Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

15/08/18 : Charente: 6 communes viennent d'être reconnues en état de catastrophe naturelle, suite à des mouvements de terrains liés à la sécheresse, survenue entre janvier et juin 2017. Il s'agit de Balzac, Chalais, La Couronne, Fouquebrune, Linars et Nabinaud.

06/08/18 : Dominique Laurent, sous préfète de Bergerac depuis quatre ans, vient d'être nommée à ce même poste à Guingamp (22). Stéphanie Monteuil, sous préfète de Saint-Jean-d'Angely (17) lui succède et prendra ses fonctions le 27 août.

06/08/18 : Jean-Philippe Dargent vient d'être nommé sous-préêfet de Lesparre-Médoc en remplacement de Claude Gobin. Il est actuellement directeur à la citoyenneté, de la légalité et du développement territorial à la préfecture des Pyrénées-Atlantiques.

04/08/18 : Le meeting aérien de Belvès(24), le 15 août, est maintenu. L’Aéroclub Belvès Périgord a pris la décision de ne pas annuler la manifestation, suite au décès de son président. Lundi Alain Valleron a trouvé la mort dans le crash du Cessna qu’il pilotait.

03/08/18 : Jean-Philippe DARGENT nommé le 31 juillet sous-préfet de Lesparre-Médoc prendra ses fonctions le 3 septembre. Il était directeur de la citoyenneté, de la légalité et du développement territorial à la préfecture des Pyrénées-Atlantiques (64)

03/08/18 : Renforcement des mesures de limitation de prélèvements d’eau dans le 47 sur les cours d’eau non réalimentés. Ces restrictions impactent environ 2% de la surface agricole irriguée, 95% des surfaces irriguées bénéficiant de ressources en eau sécurisées

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 19/08/18 | La mobilité durable s'expose à Irun

    Lire

    Le Parc d’Expositions Ficoba à Irun, au Cœur de l’Eurorégion Euskadi-Navarre-Aquitaine, accueillera les 27 et 28 novembre le salon Go Mobility, la 1ère exposition industrielle du Sud de l’Europe sur la mobilité durable. Point de rencontre des professionnels, des territoires et des entreprises consacrées au secteur de la mobilité durable et au stockage d’énergie, il vise à encourager les échanges à forte valeur ajoutée et favoriser les projets innovants et la transformation industrielle du territoire. Au menu : une zone d’exposition, des conférences et tables rondes et une zone de test.l*

  • 18/08/18 | Jürgen Essel en concert à La Réole

    Lire

    Privilège pour La Réole qui accueille le 26 août à 16h l'organiste allemand de renommée internationale Jürgen Essel en résidence dans le Réolais. Accueilli par les Amis de l’Orgue de La Réole l'organiste donnera un concert exceptionnel. Jürgen Essel est organiste, compositeur et enseignant à la prestigieuse école de Stuttgart. Interprète et improvisateur son répertoire s’étend de la musique ancienne jusqu’à la création de musique contemporaine. A son actif vingt enregistrements sur CD et des productions conjointes avec de grandes chaînes de radio (Entrée:libre participation) www.orgueslareole.com

  • 18/08/18 | Charente-Maritime : 7 communes reconnues en état de catastrophe naturelle

    Lire

    Suite aux fortes pluies du premier semestre 2018, l'Etat a reconnu 7 communes sinistrées en état de catastrophe naturelle - pour inondations et coulées de boues - publié au Journal Officiel du 15 août 2018 : Fléac-sur-Seugne, Pons, Bazauges, Chaillevette, Champagne, Léoville, Saint-Seurin-de-Palenne. Les sinistrés disposent d’un délai de 10 jours, à compter du 15 août 2018, date de publication de l’arrêté, pour déposer un état estimatif de leurs pertes auprès de leur compagnie d’assurance.

  • 16/08/18 | Charente : le festival de Confolens fête ses 60 ans

    Lire

    Le festival de danses folkloriques du monde de Confolens attire chaque année 100 000 visiteurs. Débutée le 13 aout, cette 60e édition se déroule jusqu'au 19 inclus, avec de nombreux spectacles costumés mais aussi des ateliers de danse ouvert au public. Parmi les pays les plus représentés cette année : la République Dominicaine, le Brésil, le Pérou, la Bolivie, la Moldavie et le Botswana. Onze groupes de nationalités différentes se produiront le dimanche soir pour la soirée de clôture.

  • 15/08/18 | Corrèze: l'agriculture au rdv du numérique

    Lire

    Le 25 août, lors de la 50e édition du Festival de l'élevage de Brive, la Chambre d'agriculture de la Corrèze lance un vaste plan de développement des usages numériques agricoles: AgriNumérik 19. Son objectif: mettre à disposition de tous les agriculteurs volontaires du territoire un smartphone avec des applications et services associés. Une initiative d'ampleur unique en France, sous le regard bienveillant d'Hervé Pillaud, membre du Conseil national du numérique et VP de la Chambre d’agriculture des Pays de la Loire, invité de ce lancement.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Agriculture | Après la grêle, la colère couve dans les vignes du Libournais

13/11/2013 | Lors d'une réunion à Saint-Magne-de-Castillon, les viticulteurs «lassés par les palabres», ont menacé de prendre «le bonnet rouge» pour faire entendre leur colère et leur désespoir

Réunion  organisée par la FDSEA gironde et JA dans le Libournais le 12 novembre 2013

Ce mardi 12 novembre, une soixantaine de viticulteurs sinistrés par les orages de grêle des 26-27 juillet et 2 août 2013 ont répondu présents à l'invitation de la FDSEA de Gironde et des Jeunes Agriculteurs. Objectif de la soirée: faire le point sur les mesures et dispositifs activés par l'Etat, les collectivités ou encore les banques pour les accompagner. Organisée sur l'une des zones les plus touchées par les intempéries, cette réunion a été l'occasion pour certains de faire éclater une colère généralisée visant tout à la fois l'Etat, les collectivités, l'interprofession, voire des syndicats eux-même. Un ras le bol tinté d'un sentiment d'impuissance et de mal être preignant.

C'est à Saint-Magne-de-Castillon déjà qu'au mois d'août dernier Xavier Belin le Président de la FRSEA était venu échanger avec les viticulteurs touchés par la grêle. Ce mardi soir, c'est Philippe Vasseur, Président de la FDSEA de Gironde qui s'est attelé à décrire les dispositifs d'accompagnement mis en œuvre ou encore en préparation.

Chômage partiel à hauteur de 800 000€, achat de vendange, achat de vin, report d'échéances fiscales et sociales, convention de mise à disposition, dégrèvement de taxes sur le foncier non bâti... Autant de mesures déjà mises en œuvre par l'Etat. Les viticulteurs ont également été informés des aides directes (de 1000 à 2500€) ainsi que des cautions d'emprunt mises en place par le Conseil général de Gironde. Du côté des perspectives, Philippe Vasseur a évoqué la mise en place d'un prêt de reconstitution des fonds de roulement à taux 0 grâce à une bonification permise par un financement conjoint de l'Etat, du département et de la région. S'il ne sert à rien de tirer sur le facteur, Philippe Vasseur a tout de même dû esquiver quelques balles perdues de la part des participants globalement déçus des nombreuses annonces faites.

"Ni stocks, ni récolte, ni trésorerie!"Et les critiques ont été multiples. Malgré les tentatives d'explication du syndicaliste et de Thomas Solas, pour les JA, sur le choix du conseil général de n'aider que les exploitants déjà assurés pour inciter les autres à le faire, l'incompréhension et la colère se conjuguent: «Vous nous avez dit que seulement 40% des exploitants sont assurés, ça veut dire que 60% d'entre nous, non assurés, n'auront aucune aide du Conseil général! C'est surprenant!» gronde une viticultrice.
Quand Philippe Vasseur vient préciser que le prêt bonifié ne s'adressera sans doute qu'«à des personnes qui ont des taux de perte élevés», c'est contre l'Etat, l'interprofession et les Organismes de défenses et de gestions(ODG) des appellations que la colère se dirige. «Taux de perte... faudrait voir aussi du côté des taux de stock! Pourquoi beaucoup ne se sont pas assurés pendant des années? Parce que nous avions des stocks, c'était ça notre assurance. Aujourd'hui nous n'avons ni stock, ni récolte, ni trésorerie, il ne nous reste que l'emprunt!»
De la question des VCI (volume complémentaire individuel) à la question des CVU (cotisations volontaires obligatoires) du CIVB, il n'y avait qu'un pas à franchir pour que les viticulteurs ne s'en prennent vertement à Christophe Château, directeur du CIVB. «Cela fait des générations que les viticulteurs donnent au CIVB, nous attendons un retour!». Face à la protestation du directeur selon lesquelles le versement d'argent, directement aux viticulteurs du CIVB est illégal, la réponse est immédiate: «Alors innover! Changer votre manière de fonctionner! Si l'exonération est interdite, ce n'est pas le cas du dégrèvement, c'est écrit nulle part!»

"A Grézillac, déjà 15 propriétés à la vente"Mais derrière cette colère de moins en moins contenue, c'est bien le désespoir d'une partie d'entre eux qui s'exprime. «Il y a 300 suicides par an, là on risque qu'il y en ait d'autres.» Un désespoir porté par un chiffre rappelé par le Président de la FDSEA 33 et dont les viticulteurs ont bien conscience ; c'est une centaine d'exploitations qui pourraient disparaître suite aux aléas climatiques de l'été. «Sur le secteur de Grézillac, 15 propriétés ont déjà été mises à la vente, et ça ne fait que 3 mois qu'il a grêlé!» confirme un viticulteur.
«Il faut arrêter de palabrer avec le Préfet et le Ministre, il faut manifester notre mécontentement!» s'exclame l'un, et dans un brouhaha d'affirmation, un autre lance: «il faut faire voir à nos gouvernants, quel que soit leur bord politique, qu'on est pas contents!», certains s'interrogeant «faudra-t-il mettre le bonnet rouge comme en Bretagne?».
Si pour l'heure aucune décision de manifestation n'a été arrêtée, la solution d'une manifestation pacifiste («on n'est pas là pour casser») n'est pas exclue. Pour autant, pour Philippe Vasseur, l'efficacité de l'action résiderait plus dans l'interpellation des élus, députés, sénateurs et conseillers généraux. Une interpellation qu'il souhaite par ailleurs élargir au problème de la coulure, qui, sur certaines exploitations a diminué la récolte de 50% soit des dégâts comparables à beaucoup d'exploitations touchées par la grêle.

Solène Meric
Par Solène Meric

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
870
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 23 + 14 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr