Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

15/10/21 : Saint-Médard en Jalles poursuit sa concertation sur son futur "Plan vélo et autres mobilités actives" pour déterminer les actions à prévoir en terme d'aménagement, d'éducation, de prévention ou de promotion. Rdv le 18 octobre et le 3 novembre+ d'info

15/10/21 : Rencontres, animations, spectacle, exposition, ciné-débats, atelier, handisport... Du 2 au 16 novembre, la 8ème édition de la Quinzaine de l'Egalité et la Diversité débarque à Bordeaux et dans la métropole. Une fois encore le programme sera riche !+ d'info

15/10/21 : Talence organise samedi 16 octobre de 10h à 19h, une journée consacrée aux sports, mis à l’honneur avec une "Journée olympique" et la "course des 5 et 10 km" : un grand rendez-vous sportif afin de préparer les JO de Paris 2024 et soutenir nos athlètes+ d'info

07/10/21 : À partir du 17 décembre, Volotea proposera une nouvelle ligne au départ de l’aéroport de Bordeaux-Mérignac à destination de l’aéroport de Lille 2 fois par semaine en décembre et en janvier puis 6 fois par semaine à partir d’avril 2022.

07/10/21 : Dans le cadre des travaux de la déviation du Taillan-Médoc, la section à 2x2 voies de la RD 1215E1, route à grand trafic, sera réduite à 1 voie dans le sens Bordeaux-Le Verdon, du 11/10 au 11/11 et dans le sens Le Verdon-Bordeaux, du 18 au 19 octobre

07/10/21 : Du 1er au 10 octobre, partout en Nouvelle-Aquitaine, la Fête de la science permet à toutes et tous de découvrir la science et les scientifiques avec des rencontres, conférences, cafés-sciences, expositions, ateliers, etc.+ d'info

05/10/21 : L'Etat et la Région ont sélectionné 17 nouveaux lauréats au fonds d’accélération des investissements industriels dans le cadre du plan France Relance. Ces 17 projets représentent 6 M€ de subventions sur un total pour l'heure de 63 M€ et 126 lauréats.+ d'info

05/10/21 : Au 31 juillet 2021, l’État a investi au titre de son plan France Relance 2,75 Mds € en Nouvelle-Aquitaine dont 770 M€ pour le volet transition écologique, 924 M€ pour le volet compétitivité et plus d’1Md pour le volet cohésion sociale et territoriale

01/10/21 : Randonnées découverte en journée ou en soirée de la faune, de la flore, de la géologie, balades contées, expositions, jeux de piste… Ces 2 et 3 octobre, la Région Nouvelle-Aquitaine organise les "48h Nature". Tout le programme sut 48hnature.fr+ d'info

30/09/21 : Jusqu'au 13 octobre, l’asso SOLINUM organise une expo photo à la Halle des Douves à Bordeaux “Clichés d’une hébergée” consacrée au dispositif d’hébergement solidaire Merci pour l’invit destiné aux femmes sans-abri, à travers le parcours de 2 d'entre elles+ d'info

30/09/21 : La deuxième phase des finales nationales des 46èmes Olympiades des Métiers est prévue à Lyon du 13 au 15 janvier 2022. Parmi les jeunes candidats, ils seront 57 à défendre les couleurs de la Nouvelle-Aquitaine !

28/09/21 : La Ville de Bruges et Bordeaux Métropole vont engager une importante opération d’aménagement du quartier Terrefort. Afin de recueillir l’avis des habitants et usagers de la zone, différentes dates de concertation sont proposées du 2 octobre au 8 novembre+ d'info

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 15/10/21 | Bordeaux sensibilise au changement climatique

    Lire

    La Ville de Bordeaux, en partenariat avec l'association « La Fresque du Climat », organise tous les samedis, du 16 octobre au 4 décembre de 14h30 à 16h30 place Pey Berland, une action de sensibilisation pour comprendre le changement climatique. Autour d'une fresque quiz, l'association propose d'une manière ludique une animation pour comprendre ce changement.

  • 15/10/21 | Niort reçoit le Forum National de l'ESS

    Lire

    Du 19 au 21 octobre, la ville de Niort va accueillir la 6ème édition du Forum national de l'ESS et de l'Innovation Sociale. L'objectif de ces 3 jours va être de démontrer la plus-value sociétale de l'ESS pour les territoires, de montrer la modernité et le dynamisme de l'ESS mais aussi d'inventer des réponses novatrices dans les secteurs clés de la société et de l'économie. Trois grands axes vont être abordés autour de temps forts, de conférences et de convivialité : Un monde qui coopère, La résilience et La préservation et le développement des communs.

  • 15/10/21 | Le FAB sur le fil

    Lire

    Le Festival International des Arts de Bordeaux Métropole (FAB) bat son plein et se tient jusqu'au 23 octobre prochain. Pour cette nouvelle édition 2 évènements investissent l'espace public notamment « Lignes Ouvertes » dimanche 17 octobre. A 17h, au Parc Pinçon de Bordeaux, Tatiana-Mosio Bongonga évoluera sur un fil à 35 mètres de haut sans attache. Pour cet artiste, « avancer et franchir des obstacles, ce n'est pas enfouir ses peur mais les accepter ». L'ascension sera sécurisée par les habitants du quartier volontaires.

  • 15/10/21 | 24 espaces France services désormais disponibles en Dordogne

    Lire

    En Dordogne, un plan de déploiement de 31 espaces France Service a été établi par les services de l’État et les collectivités. Cinq autres espaces ont également été labellisés le 11 octobre. Ils sont implantés sur les communes de Saint Aulaye-Puymangou, Le Bugue, Sarlat-la-Canéda, Ribérac, Saint-Pardoux la Rivière. 24 espaces France services sont désormais disponibles en Dordogne. 9 autres espaces sont en cours de labellisation ou en projet.

  • 14/10/21 | Deux-Sèvres : « Ton exploitation m'intéresse »

    Lire

    La Chambre d'Agriculture des Deux-Sèvres vient de mettre en ligne sur son site internet une nouvelle page dédiée à la reprise d'exploitation. « Ton exploitation m'intéresse » permet aux cédants de trouver un repreneur en consultant les petites annonces des candidats à l'installation. Le Répertoire départ installation, permet quant à lui, aux candidats à l'installation de trouver une exploitation. Plus d'infos

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Agriculture | Amandine et Emmanuel Cantet : La reconversion agricole en couple, "être conscient de ce que l'on fait, y croire et foncer !"

14/05/2021 | Amandine et Emmanuel Cantet se sont reconvertis ensemble à l'élevage caprin et ovin. Une nouvelle aventure professionnelle et familiale.

1

Amandine et Emmanuel Cantet ont choisi de commencer une nouvelle vie. Une vie sans patron, sans deux jours qui se ressemblent et leur permettant de voir leurs enfants grandir. Une nouvelle vie professionnelle, un projet de couple aussi, car c'est ensemble qu'ils ont décidé de lâcher leur métier respectif pour se lancer en agriculture, dans l'élevage caprin lait et ovin viande. En prenant le temps de se former, et en pleine conscience d'une page tournée définitivement. La nouvelle aventure a démarré en août 2020, à Vasles en Deux-Sèvres. Depuis, ils ne regrettent rien.

Emmanuel était conducteur d'engins dans une scierie près de Niort après en avoir déjà occupé tous les autres postes. Avant cela il a été chef d'entreprise dans le secteur des travaux publics. Amandine, elle, a connu plusieurs postes dans la vente, de la grande distribution à la boutique d'artisanat. Mais, pour tous les deux, aux alentours de 30 - 35 ans la sensation « d'avoir fait le tour » de leurs métiers s'est imposée. Pour lui aussi, l'envie de retrouver cette liberté d'être son propre patron et de profiter de ses enfants plus et mieux que ne le permettent des horaires en 5x8, week-end compris... Bref, « une envie de changement ! » résume Amandine tout aussi convaincue par l'idée d'un projet plus familial que professionnel.

Apprendre et pratiquer avant de se lancer
Et pour changer ils ont changé ! Depuis le 1er août 2020, ils sont désormais installés en élevage ovin et caprin. Leur projet d'installation n'envisageait que l'élevage caprin lait, mais quand ils ont trouvé cette exploitation à Vasles qui cochaient toutes les cases de leurs envies, avec la maison sur place, et sans voisin proche, ils ont aussi pris le troupeau de brebis qui allait avec... Mais le changement, surtout quand il est aussi radical, ça ne se fait pas en un claquement de doigts. Il a fallu apprendre et pratiquer avant de se lancer.

Amandine est même retournée sur les bancs de l'école, au lycée professionnel de Melle pour suivre un Brevet Professionnel Responsable d'Exploitation Agricole permettant d'obtenir la capacité professionnelle agricole nécessaire à l'obtention de la Dotation jeune agriculteur (DJA). « C'est une formation de 9 mois avec 12 semaines de stage qui permet de découvrir l'agriculture, et de donner les bases du métier », explique la jeune femme. S'il y avait bien l'enjeu financier de la DJA, l'idée pour elle, s'était aussi de se rassurer. Elle l'avoue franchement,  « je n'y connaissais vraiment rien du tout à l'agriculture ! ».

Amandine et Emmanuel Cantet se sont reconvertis ensemble à l'élevage caprin et ovin. Ils ont pour projet de développer leur troupeau caprin avec la race Alpine

Professionnalisation intense mais efficace
Emmanuel quant à lui était moins novice en la matière. « J'avais déjà plus ou moins un pied dans l'agricole. Mes grands-parents maternels et paternels étaient agriculteurs, mais aussi des oncles et des cousins auxquels j'ai déjà donné des coups de mains. Mes parents ont aussi des terres en propriété que je cultivais gracieusement pour eux. L'agriculture ce n'était pas un domaine inconnu pour moi". Pas inconnu certes, mais pas de là à s'improviser du jour au lendemain éleveur de 250 chèvres en lactation...

Après le BPREA d'Amandine, le couple a donc suivi 9 mois de stages de préparation à l'installation. « Ces stages nous ont permis de travailler dans différentes exploitations et de voir différents systèmes, différents troupeaux, du gros au petit... Et en 9 mois, de pouvoir voir le cycle complet d'une chèvre au lieu d'un an », décrit Amandine. Une manière de gagner du temps et du savoir-faire technique. « On en a eu besoin de ces 9 mois, reconnaît aussi son mari. La chèvre est quand même très technique, car c'est un animal fragile. Et puis ça nous a rassurés sur notre projet aussi. » En bref, l'opportunité d'avoir « de bonnes bases », a aussi plu aux banquiers qui ont vu d'un bon oeil cette professionnalisation certes intense mais efficace.

Ce parcours de formation, du BPREA aux stages, en passant la Validation des Acquis de l'Expérience qui attend Emmanuel Cantet en fin d'année, c'est la Chambre d'agriculture et leur conseillère caprin qui ont permis de le mettre en place. « Pour défendre notre projet, elle a organisé une sorte de table ronde avec la laiterie, les banquiers... pour trouver des solutions pour pouvoir réaliser notre projet », détaille-t-il encore reconnaissant. Et tout cela s'est fait très vite. « Quand nous avons toqué à la porte de la Chambre d'agriculture, fin 2018, on nous a dit qu'une session BPREA commençait dès le mois suivant... », et tout s'est enchaîné non stop.

250 chèvres en lactation et 60 brebis
Mais l'arrivée sur l'exploitation en elle-même, a été par contre un peu plus compliquée. Plus de travail que prévu attendait en effet Emmanuel et Amandine. A cela, se sont ajoutés la réfection et le réaménagement des bâtiments, très anciens, pour qu'ils correspondent au mieux à leur propre projet d'exploitation, à leur confort de travail et au confort de leurs animaux. Outre les 250 chèvres en lactation, sont également là une centaine de chevrettes pour le renouvellement et le développement du troupeau. Côté brebis, il y a une soixantaine de mères, mais ici « l'objectif est pour l'heure de réduire un peu le troupeau », pour que les terres (57 ha au total dont la majorité en fermage) puissent davantage être consacrés au fourrage des chèvres qu'à de la prairie pour mouton.
Mais il y a eu aussi une bonne surprise : le Label Rouge Agneaux Poitou-Charente Agneaux fermier « Le Diamandin » sur l'élevage ovin. Une vraie bonne nouvelle pour le couple car la « viande est mieux valorisée et c'est aussi une reconnaissance et une fierté de notre travail ! »

Amandine et Emmanuel Cantet se sont reconvertis ensemble à l'élevage caprin et ovin. Une nouvelle aventure professionnelle et familiale


Plusieurs envies pour la suite
Après un an de dur labeur, la satisfaction est au rendez-vous pour Amandine et Emmanuel. « Mise à part l'impératif de la traite, matin et soir, on reste libre de notre gestion du temps, c'est agréable, tout comme c'est agréable de travailler avec ces animaux », se réjouissent les nouveaux agriculteurs pleins d'attentions pour leurs bêtes.

Quant à l'avenir ? « On va continuer sur l'objectif d'augmenter le troupeau caprin, principalement avec la race Alpine comme c'était prévu ». Il y a aussi un projet de monter un nouveau bâtiment de stockage et l'installation de photovoltaïque pour permettre la réfection des toitures des vieux bâtiments. « On a aussi plusieurs envies pour la suite: pourquoi pas avoir quelques bovins et porcs pour faire de l'autoconsommation... On pense aussi à essayer de valoriser les agneaux en faisant de la vente directe et peut-être aussi au niveau des bovins si on est amené à en avoir....» .

Quoiqu'il en soit pour Emmanuel et Amandine, les projets à venir, tout comme celui du choix de l'installation ne laisseront pas de place ni au hasard, ni au doute. « Il faut être conscient de ce que l'on fait et ne pas se dire qu'on pourra tout lâcher du jour lendemain. Il faut croire en son projet. A partir du moment où on y croit, il faut foncer ! »

Solène Méric et Julien Privat
Par Solène Méric et Julien Privat

Crédit Photo : Julien Privat

Partager sur Facebook
Vu par vous
17807
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture<script src=" />
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 19 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr