Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

16/04/21 : Un centre de vaccination de grande capacité va ouvrir ses portes au Parc des Expositions de Poitiers le 20 avril prochain.

13/04/21 : 264 196 311,23 euros c'est le montant des subventions votées ce 12 avril lors de la dernière commission permanente du Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine. 244 délibérations ont été votées par des élus régionaux sous la présidence d'Alain Rousset.

12/04/21 : Philippe Dubourg, Maire d'Illats depuis 1977, est décédé le 11 avril dernier. Plusieurs élus locaux, dont Christophe Duprat, Maire de Saint-Aubin du Médoc, saluent la mémoire d'un « élu de terrain attaché à son territoire ».

02/04/21 : Autour de la Journée de sensibilisation à l’autisme le 2 avril des villes illuminent leurs monuments en bleu: un symbole pour rappeler la nécessité de simplifier et améliorer le quotidien des personnes autistes. A Bordeaux ce sera la porte de Bourgogne.

01/04/21 : Le 9 avril prochain, la cité scolaire Alcide Dusolier de Nontron deviendra la 1ère cité scolaire 100% bio de France.

31/03/21 : Régionales- Signe de l'alliance entre GénérationS et EELV, Benoit Hamon sera à Bordeaux le 1er avril en soutien à Nicolas Thierry, tête de liste EELV de « Nos terroirs, notre avenir ». Sa numéro 2 en Gironde est Anne-Laure Bedu candidate GénérationS

24/03/21 : Charente-Maritime : Véronique SCHAAF, sous-préfète de Villeneuve-sur-Lot, est nommée sous-préfète de Saintes. Elle devrait prendre ses fonctions le 19 avril 2021. Elle succède à Adeline BARD, arrivée dans l’arrondissement de Saintes en juillet 2018.

19/03/21 : La Banque alimentaire Béarn-Soule organise, samedi 20 mars 2021, une collecte alimentaire exceptionnelle, mobilisant près de 400 jeunes bénévoles, dans 14 magasins de Pau.

18/03/21 : Charentes : L'Union Générale des Viticulteurs pour l'AOC Cognac (UGVC) vient de se doter d'un nouveau directeur général, Xavier RAFFENNE. Il était précédemment directeur de la Maison des Vins de Gaillac.

16/03/21 : La Rochelle : le festival de fiction télé se déroulera du 14 au 19 septembre, annonce aujourd'hui les organisateurs dans un communiqué. Une journée de plus sera dédiée à la création. Les candidatures pour les œuvres sont ouvertes.

04/03/21 : La Ville de Bayonne a réuni les représentants des professionnels et les partenaires de la fameuse Foire au Jambon pour envisager la suite à donner à cet événement de la semaine pascale. Il prennent date pour cet événement entre les 7 et 10 octobre

02/03/21 : Le 90e Congrès des Départements de France qui devait se tenir à La Rochelle en novembre dernier, puis les 29 et 30 avril prochain, est de nouveau reporté, selon un communiqué du Département de Charente-Maritime du jour.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 16/04/21 | Régionales : Geneviève Darrieussecq officiellement candidate

    Lire

    La ministre Geneviève Darrieussecq représentera la majorité présidentielle - entre autres UDI et Mouvement Radical - pour les prochaines élections régionales (20 et 27 juin). L'ancienne Maire de Mont-de-Marsan souhaite rapprocher la région de ses habitants avec une politique en trois axes : « Une Région de la proximité, une Région qui protège et une Région du progrès », éclaire-t-elle. Geneviève Darrieussecq estime qu'il faut du « sang neuf, de l'alternance » après 23 ans de règne d'Alain Rousset sur l'ex-Aquitaine et la Nouvelle-Aquitaine.

  • 16/04/21 | Une nouvelle sous-préfète à Oloron-Sainte-Marie

    Lire

    Depuis le 15 avril, Anna Nguyen est la nouvelle sous-préfète d’Oloron-Sainte-Marie (64). Elle a débuté sa carrière au Ministère en charge du budget avant d’être au Secrétariat général aux Affaires Européennes du Premier Ministre. Cette jeune diplômée de l’ENA était avant sa prise de fonction cheffe du bureau Aménagement, logement et développement économique à la Ville de Paris.

  • 16/04/21 | Festival BD d'Angoulême : le nouveau directeur artistique s'en va déjà

    Lire

    Fred Felder, codirecteur artistique du festival international de la bande-dessinée, quitte ses fonctions après une dizaine de mois de collaboration. "Le rapprochement espéré réciproquement n’a pas abouti à une démarche et à un projet pleinement partagés", informe l'organisation du festival dans un communiqué. Le festival prévoit de le remplacer rapidement, et de nommer un directeur artistique adjoint en charge du secteur asiatique. Sonia Deschamps, codirectrice artistique, assure l’intérim.

  • 16/04/21 | Revatec favorise le réemploi

    Lire

    L’association Revatec à Guéret avec une vingtaine d’acteurs issus des secteurs de l’économie sociale et solidaire porte le projet Remise En Valeur des Aides Techniques. Ce projet consiste en la création d’un centre de récupération, de remise en état et de redistribution des aides techniques « occasionnelles » à destination des personnes en perte d’autonomie. Associé à cette démarche, le pôle domotique de Guéret permet à l’association de présenter les différents matériels via un showroom.

  • 16/04/21 | E-sport: Rebound Capital Games saisit la balle au bond!

    Lire

    A Angoulême, Rebound Capital Games, studio de développement et d’édition de jeux vidéos de sport, va construire un catalogue de jeux vidéos sous licences sportives afin de sortir un jeu tous les 18 à 24 mois. Le studio va également développer un de ses jeux sur PC, Tennis Manager, qui est le 1er jeu de simulation de tennis réaliste permettant de gérer toutes les tactiques et stratégies mises en œuvre lors d’un match.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Agriculture | Aqui! TV7 :Trois questions à Marion Lapoujade, la technicienne passionnée d'Excellence Bazadaise

12/05/2017 | Une chose est sûre, on ne s'ennuie pas quand on est technicienne d'un organisme de sélection d'une petite race locale "qui monte qui monte", telle la Bazadaise

Marion Lapoujade, technicienne de l'OS Excellence Bazadaise, à Bazas

Marion Lapoujade a 25 ans. Ingénieur agronome spécialisée dans la production animale, elle a une passion pour l'élevage qu'elle assouvit visiblement pleinement depuis son poste de technicienne à Excellence Bazadaise, l'organisme de sélection de la race Bazadaise, basé, sans surprise, à Bazas, le berceau de la race bovine éponyme. Retour avec elle, sur l'histoire et le développement de cette race rustique fièrement girondine, mais aussi sur les grandes actions et objectifs de l'Organisme de Sélection (OS), et leur mise en œuvre au quotidien par la jeune femme qui fraîchement sortie de Bordeaux Sciences Agro a rejoint l'OS il y a à peine plus d'un an. Marion Lapoujade témoignera de son métier, ce lundi 15 mai, à 18h45, lors du magazine de TV7 réalisé en partenariat avec Aqui.fr.

@qui!: Rustique et locale, la race Bazadaise a une histoire ancienne et à rebondissement. Pouvez-vous nous en parler ainsi que de ses développements récents en France mais aussi à l'international ?

Marion Lapoujade : Historiquement, et de longue date, la Bazadaise était une race dédiée au travail dans les champs. C'est de là d'ailleurs que vient la Fête des bœufs gras célébrée tous les ans à Bazas en février depuis 730 ans. Mais, petit à petit, avec la mécanisation, les animaux ont de moins en moins été utilisés aux champs et la Bazadaise a failli disparaître. Ce qui l'a sauvée c'est la production de viande et principalement, à l'époque, le veau de lait sous la mère qui était une production reconnue pour la race. Désormais, la Bazadaise est une race à viande à part entière, qui fait partie des grands. C'est la plus petite des grands mais pour autant, on n'est pas une race menacée, juste une race à petit effectif, et donc en développement... Elle est connue d'abord pour ses qualités d'élevage et ensuite, principalement, pour ses qualités bouchères, gustatives.
En terme de chiffres, il y a 20 ans, il y avait 2000 animaux, aujourd'hui on est à plus du double. A l'organisme de sélection on compte 4000 vaches âgées de plus de 2 ans, mais il y a autant d'animaux à l'extérieur dans des troupeaux qui ne sont pas dans l'organisme.Quant au développement « géographique » de la race, c'est comme son nom l'indique, une race originaire de Bazas ; une race locale spécifique au Sud-Ouest et notamment naturellement fortement développée en Gironde qui est le département qui compte le plus grand nombre d'animaux.
Le deuxième département c'est les Hautes-Pyrénées, ensuite on en trouve beaucoup aussi dans les Landes et les Pyrénées-Atlantiques, sans oublier le Gers et les Hautes-Pyrénées, ainsi qu'un peu en Haute-Garonne. Mais plus ça va, plus il y a un effet « tâche d'huile » et il y a maintenant des élevages un peu partout en France. On a pas (encore...) un élevage dans tous les départements mais on est présents dans toutes les anciennes régions. On trouve des élevages en Charente-Maritime, dans le Nord, dans la Mozelle, en Côte-d'Or, en Normandie, dans la région Centre, dans la Loire, etc... D'ailleurs, les nouveaux éleveurs qui se montent et qui adhèrent chez nous sont souvent hors département et en ce moment plutôt dans le Nord de la France. Ils choisissent la Bazadaise pour ses qualités et parce que c'est une race rustique, ce sont des animaux qui montent en estive jusqu'à plus de 2400 m d'altitude, et s'adaptent aux zones de montagne.

"En Australie, il y a plus de Bazadaises qu'en France"
Ce sont aussi des vaches qui ont de bonnes résistances aux températures que ce soit au froid ou à la chaleur, et c'est pour ça qu'elles sont également choisies à l'étranger, où les éleveurs font des croisements avec des races locales, comme en Argentine, ou au Chili, dans des pays avec des climats plus chauds que chez nous. Et comme c'est aussi une race avec de la viande, elles apportent de la viande et de la rusticité sur leur animaux. C'est une spécificité très française, les élevages en race pure,mais on trouve aussi des Bazadaises de race pure en Belgique, en Espagne, en Australie... En Australie, il y a même plus de bazadaises qu'en France. Elles sont aussi appréciées aussi pour leurs qualité maternelle, elles vêlent très facilement et ont une belle production : un veau par an, ça compte pour la productivité des élevages et que les éleveurs vivent de leur travail.

@!: Qu'en est-il alors du rôle de l'Organisme de Sélection ? En quoi, et comment contribue-t-il au développement de la race Bazadaise ?

ML : L'OS de la race Bazadaise, c'est Excellence Bazadaise, c'est une association présidée par Joël Sillac , qui est éleveur dans les Landes, et nous sommes deux salariés, une expert-comptable et moi. L'organisme de sélection a plusieurs missions. D'abord on cherche à développer la race. Pour ça on a plusieurs actions. D'abord en s'appuyant sur la reproduction avec une sélection des meilleurs veaux reproducteurs. Pour ça on fait passer tous les ans, deux séries de 7 jeunes mâles en station d'évaluation. On les choisit par rapport à leur morphologie et leurs performances et à celles de leur parents. Notre objectif est d'en sortir un tous les ans au catalogue d'insémination. On a aussi une partie promotion de la race, pour laquelle on participe à des Salons : Aquitanima à Bordeaux, le Sommet de l'élevage à Cournon, le Salon International de l'Agriculture à Paris, on est aussi présents à Tarbes et on participe de temps en temps à des comices agricoles locaux du Sud-Ouest où la Bazadaise est présentée par les éleveurs. On organise aussi les concours de race avec un concours inter-régional à Tarbes et un concours inter-régional à Bordeaux, ainsi qu'un concours national tous les 2ans et également la Fête des Boeufs gras à Bazas.
Autre mission, on s'occupe de la gestion du livre généalogique de la race. Je vais en élevage pour réaliser des pointages morphologiques des animaux. On leur donne des notes en fonction de leur différentes parties du corps pour pouvoir les hiérarchiser au sein de la race, ce qui nous sert en appui pour organiser des accouplements et pouvoir progresser en génétique.

Le programme Embryons
On est l'organisme de Sélection de la race mais on s'appuie aussi sur d'autres projets pour la développer. En ce moment par exemple, on est en train de faire un programme Embryons, parce qu'en tant que race à petit effectif, on a actuellement plus de demandes que d'offres par rapport aux producteurs. Avec ce programme on a commencé par choisir les meilleures vaches indexées de la race. Puis, on va contacter les éleveurs de ces vaches pour voir s'il y a possibilité de faire des embryons sur ces animaux, et créer une banque d'embryons afin que les personnes qui ne trouvent pas de Bazadaises puissent acheter les embryons et les poser, par exemple, sur leurs vaches laitières. En ce moment, beaucoup de laitiers sont intéressés par la Bazadaise pour faire des reconversions lait-viande, on souhaite donc leur proposer pour l'instant de garder leurs vaches laitières et d'en faire les receveuses d'embryons bazadais. Ça leur permettra de continuer leur activité laitière le temps que les première bazadaises naissent et le temps de se monter leur troupeau.
Pour développer la race on a aussi eu un taureau qui était sur le catalogue d'insémination, qui a été prélevé en semence sexée femelle. Ça a été fait il y a trois ans, et là le taureau est repassé en centre de prélèvement et on a récupéré 300 doses sexées pour que les éleveurs puissent obtenir plus de femelles que le rendement normal de 50% entre les mâles et les femelles. L'objectif ici c'est d'obtenir plus de génisses de renouvellement et ainsi en proposer plus à la vente pour que les personnes qui souhaitent créer un cheptel bazadais, ou augmenter leur cheptel, puissent le faire.

Les locaux du Groupement des Organismes Bazadais Agricole où se trouve le siège de l'OS Excellence Bazadaise à Bazas

@: On a bien compris les missions de l'OS, comment vous, au quotidien, les mettez-vous en œuvre ? En d'autres termes qu'est-ce que ça signifie qu'être technicienne d'Excellence Bazadaise ?

M.L : Mon rôle de technicienne c'est d'aller en élevages pour faire ces pointages morphologiques adultes. Pour combler un retard de plusieurs mois, je le fais en partenariat avec l'OS Blonde d'Aquitaine et Bovin croissance du Sud-Ouest pour que leurs techniciens aillent aussi,  pointer certains animaux. Sur le terrain j'ai aussi pour rôle de veiller au lien entre l'association et les éleveurs, ou encore de voir avec eux, les planning d'accouplements pour les éleveurs qui font de l'insémination, voir quel taureau mettre sur telle ou telle vache selon les besoins des éleveurs. Je m'occupe aussi de la participation au Salon, de l'organisation en amont, ainsi que l'animation sur les Salons et les concours.
Je suis aussi chargée du recrutement des veaux qui entrent en station, en allant en ferme pour les voir, mais avant ça d'effectuer tout un travail d'amont de la recherche de ses veaux, regarder leurs performances sur papier, passer de nombreux coups de fil... Il y a aussi la gestion et la préparation des réunions, mettre en œuvres les programmes en cours dont je parlais tout à l'heure, je m'occupe aussi des demandes de subvention, de monter les dossiers, mais aussi tout ce qui est gestion des mails et des appels des personnes qui se renseignent sur la race Bazadaise, et dans l'autre sens, on fait aussi de la diffusion d'information aux éleveurs par rapport à la Race... Je ne m'ennuie pas!
En sortant de l'école j'ai postulé ici sans trop savoir ce qui m'attendait, sauf les quelques lignes de l'offre d'emploi, mais aujourd'hui, je me rends compte que c'est ça et pas autre chose que je voulais faire. Bien que je sois une fille, et non issue du milieu agricole, le contact avec les éleveurs est précieux, ils m'ont très bien accueillie. C'est avec eux qu'on apprend le plus, parce qu'ils ont une belle manière de transmettre, plus que leur métier, leur passion, alors même que c'est très difficile pour eux financièrement.

 

L'actualité à venir de la Race Bazadaise :

-Salon Aquitanima, à l'occasion du Salon de l'Agriculture Nouvelle-Aquitaine, avec 40 animaux, où se tiendra le concours inter-régional le dimanche 21 mai (matin) ainsi que la vente aux enchères de 4 taurillons, et avant cela le samedi 20 mai, la vente aux enchères de 2 vaches grasses de 13 à 14h

-En amont du Salon : Un pré-tour Bazadais Aquitanima Internatinal passera par le Gers, les Pyrénées-Atlantiques et autour de Bazas, avec la participation d'éleveurs belges, espagnols, et gabonnais.

-Un peu plus tard dans le calendrier : le Concours national de la race Bazadaise sera organisé à Barcelone-du-Gers en février 2018

Solène Méric
Par Solène Méric

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
44618
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture<script src=" />
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 18 + 10 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr