Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

05/08/20 : Dès aujourd'hui, le port du masque est obligatoire dans les secteurs piétonniers d'Hossegor.

05/08/20 : Jean-Baptiste Irigoyen, le maire de Saint-Jean-Luz a fait savoir en début de soirée que sa ville rejoignait le club des villes du littoral basque exigeant le port du masque dans le centre-ville et notamment la rue piétonne Gambetta hyper fréquentée

05/08/20 : L'Agence régionale de santé (ARS) Nouvelle-Aquitaine, organise un dépistage COVID-19 à Biarritz, ce jeudi 6 août, de 9h à 13h sur l’Esplanade du Casino Municipal; un acte gratuit. Se présenter avec sa pièce d’identité, et carte vitale

04/08/20 : A compter du 05 août et jusqu'à nouvel ordre, le département de la Gironde et du Lot-et-Garonne sont placés en vigilance orange pour le risque "feux de forêt". Le département des Landes a cette vigilance depuis le 29 juillet dernier.

30/07/20 : Le maire d'Anglet Claude Olive, après entretien avec le préfet, a pris la même décision que Maïder Arosteguy et fermera ses 4,5km de plage de 22 h à 6 h à partir du 4 août. Une décision logique en raison de la proximité des deux stations balnéaires.

30/07/20 : En Dordogne, aucun record de température n'est tombé ce jeudi 30 juillet. Météo France a enregistré un maximal de 39 degrés aux Eyzies, dans la vallée de la Vézère. Le département est placé en vigilance jaune jusqu’au samedi 1er août à 12 heures.

30/07/20 : 600 millions d'euros, c'est l'enveloppe annoncée par le premier ministre au président des Régions de France Renaud Muselier dans le cadre d'un "accord de méthode" signé à Matignon pour préserver leur capacité d'investissements après la crise du Covid

30/07/20 : Albin Chalandon,l'une des figures de la V° république et du gaullisme, qui occupa plusieurs postes ministériels dont celui de Garde des Sceaux mais fut aussi PDG du groupe Elf-Aquitaine est décédé à l'âge de cent ans.

30/07/20 : A Pau, le départ de la course cycliste féminine « Donnons des ailes au vélo » sera donné le 6 août à 8 heures au Tour des Géant Stade Tissié. Cette course reprend les 21 étapes du Tour de France parcourues par les cyclistes masculins.

30/07/20 : Ce jeudi, sur la Côte basque, Biarritz devrait battre ses records de chaleur avec 41°, soyons fous, selon les spécialistes, ressenti 47°. Bref la Côte basque flirtera avec sa concurrente d'Azur, voire en matière de culture assumée, sa cousine, la Corse.

29/07/20 : Surf, longboard, bodyboard, Stand-up paddle... les meilleurs surfeurs du département des Landes sont attendus les 1er et 2 août à Labenne Océan pour le Championnat des Landes Open et Junior.

29/07/20 : A mi-parcours de la saison estivale, avec 64 destinations et une évolution très positive des flux de voyageurs, l’Aéroport de Bordeaux va rouvrir le Hall B au public, à compter du jeudi 30 juillet.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 05/08/20 | L’appel à organisation des Voisinades niortaises est lancé !

    Lire

    La Ville de Niort organise la 5e édition des Voisinades niortaises le 18 septembre prochain. Les habitants qui souhaitent organiser ce temps fort convivial entre voisins dans leur quartier doivent s’inscrire jusqu’au 4 septembre auprès du service Proximité et Relations aux citoyens. Les particuliers, organisateurs, bénéficieront d’un accompagnement personnalisé. La Ville offrira aussi un kit apéro constitué de produits locaux.

  • 05/08/20 | Un mois de juillet positif pour la Cité du Vin

    Lire

    La Cité du Vin de Bordeaux dresse un premier bilan de l’activité du mois de juin plutôt positif. Si les chiffres de fréquentation des visiteurs étrangers enregistrent une forte baisse à cause du Covid-19, la fréquentation des visiteurs locaux, elle, bondit. 61% de visiteurs bordelais supplémentaires par rapport à 2019 sont venus admirer et visiter l’emblématique musée bordelais.

  • 05/08/20 | L'appelation Sainte-Foy Côtes de Bordeaux ouvre ses Châteaux

    Lire

    Dimanche 9 août, les vignerons de Sainte-Foy Côtes de Bordeaux organisent leurs premières portes ouvertes. Objectif : "dynamiser notre territoire et notre appellation ; offrir des activités aux visiteurs, touristes et locaux" explique Christiane Deffarge, présidente de l’appellation. Les huit propriétés participantes proposeront des animations diverses et variées : visite, initiation à la dégustation, accords mets et vins, atelier pédagogique pour les enfants, balade à la découverte des cépages… Et une tombola ouverte à ceux qui auront visité au moins 3 propriétés dans la journée.

  • 04/08/20 | Agglomération du Niortais : le délai du fonds de soutien de proximité est prolongé

    Lire

    Les entreprises et associations du territoire, dont l’activité économique a été impactée par la crise du Covid-19, ont un mois supplémentaire pour demander à bénéficier du fonds de soutien de proximité mis en place par Niort Agglo. Le délai est prolongé jusqu’au 31 août 2020.Cette aide a pour objectif de répondre aux besoins de trésorerie des Petites et Moyennes Entreprises et des associations du territoire de la Communauté d’agglomération du Niortais.

  • 04/08/20 | Un marché nocturne à Guéret (23)

    Lire

    Actions Quartiers, en partenariat avec la Ville de Guéret, organise le vendredi 21 août un marché nocturne de producteurs et artisans. De 18h à 22h, des animations musicales et des stands de producteurs locaux attendent les visiteurs qui pourront aussi se restaurer sur place. Les producteurs souhaitant y participer ont jusqu’au 14 août pour s’inscrire

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Agriculture | A Champdolent (17), l'aide à l'installation a permis à un jeune de renouer avec la tradition familiale

14/05/2020 | Julien Biteau s'est installé à Champdolent (17) il y a trois ans chez ses maîtres de stage. Le trio a monté un GAEC en polyculture élevage

Julien Biteau avec ses Blondes d'Aquitaine à Champdolent

L’histoire de Julien Biteau, c’est un peu celle de la revanche d’une génération sur des clichés. Chez les Biteau, on est agriculteur de père en fils à Champdolent (17), mais ici, il y a eu « des trous dans la raquette ». Dans sa jeunesse, le père de Julien aurait volontiers repris la ferme familiale mais le paternel s’y était opposé. Trop de travail pour peu de valorisation financière et sociale. Il souhaitait une autre carrière à ses enfants. Le virus de l’agriculture s’est transmis malgré tout au petit-fils, Julien. « J’ai toujours voulu faire ce métier », raconte le jeune homme de 22 ans.

Son parcours est à la hauteur de sa vocation précoce : un Bac pro Conduite et gestion de l'entreprise agricole (CGEA) à Melle (79), suivi d’une première année de BTS. Il fait son stage et son apprentissage chez des voisins, Bruno et Isabelle Pertus, exploitants en polyculture et élevage bovin viande à la ferme du Petit Courgeon à Champdolent. « Je les connais depuis que je suis tout petit. C’est un peu comme une deuxième famille », raconte Julien Biteau. Arrivé à la cinquantaine, le couple s’est posé la question de la transmission de son exploitation à terme, leurs filles ne souhaitant pas s’orienter dans cette voie. « Ils avaient également beaucoup de travail à la ferme, sans pour autant avoir les moyens de prendre un salarié. On a donc réfléchi à une façon d’agrandir la ferme en me permettant de me dégager un salaire », poursuit Julien.

Les vaches de Julien Biteau ont la chance de pouvoir aller s'abreuver dans La Boutonne toute proche

Les vaches de Julien Biteau ont la chance de pouvoir s'abreuver dans La Boutonne toute proche.

La solution a émergé du côté de la coopérative Terre Atlantique, dont l’exploitation fait partie. Un de ses adhérents a fait savoir qu’il partait à la retraite, laissant vacant 75 hectares de terres en fermage. Julien a donc souscrit de nouveaux baux avec les neuf propriétaires non exploitants de  ce foncier, et racheté du matériel de production. Le jeune homme a également repris un tiers du troupeau du couple. L’héritage du grand-père lui a également été utile : il apporté au GAEC 6 hectares de culture supplémentaires, louées à son père.

Pour financer le projet, Julien Biteau n’a pas manqué de soutien. Il a bien sûr bénéficié de l’aide à l’installation en tant que jeune agriculteur (fonds Région/Europe). La coopérative Terra Atlantique l’a également accompagné avec un plan sur cinq ans (lire ci-dessous).  En contrepartie, Julien a dû s’engager à livrer ses céréales à la coopérative. « J’ai également bénéficié de quelques aides financières des inséminateurs, du Crédit Agricole et divers organismes », précise le jeune homme. 

Julien Biteau aime les Blondes d'Aquitaine pour leur caractère et leur robustesse

Julien Biteau apprécie les Blondes d'Aquitaine pour leur robustesse, leur caractère et le défi qu'elles représentent : "C'est un élevage assez technique, qui demande de s'adapter au quotidien".


Aujourd’hui, le trio gère en GAEC 254 hectares de céréales, 120 têtes de bétail dont 55 vêlages. Julien s’occupe à la fois des cultures et des animaux. Chaque année, le trio plante diverses céréales : maïs, colza, blé, orge, pois et tournesol cette année. « En cas de coup dur sur une culture, avoir les autres permet de continuer à tourner », explique Julien. Les céréales sont toutes livrées à la coopérative de Saint-Savinien (canton de Saint-Jean d’Angély).  Pour la viande, le GAEC fait partie d’un groupement d’éleveurs ayant un contrat avec l’enseigne Leclerc. La viande de la ferme part dans les boucheries des supermarchés de la Saintonge. Un négociant en bestiaux de Marans leur prend régulièrement des broutards. « Le super U de Fouras nous prend également des bêtes de temps en temps, en fonction des besoins », complète Julien.

Lorsqu’Isabelle et Bruno partiront à la retraite dans une dizaine d’années, Julien se voit bien reprendre l’intégralité de la ferme, « peut-être avec un salarié ». Pour l’instant, il ne se projette pas avec un associé en GAEC. « J’ai envie que cette exploitation garde son côté familial », explique Julien. Mais le jeune homme ne fait pas de plan sur la comète : « On ne sait pas ce qu’il peut se passer d’ici là. Pourra-t-on seulement conserver l’élevage ? ». Beaucoup d’interrogations demeurent : comment reprendra-t-il l’ensemble des parts d’Isabelle et Bruno ? Leurs filles voudront-elles garder les terres en fermage ou s’en séparer ? Dans quelles conditions pourra-t-il exploiter les terres de son propre père, sachant qu’il a également deux sœurs ? Pour l’instant, Julien n’a qu’une certitude : vu la quantité de travail, il ne sera jamais seul sur la ferme. « L’avantage d’être à trois, c’est qu’on peut se relayer pour prendre du temps pour soi à côté, avoir des loisirs, partir en vacances, avoir une vie de famille. On adore notre boulot mais on ne veut pas être dépendant de notre travail ».

 

Le contrat Cap’Avenir de Terre Atlantique

Pour pouvoir en bénéficier dans le cadre d’une installation, il faut avoir moins de 40 ans et moins de 5 ans d’installation ; moins de 40 ans pour une aide à l’agrandissement. L’aide de la coopérative consiste en un suivi de production par un technicien de la structure et des analyses de sols et de fourrages, prises en charge par la coopérative. Le jeune agriculteur bénéficie également de remise forfaitaire à l’hectare, en céréales, en vigne et en « aliments en vrac », sur une base de forfait dégressif les cinq premières années de son installation.

 

Retrouvez l'interview de Julien Biteau en images

  

Anne-Lise Durif
Par Anne-Lise Durif

Crédit Photo : Anne-Lise Durif

Inno'action et agricultureCet article fait partie du dossier

Voir les autres articles de ce dossier
Partager sur Facebook
Vu par vous
10538
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 7 + 14 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr