aqui.fr lance Aqui-Bordeaux-Métropole le 9 novembre 2015

29/09/16 : Alain Rousset:"je l'ai demandée depuis longtemps" après l'annonce de M.Valls qu'à compter du 1er janvier 2018, les régions au lieu de la DGF bénéficieront d'une "fraction de TVA dont l’effet dynamique garantira et pérennisera leurs moyens d’actions"

29/09/16 : Alors que les attaques de vautours sur le bétail augmentent dans les Pyrénées-Atlantiques, Bernard Layre, le président de la FDSEA demande que des tirs de prélèvement soient faits sur ces rapaces, "exactement comme c'est le cas ailleurs pour le loup"

27/09/16 : Le Tribunal administratif de Pau a consulté aujourd'hui mardi le premier des deux recours déposé par les opposants à l'intercommunalité unique du Pays basque. Celui-ci concernait l'étude de la validité de l'arrêté du 18 juillet. Jugement rendu lundi.

27/09/16 : Mme Sonia Penela est nommée sous-préfète, directrice de cabinet de la préfète de la Dordogne. Elle succède à Jean-Philippe Aurignac qui occupe désormais le poste de Secrétaire général de la préfecture du Cantal. Elle prendra ses fonctions le 3 octobre.

23/09/16 : Annulation du spectacle « Cabaret New Burlesque » programmé le mardi 11 octobre, au Théâtre Ducourneau, à Agen. Le producteur a déprogrammé la tournée européenne de ces artistes américains. Aucun autre spectacle ne sera programmé en remplacement.

23/09/16 : Elections au tribunal de Commerce d'Agen. 9 candidats en lice. Dépouillement prévu le 5 octobre à 9h30 et éventuellement, en cas de 2ème tour, le 18 octobre à 9h30.

23/09/16 : TEST TOEIC. Spécialisée dans l’enseignement des langues étrangères, la Maison de l’Europe47 à Agen organise une session de test TOEIC le mercredi 12 octobre de 14h à 17h. Plus d'infos au 05.53.66.47.59. Date limite d’inscription : le 26 septembre

22/09/16 : L'abeille et les problèmes auxquels elle est confrontée sont évoqués jusqu'au samedi 24 septembre lors de journées que le village Emmaüs de Pau-Lescar consacre à cet insecte à travers de multiples stands, animations et conférences.+ d'info

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 29/09/16 | Une belle reconnaissance pour les Vignerons de Buzet!

    Lire

    Ils viennent d'obtenir le label Diversité. Un premier pas vers la double certification « égalité & diversité », proposée par la Région Aquitaine et le groupe AFNOR. Cette certification veille à la gestion équitable et impartiale de la richesse humaine, sans discrimination aucune. Les Vignerons de Buzet s'inscrivent là dans un projet pilote pour les PME, porté par la Région Aquitaine. Une démarche expérimentale et innovante qui évoluera au sein de la démarche RSE globale.

  • 27/09/16 | PS Gironde; les six circonscriptions réservées aux femmes

    Lire

    La fédération de la Gironde du PS dans un communiqué annonce qu'il a choisi de reconduire la parité pour la désignation des candidatures aux législatives de juin 2017. Pour ces prochaines échéances "le Parti Socialiste girondin s’inscrit dans cette même dynamique de féminisation de ses candidatures en marquant son souhait de réserver la moitié des circonscriptions girondines soit les 1ère, 2e, 5e, 6e, 8e et 12e circonscriptions. L’ensemble des 12 circonscriptions seront soumises au vote des militants." Cette proposition a été adoptée par 72% des membres du Conseil Fédéral ce 26 septembre.

  • 27/09/16 | Un nouveau radar fixe dans le Bergeracois pour la fin de l'année

    Lire

    Un radar fixe sur la route entre Bergerac et Eymet va être installé. C'est ce qu'a annoncé la préfète de Dordogne, Anne-Gaëlle Baudouin-Clerc. L'emplacement exact n'a pas été révélé. "Il s'agit d'une route qui n'avait pas été identifiée comme particulièrement dangereuse. Mais suite à plusieurs accidents récents sur cet axe, j'ai demandé l'installation d'un radar". Il devrait être mis en place d'ici la fin de l'année explique-t-elle. Il flashera dans les deux sens de circulation.

  • 26/09/16 | Chômage: Les chiffres en Nouvelle Aquitaine

    Lire

    302 935 demandeurs sans aucune activité fin août: +0,7 % sur 3 mois: +2 051 personnes, +0,6 % sur un mois et -0,8 % sur un an. France: + 1,0 % sur 3 mois, +1,4 % sur un mois, -0,3 % sur un an. +1,2 % pour les moins de 25 ans (+2,0 % sur un mois et –4,7 % sur un an), +0,4 % pour ceux de 25 à 49 ans (+0,3 % sur un mois et –1,2 % sur un an) et de 1,1 % pour ceux de 50 ans ou plus (+0,5 % sur un mois et +2,5 % sur un an). Au total (ABC) 501 721 demandeurs: + 2,1 % sur un an. Par département: –1,0 % en Creuse et +1,8 % en Charente sur 3 mois et entre –1,1 % dans les Landes et +1,6 % en Charente sur un mois.

  • 26/09/16 | Alain Juppé : "les maires doivent s'efforcer de mieux accueillir les réfugiés"

    Lire

    Avant son conseil municipal, Alain Juppé, a appelé lundi les élus municipaux de tous bords à "faire des efforts" pour mieux accueillir les réfugiés "demandeurs d'asile" en France. Il s'oppose sur cette question, au Front national qui est hostile à tout accueil de réfugiés. M. Juppé a distingué les personnes en situation illégale qui "ont vocation à être reconduites à la frontière" et "les demandeurs d'asile". Pour ces derniers, "il faut évidemment éviter cette forte concentration à Calais".

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Elections régionales 2015 Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Agriculture | 2013-2014, une croissance tumultueuse pour le Groupe Coopératif Maïsadour

03/12/2014 | Ce mardi 2 décembre, le Groupe Coopératif Maïsadour tenait son assemblée générale à Hagetmau. L'occasion de dresser le bilan d'une «année atypique» pour le groupe.

Le bureau du Groupe Coopératif Maïsadour, à l'occasion de l'Assemblée générale du Groupe le 2/12/2014

Malgré un chiffre d'affaire d'1,55 Mds€ en hausse de 4% et un résultat brut d'exploitation de 52M € également en augmentation de 6%, le Groupe Coopératif Maïsadour n'a pu que subir les graves caprices de la météo et les contre-coups financiers de la crise politique en Ukraine. Deux accidents d'importance pour l'exercice 2013-2014 qui participent à une perte nette de 11,7M€ pour le groupe. Pour autant, Michel Prugue, Président de Maïsadour et Thierry Zurcher, son directeur général, ont aussi listé de nombreux éléments de satisfaction marquant de l'année, affirmant avec force, «la résilience du modèle et sa capacité à résister à la crise».

Sur cet exercice 2013-2014, Maïsadour aura joué de malchance : un accident politique, une crise climatique, le tout surplombé par un contexte de consommation à la baisse... Des événements difficilement prévisibles pour le groupe. La météo d'abord, avec ses trombes d'eau, aura causé une collecte particulièrement difficile dans les Landes. «Sur le maïs, nous avons enregistré 30% de production de moins que ne le prévoyaient nos carnets de commande. Il a donc fallu aller chercher du maïs ailleurs, et plus cher pour pouvoir tout de même fournir nos clients, et ainsi les conserver pour les années avenir», explique Thierry Zurcher. Autre conséquence météorologique, 25% de la production de semence n'était pas non plus au rendez-vous.

Ukraine: "notre analyse de départ était la bonne"L'Ukraine ensuite. Maïsadour, y développe en effet sa présence depuis plusieurs années, car insiste Thierry Zurcher, «sur les semences, il y a deux grandes zones stratégiques où il faut être présent : la France et l'Allemagne, et l'Ukraine et la Russie. Nous sommes présents sur ces deux zones, avec d'ailleurs l'inauguration d'un second séchoir en Ukraine au mois d'août dernier.» Pas de regret donc sur les choix stratégiques, d'autant que sur les pays de l'Est, le groupe coopératif ne cesse de gagner des part de marchés, y compris en Russie. «Au-delà des aléas politiques, notre analyse de départ était la bonne» réaffirme Michel Prugue.
Pourtant, la conjoncture Ukrainienne a bien pesé sur les résultats du groupe coopératif landais ; non pas directement en raison des conflits, mais de leurs conséquences financières sur les investissements lancés par Maïsadour, avant le début des tensions. «La crise politique a causé une dévaluation de 50% de la monnaie locale, ce qui a rendu nécessaire pour nous de créer une provision pour risque de change à hauteur de 14 M€ », précise le Directeur général. «Si nous n'avions pas eu besoin de faire cette provision, le résultat net serait, comme le chiffre d'affaire et le résultat brut d'exploitation, en hausse. Une hausse estimée à 2,4% », poursuit-il.
Enfin, un troisième élément vient expliquer, selon Thierry Zurcher, un résultat décevant pour la coopérative ; l'intégration au sein du Groupe de deux sociétés de saumon et de poissons blancs rachetées à la barre du Tribunal de commerce qui ont nécessité «une remise à plat complète et une restructuration de l'activité saumon.» Autre secteur en cours de retournement, l'activité traiteur qui a subit de plein fouet la crise du "horse gate", sans vraiment parvenir à s'en relever.

Michel Prugue, Président du Groupe Coopératif Maïsadour (à droite) et Thierry Zurcher, son Directeur Général (à gauche)

"La résilience du modèle"Pour autant, les raisons de se satisfaire sur cet exercice 2013-2014 restent néanmoins nombreuses assurent en choeur Président et Directeur général du Groupe Coopératif. D'abord, on l'a dit, le succès à l'international sur les semences. Ensuite, «les très bons résultats sur la nutrition animale, avec Sud Ouest Aliment, issu d'une politique d'alliance entre coopératives», et désormais leader dans la région avec 32% de part de marché. Enfin, autre belle progression mise en avant par les responsables de Maïsadour, celle de Fermiers du Sud-Ouest, avec notamment la marque St Sever, là encore résultat d'une alliance entre plusieurs coopératives du bassin de production Landes, Gers et Périgord. A noter aussi, «une collecte, très belle et très abondante sur les légumes», et «le vrai succès» du Jambon de Bayonne porté par la marque Delpeyrat.
Au total, un certain nombre de succès et le maintien d'un équilibre entre amont et aval des productions du groupe qui démontrent bien, selon Michel Prugue, «la résilience du modèle Maïsadour, et l'agilité organisationnelle et de résistance pour passer le cap».

Maïsadour et Vivadour, vers "une identité partagée"?Au sujet des alliances, Michel Prugue a saisi l'occasion de l'assemblée générale pour livrer les réflexions en cours autour d'un nouveau projet commun avec la coopérative Vivadour. Si un certain nombre d'outils et de moyens sont déjà mis en place de manière partagée, le Président de Maïsadour, décrit ce nouveau projet commun, le 15ème, comme « un projet plus global sur les relations territoriales et les relations avec les adhérents ». Michel Prugue, devant l'assemblée de nombreux adhérents réunis, évoque ainsi avec précaution, l'idée d'«une identité partagée assumée pour satisfaire les besoins des adhérents et faire vivre les territoires». Pour autant, le mot «fusion» est bien loin d'être prononcé. Aux journalistes, quelques minutes avant l'Assemblée générale, il avait confirmé qu'il y a bien « rapprochement, mais il ne porte le nom d'aucune forme juridique, car, assure-t-il, si on veut aller plus loin, il faudra l'adhésion complète d'une majorité d'adhérents ». L'idée est donc lancée, maintenant «il faut laisser maturer».

 

Lire aussi: Le grand entretien accordé à Aqui par Michel Prugue et Thierry Zurcher

Solène Méric
Par Solène Méric

Crédit Photo : Studio Ernest

Partager sur Facebook
Vu par vous
2580
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 32 + 15 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr