aqui.fr lance Aqui-Bordeaux-Métropole le 9 novembre 2015

24/05/16 : Concerts, spectacles de danse, bal sévillan et toro de fuego figurent, entre autres animations, au programme du festival Flamenco y feria qui se déroulera à Pau du vendredi 24 au dimanche 26 juin+ d'info

21/05/16 : Avec la commune d'Amorots, canton Pays de Bidache, le cap des 100 (sur 158) favorables à l'établissement public de coopération intercommunale unique du Pays basque, EPCI,(contre 33), a été franchi.Le préfet Durand peut en préparer l'arrêté le 31 mai.

19/05/16 : L'information a été dévoilée aujourd'hui jeudi: deux suicides ont été constatés à la Villa Chagrin, la prison de Bayonne. La première daterait du 8 mai et la seconde, il y a deux jours. Une enquête a été ouverte pour en connaître les circonstances.

17/05/16 : Après, s'être installé à l'hôtel Regina de Biarritz,les dix-sept joueurs en stage de l'équipe de Didier Deschamps sont allés s'oxygéner à Anglet, sa ville voisine, dans la foret de Chiberta où ils ont effectué une virée de une heure à VTT.

10/05/16 : Un accord ayant été trouvé avec la Région, le Département des Pyrénées-Atlantiques devrait participer à hauteur de 38,5 millions d'euros au financement de la déviation d'Oloron. Le Conseil départemental délibèrera sur ce dossier le 27 mai prochain.

26/04/16 : La Cour Régionale des Comptes a annoncé un déficit annuel d'exploitation de 1,6 millions d'euros pour l'Auditorium de Bordeaux, une charge supplémentaire de 1,3 millions d'euros pour l'Opéra. En 2015, la mairie avait diminué sa subvention annuelle d'1M€

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 25/05/16 | Le Ceser de la Région ALPC : oui mais au budget

    Lire

    Le CESER d'ALPC tout en approuvant le projet de budget considère comme essentiel que le Conseil régional conserve son rôle d’animateur du développement économique et social sur son territoire, en maintenant son action auprès du secteur associatif dans les domaines culturels et sportifs. Par ailleurs, "le CESER attire l’attention sur l’annonce par la Région d’une baisse structurelle des dépenses de fonctionnement. Cette stratégie aura des conséquences sur les politiques économiques, sociales et environnementales alors que les dépenses d’intervention sont souvent créatrices de richesse et d’emploi."

  • 25/05/16 | Un prix pour développer la langue occitane

    Lire

    L'Office Public de la Langue Occitane lance le Prix Jan Moreu sur l’innovation linguistique. Celui-ci récompense un projet exemplaire et innovant en termes d'actions, de produits ou services sur le thème de la transmission ou de l’utilisation de la langue occitane (événementiel, produit numérique, action de sollicitation ou sensibilisation de la population, outil pédagogique etc.)La candidature est ouverte aux personnes morales ou physiques majeures. Ce prix est doté d'une récompense pouvant aller jusqu'à 5 000 €. Renseignements sur ofici.occitan@gmail.com

  • 25/05/16 | Le moustique tigre surveillé dans les Pyrénées-Atlantiques

    Lire

    Une surveillance du moustique tigre a été mise en place jusqu'au 30 novembre dans les Pyrénées-Atlantiques qui sont classées au niveau 1 du plan national anti-dissémination des virus du chikungunya, de la dengue et du Zika. Ce niveau signifie que le moustique Aedes albopictus est implanté et actif dans le département. Le plan d'action mis en place par les pouvoirs publics comprend une veille citoyenne permettant à chacun de signaler la présence de ce moustique sur www.signalement-moustique.fr, ainsi qu'une surveillance entomologique et épidémiologique.

  • 25/05/16 | Feu vert pour la LGV Bordeaux-Toulouse-Dax

    Lire

    La section travaux publics du Conseil d'État a donné ce mercredi son feu vert pour le projet de LGV entre Bordeaux, Toulouse et Dax. Le Secrétaire d'État aux Transports, Alain Vidalies, a assuré que le projet allait être déclaré d'utilité publique avant le 8 juin prochain. Plusieurs études seront nécessaires avant que le chantier, qui est pour l'instant estimé à plus de 9 milliards d'euros (360 kilomètres de ligne nouvelle), ne démarre officiellement, pas avant 2020.

  • 25/05/16 | Mathieu Hazouard élu président d’Aquitaine THD

    Lire

    Conseiller régional délégué au Très Haut Débit (THD) et à l’économie numérique, Mathieu Hazouard a été élu président de la société publique locale Aquitaine THD le 23 mai. La couverture du territoire en THD était une promesse d’Alain Rousset. 600 000 prises de fibre optique à l’abonné doivent être construites d’ici 2020, pour un budget de 229 millions d’euros sur 5 ans, via un réseau en propriété publique. Les recettes de son exploitation et sa commercialisation seront gérées par Aquitaine THD.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Elections régionales 2015 Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Agriculture | A Agen, immersion dans le marché aux bestiaux « Rester dans l'élevage est une véritable vocation ! »

20/11/2013 | Chaque mercredi, entre 1300 et 1500 bêtes transitent dans le marché aux bestiaux d'Agen et sont achetées par des éleveurs venus de tout le grand Sud-Ouest.

Marché aux bestiaux d'Agen

Idéalement situé au carrefour géographique de la grande région Sud-Ouest, le marché aux bestiaux d'Agen connaît aujourd'hui une certaine stabilité de son activité. Repris en régie municipale par la ville d'Agen en mars 2010, il a su prendre en compte les besoins et les attentes de ses opérateurs. Tous les mercredis, des petits veaux âgés de deux semaines à un mois, des broutards âgés de six mois à un an destinés à l'exportation et des vaches de boucherie achetées par des chevillards de la grande Région, transitent sur ce marché. Reportage...

Laurent Gary a 40 ans. Il est éleveur de bovins à Montcuq, dans le Lot et il ne manquerait pour rien au monde le marché aux bestiaux d'Agen du mercredi. « Je vends toutes les semaines 90% de mes bêtes. » Et pour les 10% qui lui restent sur les bras, « je les stocke, les engraisse et les ramène la fois d'après ». Malgré son sourire et son air jovial, Laurent est inquiet. « Le métier est très difficile aujourd'hui. Les charges sont de plus en plus élevées, alors que le prix de nos bêtes baisse. » Le rythme est aussi éreintant. « Ce matin, je me suis levé à minuit et, ce soir, je cesserai certainement de travailler vers 21h. C'est épuisant ! » Laurent a l'impression de travailler à perte. « Je touche péniblement l'équivalent d'un RSA. » Denis Conus, le préfet de Lot-et-Garonne, en visite au marché des bestiaux, le 20 novembre au matin, ne peut que constater cette situation. « C'est véritablement un métier passion, car les obstacles ne manquent pas pour tous ces éleveurs ! Entre la hausse du prix des céréales, de l'énergie, des intrants et la stabilité voire la baisse des prix du bétail, les éleveurs doivent s'accrocher, se battre et y croire pour continuer ! »
Le marché aux bestiaux : un lieu d'échanges en tout genre...Ce marché aux bestiaux est une activité commerciale très significative. En un seul et même lieu s'opère une véritable internationalisation du produit. Les broutards sont principalement voués à l'export vers l'Italie, l'Espagne et le Maghreb. « Ce marché est aussi un lieu d'échanges, précise le préfet. Un lieu où se forme le prix car l'offre rencontre la demande. » Depuis 25 ans qu'il arpente les allées des marchés aux bestiaux de France, Denis Conus a été frappé, ici, par cette dimension internationale mais aussi par la complexité des normes sanitaires. « Ces normes demandent beaucoup d'efforts au marché, donc à la ville d'Agen qui s'en occupe, ainsi qu'aux éleveurs. Mais elles sont un gage de traçabilité donc de qualité et de sécurité pour le consommateur », conclut-il.
Santé économique du marchéMême si aujourd'hui le marché aux bestiaux d'Agen semble avoir trouvé son rythme de croisière, l'élevage connaît un certain déclin. « Le contexte est difficile pour les broutards d'export, explique Joël Labat, régisseur du marché  pour le compte de la mairie, car nos clients que sont l'Espagne et l'Italie ne sont pas en très bonne santé économique. Pareil pour la viande de qualité intermédiaire qui connaît un sérieux repli depuis quelques mois. » Malgré le contexte économique mondiale et les conditions de travail éreintantes, les éleveurs, comme Laurent Gary, passionnés par leur métier veulent encore y croire.

Sybille Rousseau
Par Sybille Rousseau

Crédit Photo : SR

Partager sur Facebook
Vu par vous
1665
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 27 + 11 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires