aqui.fr lance Aqui-Bordeaux-Métropole le 9 novembre 2015

21/07/17 : Le nouveau sous-préfet de Blaye Frédéric Doué prend ses fonctions le 24 juillet; il occupait depuis septembre 2015 le poste de directeur de cabinet du préfet des Côtes d'Armor.

21/07/17 : Le chanteur Manu Chao est attendu ce soir en Charente-Maritime sur la scène du festival des Fous Cavés (21 et 22 juillet), à Port d'Envaux. Le concert de ce soir est complet depuis plusieurs mois, mais il reste des places le 22. www.lesfouscaves.f

17/07/17 : Le nouveau préfet de Charente-Maritime prendra officiellement ses fonctions mercredi. Fabrice RIGOULET-ROZE succède à Eric Jalon, nommé à Matignon par Emmanuel Macron. Il était dernièrement préfet de région de la Martinique.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 21/07/17 | Travaux sur la rocade de Bordeaux les nuits du 24 au 25 et 25 au 26/7

    Lire

    La rocade extérieure (A630-N230) de Bordeaux sera fermée à la circulation entre l’échangeur 20 (Tartifume) et l’échangeur 24 (Le Canon), les nuits du 24 au 25 juillet de 21h00 à 6h00 et du 25 au 26 de 21h00 à 6h00. Durant ces fermetures, une déviation par la rocade intérieure sera mise en place, le pont Mitterrand (sens extérieur) étant inclus dans la section fermée à la circulation, les usagers en transit dans le sens Sud-Nord (en provenance notamment de l'A63 et de l'A62) devront emprunter la rocade intérieure et le pont d’Aquitaine.

  • 19/07/17 | Le festival Emmaüs de Pau-Lescar résiste à l'individualisme

    Lire

    "Jours de résistance". Tel est le nouveau nom que s'est donné le festival organisé le samedi 22 et le dimanche 23 juillet par la communauté Emmaüs de Pau-Lescar. Résistance "à l'inertie et à l'individualisme pour essaimer et découvrir ensemble les clés pour construire demain". Ces journées "festives et militantes" qui commémoreront les 50 ans de la mort de Che Guevara seront marquées par une série de conférences ainsi que par des concerts. Kenny Arkana, la rappeuse Casey, HK et les Saltimbanks sont notamment à l'affiche avec Fakear, Taiwan MC, Dee Nasty. Rens. www.emmaus-lescar-pau.com

  • 18/07/17 | Henri Bies-Péré, nouveau président de AFDI

    Lire

    Le béarnais Henri Pies-Péré est le nouveau président de l'association de solidarité Agriculteurs Français et Développement International (AFDI). Installé à Montaner, dans les Pyrénées-Atlantiques où il produit du lait et du maïs grain, Henri Bies-Péré est par ailleurs le deuxième vice-président de la FNSEA. Il a été le fondateur d'AFDI Aquitaine en 1995. L'association qu'il anime construit des partenariats entre les mondes agricoles français et ceux des pays en développement. Plus d'infos: http://www.afdi-opa.org

  • 17/07/17 | Une dernière belle Nuit (et journée) atypique le 22 juillet

    Lire

    Elles animent le Sud Gironde depuis le 4 juin dernier avec leur brin de poésie, de réflexion et d'exotisme. Les Nuits atypiques, qui nous emmènent encore en Mongolie depuis Cadillac et Verdelais cette semaine (19 et 20 juillet) ont vu grand pour leur final le samedi 22 juillet. Rendez-vous à Saint-Macaire pour de précieux moments au côté, notamment, du magicien des mots franco-rwandais, Gaël Faye, et de nombreux autres artistes. Une dernière belle journée en perspective pour les 26 ans de ce Festival résolument pas comme les autres.

  • 16/07/17 | Oléron: Le département ne renonce pas à un droit de passage

    Lire

    Le Tribunal administratif de Poitiers a annulé le 13 juillet les délibérations du Département 17 concernant le lancement d'une consultation des électeurs d'Oléron concernant l'implantation d'un péage à l'entrée de l'île. Dans un communiqué, le Département a annoncé qu'il ne ferait pas appel. Il présentera lors de la session d’hiver "un rapport portant sur le principe de l’instauration d’un droit départemental de passage et d’une redevance pour service rendu" par le pont.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Agriculture | Agriculture: la météo aggrave des marchés dégradés

14/09/2016 | Tour d'horizon d'une conjoncture agricole compliquée pour nombre d'agriculteurs et éleveurs de la région

Vache Blonde d'aquitaine d'un élevage allaitant dans les Pyrénées Atlantiques

Si la sécheresse estivale semble s'achever ces jours-ci, l'année climatique n'a pas été bonne sur la grande région, et d'autant plus pénalisante pour l'élevage dont de nombreuses filières connaissent des crises importantes. Bovin lait et bovin viande, mais aussi palmipèdes et volailles qui vont devoir se remettre de l'épizootie aviaire qui n'est pas sans laisser de traces, ou encore le porc, qui voit remonter les prix, avec un certain soulagement, sans pour autant être encore sorti d'affaires...

A l'occasion de sa conférence de presse de rentrée, Dominique Graciet a fait le tour des filières de l'agriculture aquitaine. Première observation : la succession d'épisodes climatiques pénalisants sur l'année. « L'hiver a été doux, le printemps froid et pluvieux, avec des épisodes de grêles fin mai début juin, et un été marqué par la sécheresse ». Résultat sur les grandes cultures : une année très mauvaise en prix et en rendement notamment sur les cultures d'hiver en Poitou-Charentes, particulièrement affectée. Sécheresse et mauvaises conditions de semis impacteront également sans doute la production de maïs : outre une récolte à la baisse, celle-ci risque aussi d'être de moins bonne qualité. Des difficultés sur les grandes cultures qui pèseront également sur les éleveurs contraints soit de piocher dans leurs stocks hivernaux, soit d' acheter de l'aliment, ou des compléments alimentaires pour leurs animaux. Autant dire des coûts supplémentaires dans un contexte de marchés en crise.

Bovins lait: "la catastrophe"Une mauvaise année fourragère qui pèse en premier lieu sur les éleveurs de vaches laitières (et notamment en polyculture élevage), qui outre cette météo pénalisante, cumulent les difficultés : surproduction mondiale, déficit d'achat de la Chine, embargo russe, et suppression des quotas par l'Europe. « C'est la catastrophe. A moins de 200€/tonne on met les éleveurs dans des situations intenables, et notamment Lactalis qui tire au plus bas. Avec l'accord passé, ils vont seulement s'aligner à 300€ tonnes », regrette le Président de la Chambre d'agriculture. Un prix encore trop bas si on se fie au chiffre de l'IDELE, qui évalue le coût de production moyen pour un éleveur français à 350€ la tonne... Pour tenter de limiter la casse, il a été annoncé par le Ministre de l'agriculture une réduction de la production laitière de 5% sur 3 mois. « Peut-être de quoi de nouveau envisager à l'avenir de remonter un marché régulé du lait...? », commente avec un supçon d'espérance Dominique Graciet.
Une situation telle pour les éleveurs laitiers, qu'ils pourraient être tentés de capitaliser leur cheptel dans les mois à venir... avec pour conséquence d'encombrer l'offre de viande, ce qui entraînerait un peu plus à la baisse un marché de la viande bovine déjà lourd. Une tendance qui s'accentue avec la sécheresse et son poids financier sur l'alimentation des animaux. Pour des éleveurs bovins viande qui voient régulièrement leur revenu évoluer à la baisse depuis 2012, 2016 apparaît pour eux aussi comme une mauvaise année.

Pour le porc après un début d'année difficile, le prix s'améliore légèrement. « C'est un soulagement pour la filière même si à 1,40€ ça n'est pas suffisant pour refaire les trésoreries des exploitations... mais c'est reparti dans le bon sens », note Dominique Graciet.

Palmipèdes: une reprise "pas tout à fait dans les délais"Côté palmipèdes, sans surprise, l'épizootie aviaire sur 8 départements de la grande région, et le vide sanitaire corrélé pénalise fortement la production de foie gras pour l'année : -25% au niveau national, - 35% au niveau régional. Conséquence commerciale, les exportations ont diminué et les prix devraient augmenter, même si Dominique Graciet considère que ce ne sera pas tellement perceptible pour les consommateurs. Mais « il y aura par contre sans doute beaucoup moins d'offre commerciale sur les produits en rayon », prévient-il. Quant aux éleveurs ils ont à subir le manque à gagner de 4 mois de vide sanitaire et les surcoûts liés aux investissements de biosécurité. Cela dit, Dominique Graciet, qui n'oublie pas l'aide de la région sur les adaptations sanitaires des exploitations, reconnaît « le fort accompagnement de l'Etat sur l'amont et l'accouvage », il regrette qu'il n'y ait « relativement peu de choses mises en place pour les entreprises d'aval». Quant à la reprise de l'activité dans les exploitations, elle ne se fait pas tout à fait dans les délais espérés, « soit en raison de retard dans les travaux d'adaptation, soit dans le versement des financements pour ces travaux qui laissent alors les éleveurs dans l'expectative ».

Enfin sur les vignes, qui représentent un tiers de la production agricole de la Nouvelle-Aquitaine, les situations sont multiples. Madiran, Tursan, Graves de Vayre ont été touchés par la grêle à des degrès divers, et un épisode de gel début mai, a laissé quelques marques dans le Blayais et les Graves. La sécheresse a pu causer quelques frayeurs mais les récentes pluies, pourraient, si elles ne sont pas trop abondantes ou violentes, être une bonne nouvelle pour le bassin bordelais...
Dans les Charentes, des épisodes de gel à mi-printemps puis de grêle, fin mai et en juillet ont sévèrement touché 5000 puis 7000 hectares de vignes. La production devrait être inférieure de 16% par rapport à l'an dernier, avec un potentiel de rendement moyen également en baisse. Le Cognac poursuit cependant son ascension commerciale avec sur la campagne 2015-2016 : +4,9% en volume et +10,4% en valeur...

Solène Méric
Par Solène Méric

Crédit Photo : Solène Méric

Partager sur Facebook
Vu par vous
9053
Aimé par vous
1 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 24 + 13 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr