aqui.fr lance Aqui-Bordeaux-Métropole le 9 novembre 2015

06/12/16 : Les stations de ski de Peyragudes et du Grand Tourmalet dans les Hautes-Pyrénées ainsi que celle de Gourette dans les Pyrénées-Atlantiques ont reporté leur ouverture au samedi 17 décembre.+ d'info

04/12/16 : Président de la Fédération de surf depuis 2005, Jean-Luc Arassus a été reconduit à l'unanimité dans ses fonctions par l’Assemblée générale de la FFS ce dimanche à Bordeaux. Les présidents de clubs ont également conforté le comité directeur sortant.

02/12/16 : La ministre de l'Environnement Ségolène Royal a annoncé que la zone à 15 km des côtes de l'île d'Oléron, situé au coeur du Parc naturel marin, fera partie des prochains appels d'offres de L'Etat en vue d'y implanter un parc éolien.

01/12/16 : Huit courses à obstacles figureront le samedi 3 décembre, à partir de 12h15, au programme de la première journée du meeting d'hiver organisé sur l'hippodrome du Pont Long à Pau.+ d'info

30/11/16 : La Patinoire fait son grand retour à Villeneuve/Lot ! Samedi, elle sera inaugurée à 11h, Halle Lakanal, en plein centre-ville. Elle sera ouverte du 3 décembre au 1er janvier à partir de 10h. Tarif : 3€ la 1/2 heure (location des patins comprise)

30/11/16 : Un accord entre la Région et l'Etat est en cours pour la reprise par la Région de trois lignes TET (Trains d'Equilibre du Territoire) : Bordeaux-La Rochelle, Bordeaux-Limoges et Bordeaux-Ussel. Il sera examiné le 19 décembre à la Région.

28/11/16 : Pour encourager les déplacements à vélo, La Rochelle et les associations Vélo-école et Vive le vélo organisent une opération de conseils de sécurité et distribution gratuite de kit d'éclairages « Voir et être vu » du 28 novembre au 2 décembre 2016.

25/11/16 : La secrétaire d'Etat en charge des personnes âgées et de l'autonomie sera en visite en Charente-Maritime lundi 28 novembre. Pascale Boistard visitera en particulier les thermes de Saujon, spécialisés notamment dans l'accompagnement du vieillissement

Parc des expositions du grand Poitiers
- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 03/12/16 | La menace de grippe aviaire s'étend près des Pyrénées

    Lire

    Une zone de protection de 3 kms, ainsi qu'une zone de surveillance de 10 kms située à cheval sur les Hautes-Pyrénées et les Pyrénées-Atlantiques, ont été mises en place par les pouvoirs publics après la découverte d'un cas de grippe aviaire H5N8 dans un élevage d'Ibos (65). Celui-ci avait reçu un lot de canards en provenance d'une exploitation du Tarn proche de celle infectée par l'influenza. Dans les zones concernées, tous les mouvements de volailles sont interdits, ainsi que leurs rassemblements sur les foires et marchés. Le confinement des animaux est imposé.

  • 03/12/16 | RN21 : concertation sur la section « accès sud de Villeneuve-sur-Lot »

    Lire

    La section de la RN21 « accès sud de Villeneuve-sur-Lot » s'inscrit dans le programme de modernisation de la RN21 entre Agen et Villeneuve-sur-Lot. Ce projet prévoit une mise à 2x2 voies avec la création de carrefours giratoires et la suppression des accès directs. Une réunion publique d’information sur ce projet est organisée à l’attention des riverains et usagers de la RN21, le lundi 5 décembre à 20h à la salle des amandiers à Pujols.

  • 03/12/16 | Grippe aviaire : appel à la vigilance en Dordogne

    Lire

    À ce jour, aucun foyer d’influenza aviaire H5N8 n’a été détecté en Dordogne. C’est pourquoi, aucune mesure spécifique n’est donc prise. Seules les 37 communes intégrées dans la « zone à risque particulier » vis à vis du danger H5N8 dans la faune sauvage restent concernées par la claustration des basses cours sans dérogation et le confinement des élevages professionnels. La préfecture appelle à la vigilance tous les acteurs pour tout mettre en oeuvre pour se protéger de la propagation de ce virus. Plus d'infos : http://agriculture.gouv.fr/les-mesures-et-indemnisations,

  • 03/12/16 | Appel à projet « Prototypage numérique » : 19 entreprises retenues sur le territoire de l'ex-Aquitaine !

    Lire

    Afin d'accompagner le développement de l'économie numérique, le Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine a lancé cet été un appel à projet « Prototypage numérique » à destination de jeunes entreprises du numérique porteuses de projets. Sur les 153 dossiers de candidatures, un projet lot-et-garonnais a été retenu baptisé Horai qui est une messagerie instantanée et sécurisée dédiée aux professionnels de santé et à leurs patients.

  • 30/11/16 | Tout Agen court de nuit le 3 décembre !

    Lire

    Venez visiter, baskets aux pieds, Agen by night ! Le parcours vous conduira, bonnet du père Noël sur la tête et baskets aux pieds, au cœur de la ville. Épreuves ouvertes à tous, à partir de la catégorie Minime pour le 5km et à partir de la catégorie Cadet pour le 10 km. Nouveauté pour cette édition 2016 : des courses enfants seront organisées : 1500m pour les enfants nés en 2006 et 2007 et 800m pour les enfants nés en 2008 et après.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Elections régionales 2015 Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Agriculture | A Agen, immersion dans le marché aux bestiaux « Rester dans l'élevage est une véritable vocation ! »

20/11/2013 | Chaque mercredi, entre 1300 et 1500 bêtes transitent dans le marché aux bestiaux d'Agen et sont achetées par des éleveurs venus de tout le grand Sud-Ouest.

Marché aux bestiaux d'Agen

Idéalement situé au carrefour géographique de la grande région Sud-Ouest, le marché aux bestiaux d'Agen connaît aujourd'hui une certaine stabilité de son activité. Repris en régie municipale par la ville d'Agen en mars 2010, il a su prendre en compte les besoins et les attentes de ses opérateurs. Tous les mercredis, des petits veaux âgés de deux semaines à un mois, des broutards âgés de six mois à un an destinés à l'exportation et des vaches de boucherie achetées par des chevillards de la grande Région, transitent sur ce marché. Reportage...

Laurent Gary a 40 ans. Il est éleveur de bovins à Montcuq, dans le Lot et il ne manquerait pour rien au monde le marché aux bestiaux d'Agen du mercredi. « Je vends toutes les semaines 90% de mes bêtes. » Et pour les 10% qui lui restent sur les bras, « je les stocke, les engraisse et les ramène la fois d'après ». Malgré son sourire et son air jovial, Laurent est inquiet. « Le métier est très difficile aujourd'hui. Les charges sont de plus en plus élevées, alors que le prix de nos bêtes baisse. » Le rythme est aussi éreintant. « Ce matin, je me suis levé à minuit et, ce soir, je cesserai certainement de travailler vers 21h. C'est épuisant ! » Laurent a l'impression de travailler à perte. « Je touche péniblement l'équivalent d'un RSA. » Denis Conus, le préfet de Lot-et-Garonne, en visite au marché des bestiaux, le 20 novembre au matin, ne peut que constater cette situation. « C'est véritablement un métier passion, car les obstacles ne manquent pas pour tous ces éleveurs ! Entre la hausse du prix des céréales, de l'énergie, des intrants et la stabilité voire la baisse des prix du bétail, les éleveurs doivent s'accrocher, se battre et y croire pour continuer ! »
Le marché aux bestiaux : un lieu d'échanges en tout genre...Ce marché aux bestiaux est une activité commerciale très significative. En un seul et même lieu s'opère une véritable internationalisation du produit. Les broutards sont principalement voués à l'export vers l'Italie, l'Espagne et le Maghreb. « Ce marché est aussi un lieu d'échanges, précise le préfet. Un lieu où se forme le prix car l'offre rencontre la demande. » Depuis 25 ans qu'il arpente les allées des marchés aux bestiaux de France, Denis Conus a été frappé, ici, par cette dimension internationale mais aussi par la complexité des normes sanitaires. « Ces normes demandent beaucoup d'efforts au marché, donc à la ville d'Agen qui s'en occupe, ainsi qu'aux éleveurs. Mais elles sont un gage de traçabilité donc de qualité et de sécurité pour le consommateur », conclut-il.
Santé économique du marchéMême si aujourd'hui le marché aux bestiaux d'Agen semble avoir trouvé son rythme de croisière, l'élevage connaît un certain déclin. « Le contexte est difficile pour les broutards d'export, explique Joël Labat, régisseur du marché  pour le compte de la mairie, car nos clients que sont l'Espagne et l'Italie ne sont pas en très bonne santé économique. Pareil pour la viande de qualité intermédiaire qui connaît un sérieux repli depuis quelques mois. » Malgré le contexte économique mondiale et les conditions de travail éreintantes, les éleveurs, comme Laurent Gary, passionnés par leur métier veulent encore y croire.

Sybille Rousseau
Par Sybille Rousseau

Crédit Photo : SR

Partager sur Facebook
Vu par vous
3386
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 8 + 18 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr