Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

29/05/20 : Municipales : A Melle (79), la liste menée par Sarah Klingler ayant obtenu la majorité absolue (28 voix) au premier tour, le conseil a été installé hier, avec 9 postes d'adjoints créés, avec Jérôme Texier et Favienne Manguy comme 1er et 2e adjoints.

27/05/20 : Les 11 Clowns Stéthoscopes organisent une "déambulade festive" aux fenêtres des patients qu’ils ont l’habitude de côtoyer au CHU de Bordeaux à l'Hôpital des enfants afin de renouer le lien physique rompu par le confinement, le 29 mai dès 15h00.

26/05/20 : Le Conseil municipal de Libourne a réélu à sa tête Philippe Buisson. Laurence Rouède se voit confier la délégation de 1ere adjointe, déléguée à la coordination des activités municipales, aux ressources humaines, à l’urbanisme et au foncier.

25/05/20 : Le secrétaire d'État en charge du tourisme, Jean-Baptiste Lemoyne, a assuré que l'exécutif réfléchissait à un "élargissement significatif" de la limite de déplacement (100 km autour du domicile), qui pourrait entrer en vigueur la semaine prochaine.

25/05/20 : Les hospitaliers du CHU Pellegrin à Bordeaux sont en grève illimitée depuis le 22 mai sur préavis de SUD Santé. Un rassemblement de soutien est organisé le 26 mai devant l'hôpital.

22/05/20 : Dans le cadre de la célébration de la Journée Mondiale des Oiseaux Migrateurs, les 24 et 31 mai 2020 à Vitrezay, BioSphère Environnement propose 2 sorties de découverte des oiseaux des marais de Gironde, de 8h30 à 10h30. Réservations: 05 46 49 89 89.

19/05/20 : Allant dans le sens de la déclaration du Premier Ministre ce matin, le préfet des Pyrénées Atlantiques Eric Spitz déclare que les Bordelais et les Toulousains en zone verte pourraient venir en vacances en juillet et août dans les Pyrénées Atlantiques

18/05/20 : L’incertitude de l’évolution sanitaire, et l’impossibilité de mettre en œuvre les mesures barrières, entrainent l’annulation de l’opération de sensibilisation des jeunes à la nage, Objectif Nage, pour l’été 2020, annonce le Département de la Gironde.

15/05/20 : Initialement prévu le samedi 12 septembre prochain, la 36ème édition du marathon des Châteaux du Médoc est reportée au samedi 11 septembre 2021.

14/05/20 : L'activité partielle pour les entreprises du tourisme et de l'évènementiel sera maintenue jusqu'à fin 2020 et que l'accès au fonds de solidarité est prolongé jusqu'à fin septembre. En revanche, pas de baisse prévue pour la TVA.

12/05/20 : La Compagnie aérienne Chalair annonce la reprise progressive de ses vols entre Bordeaux, Brest et Montpellier. Au rythme de 2 vols hebdomadaires, rdv le 8 juin, pour la reprise des liaisons Bordeaux-Brest puis le 15 juin, pour Bordeaux-Montpellier

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 31/05/20 | Covid 19 : les personnels de l'hôpital de Périgueux pourront recevoir la prime de 1500 €

    Lire

    Les personnels de l'hôpital de Périgueux, mobilisés pendant la crise sanitaire, pourront toucher la prime Covid de 1500€. Le député de Dordogne Philippe Chassaing, qui a appuyé la demande auprès du gouvernement, l'a annoncé ce samedi 30 mai dans un communiqué. Il précise que "le chef d'établissement pourra en effet décider du relèvement de la prime à 1500€ dans les services au sein desquels les agents ont été particulièrement impliqués, dans la limite de 40% des effectifs de l'hôpital."

  • 31/05/20 | Covid 19: dépistage dans 40 communes de Creuse

    Lire

    Existence préoccupante d'un Foyer de contamination du Covid 19 en Creuse où un cas, parmi les professionnels de santé à domicile, a été détecté le 24 mai à Guéret et deux autres depuis. L'Agence Régionale de santé et sa délégation départementale ont donc mis en œuvre des tests collectifs auprès de 59 particuliers et 40 professionnels . En outre une campagne de dépistage est entreprise dans 40 communes du département qui va concerner près d'un millier de personnes, notamment âgées bénéficiant de soins à domicile.

  • 31/05/20 | Arette (64): L'usine d'espadrille devenue tiers-lieu

    Lire

    Le tiers-lieu Pic Nic implanté à Arette (1 000 habitants) dans le Haut-Béarn, en vallée de Barétous au sud de Pau et d'Oloron-Sainte-Marie se développe. Impulsé en 2013 par l'achat par un couple d'architectes de l'ancienne usine d'espadrille du village, le lieu, espace de travail partagé et est devenu un outil commun à une dizaine de professionnels indépendants et télétravailleurs salariés. Afin de développer le tiers-lieu, tout en permettant l'émergence de projets communs, il a pris le statut de Société Coopérative d'Intérêt Collectif, que la commune souhaite intégrer. La création d'extensions est aussi envisageé.

  • 30/05/20 | Des esturgeons exotiques dans le Bassin d'Arcachon

    Lire

    Avec le débordement de cours d'eau du Sud Gironde les 10 et 11 mai 2020, des piscicultures dans les bassins du Ciron et de la Leyre ont été inondées laissant échapper des esturgeons sibériens et des esturgeons du Danube. Si l’espèce sibérienne pourrait a priori survivre sans se reproduire, les esturgeons sibériens emportés dans le Bassin d’Arcachon ne supportent pas la salinité des eaux. Ces deux espèces ne doivent pas être confondus avec l’esturgeon européen, protégé en voie de disparition. La prefecture demande donc aux pêcheurs de relâcher vivants tous les esturgeons qui seraient pris, quelle que soit l’espèce.

  • 30/05/20 | Dordogne : une hausse 24,2 % du nombre de demandeurs d'emploi en avril

    Lire

    La Dordogne voit son nombre de chômeurs s'envoler au mois d'avril. Pôle emploi a enregistré une hausse des inscrits en catégorie A, c'est à dire sans aucune activité, de 24,2 % en avril par rapport à mars 2020. En Nouvelle-Aquitaine, elle est de 27,4 %. C'est plus qu'au niveau national : cette hausse historique est de +22,6 %. Cela porte à 25 170 le nombre de personnes sans aucune activité en Dordogne. Le nombre d'inscrits en catégorie B et C (activité réduite) enregistre une forte baisse.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Agriculture | Agriculteurs : la mobilisation en Nouvelle-Aquitaine

08/10/2019 | FDSEA, CR et JA ont appelé à manifester leur colère contre notamment "l'agri-bashing", les accords internationaux de libre-échange en ce mardi 8 octobre

Tracteur bloquant rond point aux alentours de Poitiers

Mobilisation des agriculteurs en ce mardi 8 octobre aux quatre coins de l’hexagone et bien sûr en Nouvelle-Aquitaine pour protester contre "l'agri-bashing", les accords internationaux de libre-échange, ou encore les projets de zone de non-traitement pour les pesticides. Tour d’horizon des rassemblements dans notre région…

Si le message national des organisations syndicales agricoles avait bien mentionné le fait que les concitoyens ne seraient pas impactés directement par cette mobilisation, en Lot-et-Garonne, il en a été tout autrement. La Coordination rurale comme à son habitude a mobilisé des centaines d’agriculteurs. Au petit matin, les principaux axes routiers permettant d’accéder au département étaient bloqués. « Le trafic routier était dégradé à cause de tracteurs bloquant la circulation », précisait à 10 h 00 la préfecture de Lot-et-Garonne. Sur l’A62 à Marmande la sortie 5 était fermée. Même scénario pour la sortie 7 à Agen ainsi qu’à Valence d’Agen. Les ronds-points de l’autoroute à Agen et celui de Beauregard étaient également impraticables. La situation est redevenue normale à la mi-journée. Dans le même temps, une délégation de la CR a été reçue par la préfète. « La Préfète de Lot-et-Garonne va faire remonter nos revendications qui sont ‘non aux accords de libre-échange et aux ZNT’. Aussi, nous lui avons fait comprendre que les chambres d'agriculture départementales étaient également en danger à cause de la collecte régionale de l'impôt », a précisé à la sortie de cet entretien le syndicat agricole. Les agriculteurs se sont également rendus devant les sièges de la MSA à Agen et Marmande afin d’y laisser « quelques souvenirs » pour en bloquer l’entrée.


En Gironde, la FNSEA avait lancé un appel pour une opération de filtrage au rond-point de Saint-André de Cubzac qui n'a finalement pas eu lieu. Selon Vincent Bougès, président du syndicat Jeunes Agriculteurs de Gironde, « on est solidaire de tous les messages avancés mais on est dans un contexte particulier puisqu'on est encore au cœur des vendanges (et des récoltes), la mobilisation était donc plus complexe à mettre en œuvre ». Quant à la suite, le responsable syndical tempère, « vous dire si on va se joindre à l'action nationale est encore un peu prématuré ». Le directeur de la FDSEA 33, Franck Ballester ajoute que « la prochaine échéance à laquelle on va sûrement participer, c'est celle du 22 octobre ».

En Charente-Maritime, une cinquantaine d'agriculteurs de la FNSEA-JA se sont réunis ce matin devant la station d'épuration et de lagunage de Port-Neuf. Un choix qui fait sens, pour Cédric Tranquart, le président de la fédération départementale : « On nous interdit d'être à moins de 150 mètres des habitations, on n’a qu'à faire pareil avec les stations d'épuration et les épandages de boues ! On a préféré démontrer l'absurdité de ce nouveau texte de loi par cette action symbolique plutôt que de prendre les gens qui vont travailler en otage ». Les agriculteurs venus de l'Aunis, notamment, sont tout de même repartis en tracteur par la rocade et la RN11 (direction Niort), créant un petit bouchon vers 12h15. Cette brève opération escargot aura été leur ultime fait d'armes de la journée. La FNSEA attend désormais de voir comment les choses évolueront d'ici le prochain appel à manifester, le 22 octobre. Cédric Tranquart attend notamment de voir si les chartes agricoles, en cours de rédaction à la demande du ministre de l'agriculture, primeront bien sur les autres règles législatives, comme l'avait promis Didier Guillaume. En Charente ils étaient une quarantaine, membres de la Coordination rurale, à se rendre à la préfecture pour faire savoir leur exaspération auprès de la préfète Marie Lajus.

Pique-nique de la CR devant la préfecture à Agen


Poitiers : FNSEA, JA et Coordination rurale en colère

Dans la Vienne, une file de tracteurs aux deux carrefours des entrées nord et sud de Poitiers. Ce mardi matin, à l’appel de la FNSEA 86 et des Jeunes Agriculteurs 86, cinquante tracteurs se sont rassemblés au rond-point de la Folie au nord de Poitiers et une trentaine à l’entrée de la zone commerciale du sud de la ville. Leur but était d’interpeller tout le monde sur l’agri-bashing dont la profession est victime. Ils protestaient également contre l’accord de libre-échange entre l’Union Européenne et le Canada (CETA) et celui avec le Mercosur (marché commun Argentine, Brésil, Paraguay, Uruguay). Ces barrages filtrants ont provoqué quelques ralentissements et des feux de colère ont été allumés sur les carrefours : ils ont été levés en début d’après-midi. De son côté, la Coordination rurale (CR) a organisé une action symbolique en dressant des croix de bois devant l’hôtel de ville de Poitiers pour dénoncer « le génocide paysan ». Les accords du Mercosur et du CETA étaient également dénoncés. Une délégation de la CR a même rencontré le maire de Poitiers pour parler de l’arrêté anti-pesticides qu’il a pris ce lundi 30 septembre et levé ce lundi 7 octobre à la demande de la préfète de la Vienne. Ces trois syndicats contestent l’arrêté anti-pesticides pris par Alain Claeys, le maire de Poitiers. Quant aux manifestants JA et FNSEA, ils ont défilé sur la rocade entre Poitiers-Sud et le Grand Large, perturbant le trafic.

Fabien Joffre


En Dordogne, une cinquantaine d’agriculteurs de la FDSEA 24 et des Jeunes Agriculteurs du département ont manifesté ce mardi devant la préfecture de la Dordogne, à Périgueux. Ils ont allumé un "feu de la colère". Cette manifestation fait suite à l’appel national des deux syndicats majoritaires sur le dénigrement perpétuel dont est victime la profession. Une délégation conduite par Pierre-Henri Chanquoi, président des JA et Fabien Joffre, président de la FDSEA a été reçue par le préfet Frédéric Perissat. Fabien Joffre saluait quelques avancées sur l’agribashing. « On a établi un partenariat entre la chambre d’agriculture et la gendarmerie pour tout ce qui était alerte ou vol. En cas d’intrusion dans nos exploitations, l’objectif est que cela aille vite en gendarmerie afin que les gendarmes puissent intervenir rapidement et que le Procureur s’occupe des dossiers et pénalise les gens qui vont dans nos élevages sans autorisation. Sur la chasse, il y a des avancées avec la mise en place de battues administratives systématiques sur des endroits à risque où il y a encore la tuberculose et avec en priorité une éradication du blaireau. »
Sur le photovoltaïque au sol, tous les dossiers du département ont été portés à la connaissance du préfet. Sur les zones de non traitement, les syndicats agricoles vont débuter un gros travail sur la rédaction d’une charte de bon voisinage. « Sur ce sujet, on va travailler dans les prochains mois avec les maires et le Conseil départemental, la fédération de chasse, les présidents de communautés de communes. L’objectif est d’expliquer aux néo-ruraux, nos pratiques, notre fonctionnement en matière d’épandage, de récolte. » En revanche, la profession n’a pas obtenu d’avancées sur la taxe de défrichement : les mesures de dérogation accordées par l’ancienne préfète sont caduques. Autre sujet, le désert vétérinaire : les deux syndicats agricoles ont fait remonter que les services de l’état avaient le droit de recourir à des diplômés Bac+ 2 pour de l’accompagnement dans les élevages dans des missions de prophylaxie, tandis que les vétérinaires ruraux ne peuvent les prendre en apprentissage. Le sujet serait remonté au niveau national.

Dans les Landes: lassitude... et pédagogie
Dans les Pyrénées-Atlantiques, FDSEA 64 et JA avaient prévenus la veille au soir de leur volonté de joindre le mouvement national « France veux-tu encore de tes paysans ? » ce mardi. En fin de matinée, sur 5 sites du département, tracteurs et agriculteurs se sont donc positionnés pour ralentir les automobilistes et marquer le coup de leur lassitude face à « la déconsidération de la population française envers [leur] profession ». « Lynchage médiatique omniprésent, une pression environnementale multipliée depuis quelques années, l’agribashing permanent, des accords internationaux remettant en cause la présence de l’agriculture sur le territoire français », sont parmi les nombreuses causes de ras-le-bol dénoncées par les agriculteurs basques et béarnais, à l'image de leur collègues au niveau national.  « A stigmatiser la population agricole, on est en train de faire mourir le monde rural », synthétise l'un d'eux. Et pourtant « ce n'est pas faute de faire des efforts », souligne notamment les représentants des JA 64. Concrètement à Pau, ce sont les secteurs de l’Hippodrome et d'Auchan qui ont été concernés par des ralentissements avec une dizaine de tracteurs présents. À Lescar, la zone commerciale de Quartier libre a vu la mise en place d'un barrage filtrant de tracteurs (4 tracteurs et une quinzaine d'agriculteurs) provoquant un léger ralentissement. A Sauveterre, entre 50 et 60 agriculteurs ont là aussi créé des ralentissements autour de deux ronds-points au sud de la ville. Et enfin à Bayonne, c'est avec un peu plus de colère, qu'une dizaine de tracteurs, ont ralenti le trafic en centre-ville avant que les agriculteurs en manque de reconnaissance sociétale ne déversent un gros stock de pneus sur la place de la mairie.

Même ambiance de « ras-le-bol » dans les Landes, où des ralentissements ont été mis en place dans la matinée du côté d'Aire-sur-l'Adour, Hagetmau, ou encore sur la route entre Meilhan et Mont-de-Marsan. Là aussi, les agriculteurs souhaitant « vivre de [leur] métier comme tout le monde » sont lassés de « ne plus savoir quoi faire », lasser « de se faire traiter de bandits, de pollueurs à longueur de journée ». Des agriculteurs pourtant beaux joueurs avec les automobilistes de passage qui sur certains points de manifestation, se sont vus proposés des filets de Poulet jaunes des Landes, grillés sur des brazéros dressés pour l'occasion. Des produits labellisés d'origine et de qualité, soumis à des réglementations et cahiers des charges stricts. Un genre de pied de nez aux accords de libre échange type Mercosur et Ceta « qui autorisent la commercialisation de produits dont on ne maîtrise rien des conditions de production », pointent les manifestants. La pédagogie, à travers l'explication des savoir-faire et des méthodes de production des éleveurs locaux étaient donc aussi au programme du jour dans les Landes.


Prochain acte de la mobilisation agricole : le 22 octobre…

Claude-Hélène Yvard, Julien Privat, Romain Béteille, Anne-Lise Durif, Sybille Rousseau, Solène Méric
Par Claude-Hélène Yvard, Julien Privat, Romain Béteille, Anne-Lise Durif, Sybille Rousseau, Solène Méric

Crédit Photo : JP, CHY, CR

Inno'action et agricultureCet article fait partie du dossier

Voir les autres articles de ce dossier
Partager sur Facebook
Vu par vous
19338
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 33 + 11 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr
Huîtres Nouvelle-Aquitaine Agriculture | 28/05/2020

Nouvelle-Aquitaine : l'ostréiculture attend un second souffle

Roland Cayrol, à g., aux côtés de Joël Aubert en avril 2019. Agriculture | 28/05/2020

"Nos agriculteurs, on les aime encore plus après la crise!", Roland Cayrol, politologue

Hervé Gillé Agriculture | 27/05/2020

Distillation de crise : trois questions à Hervé Gillé, sénateur girondin

Les débats de la Semaine de l'agriculture se sont déroulés depuis le pavillon des Arts à Pau Agriculture | 26/05/2020

Retour sur le succès de la Semaine de l'Agriculture : « On a su faire du bruit ! »

Champ de maïs dans les Landes Agriculture | 25/05/2020

Emploi agricole: Recrutements massifs de saisonniers chez Euralis et Maïsadour

Semaine Agriculture Agriculture | 21/05/2020

Quand l'agriculture débat de son avenir

Journée Installation-Transmission 2020 Agriculture | 20/05/2020

La coopération agricole, un soutien de choix lors de l'installation des jeunes agriculteurs

Prendre soin du climat Agriculture | 20/05/2020

Prendre soin du climat : une préoccupation qui touche aussi l’agriculture

L'élevage a t_il un avenir en Europe, un débat du salon régional de l'agriculture Agriculture | 20/05/2020

L'élevage et l'alimentation en débat sur la Semaine de l'agriculture Nouvelle-Aquitaine

Etats généraux de l'innovation2020 retransmis sur agriweb.tv Agriculture | 20/05/2020

Autonomie protéique des élevages : quelles perspectives en Nouvelle-Aquitaine ?

Une Blonde d'Aquitaine, s'apprête à participer à un concours de race Agriculture | 19/05/2020

Jeunesse et passion de l'élevage ouvrent la Semaine de l'agriculture

Inauguration de la Semaine de l'Agriculture avec Jean-Pierre Raynaud, Alain Rousset et Dominique Graciet Agriculture | 18/05/2020

La Semaine de l'agriculture inaugurée: " Place aux agrosolutions ! "

Journée installation-transmission Agriculture | 16/05/2020

La coopération agricole au coeur de la 3ème Journée Installation Transmission

Julien Biteau avec ses Blondes d'Aquitaine à Champdolent Agriculture | 14/05/2020

A Champdolent (17), l'aide à l'installation a permis à un jeune de renouer avec la tradition familiale

Paroles d'agriculteurs Agriculture | 14/05/2020

"Paroles d'agriculteurs", met en lumière les exploitants de Nouvelle-Aquitaine sur AgriwebTV !