Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

19/06/18 : La Rochelle : Raphaël Glucksmann, Directeur du Nouveau magazine littéraire, sera au Musée maritime samedi 23 juin à 14h30 pour une rencontre avec le public sur le thème des relations entre océan et climat et les impacts du changement climatique.

18/06/18 : En raison de travaux de maintenance et d’entretien du pont d’Aquitaine, la rocade sera fermée entre les échangeurs 2 et 4, dans le sens extérieur, les nuits du 20 au 22 juin de 21h à 6h, et dans les 2 sens de circulation du 23 au 24 juin 22h à 18h

18/06/18 : Avec 28,1 M de touristes dont 24,7 M de touristes français accueillis et 175 M de nuitées dont 152 M par des voyageurs hexagonaux, la Nouvelle-Aquitaine est en tête des destinations les plus fréquentées des Français en 2017.

15/06/18 : Charente-Maritime : la reproduction de la frégate L'Hermione revient dimanche dans son port d'attache à Rochefort vers 7h du matin.

11/06/18 : La Ville de La Rochelle a reçu le 2e Prix dans la catégorie Participation citoyenne aux Prix européens de l'innovation urbaine Le Monde-Smart Cities décernés à Lyon le 17 mai 2018.

10/06/18 : Après sa 9e place qu’elle a obtenue samedi avec ses partenaires du K4 français, la kayakiste périgourdine Manon Hostens a décroché ce dimanche le titre de championne d’Europe de course en ligne sur 500 mètres associée à la Tourangelle Sarah Guyot.

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 19/06/18 | L'hôtel de ville de La Rochelle renaît de ses cendres

    Lire

    Cinq ans après l'incendie qui l'a ravagé, l'hôtel de ville retrouve ses couleurs. Sa toute nouvelle toiture, couverte d'une bâche, sera découverte devant le grand public de 13h à 17h, le jeudi 21 juin. Plusieurs animations musicales sont prévues durant l'opération, dont 70 coquelicots géants et chantants dès la place de la Caille. Une fois le toit de l’Hôtel de Ville et ses ardoises visibles, resteront les arceaux métalliques du chapiteau qui seront retirés jusqu’au 15 août.

  • 18/06/18 | Bordeaux, ville hôte de la RoboCup

    Lire

    On l'a appris ce lundi : Bordeaux est officiellement la vile hôte de la prochaine RoboCup, la coupe du monde des robots, en 2020. Cette compétition rassemblera 45 pays, 450 équipes et 3500 participants. Elle se déroulera du 23 au 29 juin 2020, et le comité international de la RoboCup a affirmé que Bordeaux avait été choisie pour plusieurs raisons : les deux victoires successives de l'équipe bordelaise de Football humanoïde en 2016 et 2017, mais aussi l'union organisée entre la communauté scientifique et les partenaires institutionnels qui ont porté la candidature.

  • 18/06/18 | Bordeaux : réussite pour les vingt ans de la Fête du Vin

    Lire

    Elle s'est terminée sous la pluie ce lundi matin par la parade des grands voiliers : la Fête du Vin 2018 a donné ses premiers chiffres de fréquentation. On y apprend que 61 100 pass dégustation ont été vendus, soit "une augmentation de 26%" par rapport à 2014 et 2016. 520 000 dégustations ont été enregistrées sur les stands (+25%) et 18 000 visiteurs se sont rendus sur le stand de l'École du Vin de Bordeaux. Enfin, le site internet de la manifestation a réuni 217 000 visiteurs depuis le début de l'année dont 138 000 en juin. En 2016, 517 000 curieux avaient participé à la précédente édition pour 57 000 pass dégustation vendus.

  • 18/06/18 | Virginie Calmels limogée de la vice-présidence de LR

    Lire

    On l'a appris ce dimanche soir : Laurent Wauquiez, président des Républicains, a limogé Virginie Calmels de son poste de vice-présidente déléguée au profit de l'ancien ministre Jean Leonetti. La première adjointe d'Alain Juppé à la mairie de Bordeaux reprochait depuis plusieurs semaines la ligne politique de Laurent Wauquiez. Ce lundi, le maire de Bordeaux, Alain Juppé, a déclaré ne "pas se sentir concerné par ces turbulences internes. C’est à elle de voir maintenant dans quel cadre elle continuera son action politique". Une manière plus que mesurée de rebattre les cartes...

  • 16/06/18 | Bilan des intempéries en Dordogne

    Lire

    477 interventions ont été réalisées dans le cadre des orages des 10 et 11 juin dernier en Dordogne. Les entreprises touchées par les intempéries ont la possibilité de faire appel à une indemnisation au titre de l’activité partielle. La chambre d’agriculture a demandé à ce que soit mis en œuvre un dégrèvement au titre de la taxe sur le foncier non bâti (TFNB) pour les exploitations touchées. 10 communes ont déposé en préfecture une reconnaissance de Catastrophe Naturelle.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Agriculture | Agriculture : un bilan 2016 contrasté en Charente-Maritime

30/11/2016 | Le bilan 2016, donné lors de la 8e Conférence agricole, montre de grandes disparités selon les secteurs d'activités et selon les exploitations

La viticulture reste le secteur souffrant le moins

C’est un triste bilan qui clôt l’année 2016 : en Charente-Maritime comme ailleurs, un agriculteur sur trois vit avec 350/€ par mois et la tendance ne devrait pas s’améliorer. Mais « dans chaque secteur agricole, il a des structures qui s’en sortent parce qu’elles se sont organisées pour anticiper les changements, en se mettant notamment tout ou partie en circuit court, et d’autres pour qui c’est de plus en plus difficile », analyse Françoise de Roffignac, en charge de l’agriculture au Département, à l’issue de la 8e Conférence agricole, qui a rassemblé la semaine dernière les instances du département et les représentants de la filière agricole. Un contraste qui se retrouve selon les secteurs d’activités.

Les céréales

C’est la filière qui s’en sortait le mieux jusqu’à présent. Mais avec un printemps très pluvieux et un mois de juillet marqué par la sécheresse, ainsi que des cours mondiaux en baisse, le manque à gagner entre 2015 et 2016 est de 14 000 € en moyenne par exploitation. Un coup dur lié en particulier à un rendement plus faible et un prix d’achat plus bas que l’an dernier du blé. Le manque d’eau vient également jouer les troubles fêtes, en particulier sur la production de maïs, vorace en eau. Le maïs représente une vingtaine d’hectares en Charente-Maritime (contre près de 50 pour le blé), ce qui en fait la 2e production de céréales du département. Malgré une stagnation des prix, suite à une légère surproduction mondiale, le maïs resterait un idéal « marché de niche », notamment pour satisfaire la clientèle anglaise, grosse consommatrice de farine de maïs pour ses gâteaux. Mais pour la filière, il faudrait « créer des zones de stockage de l’eau et de l’irrigation » - au moins 19 millions de m2 - pour pouvoir concurrencer les départements du Sud-Ouest, où les possibilités de stockage vont de 40 à 60 millions de m2 d’eau.

La viticulture

La seule filière à s’en sortir encore honorablement, grâce à l’univers du cognac. Le chiffre d’affaire globale issue des produits viticoles a augmenté de 5% entre 2015 et 2016 : le vin reste stable et les eaux-de-vie augmentent de 7%. Une hausse due notamment à une excellente production 2015-2016 avec 890 000 hectolitres. Un  chiffre qui ne sera probablement pas aussi bon pour la production 2016-2017, la vigne ayant subi des épisodes consécutifs de froid, de grêle et de sécheresse. Les premières estimations de récolte tablent sur un rendement autour de 100 hectolitres à l’hectare, en sachant que les disparités sont fortes d’un vignoble à l’autre. Les producteurs présents à la Conférence agricole prédisent « une situation de crise » dans les territoires en crus bons bois et fin bois : leur production leur est rachetée environ 800 € l’hectolitre, contre un peu plus de 900 € pour les crus dits d’excellence (borderies, grande et petite champagne). Couplée à la baisse de rendement, elle pourrait être fatale à certains viticulteurs.

Elevage, lait et viande

La  baisse du prix du lait a continué en 2016, passant de 0,30 ct le litre en 2015 à 0,28€/litre. Après la crise laitière de cet été et une promesse de revalorisation des prix à l’automne, la filière lait de Charente-Maritime devrait malgré tout connaître un manque à gagner moyen de 10 000 € (charges déduites) par exploitation (pour 128 hectares et 74 vaches en moyenne). Du côté de l’élevage en viande bovine, avec la baisse des prix à l’achat au niveau européen, les chiffres d’affaires sont mauvais (-4% depuis 2014). Un état qui risque de perdurer encore : la sécheresse de cet automne n’a pas permis une pousse normale de l’herbe, et les exploitants vont devoir recourir de manière précoce au fourrage, ce qui représente un coût supplémentaire.

Les solutions

Plusieurs solutions pour améliorer la situation des quelque 7000 exploitations de Charente-Maritime ont été évoquées au cours de ces rencontres agricoles. Première solution : développer les cultures mixtes, avec de multiples valorisations possibles. Par exemple, dans la filière céréales, associer la culture du lin et du chanvre, qui ont tous deux des débouchés aussi bien dans l’alimentaire que dans le textile. Deuxième solution : développer les circuits courts, que ce soit pour la transformation ou la vente, pour une valorisation de tout ou partie de la production. L’objectif n’est pas pour autant de convertir la totalité des exploitations. « Il ne s’agit pas d’opposer les agriculteurs. C’est à chacun de trouver sa plus-value avec ses spécificités », explique Françoise de Roffignac « Certains exploitants ne se sentent pas de faire de la vente en direct ou en circuit court et ça s’entend très bien. Mais ils peuvent par exemple s’inscrire dans une démarche de labellisation, comme Signature Poitou-Charentes, qui leur permet de s’assurer un réseau de distribution et un prix d’achat meilleur, qui valorise les produits de qualité ». Le tourisme agricole pourrait également être une autre alternative, dans un département très visité comme la Charente-Maritime, grâce à la promotion de son territoire et la vente de produits de son terroir.

Anne-Lise Durif
Par Anne-Lise Durif

Crédit Photo : Anne-Lise Durif

Partager sur Facebook
Vu par vous
6262
Aimé par vous
1 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 21 + 12 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr