/2016 L’initiative est originale. Depuis l’année dernière, le groupe coopératif Euralis propose à ses adhérents de semer des couverts végétaux par hélicoptère sur leurs champs alors que les maïs sont encore sur pieds. La méthode présente plusieurs avantages, explique-t-il. Elle permet de fournir un engrais vert intéressant pour la culture qui suit. Elle limite l’érosion des sols et elle aide ces derniers à capter l’azote qu’ils contiennent.

Terres du Sud ou l'art d'innover pour le bien être des agriculteurs

Plateforme innovations de Terres du Sud

Agriculture | 22/06/2016 Améliorer le revenu des adhérents de Terres du Sud. Tel est l'objectif premier des dirigeants de cette coopérative agricole. Mais comment faire ? Et bien pour le président Patrick Grizou « les innovations techniques et technologiques sur les exploitations de grandes cultures doivent se mettre au service de l’amélioration de la marge brute et du revenu des agriculteurs ». Et pour le prouver, le 10 juin dernier, Terres du Sud a organisé une journée-plateforme innovations mettant en avant les principales innovations testées par ses « clubs de progrès »...

En Dordogne, la priorité de la Safer demeure la préservation des terres agricoles

En Dordogne, la Safer constate que le marché foncier rural a progressé de 15 % après plusieurs années de baiss

Agriculture | 09/06/2016 7500 hectares de parcelles agricoles ont disparu entre 2006 et 2014. C'est le constat dressé mardi lors de la conférence départementale sur le foncier rural organisé par la SAFER à Périgueux. En parallèle, les espaces naturels (forêts et landes) ont progressé de 1000 hectares. La Safer constate que le marché foncier rural a progressé de 15 % après plusieurs années de baisse. 12 267 ha ont été mis sur le marché pour une somme de 305 millions d'euros. Les acquéreurs non agricoles dominent les transactions, alors que la Safer entend poursuivre son objectif de préserver les terres agricoles.

La nouvelle chambre régionale d'Agriculture veut relever le défi de l'innovation

Le landais Dominique Graciet, au centre, nouveau président de la chambre de l'Agriculture de la Grande région, entouré de ses deux premiers vice-présidents.

Agriculture | 15/12/2015 Le lieu choisi pour la session d'installation du bureau de la nouvelle chambre régionale d'Agriculture est hautement symbolique. Il s'agit de la station de qualification de la race limousine à Lanaud, sur la commune de Boisseuil en Haute-Vienne. C'est un lieu emblématique de l'élevage, qui comptera dans la grande région. Sans surprise, l'éleveur laitier landais, Dominique Graciet, président jusqu'alors de la chambre régionale d'Aquitaine, a été élu aujourd'hui par les représentants des trois chambres Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes, président de la Chambre régionale de la Grande région.

Agriculture et changement climatique: constater pour s'adapter

Frédéric Levrault expert climat de la Chambre d'agriculture Poitou-Charentes

Agriculture | 03/12/2015 Ce 2 décembre à Bordeaux, la Chambre régionale d'Agriculture Aquitaine a rejoint l'ORACLE, Observatoire Régional sur l'Agriculture et le Changement cLimatiquE. Un événement à la pointe de l'actualité, entre COP 21 et la fusion des régions, puisque c'est en Poitou-Charentes que cet observatoire a été initialement créé. A cette occasion se sont tenues les premières Rencontres aquitaines « Agriculture et Changement climatique ». Une journées d'échanges entre professionnels et chercheurs organisée en partenariat entre la chambre consulaire régionale, Bordeaux Sciences Agro, l'Ademe et la Région Aquitaine.

Dans les Landes, des déchets qui ont de l'avenir

Labat

Environnement | 20/10/2015 En achetant son premier camion à moteur gazogène pendant la Seconde Guerre mondiale, Jules Labat ne se doutait pas que plus de 70 ans plus tard, sa petite société d'assainissement d'Aire-sur-Adour (Landes), reprise depuis par son fils, puis son petit-fils emploierait trente salariés, et ferait des déchets une matière première pour l'énergie de demain. « Il dirait sûrement qu'épandre le purin, ce n'est pas nouveau c'est juste du bon sens ! », sourit Xavier Labat, l'actuel PDG d'une société en plein boom, au chiffre d'affaire de 4,5 millions d'euros, en hausse de 10% chaque année.

Innov'action: alimentation automatisée à la chaîne pour cabanes mobiles

Les cabanes mobiles reliées par une chaîne d'alimentation automatisée

Agriculture | 18/08/2015 Installé en hors cadre familial à Saint-Girons-en-Béarn dans les Pyrénées-Atlantiques depuis 2010, Nicolas Duguine exploite 27 ha en grandes cultures et développe une activée d'entrepreneur agricole. Une entreprise de transport agricole à l'activité en baisse qu'il a cherché à compléter au printemps dernier par une autre activité agricole. Son choix s'est porté sur l'aviculture avec la production de poulet label en cabane mobile. Mais ici, pas de cabanes classiques, les huit bâtiments « Cabi » développés par la société Caillol, ont cette particularité innovante de bénéficier d'une alimentation entièrement automatisée. Un système pour l'heure unique en France, qui diminue grandement les contraintes du producteur.

Innov'action: la collectivité fait la force pour réduire les intrants grâce au desherbinage

Innov'action sur les terres de Franck Bellocq à Estibeaux - Le désherbinage à l'honneur

Agriculture | 20/07/2015 Au côté de 7 autres agriculteurs, le landais Franck Bellocq a choisi d'adhérer à la CUMA Miesposa. Plus qu'une CUMA, elle est dans les faits, une véritable « banque de travail » via laquelle, les agriculteurs adhérents gèrent les 8 exploitations individuelles comme une seule, « que ce soit sur la répartition des travaux annuels ou la réalisation de commandes groupées ». Une gestion collective qui a ainsi permis l'évolution des pratiques de désherbage par l'investissement de la CUMA dans une désherbineuse, qui fait le bonheur de l'agriculteur tant sur son efficacité que sur la diminution des coûts liés aux intrants. Une action collective mise en avant dans le cadre des opérations Innov'action dans les Landes.

Innov'action : le pâturage tournant pour une meilleure gestion des prairies permanentes

Jean-François Bourjade et son troupeau

Agriculture | 16/07/2015 Le 23 juin dernier, Jean-François Bourjade, éleveur à Beauville en Lot-et-Garonne, a ouvert les portes de sa ferme, dans le cadre d'Innov'action, afin de faire découvrir à d'autres agriculteurs une pratique innovante, le pâturage tournant. Ce procédé permet une meilleure gestion des prairies et apporte une herbe plus riche. Ainsi, « les bêtes sont en meilleure santé. Les mères sont plus fertiles et ont plus de lait ». Une pratique née dans les années 50 boudée par la France mais adoptée par les pays anglo-saxons... Rencontre avec cet éleveur...

Innov'action: l'innovation pour une irrigation zen

Canon d'irrigation équipé du "gun corner" en démonstration à Aire-sur-l'Adour dans le cadre des Innov'actions

Agriculture | 14/07/2015 Si elle est une garantie pour un meilleur rendement des cultures, surtout en ces temps de sécheresse de longue durée, l'irrigation n'est pas sans contraintes ni coût pour les exploitants. C'est justement dans le but de réduire ces contraintes, sans perdre de vue les objectifs de rendements, que l'innovation en agriculture prend toute sa place. Exemple donc, en irrigation avec le développement de divers équipements, dont la présentation a eu lieu sur l'exploitation de Jean-Pierre Saint-Pé à Aire-sur-l'Adour, dans le cadre des opérations Innov'action,. L'hôte de la journée a notamment opté pour l'installation d'un brise jet sur ses enrouleurs : un choix qu'il ne regrette pas !

Innov'action : du bio dans une serre photovoltaïque à Sainte-Livrade

La serre photovoltaïque couvre un hectare de terrain

Agriculture | 26/06/2015 Depuis le 9 juin et pendant un mois, 13 fermes d'Aquitaine aux pratiques nouvelles ouvrent leurs portes dans le cadre d'Innov'Action, un dispositif lancé par les Chambres d'Agriculture. L'objectif : éclairer sur les nouvelles méthodes de travail des agriculteurs et les techniques de demain. Ce mardi 23 juin, c'était au tour du Lycée Agricole de Sainte-Livrade-sur-Lot, en Lot-et-Garonne, d'ouvrir les portes d'une serre d'un nouveau genre : au dessus des semences bio, des panneaux photovoltaïques ! Xavier Canal, directeur de l'exploitation, nous en dévoile le potentiel... et les principaux obstacles.

Innov'action: Un outil de pilotage de l'irrigation en fraise hors sol pour économiser l'eau

A droite Thierry Bauchiero reçoit ses collègues fraisiculteurs sur sa ferme

Agriculture | 21/06/2015 Dans le cadre d'Innov'action, la Chambre d'agriculture de la Dordogne a invité, jeudi matin, les fraisiculteurs sur l'exploitation de Thierry Bauchiero à Salon-de-Vergt pour présenter un outil de pilotage de l'irrigation en fraise hors sol. Après trois ans d'utilisation, ce système permet d'appréhender avec précision l'état hydrique du substrat par une mesure régulière, de répondre au mieux aux besoins en eau de la plante et ainsi de diminuer les coûts de production. Les producteurs de fraises ont d'autres attentes, notamment pouvoir collecter les données en temps réel sur leurs smartphones.

A Souprosse: l'innovation met une bonne ambiance chez les canetons

A l'intérieur de la canetonière de Xavier Comet à Souprosse dans les Landes

Agriculture | 18/06/2015 Xavier Comet, agriculteur à Souprosse, a ouvert les portes de sa ferme, ou plutôt de sa canetonière, dans le cadre de l'opération Innov'action. L'atout innovation de son élevage de canards prêts à gaver : un bâtiment de démarrage dynamique automatisé. Abritant les canetons de 1 jours à 12 semaines en quasi auto-gestion, il concilie confort de travail pour l'éleveur, économies d'énergie, valorisation de l'aliment, meilleur bien-être des animaux et de meilleurs résultats sur leur qualité. Xavier Comet l'assure : il ne regrette pas son investissement et projette même d'étendre ce système à ces autres bâtiments d'élevage.

Innov'action: Le binage, l'avenir du désherbage... mais pas sans GPS!

Démonstration en cours dans le champ de maïs bio de Jean-Christophe Juste à Belhade

Agriculture | 11/06/2015 Durant un mois des agriculteurs aquitains ouvrent les portes de leur exploitation à d'autres professionnels de l'agriculture. Objectif : promouvoir les bonnes pratiques et outils innovants pour leur plus large développement dans les fermes d'Aquitaine. Le landais Jean-Christophe Juste a été un des premiers à recevoir une cinquantaine de ses confrères et partenaires sur ses terres à Belhade. Son « plus » innovation à lui : le désherbage mécanique de ses champs de maïs. Au programme de cette chaude journée de juin, explications et démonstrations sur le terrain de matériels innovants qui cumulent précision, confort de travail pour l'agriculteur, et moindre utilisation des intrants chimiques.

Innov’action dans les Pyrénées-Atlantiques : des brebis hyper branchées

Innov'action dans les Pyrénées-Atlantiques : des brebis hyper-branchées

Agriculture | 11/06/2015 Les brebis et l’ordinateur font parfois bon ménage. Un exemple vient d’en être fourni en Béarn au cours de portes-ouvertes organisées à Oloron-Sainte-Marie, sur la ferme du lycée des métiers de la montagne. Un établissement dont la salle de traite a été équipée d’un distributeur automatique d’aliments concentrés. Ce qui permet, moyennant quelques clics, d’apporter à chaque bête – outre les fourrages dont elle se nourrit - une ration individuelle adaptée à son poids, son âge, son état de santé, sa production laitière, et l’on n’en passe. On n’arrête pas le progrès.

Innov'Action : 4 évènements et 13 « fermes ouvertes » donnent à voir l'innovation aux champs

Exemple d'innovation dans les champs: les robots qui déserbent seuls. Ici le robot Oz de la société Naïo Techonogies, destiné aux exploitations maraîchère

Agriculture | 04/06/2015 Tout l'objet d'Innov'action, c'est d'encourager le développement des pratiques et outils innovants dans les fermes. Comment? en fournissant la preuve par l'exemple aux agriculteurs. En effet, durant un mois, 13 fermes d'Aquitaine aux pratiques innovantes, ouvrent leurs portes aux professionnels de l'agriculture, (chefs d'exploitation, techniciens, étudiants...). Ces professionnels pourront ainsi voir, échanger et mesurer avec les agriculteurs qui les accueillent et de manière très concrètes les points forts et éventuels points faibles de nombreux outils et pratiques innovantes utilisées sur les exploitations. L'occasion pour eux de s'informer et découvrir d'autres façons de produire autour de trois axes principaux, mais non exclusifs : l'efficacité alimentaire, les économies d'énergie et d'eau et l'agro-écologie, le tout en adéquation avec les filières agricoles régionales.

Première édition des Etats Généraux de l'Innovation

Emmanuel Labriffe, Denis Vicentini et Eric Juncker, les trois vainqueurs du concours ''Innovations pour l'Agriculture'' aux côtés de Jean-Pierre Raynaud et Dominique Graciet

Spécial | 14/05/2015 Manifestation inédite pour cette 44ème édition du Salon de l'Agriculture, les États Généraux de l'Innovation souhaitaient, en première intention, faire le point sur l'innovation en agriculture au travers de la vision d'un ensemble d'acteurs aquitains du secteur. Afin de valoriser les idées innovantes au service de l'amont agricole, les remises de prix des « Concours de l'Innovation Agrinove » et de la « Fondation pour une Agriculture Durable en Aquitaine » étaient aussi au programme de la matinée de ce 12 mai. Retour sur cette manifestation riche en contenu.

L'agriculture Aquitaine met le cap sur l'Innov' Action

Au Salon de l'agriculture, Dominique Graciet, Président de la Chambre régionale de l'agriculture d'Aquitaine a donné les trois coups du mois de l'Innov'Action

Spécial | 08/05/2015 Ce n'est pas tout d'être une grande région agricole et agro-alimentaire et demain de le devenir plus encore: pour se développer et progresser, de la recherche à la ferme, à l'exploitation il faut réussir d'une filière à l'autre ce que Dominique Graciet, président du Salon régional, appelle le "nécessaire transfert de connaissances". Parvenir pour des raisons économiques, mais aussi pour être plus proches des attentes de la société, à une agriculture de précision qui aura su anticiper l'évolution des normes et trouver des financements nouveaux. Un défi que les responsables agricoles de l'Aquitaine vont relever, notamment en ouvrant les portes de 17 fermes régionales pendant un mois, du 7 juin au 7 juillet.