10/08/22 : Bordeaux est une des villes qui compte le plus de pâtisseries. Son score est de 4 pour 100 000 habitants, autant que Lyon, plus que Paris et Toulouse, mais moins que Strasbourg. Podium établi par Hellofresh, leader des boxs à cuisiner.

09/08/22 : Une soixantaine de commerçants de la ville de Périgueux a prévu de participer à la grande braderie en plein coeur de l'été, pour les trois journées des jeudi 11, vendredi 12 et samedi 13 août.

09/08/22 : Dans les Deux-Sèvres, le bassin de la Charente et le sous-bassin Aume-Couture sont en alerte 1 pour l'eau. L'arrosage des espaces verts, l'alimentation des fontaines, le remplissage des piscines sont interdits ainsi que le lavage des véhicules.

09/08/22 : Le département de la Gironde est placé en vigilance orange canicule à compter de ce mardi midi. Les maximales attendues pourront atteindre 21° la nuit et 36 à 38° en journée.

09/08/22 : Le département du Lot-et-Garonne passe en vigilance orange canicule à compter de ce mardi midi, avec des températures maximales prévues de 36 à 38 °C, puis mercredi et jeudi, jusqu'à 40 °C. Fin de l'épisode attendue pour vendredi.

09/08/22 : Un décret au journal officiel du 4 août acte la création effective de la Chambre d'agriculture interdépartementale de la Charente-Maritime et des Deux-Sèvres au 1er octobre prochain. Un travail de rapprochement mené depuis plus de sept ans.

08/08/22 : En raison de la sécheresse et des prévisions météos pour la semaine, les forêts du Pignada et du Lazaret à Anglet (64) sont fermées à compter du lundi 8 août, 18 H. Une décision prise en prévention du risque maximal de départ de feu.

08/08/22 : Météo France place le département des Landes en vigilance jaune canicule à compter de ce lundi 14h00. La vague de chaleur prévoit des températures minimales comprises entre 18 °C et 20 °C la nuit et 36 °C à 38 °C en journée.

08/08/22 : La première édition de Biarritz Hall Music Festival avec les meilleurs artistes de la scène électro française a lieu le 12 et 13 août. L’équipe est à la recherche de bénévoles pour l'accueil, le bar, les animations, la logistique... pour s’inscrire:+ d'info

05/08/22 : Le festival Paseo ouvre ce 5 août à Bayonne. Entièrement gratuit, il propose un rendez-vous par soir de l’été, avec musique, chant, danse ou performance artistique. Inédit: des déambulations musicales gentiment déjantées les lundis.+ d'info

03/08/22 : La poudrerie Eurenco à Bergerac, classée Seveso, a connu plusieurs explosions ce 3 aout, en début d’après-midi. Un incendie dans un bâtiment de stockage s'est déclaré, mais il ne progresse plus. Huit personnes sont blessées. Le personnel est évacué.

03/08/22 : Entre 1,1 et 1,2 million de personnes ont participé à la 90 édition des fêtes de Bayonne pendant cinq jours et cinq nuits, en augmentation de 15 % par rapport à 2019. Le nombre de violences constatées a baissé.

03/08/22 : Depuis ce mercredi 3 août minuit, le département des Landes est placé en vigilance rouge (Niveau 4 sur une échelle de 5) pour le risque d'incendies en forêt.

03/08/22 : A compter du mercredi 3 août à midi, le Lot-et-Garonne passe simultanément en vigilance orange canicule, et vigilance rouge (vigilance très élevée - niveau 4 sur une échelle de 5) pour le « risque feux de forêt ».

02/08/22 : Un nouvel incendie s'est déclaré ce mardi à Laluque (Landes). 30 ha de pins ont déjà brulé. Deux maisons sont évacuées préventivement. Deux canadairs et un DASH réalisent des largages. 169 pompiers sont engagés. Sept trains sont immobilisés.

02/08/22 : L’incendie débuté dimanche 31 juillet à Mano (Landes) est fixé. Il est toujours actif mais contenu sur 300 ha. 100 sapeurs-pompiers, et 13 gendarmes sont encore sur place. Une partie des habitants évacués est autorisée à regagner son domicile.

01/08/22 : GIRONDE - Au vu des conditions météorologiques, le département a été placé en vigilance rouge par la préfecture (risque très élevé, niveau 4 sur 5) pour le risque d’incendies en forêt, à compter du 1er août 2022 et jusqu’à nouvel ordre.

28/07/22 : Face à la faible participation du public sur le projet de modification de la charte départementale des utilisateurs agricoles de produits phytopharmaceutiques, la préfecture 64 a décidé d'allonger le délais de la consultation jusqu'au 15 août 2022.+ d'info

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 10/08/22 | Le feu inquiète de nouveau en Gironde et dans les Landes

    Lire

    Le feu de Landiras a repris au niveau de la commune de Saint-Magne mardi, en sortant de la zone dans laquelle il avait été fixé, nécessitant l’intervention de 500 sapeurs-pompiers, appuyés par des avions bombardiers d’eau. 6 000 ha ont brûlé à Hostens. Le feu très virulent s’est étendu au département des Landes. Plus de 5000 personnes ont été évacuées et seize maisons détruites à Belin-Beliet. Le front de l’incendie se dirige vers l’A63 (Bayonne-Bordeaux) où la vitesse est abaissée à 90 km/h.

  • 10/08/22 | Le leader du e-commerce équin s'installe en Nouvelle-Aquitaine

    Lire

    Blue Horse Group, leader français du e-commerce dédié au monde du cheval, sur les secteurs santé, soin et équipements pour le cheval et le cavalier, installe son siège et ses équipes de marketing digital et de e-commerce à Ambarès-et-Lagrave (33) et crée aussi sur place une plateforme logistique. Un choix dicté par "le carrefour logistique qu’offre la zone" et "le vivier de compétences Tech et Web de la métropole bordelaise", dans une région dense en haras, écuries de concours et centres équestres. 10 emplois ont déjà été créés, 4 à 5 autres nouvelles personnes devraient rejoindre la société.

  • 10/08/22 | Le train du rugby arrive en Nouvelle-Aquitaine

    Lire

    A un an de la Coupe du Monde 2022 de Rugby, un train du rugby parcourt la France depuis le 21 juillet dernier. Du 13 au 15 août, il fait escale à Bordeaux, à la gare Saint-Jean. A son bord, des expériences immersives ou la découverte des équipes qualifiées seront proposées. A cette occasion, un village Rugby va s'installer au Parc des Sports Saint-Michel. Il fera également escale à Dax, Bayonne, Biarritz, Pau, Agen, Poitiers, Limoges et Brive.

  • 10/08/22 | Orelsan chante pour les 40 ans du village Emmaus de Pau

    Lire

    Le Village Emmaüs Lescar-Pau fête ses 40 ans avec la reprise du festival le lundi 15 Août. A 18 h, rendez-vous avec une très belle programmation musicale: Orelsan, Mouss et Hakim, Specy-Men et Chamalove se partageront la scène pour un show exceptionnel vibrant d’entraide et d’espoir. Réservations des places, au bureau du Village Emmaüs Lescar-Pau, dans le réseau Ticketmaster et sur Eventick’.

  • 09/08/22 | Les urgences de Sainte-Foy-la-Grande fermées pour quatre nuits

    Lire

    Le service d’urgences du Centre Hospitalier de Sainte-Foy-la-Grande (Gironde) suspend les accueils de 18 h 30 à 8 h 30, les nuits des 10, 11, 12 et 13 aout. Le service rencontre des tensions de recrutement en personnel médical. Le service des urgences restera accessible en journée. La nuit, les usagers sont invités à contacter le Centre 15 qui les orientera vers la solution de prise en charge la plus adaptée. Le service d’urgences reprendra un fonctionnement normal à partir du dimanche 14 août 8h30 du matin. Le SMUR reste opérationnel durant la période et assurera les transferts.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Agriculture | Agrilocal 86 : une plateforme pour rapprocher restaurations collectives et producteurs locaux

11/03/2019 | Depuis son lancement en janvier 2017, la plateforme Agrilocal 86 a mis en relation 102 producteurs de la Vienne avec les 65 acheteurs issus des restaurants collectifs

1

Une trentaine de chefs de différents restaurants collectifs du département de la Vienne, a participé à trois visites de producteurs locaux proposant leurs produits sur la plateforme Agrilocal 86. Son objectif est de favoriser le circuit-court en mettant en relation acheteurs pour les cantines et les producteurs. Ces visiteurs ont découvert les secrets de fabrication de quelques produits mais aussi des nouveaux qu’ils n’utilisaient pas forcément. Visites guidées d’une journée « Au pré de la ferme », nom de cette opération organisée par Agrilocal 86.

Deuxième édition pour Agrilocal 86 de l’opération « Au pré de la ferme ». Le principe est d’inviter les acheteurs à venir visiter des producteurs locaux. Tous utilisent la plateforme virtuelle Agrilocal 86. Une plateforme qui met en relation producteurs et transformateurs locaux avec des acheteurs publics. (Autrement dit, proposer du circuit-court aux restaurants collectifs). Ils étaient une trentaine à s’être déplacés dans le Châtelleraudais ce mercredi 6 mars, venant à la fois des cuisines des collèges, des lycées, des communes, et autres sociétés de restauration collective.  « Nous organisons également deux autres types d’événement dans les cantines où l’on propose des repas 100% locaux. Là, nous faisons se rencontrer des acheteurs et des fournisseurs locaux », explique Morgane Mevel, responsable gestion des collèges au département de la Vienne et l’une des coordinatrices d’Agrilocal 86. Cette année, ils se sont rendus autour de Châtellerault, alors que l’an passé c’était dans les alentours de Montmorillon. « Ce genre d’opération permet de faire découvrir des produits aux chefs cuisiniers. Ils posent des questions et pensent déjà à la façon dont ils pourraient les utiliser dans leur cuisine », poursuit la jeune femme. 

Une vingtaine de salariés travaille à la biscuiterie de Lencloître. Chaque une à trois tonnes de biscuits sont produites.  

Ce mercredi 6 mars, trois visites auprès de fournisseurs de la plateforme Agrilocal 86 étaient programmées. Elles ont débuté en matinée par la biscuiterie de Lencloître (située à l’ouest de Châtellerault) qui a vu le jour il y a 60 ans, en 1959, avec un certain monsieur Gâteau. L’entreprise compte désormais une vingtaine de salariés pour un chiffre d’affaires de 3 millions d’euros. Ça fait deux ans qu’ils proposent leurs biscuits sur la plateforme Agrilocal 86. « Nous sommes une entreprise artisanale. Nous faisons des gâteaux comme vous les faites à la maison, commente Romain Dupont, administrateur de la biscuiterie de Lencloître. Il n’y a aucun conservateur, que du beurre frais, des oeufs, de la farine, des produits de qualité qui viennent des environs ». Dans les locaux de cette PME, une odeur de gâteaux tout juste sortis du four embaume l’atmosphère. Une à trois tonnes de biscuits sont produits chaque jour. La biscuiterie a d’ailleurs lancé une gamme bio en 2012 et travaille actuellement sur des gâteaux sans gluten « Ce n’est pas facile de leur donner du goût. C’est le projet du moment », confie la directrice de l’entreprise, Sandra Brion. Elle a commencé comme ouvrière avant de finalement prendre les rênes de l’ entreprise. Concernant la plateforme Agrilocal, elle semble conquise. « On joue le jeu d’une économie locale, c’est appréciable. » Côté consommateurs, on trouve les collégiens châtelleraudais de René Descartes. Le chef, Alexandre Morleix, qui doit servir entre 350 et 380 couverts selon les jours, apprécie ces produits locaux. « Je pense que je vais même aller au-delà et leur commander des produits bio. La biscuiterie propose de bons produits, je pense qu’il faut qu’on intègre, lors de nos commandes ce côté local. Nous allons de toute façon être soumis à des objectifs dans les années à venir. Aujourd’hui nous devons commander en restauration collective 25% de produits locaux, en 2022 ce devra être la moitié », explique le chef cuisinier.

Alice et Nicolas Baron ont lancé une production de pâtes. Ils en vendent une partie via Agrilocal 86

Les chefs découvrent de nouveaux produits

Deuxième visite, deuxième ambiance. Direction Senillé Saint-Sauveur à l’est de Châtellerault à la Fabric’ d’Alice. Sur ses 154 hectares de céréales cultivées par Nicolas Baron, agriculteur céréalier, 6 à 8 sont consacrés au blé dur. Un blé spécialement utilisé à la transformation en pâtes. C’est Alice sa compagne qui s’en charge dans un petit atelier avec une machine à faire les pâtes semi-industrielle. « Vous êtes là où tout se passe, indique Alice en s’adressant à la trentaine de chefs de restauration collective. Ici, nous mélangeons les sacs de farine avec de l’eau. Les pâtes sont coupées au fur et à mesure avant de tomber dans des clayettes qui sont mises ensuite dans des chariots. » Les pâtes partent en séchoir pendant une vingtaine d’heures. Un système dynamique qui maintient la température entre 40 et 45°. « Cela permet de maintenir la saveur et la valeur nutritionnelle », précise Alice. Ce sont entre 300 et 350 kg de pâtes qui sont fabriqués. Au total ce sont six formes de pâtes qui sont proposées et dix-neuf produits différents. Le couple propose ses productions sur la plateforme Agrilocal 86. Au collège de Louise Michel de Lussac-les-Châteaux, où sont servis 400 repas chaque jour, le chef propose ces pâtes. « J’ai senti une différence au niveau de la tenue des pâtes. Elle est meilleure. Vous voyez je découvre l’ensemble de leur gamme. Je vois qu’ils proposent des pâtes à la tomate ou encore à l’encre de seiche. Je vais pouvoir apporter des touches de couleur dans les assiettes des collégiens », confie bien inspiré, Pascal Dagault, chef cuisinier. Pour la famille Baron aussi, il y a des avantages à travailler avec la restauration collective. « Cela nous permet d’accroître nos volumes. Mais il faudrait voir s’il n’est pas possible de regrouper les commandes par secteur pour rationaliser les livraisons et éviter les trajets. », précise Nicolas. Le couple a vraiment la fibre circuit-court, puisque leur 25 tonnes de pâtes produites à l’année sont vendues à 98% dans le département de la Vienne.  

Béatrice Martin propose sur la plateforme Agrilocal 86 de l'huile alimentaire

De l’huile alimentaire produite en local

Ultime visite, dans la même commune, sur une exploitation agricole biologique qui fonctionne en autonomie : la ferme de Dana où trois associés mènent des tâches bien réparties. Carine met au point des semences potagères, des variétés anciennes sur 3 000 m2 dont 2 000 sous abris. Béatrice Martin s’occupe de l’élevage de ses 20 vaches allaitantes de race Salers qui pâturent dans les prairies de mars à octobre. Son mari, Philippe, exploite les 48 hectares de céréales (maïs, blé, tournesol, colza, cameline). Ces trois dernières servent également à faire de l’huile. Cette huile, notamment celle de tournesol, est proposée via la plateforme Agrilocal 86. Celles de colza et de cameline sont réservées à la vente directe. « Attention l’huile de cameline ne supporte pas du tout la cuisson. Celle de colza jusqu’à 110 degrés. Celle de tournesol jusqu’à 210 degrés », avertit Béatrice Martin. L’agricultrice a détaillé avec passion les étapes de fabrication de l’huile. « Tout d’abord, il faut trier les graines. Elles sont ensuite entreposées et on surveille le taux d’humidité et leur température. Elles sont en dormance. Avant de germer, elles vont passer à la presse dans une vis sans fin ». La pression se fait à froid. Le jus est extrait et les déchets qui restent forment des tourteaux, ils sont utilisés pour nourrir des animaux, à la fois les vaches mais aussi les volailles d’un éleveur voisin. Son huilerie se situe dans une bâtiment rénové de la ferme. On entend le bruit d’une pompe. « Elle filtre l’huile, explique Béatrice. Vous voyez quand elle sort de la presse, elle est toute noire. Nous avons choisi la filtration plutôt que la décantation car cette méthode est plus rapide, même s’il faut une journée et demie pour filtrer correctement ». Une fois filtrée, l’huile passe dans des cuves car elle reste sensible à la température et à la lumière. « Je déconseille à mes acheteurs souvent de mettre leur bouteille d’huile à côté de la gazinière, car ça va la modifier », précise-t-elle. Au total, elle produit 4 200 litres d’huile alimentaire par an (2 000 l de tournesol, 1 500 l colza et 700 l de cameline). « Ce n’est pas forcément un produit que vous pensiez prendre en local peut être parce que vous ne saviez pas qu’on en proposait sur Agrilocal », avoue Béatrice. Les chefs confirment mais désormais ils sont informés.

Favoriser le circuit-court en restauration collective, c’est l’objectif principal d’Agrilocal 86. 65 acheteurs utilisent cette plateforme depuis son lancement le 1er janvier 2017. 102 fournisseurs locaux y sont référencés, dont 25% issus de l’agriculture biologique. Depuis le lancement, ce sont plus de 100 tonnes de produits alimentaires du territoire qui ont été ainsi commercialisées. Hormis la Vienne, Agrilocal est mise en place en Nouvelle-Aquitaine dans cinq autres départements : la Charente, la Corrèze, la Dordogne, les Landes et de la Haute-Vienne.

Julien Privat
Par Julien Privat

Crédit Photo : Aqui.fr

Inno'action et agricultureCet article fait partie du dossier

Voir les autres articles de ce dossier
Partager sur Facebook
Vu par vous
15313
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 12 + 14 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr
Samia Riffaut et son salarié Jérôme Brunet ont planté 3 600 plants de bambou géant Moso le 26 mai. Agriculture | 10/08/2022

Des bambous géants Moso plantés sur deux hectares en Haute-Vienne

Une centaine d'habitants des communes du Pays d'Aunis étaient présentes à la réunion d'informations organisée à Montroy le 26 juillet Agriculture | 29/07/2022

Pollution aux pesticides en plaine d’Aunis, les habitants se mobilisent

cdfr 2022 Agriculture | 25/07/2022

La Safer se penche sur le renouvellement des générations d’agriculteurs de la Gironde

Témoignages de jeunes installés et autres exemples de dossiers d'installations récentes ont animé les présentations de cette CDFR _ © Sylvain Desgroppes Agriculture | 08/07/2022

La Safer active sur un marché dynamique en Dordogne

L'Afdi Nouvelle-Aquitaine est à l'initiative de deux PER au Bénin : un sur la filière de la noix de cajou et un autre sur l'ananas Agriculture | 05/07/2022

Afdi Nouvelle-Aquitaine engagée dans les partenariats économiques en Afrique

Bourse agricole maritime Quai Lomabrd du Port Atlantique La Rochelle Agriculture | 30/06/2022

Bourse agricole La Rochelle-Pallice : un pré bilan en demie teinte

Romain et Audrey Verrier se sont installés en janvier 2022, en tant qu'éleveurs caprins en Deux-Sèvres Agriculture | 30/06/2022

Installation - Transmission: L' "incroyable" nouvelle vie de Romain et Audrey, éleveurs caprins débutants

Illustration Campagne Foncier rural et agricole nouvelle-Aquitaine Agriculture | 28/06/2022

Nouvelle-Aquitaine: Les marchés fonciers ruraux ont battu des records en 2021

Sylvie Marcilly et Cédric Tranquard à sa gauche signent la nouvelle convention Agriculture | 23/06/2022

Charente-Maritime : un partenariat renouvelé entre le département et la chambre d’agriculture

A Mont-Disse en Béarn, Charles Pelanne a vu ses cultures de kiwi et de vignes détruites à 100 % par la grêle. Ici avec Eric Spitz, préfet du département venu constater les dégâts Agriculture | 23/06/2022

Les orages de grêle destructeurs ont lourdement frappé le Béarn

L'équipe d'Euralis dont Laurent Dubain (à droite), DG du pôle agricole d'Euralis, sont venus à la rencontre de Philippe Joseph et de son fils engagés pour 20 ha, dans un contrat Gaïa Agriculture | 21/06/2022

Les agriculteurs rémunérés pour leur engagement agronomique

Sel et marais de l’île de Ré. Agriculture | 09/06/2022

Saliculture : une récolte de sel très précoce

Régis Boisseau, directeur de Semae Sud-Ouest Agriculture | 02/06/2022

Géopolitique, agroécologie, cultures alternatives... la filière semences "se réinvente"

Bruno Millet et Dominique Graciet au Salon de l'agriculture Nouvelle-Aquitiane, devant la vache Haquitanima Agriculture | 31/05/2022

Salon de l'agriculture et après ? " Installer un bruit de fond positif "

Jean-Christophe Roubin, responsable agriculture au CA, Olivier Constantin, Directeur Général du CA Aquitaine, Patrice Gentié, Président du CA Aquitaine et Sandrine Kergosien, Directrice des marchés spécialisés CA Aquitaine Agriculture | 31/05/2022

Le Crédit Agricole d'Aquitaine vent debout face à la crise qui secoue le secteur agricole