Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

16/01/19 : La Rochelle : la Nuit de la lecture se tient samedi 19 janvier de 14 h à 7 h dimanche à la Médiathèque de Laleu/La Pallice, à la Médiathèque Michel-Crépeau et au Muséum d’Histoire naturelle. Des lectures et des animations variées sont organisées.

16/01/19 : Le lanceur de poids bordelais Jean-Luc Mastromauro a battu le record de France des moins de 50 ans. Il a réalisé 17m19 à Fronton le 13 janvier, améliorant ainsi son propre record de France, établi une semaine plus tôt avec 16m90.

16/01/19 : Dans le cadre du dispositif "Permis de Jardiner" et à l'initiative du collectif Pau Sud, la rue Jacques Terrier sera revégétalisée. La Maison du Jardinier organise le 18 janvier de 14h à 17h une après-midi de plantation participatif.

15/01/19 : le Préfet de la Dordogne a désigné le sous-préfet de Nontron, Frédéric Roussel, référent départemental pour le grand débat national. Il est joignable à l'adresse : pref-granddebat@dordogne.gouv.fr. Plus d'infos : www.granddebat.fr

15/01/19 : Solène Ndama, licenciée au Bordeaux Athlé commence bien la saison. La jeune athlète bordelaise (20ans) réalise la meilleure performance mondiale de la saison au pentathlon (5 épreuves) en salle à Clermont-Ferrand.

14/01/19 : Didier Lallement, préfet de la région Nouvelle-Aquitaine, préfet de la Gironde, a nommé Thierry Suquet, secrétaire général de la préfecture de la Gironde, comme référent pour le Grand Débat National en Gironde.

13/01/19 : Emmanuel Macron dans sa lettre aux Français: Faut-il reconnaître le vote blanc? Faut-il rendre le vote obligatoire? Quelle est la bonne dose de proportionnelle aux élections législatives pour une représentation plus juste de tous les projets politiques

12/01/19 : GJ.La préfecture de Gironde a fait le point suivant à 19h45: 6000 manifestants, 35 interpellations, pas de blessé du côté des forces de l'ordre, des vitrines et du mobiliers urbains dégradés ainsi que des poubelles brûlées.Dernières dispersions en cours"

11/01/19 : Manifestations du samedi 12 janvier. Alain Juppé, maire de Bordeaux, en accord avec le Préfet, a décidé de fermer les lieux publics. L'opération de parking gratuit sur la place des Quinconces est reconduite ce dimanche 13 janvier.

10/01/19 : Avec 6,8 millions de passagers et + 9,3% de hausse de trafic, l'Aéroport de Bordeaux conclut une 9ème année de croissance consécutive. En gagnant 576.000 voyageurs supplémentaires, 2018 représente la meilleure année sur la plateforme bordelaise.

10/01/19 : Pour la période des soldes, le réseau des bus de l'agglomération d'Agen fait voyager en illimité sur l’Agglo pour 1,20€ (au lieu de 2,50€). Offre valable les samedis 12, 19 et 26 janvier 2019.

10/01/19 : Fermeture du Pont d'Aquitaine dans les deux sens de circulation en raison de travaux, du jeudi 10 janv 21h au vendredi 11 janv à 6h. Des déviations seront mises en place par la rocade intérieure et la rocade extérieure, via le pont F. Mitterrand.

09/01/19 : Bernard Giraudel, patron charismatique du Vieux Logis, le restaurant étoilé de Trémolat en Dordogne, est décédé ce mercredi. Il a trouvé la mort sur les routes de Dordogne, à l'âge de 93 ans. Il a fait un arrêt cardiaque au volant de sa voiture.

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 16/01/19 | 150 postes à pourvoir à l'aéroport !

    Lire

    Pôle Emploi et l’aéroport de Bordeaux-Mérignac organisent un job dating inédit en partenariat avec la Ville de Mérignac le 31 janvier prochain. 150 postes seront à pourvoir immédiatement autour d’une vingtaine de métiers allant de l’agent d’exploitation au steward, en passant par l’agent de sûreté ou l’agent de piste. L'occasion, CV en main, de rencontrer directement toutes les entreprises de l’aéroport qui recrutent sur terre ou dans les airs ! Commerces, restaurants, loueurs de véhicules, compagnies aériennes, etc. Infos et détails des postes à pourvoir sur : www.pole-emploi.fr

  • 16/01/19 | Le Raid Saint-Martin : volume 2

    Lire

    Le département de la Vienne et le Stade Poitevin Triathlon organisent les 21 et 22 juin 2019 le 2ème Raid Saint-Martin. Cette épreuve sportive, labellisée, festive et culturelle permet de découvrir le 4ème chemin de randonnée lié à Saint-Martin en Touraine et Poitou. Deux formules XL (150km) seront proposées pour cette édition 2019 et un raid de 90 km. Les équipes s’inscriront par 2,3 ou 4 et pourront profiter d’étapes de course à pied, run and bike, VT canoë et course d’orientation.

  • 16/01/19 | Pyrénnées : partenariat Altibus-Air'Py

    Lire

    Présents actuellement au salon Grand Ski à Chambéry, le gestionnaire de l'aéroport Pau-Pyrénées et Altibus en ont profité pour signer un partenariat qui permet de relier par navette l'aéroport Palois à 18 stations de ski des Pyrénées. Ainsi, Altibus s'implante pour la première fois dans les Pyrénées! Les navettes sont proposées au tarif de 15€ l'aller simple, en correspondance avec les vols de Paris Orly, Brest, Caen, Lille et Strasbourg.

  • 16/01/19 | Dartess et Inno'vin main dans la main

    Lire

    Le leader français du conditionnement et de la logistique des vins et spiritueux, Dartess, souhaite devenir un acteur de l'innovation. En rejoignant le cluster INNO'VIN, qui rassemble plus de 150 acteurs viti/vinicoles en Nouvelle-Aquitaine, Dartess met ainsi l'innovation au cœur de son développement, afin de mieux prendre le virage digital. Ce rassemblement d'acteurs de l'innovation permet de s'associer avec des startups, entreprises ou organismes de recherche et mener des expérience concrètes

  • 16/01/19 | La Nouvelle-Aquitaine consommatrice de glyphosate

    Lire

    Alors qu'un sujet d'Envoyé Spécial y est consacré cette semaine, une étude récente enquête réalisée par France Info sur le glyphosate. Trois départements de Nouvelle-Aquitaine figurent dans les territoires où l'herbicide s'est le plus vendu en 2017 : la Charente-Maritime (271 tonnes), la Charente (270,1 tonnes) et la Gironde (248,9 tonnes). Selon cette enquête, qui se base sur les données de l'Institut national de l'environnement industriel et des risques (Ineris), 2017 "représente la troisième année où le produit s'est le plus vendu en dix ans".

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Agriculture | Start-up à succès : votremachine.com améliore le revenu des agriculteurs

27/02/2018 | Améliorer les revenus agricoles, un sujet pour le moins d'actualité... Votremachine.com propose d'agir sur les coûts de mécanisation. C'est du vécu pour son créateur, Jean-Michel Lamothe.

Jean-Michel Lamothe agriculteur et co-fondateur de la startup votremachine.com

Dans les Landes, Jean-Michel Lamothe est multi-entrepreneur. Agriculteur céréalier, viticulteur en Bas-Armagnac, et depuis 2015, PDG fondateur d'une start-up de location de matériels entre agriculteurs : votremachine.com. Une entrée dans le monde entrepreneurial du numérique pour le chef d'exploitation comme une suite logique de son parcours agricole, poussé par l'obsession d' améliorer les conditions de vie des agriculteurs en leur proposant de diminuer leurs charges de mécanisation. Combiner numérique et location de matériels, une double révolution des esprits dans le monde agricole qui peu à peu trace son chemin.

Depuis tout jeune, passionné par la terre et le matériel, Jean-Michel Lamothe, non issu du milieu agricole n'avait pourtant qu'un souhait, devenir agriculteur. Après une formation adéquate, et une fois passé son service militaire, il achète son premier foncier et s'installe à 21 ans en tant que céréalier, « avec l'obligation de s'équiper ». Pour alléger la charge, il crée une CUMA avec trois autres agriculteurs. La structure coopérative, permet ainsi l'achat du matériel en commun sur un engagement de 5 ans. Objectif : « pouvoir avoir un prix de mécanisation le moins cher possible à l'hectare ».
En temps qu'exploitant agricole, son parcours est plutôt réussi ; il achètera d'autres fonciers et en louera, lui permettant au fil du temps de renforcer et d'agrandir son exploitation. Il le reconnaît volontiers, il a désormais « une grosse structure ». Sur ses activités agricoles, il emploie cinq personnes, et a notamment contribué à installer un jeune en hors cadre familial, en le prenant comme associé.

Des charges de mécanisation passées de 35% à 15%
« Pour autant, il y a toujours des périodes avec des volatilités de prix qui sont importantes. Mon premier gros coup dur a été en 2008-2009, se souvient-il. Les cours des matières premières se sont effondrés à une période où je devais assumer des investissements importants, dont l'achat de terres coûteuses avec irrigation. J'ai vraiment pensé qu'on n'allait pas résister. » C'est à cette période qu'il décide de louer son matériel agricole et engage son groupe d'agriculteurs à faire de même avec le matériel de la CUMA. Une logique qu'il n'a, depuis, pas quittée. « Je fais tourner mon matériel au maximum, et je le rénove tous les 3 ans ». Conséquence : ses charges de mécanisation, avec l'utilisation intensive de son matériel, représentent entre 12 et 15% des coûts de son exploitation. « En moyenne dans les fermes françaises, on est d'avantage de l'ordre de 35% des coûts totaux.... » En fait synthétise-t-il, « il faut penser en notion d'usage du matériel, plutôt que de propriété ».

Un déclic, devenu mantra, qu'il a tenu à diffuser auprès de sa profession. Mais pour permettre cet usage intensif des machines d'une exploitation à l'autre, il manquait l'outil permettant la mise en relation entre agriculteurs. Un manque qu'il a voulu combler en s'associant à son frère ingénieur informaticien, alors que les BlablaCar, Airbnb, et autres sites d'économie collaborative commençaient à fleurir sur le net. « Nous avons commencé à y travailler en 2012, mais c'est en 2015 qu'on s'est vraiment lancé avec votremachine.com. »

Avec ce site, les agriculteurs peuvent en effet proposer à la location tout leur matériel agricole, de la débroussailleuse, à la charrue, en passant par la bétonnière, du matériel viticole ou des tracteurs de 400 chevaux... La start up se charge de classer le matériel et de lui estimer une valeur locative (à l'heure) grâce à un algorithme qui prend en compte par exemple les différentes options du matériel, et la demande du matériel au regard de la saisonnalité. Pour autant précise Jean-Michel Lamothe, c'est un prix indicatif, le propriétaire, n'est pas obligé de le suivre. « Mais notre rôle est aussi de conseiller l'agriculteur pour qu'il soit le plus compétitif possible. Si son prix est trop élevé, il ne parviendra pas à louer son matériel... »

Les équipe de votremachine.com se déplace aussi pour rencontrer les agriculteurs

Proximité et réactivité pour accompagner l'évolution des mentalités
Dans le processus de location, votre machine.com, s'engage, à « sécuriser le paiement le soir même de la location, à sécuriser le matériel et les hommes grâce à une assurance ad hoc, et à s'occuper de l'administratif c'est à dire la préparation du contrat, de la fiche d'état des lieux et de la facture ». A noter que « sur les 407 locations réalisées via le site en 2017, aucun sinistre n'est à déclarer », annonce non sans fierté l'agriculteur-startupper. Une fois le prix de la location fixée par le propriétaire, le tarif indiqué sur le site intégrera 6% d'assurance et 15% de commission pour le compte de la start-up.

Mais l'arrivée de cet « outil de gestion du matériel agricole », comme le désigne son créateur, suppose une évolution de l'état d'esprit des agriculteurs, reconnaît volontiers Jean-Michel Lamothe. « Quand l'agriculteur s'inscrit sur notre site, il doit accepter de gérer différemment son matériel... Pour certains c'est difficile de prendre cette décision de mettre à disposition leurs machines et outils. Mais ceux qui ont franchi le pas une fois, poursuivent ensuite l'expérience. Quand un tiers des agriculteurs touchent 350 euros par mois, louer son matériel, bien sûr ça ne résoudra pas tout, mais ça peut être une bouée d'oxygène sur les charges de mécanisation... »
Mais comme le pas est parfois un peu difficile, l'accompagnement des agriculteurs inscrits mais en proie au doute, passe beaucoup par téléphone, idem pour ceux qui souhaitent utiliser le matériel proposé sur le site. En plus des mises en relation fournies par le site, une permanence téléphonique est donc assurée tous les jours, « dimanche compris ». Et pour cause, la start-up, qui compte une dizaine de collaborateur dont six salariés, s'attache à être la plus réactive possible. « On pense souvent à nous quand il y a des pannes, et notamment le dimanche. Or les agriculteurs ont besoin de pouvoir continuer leurs travaux au plus vite, tant que la météo leur permet... » Une logique de proximité et de réactivité qui paye, pour l'heure 5800 agriculteurs sont inscrits sur le site et 9000 machines sont proposées à la location.

Du côté des utilisateurs du matériel, votremachine.com est aussi une solution pour les jeunes installés, tant pour diminuer un investissement de départ, que l'achat de matériel vient alourdir un peu plus, mais aussi pour tester les différents types de matériel existant sur le marché, avant éventuellement de passer le pas de l'achat...

Objectif: mailler progressivement le territoire, et les collectivités
Après s'être développé dans le Sud-Ouest, à l'échelle de la Nouvelle-Aquitaine, votremachine.com ambitionne de mailler progressivement le territoire. prochain objectif : la Bretagne, « même si nous avons déjà des demandes ailleurs en France ». Mais l'idée est de parvenir à un développement concomitant de l'offre et de la demande par territoire, pour ne pas perdre en crédibilité et assurer que le service de mise en relation entre deux agriculteurs soit véritablement effectif. Le mot clef est celui de « structuration », « notamment par le biais de partenariats avec des coopératives pour mettre leur matériel en ligne ». Plus inattendu peut-être la start-up, qui a au départ reçu les craintes des CUMA, voyant en votremachine.com un concurrent à leur principe même de partage de matériel, passe désormais des partenariats avec certaines d'entre elles. Un est en cours avec la fédération des Cuma 64 et 40, et un prochain s'annonce avec celle des Cuma 32 et 65. « Malgré les réticences initiales, ça marche très bien, et ça leur permet à eux aussi de diluer des coûts, qui parfois restent importants, sur de plus larges périmètres ».
Au-delà des projets d'extension géographique, la start-up vise aussi son déploiement auprès des collectivités... Une expérimentation est en cours dans les Landes, et « ça fonctionne », se satisfait le PDG. De même, si les agriculteurs et viticulteurs sont les utilisateurs cibles du site, rien n'empêche un particulier de faire appel à votremachine.com pour louer du matériel. Une seule condition : que le particulier soit détenteur du permis nécessaire à la conduite de certains engins... « Mais pour louer un sécateur électrique par exemple, c'est bien sûr possible sans condition. »

Bientôt des royalties pour des agriculteurs ?
Toujours au titre des projets, la startup est en cours de finalisation d'une nouvelle application, « beaucoup plus intuitive et simple, pour utiliser le site depuis son téléphone ou sa tablette », promet son président, signature électronique, comprise. Elle devrait arriver pour l'été. Mais cet été marquera aussi un pas financier important pour votremachine.com, qui s'apprête à réaliser une levée de fonds de 500 000 € pour poursuivre son déploiement, et atteindre 1 M€ de chiffre d'affaires pour 2018. Et Jean-Michel Lamothe a déjà une idée bien précise sur le futur actionnariat : « nous voulons faire rentrer des agriculteurs au capital. L'idée est qu'ils soient prescripteurs. Et si l'entreprise est rentable, je préfère que ce soient des agriculteurs qui touchent des royalties plutôt qu'un fond de pension... C'est cohérent avec notre objectif de générer du revenu auprès du monde agricole, ça fait partie de nos valeurs », insiste-t-il.
Enfin, l'agenda de l'entrepreneur qui ne s'arrête jamais est réservé pour 10 jours par le Salon International de l'Agriculture de Paris où sa start-up est présente sur le stand collectif de la Ferme Digitale. L'occasion, espère-t-il, de croiser quelques Ministres mais surtout de continuer à se faire connaître auprès des professionnels comme des institutionnels. En mai, un passage sera également prévu sur le Salon de l'Agriculture de Bordeaux sur le stand du Village by CA, dont la start-up landaise est membre.
Espérons pour l'agriculteur qu'est encore Jean-Michel Lamothe qu'il trouvera un moment, malgré tous ces projets, pour prendre le volant de son tracteur. Un passage obligé, en ce qui le concerne « pour se détendre de cette belle mais néanmoins stressante aventure » entrepreneuriale.

L'équipe votremachine.com

Solène Méric
Par Solène Méric

Crédit Photo : Aqui.fr et votremachine.com

Partager sur Facebook
Vu par vous
29000
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 18 + 7 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr