Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

30/09/20 : A l’occasion des 230 ans des Départements, une cérémonie hommage au premier Président de l’Administration Départementale est organisée ce 3 octobre par le Département de la Creuse, en présence de Jacqueline Gourault, Ministre de la Cohésion des Territoire

29/09/20 : A l'occasion de sa conférence de presse de rentrée, Jean-Jacques Lasserre, Président du Département des Pyrénées-Atlantiques, a annoncé sa candidature aux prochaines élections départementales prévues mars 2021.

28/09/20 : Une nouvelle opération de dépistage gratuit de la COVID-19 est en cours jusqu'au 30 octobre du lundi au vendredi de 8h30 à 12h30 à l'Arkéa Arena de Floirac. Cette opération s'adresse uniquement aux personnes prioritaires munies d’un justificatif.

28/09/20 : A Pau, l'édition 2020 de la manifestation culturelle "Les idées mènent le monde" qui aurait du se tenir les 20, 21 et 22 novembre prochains est reportée à 2021. En cause: la situation sanitaire et le bon respect des mesures de lutte contre l'épidémie.

27/09/20 : Sénatoriales Corrèze: Daniel Chasseing (les Indépendants) et Claude Nougein (LR) réélus.

27/09/20 : Sénatoriales Charente-Maritime : Corinne Imbert (LR) et Daniel Laurent (LR) retrouvent leur siège de sénateur avec 47,21% des voix. Remportant 28,51% des suffrages, Mickaël Vallet (PS) décroche le 3e siège. Il succède à Bernard Lalande (DVG - 21%).

27/09/20 : Sénatoriales Deux-Sèvres: Philippe Mouiller (LR) sortant réélu et Gilbert Favreau le président LR du conseil départemental élu au second tour.

27/09/20 : Sénatoriales Dordogne: deux sièges pour la gauche avec deux nouveaux élus: Marie-Claude Varaillas (communiste)groupe CRCE et Serge Mérillou élu dès le premier tour.

27/09/20 : Sénatoriales Charente: Nicole Bonnefoy (PS) réélue.

27/09/20 : Sénatoriales Creuse: Jean-Jacques Lozach (PS) réélu.

26/09/20 : Bernard Madrelle, ancien maire de Blaye et député socialiste de Gironde, est décédé un an après son frère Philippe Madrelle, ancien sénateur et président du conseil départemental.

23/09/20 : Après consultation du comité d’experts, la préfète des Landes a décidé qu'à compter de ce jour 14h00, la vigilance revient au niveau jaune pour les feux de forêt. Autrement dit une vigilance moyenne, au niveau 2 sur une échelle de 5.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 30/09/20 | Le congrès des départements de France à La Rochelle

    Lire

    Les 4, 5 et 6 novembre prochains, La Rochelle accueillera le 90ème Congrès des Départements de France, présidé par son président Dominique Bussereau. Ces "Assises" seront l'occasion de faire un bilan de ces 6 dernières années, et de revenir sur la réforme fiscale. Deux thèmes en particulier seront abordés : "La préservation de la biodiversité : une politique dynamique, partenariale et transversale" et "l’enjeu de l’organisation territoriale du champ médico-social à l’aune de la crise sanitaire".

  • 30/09/20 | La filière bois recrute

    Lire

    La Haute-Vienne, la Charente et la Creuse organisent du 1er au 16 octobre la quinzaine du bois. Cet évènement a pour but de présenter les besoins de recrutement des entreprises de la filière bois ainsi que les formations à ces métiers. Grâce aux visites d’entreprises, les demandeurs d’emplois et les personnes intéressées pourront découvrir les métiers et les offres d’emplois des entreprises locales. Pour participer à ces visites d’entreprises et découvrir cette filière, les participants doivent s'inscrire auprès des acteurs de l’emploi comme Pôle Emploi ou encore les Missions Locales.

  • 30/09/20 | La Rochelle : avancée sur le projet d'éco-quartier

    Lire

    Une étape importante dans la concertation sur le Programme de Renouvellement Urbain de Villeneuve-les-Salines est franchie ce mercredi avec l’installation, à la Maison du Projet, d’une maquette évolutive du futur quartier. Visible par les habitants, elle permettra de se projeter pour mieux comprendre et s’exprimer sur les différents axes du programme. Rappel du projet: www.aqui.fr/politiques/titre-un-quartier-populaire-requalifie-en-quartier-durable-a-la-rochelle,18138.html

  • 30/09/20 | 79 : La Chambre des Métiers et de l’Artisanat se refait une beauté

    Lire

    Le CFA des Deux-Sèvres, qui comporte 32 formations et 57 diplômes, va faire peau neuve. Le bâtiment existant va être rénové et 3 nouveaux vont être construits. Cette réhabilitation va permettre de renforcer l’attractivité du campus et d’adapter l’offre de formation au plus près des besoins du marché. Le Département des Deux-Sèvres soutient cette opération et invite les collégiens à découvrir ces métiers grâce à l’opération « Bravo les artisans ».

  • 30/09/20 | Concours agricole : inscriptions ouvertes pour l'agro-foresterie

    Lire

    En 2019, le Concours Général Agricole avait ouvert une nouvelle catégorie du Concours avec les Pratiques Agroécologiques, aux côté de la catégorie Prairies et Parcours. Les agriculteurs pratiquant l'agroforesterie sur les secteurs du Pays de gâtine et Haut val de sèvre en Deux-Sèvres et sur la Charente-Maritime peuvent s'inscrire à la prochaine édition jusqu'au 15 octobre 2020. Conditions: posséder au moins une parcelle avec une production associant l’arbre à l’agriculture. Rens.05 46 50 45 08.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Agriculture | Agriculture en Nouvelle-Aquitaine : une année difficile

02/09/2020 | La crise sanitaire et la météo capricieuse ont eu un impact non négligeable sur la baisse des résultats annuels dans de nombreuses filières agricoles régionales.

Dominique Graciet, président de la Chambre Agriculture Nouvelle-Aquitaine

Les nouvelles sont mauvaises pour l'agriculture régionale. La Chambre d'agriculture régionale, qui a présenté ce mercredi un bilan de conjoncture 2020, fait état d'un recul net des résultats dans de nombreuses filières, particulièrement du côté des grandes cultures. L'impact du covid et la météo en sont les deux causes majeures. Alors qu'un plan de relance gouvernemental doit être présenté ce jeudi et que le débat public sur la future PAC a repris après un brusque coup d'arrêt, retour avec le président de la chambre consulaire, Dominique Graciet, sur le bilan à tirer et quelques-uns des enjeux essentiels des mois à venir.

Compliqué. Voilà l'état de la conjoncture agricole en Nouvelle-Aquitaine à dater d'août 2020 si l'on devait user de l'euphémisme. Bien évidemment, la crise sanitaire n'y est pas étrangère, mais elle n'est pas le seul élément de l'équation. Selon le bilan présenté ce mercredi 2 septembre par la Chambre d'Agriculture régionale, la météo prend aussi sa part de responsabilité avec ses excès d'eau et une période automne-hiver plus douce mais de fortes chaleurs et des sècheresses récurrentes, le manque d'eau se fait cruellement sentir (-90%), particulièrement dans les départements de l'ex Poitou-Charentes et de l'ex-Limousin (jusqu'à -98%). Le résultat, c'est un impact direct très fort sur les grandes cultures. "Les moissons des culture d'hiver sont parmi les plus basses des dernières décennies", écrit ainsi l'organisation consulaire, ajoutant que le rendement des cultures de printemps a lui aussi été impacté par les fortes chaleurs estivales. Ainsi, la production de céréales et d'oléo-protéagineux affiche une baisse de -12% (-1,3 millions de tonnes par rapport à la moyenne quinquennale (2015-2019), principalement causée par la baisse des rendements et la réduction des surfaces (- 100 000 hectares). 

Impact global

Avec un volume de production mondiale en forte hausse et des prix bas, les recettes affichent une perte de 206 millions d'euros (-12%), soit une baisse moyenne de chiffre d'affaires de 14 000 euros dans les 40% d'exploitations régionales spécialisées en grandes cultures ou en polyculture-élevage. Une année jugée par la chambre comme "catastrophique pour la plupart des exploitations", un revenu divisé par deux (d'un tiers en polyculture-élevage) et des pertes très localisées. Ainsi, l'ex-Poitou-Charentes concentre les trois-quarts des pertes régionales alors qu'en termes de surface, la zone ne représente de la moitié du nombre d'exploitations céréalières de la région. En ex-Aquitaine, ce sont les Landes et le Lot-et-Garonne qui décrochent le plus (-34 M€). À l'hectare, les baisses de chiffre d'affaires sont plus fortes en Gironde et dans les Landes (-150 euros et -130 euros/ha). "Les impacts seront également très importants dans les élevages spécialisés de ruminants qui représentent plus des trois quarts des exploitations de l'ex-Limousin", termine la note de conjoncture.

Mais les grandes cultures ne sont pas les seules à avoir subi le contrecoup de la crise et des mauvaises conditions météo. "Globalement, le confinement a créé un désordre énorme sur les marchés. La restauration a joué des tours à la viticulture, les filières foie gras et Cognac ont connu un arrêt quasi complet des ventes et on n'espère pas un retour à la normale avant plusieurs semaines", a estimé ce mercredi Dominique Graciet, président de la Chambre d'Agriculture de Nouvelle-Aquitaine (jusqu'à la fin de l'année, période où il quittera ses fonctions). Pour la viticulture, en effet, la crise sanitaire, comme le révèle la note, a occasionné certaines habitudes de consommation à se confirmer, notamment l'achat de vin en vrac et la baisse des ventes de vins rouges. La distillation de crise est aussi passée par là pour vider quelques chais trop pleins : sur les 781 500 hectolitres demandés (soit 24% de la demande nationale), "seuls 58% des volumes pourront bénéficier du dispositif, dans l'attente d'une enveloppe complémentaire promise à l'automne mais qui risque de ne pas satisfaire tous les besoins". La chambre consulaire estime ainsi que la fermeture des cafés et restaurants pendant le confinement aurait mis au ban 30 à 35% du marché total du vin. La taxe Trump (et la réponse... timide de la Commission Européenne) n'ont pas non plus aidé, à tel point que l'interprofession, lors de son bilan annuel, n'a pas hésité à évoquer la question de l'arrachage.

Du côté du Cognac, l'une des filières régionales ayant le plus de valeur à l'export (et qui avait connu une année 2019 favorable) c'est aussi la dégringolade : -60% d'expéditions dans l'œil du cyclone et une baisse générale de 11,2% sur la période allant d'août 2019 à juillet 2020. S'il avait un temps été évoqué la plantation de 10 000 hectares supplémentaires dans les trois prochaines années, les prévisions du BNIC (Bureau National Interprofessionnel du Cognac) revoient ses ambitions à la baisse de 30% sur 2021 (2306 ha). Enfin, au rayon des mauvaises nouvelles, la filière des palmipèdes gras est elle aussi dans une situation compliquée et espère évidemment beaucoup des fêtes de fin d'année, avec des abattages de canard actuellement en baisse de 10% par rapport à l'an dernier en volume, et un recul de 14% de janvier à juin. On vous avait déjà parlé de la situation de la fraise et de l'asperge pendant le confinement : sachez qu'au final, l'une s'en sort mieux que l'autre. Malgré un manque de main d'œuvre et une chute de la demande la production nationale de fraises (57 000 tonnes) serait similaire à la production moyenne 2015-2019 mais en baisse de 5% par rapport à l'an dernier, et des prix de ventes "plus ou moins stables dès le mois d'avril". Dans les aspergeraies, en revanche, la mine doit être un peu moins rose malgré une récolte arrivée en avance. Les volumes des ventes d'asperges ont chuté de 20% en Gironde, les prix ont grimpé (+50 cts du kilo) et les plus grosses exploitations sont plus impactées que les autres. Malgré un "rééquilibrage" fin avril, le coup d'arrêt a été jugé "brutal". 

Relance locale

L'une des grandes tendances du confinement aura été, du côté du consommateur, un appétit accru pour la "sobriété" de la production locale et les drives fermiers. Pour Dominique Graciet, c'est une preuve supplémentaire que "l'agriculture a sauvé les meubles et s'est adaptée aux circuits de proximité. Les gens avaient plus le temps de discuter, se sont mis à faire leur repas eux-mêmes. Il y a eu une prise de conscience de nos concitoyens qui ont découvert une autre prise de contact avec les agriculteurs. Tous les silencieux se sont retrouvés, ça a remis un peu l'église au centre du village". Mais les habitudes d'avant ont la vie dure, et tous les nouveaux clients du "local is beautiful" n'ont pas forcément continué leurs nouvelles habitudes. "On estime qu'environ 20% de ces clients-là vont rester", a assuré l'élu. De même, l'attrait pour le local a besoin, selon lui, d'être plus structuré dès lors qu'il s'agit de la restauration collective. "Nous sommes en train de réfléchir à programmer des appels d'offres plus adaptés dans les cantines. Il faut mettre de l'ordre et du professionnalisme dans la vente directe, structurer la débrouille pour être plus en phase avec l'attente du consommateur". Et lui éviter, sans doute, de multiplier ses points d'achat pour ce qui est des drives fermiers.

Alors que le débat public sur la PAC est reparti, un plan de relance gouvernemental pour l'agriculture doit être présenté ce jeudi. Il devrait insister sur l'adaptation au changement climatique, la modernisation des abattoirs ou le développement des protéines végétales, certainement suite aux mesures envisagées par le Haut conseil pour le climat pour réduire les gaz à effet de serre du secteur. Nous avons déjà identifié ces pistes. Ce que l'on vit, c'est un facteur d'accélération. Aujourd'hui, la modernisation va beaucoup plus vite que le renouvellement des générations. Il reste encore à construire la filière du marché des protéines végétales et à engager de nouveaux investissements pour triturer localement", a ainsi justifié Dominique Graciet. Pour ce qui est de la transition écologique, en revanche, il a évoqué une piste supplémentaire : la réalisation d'un bilan carbone réel des exploitations, à grande échelle. La certification HVE (pour haute valeur environnementale), pour laquelle 250 exploitations ont auditionné l'an dernier, ont montré que la filière viticole en était le principal demandeur. "C'est aussi dû au fait que le HVE ne prend pas en compte l'enrichissement du sol en carbone. Il faudra donc envisager un autodiagnostic aux côtés de techniciens de la chambre formés pour aider les agriculteurs à le réaliser, mais aussi d'avoir un "point zéro" pour voir la progression. Il y a une cinquantaine de filières dans la région, chacune a ses spécificités". Et dans un délai sûrement largement plus étendu que celui d'un plan de relance...

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo : RB

Inno'action et agricultureCet article fait partie du dossier

Voir les autres articles de ce dossier
Partager sur Facebook
Vu par vous
7592
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 3 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr