Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

16/01/18 : France Télévision a compris l'utilité de France 3 Euskal Herri au Pays basque. Les sept minutes quotidiennes ont été maintenues, dans l'état. C'est à dire dans sa structure au studio des allées Marines de Bayonne et non prestataire de reportages

16/01/18 : Cyrille Guimard, sélectionneur de l'équipe de France de cyclisme, parrainera la 23e édition du Tour de Lot-et-Garonne et sa cyclosportive les 14 et 15 avril prochains.

16/01/18 : L'agglo de La Rochelle a été choisie par le cabinet Missions Publiques pour faire partie des 4 collectivités françaises à organiser un débat publique atour de l'essor des transports sans conducteur, le 27/01 de 9h à 17h. Inscription : debatcitoyen.fr

15/01/18 : La Rochelle participe à la 2e Nuit de la lecture samedi 20 janvier de 16h30 à minuit à la médiathèque de Villeneuve-les-Salines et dans le Hall de l’Agora au Centre social. Au programme : des lectures et des animations variées. Tout public. Gratuit.

13/01/18 : Cognac: les Trophées du vin 2018 ont récompensé le 11 janvier l'association cognaçaise Les Etapes du cognac avec le prix "meilleur accueil dans le vignoble", récompensant son développement de l'oenotourisme sur le territoire.

11/01/18 : Opération de régulation des sangliers à Agen et Foulayronnes. Un grand nombre de sangliers a été signalé et confirmé dans ces deux communes. Les services de l’Etat ont donc décidé d'organiser des opérations de régulation jusqu’au 28 février inclus.

10/01/18 : Arbres arrachés sur le Technopole Agen-Garonne. Ste-Colombe-en-Bruilhois et l’Agglo d’Agen condamnent ces dégradations « gratuites et stupides » et souhaitent que ces actes soient sanctionnés. Une plainte sera déposée dans les prochains jours.

10/01/18 : La ville de Villeneuve-sur-Lot en Lot-et-Garonne vient de se voir décerner le label « Ville active et sportive » par le Conseil National des Villes Actives et Sportives (CNVAS).

10/01/18 : Oriane Guéna, l'épouse d'Yves Guéna, ancien maire de Périgueux et ancien ministre, est décédée dans la nuit de lundi à mardi à l'âge de 93 ans, 22 mois après son mari. Elle aussi résistante, elle avait accompagné Yves Guéna dans tous ses combats.

24/12/17 : C'est Jean-François Hirigoyen, un chef d'entreprise de 55 ans, qui a été élu par le Conseil municipal de Saint-Jean-de-Luz en remplacement de Peyuco Duhart, décédé des suites d'un AVC. "De là où il est, il me guidera dans mes fonctions a-t-il énoncé.

22/12/17 : L'équipe de France féminine de handball, récemment sacrée championne du monde après avoir battu la Norvège en finale mondiale, va venir jouer en Dordogne. Ce sera en mars 2019 au Palio de Boulazac lors de la Golden League.

18/12/17 : La Rochelle accueille son premier bus entièrement électrique. Il circulera les deux prochaines semaines sur la ligne Illico4, tranversant le centre historique de la ville. Ce bus silencieux et non polluant a été conçu dans les Deux-Sèvres par Heuliez

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 17/01/18 | Le Reggae Sun Ska repart en Médoc

    Lire

    Clap de fin pour la version "campus" du Reggae Sun Ska. À la suite d'un courrier et de plusieurs échanges téléphoniques avec les maires de Pessac, Talence et Gradignan soulignant des plaintes de riverains soumis à des "nuisances sonores", la 21ème édition du festival se délocalise. Elle aura lieu sur le domaine de Nodris, à Vertheuil, pouvant accueillir 12 000 festivaliers par jour (contre 27 000 sur le campus). Ce mercredi, les premiers noms de la programmation annoncent notamment Jimmy Cliff en tête d'affiche.

  • 17/01/18 | Le trafic de l'aéroport de Biarritz Pays-Basque: +4,7%

    Lire

    Les gestionnaires de l'aéroport de Biarritz Pays basque pourront avoir le sourire lors de la présentation des vœux la semaine prochaine. Si les chiffres de décembre ont connu une légère baisse, (74 091 passagers contre 74 727 en 2016) vraisemblablement en raison de l'enneigement précoce des stations de sports d'hiver, en revanche 2017 affiche des chiffres flamboyants avec 1 190 991 passagers, soit une augmentation de 4,88% qui confirme largement sa place de deuxième plateforme aéroportuaire de la Nouvelle-Aquitaine.

  • 17/01/18 | Contrat juteux pour Gaz de Bordeaux

    Lire

    La SAS Gaz de Bordeaux peut se frotter les mains : elle vient de décrocher un marché auprès de la Direction des Achats de l'État pour fournir plus de 2000 sites en gaz naturel pendant deux ans. Parmi eux, on retrouve la Cour des Comptes, Météo France, plusieurs ministères mais aussi l'ensemble des centres pénitentiaires de France. En 2016, cette société possédée par Régaz dont Bordeaux Métropole est actionnaire à 51,93% a réalisé un chiffre d'affaires de 355 millions d'euros, dont 70% hors Gironde.

  • 17/01/18 | La réforme de l'enseignement supérieur avance

    Lire

    Frédérique Vidal, la Ministre de l'Enseignement supérieur, s'est rendue ce mardi à Bordeaux. Elle y a effectué un nouveau point d'étape à la rencontre des présidents des universités de Bordeaux Montaigne, Poitiers, Limoges, Pau et La Rochelle et de la communauté d'enseignants. L'ordre du jour était évidemment consacré à la réforme de la réussite et de l'orientation, dont la première étape (remplacer "APB" par Parcours Sup) est effective depuis lundi. Cette réforme représente un budget d'un milliard d'euros sur cinq ans.

  • 17/01/18 | Le maire de Bayonne s'inquiète pour l'avenir des Galeries Lafayette

    Lire

    Après avoir appris que dans le cadre du projet de cession en franchise de magasins Galeries Lafayette en province celui de Bayonne serait éventuellement concerné. Le maire a fait part de sa "totale incompréhension et sa plus vive réprobation si une telle information venait à être confirmée". Pour Jean-René Etchegaray, cette décision irait à l’encontre des efforts conjugués pour renforcer le dynamisme commercial et l’attractivité d'un centre-ville, dont les Galeries Lafayette sont une des locomotives".

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Agriculture | Aqui! TV7 :Trois questions à Marion Lapoujade, la technicienne passionnée d'Excellence Bazadaise

12/05/2017 | Une chose est sûre, on ne s'ennuie pas quand on est technicienne d'un organisme de sélection d'une petite race locale "qui monte qui monte", telle la Bazadaise

Marion Lapoujade, technicienne de l'OS Excellence Bazadaise, à Bazas

Marion Lapoujade a 25 ans. Ingénieur agronome spécialisée dans la production animale, elle a une passion pour l'élevage qu'elle assouvit visiblement pleinement depuis son poste de technicienne à Excellence Bazadaise, l'organisme de sélection de la race Bazadaise, basé, sans surprise, à Bazas, le berceau de la race bovine éponyme. Retour avec elle, sur l'histoire et le développement de cette race rustique fièrement girondine, mais aussi sur les grandes actions et objectifs de l'Organisme de Sélection (OS), et leur mise en œuvre au quotidien par la jeune femme qui fraîchement sortie de Bordeaux Sciences Agro a rejoint l'OS il y a à peine plus d'un an. Marion Lapoujade témoignera de son métier, ce lundi 15 mai, à 18h45, lors du magazine de TV7 réalisé en partenariat avec Aqui.fr.

@qui!: Rustique et locale, la race Bazadaise a une histoire ancienne et à rebondissement. Pouvez-vous nous en parler ainsi que de ses développements récents en France mais aussi à l'international ?

Marion Lapoujade : Historiquement, et de longue date, la Bazadaise était une race dédiée au travail dans les champs. C'est de là d'ailleurs que vient la Fête des bœufs gras célébrée tous les ans à Bazas en février depuis 730 ans. Mais, petit à petit, avec la mécanisation, les animaux ont de moins en moins été utilisés aux champs et la Bazadaise a failli disparaître. Ce qui l'a sauvée c'est la production de viande et principalement, à l'époque, le veau de lait sous la mère qui était une production reconnue pour la race. Désormais, la Bazadaise est une race à viande à part entière, qui fait partie des grands. C'est la plus petite des grands mais pour autant, on n'est pas une race menacée, juste une race à petit effectif, et donc en développement... Elle est connue d'abord pour ses qualités d'élevage et ensuite, principalement, pour ses qualités bouchères, gustatives.
En terme de chiffres, il y a 20 ans, il y avait 2000 animaux, aujourd'hui on est à plus du double. A l'organisme de sélection on compte 4000 vaches âgées de plus de 2 ans, mais il y a autant d'animaux à l'extérieur dans des troupeaux qui ne sont pas dans l'organisme.Quant au développement « géographique » de la race, c'est comme son nom l'indique, une race originaire de Bazas ; une race locale spécifique au Sud-Ouest et notamment naturellement fortement développée en Gironde qui est le département qui compte le plus grand nombre d'animaux.
Le deuxième département c'est les Hautes-Pyrénées, ensuite on en trouve beaucoup aussi dans les Landes et les Pyrénées-Atlantiques, sans oublier le Gers et les Hautes-Pyrénées, ainsi qu'un peu en Haute-Garonne. Mais plus ça va, plus il y a un effet « tâche d'huile » et il y a maintenant des élevages un peu partout en France. On a pas (encore...) un élevage dans tous les départements mais on est présents dans toutes les anciennes régions. On trouve des élevages en Charente-Maritime, dans le Nord, dans la Mozelle, en Côte-d'Or, en Normandie, dans la région Centre, dans la Loire, etc... D'ailleurs, les nouveaux éleveurs qui se montent et qui adhèrent chez nous sont souvent hors département et en ce moment plutôt dans le Nord de la France. Ils choisissent la Bazadaise pour ses qualités et parce que c'est une race rustique, ce sont des animaux qui montent en estive jusqu'à plus de 2400 m d'altitude, et s'adaptent aux zones de montagne.

"En Australie, il y a plus de Bazadaises qu'en France"
Ce sont aussi des vaches qui ont de bonnes résistances aux températures que ce soit au froid ou à la chaleur, et c'est pour ça qu'elles sont également choisies à l'étranger, où les éleveurs font des croisements avec des races locales, comme en Argentine, ou au Chili, dans des pays avec des climats plus chauds que chez nous. Et comme c'est aussi une race avec de la viande, elles apportent de la viande et de la rusticité sur leur animaux. C'est une spécificité très française, les élevages en race pure,mais on trouve aussi des Bazadaises de race pure en Belgique, en Espagne, en Australie... En Australie, il y a même plus de bazadaises qu'en France. Elles sont aussi appréciées aussi pour leurs qualité maternelle, elles vêlent très facilement et ont une belle production : un veau par an, ça compte pour la productivité des élevages et que les éleveurs vivent de leur travail.

@!: Qu'en est-il alors du rôle de l'Organisme de Sélection ? En quoi, et comment contribue-t-il au développement de la race Bazadaise ?

ML : L'OS de la race Bazadaise, c'est Excellence Bazadaise, c'est une association présidée par Joël Sillac , qui est éleveur dans les Landes, et nous sommes deux salariés, une expert-comptable et moi. L'organisme de sélection a plusieurs missions. D'abord on cherche à développer la race. Pour ça on a plusieurs actions. D'abord en s'appuyant sur la reproduction avec une sélection des meilleurs veaux reproducteurs. Pour ça on fait passer tous les ans, deux séries de 7 jeunes mâles en station d'évaluation. On les choisit par rapport à leur morphologie et leurs performances et à celles de leur parents. Notre objectif est d'en sortir un tous les ans au catalogue d'insémination. On a aussi une partie promotion de la race, pour laquelle on participe à des Salons : Aquitanima à Bordeaux, le Sommet de l'élevage à Cournon, le Salon International de l'Agriculture à Paris, on est aussi présents à Tarbes et on participe de temps en temps à des comices agricoles locaux du Sud-Ouest où la Bazadaise est présentée par les éleveurs. On organise aussi les concours de race avec un concours inter-régional à Tarbes et un concours inter-régional à Bordeaux, ainsi qu'un concours national tous les 2ans et également la Fête des Boeufs gras à Bazas.
Autre mission, on s'occupe de la gestion du livre généalogique de la race. Je vais en élevage pour réaliser des pointages morphologiques des animaux. On leur donne des notes en fonction de leur différentes parties du corps pour pouvoir les hiérarchiser au sein de la race, ce qui nous sert en appui pour organiser des accouplements et pouvoir progresser en génétique.

Le programme Embryons
On est l'organisme de Sélection de la race mais on s'appuie aussi sur d'autres projets pour la développer. En ce moment par exemple, on est en train de faire un programme Embryons, parce qu'en tant que race à petit effectif, on a actuellement plus de demandes que d'offres par rapport aux producteurs. Avec ce programme on a commencé par choisir les meilleures vaches indexées de la race. Puis, on va contacter les éleveurs de ces vaches pour voir s'il y a possibilité de faire des embryons sur ces animaux, et créer une banque d'embryons afin que les personnes qui ne trouvent pas de Bazadaises puissent acheter les embryons et les poser, par exemple, sur leurs vaches laitières. En ce moment, beaucoup de laitiers sont intéressés par la Bazadaise pour faire des reconversions lait-viande, on souhaite donc leur proposer pour l'instant de garder leurs vaches laitières et d'en faire les receveuses d'embryons bazadais. Ça leur permettra de continuer leur activité laitière le temps que les première bazadaises naissent et le temps de se monter leur troupeau.
Pour développer la race on a aussi eu un taureau qui était sur le catalogue d'insémination, qui a été prélevé en semence sexée femelle. Ça a été fait il y a trois ans, et là le taureau est repassé en centre de prélèvement et on a récupéré 300 doses sexées pour que les éleveurs puissent obtenir plus de femelles que le rendement normal de 50% entre les mâles et les femelles. L'objectif ici c'est d'obtenir plus de génisses de renouvellement et ainsi en proposer plus à la vente pour que les personnes qui souhaitent créer un cheptel bazadais, ou augmenter leur cheptel, puissent le faire.

Les locaux du Groupement des Organismes Bazadais Agricole où se trouve le siège de l'OS Excellence Bazadaise à Bazas

@: On a bien compris les missions de l'OS, comment vous, au quotidien, les mettez-vous en œuvre ? En d'autres termes qu'est-ce que ça signifie qu'être technicienne d'Excellence Bazadaise ?

M.L : Mon rôle de technicienne c'est d'aller en élevages pour faire ces pointages morphologiques adultes. Pour combler un retard de plusieurs mois, je le fais en partenariat avec l'OS Blonde d'Aquitaine et Bovin croissance du Sud-Ouest pour que leurs techniciens aillent aussi,  pointer certains animaux. Sur le terrain j'ai aussi pour rôle de veiller au lien entre l'association et les éleveurs, ou encore de voir avec eux, les planning d'accouplements pour les éleveurs qui font de l'insémination, voir quel taureau mettre sur telle ou telle vache selon les besoins des éleveurs. Je m'occupe aussi de la participation au Salon, de l'organisation en amont, ainsi que l'animation sur les Salons et les concours.
Je suis aussi chargée du recrutement des veaux qui entrent en station, en allant en ferme pour les voir, mais avant ça d'effectuer tout un travail d'amont de la recherche de ses veaux, regarder leurs performances sur papier, passer de nombreux coups de fil... Il y a aussi la gestion et la préparation des réunions, mettre en œuvres les programmes en cours dont je parlais tout à l'heure, je m'occupe aussi des demandes de subvention, de monter les dossiers, mais aussi tout ce qui est gestion des mails et des appels des personnes qui se renseignent sur la race Bazadaise, et dans l'autre sens, on fait aussi de la diffusion d'information aux éleveurs par rapport à la Race... Je ne m'ennuie pas!
En sortant de l'école j'ai postulé ici sans trop savoir ce qui m'attendait, sauf les quelques lignes de l'offre d'emploi, mais aujourd'hui, je me rends compte que c'est ça et pas autre chose que je voulais faire. Bien que je sois une fille, et non issue du milieu agricole, le contact avec les éleveurs est précieux, ils m'ont très bien accueillie. C'est avec eux qu'on apprend le plus, parce qu'ils ont une belle manière de transmettre, plus que leur métier, leur passion, alors même que c'est très difficile pour eux financièrement.

 

L'actualité à venir de la Race Bazadaise :

-Salon Aquitanima, à l'occasion du Salon de l'Agriculture Nouvelle-Aquitaine, avec 40 animaux, où se tiendra le concours inter-régional le dimanche 21 mai (matin) ainsi que la vente aux enchères de 4 taurillons, et avant cela le samedi 20 mai, la vente aux enchères de 2 vaches grasses de 13 à 14h

-En amont du Salon : Un pré-tour Bazadais Aquitanima Internatinal passera par le Gers, les Pyrénées-Atlantiques et autour de Bazas, avec la participation d'éleveurs belges, espagnols, et gabonnais.

-Un peu plus tard dans le calendrier : le Concours national de la race Bazadaise sera organisé à Barcelone-du-Gers en février 2018

Solène Méric
Par Solène Méric

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
31967
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 19 + 7 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr
Vache Prim'holstein SAA 2015 Agriculture | 17/01/2018

Compétitivité des coopératives agroalimentaires: l'Europe s'en mêle

Vignes dans le bordelais Agriculture | 15/01/2018

La région et ses partenaires viticoles "accélèrent" autour de la viticulture durable

Paysans Remarquables couv Agriculture | 14/01/2018

« Paysans remarquables », une plongée dans l’agriculture bio

Dominique Graciet, Président de la Chambre d'agriculture Nouvelle-Aquitane, le 10 janvier 2018 : ''il faut que l'agriculture se transforme!'' Agriculture | 11/01/2018

Dominique Graciet, Président de la Chambre d'agriculture Nouvelle-Aquitane: "il faut que l'agriculture se transforme!"

Christian Pèes Président du groupe coopératif Euralis et son directeur général Pierre Couderc Agriculture | 10/01/2018

Face aux difficultés économiques, le groupe Euralis supprime 110 postes nets

La délégation d'éleveurs chiliens a visite le centre d'insémination de Verneuil sur Vienne Agriculture | 13/12/2017

L'élevage ovin haut de gamme du Limousin intéresse le Chili

Les exploitations en bovins peinent le plus a trouver des repreneurs Agriculture | 12/12/2017

La transmission agricole en Charente-Maritime, une problématique à résoudre d'urgence

Christian Pèes Président du groupe coopératif Euralis et son directeur général Pierre Couderc Agriculture | 12/12/2017

Euralis renoue avec la rentabilité

Patrick Neaume et Patrick Grizou Agriculture | 12/12/2017

« Aujourd’hui, nous devons remodeler le modèle de notre entreprise » Patrick Grizou président de Terres du Sud

Francis Massé, président de la Fondation Pour une Agriculture Durable entouré des lauréats Agriculture | 10/12/2017

La Fondation Pour une Agriculture Durable fête ses lauréats

Dominique Simoneau Agriculture | 08/12/2017

« Ce label incitera d’autres établissements à se joindre à l’aventure du bio » Dominique Simoneau, maire de Gentioux-Pigerolles

Les chiffres clés de l'agriculture biologique Agriculture | 07/12/2017

Agriculture biologique : importer pour faire face à la demande ?

Forum 100 Territoire Bio Engagé Agriculture | 07/12/2017

« Les collectivités ont un rôle à jouer dans la valorisation de l’agriculture biologique » Philippe Lassalle Saint-Jean président d’Interbio Nvelle-Aquitaine

Le bien être animal est l'une des préoccupations de l'association Zéro clivages Agriculture | 07/12/2017

Des agriculteurs périgourdins créent une association pour produire mieux

Philippe Carré, Directeur général du Groupe Coopératif Maïsadour et Michel Prugue, Président du Groupe coopératif Maïsadour Agriculture | 06/12/2017

Maïsadour à nouveau dans le vert