Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

21/10/19 : Fermée en septembre 2018 suite à des inondations survenues durant l’été, la médiathèque de Gan (64) rouvre dans des locaux provisoires de 150 m2, rue du Bel Air, près du centre de loisirs, le mardi 22 octobre à 14h.

19/10/19 : Trafic SNCF toujours perturbé en Nouvelle-Aquitaine à la fois sur le service OUIGO et sur les TER à la suite du mouvement national de "droit de retrait" suite à un accident. "un détournement du droit de retrait à l'impact inacceptable" pour E. Philippe

18/10/19 : Ce 18 octobre, environ 250 retraités agricoles ont manifesté devant la préfecture de Dordogne. Le montant moyen des pensions des 25 612 retraités agricoles périgourdins est de 447 euros par mois. Ils revendiquent une retraite à 85% du SMIC.

18/10/19 : Les 8, 9 et 10 novembre prochains aura lieu la 14ème édition du salon de l’agriculture paysanne et durable Lurrama à la Halle d’Iraty de Biarritz. Cette année, la thématique sera une reprise de la formule de Flow Food, "Le climat, c'est la vie".

15/10/19 : Nouveau passage du Tour de France en Béarn l'été prochain! A noter dans les agendas, l'étape Pau-Laruns le dimanche 5 juillet 2020, avec au menu les cols de la Hourcère (1440m), du Soudet (1540 m), d'Ichère (674 m) et de Marie-Blanque (1035 m).

15/10/19 : Tour de France : c'est officiel, la Charente-Maritime accueillera une journée de repos à l'Île d'Oléron, l'Île de Ré et Châtelaillon-Plage seront villes étapes du Tour de France 2020.

15/10/19 : La ville de La Rochelle a à son tour pris un arrêté contre l'épandages de pesticides. Le maire promet d'accompagner vers la sortie des intrants celle des deux exploitations sur la commune n'étant pas biologique.

08/10/19 : Niort: Le réaménagement du boulevard Main, entre le Moulin du Roc et le quai Métayer, a débuté en janvier. A partir du 21/10, la voie qui longe le port Boinot sera définitivement fermée aux véhicules et la circulation basculée sur la nouvelle voie.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 22/10/19 | Agence d'Urbanisme Atlantique et Pyrénées (AUDAP) enquête sur la marche

    Lire

    La marche, le mode de déplacement le plus courant, fait l’objet de peu d’actions spécifiques. L'AUDAP, et le Syndicat des mobilités Pays Basque – Adour, le Syndicat Mixte Pau Béarn Mobilités, et les Communautés de communes du Seignanx et du Pays de Nay, ont engagé un travail pour identifier les actions permettant de favoriser les pratiques piétonnes «utilitaires» (se rendre au travail, faire ses courses, rejoindre l'arrêt de bus…). 1ère étape: dresser un diagnostic. Pour ce faire un questionnaire ouvert à tous est accessible en ligne et des visites de terrains sont aussi organisées.

  • 21/10/19 | Grève des biologistes: les préconisations de l'Agence Régionale de Santé

    Lire

    Face au mouvement de grève des biologistes prévu les 22, 23 et 24 octobre, qui devrait être assez largement suivi en Nouvelle-Aquitaine, l'ARS préconise au public de ne pas se rendre pendant ces 3 jours dans leur Laboratoire d’analyses biologiques habituel et de reporter à compter du 25 octobre les analyses considérées comme non urgente par leur médecin traitant ou leur infirmière. Les demandes d’analyses biologiques urgentes pourront être prises en charge, dans les laboratoires signalés sur le site de l’ARS. Objectif: éviter d'orienter massivement des patients vers les services des Urgences.

  • 21/10/19 | 85 nouvelles places d’hébergement en Charente

    Lire

    En Charente, les dispositifs d’accompagnement accueillent actuellement 137 réfugiés et 400 demandeurs d’asile. A compter de ce 21 octobre, les communes de Ruffec et Confolens accueilleront 45 réfugiés au sein de 2 centres provisoires d’hébergement alors que les communes de Chasseneuil-sur-Bonnieure, Chabanais et Excideuil vont accueillir 40 réfugiés.

  • 21/10/19 | L'ancien député communiste du Nontronnais, René Hutin est décédé

    Lire

    René Dutin, ancien député communiste du Périgord vert est décédé vendredi 18 octobre à l'âge de 85 ans. Né à Abjat-sur-Bandiat, il a débuté sa carrière politique en tant que maire communiste de Saint-Estèphe en 1965 où il est élu à l'âge de 32 ans. Élu pendant 36 ans, il a également été conseiller général du canton de Nontron de 1979 à 2011. En 1997, il devient député de la troisième circonscription de la Dordogne. Il perd sa députation en 2002 au profit de Frédéric de Saint Sernin.

  • 21/10/19 | France 3 Limousin lance la campagne des municipales

    Lire

    France 3 Limousin a décidé de mettre les municipales en lumière dans son émission Dimanche en politique en recevant les maires des 4 plus grandes villes de l'ex-Limousin : Brive, Tulle, Guéret, Limoges. Bilans, projets, réussites, échecs. Les opposants auront également la parole. Frédéric Soulier maire (LR) de Brive depuis 2014, et officiellement candidat à sa propre succession, a été le premier à se lancer dans la première émission de cette série, ce dimanche 20 octobre.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Agriculture | Aider les exploitations périgourdines à la transition énergétique

11/07/2019 | La SEM 24 Périgord énergies et la chambre d'agriculture ont signé une convention pour aider les exploitations à monter des projets dans les énergies renouvelables.

Un exemple de bâtiment agricole équipé de panneaux photovoltaïques

La SEM 24 Périgord énergies, filiale du syndicat départemental d'énergies, a passé une convention avec la chambre d'agriculture de la Dordogne pour une durée de cinq ans. Le but est d'aider les exploitants agricoles qui souhaitent investir un bâtiment en y associant un projet d'énergies renouvelables, en les accompagnant et en mettant en place des services associés. Les deux organismes ont souhaité jouer la carte locale en faisant appel à des entreprises de Dordogne. Il s'agit aussi de permettre à l'agriculteur de créer à terme une ressource financière complémentaire.

Les exploitants agricoles ont souvent besoin de bâtiments supplémentaires pour gagner en capacité de stockage en fourrages et en matériels. Pourquoi ne pas associer à ce projet, des énergies renouvelables, par exemple une toiture recouverte de panneaux photovoltaiques et contribuer ainsi à la transition énergétique. Face à la multiplication des acteurs dans ce domaine, qui prospectent dans les fermes,  la chambre d'agriculture vient de faire le choix de la SEM 24 Périgord énergies, en signant une convention avec cet organisme. "On a désormais un interlocuteur local qui connait parfaitement le territoire pour accompagner les agriculteurs et surtout assurer le suivi de ce type de projets.  C'est  aussi une façon pour le monde agricole de contribuer à la transition climatique,"  indique Jean-Philippe Granger, président de la chambre d'agriculture. Pour la SEM 24 Périgord énergies, filiale du Syndicat départemental d'énergies (qui est un service public), "le circuit court énergétique est une réalité pour nous", souligne Philippe Ducène, son président. "On va tenir l'objectif des 32 % d'énergies renouvelables produits sur place d'ici 2030, demandé par la COP 21. De part  notre conseil d'administration composé d'élus ruraux, nous avons une bonne connaissance des territoires ruraux et sommes sensibles à la situation des agriculteurs." Actuellement, 24 bâtiments équipés de panneaux photovoltaiques sont ficelés, raccordés ou en passe d'être raccordés dont cinq bâtiments agricoles. "Au terme d'un an de projets, en septembre, on atteindra une production de 20 méga watts, soit l'équivalent de 16 000 Périgourdins en consommation annuelle d'électricité hors chauffage. Le monde agricole est en train d'y prendre toute sa part, précise Philippe Ducène. 
L'exploitant intéressé par ce type de projet doit soit contacter la chambre d'agriculture ou la SEM 24 Périgord énergies. La SEM 24 prend en charge l'étude de faisabilité du projet, le dépôt du permis de construire, la construction du bâtiment. L'agriculteur met à disposition le foncier et le coût du raccordement au réseau et les travaux de terrassement.
"L'agriculteur qui fait faire son bâtiment auprès de SEM 24, récupère 10 % du chiffre d'affaires de la valeur de la production d'électricité entre la 20e et 30 e année. L'exploitant ne paie pas le bâtiment" explique Jean Philippe Granger. La SEM 24 met un point d'honneur à ne travailler qu'avec des entreprises locales et  a travaillé avec les communautés de communes pour mettre au point un type de construction qui d'un point de vue architecutal ne dénote pas dans le paysage. L'accent a également été mis sur la maintenance, et le suivi. La SEM 24 Périgord énergies, exclut pour l'instant de travailler sur l' éolien mais souhaite développer d'autres projets notamment autour de l'hydroélectricité. 

 

Claude-Hélène Yvard
Par Claude-Hélène Yvard

Crédit Photo : chambre d'agriculture de la Dordogne

Inno'action et agricultureCet article fait partie du dossier

Voir les autres articles de ce dossier
Partager sur Facebook
Vu par vous
10416
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 24 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr