aqui.fr lance Aqui-Bordeaux-Métropole le 9 novembre 2015
- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 23/08/16 | A Anglet, les agriculteurs jouent la transparence

    Lire

    Pour la 9ème année, la FDSEA 64 et les Jeunes agriculteurs transforment, ce mercredi 23 août dès 10 h, une partie du parking de la Barre en vaste ferme. Éleveurs et producteurs présentent leurs animaux et leur savoir-faire. "Une opération vérité" revendique le syndicat qui d'ailleurs attire la foule des touristes et les locaux d'une ville qui a une longue tradition maraichère. Fabrication de fromage, expositions, démonstration de chiens de troupeaux sur le parking herbeux d'Izadia et déjeuner sur place sont au menu. Une opération de relations publiques bien utile

  • 23/08/16 | 180 panneaux de signalisation vandalisés en Béarn

    Lire

    Pour une raison inconnue, près de 180 panneaux de signalisation ont été recouverts de peinture noire dans les vallées d'Ossau et de l'Ouzom, dans les Pyrénées-Atlantiques. Ces dégradations qui n'ont pas été revendiquées se sont produites au cours de la nuit du jeudi 18 au vendredi 19 août. La remise en état des panneaux est évaluée à plusieurs centaines de milliers d'euros par le Conseil départemental. Son président, Jean-Jacques Lasserre, ainsi que le préfet ont dénoncé des "actes irresponsables", préjudiciables à l'économie locale ainsi qu'à la sécurité routière.

  • 22/08/16 | La Rochelle : une grande parade pour fêter le retour des athlètes de Rio

    Lire

    Une parade nautique est prévue samedi 26 août entre 11h et midi, entre la maison de la Charente Maritime (Les Minimes) et le vieux port de La Rochelle, en présence des sportifs locaux de retour des Jeux Olympiques de Rio. Pour la Ville et le pôle Voile de La Rochelle, c'est l'occasion de saluer la performance de ces athlètes, qui prendront part à la parade en présence de nombreuses autres embarcations. Parmi eux, Charline Picon, qui a décroché l’or en planche à voile RS:X.

  • 22/08/16 | Les passions baroques de Sinfonia: 22-27 août

    Lire

    Evénement majeur de la musique baroque, le festival Sinfonia propose une vingtaine de concerts et rencontres à Périgueux et ses alentours. De la découverte du répertoire baroque aux grands chefs d’œuvres intemporels avec la Passion Selon St Jean de Bach, les Vêpres de Monteverdi ou le Magnificat de Vivaldi, ce sont quelques uns des meilleurs ensembles baroques du moment qui se retrouvent à Périgueux : le Concert Spirituel, la Maîtrise de Radio France et Ophélie Gaillard, la chapelle Rhénane, l’ensemble Aedes… La jeunesse et le talent trouvent aussi leur place dans la programmation. www.sinfonia-en-perigord.com.

  • 21/08/16 | Chasse à la matole: Darrieussecq pour une dérogation claire

    Lire

    "Couleurs Landes" au sein du Conseil départemental en la personne de Geneviève Darrieussecq :" Gastronomie, élevage et gavage, corridas et courses landaises, chasses traditionnelles, etc... représentent des pans entiers de notre patrimoine culturel et de notre art de vivre, et subissent des attaques incessantes de lobbies divers. Nous demandons donc au gouvernement de prendre enfin ses responsabilités et d’octroyer une dérogation claire, comme le permet la directive de l’Union Européenne, pour la chasse à la matole, chasse traditionnelle se pratiquant uniquement dans le département des Landes."

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Elections régionales 2015 Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Agriculture | A Agen, immersion dans le marché aux bestiaux « Rester dans l'élevage est une véritable vocation ! »

20/11/2013 | Chaque mercredi, entre 1300 et 1500 bêtes transitent dans le marché aux bestiaux d'Agen et sont achetées par des éleveurs venus de tout le grand Sud-Ouest.

Marché aux bestiaux d'Agen

Idéalement situé au carrefour géographique de la grande région Sud-Ouest, le marché aux bestiaux d'Agen connaît aujourd'hui une certaine stabilité de son activité. Repris en régie municipale par la ville d'Agen en mars 2010, il a su prendre en compte les besoins et les attentes de ses opérateurs. Tous les mercredis, des petits veaux âgés de deux semaines à un mois, des broutards âgés de six mois à un an destinés à l'exportation et des vaches de boucherie achetées par des chevillards de la grande Région, transitent sur ce marché. Reportage...

Laurent Gary a 40 ans. Il est éleveur de bovins à Montcuq, dans le Lot et il ne manquerait pour rien au monde le marché aux bestiaux d'Agen du mercredi. « Je vends toutes les semaines 90% de mes bêtes. » Et pour les 10% qui lui restent sur les bras, « je les stocke, les engraisse et les ramène la fois d'après ». Malgré son sourire et son air jovial, Laurent est inquiet. « Le métier est très difficile aujourd'hui. Les charges sont de plus en plus élevées, alors que le prix de nos bêtes baisse. » Le rythme est aussi éreintant. « Ce matin, je me suis levé à minuit et, ce soir, je cesserai certainement de travailler vers 21h. C'est épuisant ! » Laurent a l'impression de travailler à perte. « Je touche péniblement l'équivalent d'un RSA. » Denis Conus, le préfet de Lot-et-Garonne, en visite au marché des bestiaux, le 20 novembre au matin, ne peut que constater cette situation. « C'est véritablement un métier passion, car les obstacles ne manquent pas pour tous ces éleveurs ! Entre la hausse du prix des céréales, de l'énergie, des intrants et la stabilité voire la baisse des prix du bétail, les éleveurs doivent s'accrocher, se battre et y croire pour continuer ! »
Le marché aux bestiaux : un lieu d'échanges en tout genre...Ce marché aux bestiaux est une activité commerciale très significative. En un seul et même lieu s'opère une véritable internationalisation du produit. Les broutards sont principalement voués à l'export vers l'Italie, l'Espagne et le Maghreb. « Ce marché est aussi un lieu d'échanges, précise le préfet. Un lieu où se forme le prix car l'offre rencontre la demande. » Depuis 25 ans qu'il arpente les allées des marchés aux bestiaux de France, Denis Conus a été frappé, ici, par cette dimension internationale mais aussi par la complexité des normes sanitaires. « Ces normes demandent beaucoup d'efforts au marché, donc à la ville d'Agen qui s'en occupe, ainsi qu'aux éleveurs. Mais elles sont un gage de traçabilité donc de qualité et de sécurité pour le consommateur », conclut-il.
Santé économique du marchéMême si aujourd'hui le marché aux bestiaux d'Agen semble avoir trouvé son rythme de croisière, l'élevage connaît un certain déclin. « Le contexte est difficile pour les broutards d'export, explique Joël Labat, régisseur du marché  pour le compte de la mairie, car nos clients que sont l'Espagne et l'Italie ne sont pas en très bonne santé économique. Pareil pour la viande de qualité intermédiaire qui connaît un sérieux repli depuis quelques mois. » Malgré le contexte économique mondiale et les conditions de travail éreintantes, les éleveurs, comme Laurent Gary, passionnés par leur métier veulent encore y croire.

Sybille Rousseau
Par Sybille Rousseau

Crédit Photo : SR

Partager sur Facebook
Vu par vous
2366
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 25 + 14 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires