Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

16/01/18 : France Télévision a compris l'utilité de France 3 Euskal Herri au Pays basque. Les sept minutes quotidiennes ont été maintenues, dans l'état. C'est à dire dans sa structure au studio des allées Marines de Bayonne et non prestataire de reportages

16/01/18 : Cyrille Guimard, sélectionneur de l'équipe de France de cyclisme, parrainera la 23e édition du Tour de Lot-et-Garonne et sa cyclosportive les 14 et 15 avril prochains.

16/01/18 : L'agglo de La Rochelle a été choisie par le cabinet Missions Publiques pour faire partie des 4 collectivités françaises à organiser un débat publique atour de l'essor des transports sans conducteur, le 27/01 de 9h à 17h. Inscription : debatcitoyen.fr

15/01/18 : La Rochelle participe à la 2e Nuit de la lecture samedi 20 janvier de 16h30 à minuit à la médiathèque de Villeneuve-les-Salines et dans le Hall de l’Agora au Centre social. Au programme : des lectures et des animations variées. Tout public. Gratuit.

13/01/18 : Cognac: les Trophées du vin 2018 ont récompensé le 11 janvier l'association cognaçaise Les Etapes du cognac avec le prix "meilleur accueil dans le vignoble", récompensant son développement de l'oenotourisme sur le territoire.

11/01/18 : Opération de régulation des sangliers à Agen et Foulayronnes. Un grand nombre de sangliers a été signalé et confirmé dans ces deux communes. Les services de l’Etat ont donc décidé d'organiser des opérations de régulation jusqu’au 28 février inclus.

10/01/18 : Arbres arrachés sur le Technopole Agen-Garonne. Ste-Colombe-en-Bruilhois et l’Agglo d’Agen condamnent ces dégradations « gratuites et stupides » et souhaitent que ces actes soient sanctionnés. Une plainte sera déposée dans les prochains jours.

10/01/18 : La ville de Villeneuve-sur-Lot en Lot-et-Garonne vient de se voir décerner le label « Ville active et sportive » par le Conseil National des Villes Actives et Sportives (CNVAS).

10/01/18 : Oriane Guéna, l'épouse d'Yves Guéna, ancien maire de Périgueux et ancien ministre, est décédée dans la nuit de lundi à mardi à l'âge de 93 ans, 22 mois après son mari. Elle aussi résistante, elle avait accompagné Yves Guéna dans tous ses combats.

24/12/17 : C'est Jean-François Hirigoyen, un chef d'entreprise de 55 ans, qui a été élu par le Conseil municipal de Saint-Jean-de-Luz en remplacement de Peyuco Duhart, décédé des suites d'un AVC. "De là où il est, il me guidera dans mes fonctions a-t-il énoncé.

22/12/17 : L'équipe de France féminine de handball, récemment sacrée championne du monde après avoir battu la Norvège en finale mondiale, va venir jouer en Dordogne. Ce sera en mars 2019 au Palio de Boulazac lors de la Golden League.

18/12/17 : La Rochelle accueille son premier bus entièrement électrique. Il circulera les deux prochaines semaines sur la ligne Illico4, tranversant le centre historique de la ville. Ce bus silencieux et non polluant a été conçu dans les Deux-Sèvres par Heuliez

15/12/17 : Futuroscope : le président du directoire Dominique Hummel a annoncé dans La Nouvelle République qu'il allait quitter ses fonctions en mars prochain.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 16/01/18 | Le parlement européen interdit la pêche électrique

    Lire

    Le parlement vient de se prononcer pour une interdiction totale de la pêche électrique... en réalité déjà interdite depuis 1998. Mais en 2007, les Pays-Bas avaient obtenu une dérogation pour cette pratique à titre expérimental.Dix ans plus tard la Commission prévoyait d’autoriser la pêche électrique dans toute l’Europe. Pour Virginie Dozière député RG "le vote par le Parlement des amendements que nous avons défendus marque un coup d’arrêt à la tentative scandaleuse de la Commission qui espérait généraliser une pratique destructrice, dont les dangers sont scientifiquement établis, pour le profit de quelques grands groupes"

  • 16/01/18 | Franck Ferrand, le maître de l’Histoire, à Villeneuve/Lot le 27 janvier

    Lire

    Franck Ferrand, qui nous mène quotidiennement « Au cœur de l’histoire », sur Europe 1, à travers son émission éponyme, se rend le samedi 27 janvier, au théâtre Georges Leygues de Villeneuve/Lot, à 20h30, pour son spectacle « Histoire ». Ce dernier vient de publier aux éditions du Courrier du livre : « 3 minutes pour comprendre les 50 dates clés de l’histoire de France ».

  • 16/01/18 | 2017, un grand cru pour la Cité du Vin

    Lire

    A l’aube de son 2ème anniversaire, en mars prochain, la Cité du Vin à Bordeaux dresse le bilan sur l’année passée. En 2017, elle a attiré 445 000 visiteurs, de 176 nationalités, 1100 groupes et 400 évènements privés. Côté presse, plus de 1000 journalistes français et étrangers y ont été accueillis. Les deux premières expositions temporaires, « Bistrot! De Baudelaire à Picasso », de mars à juin, et « le Vignoble Invité Géorgie, berceau de la viticulture » d’août à novembre, ont réuni 92 500 visiteurs.

  • 15/01/18 | Alain Juppé comme Dominique Bussereau s'éloigne des "Républicains"

    Lire

    Un Juppéiste la veille, Dominique Bussereau président de Charente maritime et de l'Association des départements de France qui « s'est mis en congé des Républicains », à tout le moins jusqu'aux Européennes de l'an prochain...Alain Juppé, lui-même, le lendemain qui lors des voeux à a presse, en réponse à une question, déclare : « je n'ai pas payé ma cotisation de 2017 et n'ai pas l'intention de payer celle de 2018. » Le maire de Bordeaux qui avait à ses cotés Dominique Bussereau lors de la création de l'UMP va, lui aussi, observer la position de LR dans la perspective des élections européennes.

  • 13/01/18 | Le pont François Mitterrand élargi à 2X 3 voies cette année

    Lire

    A l'occasion de voeux très sobres aux corps constitués, et en présence de Geneviève Darrieussecq secrétaire d'Etat aux armées, le préfet Didier Lallement a annoncé, se tournant vers Alain Juppé, l'élargissement cette année à 2X3 voies du pont François Mitterrand, jusque là en rupture avec la rocade du fait de pistes cyclables. Par ailleurs rappelant les 368 morts de 2017 sur les routes de Nouvelle Aquitaine et saluant la "décision courageuse du gouvernement" il a indiqué que le 80km/h entrerait en vigueur le 1° juillet sur l'ensemble du réseau girondin.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture
Innov'action et Agriculture

Les dossiers d'Aqui

Innov'action et Agriculture : dernier article publié

Agriculture | La transmission agricole en Charente-Maritime, une problématique à résoudre d'urgence

12/12/2017 |

Les exploitations en bovins peinent le plus a trouver des repreneurs

En Charente-Maritime comme ailleurs, la transmission des exploitations agricoles est un véritable casse-tête. Casse-tête pour les agriculteurs qui ont du mal à lâcher leur « bébé » ; pour les candidats à l’accession qui peinent à trouver leur bonheur ; pour les institutions territoriales qui tentent de concilier les deux. Le Département et la Chambre d’agriculture du 17 se sont donc penchés sur les constats et les leviers à mettre en place afin de « mettre de l’huile dans les rouages » de la transmission, lors d’un symposium interprofessionnel le 8 décembre.

Depuis 2014, les cessations d’activités ne font qu’augmenter chaque année, après une periode de stagnation entre 2008 et 2013. A partir de 2016 a été franchi le cap des 3500 départs par an en région, selon l’observatoire « Installation-transmission » de la Chambre d’Agriculture de Nouvelle-Aquitaine. D’où l’urgence à trouver des solutions. Pas facile, dans un contexte où les institutions agricoles elles-mêmes avouent peiner à faire l’inventaire des candidats à la transmission.

Transmission : qu’est-ce qui coince?

La première difficulté, c’est que les candidats au départ ne se font pas ou très peu connaître auprès des fédérations ou chambres professionnelles. En Saintonge Romane, le Point relais (PAT, lire ci-dessous) de la Chambre d’Agriculture 17 a mené une enquête de terrain pour repérer les futurs cédants, en allant au-devant des agriculteurs. Sur 564 exploitations, 54% des agriculteurs ont plus de 50 ans : 36% d’entre eux ont une transmission assurée (souvent au sein de la famille), pour 7% elle est incertaine… et absolument pas assurée pour 57% d’entre eux. Un chiffre alarmant, confirmé par les observations du cabinet comptable gestion ocean (CGO) : « Nous recevons de plus en plus de demandes de changements de statut pour des fermes seulement dans les deux derniers mois d’activité de l’exploitant,  ce qui montre bien qu’il n’y a pas anticipation dans le départ à la retraite », note la fiscaliste Armelle Benard.

Une hésitation liée à bien des incertitudes concernant l’avenir, selon Véronique Laprée, viticultrice en Charente-Maritime et conseillère régionale. « Ils se demandent combien ils vont pouvoir revendre, qu’est-ce qu’ils gagnent à céder, est-ce qu’ils gardent ou non l’usufruit de leurs terres, s’ils vont payer des impôts ou des droits de succession dessus et combien, et comment et avec quoi ils vont vivre après la transmission ». Beaucoup de questions auxquelles ils aimeraient pouvoir trouver une réponse personnalisée auprès d’une seule instance capable de répondre à toutes. Selon Véronique Laprée, ils auraient également l’impression « de ne pas être assez entendus dans leurs besoins post-activité ».

La Sociétés d'aménagement foncier et d'établissement rural  (SAFER) (1) constate de son côté que le coût du foncier est souvent un frein majeur. « Souvent l’agriculteur qui s’arrête veut aussi transmettre ce qu’il a mis en place sur son exploitation durant plusieurs décennies mais qui est difficilement chiffrable. Il y a alors un décalage entre la valeur patrimoniale du bien et la valeur économique de la société, et qui ne sont pas en adéquation avec  la réalité économique du monde. C’est très compliqué à faire entendre », explique Paul Arnold, chef du service départemental. « Du coup, certains sont prêts à vendre au plus offrant sans prendre en compte le projet d’un repreneur. C’est comme ça qu’on se retrouve avec des terres rachetées par des étrangers, par exemple… » La pratique courante serait plutôt de céder à son voisin ou à « l’agriculteur le plus proche qui vous a filé des coups de mains toutes ces années les jours où vous étiez malades ou absents », comme un juste retour des choses. Dans les deux cas, les terres se retrouvent morcelées, les grosses exploitations s’agrandissent encore tandis que les plus petites disparaissent.  En Charente-Maritime, la course au foncier agricole serait particulièrement féroce : « Pour un dossier de reprise, nous avons 20 dossiers de candidatures et pas seulement des candidats à la reprise mais des syndicats mixtes, des collectivités, des promoteurs, des sociétés d’exploitation… » Difficile de rivaliser pour un particulier.

Raison moins avouée : la difficulté pour les agriculteurs à transmettre à des jeunes non issus du milieu agricole. Les enfants d’agriculteurs ne sont pourtant qu’un tiers à reprendre l’exploitation familiale. « Alors que 2/3 de nos exploitants ont plus de 55 ans aujourd‘hui, nous avons besoin de cette génération non issue de l’agriculture pour renouveler la filière », prévient l’association des Jeunes Agriculteurs, en regrettant que ces mêmes arrivants ne prennent pas assez le temps de se former avant de se lancer, sans avoir bien conscience des réalités du métier (lire ci-dessous). Leur choix de modèle agricole ne correspond pas toujours non plus aux pratiques de l’exploitant initial, qui a du coup du mal à passer le relais. « Il faut donner envie aux citadins motivés de s’y mettre, leur donner les connaissances et les moyens d’aller vers l’agriculture de leur choix et ne pas opposer citadins et ruraux, sinon nous seront tous perdants », alerte Françoise de Roffignac, vice-présidente du Département en charge de l’agriculture.

Qui sont les prétendants à la reprise ?

Selon l’observatoire « Installation-transmission » de la Chambre d’Agriculture régionale, les candidats seraient de plus en plus nombreux: 260 demandeurs en 2012 contre 342 en 2016 enregistrés par le Point Relais de Charente-Maritime. 65% des candidats sont issus de filière non agricole, de profils divers, majoritairement diplômés et âgés de 25 à 39 ans (62%), dont 43% de femmes. Des chiffres et un constat sensiblement identiques dans le reste de la région. Mais les prétendants charentais-maritime restent de mauvais élèves sur un point : seuls 23% d’entre eux réalisent un bilan de compétences et/ou un plan de professionnalisation personnalisé (PPP), c’est-à-dire un état des lieux de leurs compétences et de leurs besoins en formation, menée avec la Chambre d’Agriculture. Seulement une quarantaine d’entre eux se sont lancés par la suite dans une formation spécialisante en 2016. Pour l’observatoire régional, un candidat sur trois serait donc en capacité réelle de reprendre une exploitation. Autre frein : le Point Relais de Saintonge pointe le manque de formation spécifique à l’installation, en particulier dans l’éducation nationale. Non incités et non formés à la reprise, les jeunes se vouant aux métiers agricoles seraient peu nombreux à s’envisager à la tête d’une exploitation, avec une préférence pour le salariat. Le Point Relais de Saintonge note par exemple que « sur 350 élèves du lycée agricole de Saintes, seule une dizaine envisage de s’installer et donc de poursuivre en BTS (seule niveau de diplome donnant des outils en vue d’une installation, ndlr) dans le but de s’installer. »

En termes de choix de filières, les faveurs des candidats néo-aquitains vont majoritairement aux élevages de bovins à viande (19%), au maraîchage (17%) et à l’arboriculture (15%), loin devant les grandes cultures (9%). Une tendance que l’on retrouve plus où moins en Charente-Maritime, la viticulture restant la filière d’installation majoritaire en Charente-Maritime, avec l’ostréiculture sur le littoral. En revanche, si le renouvellement des installations en maraîchage et en cultures céréalières est à l’équilibre, il reste trop faible en élevage bovin (viande et lait). Après avoir longtemps boudé le bio et /ou les circuits courts, pourtant en plein essor depuis sept ans en Nouvelle-Aquitaine (+ 20%), les nouveaux installés commencent à s’y mettre : entre 2015 et 2016, le département est passé de moins de 10% d’installations en bio à 22% en 2016… Là où les voisins de Dordogne et de Lot-et-Garonne sont plus de 20% à s’y engager chaque année.

Quels dispositifs pour aider la transmission ?

Une des premières solutions envisagées par Françoise de Roffignac serait d’inciter les agriculteurs à former quelques temps leur repreneur, au sein de l’exploitation, de façon à ce qu’elle soit rentable pour le repreneur au moment du départ du cédant. Ils sont encore trop peu à envisager cette solution : 6% en Charente-Maritime, 16% sur l’ensemble de la région.  

En termes d’accompagnement, les Chambres d’Agriculture ont mis en place ces dernières années des Point Accueil Transmission (PAT) en ex Poitou-Charentes et Point Accueil Installation-Transmission (PAIT) en ex-Aquitaine, et une cellule identique gérée en partenariat avec la MSA depuis cette année pour l’ex Limousin. Objectif : orienter et répondre aux questions des exploitants cédants ou en devenir au sujet notamment des modalités de transmission du foncier, de la valeur des entreprises, rechercher un repreneur, formation, portage foncier, etc.

Sur le plan financier, la Chambre d’agriculture, la Région et le Département proposent différents types d’aides. Depuis la réforme territoriale, les départements ont perdu la compétence économique et ne peuvent donc plus aider les entreprises comme autrefois. En Charente-Maritime, les prêts accordés jusqu’alors n’ont plus cours. Le Département a donc réfléchi conjointement avec la Région à une autre forme d’aide : depuis le 1er janvier, il existe 5 types de subventions dont une à l’installation d’une valeur de 5 000 euros. Le Département a récemment voté une enveloppe de 150 000 euros dédiée à ce budget. Une trentaine de dossiers de candidats sont déjà à l’étude.

Du côté de la Région, la reprise de la compétence économique a nécessité d’harmoniser les trois programmes d’aides existants jusqu’alors : la Dotation Jeune Agriculteur (DJA), le Prêt d’Honneur et l’accompagnement en amont et en aval à l’installation. Selon la Région, la procédure administrative pour en bénéficier aurait été simplifiée. Une quatrième modalité aurait également été intégrée : concrètement, le taux de l’aide varie en fonction de l’effort de reprise et de modernisation de l’exploitation à fournir par le repreneur.  Seuls les investissements supérieurs à 100 000€ peuvent bénéficier de cette clause. Les investissements fonciers restent quant à eux plafonnés à 50 000€. Les demandes, elles, peuvent être formulées via le Département, depuis le 10 mars.

 Pour les repreneurs de moins de 40 ans, il y a bien sûr l’aide à l’installation, la Dotation Jeune Agriculteur (DJA) portée par la Région. Elle a déjà bénéficié à 54% de nouveaux jeunes installés entre 2012 et 2015, avec 550 installations aidées en 2016 en Nouvelle-Aquitaine. Pour ceux ne pouvant en bénéficier, il y a le Prêt d’Honneur : un prêt à 0% de 5000 à 20 000€ sans garantie, en complément d’un prêt bancaire. En complément à ce prêt, la Région compte prochainement étendre son prêt de la Caisse sociale de développement local, pouvant aller jusqu’à 12 000€, avant ou après l’installation. Il ne concerne pour l’instant que la Gironde, la Dordogne et le Lot-et-Garonne.

Autres formes d’emprunts : ceux portés par Eurogage, la SIAGI ou le Fonds de garantie à l’initiative des femmes. Le réseau France Active partage par exemple les risques financiers avec l’entrepreneur et garantit le remboursement de ses crédits professionnels, sans faire appel à l’hypothèque ou autres garanties habituelles demandées par les banques. Autre recours enfin : les formes de financements participatifs, qui se font sous forme de dons ou d’actions. Les plateformes MIIMOSA et BULB IN TOWN sont dédiées spécifiquement aux problématiques des investissements agricoles.

 

En savoir plus : www.repertoireinstallation.fr, qui diffuse les offres d’exploitations au niveau régionale. Les plateformes participative : www.miimosa.com ; www.bulbintown.com.

 

(1)    Les Sociétés d’aménagement foncier et d’établissement rural (Safer) permettent à tout porteur de projet viable - qu'il soit agricole, artisanal, de service, résidentiel ou environnemental - de s'installer en milieu rural. Les projets doivent être en cohérence avec les politiques locales et répondre à l'intérêt général.

Anne-Lise Durif
Anne-Lise Durif

Crédit Photo : Anne-Lise Durif

Partager sur Facebook
Vu par vous
7675
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 18 + 7 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires



J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !

« Paysans remarquables », une plongée dans l’agriculture bio

Paysans Remarquables couv

Agriculture | 14/01/2018 Ancienne journaliste, Véronique Duval est partie à la rencontre des agriculteurs en biodynamie de l’Aunis, entre La Rochelle et le marais Poitevin. Elle en a tiré un livre à valeur documentaire riche de cinq témoignages. Ils ont entre 20 et 60 ans et sont boulangers, maraîchers, éleveurs. Ils racontent leur rapport à la terre, leur venue à la biodynamie et leur quotidien, avec leurs difficultés et leurs doutes, aussi. Ce livre construit comme un journal de bord s’attache au parcours de ces agriculteurs pour s’interroger sur l’approche globale de l’agriculture dans notre société. Rencontre.

Dominique Graciet, Président de la Chambre d'agriculture Nouvelle-Aquitane: "il faut que l'agriculture se transforme!"

Dominique Graciet, Président de la Chambre d'agriculture Nouvelle-Aquitane, le 10 janvier 2018 : ''il faut que l'agriculture se transforme!''

Agriculture | 11/01/2018 En ce début d'année 2018, Dominique Graciet, Président de la Chambre d'agriculture de Nouvelle-Aquitaine affiche son ambition de consolider le budget de l'agriculture régionale. Il vise les 100 M€. Un cap, une enveloppe nécessaire pour poursuivre la transformation et la modernisation de l'agriculture régionale dont, tout comme à l'échelle nationale, « le principal facteur limitant reste la faiblesse des revenus ». Un sujet de forte inquiétude pour celui qui est éleveur laitier dans le sud des Landes, et dont la filière est particulièrement symptomatique du sujet. Un sujet des revenus agricoles qui a été, selon lui, le grand malentendu des récents Etats Généraux de l'Alimentation.

Les Caves de Rauzan : un exemple de responsabilité sociétale de l'entreprise

Anne-Eugénie Gaspar (AFNOR), Denis Baro et Philippe Hébrard, respectivement président et directeur des Caves de Rauzan.

Economie | 10/01/2018 Hôtellerie, restauration... plus le nombre d'étoiles est important, plus le niveau atteint est élevé. Le système est le même avec la responsabilité sociétale des entreprises, RSE, dont la labellisation est assurée par l'AFNOR. Et, dans le cadre de cet audit, elles sont peu nombreuses les entreprises françaises à avoir réussi à atteindre le degré le plus élevé de cette certification. En obtenant plus de 700 points sur 1000, la coopérative Les Caves de Rauzan(3500he de vignobles, 350 vignerons, 45 salariés) non seulement confirme sa certification obtenue en 2014, mais progresse, et, avec désormais, trois étoiles dorées à son palmarès, elle entre officiellement dans le groupe des entreprises engagées RSE « exemplaires ». En d'autre terme, le haut du panier de la responsabilité sociétale.

L'élevage ovin haut de gamme du Limousin intéresse le Chili

La délégation d'éleveurs chiliens a visite le centre d'insémination de Verneuil sur Vienne

Agriculture | 13/12/2017 Une délégation d'éleveurs ovins Chiliens a été reçue ce mercredi en Haute-Vienne, pour une journée technique organisée à leur intention. Plusieurs thématiques ont été abordées : les pratiques d'élevage, la nourriture, l'amélioration génétique du troupeau, la formation. Cette rencontre était organisée en collaboration entre les responsables du salon Tech-ovin dédié à la filière, organisé en septembre les années impaires et ceux d'Aquitanima. Les principaux objectifs sont de tisser des liens entre les professionnels français et chiliens et favoriser des débouchés à l'export.

La Fondation Pour une Agriculture Durable fête ses lauréats

Francis Massé, président de la Fondation Pour une Agriculture Durable entouré des lauréats

Agriculture | 10/12/2017 Emanation de la Fondation de France, la Fondation pour une Agriculture Durable en Nouvelle Aquitaine fêtait ses lauréats, ce 8 décembre, en Haute-Gironde accueillie sur leur Domaine de Tout l'y Faut, à Marcillac, par Véronique Camus lauréate avec son époux en 2015. Une reconnaissance doublement chargée de symbole pour une exploitation pionnière dans la mise en valeur de "Bienvenue à la Ferme" et qui exploite désormais 20 hectares de vigne AOC et quatre d'asperge, et où la vente directe et les circuits courts ne sont pas des vains mots.

Agriculture biologique : importer pour faire face à la demande ?

Les chiffres clés de l'agriculture biologique

Agriculture | 07/12/2017 Les Français font confiance au bio ! Les 5 et 6 décembre derniers, lors du 1er Forum « Territoires Bio Engagés », qui s’est déroulé à Agen, des professionnels du secteur ont révélé les chiffres clés de l’agriculture biologique. Entre 10 et 15 % des Français disent consommer au moins un produit bio par jour. Cette tendance ne cesse de croître depuis 2008. Parallèlement à ce phénomène, la production évolue, certes, mais d’une manière moins forte que la consommation. Le risque d’importation de produits est sur toutes les lèvres...

Coulisses et prémices du Salon de l'Agriculture Nouvelle-Aquitaine 2018

Salon régional de l'Agriculture d'Aquitaine, du 18 au 26 mai 2013

Agriculture | 29/11/2017 Comme à son habitude le prochain Salon de l'Agriculture Nouvelle-Aquitaine se tiendra dans le giron de la Foire Internationale de Bordeaux. Une édition organisée du 12 au 21 mai 2018, qui ne profitera donc pas du jeudi férié de l'Ascension mais, en prolongeant les festivités d'un jour, sera au rendez-vous du lundi de Pentecôte. Si les dates sont bien calées, le programme de la grande manifestation agricole, mi-grand public, mi-professionnelle, est encore en cours de construction mais les choses s'affinent peu à peu. La réunion de lundi a ainsi permis aux organisateurs de présenter leurs projets pour 2018, sorte de pré-programme du Salon à venir.

Dordogne : Du bio et du local à la cantine

La remise du label écocert au collège Clos Chassaing à Périgueux

Société | 28/11/2017 Le conseil départemental de la Dordogne affiche sa volonté politique de développer le manger bio et manger local. Une vingtaine de collèges ont actuellement entamé cette démarche en faisant appel à des producteurs locaux et/ou bio. Les 38 établissements devraient intégrer le processus d'ici la fin du mandat grâce à l'accompagnement de la collectivité. Exemple de ce type de démarche au collège Clos Chassaing de Périgueux, qui est passé en quelques semaines à 42 % de produits bio et à 38 % de produits locaux pour sa cantine qui sert en moyenne 400 repas par jour.

Pour Euralis tout est bon dans le poulet Label

Michel Caillol, constructeur des Cabi Box, Jonathan Lalondrelle éleveur et Eric Pourcel, Responsable développement Euralis

Agriculture | 23/11/2017 Depuis le mois de juin, la coopérative Euralis a organisé une série de portes ouvertes dans les ateliers volaille de certains de ses adhérents afin de promouvoir auprès des agriculteurs cette production plébiscitée par les consommateurs. La dernière de ces visites a eu lieu ce mercredi 22 novembre sur l'exploitation landaise de Jonathan Lalondrelle, 29 ans, qui mise tout sur le poulet : rentabilité mais aussi durée et confort de travail, grâce notamment à un système d'alimentation dernier cri installé dans ses cabanes mobiles. Un confort qui lui permet de gérer avec son père, un gros élevage composé de 3 bâtiments de 400 m2 et 34 cabanes mobiles de 60m2, soit à l'année une production de 150 000 à 160 000 poulets Label par an.

« Nous voulons faire avancer l’agriculture du Lot-et-Garonne, l’agriculture du XXIème siècle » Hubert Cazalis, directeur de la technopole Agrinove

Hubert Cazalis directeur de la technopole Agrinove

Agriculture | 17/11/2017 Le jeudi 16 novembre, la technopole Agrinove a organisé son 3ème forum Agrinovembre autour de « l’intelligence numérique en agriculture » à l’Espace d’Albret à Nérac, en Lot-et-Garonne. Lieu de rencontres et d’échanges d’expériences, ce rendez-vous fut le théâtre de présentations d’innovations agricoles. Et pour comprendre les enjeux de cette thématique, entretien avec Hubert Cazalis, le directeur de la technopole Agrinove.

Agrinovembre pour une « intelligence numérique en agriculture »

Christian Lubat et son associé installent un capteur sous une ruche

Agriculture | 08/11/2017 « L’intelligence numérique en agriculture ». Tel est le thème du 3ème forum Agrinovembre qui se tient le jeudi 16 novembre prochain, à l’Espace d’Albret de Nérac, en Lot-et-Garonne. Cet après-midi d’échanges, organisé par la technopôle Agrinove, a pour but premier, cette année, de « promouvoir les solutions technologiques et plus spécifiquement numériques au service des agriculteurs », précise Hubert Cazalis, directeur de cette technopole. L’occasion, également, de lancer officiellement la 4ème édition du concours qui permet à Agrinove de « découvrir plusieurs dizaines de projets innovants ».

La race Limousine, bovin n°1 en Charente-Maritime

limousines

Agriculture | 29/10/2017 Parmi les 200 animaux à découvrir au salon de l’agriculture de La Rochelle « Balade à la ferme », qui se tient jusqu’à dimanche soir au parc des expositions, les bovins sont mis à l’honneur tout au long du week-end. Des trois races « à viande » les plus répandues en Charente-Maritime, la Limousine est devenue la numéro 1 il y a près de cinq ans, passant devant la Charolaise et la Blonde d’Aquitaine. Il y en aurait aujourd’hui dans les 11 500, contre 7000 il y a 15 ans, réparties sur 400 exploitations locales, selon la Chambre d’agriculture.

Le poulet labellisé cherche des élevages dans le Sud-Ouest

Le poulet labellisé en manque d'élevages

Agriculture | 26/10/2017 La consommation de viande rouge baisse en France. Ce n’est pas le cas du poulet labellisé. Le « jaune », dont le sud-ouest s’est fait une spécialité, a vu ses ventes progresser de 2% sur le plan national pour frôler les 50 millions de bêtes. « Il y a une place à prendre sur le marché» estime-t-on au sein du groupe coopératif Euralis. Celui-ci multiplie les rencontres sur le terrain pour inviter les agriculteurs à diversifier leur activité et se lancer dans l’élevage de volailles répondant à des chartes de qualité. Deux d’entre eux, un père et son fils installés à Sauveterre, au cœur du Béarn des gaves, ont franchi le pas. Une manière, estiment-ils, d’assurer l’avenir.

Assises Ovines - 3 questions à Patrick Etchegaray, responsable de la commission ovine à la Chambre d'Agriculture des Pyrénées-Atlantiques

La chambre d'agriculture des Pyrénées-Atlantiques donne rendez-vous aux éleveurs ovins le 13 octobre pour ses 13èmes Assises Ovines. Au programme la question de la main d'oeuvre

Agriculture | 10/10/2017 Patrick Etchegaray est le responsable de la commission ovine à la Chambre d'Agriculture des Pyrénées-Atlantiques. Il évoque avec nous les Assises ovines organisée le 13 octobre prochain à Bardos au pays basque intérieur. Un événement qui rassemblera les professionnels de la filière en recherche de solutions concernant l'emploi de main d'oeuvre dans leurs élevages. Un besoin en main d'oeuvre qui intervient, selon les fermes, toute l'année, pendant les périodes les plus chargées, ou en cas de coup dur. C'est une question qui traduit aussi les mutations de la filière. En bref, « un énorme chantier », selon le responsable. Objectif de cette journée : donner des pistes concrètes et fiables aux éleveurs pour qu'ils puissent répondre ou anticiper au mieux leur besoin en main d'oeuvre.

Filière avicole dans le rouge : les Landais unis pour faire payer l'Etat

ManifCastelnau

Agriculture | 07/10/2017 Samedi matin, ils étaient 600 dont 80 élus de tous bords sur la place de Chalosse de Castelnau pour demander au gouvernement d'entendre la détresse des producteurs landais de canards et de poulets dont certains manifestent depuis plusieurs semaines. En jeu, l'indemnisation de l'après 29-mai, date officielle de reprise de production post-vide sanitaire. Car depuis, par manque de canetons (les accouveurs ayant été décimés), nombre d'éleveurs-gaveurs sont sans aucun revenu pour encore plusieurs semaines, et toute la filière jusqu'aux entreprises de l'aval est impactée.

Crise aviaire et canards gras, reportage à Montsoué

Marie-Hélène Cazaubon, éleveuse gaveuse à Monsoué, présidente de la Commission Agricultrices - FDSEA 40

Agriculture | 05/10/2017 Chez Marie-Hélène Cazaubon et son époux, installés à Montsoué dans les Landes, les canards sont de retour. Mais le couple ne produira cette année que 6 lots de canards élevés et gavés, contre 19 en année normale. Une importante perte de production dont le responsable est le virus H5N8 qui s'est propagé, fin 2016 début 2017 sur la zone de production du Sud-Ouest. Une perte en partie indemnisée jusqu'au 29 mai, date administrative de la reprise d'activité... Sauf que chez eux, les premiers canetons ont été livrés le 20 juin, ce qui est « tôt » par rapport à de nombreux autres éleveurs et/ou gaveurs du département. Marie-Hélène Cazaubon, par ailleurs présidente de la Commission « Agricultrices » à la FDSEA des Landes, retrace ici son année difficile, ses défis et ses combats encore à mener. Et à travers elle, ceux de toute une filière qui ne veut pas baisser les bras.

A Bellac, Christiane Lambert salue le dynamisme retrouvé de la filière ovine

Christiane Lambert, présidente de la FNSEA, entourée par les représentants syndicaux régionaux et Claude Souchaud

Agriculture | 08/09/2017 La 10e édition de tech-ovins qui s'est tenue les 6 et 7 septembre à Bellac (Haute-Vienne) est un réel succès. Ce salon professionnel de la filière ovine, où la filière lait a fait une entrée remarquée, a connu une belle affluence avec 220 exposants et quelque 15 000 visiteurs dont un millier de jeunes en formation. Les nombreuses conférences aux sujets techniques ou économiques ont été prises d'assaut. Cette manifestation d'envergure nationale a été marquée par la venue de la présidente de la FNSEA qui a salué le dynamisme retrouvé de la filière ovine. Reste désormais la question des prix rémunérateurs.

Pyrénées-Atlantiques : vers une « irrigation de précision »

Pyrénées-Atlantiques : vers une "irrigation de précision"

Agriculture | 21/08/2017 « Aujourd’hui, nous devons produire plus avec moins : moins d’eau, moins de fertilisants, moins de produits phytosanitaires ». Nicolas Ponsan, qui cultive du blé, de l’avoine, du maïs, des petits pois et du tournesol dans le nord du Béarn, résume en une phrase le casse-tête auquel sont confrontés les agriculteurs. Un monde d’exigences dans lequel la gestion de l’eau tient une place importante. En dépit des coups de colère du ciel, les Pyrénées-Atlantiques ont en effet vu la préfecture imposer cet été des restrictions sur l’ensemble du département. Une réalité à laquelle les cultivateurs s’adaptent de diverses manières.

Clément Bozec: Naissance et vie d'un jeune agriculteur bio

Clément Bozec

Agriculture | 13/08/2017 Il s’est installé à Lacépède en Lot-et-Garonne il y a un an de cela, à tout juste 22 ans. Et pourtant, Clément Bozec ne se destinait pas du tout à un avenir champêtre. En effet, une fois son bac ST2SS en poche, Clément se dirige vers le secteur médical, infirmier en particulier. Mais après six mois d’expérience en bloc opératoire, c’est le déclic ! « Je me suis dit à ce moment-là que je ne voulais pas du tout poursuivre dans cette voie ! », se rappelle-t-il. Même si la pilule est difficile à avaler pour ses parents, Clément engage un virage à 360° pour prendre donc le chemin de l’agriculture. « J’ai toujours été intéressé par le bio », confie-t-il.

Maïs : les cultures de demain s'inventent à Sendets

Maïs : les cultures de demain s'inventent à Sendets

Agriculture | 26/06/2017 Comment obtenir un produit agricole rentable qui réponde aux attentes du consommateur, tienne compte des contraintes imposées par la loi et préserve l’environnement ? La réponse à cette question, qui ressemble un peu à la quadrature du cercle, est recherchée dans le cadre du projet Syppre. Cette initiative a été lancée jusqu’en 2025 par Arvalis, l’Institut technique de la betterave et Terres Inovia avec l’aide de nombreux acteurs de terrain. Elle consiste à réfléchir aux modes de culture de demain sur cinq plateformes réparties dans toute la France. Qu’elles soient situées sur des limons, des terres de craie, des sols argilo-calcaires ou d’autres supports. Car on ne travaille pas de la même manière en Champagne que dans le Berry ou en Picardie. L’un de ces sites se trouve dans les Pyrénées-Atlantiques, à Sendets. Un pays où le maïs est roi.

Foncier: De nouveaux outils pour de nouvelles idées

Laura Baillard, Maël Gallard et Louis Gallard construisent leur projet d'installation en Dordogne, et en ont témoigné lors de la CDFR 24 du 8 juin dernier

Agriculture | 15/06/2017 Ce jeudi 8 juin, c'est au pôle interconsulaire de Coulounieix-Chamiers que se déroulait une conférence de la Société d'Aménagement Foncier et d'Etablissement Rural Aquitaine-Atlantique, dans le cadre des dixièmes conférences départementales du foncier rural. Pour son étape périgordine, la Safer a continué à mettre en avant l'exemple de jeunes, installés ou en cours de validation d'un projet d'installation. L'occasion de réfléchir plus concrètement à la thématique choisie cette année, « Ensemble, imaginons de nouveaux chemins d'accès au foncier ». Le tout dans une agriculture en pleine mutation.

Reportage: Le portage foncier pour faciliter l'installation

Angélique Neau, ici aux côtés de sa conseillère Safer Hélène Dumas, s'est installée finalement fin 2016

Agriculture | 05/06/2017 L'installation, un parcours long, périlleux, et qui peut décourager. Pour mener à bout son projet, l'agriculteur doit s'armer de patience, et passer, étape par étape, l'ensemble du parcours le menant à devenir exploitant. A Coirac, il a fallu trois ans à Angélique Neau pour aller d'une envie de s'installer à une installation en bonne et due forme depuis la fin d'année 2016, en viticulture, dans le village où son père a également une exploitation. La Safer l'a accompagnée avec un portage foncier, tout comme la cave de Sauveterre-Blasimon, la volonté d'Angélique Neau étant de devenir coopératrice.

Aqui! TV7 :Trois questions à Marion Lapoujade, la technicienne passionnée d'Excellence Bazadaise

Marion Lapoujade, technicienne de l'OS Excellence Bazadaise, à Bazas

Agriculture | 12/05/2017 Marion Lapoujade a 25 ans. Ingénieur agronome spécialisée dans la production animale, elle a une passion pour l'élevage qu'elle assouvit visiblement pleinement depuis son poste de technicienne à Excellence Bazadaise, l'organisme de sélection de la race Bazadaise, basé, sans surprise, à Bazas, le berceau de la race bovine éponyme. Retour avec elle, sur l'histoire et le développement de cette race rustique fièrement girondine, mais aussi sur les grandes actions et objectifs de l'Organisme de Sélection (OS), et leur mise en œuvre au quotidien par la jeune femme qui fraîchement sortie de Bordeaux Sciences Agro a rejoint l'OS il y a à peine plus d'un an. Marion Lapoujade témoignera de son métier, ce lundi 15 mai, à 18h45, lors du magazine de TV7 réalisé en partenariat avec Aqui.fr.

Produc'Drive ou l'art d'aider les agriculteurs !

Josselyn Jayant fondateur de producdrive.fr

Agriculture | 20/04/2017 « Aider les agriculteurs à vendre plus ! ». Tel est le leitmotiv du jeune entrepreneur Josselyn Jayant ! Ce webmaster villeneuvois de 28 ans vient de créer la plateforme e-commerce producdrive.fr qui permet aux producteurs de disposer d’une boutique en ligne afin de vendre des produits en circuit court aux consommateurs. Cette vitrine virtuelle est totalement gratuite. Seule une commission de 40cts d'€ par commande est prélevée...

Accès au foncier: face au prix des terres, l'innovation et la complémentarité des outils sont de rigueur

Après les Landes et les Pyrénées-Atlantiques, la Safer Aquitaine Atlantique, organisait ce mardi 4 avril, sa 3ème Conférence Départementale du Foncier Rural 2017 en Gironde.

Agriculture | 05/04/2017 Ils sont nombreux à être venus assister à la CDFR girondine, organisée dans les locaux de Bordeaux Sciences Agro à Gradignan. Il faut dire que le thème 2017, qui cherche à tracer « les nouveaux chemins d'accès au foncier », est porteur d'enjeux forts. Et pour cause, au bout de ces chemins, existants ou à imaginer, c'est bien le choix du modèle agricole français qui se dessine. Avec désormais 40% d'installations en Hors Cadre Familial, le financement des installations n'est rien de moins, derrière la réalisation de projets individuels, que la condition de la pérennité d'un modèle agricole à taille humaine. Un modèle riche, diversifié et garant d'un monde rural vivant. Un modèle potentiellement mis en danger, si le foncier, ne devenait accessible qu'à quelques grands investisseurs extérieurs et lointains, principalement soucieux de rentabilité et d'économies d'échelle. Une hypothèse qui n'est pas une fatalité invite heureusement à penser les intervenants de la table ronde organisée par la SAFER.

Pyrénées-Atlantiques: Convoitées et chères, ces terres qui se font désirer

Convoitées et chères : ces terres agricoles qui se font désirer

Agriculture | 05/04/2017 Comment maintenir une activité agricole sur des territoires où le prix du foncier atteint parfois des proportions exhorbitantes ? Et comment faciliter dans ce contexte l’installation d’une nouvelle génération d’exploitants n’ayant pas hérité de terrains de leurs parents ? Bref, quel avenir assurer à ces « hors-cadres familiaux » dont le nombre ne cesse de s'accroître ? Le sujet a été abordé lundi lors de la Conférence départementale du foncier rural organisée par la Safer au lycée agricole de Montardon. Il n'a pas toujours été simple d'y répondre.

Nouveaux chemins d'accès au foncier: suivez le porc !

Vincent Lesperon, maire de Saint-Yaguen et vice-président de la CdC du Pays Tarusate, Pierre Moureu, vice-président de l’Interprofession Porcine Aquitaine

Agriculture | 28/03/2017 Avec le constat prégnant que la transmission des terres agricoles se joue de plus en plus souvent en dehors du cadre familial, c'est la question de l'accès au foncier, et plus particulièrement de son financement, qui cette année traverse les échanges des Conférences Départementales du Foncier Rural. Les repreneurs « HCF » (hors cadre familial) représentent en effet, désormais 40% des installations agricoles en France. Mais pour eux, l'accès à la terre est souvent plus difficile puisque ''non héréditaire''. Agriculteurs, notaires, banquiers, représentants de la profession agricole et des collectivités locales, se sont retrouvés ce lundi 20 mars à l'invitation de la SAFER AA à Haut-Mauco pour tenter de mettre en exergue les outils existant, souligner les pistes d'amélioration, et imaginer les « nouveaux chemins d'accès au foncier ». Avec un focus sur les innovations de la filière porcine en la matière.

Agroécologie: un démonstrateur plein champ qui séduit la Région à Chizé

 Vincent Bretagnolle, Chercheur CNRS au Centre d'Etudes biologique de Chizé

Agriculture | 07/03/2017 Plus de 400 exploitations sur 450 km2, soit environ 11 000 parcelles, où se côtoient agriculture conventionnelle, agriculture biologique (40 exploitations) et agriculture de conservation (20 exploitations ne pratiquent plus le travail du sol). Voilà le « laboratoire à ciel ouvert » du centre d'études biologiques de Chizé, dans les Deux-Sèvres. Observatoire scientifique de biodiversité depuis 1994, cet « zone-atelier » du CNRS réunit chercheurs et agriculteurs autour de l'agro-écologie pour une agriculture moins consommatrice de produits chimiques mais toujours rentable. En d'autres termes, des recherches en pleins champs qui parient, sur la biodiversité pour compenser la réduction et la dépendance aux intrants. Un laboratoire de recherche présenté par le chercheur du CNRS, Vincent Bretagnolle, ce 3 mars à Alain Rousset.

Concours Agrinove : plus qu’un mois pour s'inscrire !

Inscription avant le 31 mars

Agriculture | 01/03/2017 Faire émerger des pépites et découvrir des innovations techniques, technologiques ou encore agronomiques. Tels sont les objectifs du concours national « innovations pour l'agriculture » porté par la technopole néracaise Agrinove avec le soutien du Conseil départemental de Lot-et-Garonne et de la Communauté de Communes « Albret Communauté ». Pour la 3ème année consécutive, les porteurs de projet, agriculteurs, jeunes entreprises ou encore étudiants sont invités à présenter leur réalisation afin de remporter la coquette somme de 60.000€ remis pour moitié en numéraire et pour moitié en prestations de services.

Les coopératives Terres du Sud et Maïsadour se rapprochent

Patrick Grizou, président de Terres du Sud et Michel Prugue, président de Maïsadour ont annoncé l'union de leurs groupes

Agriculture | 16/01/2017 Réunis lundi à Bordeaux, Michel Prugue, président du groupe coopératif Maïsadour, aux 8000 agriculteurs et au chiffre d'affaires d'1,5 milliard d'euros, et Patrick Grizou, président de Terres du Sud, représentant 6000 exploitants pour un chiffre d'affaires de 641 millions d'euros, ont annoncé leur union à l'échéance de la fin de l'année. Les deux groupes prévoient de faire converger leurs filières agricoles et agroalimentaires. Ce rapprochement devrait donner naissance à un nouveau poids lourd du monde agricole, qui réunira 14 000 adhérents pour un chiffre d'affaires de 2 milliards d'euros.

Nouvelle-Aquitaine: Agri Sud Ouest Innovation voit plus large

Agri Sud Ouest Innovation voit plus large. Thierry Mazet, directeur de l'agriculture-agroalimentaire-forêt, Conseil régional Nouvelle-Aquitaine, Daniel Segonds, JP Raynaud et Vincent Costes

Agriculture | 06/12/2016 C'était un sujet régulièrement abordé depuis 2 ans, entre les responsables d'Agri Sud ouest Innovation et la presse régionale. Mais les choses sont aujourd'hui actées : le Pôle de compétitivité agricole et agro-industriel du Sud Ouest s'apprêtent bel et bien à étendre sa sphère d'influence au-delà de ses territoires « historiques » de Midi-Pyrénées et d'Aquitaine sur les périmètres des ex régions Limousin et Poitou-Charentes. Une décision concertée avec le Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine, afin « d'assurer une égalité de services aux entreprises agricoles en tout point de la nouvelle grande région ». Et la propension du Président de la région à la diffusion de l'innovation tout secteur et tout territoire confondu s'en trouve sans doute ainsi aussi contentée... Un chantier en cours qui devrait se concrétiser dans le courant du premier trimestre 2017.

Agriculture et innovation, un forum pour faire le point

Premier forum régional ''Agriculture Innovation" le 17 novembre 2016

Agriculture | 22/11/2016 La salle d'assemblée plénière du Conseil régional était pleine à craquer ce jeudi à l'occasion du premier forum « Agriculture Innovation » organisé par la Région Nouvelle-Aquitaine, en partenariat avec La Tribune et le Crédit Agricole Aquitaine. L'occasion pour les professionnels de l'agriculture, de la recherche, des start-ups, de la formation, des pôles de compétitivité ainsi que des pouvoirs publics de discuter de la relation entre agriculture et innovation à l'aune des enjeux multiples du secteur. Une après-midi entre témoignages, réflexions et projections pour faire le point sur « l'état de l'art » en la matière, et les perspectives ouvertes pour les décennies à venir. Un premier pas, en quelque sorte, dans l'agriculture 3.0 concrétisée par la présence d'un village de start-ups, et leurs produits et services innovants.

En agroalimentaire, l'innovation régionale se dévoile à Paris

Au Salon international de l'alimentation de Paris, 97 produits aquitains seront mis en lumière

Agriculture | 12/10/2016 Plus de 150 000 visiteurs attendus, 7 000 exposants, 104 pays présents, 21 secteurs produits et filières alimentaires représentés. Voici les chiffres clés l' édition 2016 du Salon International de l'alimentation qui a lieu du 16 au 20 octobre à Paris Nord Villepinte. C'est le lieu où se dévoilent toutes les nouveautés et les tendances de demain du secteur. La Nouvelle Aquitaine ne sera pas en reste : un stand collectif de 650 mètres carrés mettra en valeur le potentiel économique de la région et au total 87 entreprises seront présentes physiquement ou par leur produit.

Des agriculteurs bien ancrés dans le XXIe siècle

MaïsadourMonségur

Agriculture | 16/09/2016 « Cultiver le potentiel de son exploitation »... Les « Rencontres agronomiques et élevage » du géant coopératif Maïsadour ont permis vendredi à plus de 600 agriculteurs de la région d'échanger sur les nouvelles pratiques, notamment numériques, les recherches en cours et les dernières évolutions. Petite balade au milieu des champs de maïs à Monségur (Landes) où se tenait cette journée.

Euralis : un hélicoptère pour semer les couverts végétaux

Euralis : un hélicoptère au-dessus du maïs

Agriculture | 12/09/2016 L’initiative est originale. Depuis l’année dernière, le groupe coopératif Euralis propose à ses adhérents de semer des couverts végétaux par hélicoptère sur leurs champs alors que les maïs sont encore sur pieds. La méthode présente plusieurs avantages, explique-t-il. Elle permet de fournir un engrais vert intéressant pour la culture qui suit. Elle limite l’érosion des sols et elle aide ces derniers à capter l’azote qu’ils contiennent.

Terres du Sud ou l'art d'innover pour le bien être des agriculteurs

Plateforme innovations de Terres du Sud

Agriculture | 22/06/2016 Améliorer le revenu des adhérents de Terres du Sud. Tel est l'objectif premier des dirigeants de cette coopérative agricole. Mais comment faire ? Et bien pour le président Patrick Grizou « les innovations techniques et technologiques sur les exploitations de grandes cultures doivent se mettre au service de l’amélioration de la marge brute et du revenu des agriculteurs ». Et pour le prouver, le 10 juin dernier, Terres du Sud a organisé une journée-plateforme innovations mettant en avant les principales innovations testées par ses « clubs de progrès »...

En Dordogne, la priorité de la Safer demeure la préservation des terres agricoles

En Dordogne, la Safer constate que le marché foncier rural a progressé de 15 % après plusieurs années de baiss

Agriculture | 09/06/2016 7500 hectares de parcelles agricoles ont disparu entre 2006 et 2014. C'est le constat dressé mardi lors de la conférence départementale sur le foncier rural organisé par la SAFER à Périgueux. En parallèle, les espaces naturels (forêts et landes) ont progressé de 1000 hectares. La Safer constate que le marché foncier rural a progressé de 15 % après plusieurs années de baisse. 12 267 ha ont été mis sur le marché pour une somme de 305 millions d'euros. Les acquéreurs non agricoles dominent les transactions, alors que la Safer entend poursuivre son objectif de préserver les terres agricoles.

La nouvelle chambre régionale d'Agriculture veut relever le défi de l'innovation

Le landais Dominique Graciet, au centre, nouveau président de la chambre de l'Agriculture de la Grande région, entouré de ses deux premiers vice-présidents.

Agriculture | 15/12/2015 Le lieu choisi pour la session d'installation du bureau de la nouvelle chambre régionale d'Agriculture est hautement symbolique. Il s'agit de la station de qualification de la race limousine à Lanaud, sur la commune de Boisseuil en Haute-Vienne. C'est un lieu emblématique de l'élevage, qui comptera dans la grande région. Sans surprise, l'éleveur laitier landais, Dominique Graciet, président jusqu'alors de la chambre régionale d'Aquitaine, a été élu aujourd'hui par les représentants des trois chambres Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes, président de la Chambre régionale de la Grande région.

Agriculture et changement climatique: constater pour s'adapter

Frédéric Levrault expert climat de la Chambre d'agriculture Poitou-Charentes

Agriculture | 03/12/2015 Ce 2 décembre à Bordeaux, la Chambre régionale d'Agriculture Aquitaine a rejoint l'ORACLE, Observatoire Régional sur l'Agriculture et le Changement cLimatiquE. Un événement à la pointe de l'actualité, entre COP 21 et la fusion des régions, puisque c'est en Poitou-Charentes que cet observatoire a été initialement créé. A cette occasion se sont tenues les premières Rencontres aquitaines « Agriculture et Changement climatique ». Une journées d'échanges entre professionnels et chercheurs organisée en partenariat entre la chambre consulaire régionale, Bordeaux Sciences Agro, l'Ademe et la Région Aquitaine.

Dans les Landes, des déchets qui ont de l'avenir

Labat

Environnement | 20/10/2015 En achetant son premier camion à moteur gazogène pendant la Seconde Guerre mondiale, Jules Labat ne se doutait pas que plus de 70 ans plus tard, sa petite société d'assainissement d'Aire-sur-Adour (Landes), reprise depuis par son fils, puis son petit-fils emploierait trente salariés, et ferait des déchets une matière première pour l'énergie de demain. « Il dirait sûrement qu'épandre le purin, ce n'est pas nouveau c'est juste du bon sens ! », sourit Xavier Labat, l'actuel PDG d'une société en plein boom, au chiffre d'affaire de 4,5 millions d'euros, en hausse de 10% chaque année.

Innov'action: alimentation automatisée à la chaîne pour cabanes mobiles

Les cabanes mobiles reliées par une chaîne d'alimentation automatisée

Agriculture | 18/08/2015 Installé en hors cadre familial à Saint-Girons-en-Béarn dans les Pyrénées-Atlantiques depuis 2010, Nicolas Duguine exploite 27 ha en grandes cultures et développe une activée d'entrepreneur agricole. Une entreprise de transport agricole à l'activité en baisse qu'il a cherché à compléter au printemps dernier par une autre activité agricole. Son choix s'est porté sur l'aviculture avec la production de poulet label en cabane mobile. Mais ici, pas de cabanes classiques, les huit bâtiments « Cabi » développés par la société Caillol, ont cette particularité innovante de bénéficier d'une alimentation entièrement automatisée. Un système pour l'heure unique en France, qui diminue grandement les contraintes du producteur.

Innov'action: la collectivité fait la force pour réduire les intrants grâce au desherbinage

Innov'action sur les terres de Franck Bellocq à Estibeaux - Le désherbinage à l'honneur

Agriculture | 20/07/2015 Au côté de 7 autres agriculteurs, le landais Franck Bellocq a choisi d'adhérer à la CUMA Miesposa. Plus qu'une CUMA, elle est dans les faits, une véritable « banque de travail » via laquelle, les agriculteurs adhérents gèrent les 8 exploitations individuelles comme une seule, « que ce soit sur la répartition des travaux annuels ou la réalisation de commandes groupées ». Une gestion collective qui a ainsi permis l'évolution des pratiques de désherbage par l'investissement de la CUMA dans une désherbineuse, qui fait le bonheur de l'agriculteur tant sur son efficacité que sur la diminution des coûts liés aux intrants. Une action collective mise en avant dans le cadre des opérations Innov'action dans les Landes.

Innov'action : le pâturage tournant pour une meilleure gestion des prairies permanentes

Jean-François Bourjade et son troupeau

Agriculture | 16/07/2015 Le 23 juin dernier, Jean-François Bourjade, éleveur à Beauville en Lot-et-Garonne, a ouvert les portes de sa ferme, dans le cadre d'Innov'action, afin de faire découvrir à d'autres agriculteurs une pratique innovante, le pâturage tournant. Ce procédé permet une meilleure gestion des prairies et apporte une herbe plus riche. Ainsi, « les bêtes sont en meilleure santé. Les mères sont plus fertiles et ont plus de lait ». Une pratique née dans les années 50 boudée par la France mais adoptée par les pays anglo-saxons... Rencontre avec cet éleveur...

Innov'action: l'innovation pour une irrigation zen

Canon d'irrigation équipé du "gun corner" en démonstration à Aire-sur-l'Adour dans le cadre des Innov'actions

Agriculture | 14/07/2015 Si elle est une garantie pour un meilleur rendement des cultures, surtout en ces temps de sécheresse de longue durée, l'irrigation n'est pas sans contraintes ni coût pour les exploitants. C'est justement dans le but de réduire ces contraintes, sans perdre de vue les objectifs de rendements, que l'innovation en agriculture prend toute sa place. Exemple donc, en irrigation avec le développement de divers équipements, dont la présentation a eu lieu sur l'exploitation de Jean-Pierre Saint-Pé à Aire-sur-l'Adour, dans le cadre des opérations Innov'action,. L'hôte de la journée a notamment opté pour l'installation d'un brise jet sur ses enrouleurs : un choix qu'il ne regrette pas !

Innov'action : du bio dans une serre photovoltaïque à Sainte-Livrade

La serre photovoltaïque couvre un hectare de terrain

Agriculture | 26/06/2015 Depuis le 9 juin et pendant un mois, 13 fermes d'Aquitaine aux pratiques nouvelles ouvrent leurs portes dans le cadre d'Innov'Action, un dispositif lancé par les Chambres d'Agriculture. L'objectif : éclairer sur les nouvelles méthodes de travail des agriculteurs et les techniques de demain. Ce mardi 23 juin, c'était au tour du Lycée Agricole de Sainte-Livrade-sur-Lot, en Lot-et-Garonne, d'ouvrir les portes d'une serre d'un nouveau genre : au dessus des semences bio, des panneaux photovoltaïques ! Xavier Canal, directeur de l'exploitation, nous en dévoile le potentiel... et les principaux obstacles.

Innov'action: Un outil de pilotage de l'irrigation en fraise hors sol pour économiser l'eau

A droite Thierry Bauchiero reçoit ses collègues fraisiculteurs sur sa ferme

Agriculture | 21/06/2015 Dans le cadre d'Innov'action, la Chambre d'agriculture de la Dordogne a invité, jeudi matin, les fraisiculteurs sur l'exploitation de Thierry Bauchiero à Salon-de-Vergt pour présenter un outil de pilotage de l'irrigation en fraise hors sol. Après trois ans d'utilisation, ce système permet d'appréhender avec précision l'état hydrique du substrat par une mesure régulière, de répondre au mieux aux besoins en eau de la plante et ainsi de diminuer les coûts de production. Les producteurs de fraises ont d'autres attentes, notamment pouvoir collecter les données en temps réel sur leurs smartphones.

A Souprosse: l'innovation met une bonne ambiance chez les canetons

A l'intérieur de la canetonière de Xavier Comet à Souprosse dans les Landes

Agriculture | 18/06/2015 Xavier Comet, agriculteur à Souprosse, a ouvert les portes de sa ferme, ou plutôt de sa canetonière, dans le cadre de l'opération Innov'action. L'atout innovation de son élevage de canards prêts à gaver : un bâtiment de démarrage dynamique automatisé. Abritant les canetons de 1 jours à 12 semaines en quasi auto-gestion, il concilie confort de travail pour l'éleveur, économies d'énergie, valorisation de l'aliment, meilleur bien-être des animaux et de meilleurs résultats sur leur qualité. Xavier Comet l'assure : il ne regrette pas son investissement et projette même d'étendre ce système à ces autres bâtiments d'élevage.

Innov'action: Le binage, l'avenir du désherbage... mais pas sans GPS!

Démonstration en cours dans le champ de maïs bio de Jean-Christophe Juste à Belhade

Agriculture | 11/06/2015 Durant un mois des agriculteurs aquitains ouvrent les portes de leur exploitation à d'autres professionnels de l'agriculture. Objectif : promouvoir les bonnes pratiques et outils innovants pour leur plus large développement dans les fermes d'Aquitaine. Le landais Jean-Christophe Juste a été un des premiers à recevoir une cinquantaine de ses confrères et partenaires sur ses terres à Belhade. Son « plus » innovation à lui : le désherbage mécanique de ses champs de maïs. Au programme de cette chaude journée de juin, explications et démonstrations sur le terrain de matériels innovants qui cumulent précision, confort de travail pour l'agriculteur, et moindre utilisation des intrants chimiques.

Innov’action dans les Pyrénées-Atlantiques : des brebis hyper branchées

Innov'action dans les Pyrénées-Atlantiques : des brebis hyper-branchées

Agriculture | 11/06/2015 Les brebis et l’ordinateur font parfois bon ménage. Un exemple vient d’en être fourni en Béarn au cours de portes-ouvertes organisées à Oloron-Sainte-Marie, sur la ferme du lycée des métiers de la montagne. Un établissement dont la salle de traite a été équipée d’un distributeur automatique d’aliments concentrés. Ce qui permet, moyennant quelques clics, d’apporter à chaque bête – outre les fourrages dont elle se nourrit - une ration individuelle adaptée à son poids, son âge, son état de santé, sa production laitière, et l’on n’en passe. On n’arrête pas le progrès.

Innov'Action : 4 évènements et 13 « fermes ouvertes » donnent à voir l'innovation aux champs

Exemple d'innovation dans les champs: les robots qui déserbent seuls. Ici le robot Oz de la société Naïo Techonogies, destiné aux exploitations maraîchère

Agriculture | 04/06/2015 Tout l'objet d'Innov'action, c'est d'encourager le développement des pratiques et outils innovants dans les fermes. Comment? en fournissant la preuve par l'exemple aux agriculteurs. En effet, durant un mois, 13 fermes d'Aquitaine aux pratiques innovantes, ouvrent leurs portes aux professionnels de l'agriculture, (chefs d'exploitation, techniciens, étudiants...). Ces professionnels pourront ainsi voir, échanger et mesurer avec les agriculteurs qui les accueillent et de manière très concrètes les points forts et éventuels points faibles de nombreux outils et pratiques innovantes utilisées sur les exploitations. L'occasion pour eux de s'informer et découvrir d'autres façons de produire autour de trois axes principaux, mais non exclusifs : l'efficacité alimentaire, les économies d'énergie et d'eau et l'agro-écologie, le tout en adéquation avec les filières agricoles régionales.

Première édition des Etats Généraux de l'Innovation

Emmanuel Labriffe, Denis Vicentini et Eric Juncker, les trois vainqueurs du concours ''Innovations pour l'Agriculture'' aux côtés de Jean-Pierre Raynaud et Dominique Graciet

Spécial | 14/05/2015 Manifestation inédite pour cette 44ème édition du Salon de l'Agriculture, les États Généraux de l'Innovation souhaitaient, en première intention, faire le point sur l'innovation en agriculture au travers de la vision d'un ensemble d'acteurs aquitains du secteur. Afin de valoriser les idées innovantes au service de l'amont agricole, les remises de prix des « Concours de l'Innovation Agrinove » et de la « Fondation pour une Agriculture Durable en Aquitaine » étaient aussi au programme de la matinée de ce 12 mai. Retour sur cette manifestation riche en contenu.

L'agriculture Aquitaine met le cap sur l'Innov' Action

Au Salon de l'agriculture, Dominique Graciet, Président de la Chambre régionale de l'agriculture d'Aquitaine a donné les trois coups du mois de l'Innov'Action

Spécial | 08/05/2015 Ce n'est pas tout d'être une grande région agricole et agro-alimentaire et demain de le devenir plus encore: pour se développer et progresser, de la recherche à la ferme, à l'exploitation il faut réussir d'une filière à l'autre ce que Dominique Graciet, président du Salon régional, appelle le "nécessaire transfert de connaissances". Parvenir pour des raisons économiques, mais aussi pour être plus proches des attentes de la société, à une agriculture de précision qui aura su anticiper l'évolution des normes et trouver des financements nouveaux. Un défi que les responsables agricoles de l'Aquitaine vont relever, notamment en ouvrant les portes de 17 fermes régionales pendant un mois, du 7 juin au 7 juillet.