Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

20/07/21 : Dans les Pyrénées-Atlantiques la tour sud de la cathédrale de Bayonne et la Chapelle des Prébendés, ainsi que le Château de Pau, le couvent des Récollets à Ciboure et l’Espace Jéliote à Oloron vont bénéficier du plan France relance pour leur rénovation

19/07/21 : Face à la montée en puissance du nombre de contaminations au Covid-19 en Charente-Maritime, le préfet a étendu l'obligation du port du masque dans tout espace public pour 45 communes, essentiellement littorales.

16/07/21 : Eté Jeunes est un nouvel agenda en ligne, à destination des jeunes Bordelais. Il permet d'accéder à l'ensemble de l'offre municipale et associative ainsi qu'à toute l'actualité culturelle, sportive et de loisirs proposée cet été à Bordeaux.+ d'info

13/07/21 : Du 15 juillet au vendredi 13 août inclus, l’Hôtel de ville de Poitiers fermera ses portes à 16 h 30 au lieu de 17 h 30. Sur cette période, du lundi au vendredi, l’accueil du public s’effectuera de 8h30 à 12h30 et de 13h30 à 16h30

07/07/21 : Pyrénées-Atlantiques - 1 compagnie de CRS, 23 nageurs-sauveteurs CRS, 13 agents de police-secours et de BAC, 4 agents spécialisés dans l’investigation, 8 motards CRS soit 118 policiers vont cet été venir renforcer les forces de sécurité du département

07/07/21 : Saint-Médard-en-Jalles : le centre intercommunal de vaccination Covid 19 restera ouvert tout l’été, grâce à l'implication des 50 agents et 229 professionnels de santé des 6 communes partenaires qui s'y relaient. En 3 mois, 31000 doses ont été injectées

05/07/21 : EthicDrinks, le négoce vert bordelais est lauréat du 1er prix du “Millésime 2021” organisé par l’Adelphe, éco-organisme à but non lucratif axé sur le recyclage des emballages ménagers des entreprises et notamment dans le secteur des Vins et Spiritueux.+ d'info

05/07/21 : Les inscriptions universitaires 2021-2022 de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour démarrent, de manière entièrement dématérialisée, mardi 6 juillet pour tous ses campus : Pau, Bayonne, Anglet, Mont-de-Marsan et Tarbes.+ d'info

01/07/21 : Mmes Albenga et Poulet, MM. Patin et Stambolis-Ruhstorfer, enseignants-chercheurs à l’Université Bordeaux Montaigne, ont été nommés membres de l'Institut Universitaire de France. La récompense la qualité scientifique de leurs activités universitaires.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 30/07/21 | Ouverture des candidatures pour la Semaine de la Diversité 2022

    Lire

    Pour la 6ème édition, la Ville de Bayonne organise du 1er au 8 mars 2022 la Semaine de la Diversité et de l’égalité des droits. Jusqu’au 20 septembre, les associations peuvent déposer leurs propositions sur les thèmes de la lutte contre les discriminations et la promotion de l’égalité ainsi que de la diversité culturelle et de la citoyenneté. Les projets sélectionnés percevront une aide de la ville. Toutes les informations sont disponibles sur le site de la Ville

  • 30/07/21 | A la découverte du bijou régional

    Lire

    Jusqu’au 19 septembre, le Musée Bernard d’Agesci de Niort propose l’exposition « Le bijou régional, une spécialité niortaise, fonctions, types ». Les visiteurs partiront à la découverte de plus de 200 bijoux traditionnels, d’outils et de machines ayant servi à leur fabrication. Autour de l’exposition, le Musée propose également 2 accrochages dans le grand hall : « Trésors d’archéologie : parures et objets de prestige » et « Bijoux contemporains ».

  • 29/07/21 | France Relance : Repeuplement forestier, les entreprises lauréates landaises

    Lire

    Forelite-Evolution à Arue, la SCEA Pépinières Planfor à Uchacq-et-Parentis, Bois de Gascogne à Saint-Eulalie-en-Born, Landes Forêt à Levignac, Planfor SAS à Uchacq-et-Parentis sont les 5 entreprises landaises soutenues dans le cadre du plan France relance pour leurs investissements dans des outils et matériels performants pour la production de plants qui seront utilisés pour le repeuplement forestier. Objectif: permettre plus de compétitivité et de résilience face aux défis climatiques. Au total, un coup de pouce de 386 470 euros.

  • 29/07/21 | La Nature a rendez-vous en Creuse en août

    Lire

    Tout au long du mois d’août, la Réserve Naturelle de l’étang des Landes en Creuse propose aux petits et aux grands des « Rendez-vous Nature ». Le 6 août, les petits pourront observer le plumage des oiseaux, le 11 août, partez à la découverte de la vie des abeilles en devenant le temps d’une journée un apiculteur ou encore devenez explorateur avec 4 épreuves sur le thème des oiseaux le 18 août. Programme et réservation

  • 29/07/21 | Les Crus artisans du Médoc ouvrent leurs portes

    Lire

    Comme chaque année, les Crus artisans du Médoc ouvrent leurs portes au public. Cette année, le rendez-vous est donné du 30 juillet au 1er août pour découvrir ou redécouvrir les vins et leur mode d’élaboration. Le public pourra par exemple pique-niquer au Château Tour Bel Air et se balader au milieu du vignoble Médocain.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Agriculture | Oléron : le port de la Cotinière en pleine mue

15/03/2021 | A Saint-Pierre d'Oléron, le port de la Cotinière est en chantier depuis fin 2019. Une nouvelle criée est en train de voir le jour

Lors du creusement du troisième bassin, en février 2020

A Saint-Pierre d’Oléron, le port de la Cotinière est en pleine transformation, avec l’aménagement de nouveaux quais et d’une nouvelle criée. Commencé fin 2019, le chantier devrait s’achever fin 2022. Objectif pour le 2e port de pêche de Nouvelle-Aquitaine : maintenir sa 6e place nationale, avec ses 23M€ de chiffre d’affaires annuels et ses 5 000 tonnes de poissons « nobles » (bars, soles, lottes) débarqués à la criée.

Entre les bâtiments de la criée datant de 1910 et un bassin principal pas assez profond pour accueillir de gros navires, il était urgent pour le premier port de pêche du département de Charente-Maritime de se moderniser. « Les équipements étaient devenus sous-dimensionnés et vétustes. Le projet a été construit avec les pêcheurs pour leur fournir un outil de travail adapté à leurs besoins », explique Dominique Rabelle, présidente du conseil portuaire de La Cotinière et vice-présidente du Département de la Charente-Maritime, porteur de ce projet à 60 millions d’euros.

Un troisième bassin de 4,3 hectares a été creusé entre fin 2019 et début 2020, avec une profondeur de 3 à 5 m, permettant d’avoir un bassin en eau même à marée basse. Un chenal d’accès a été creusé dans la foulée avec le même objectif. « Ca va permettre à de plus gros navires de débarquer leur pêche (1) sans avoir à aller jusqu’à Lorient ou en Espagne, pour assurer leurs livraisons par camions au départ de La Cotinière. Jusqu’à présent, certaines pêcheries francos-espagnoles avec lesquelles nous travaillons ne pouvaient pas rentrer dans le port », explique Nicolas Dubois, le directeur du site.
Cette nouvelle profondeur va également permettre aux 130 chaluts de La Cotinière, et surtout à l’embarcation des sauveteurs en mer, d’aller et venir sans être contraints par la marée. L’entrée du chenal et le port seront protégés par la digue ouest, partant de l’ancienne criée. Elle a été rallongée sur 120 m, mais également renforcée et élargie pour résister aux assauts de la mer. « Au final, on se retrouve avec une digue ouest beaucoup plus trapue que prévue mais c’était nécessaire. On avait fait modéliser le projet très en amont par un laboratoire, qui a construit une maquette des nouveaux aménagements et réalisé des simulations de tempêtes. Dans le cas d'une nouvelle Xynthia, le nouveau port se retrouvait avec les mêmes dégâts qu'à l'époque ». En plus du renforcement de la digue, le parking de La Chapelle, près de l’actuelle criée, sera réaménagé en cordon dunaire à la fin du chantier, pour faire tampon en cas de submersion.

Une nouvelle criée livrée en novembre 2021

L’infrastructure phare de ce nouvel aménagement reste incontestablement la nouvelle criée, avec son plateau technique de 4 ha pris sur la mer, ses 8 000 m2 de locaux, sa nouvelle tour à glace et ses 1000 m2 de quais de débarquement et de réception de marchandises. 

La construction du nouveau quai en février 2020 : 120 blocs de béton, posés sur un coffrage de 3500m3 de béton

Entre confinement, intempéries et technicité du chantier, la construction de la nouvelle plateforme, dans le prolongement de la zone de maintenance, a pris du temps. Pour son édification, les ouvriers ont assemblé comme un puzzle 120 blocs de béton, posés sur un coffrage de 3500m3 de béton. Creux à l'intérieur, ces rectangles ont été remplis de cailloux qui servent à la fois à les lester et à drainer l'eau, ce qui permet d'éviter l'implosion des blocs sous la pression de l'eau. Les 12 000 m2 de l’enceinte de la nouvelle criée reposent sur ce polder de béton de 10,60 m de haut.

Lancé juste avant le premier confinement, le gros œuvre de la nouvelle criée est presque achevé. Il ne reste qu’à terminer l’étanchéité et une partie des réseaux. Au rez-de-chaussée, les 8000 m2 de surface utile commencent à prendre figure. La moitié de la surface sera dédiée à la réception, au stockage et à la vente du poisson, l’autre partie au mareyage. Au cœur du bâtiment se dresse déjà l’auditorium de la criée. Ses escaliers mènent jusqu’à l’étage, où seront situés les bureaux administratifs et commerciaux. Les deux cadrans de criée permettront de gagner du temps lors des deux séances de vente quotidiennes. Le nouveau frigo a été dimensionné pour accueillir 20 tonnes de produits de la mer, deux fois pas jour. Pêcheurs et mareyeurs pourront intégrer le nouvel équipement en février 2022. 

A l'intérieur de la future criée, l'auditorium a déjà pris forme

Ces nouveaux locaux ont été adaptés aux besoins d’aujourd’hui avec des portes dimensionnées pour que les chariots passent en hauteur, et des plafonds plus bas et un cloisonnement plus épais à certains endroits pour conserver la production de froid à l’intérieur et maintenir la production à 3 degrés.
« C’est une vraie révolution technique pour la Cotinière ! », estime Jean-Louis Bouquet, le directeur du projet pour Vinci. « Cette restructuration avait pour objectif la sécurité des pêcheurs et des mareyeurs, qui travaillent au quotidien avec des outils dangereux ». Pour Dominique Rabelle, c’est aussi la pérennité des emplois qui était en jeu : « l’objectif n’est pas d’augmenter les tonnages mais de maintenir à terme les 700 emplois directs et indirects générés par l’activité du port, à l’heure où un certain nombre de jeunes oléronais ont repris les bateaux de leurs parents ».

(1)    Ces pêches là ne passent pas par la criée et sont récupérés directement par des transporteurs.

Anne-Lise Durif
Par Anne-Lise Durif

Crédit Photo : Anne-Lise Durif

Partager sur Facebook
Vu par vous
5736
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture<script src=" />
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 8 + 14 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr