17/08/22 : StarClass et l’armateur Amasus Shipping ont opéré un chargement exceptionnel sur le site portuaire du Verdon. Deux yachts, signés Jeanneau mesurant 15 et 25 m, ont été chargés à bord du navire EEMSLIFT HENDRIKA. Direction salon du Yachting à Cannes.

16/08/22 : 8000 personnes évacuées en Gironde dans le contexte des incendies ont pu regagner leur domicile pendant le week-end. Même tendance dans les Landes. Les retours des personnes hébergées en foyer de vie ont lieu ce mardi à Moustey et Saugnacq-et-Muret.

12/08/22 : Dans les Landes et en Gironde, la vigilance incendie est renforcée jusqu’à lundi. Les véhicules sont interdits sur les pistes et chemins. Les activités ludiques et sportives sont interdites sauf en bases de loisirs et sur les plans plages.

12/08/22 : Jeudi 25 août de 16h à 23h30, les cinq clubs de haut niveau de l'agglomération font leur rentrée place Clemenceau. A 16h, animations sportives avec les joueurs et joueuses. A 19h, présentation des équipes des cinq clubs, puis soirée dansante à 20h.

12/08/22 : À Bordeaux, Parc Rivière, jeudi 25 août, Esprit Dog, spécialisé dans l'éducation canine, organise un rassemblement de passionnés de chiens. L’événement gratuit et solidaire consiste en une distribution de croquettes et des cours d'éducation canine.+ d'info

11/08/22 : "Jamais autant de moyens aériens n'ont été mobilisés sur un incendie. On va continuer de s'adapter grâce à la solidarité européenne. Mais il n'y a pas que les moyens aériens," indique Elisabeth Borne depuis Hostens, en Gironde.

11/08/22 : Pendant qu'Elisabeth Borne, Première ministre est en visite sur les incendies à Hostens en Gironde, le Président, Emmanuel Macron, annonce que l'Allemagne, la Grèce, la Pologne, la Roumanie et l'Autriche vont venir en aide à la France.

11/08/22 : Elisabeth Borne et Gérald Darmanin sont attendus ce jeudi à Hostens en Sud Gironde: 6 800 ha de forêt ont été détruits par le feu depuis mardi après midi. 1100 pompiers sont mobilisés et 10 000 personnes ont du quitter leur domicile.

10/08/22 : Le député RN de Gironde, Grégoire de Fournas, dépose ce mercredi une proposition de loi instaurant une peine plancher de 10 ans pour les incendiaires. "La plupart des incendies sont d'origine criminelle. Or les pyromanes ne sont condamnés qu'à du sursis."

10/08/22 : Face aux incendies en Gironde et dans les Landes, le Ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin indique sur Tweeter qu'il a "décidé de renforcer les moyens mobilisés : plus de 1000 pompiers, 9 avions et 2 hélicoptères bombardiers d’eau sont engagés."

10/08/22 : Pour cause de reprise des incendies dans le Sud Gironde et le Nord des Landes, la circulation est interdite depuis mercredi 11 h, dans les deux sens sur l'autoroute A63 reliant Bordeaux à Bayonne. Les poids lourds sont déviés par Pau.

10/08/22 : Bordeaux est une des villes qui compte le plus de pâtisseries. Son score est de 4 pour 100 000 habitants, autant que Lyon, plus que Paris et Toulouse, mais moins que Strasbourg. Podium établi par Hellofresh, leader des boxs à cuisiner.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 17/08/22 | Grippe aviaire: avance remboursable pour les transformateurs

    Lire

    A la suite de l’épizootie d‘influenza aviaire H5N1, les entreprises ayant une activité significative d’abattage, de transformation, de conditionnement d’œufs ou de services à la filière, touchées par la diminution de production peuvent bénéficier d'une aide sous forme d’avances de trésorerie remboursables. Cette aide s’inscrit en complément des efforts que doivent consentir les financeurs privés de l’entreprise (banques et actionnaires). Les demandes sont à déposer via le téléservice de FranceAgrimer avant le 09 septembre à 14h00. pad.franceagrimer.fr/pad-presentation/vues/publique

  • 17/08/22 | Fabriquer des dortoirs à osmies (abeilles) à Villenave d'Ornon

    Lire

    Villenave-d’Ornon (Gironde) organise un atelier participatif de fabrication de dortoirs à osmies, le samedi 27 août, de 14 h à 16 h 30, au Square Torres Vedras (7 rue des Peupliers). L’osmie est une abeille sauvage, « abeille maçonne », qui se différencie de sa cousine productrice de miel par son caractère solitaire et inoffensif. Elle fait son apparition très tôt dans la saison, elle est l’un des premiers insectes pollinisateurs d'où son importance. Gratuit, inscription obligatoire (05 56 75 69 85), l'atelier sera animé par l’association « Tous aux abris ».

  • 17/08/22 | Molière à l'aire du 3.0 à Pau

    Lire

    Du 25 au 28 août, à l'occasion des 400 ans de la naissance de Molière et en préfiguration du futur centre de recherche et de création théâtrale de Pau, la manifestation Molière 3.0 rassemblera artistes, spécialistes et grand public. A cette occasion, 3 pièces illustrant la diversité de l'œuvre de Molière seront présentées dans des lieux emblématiques de la ville, des conférences rassembleront artistes et spécialistes du théâtre du XVIIe siècle à la chapelle des Réparatrices du conservatoire, et enfin la médiathèque André Labarrère proposera des projections de documentaires, films et captations de pièces. Infos : www.pau.fr

  • 16/08/22 | Agen: une navette gratuite pour la plage sur Garonne

    Lire

    L'agglomération d'Agen (Lot-et-Garonne) informe que la plage de baignade est ré ouverte et qu'un service gratuit de navettes (Cœur de Ville – Plage) est mis en place jusqu'au 31 août. Départ place Armand Fallières à 14 h. Retour à 18 h 30, tous les jours sauf intempéries. Quelques canoés sont disponibles à la location à tarif préférentiel pour le Samedi 20 août. Inscriptions en ligne jusqu’au 19 août pour la descente de Garonne en canoés et pour le trail : https://www.agglo-agen.net/en-ce-moment/agenda/evenement-251/descente-de-la-garonne-a-la-nage-4142.html

  • 16/08/22 | L'Etat soutient les projets sur la prévention des risques naturels

    Lire

    Un appel à projets destinés à faire connaître les réflexes face aux risques naturels et technologiques, est proposé en amont de la journée « Tous résilients face aux risques », du 13 octobre. La diversité des actions pour prévenir l'augmentation des risques s’appuie sur des initiatives locales pour développer la culture et se préparer à la survenance d’une catastrophe ou développer la résilience collective. Cahier des charges et modalités de l'appel à projets sur https://www.ecologie.gouv.fr/appel-projet-journee-nationale-resilience Dossiers à déposer jusqu’au 12 septembre.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Agriculture | Agriculture néo-aquitaine : "Des signes qui permettent de sourire" pour 2021, selon Luc Servant

21/01/2021 | Arrivé mi-décembre à la tête de la Chambre régionale d'Agriculture, Luc Servant se prêtait pour la première fois à l'exercice des voeux à la presse ce 19 janvier.

1

Globalement, en 2020, les productions agricoles n'ont pas été bonnes en Nouvelle-Aquitaine. Principalement la faute à une météo capricieuse, « entre coup de chaud et coup de froid et un mois de sécheresse très marquée en juillet ». En face, « une consommation fluctuante qui aura permis de maintenir les cours mais sans totalement compenser les baisses de volumes »... Si le monde agricole néo-aquitain aura donc connu une année 2020 plutôt médiocre, entre épidémie et épizootie, Luc Servant le nouveau Président de la Chambre d'agriculture régionale veut retenir pour lancer 2021, quelques signes pouvant « redonner le sourire » : le développement de la consommation locale et la transition environnementale. Des tendances à confirmer, et pour ça, à accompagner.

Pour les fruits et légumes, les pertes de production sont comprises entre 10 à 30%. Sur les viandes, le climat n'a évidemment pas eu un tel impact, mais c'est la consommation qui a posé sa marque sur l'année 2020, entre confinement, fermeture de la restauration hors domicile ou encore des fêtes de fin d'année moins marquées. Au total moins de consommation ou des transferts de marchés, analyse Luc Servant. « Avec le confinement par exemple, les gens se sont rués sur les steacks hachés. Leur vente ont progressé de 65%, entraînant à l'inverse une très forte baisse des ventes des morceaux nobles. Si le poulet s'est maintenu, les volailles comme le canard, la pintade, ou le pigeons consommés lors de repas festifs ou au restaurant ont perdu du terrain. » Et le même phénomène se constate sur le vin : « forte hausse sur les gammes moyennes, forte baisse des vins plus haut de gamme ».

L'influenza aviaire, "le coup de semonce" de l'année 2020
Cela dit, reconnaît il volontiers, « les distributeurs ont joué le jeu en mettant en avant les produits français. Ca a permis de retourner le marché et d'inverser un peu la tendance, surtout en fin d'année. Pour autant, nuance t-il « les déséquilibres restent importants sur la viande bovine, le canard ou encore le porc. Il y a eu en effet moins de grillade et de fête en plein air cet été... »
Sur la partie lait, là aussi on est sur une baisse de production... mais plutôt d'ordre structurel. Un constat peu rassurant : « On est à -2,5% de production par an, tous les ans ; on est en train de perdre notre production laitière régionale », constate-t-il avec amertume.
Côté grandes cultures, là encore « forte baisse » de production cette année, jusqu'à « -40% ou -50% de collecte de blé tendre par exemple », illustre-t-il. En cause, une fois encore, la météo. « Pour les oléoprotéagineux, on est sur la plus faible récolte depuis l'an 2000 ». La récolte de maïs a elle aussi été « très moyenne », et l'année est aussi mauvaise pour les fourrages...

Dans ce contexte globalement médiocre, l'influenza aviaire qui frappe le sud ouest et plus particulièrement les Landes, est « le coup de semonce » de cette année pour le nouveau président de la chambre régionale d'agriculture. Face aux « 273 foyers répertoriés dans le Sud-Ouest, dont 253 dans les Landes », et aux 1,2 millions de volailles déjà abattues, il estime « que des mesures vont devoir être prises de manière très rapides » et enjoint l'Etat à mettre en oeuvre « plus de moyens humains pour enlever les troupeaux », face à un virus qui progresse incroyablement vite.

L'achat local, une tendance à confirmer
Cela dit, si 2020 n'aura donc pas vraiment épargné l'agriculture de sa morosité ambiante, elle aura tout de même fournit quelques signes d'encouragement pour l'année qui démarre. D'abord, celui de la confirmation d'une tendance des consommateurs dans l'achat local : « On espère que cette évolution va s'inscrire dans le temps et qu'elle va être accompagnée par la restauration hors domicile. Il faut noter que les grandes surfaces s'y sont aussi fortement mises », se satisfait Luc Servant dont l'objectif désormais est de « développer ces filières courtes et relocaliser de la production ». Et de citer par exemple, « tout ce qui est protéagineux », pour l'heure beaucoup importé, avec à la fois un débouché sur la consommation humaine où la protéine végétale est en vogue, mais aussi pour ce qui est de la nourriture animale. Une question sur laquelle la Chambre compte s'appuyer sur le Plan Proteina du Conseil régional.
Sur le développement de l'achat local, la position volontaire du président s'inscrit aussi dans la droite ligne des volontés politiques, qu'elle soit nationale avec le Plan de relance, régionale avec le Plan Alimentaire de Territoire, ou encore plus locale, notant que « les élus des territoires et des départements expriment tous cette ambition de développement du circuits courts ». Une bonne concordance des temps aussi confirmée par le nombre d'installations importantes en 2020 (« plus que les années précédentes », confie Luc Servant), dont un grand nombre affichent ce genre de projets. Concrètement, le soutien au développement du marché local passera certes par un accompagnement individuel, mais aussi par un soutien à la structuration de filière locale de transformation, indispensable pour répondre à des marchés locaux plus gros comme la restauration hors domicile.

Pour autant le Président de la Chambre régionale d'agriculture a une vision non exclusive de ce que doit être l'agriculture de Nouvelle-Aquitaine. « Il faut pouvoir pourvoir à tous les marchés, mais sans laisser filer sur la qualité ». Alors que les cours mondiaux sont en train de se redresser, notamment sur les céréales et le protéagineux, il espère « que les prix tiennent », avec ce bémol que « les prix en grandes cultures et céréales pénalisent ensuite la chaîne de production des volailles ou de porcs »... Face à cela « il faut que ces producteurs puissent eux aussi reporter le prix, et là on rejoint la loi Egalim qui tend à reporter les prix de production sur le prix final. Pour autant, il ne faut pas qu'on soit en permanence sur le Marché mondial pour tous les produits parce que sinon on y arrivera pas », prévient-il.

Une agriculture en transition et plus résiliente
Autre volet pour 2021, qui en sera véritablement « le grand chantier », c'est l'accompagnement de la transition de l'agriculture, et avant cela peut être « au regard de l'impact du changement climatique de plus en plus fort sur les productions, on doit rendre les exploitations plus résilientes ». Face à la sécheresse ? « Il faut pouvoir irriguer, même si c'est en petite quantité ». Et de citer l'exemple du Limousin : « une zone d'élevage qui connaît désormais des sécheresses récurrentes alors que ce n'était pas le cas avant. Il faut pouvoir irriguer au moins sur quelques hectares pour pouvoir avoir du fourrage pour les animaux ». Face au gel ? «Il faut pouvoir rendre une exploitation plus résiliente avec des protections sur les vignes et les fruits et légumes », idem avec les dispositifs anti-grêle. Et plus globalement, « il faut aussi accompagner la recherche sur des variétés plus résistantes et notamment sur les culture pérennes, comme la vigne ou le pommier ».

Autre volet de l'accompagnement : la transition en elle-même mais pas sans un pré-requis. « Il faut aussi avoir l'assurance d'un maintien du revenu et d'une production. ». Pour cela il plaide pour « des mesures qui accompagnent la prise de risque des agriculteurs. Il faut qu'ils aient intérêt à y aller, que ça ne soit pas juste une compensation des pertes. Sur les produits phyto, il faut aussi accompagner les agriculteurs sur les mesures de remplacement, les faire connaître et les aider dans leurs mise en place sur l'exploitation. » Là encore une dimension sur laquelle le Président sait pouvoir compter à la fois sur le plan de relance de l'Etat, ainsi que sur la Région, travers la feuille de route NéoTerra.

Enfin sur la question des émissions carbone, Luc Servant l'assure : l'agriculture cherche des solutions pour limiter l'effet de serre, et le rejet de gaz carbonique, ou encore pour restocker du carbone. « L'agriculture peut le faire, à travers des sols plus couverts, ou un moindre travail du sol. Il faut développer ses pratiques. » Et pour y inciter, Luc Servant veut parier sur le crédit carbone qui se met en place. « A partir de 100 à 200€ la tonne, on pourra vraiment stocker en agriculture. »

Solène Méric
Par Solène Méric

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
12382
Aimé par vous
1 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 20 + 14 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr
Samia Riffaut et son salarié Jérôme Brunet ont planté 3 600 plants de bambou géant Moso le 26 mai. Agriculture | 10/08/2022

Des bambous géants Moso plantés sur deux hectares en Haute-Vienne

Une centaine d'habitants des communes du Pays d'Aunis étaient présentes à la réunion d'informations organisée à Montroy le 26 juillet Agriculture | 29/07/2022

Pollution aux pesticides en plaine d’Aunis, les habitants se mobilisent

cdfr 2022 Agriculture | 25/07/2022

La Safer se penche sur le renouvellement des générations d’agriculteurs de la Gironde

Témoignages de jeunes installés et autres exemples de dossiers d'installations récentes ont animé les présentations de cette CDFR _ © Sylvain Desgroppes Agriculture | 08/07/2022

La Safer active sur un marché dynamique en Dordogne

L'Afdi Nouvelle-Aquitaine est à l'initiative de deux PER au Bénin : un sur la filière de la noix de cajou et un autre sur l'ananas Agriculture | 05/07/2022

Afdi Nouvelle-Aquitaine engagée dans les partenariats économiques en Afrique

Bourse agricole maritime Quai Lomabrd du Port Atlantique La Rochelle Agriculture | 30/06/2022

Bourse agricole La Rochelle-Pallice : un pré bilan en demie teinte

Romain et Audrey Verrier se sont installés en janvier 2022, en tant qu'éleveurs caprins en Deux-Sèvres Agriculture | 30/06/2022

Installation - Transmission: L' "incroyable" nouvelle vie de Romain et Audrey, éleveurs caprins débutants

Illustration Campagne Foncier rural et agricole nouvelle-Aquitaine Agriculture | 28/06/2022

Nouvelle-Aquitaine: Les marchés fonciers ruraux ont battu des records en 2021

Sylvie Marcilly et Cédric Tranquard à sa gauche signent la nouvelle convention Agriculture | 23/06/2022

Charente-Maritime : un partenariat renouvelé entre le département et la chambre d’agriculture

A Mont-Disse en Béarn, Charles Pelanne a vu ses cultures de kiwi et de vignes détruites à 100 % par la grêle. Ici avec Eric Spitz, préfet du département venu constater les dégâts Agriculture | 23/06/2022

Les orages de grêle destructeurs ont lourdement frappé le Béarn

L'équipe d'Euralis dont Laurent Dubain (à droite), DG du pôle agricole d'Euralis, sont venus à la rencontre de Philippe Joseph et de son fils engagés pour 20 ha, dans un contrat Gaïa Agriculture | 21/06/2022

Les agriculteurs rémunérés pour leur engagement agronomique

Sel et marais de l’île de Ré. Agriculture | 09/06/2022

Saliculture : une récolte de sel très précoce

Régis Boisseau, directeur de Semae Sud-Ouest Agriculture | 02/06/2022

Géopolitique, agroécologie, cultures alternatives... la filière semences "se réinvente"

Bruno Millet et Dominique Graciet au Salon de l'agriculture Nouvelle-Aquitiane, devant la vache Haquitanima Agriculture | 31/05/2022

Salon de l'agriculture et après ? " Installer un bruit de fond positif "

Jean-Christophe Roubin, responsable agriculture au CA, Olivier Constantin, Directeur Général du CA Aquitaine, Patrice Gentié, Président du CA Aquitaine et Sandrine Kergosien, Directrice des marchés spécialisés CA Aquitaine Agriculture | 31/05/2022

Le Crédit Agricole d'Aquitaine vent debout face à la crise qui secoue le secteur agricole