aqui.fr lance Aqui-Bordeaux-Métropole le 9 novembre 2015

27/09/16 : Le Tribunal administratif de Pau a consulté aujourd'hui mardi le premier des deux recours déposé par les opposants à l'intercommunalité unique du Pays basque. Celui-ci concernait l'étude de la validité de l'arrêté du 18 juillet. Jugement rendu lundi.

27/09/16 : Mme Sonia Penela est nommée sous-préfète, directrice de cabinet de la préfète de la Dordogne. Elle succède à Jean-Philippe Aurignac qui occupe désormais le poste de Secrétaire général de la préfecture du Cantal. Elle prendra ses fonctions le 3 octobre.

23/09/16 : Annulation du spectacle « Cabaret New Burlesque » programmé le mardi 11 octobre, au Théâtre Ducourneau, à Agen. Le producteur a déprogrammé la tournée européenne de ces artistes américains. Aucun autre spectacle ne sera programmé en remplacement.

23/09/16 : Elections au tribunal de Commerce d'Agen. 9 candidats en lice. Dépouillement prévu le 5 octobre à 9h30 et éventuellement, en cas de 2ème tour, le 18 octobre à 9h30.

23/09/16 : TEST TOEIC. Spécialisée dans l’enseignement des langues étrangères, la Maison de l’Europe47 à Agen organise une session de test TOEIC le mercredi 12 octobre de 14h à 17h. Plus d'infos au 05.53.66.47.59. Date limite d’inscription : le 26 septembre

22/09/16 : L'abeille et les problèmes auxquels elle est confrontée sont évoqués jusqu'au samedi 24 septembre lors de journées que le village Emmaüs de Pau-Lescar consacre à cet insecte à travers de multiples stands, animations et conférences.+ d'info

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 27/09/16 | PS Gironde; les six circonscriptions réservées aux femmes

    Lire

    La fédération de la Gironde du PS dans un communiqué annonce qu'il a choisi de reconduire la parité pour la désignation des candidatures aux législatives de juin 2017. Pour ces prochaines échéances "le Parti Socialiste girondin s’inscrit dans cette même dynamique de féminisation de ses candidatures en marquant son souhait de réserver la moitié des circonscriptions girondines soit les 1ère, 2e, 5e, 6e, 8e et 12e circonscriptions. L’ensemble des 12 circonscriptions seront soumises au vote des militants." Cette proposition a été adoptée par 72% des membres du Conseil Fédéral ce 26 septembre.

  • 27/09/16 | Un nouveau radar fixe dans le Bergeracois pour la fin de l'année

    Lire

    Un radar fixe sur la route entre Bergerac et Eymet va être installé. C'est ce qu'a annoncé la préfète de Dordogne, Anne-Gaëlle Baudouin-Clerc. L'emplacement exact n'a pas été révélé. "Il s'agit d'une route qui n'avait pas été identifiée comme particulièrement dangereuse. Mais suite à plusieurs accidents récents sur cet axe, j'ai demandé l'installation d'un radar". Il devrait être mis en place d'ici la fin de l'année explique-t-elle. Il flashera dans les deux sens de circulation.

  • 26/09/16 | Chômage: Les chiffres en Nouvelle Aquitaine

    Lire

    302 935 demandeurs sans aucune activité fin août: +0,7 % sur 3 mois: +2 051 personnes, +0,6 % sur un mois et -0,8 % sur un an. France: + 1,0 % sur 3 mois, +1,4 % sur un mois, -0,3 % sur un an. +1,2 % pour les moins de 25 ans (+2,0 % sur un mois et –4,7 % sur un an), +0,4 % pour ceux de 25 à 49 ans (+0,3 % sur un mois et –1,2 % sur un an) et de 1,1 % pour ceux de 50 ans ou plus (+0,5 % sur un mois et +2,5 % sur un an). Au total (ABC) 501 721 demandeurs: + 2,1 % sur un an. Par département: –1,0 % en Creuse et +1,8 % en Charente sur 3 mois et entre –1,1 % dans les Landes et +1,6 % en Charente sur un mois.

  • 26/09/16 | Alain Juppé : "les maires doivent s'efforcer de mieux accueillir les réfugiés"

    Lire

    Avant son conseil municipal, Alain Juppé, a appelé lundi les élus municipaux de tous bords à "faire des efforts" pour mieux accueillir les réfugiés "demandeurs d'asile" en France. Il s'oppose sur cette question, au Front national qui est hostile à tout accueil de réfugiés. M. Juppé a distingué les personnes en situation illégale qui "ont vocation à être reconduites à la frontière" et "les demandeurs d'asile". Pour ces derniers, "il faut évidemment éviter cette forte concentration à Calais".

  • 25/09/16 | La Rochelle : le Grand Pavois ouvre ses portes mercredi

    Lire

    Du 28 septembre au 3 octobre le port des Minimes accueille le Grand Pavois, l'occasion de découvrir 750 bateaux, dont 300 à flot, issus de 35 pays. Parmi elles, les dernières créations des maisons Bénéteau et Fountaine-Pajot. Plusieurs navigateurs et leurs embarcations sont attendus comme Damien Seguin, médaillé en voile aux derniers JO paralympiques. Médaillée à Rio, la véliplanchiste Charline Picon, sera la marraine de cette édition. Parmi les nouveautés : un espace dédié aux bateaux de patrimoine plus grands, de la sensibilisation à la sauvegarde des océans,la présence de WWF France et une étape de la coupe de France de Stand Up Paddle.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Elections régionales 2015 Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Agriculture | Agriculture bio: prévenir la pollution des eaux plutôt que la guérir?

01/12/2014 | Les acteurs de la bio en sont convaincus et veulent convaincre les acteurs du territoire: préserver la qualité de l'eau passe par le développement de l'AB sur les aires de captage.

''L'agriculture biologique et qualité de l'eau'', journée thématique à la CUB ce 28 octobre 2014

Le 28 octobre dernier, La Fédération Nationale de l'Agriculture Biologique, en partenariat avec Agrobio gironde et Bio d'Aquitaine, organisait dans les locaux de la CUB, une journée dédiée aux acteurs du territoire afin de les sensibiliser à «l'agriculture biologique comme comme levier d'action pour un développement territorial durable». Prenant comme axe principal de débat, la relation entre qualité de l'eau et agriculture biologique, les échanges ont ainsi listé dans des discours particulièrement dithyrambiques les apports de la bio sur de multiples enjeux, et permis de présenter différentes initiatives et politiques territoriales innovantes ayant soutenu le développement de cet autre modèle agricole.

L'agriculture biologique, du fait de son non recours aux insecticides et pesticides et d'un recours aux fertilisations en azote modérées, est selon les organisateurs de cette journée, l'outil idéal pour lutter contre la dégradation de la qualité des eaux. Elle est du même coup un argument d'économie au regard du prix de la dépollution des excédents de l'agriculture et de l'élevage dissous dans les eaux de surfaces et côtières. «Un coût estimé à 54 Milliards d'euros», annonce Sylvie Dulong, Présidente d'Agrobio Gironde s'appuyant sur les chiffres du Commissariat général au développement durable.
A cela, elle ajoute que «près de 400 captages sont abandonnés chaque année, en lien avec les pollutions agricoles». Face à ces chiffres, le développement de l'agriculture biologique à proximité des zones de captage se positionne ainsi comme «un outils efficace de prévention contre la pollution de l'eau», assure Sylvie Dulong.

Des molécules interdites depuis plusieurs annéesPour appuyer cette thèse du «bienfait» de l'AB sur la qualité des eaux, la table ronde a donné la parole à Françoise Vernier, ingénieur-chercheur à l'IRSTEA spécialisée sur l'impact des évolutions de l'agriculture au plan environnemental et économique. Elle a ainsi livré les constats établis à partir de la modélisation de différents scénarios agricoles envisagées sur le Bassin du Né, (Poitou-Charente) et plus particulièrement leurs impacts en terme de teneur en herbicides et insecticides sur l'eau d'une station de pompage située à proximité du périmètre agricole étudié.
Sur les différents scénarios analysés, c'est le scénario mixte, introduisant à la fois 20% d'agriculture bio et des pratiques agroenvironnementales sur les 80% de culture restant qui s’avérerait le plus efficace (une hypothèse 100% bio n'a pas été envisagée dans cette étude). «L'introduction de 20% de bio sur des cultures de vignes, diminue de 44% la pression herbicide et insecticide dans l'eau. Un résultat pouvant être atteint en 6 ans seulement», constate la scientifique.
Pour autant précise-t-elle, «pour la partie pesticides, les nappes sont aujourd'hui encore contaminée par des molécules interdites depuis plusieurs années, il y a donc une inertie du milieu». En d'autres termes prévient-elle, «même si on arrêtait tout il resterait encore des problèmes de pollution par ces molécules pour de nombreuses années, surtout concernant les eaux sous-terraines». Autrement dit les pollutions constatées aujourd'hui, sont en partie les témoins d'une agriculture d'hier...

Des solutions "durables, massives et économiquement viables"Concernant la présence de nitrate et d'azote dans les eaux, Sylvain Roumeux, chargé de mission à la FNAB fait l'écho d'études menées notamment par Josette Garnier, Directrice de recherche au CNRS. Selon celle-ci, si la généralisation des mesures agro-environnementales permettrait de stabiliser la situation, en enrayant l'accroissement de la pollution azotée et ses effets, l'amélioration de la qualité de l'eau ne reste que relative. En revanche, une généralisation d'une agriculture 100% bio sur les zones de captage permettrait une diminution nette de la contamination azotée des eaux. Une «reconquête de la qualité de la ressource» tel qu'elle était il y a 30 ans serait envisageable d'ici à 20 ans. «Pour autant, avertie Françoise Dulong, cette reconquête de la qualité de l'eau ne doit pas se contenter de soupoudrage, les solutions envisagées doivent être durables, massives et économiquement viables pour les agriculteurs.»
Car en effet, sans viabilité économique assurée, la conversion bio reste logiquement difficile à mettre en œuvre chez les agriculteurs. Dans le même sens Guillaume Riou agriculteur converti à l'AB, témoigne qu'outre les enjeux liés à sa santé et à une mise en adéquation avec son éthique personnelle du métier d'agriculteur, «il fallait que ma conversion soit économiquement performante», ce qui pour lui a été le cas, du fait de la présence «essentielle» d'acteurs économiques sur le territoire, et du soutien de politiques publiques territoriales, souligne-t-il.

12 territoires pilotesDes acteurs du territoire à convaincre pour les représentants de l'agriculture biologique. Pour y parvenir la FNAB a mis en place depuis 2007, en lien avec les Agences de l'eau et des collectivités, des expérimentations pilotes sur 12 territoires visant à l'identification et à la promotion de leviers d'actions pour inciter au développement de l'AB sur des airesde captage. Parmis eux, documents de planification, politique foncière, ou encore soutien à la struturation et de la consommation locale (via les cantines par exemple).
Un de ces sites pilotes se situe en Aquitaine, sur l'aire d'alimentation de captage du puits de la Prade de Gardonne, pour lequel un programme d'action est en cours de discussion. Objectif ici: réduire les pollutions diffuses de l'eau par les pesticides. Un projet mené en coordination entre acteurs du monde agricole dont Agrobio Périgord et la Chambre d'agriculture, collectivités de la zone concernée, et enfin des organismes publics dont le Syndicat Mixte Départemental de l'Eau, l'Agence de l'eau Adour-Garonne ou encore les services de l'Etat.

Solène Méric
Par Solène Méric

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
818
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 30 + 15 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr