Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

28/10/21 : Rive Droite - La Nuit Verte 2022 se prépare déjà: Geörgette Power, artiste invité de cette 6e Nuit Verte est en résidence à Cenon. Objectif : s’immerger dans le territoire afin de proposer une œuvre in situ, conçue pour l'évènement.

28/10/21 : Bordeaux - Pour la Journée mondiale des AVC, 250 tensiomètres sont offerts ce vendredi place de la Victoire par l'asso AVC Tous concernés. Au menu aussi : détections de la tension artérielle, dépistage de l’arythmie cardiaque et contrôle de la glycémie

22/10/21 : Après avoir été retenue pour devenir centre de préparation aux Jeux Olympiques dans 17 disciplines, la ville de Pau vient également d'être adoubée pour 3 nouvelles disciplines : le skateboard, le basketball 3*3 et le breakdance.

20/10/21 : Après un arrêt forcé en mars 2020 en raison de la crise sanitaire, Chalair annonce la reprise de la ligne Bordeaux-Montpellier à partir du lundi 15 novembre 2021, à raison de 4 fréquences hebdomadaires

19/10/21 : Pau Béarn Pyrénées Mobilités et ses Partenaires Engagés lancent la 3ème campagne d’Aide à l’achat Vélos, dont l'offre est doublée cette année. Cette 3ème session d’instruction des demandes aura lieu du lundi 1er novembre au mardi 30 novembre 2021.

15/10/21 : Saint-Médard en Jalles poursuit sa concertation sur son futur "Plan vélo et autres mobilités actives" pour déterminer les actions à prévoir en terme d'aménagement, d'éducation, de prévention ou de promotion. Rdv le 18 octobre et le 3 novembre+ d'info

15/10/21 : Rencontres, animations, spectacle, exposition, ciné-débats, atelier, handisport... Du 2 au 16 novembre, la 8ème édition de la Quinzaine de l'Egalité et la Diversité débarque à Bordeaux et dans la métropole. Une fois encore le programme sera riche !+ d'info

15/10/21 : Talence organise samedi 16 octobre de 10h à 19h, une journée consacrée aux sports, mis à l’honneur avec une "Journée olympique" et la "course des 5 et 10 km" : un grand rendez-vous sportif afin de préparer les JO de Paris 2024 et soutenir nos athlètes+ d'info

07/10/21 : À partir du 17 décembre, Volotea proposera une nouvelle ligne au départ de l’aéroport de Bordeaux-Mérignac à destination de l’aéroport de Lille 2 fois par semaine en décembre et en janvier puis 6 fois par semaine à partir d’avril 2022.

07/10/21 : Dans le cadre des travaux de la déviation du Taillan-Médoc, la section à 2x2 voies de la RD 1215E1, route à grand trafic, sera réduite à 1 voie dans le sens Bordeaux-Le Verdon, du 11/10 au 11/11 et dans le sens Le Verdon-Bordeaux, du 18 au 19 octobre

05/10/21 : L'Etat et la Région ont sélectionné 17 nouveaux lauréats au fonds d’accélération des investissements industriels dans le cadre du plan France Relance. Ces 17 projets représentent 6 M€ de subventions sur un total pour l'heure de 63 M€ et 126 lauréats.+ d'info

05/10/21 : Au 31 juillet 2021, l’État a investi au titre de son plan France Relance 2,75 Mds € en Nouvelle-Aquitaine dont 770 M€ pour le volet transition écologique, 924 M€ pour le volet compétitivité et plus d’1Md pour le volet cohésion sociale et territoriale

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 28/10/21 | Un mois dédié à Jean Lacouture

    Lire

    Jean Lacouture, hommes de lettres régional et ancien journaliste disparu en juillet 2015, aurait fêté ses 100 ans le 9 juin dernier. A l'occasion de cet anniversaire, la Région Nouvelle-Aquitaine a décidé de lui consacrer le mois de novembre. Ainsi le « Mois Lacouture » sera ponctué de débats, rencontres ainsi que d'une exposition au sein de l'Hôtel de Région. Tout le programme est à découvrir le site de la Région Nouvelle-Aquitaine

  • 28/10/21 | Le Concours des Saveurs revient

    Lire

    L'Agence de l'Alimentation de Nouvelle-Aquitaine et le Département des Deux-Sèvres organisent ce jeudi une nouvelle session du Concours des Saveurs Nouvelle-Aquitaine à Celles-sur-Belle. Ce Concours permet de récompenser les meilleurs produits et recettes dans 28 catégories, mettant en lumière le savoir-faire des producteurs et artisans locaux. Pour cette nouvelle session 250 produits sont proposés par 70 producteurs et artisans.

  • 28/10/21 | U2P à Brive : de la fabrication de pain à sa distribution automatique

    Lire

    Initialement U2P en Corrèze fabrique des pains en gros volume à destination des collectivités et restaurants d'entreprises. Avec la crise sanitaire et les fermetures dues au confinement, la société a décidé de tourner sa production vers la fabrication de pain pour un parc de machines de distribution automatique de baguettes, conditionnées sous atmosphère protectrice, sur Brive. La société vient d'acquérir des équipements afin de répondre à cette demande grandissante et ainsi produire de nouvelles gammes de produits.

  • 28/10/21 | Limoges : Les 1000 visages de la Covid-19

    Lire

    Ce soir à 19h, l'Université de Limoges organise à la BFM une conférence sur le thème : « COVID-19 : L'ennemi invisible aux mille visages ». Cette conférence permet à tous de mieux comprendre les représentations en jeu dans la crise sanitaire que ce soit de l'image scientifique aux configurations émotionnelles. Cette conférence s'inscrit dans le cycle de conférences grand public interactives mis en place par l'Université.

  • 27/10/21 | Tolkien se tisse à Aubusson

    Lire

    La Cité internationale de la tapisserie d'Aubusson en Creuse a signé un partenariat afin de réaliser en 4 ans une série exclusive de 14 tapisseries et 2 tapis à partir de l'oeuvre graphique originale de J.R.R Tolkien. Le 22 octobre, elle a dévoilé la 12ème œuvre et la 1ère issue du livre du Seigneur des Anneaux : « Moria Gate ». D'environ 8m2, elle a nécessité plus de 1000h de travail.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Agriculture | Agriculture, et les femmes alors ?

22/11/2019 | Le rendez-vous organisé par l'ANEFA dans les Pyrénées-Atlantiques a permis de faire le point sur la situation des femmes en agriculture

1

Ce 21 novembre, l'ANEFA 64, en partenariat avec la FDSEA 64, le CFPPA et la MSA Sud-Aquitaine, organisait un séminaire sur le thème de la parité hommes-femmes en agriculture. L'occasion de sensibiliser, d'informer sur ce sujet ainsi que de donner la parole à ces femmes, salariées agricoles, exploitantes ou en cours d'installation. Des échanges qui se sont tenus à Denguin, au sein de l'atelier de la pépinière viticole Salettes. Il n'y a pas de hasard, la pépinière dirigée par Thibault de Salettes emploie majoritairement... des femmes.

Côté salariat agricole, « le département des Pyrénées-Atlantiques est le 2ème département de Nouvelle-Aquitaine en part d'emploi des femmes » annonce Aline Darribère de l'ANEFA 64. En effet, sur les 11 412 salariés agricoles du département, 42% sont des femmes. Un chiffre qui bat d'un cheveu la moyenne régionale établie à 41%. Dans les deux cas c'est mieux, du point de vue de la parité, qu'au niveau national où, sur presque 900 000 salariés agricoles, on compte (et ce n'est déjà pas si mal...) 37% de femmes. Une répartition homme-femme au niveau du département qui se retrouve peu ou prou dans les mêmes proportions à l'intérieur des différents secteurs agricoles, à l'exception des entreprises de travaux agricoles, qui restent profondément masculin avec seulement 9% de femmes...
Côté non salariées, qu'elles soient "aides familiales", "conjointes collaboratrices", ou "cheffe d'exploitation", les équilibres ne sont plus tout à fait les mêmes relève quant à elle Marie-Line Cabé de la MSA Sud-Aquitaine. « Dans le département, sur les 8 151 chefs d'exploitation à titre principal, 2 199 sont des femmes, c'est 27,5% des effectifs. Sur les 2 042 chefs d'exploitation à titre secondaire, 567 sont des femmes. Mais les choses vont vers un meilleur équilibre puisque sur les 161 installations enregistrées en 2017 dans les Pyrénées-Atlantiques, 43% sont portées par des femmes. »

Des statuts variés, pas toujours valorisant du travail effectué
Pour autant, en dehors de cheffe d'exploitation ou de salariée, les femmes en agriculture peuvent avoir deux autres types de statuts : celui d' « aide familiale » ou encore celui de « conjointe collaboratrice », qui n'ont que pour principal avantage d'être porteurs d'une couverture en cas d'accident sur l'exploitation. Même si ces statuts ont été améliorés au fil du temps ( « et le statut de conjoint collaborateur n'existe que depuis 1999, avant les femmes travaillaient sur l'exploitation en toute invisibilité », rappelle Maryse Hounieu, présidente de la commission agricultrice de la FNSEA 64) , ils restent peu valorisants pour celles qui en « bénéficient ». En termes de retraite notamment, une agricultrice "conjointe collaboratrice", même si elle travaille sur l'exploitation autant que son mari, ne pourra au maximum cotiser que 18 points de retraite par an, quand l'époux ne connaît de limite à sa cotisation (pas forcément très élevé pour autant...) que la hauteur de son revenu... Et même au regard des droits et prestations associées au statut de chef(fe) d'exploitation, il est souvent plus avantageux d'être salarié(e) agricole, notamment en termes de pension de retraite mais aussi de pension invalidité pour handicap ou d'incapacité suite à un accident du travail, souligne Marie-Line Cabé. Et cela quel que soit le genre de la personne.

Toujours est-il que malgré les difficultés (que l'on soit homme ou femme), le monde agricole attire bel et bien et de plus en plus, les femmes. Un mouvement visible dès les bancs de l'école. Au niveau national, 46% des élèves sont des filles ; et, en formation adultes, les femmes représentent 45% des stagiaires en reconversion vers une nouvelle vie professionnelle dans le monde agricole. C'est précisément le cas des témoignages donnés à entendre ce jeudi matin. Pour Nadège Pouey Mirou, après une carrière dans la fonction publique territoriale et la fonction publique hospitalière, cette épouse d'éleveur a décidé pour ses 40 ans de sauter le pas, et rejoindre son mari sur son élevage de bovins lait. Originaire de Bordeaux, et sans avoir jamais travaillé dans le secteur agricole, elle a pourtant choisi dans sa jeunesse de passer un BTS Production animale, inspirée par des grands-parents et un oncle éleveur de brebis allaitantes en Vallée d'Ossau. Son installation prochaine au sein du Gaec familial à Lys est donc un genre de « retour aux sources », « mais pas sans une modernisation de l'exploitation ».

Un souffle nouveau pour de meilleures conditions de travail
Passer 8 heures par jour à la traite, et se casser le dos à porter des sceaux remplis de litres de lait, très peu pour elle. « Avec mon installation on a mis en place des robots de traite. Globalement mon arrivée permet de mettre en place une réflexion plus large sur la pénibilité au travail sur l'élevage. Une réflexion que mon mari et ses parents, désormais à la retraite ne s'autorisaient pas. On avait mal au dos, on avait mal au dos, c'était comme ça. » C'est donc un souffle nouveau pour l'exploitation qui voit se mettre en place une nouvelle organisation non seulement plus agréable pour les exploitants eux-mêmes, « mais qui permettra aussi de se faire remplacer plus facilement si on souhaite prendre quelques jours de congés... ». Décidément l'arrivée de Nadège sur la ferme, sonne comme une petite révolution... Quant au statut choisi : « pour l'heure je suis conjointe collaboratrice parce que je suis encore en disponibilité de la fonction publique, mais au 1er janvier je serai cheffe d'exploitation, associée au Gaec avec mon mari. A partir du moment où j'entre dans l'exploitation, je veux être à égalité avec lui; mon travail vaut autant que le sien. »

Solène Méric
Par Solène Méric

Crédit Photo : Aqui.fr

Inno'action et agricultureCet article fait partie du dossier

Voir les autres articles de ce dossier
Partager sur Facebook
Vu par vous
12540
Aimé par vous
2 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture<script src=" />
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 30 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr