Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

30/07/20 : Le maire d'Anglet Claude Olive, après entretien avec le préfet, a pris la même décision que Maïder Arosteguy et fermera ses 4,5km de plage de 22 h à 6 h à partir du 4 août. Une décision logique en raison de la proximité des deux stations balnéaires.

30/07/20 : En Dordogne, aucun record de température n'est tombé ce jeudi 30 juillet. Météo France a enregistré un maximal de 39 degrés aux Eyzies, dans la vallée de la Vézère. Le département est placé en vigilance jaune jusqu’au samedi 1er août à 12 heures.

30/07/20 : 600 millions d'euros, c'est l'enveloppe annoncée par le premier ministre au président des Régions de France Renaud Muselier dans le cadre d'un "accord de méthode" signé à Matignon pour préserver leur capacité d'investissements après la crise du Covid

30/07/20 : Albin Chalandon,l'une des figures de la V° république et du gaullisme, qui occupa plusieurs postes ministériels dont celui de Garde des Sceaux mais fut aussi PDG du groupe Elf-Aquitaine est décédé à l'âge de cent ans.

30/07/20 : A Pau, le départ de la course cycliste féminine « Donnons des ailes au vélo » sera donné le 6 août à 8 heures au Tour des Géant Stade Tissié. Cette course reprend les 21 étapes du Tour de France parcourues par les cyclistes masculins.

30/07/20 : Ce jeudi, sur la Côte basque, Biarritz devrait battre ses records de chaleur avec 41°, soyons fous, selon les spécialistes, ressenti 47°. Bref la Côte basque flirtera avec sa concurrente d'Azur, voire en matière de culture assumée, sa cousine, la Corse.

29/07/20 : Surf, longboard, bodyboard, Stand-up paddle... les meilleurs surfeurs du département des Landes sont attendus les 1er et 2 août à Labenne Océan pour le Championnat des Landes Open et Junior.

29/07/20 : A mi-parcours de la saison estivale, avec 64 destinations et une évolution très positive des flux de voyageurs, l’Aéroport de Bordeaux va rouvrir le Hall B au public, à compter du jeudi 30 juillet.

29/07/20 : En concertation avec les SDIS, Météo France et la DFCI, les préfètes de la Gironde, des Landes et du Lot-et-Garonne élèvent la vigilance "risque feux de forêt" au niveau orange (vigilance élevée/niveau 3 sur 5) dans leur département, du 29/07 au 2/08

21/07/20 : Le 17 juillet dernier, la Commission Permanente du Conseil régional a décidé d’attribuer un montant de 11 592 542 euros à SNCF Réseau pour le financement des travaux de régénération de la ligne Angoulême-Beillant.

20/07/20 : L'agglo de Pau propose un service de location gratuite de broyeur ainsi que 8 formations préalables à l’obtention d’une carte de prêt. Ces formations se tiendront les 6, 10, 18 et 28 août, puis les 3, 15, 17 et 24 septembre.+ d'info

20/07/20 : 294 délibérations, 2943 dossiers d'aides et 39 opérations de travaux ont été votés par les élus régionaux, réunis en Commission permanente le 17 juillet dernier. Au total, plus de 275 M€ de subventions.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 04/08/20 | Un marché nocturne à Guéret (23)

    Lire

    Actions Quartiers, en partenariat avec la Ville de Guéret, organise le vendredi 21 août un marché nocturne de producteurs et artisans. De 18h à 22h, des animations musicales et des stands de producteurs locaux attendent les visiteurs qui pourront aussi se restaurer sur place. Les producteurs souhaitant y participer ont jusqu’au 14 août pour s’inscrire

  • 04/08/20 | A Cenon, un imprimeur spécialiste des notices pharmaceutiques

    Lire

    A Cenon, l'Imprimerie Lestrade se distingue par son activité d'impression et de pliage de notices pharmaceutiques et cosmétiques. Une activité très spécifique utilisant les papiers les plus minces et des technologies de pliage au savoir-faire unique. L'entreprise qui maîtrise l'impression offset sur ce papier très fin souhaite désormais ajouter de la couleur à la notice grâce à l'impression numérique, gage de valeur ajoutée aux notices notamment pour les produits cosmétiques. Pour lui permettre de s'équiper, et ainsi créer 3 emplois, la Région soutient ce projet à hauteur de 75 000€

  • 04/08/20 | L’artiste Monique Peytral est décédée

    Lire

    L’artiste Monique Peytral, ayant entre autres engagé son talent dans la création du fac-similé de Lascaux II, est décédée. Le président du Conseil Départemental de la Dordogne, Germinal Peiro, a tenu à rappeler l’importance de l’artiste pour le patrimoine de la Dordogne, « cette artiste attachante aura joué un rôle primordial dans l’histoire de Lascaux. C’est grâce à son travail, à son engagement remarquable, à son talent, à son ingéniosité aussi, que le premier fac-similé de l’histoire de l’art rupestre a pu voir le jour il y a près de 40 ans ».

  • 03/08/20 | Charente-Maritime : un foyer de contamination à La Rochelle

    Lire

    Plusieurs personnes ont été testées positives, jeudi, au centre de loisirs de Port-Neuf, un quartier de La Rochelle. Les cas ont été découverts suite à des symptômes chez un animateur. Après des tests sur le personnel, deux autres animateurs se sont révélés contaminés, ainsi que trois enfants. L'ARS précise que ces personnes présentent peu ou pas de symptômes et que leur santé ne présente pas d'inquiétude. Le centre va fermer temporairement quelques jours. Les contaminés sont en quarantaine.

  • 03/08/20 | Pau : chèvres et brebis reviennent entretenir les praires urbaines

    Lire

    24 brebis landaises et 4 chèvres des Pyrénées vont prendre leurs quartiers d'été à Pau à compter du 3 août. Une démarche d'écopâturage mise en oeuvre dans 4 espace de la ville, choisis en concertation avec les jardiniers. Objectif: un entretien écologique des prairies permettant à la biodiversité de se développer, une fertilisation naturelle des sols et la réduction des déchets verts. C'est aussi un moyen pour la ville de "soutenir les éleveurs locaux et de participer à la conservation de races locales". Interdiction d'entrer dans les enclos, de toucher et de nourrir les animaux afin de leur garantir un séjour paisible.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Agriculture | Agriculture, et les femmes alors ?

22/11/2019 | Le rendez-vous organisé par l'ANEFA dans les Pyrénées-Atlantiques a permis de faire le point sur la situation des femmes en agriculture

Séminaire parité homme-femme organisé par l'ANEFA dans les locaux de la pépinière viticole de la Salette à Denguin (64)

Ce 21 novembre, l'ANEFA 64, en partenariat avec la FDSEA 64, le CFPPA et la MSA Sud-Aquitaine, organisait un séminaire sur le thème de la parité hommes-femmes en agriculture. L'occasion de sensibiliser, d'informer sur ce sujet ainsi que de donner la parole à ces femmes, salariées agricoles, exploitantes ou en cours d'installation. Des échanges qui se sont tenus à Denguin, au sein de l'atelier de la pépinière viticole Salettes. Il n'y a pas de hasard, la pépinière dirigée par Thibault de Salettes emploie majoritairement... des femmes.

Côté salariat agricole, « le département des Pyrénées-Atlantiques est le 2ème département de Nouvelle-Aquitaine en part d'emploi des femmes » annonce Aline Darribère de l'ANEFA 64. En effet, sur les 11 412 salariés agricoles du département, 42% sont des femmes. Un chiffre qui bat d'un cheveu la moyenne régionale établie à 41%. Dans les deux cas c'est mieux, du point de vue de la parité, qu'au niveau national où, sur presque 900 000 salariés agricoles, on compte (et ce n'est déjà pas si mal...) 37% de femmes. Une répartition homme-femme au niveau du département qui se retrouve peu ou prou dans les mêmes proportions à l'intérieur des différents secteurs agricoles, à l'exception des entreprises de travaux agricoles, qui restent profondément masculin avec seulement 9% de femmes...
Côté non salariées, qu'elles soient "aides familiales", "conjointes collaboratrices", ou "cheffe d'exploitation", les équilibres ne sont plus tout à fait les mêmes relève quant à elle Marie-Line Cabé de la MSA Sud-Aquitaine. « Dans le département, sur les 8 151 chefs d'exploitation à titre principal, 2 199 sont des femmes, c'est 27,5% des effectifs. Sur les 2 042 chefs d'exploitation à titre secondaire, 567 sont des femmes. Mais les choses vont vers un meilleur équilibre puisque sur les 161 installations enregistrées en 2017 dans les Pyrénées-Atlantiques, 43% sont portées par des femmes. »

Des statuts variés, pas toujours valorisant du travail effectué
Pour autant, en dehors de cheffe d'exploitation ou de salariée, les femmes en agriculture peuvent avoir deux autres types de statuts : celui d' « aide familiale » ou encore celui de « conjointe collaboratrice », qui n'ont que pour principal avantage d'être porteurs d'une couverture en cas d'accident sur l'exploitation. Même si ces statuts ont été améliorés au fil du temps ( « et le statut de conjoint collaborateur n'existe que depuis 1999, avant les femmes travaillaient sur l'exploitation en toute invisibilité », rappelle Maryse Hounieu, présidente de la commission agricultrice de la FNSEA 64) , ils restent peu valorisants pour celles qui en « bénéficient ». En termes de retraite notamment, une agricultrice "conjointe collaboratrice", même si elle travaille sur l'exploitation autant que son mari, ne pourra au maximum cotiser que 18 points de retraite par an, quand l'époux ne connaît de limite à sa cotisation (pas forcément très élevé pour autant...) que la hauteur de son revenu... Et même au regard des droits et prestations associées au statut de chef(fe) d'exploitation, il est souvent plus avantageux d'être salarié(e) agricole, notamment en termes de pension de retraite mais aussi de pension invalidité pour handicap ou d'incapacité suite à un accident du travail, souligne Marie-Line Cabé. Et cela quel que soit le genre de la personne.

Toujours est-il que malgré les difficultés (que l'on soit homme ou femme), le monde agricole attire bel et bien et de plus en plus, les femmes. Un mouvement visible dès les bancs de l'école. Au niveau national, 46% des élèves sont des filles ; et, en formation adultes, les femmes représentent 45% des stagiaires en reconversion vers une nouvelle vie professionnelle dans le monde agricole. C'est précisément le cas des témoignages donnés à entendre ce jeudi matin. Pour Nadège Pouey Mirou, après une carrière dans la fonction publique territoriale et la fonction publique hospitalière, cette épouse d'éleveur a décidé pour ses 40 ans de sauter le pas, et rejoindre son mari sur son élevage de bovins lait. Originaire de Bordeaux, et sans avoir jamais travaillé dans le secteur agricole, elle a pourtant choisi dans sa jeunesse de passer un BTS Production animale, inspirée par des grands-parents et un oncle éleveur de brebis allaitantes en Vallée d'Ossau. Son installation prochaine au sein du Gaec familial à Lys est donc un genre de « retour aux sources », « mais pas sans une modernisation de l'exploitation ».

Un souffle nouveau pour de meilleures conditions de travail
Passer 8 heures par jour à la traite, et se casser le dos à porter des sceaux remplis de litres de lait, très peu pour elle. « Avec mon installation on a mis en place des robots de traite. Globalement mon arrivée permet de mettre en place une réflexion plus large sur la pénibilité au travail sur l'élevage. Une réflexion que mon mari et ses parents, désormais à la retraite ne s'autorisaient pas. On avait mal au dos, on avait mal au dos, c'était comme ça. » C'est donc un souffle nouveau pour l'exploitation qui voit se mettre en place une nouvelle organisation non seulement plus agréable pour les exploitants eux-mêmes, « mais qui permettra aussi de se faire remplacer plus facilement si on souhaite prendre quelques jours de congés... ». Décidément l'arrivée de Nadège sur la ferme, sonne comme une petite révolution... Quant au statut choisi : « pour l'heure je suis conjointe collaboratrice parce que je suis encore en disponibilité de la fonction publique, mais au 1er janvier je serai cheffe d'exploitation, associée au Gaec avec mon mari. A partir du moment où j'entre dans l'exploitation, je veux être à égalité avec lui; mon travail vaut autant que le sien. »

Solène Méric
Par Solène Méric

Crédit Photo : Aqui.fr

Inno'action et agricultureCet article fait partie du dossier

Voir les autres articles de ce dossier
Partager sur Facebook
Vu par vous
10252
Aimé par vous
2 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 6 + 14 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr