aqui.fr lance Aqui-Bordeaux-Métropole le 9 novembre 2015

27/04/17 : Charente-Maritime : le chômage a augmenté de +0,3% en 12 mois, portant à 56 550 le nombre de demandeurs d'emploi. L'augmentation est plus importante du côté des demandeurs en catégorie A (aucune activité) avec +1,4% entre février et mars.

24/04/17 : A La Rochelle, Macron arrive en tête avec 29,09%, devant Mélenchon (24,33%), Fillon (18,80%) et Le Pen (12%). Sur 50 905 inscrits, 73,86% se sont exprimés

24/04/17 : Résultats définitifs Villenave d'Ornon : EM 28,10%; JLM 26,63%; MLP 15,53; FF 12,04%; BH 8,30%; NDA 4,34%

24/04/17 : Résultats complets à Lormont : JLM 29,58%; EM 22,90%; MLP 19,36%; BH 10,14%; FF 9,46%; NDA 3,27%; PP 1,93%; FA 1,34%; JL 1,32%; NA 0,55%; JC 0,15%

24/04/17 : Résultats définitifs Mérignac : EM 31,03%; JLM 23,39%; FF 15,31%; MLP 12,89%; BH 9,21%; NDA 3,94%; JL 1,46%; PP 1,33%; FA 0,94%; NA 0,45%; JC 0,17%

24/04/17 : Résultats définitifs Saint-Médard-en-Jalles :EM 30,81%; JLM 20,28%; FF 16,35%; MLP 15,34%; BH 7,91%, NDA 4,73%

24/04/17 : A Bayonne, Emmanuel Macron, 25,69%, Jean-Luc Melenchon, 23,11%, François Fillon, 18,03%, Marine Le Pen, 13,50%; Benoît Hamon, 9,42%; Jean Lassale, 3,83%; Nicolas Dupont-Aignan, 3,29%; Philippe Poutou, 1;62%; François Asselineau, 0,94%

24/04/17 : Résultats complets Libourne : EM 24,69%; JLM 20,50%; MLP 20,27%; FF 17,98%; BH 7,88%; NDA 3,97%; JL 1,76%

24/04/17 : A Anglet, dont le maire Claude Olive était soutien de François Fillon, Emmanuel Macron est arrivé en tête 28,50% des voix devant François Fillon, 25% et Jean-Luc Mélenchon avec 18,55%. Marie Le Pen est quatrième avec 18,55%.

24/04/17 : Résultats définitifs Cenon : JLM 31,58%; EM 24,65%; MLP 16,13%; BH 10,28%; FF 8,93%

24/04/17 : Résultats définitifs Pessac : EM : 31.19 % ; JLM : 24.59 % ; FF : 14.81 % ; MLP : 11.45 % ; BH : 9.74 %

24/04/17 : Résultats définitifs Talence : EM : 31.43 % ; JLM : 26.29 % ; FF : 15.00 % ; MLP : 8.70 % ; BH : 11.43 %

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 26/04/17 | Nouvelle Aquitaine: Le chômage repart à la hausse

    Lire

    Fin mars en Nouvelle-Aquitaine, il y avait 299 700 demandeurs tenus de rechercher un emploi et sans activité (catégorie A) augmentation de 2,2% sur un mois (4870 personnes) et de 1,7% sur 3 mois. France ( +1,2% sur 3 mois de +1,3% sur 1 mois). En un an l'évolution régionale est de - 0,8%; elle est de -0,9% au niveau national. Pôle emploi note qu'entre fin février et fin mars 2017, le nombre de demandeurs qui ont basculé des catégories B et C vers la catégorie A est inhabituellement élevé, ce qui contribue à la hausse du nombre de demandeurs d’emploi dans cette dernière catégorie

  • 26/04/17 | Brigitte Allain, députée EELV du Bergeracois votera Macron

    Lire

    Députée du Bergeracois, je voterai sans hésitation pour Emmanuel Macron au 2e tour des présidentielles et mettrai tout en œuvre pour faire barrage au Front national, dont le projet, source de division, de peur, de racisme et de xénophobie est une menace pour notre pays. Ce vote ne représente pas une adhésion au projet porté par le candidat Macron (...) J'attends d'Emmanuel Macron qu'il prenne en compte, avec humilité, les millions d'électeurs qui ne se reconnaissent pas dans son projet.

  • 24/04/17 | Gironde: un millier d'hectares pourraient être affectés par le gel

    Lire

    Ce chiffre a été évoqué avec les précautions d'usage lors de l'assemblée générale du CIVB ce lundi à Bordeaux. Le gel a en tout cas touché à des degrés divers le bas sauternais, des secteurs du Blayais et de l'entre deux mers et particulièrement dans la nuit du 20 avril. Une certaine inquiétude persiste puisque des températures très basses sont attendues ce milieu et cette fin de semaine alors que la vigne sous l'effet des fortes chaleurs de ce mois d'avril a accéléré son débourrement.

  • 24/04/17 | 'Isabelle Vetois: En Marche en Charente-Maritime

    Lire

    Face aux résultats obtenus par Emmanuel Macron, Isabelle Vétois s'est dit "absolument enthousiaste". "Les Français veulent moderniser la France, on va vers de l'espoir [...] C'est le seul qui peut rassembler une majorité plurielle". Elle a conscience qu'il faudra encore convaincre la vingtaine de pourcentage ayant voté Le Pen dans le département (en particulier dans les petites communes rurales) et préfère retenir le recul du FN dans les quartiers populaires de La Rochelle.

  • 24/04/17 | P-Atlantiques : un front républicain se dessine face au FN

    Lire

    A gauche comme à droite, les voix se succèdent pour faire barrage au second tour au Front National dans les Pyrénées-Atlantiques. Qu'il s'agisse de la sénatrice Frédérique Espagnac, porte-parole de Benoit Hamon, comme des députés PS Martine Lignières-Cassou et David Habib. Une même position est adoptée par Olivier Dartigolles, porte-parole du PCF. Même si celui-ci entend combattre les mesures d'Emmanuel Macron qui porteraient atteinte aux travailleurs. Nicolas Patriarche, secrétaire départemental LR, soutiendra pour sa part Macron, en souhaitant que ce dernier... s'en souvienne.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Agriculture | Agriculture: la météo aggrave des marchés dégradés

14/09/2016 | Tour d'horizon d'une conjoncture agricole compliquée pour nombre d'agriculteurs et éleveurs de la région

Vache Blonde d'aquitaine d'un élevage allaitant dans les Pyrénées Atlantiques

Si la sécheresse estivale semble s'achever ces jours-ci, l'année climatique n'a pas été bonne sur la grande région, et d'autant plus pénalisante pour l'élevage dont de nombreuses filières connaissent des crises importantes. Bovin lait et bovin viande, mais aussi palmipèdes et volailles qui vont devoir se remettre de l'épizootie aviaire qui n'est pas sans laisser de traces, ou encore le porc, qui voit remonter les prix, avec un certain soulagement, sans pour autant être encore sorti d'affaires...

A l'occasion de sa conférence de presse de rentrée, Dominique Graciet a fait le tour des filières de l'agriculture aquitaine. Première observation : la succession d'épisodes climatiques pénalisants sur l'année. « L'hiver a été doux, le printemps froid et pluvieux, avec des épisodes de grêles fin mai début juin, et un été marqué par la sécheresse ». Résultat sur les grandes cultures : une année très mauvaise en prix et en rendement notamment sur les cultures d'hiver en Poitou-Charentes, particulièrement affectée. Sécheresse et mauvaises conditions de semis impacteront également sans doute la production de maïs : outre une récolte à la baisse, celle-ci risque aussi d'être de moins bonne qualité. Des difficultés sur les grandes cultures qui pèseront également sur les éleveurs contraints soit de piocher dans leurs stocks hivernaux, soit d' acheter de l'aliment, ou des compléments alimentaires pour leurs animaux. Autant dire des coûts supplémentaires dans un contexte de marchés en crise.

Bovins lait: "la catastrophe"Une mauvaise année fourragère qui pèse en premier lieu sur les éleveurs de vaches laitières (et notamment en polyculture élevage), qui outre cette météo pénalisante, cumulent les difficultés : surproduction mondiale, déficit d'achat de la Chine, embargo russe, et suppression des quotas par l'Europe. « C'est la catastrophe. A moins de 200€/tonne on met les éleveurs dans des situations intenables, et notamment Lactalis qui tire au plus bas. Avec l'accord passé, ils vont seulement s'aligner à 300€ tonnes », regrette le Président de la Chambre d'agriculture. Un prix encore trop bas si on se fie au chiffre de l'IDELE, qui évalue le coût de production moyen pour un éleveur français à 350€ la tonne... Pour tenter de limiter la casse, il a été annoncé par le Ministre de l'agriculture une réduction de la production laitière de 5% sur 3 mois. « Peut-être de quoi de nouveau envisager à l'avenir de remonter un marché régulé du lait...? », commente avec un supçon d'espérance Dominique Graciet.
Une situation telle pour les éleveurs laitiers, qu'ils pourraient être tentés de capitaliser leur cheptel dans les mois à venir... avec pour conséquence d'encombrer l'offre de viande, ce qui entraînerait un peu plus à la baisse un marché de la viande bovine déjà lourd. Une tendance qui s'accentue avec la sécheresse et son poids financier sur l'alimentation des animaux. Pour des éleveurs bovins viande qui voient régulièrement leur revenu évoluer à la baisse depuis 2012, 2016 apparaît pour eux aussi comme une mauvaise année.

Pour le porc après un début d'année difficile, le prix s'améliore légèrement. « C'est un soulagement pour la filière même si à 1,40€ ça n'est pas suffisant pour refaire les trésoreries des exploitations... mais c'est reparti dans le bon sens », note Dominique Graciet.

Palmipèdes: une reprise "pas tout à fait dans les délais"Côté palmipèdes, sans surprise, l'épizootie aviaire sur 8 départements de la grande région, et le vide sanitaire corrélé pénalise fortement la production de foie gras pour l'année : -25% au niveau national, - 35% au niveau régional. Conséquence commerciale, les exportations ont diminué et les prix devraient augmenter, même si Dominique Graciet considère que ce ne sera pas tellement perceptible pour les consommateurs. Mais « il y aura par contre sans doute beaucoup moins d'offre commerciale sur les produits en rayon », prévient-il. Quant aux éleveurs ils ont à subir le manque à gagner de 4 mois de vide sanitaire et les surcoûts liés aux investissements de biosécurité. Cela dit, Dominique Graciet, qui n'oublie pas l'aide de la région sur les adaptations sanitaires des exploitations, reconnaît « le fort accompagnement de l'Etat sur l'amont et l'accouvage », il regrette qu'il n'y ait « relativement peu de choses mises en place pour les entreprises d'aval». Quant à la reprise de l'activité dans les exploitations, elle ne se fait pas tout à fait dans les délais espérés, « soit en raison de retard dans les travaux d'adaptation, soit dans le versement des financements pour ces travaux qui laissent alors les éleveurs dans l'expectative ».

Enfin sur les vignes, qui représentent un tiers de la production agricole de la Nouvelle-Aquitaine, les situations sont multiples. Madiran, Tursan, Graves de Vayre ont été touchés par la grêle à des degrès divers, et un épisode de gel début mai, a laissé quelques marques dans le Blayais et les Graves. La sécheresse a pu causer quelques frayeurs mais les récentes pluies, pourraient, si elles ne sont pas trop abondantes ou violentes, être une bonne nouvelle pour le bassin bordelais...
Dans les Charentes, des épisodes de gel à mi-printemps puis de grêle, fin mai et en juillet ont sévèrement touché 5000 puis 7000 hectares de vignes. La production devrait être inférieure de 16% par rapport à l'an dernier, avec un potentiel de rendement moyen également en baisse. Le Cognac poursuit cependant son ascension commerciale avec sur la campagne 2015-2016 : +4,9% en volume et +10,4% en valeur...

Solène Méric
Par Solène Méric

Crédit Photo : Solène Méric

Partager sur Facebook
Vu par vous
6739
Aimé par vous
1 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 30 + 10 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr