Devenez actionnaire d'aqui.fr

21/01/22 : Hermione Académie, la mission formation de l’Association Hermione – La Fayette réunit désormais plusieurs formations: le cycle « Savoir-être, savoir-faire, savoir agir », les séminaires « Esprit d’équipage » et le programme « Engagement citoyen ».+ d'info

21/01/22 : Du 27 janvier au 31 mars, un centre de dépistage du Covid-19 va être installé au pied du Château Diable à Cenon. De 13h à 16h, sur rdv la population pourra réaliser des tests antigéniques. Les rdv doivent être pris sur Doctolib.

20/01/22 : En Dordogne, la disparition de Gaspard Ulliel, hier à l'âge de 37 ans, laisse le souvenir d'un jeune homme charmant et sympathique. L'acteur avait tourné "Jacquou le Croquant" en Dordogne. L'avant-première avait eu lieu à Montignac en janvier 2007.

19/01/22 : Bayonne lance la seconde édition de son budget participatif doté de 300 000 euros. Dès 9 ans, les habitants proposent des projets liés au vivre ensemble et au développement durable. Ils sont sélectionnés et soumis au vote. Puis la Ville réalise!+ d'info

17/01/22 : Le 22 mars, c'est à Cognac en Charente que se tiendra la première cérémonie des nouveaux étoilés du Guide Michelin en région. L'occasion, selon le guide rouge, de mettre en lumière “une ville et un territoire qui témoignent de l’excellence française”.

12/01/22 : Ce 12 janvier, le centre de vaccination de Pau ouvre 2 lignes de vaccination pour les enfants de 5 à 11 ans. Soit une capacité de 60 rendez-vous pédiatriques journaliers. La présence d'un des 2 parents est obligatoire pour répondre au questionnaire médica+ d'info

10/01/22 : Les Pyrénées-Atlantiques sont placés en vigilance rouge crues depuis hier. Les tronçons du Gave d'Oloron, Gave de Pau Béarnais ou encore du Saison risquent de vivre ce lundi des crues comparables voire supérieures à celles, record, de décembre 2021.

10/01/22 : Les Pyrénées-Atlantiques sont placés en vigilance rouge pluies et inondations depuis hier. Entre dimanche et lundi, on attend des cumuls de 50 à 80 mm en plaine, 100 à 130 mm sur les premiers contreforts, vallées et piémont, 150 à 250 mm en montagne.

07/01/22 : Football: le Bergerac Périgord Football club, dernier club aquitain en lice, devra se délocaliser pour recevoir l’AS Saint-Étienne en 8es de finale de la Coupe de France. Le match aura lieu au stade Francis-Rongiéras de Périgueux, le 30 janvier.

06/01/22 : START-UP : Les acteurs technologiques et innovants de Nouvelle-Aquitaine ont levé plus de 280 millions d'euros en 2021. Un record historique confirmé au 4ème trimestre avec 11 opérations et un peu plus de 28M€ levés.

06/01/22 : Le musée des Beaux-Arts de Libourne annonce une bonne nouvelle en ce début d'année : l'exposition "Toulouse-Lautrec, la naissance d’un artiste" qui aurait du s'achever au 9 janvier, joue les prolongation jusqu’au 16 janvier 2022 ! A voir!+ d'info

06/01/22 : Pyrénées-Atlantiques - Céline Dumerc, manager générale et ancienne capitaine de l’équipe de France féminine de basket vient d'être nommée Chevalier de l'ordre national de la Légion d'honneur au titre de la promotion civile du 1er janvier 2022.

02/01/22 : Coupe de France : Bergerac est en huitièmes de finales de Coupe de France de football. Les Bergeracois ont remporté leur match face à Créteil aux tirs au but (5 à 4). Au tour précédent, ils avaient battu Metz pensionnaire de ligue 1 aux tirs au but.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 21/01/22 | SNCF Réseau annonce un trafic régional "très perturbé" lundi

    Lire

    Du 23 janvier 19h au 25 janvier 8h, de fortes perturbations sont à prévoir sur le réseau ferroviaire suite à un mouvement social des aiguilleurs de la SNCF en Nouvelle-Aquitaine. Le trafic sera très perturbé lundi au sud de Poitiers. Quelques circulations seront assurées sur la LGV entre Paris et Bordeaux durant la journée de lundi mais aucune au sud de Bordeaux. Le trafic régional sera quant à lui très faible.

  • 21/01/22 | Unités de méthanisation et de méthanation de Lescar: le chantier démarre

    Lire

    Sur le site Cap Ecologia à Lescar, près de Pau, l'ambitieux projet de transformation de l'usine de dépollution des eaux usées en unité de production de ressources énergétiques décarbonées démarre aujourd'hui avec la pose des premières pierres des usines de méthanisation et de méthanation du projet pensé par Suez. Les boues permettront de produire du biométhane, du biochar, du compostage mais aussi indirectement du méthane de synthèse... Objectif a terme de cet équipement: réduire les émissions de CO² de l'agglomération de 550 t/an.

  • 21/01/22 | À Brive, il va y avoir du sport !

    Lire

    Afin de s’immiscer dans l’aventure des Jeux Olympiques de Paris qui se dérouleront en 2024, la ville de Brive et son Agglo ont obtenu les labels « Terre de Jeux 2024 » et « Centre de Préparation aux Jeux ». C’est l’occasion pour la ville corrézienne d’accueillir des délégations et clubs français et étrangers, en plus d’organiser des manifestations sportives importantes comme le meeting national d’Athlétisme qui se déroulera le 12 juin prochain. Plus d’infos sur http://www.brive.fr/

  • 21/01/22 | En Dordogne, les dépenses sociales grimpent

    Lire

    Le débat des orientations budgétaires du Département de la Dordogne a mis en lumière la forte hausse des dépenses sociales. Elles sont en augmentation de 4,5 % par an, soit 11 M€. Ce sont le RSA et le secteur de l'aide sociale à l'enfance qui enregistrent les plus fortes augmentations. L'Etat ne compense pas intégralement. En 2021, les dépenses sociales en Dordogne ont représenté 258 M€. Elles devraient atteindre 273 M€ cette année, soit une progression de 6 %.

  • 20/01/22 | H5N1 : face à sa diffusion, la stratégie de lutte s'intensifie encore

    Lire

    Le ministère de l'agriculture vient d'annoncer « le dépeuplement préventif de toutes les volailles et palmipèdes d’une zone géographique caractérisée par de nombreux foyers est désormais nécessaire au-delà des mesures actuelles visant l’élimination des foyers et le dépeuplement préventif autour des foyers ». 226 communes (39 dans le Gers, 161 dans les Landes et 26 dans les Pyrénées-Atlantiques), sont concernées, soit environ 1,5 million d’animaux, en plus des 1,5 million déjà dépeuplés. Consultée sur ces mesures, c'est « un nouveau traumatisme pour la filière avicole », assure la profession.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Agriculture | Amandine et Emmanuel Cantet : La reconversion agricole en couple, "être conscient de ce que l'on fait, y croire et foncer !"

14/05/2021 | Amandine et Emmanuel Cantet se sont reconvertis ensemble à l'élevage caprin et ovin. Une nouvelle aventure professionnelle et familiale.

1

Amandine et Emmanuel Cantet ont choisi de commencer une nouvelle vie. Une vie sans patron, sans deux jours qui se ressemblent et leur permettant de voir leurs enfants grandir. Une nouvelle vie professionnelle, un projet de couple aussi, car c'est ensemble qu'ils ont décidé de lâcher leur métier respectif pour se lancer en agriculture, dans l'élevage caprin lait et ovin viande. En prenant le temps de se former, et en pleine conscience d'une page tournée définitivement. La nouvelle aventure a démarré en août 2020, à Vasles en Deux-Sèvres. Depuis, ils ne regrettent rien.

Emmanuel était conducteur d'engins dans une scierie près de Niort après en avoir déjà occupé tous les autres postes. Avant cela il a été chef d'entreprise dans le secteur des travaux publics. Amandine, elle, a connu plusieurs postes dans la vente, de la grande distribution à la boutique d'artisanat. Mais, pour tous les deux, aux alentours de 30 - 35 ans la sensation « d'avoir fait le tour » de leurs métiers s'est imposée. Pour lui aussi, l'envie de retrouver cette liberté d'être son propre patron et de profiter de ses enfants plus et mieux que ne le permettent des horaires en 5x8, week-end compris... Bref, « une envie de changement ! » résume Amandine tout aussi convaincue par l'idée d'un projet plus familial que professionnel.

Apprendre et pratiquer avant de se lancer
Et pour changer ils ont changé ! Depuis le 1er août 2020, ils sont désormais installés en élevage ovin et caprin. Leur projet d'installation n'envisageait que l'élevage caprin lait, mais quand ils ont trouvé cette exploitation à Vasles qui cochaient toutes les cases de leurs envies, avec la maison sur place, et sans voisin proche, ils ont aussi pris le troupeau de brebis qui allait avec... Mais le changement, surtout quand il est aussi radical, ça ne se fait pas en un claquement de doigts. Il a fallu apprendre et pratiquer avant de se lancer.

Amandine est même retournée sur les bancs de l'école, au lycée professionnel de Melle pour suivre un Brevet Professionnel Responsable d'Exploitation Agricole permettant d'obtenir la capacité professionnelle agricole nécessaire à l'obtention de la Dotation jeune agriculteur (DJA). « C'est une formation de 9 mois avec 12 semaines de stage qui permet de découvrir l'agriculture, et de donner les bases du métier », explique la jeune femme. S'il y avait bien l'enjeu financier de la DJA, l'idée pour elle, s'était aussi de se rassurer. Elle l'avoue franchement,  « je n'y connaissais vraiment rien du tout à l'agriculture ! ».

Amandine et Emmanuel Cantet se sont reconvertis ensemble à l'élevage caprin et ovin. Ils ont pour projet de développer leur troupeau caprin avec la race Alpine

Professionnalisation intense mais efficace
Emmanuel quant à lui était moins novice en la matière. « J'avais déjà plus ou moins un pied dans l'agricole. Mes grands-parents maternels et paternels étaient agriculteurs, mais aussi des oncles et des cousins auxquels j'ai déjà donné des coups de mains. Mes parents ont aussi des terres en propriété que je cultivais gracieusement pour eux. L'agriculture ce n'était pas un domaine inconnu pour moi". Pas inconnu certes, mais pas de là à s'improviser du jour au lendemain éleveur de 250 chèvres en lactation...

Après le BPREA d'Amandine, le couple a donc suivi 9 mois de stages de préparation à l'installation. « Ces stages nous ont permis de travailler dans différentes exploitations et de voir différents systèmes, différents troupeaux, du gros au petit... Et en 9 mois, de pouvoir voir le cycle complet d'une chèvre au lieu d'un an », décrit Amandine. Une manière de gagner du temps et du savoir-faire technique. « On en a eu besoin de ces 9 mois, reconnaît aussi son mari. La chèvre est quand même très technique, car c'est un animal fragile. Et puis ça nous a rassurés sur notre projet aussi. » En bref, l'opportunité d'avoir « de bonnes bases », a aussi plu aux banquiers qui ont vu d'un bon oeil cette professionnalisation certes intense mais efficace.

Ce parcours de formation, du BPREA aux stages, en passant la Validation des Acquis de l'Expérience qui attend Emmanuel Cantet en fin d'année, c'est la Chambre d'agriculture et leur conseillère caprin qui ont permis de le mettre en place. « Pour défendre notre projet, elle a organisé une sorte de table ronde avec la laiterie, les banquiers... pour trouver des solutions pour pouvoir réaliser notre projet », détaille-t-il encore reconnaissant. Et tout cela s'est fait très vite. « Quand nous avons toqué à la porte de la Chambre d'agriculture, fin 2018, on nous a dit qu'une session BPREA commençait dès le mois suivant... », et tout s'est enchaîné non stop.

250 chèvres en lactation et 60 brebis
Mais l'arrivée sur l'exploitation en elle-même, a été par contre un peu plus compliquée. Plus de travail que prévu attendait en effet Emmanuel et Amandine. A cela, se sont ajoutés la réfection et le réaménagement des bâtiments, très anciens, pour qu'ils correspondent au mieux à leur propre projet d'exploitation, à leur confort de travail et au confort de leurs animaux. Outre les 250 chèvres en lactation, sont également là une centaine de chevrettes pour le renouvellement et le développement du troupeau. Côté brebis, il y a une soixantaine de mères, mais ici « l'objectif est pour l'heure de réduire un peu le troupeau », pour que les terres (57 ha au total dont la majorité en fermage) puissent davantage être consacrés au fourrage des chèvres qu'à de la prairie pour mouton.
Mais il y a eu aussi une bonne surprise : le Label Rouge Agneaux Poitou-Charente Agneaux fermier « Le Diamandin » sur l'élevage ovin. Une vraie bonne nouvelle pour le couple car la « viande est mieux valorisée et c'est aussi une reconnaissance et une fierté de notre travail ! »

Amandine et Emmanuel Cantet se sont reconvertis ensemble à l'élevage caprin et ovin. Une nouvelle aventure professionnelle et familiale


Plusieurs envies pour la suite
Après un an de dur labeur, la satisfaction est au rendez-vous pour Amandine et Emmanuel. « Mise à part l'impératif de la traite, matin et soir, on reste libre de notre gestion du temps, c'est agréable, tout comme c'est agréable de travailler avec ces animaux », se réjouissent les nouveaux agriculteurs pleins d'attentions pour leurs bêtes.

Quant à l'avenir ? « On va continuer sur l'objectif d'augmenter le troupeau caprin, principalement avec la race Alpine comme c'était prévu ». Il y a aussi un projet de monter un nouveau bâtiment de stockage et l'installation de photovoltaïque pour permettre la réfection des toitures des vieux bâtiments. « On a aussi plusieurs envies pour la suite: pourquoi pas avoir quelques bovins et porcs pour faire de l'autoconsommation... On pense aussi à essayer de valoriser les agneaux en faisant de la vente directe et peut-être aussi au niveau des bovins si on est amené à en avoir....» .

Quoiqu'il en soit pour Emmanuel et Amandine, les projets à venir, tout comme celui du choix de l'installation ne laisseront pas de place ni au hasard, ni au doute. « Il faut être conscient de ce que l'on fait et ne pas se dire qu'on pourra tout lâcher du jour lendemain. Il faut croire en son projet. A partir du moment où on y croit, il faut foncer ! »

Solène Méric et Julien Privat
Par Solène Méric et Julien Privat

Crédit Photo : Julien Privat

Partager sur Facebook
Vu par vous
22028
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture<script src=" />
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 24 + 7 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr