aqui.fr lance Aqui-Bordeaux-Métropole le 9 novembre 2015

29/09/16 : Alain Rousset:"je l'ai demandée depuis longtemps" après l'annonce de M.Valls qu'à compter du 1er janvier 2018, les régions au lieu de la DGF bénéficieront d'une "fraction de TVA dont l’effet dynamique garantira et pérennisera leurs moyens d’actions"

29/09/16 : Alors que les attaques de vautours sur le bétail augmentent dans les Pyrénées-Atlantiques, Bernard Layre, le président de la FDSEA demande que des tirs de prélèvement soient faits sur ces rapaces, "exactement comme c'est le cas ailleurs pour le loup"

27/09/16 : Le Tribunal administratif de Pau a consulté aujourd'hui mardi le premier des deux recours déposé par les opposants à l'intercommunalité unique du Pays basque. Celui-ci concernait l'étude de la validité de l'arrêté du 18 juillet. Jugement rendu lundi.

27/09/16 : Mme Sonia Penela est nommée sous-préfète, directrice de cabinet de la préfète de la Dordogne. Elle succède à Jean-Philippe Aurignac qui occupe désormais le poste de Secrétaire général de la préfecture du Cantal. Elle prendra ses fonctions le 3 octobre.

23/09/16 : Annulation du spectacle « Cabaret New Burlesque » programmé le mardi 11 octobre, au Théâtre Ducourneau, à Agen. Le producteur a déprogrammé la tournée européenne de ces artistes américains. Aucun autre spectacle ne sera programmé en remplacement.

23/09/16 : Elections au tribunal de Commerce d'Agen. 9 candidats en lice. Dépouillement prévu le 5 octobre à 9h30 et éventuellement, en cas de 2ème tour, le 18 octobre à 9h30.

23/09/16 : TEST TOEIC. Spécialisée dans l’enseignement des langues étrangères, la Maison de l’Europe47 à Agen organise une session de test TOEIC le mercredi 12 octobre de 14h à 17h. Plus d'infos au 05.53.66.47.59. Date limite d’inscription : le 26 septembre

22/09/16 : L'abeille et les problèmes auxquels elle est confrontée sont évoqués jusqu'au samedi 24 septembre lors de journées que le village Emmaüs de Pau-Lescar consacre à cet insecte à travers de multiples stands, animations et conférences.+ d'info

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 29/09/16 | Une belle reconnaissance pour les Vignerons de Buzet!

    Lire

    Ils viennent d'obtenir le label Diversité. Un premier pas vers la double certification « égalité & diversité », proposée par la Région Aquitaine et le groupe AFNOR. Cette certification veille à la gestion équitable et impartiale de la richesse humaine, sans discrimination aucune. Les Vignerons de Buzet s'inscrivent là dans un projet pilote pour les PME, porté par la Région Aquitaine. Une démarche expérimentale et innovante qui évoluera au sein de la démarche RSE globale.

  • 27/09/16 | PS Gironde; les six circonscriptions réservées aux femmes

    Lire

    La fédération de la Gironde du PS dans un communiqué annonce qu'il a choisi de reconduire la parité pour la désignation des candidatures aux législatives de juin 2017. Pour ces prochaines échéances "le Parti Socialiste girondin s’inscrit dans cette même dynamique de féminisation de ses candidatures en marquant son souhait de réserver la moitié des circonscriptions girondines soit les 1ère, 2e, 5e, 6e, 8e et 12e circonscriptions. L’ensemble des 12 circonscriptions seront soumises au vote des militants." Cette proposition a été adoptée par 72% des membres du Conseil Fédéral ce 26 septembre.

  • 27/09/16 | Un nouveau radar fixe dans le Bergeracois pour la fin de l'année

    Lire

    Un radar fixe sur la route entre Bergerac et Eymet va être installé. C'est ce qu'a annoncé la préfète de Dordogne, Anne-Gaëlle Baudouin-Clerc. L'emplacement exact n'a pas été révélé. "Il s'agit d'une route qui n'avait pas été identifiée comme particulièrement dangereuse. Mais suite à plusieurs accidents récents sur cet axe, j'ai demandé l'installation d'un radar". Il devrait être mis en place d'ici la fin de l'année explique-t-elle. Il flashera dans les deux sens de circulation.

  • 26/09/16 | Chômage: Les chiffres en Nouvelle Aquitaine

    Lire

    302 935 demandeurs sans aucune activité fin août: +0,7 % sur 3 mois: +2 051 personnes, +0,6 % sur un mois et -0,8 % sur un an. France: + 1,0 % sur 3 mois, +1,4 % sur un mois, -0,3 % sur un an. +1,2 % pour les moins de 25 ans (+2,0 % sur un mois et –4,7 % sur un an), +0,4 % pour ceux de 25 à 49 ans (+0,3 % sur un mois et –1,2 % sur un an) et de 1,1 % pour ceux de 50 ans ou plus (+0,5 % sur un mois et +2,5 % sur un an). Au total (ABC) 501 721 demandeurs: + 2,1 % sur un an. Par département: –1,0 % en Creuse et +1,8 % en Charente sur 3 mois et entre –1,1 % dans les Landes et +1,6 % en Charente sur un mois.

  • 26/09/16 | Alain Juppé : "les maires doivent s'efforcer de mieux accueillir les réfugiés"

    Lire

    Avant son conseil municipal, Alain Juppé, a appelé lundi les élus municipaux de tous bords à "faire des efforts" pour mieux accueillir les réfugiés "demandeurs d'asile" en France. Il s'oppose sur cette question, au Front national qui est hostile à tout accueil de réfugiés. M. Juppé a distingué les personnes en situation illégale qui "ont vocation à être reconduites à la frontière" et "les demandeurs d'asile". Pour ces derniers, "il faut évidemment éviter cette forte concentration à Calais".

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Elections régionales 2015 Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Agriculture | Après la grêle, la colère couve dans les vignes du Libournais

13/11/2013 | Lors d'une réunion à Saint-Magne-de-Castillon, les viticulteurs «lassés par les palabres», ont menacé de prendre «le bonnet rouge» pour faire entendre leur colère et leur désespoir

Réunion  organisée par la FDSEA gironde et JA dans le Libournais le 12 novembre 2013

Ce mardi 12 novembre, une soixantaine de viticulteurs sinistrés par les orages de grêle des 26-27 juillet et 2 août 2013 ont répondu présents à l'invitation de la FDSEA de Gironde et des Jeunes Agriculteurs. Objectif de la soirée: faire le point sur les mesures et dispositifs activés par l'Etat, les collectivités ou encore les banques pour les accompagner. Organisée sur l'une des zones les plus touchées par les intempéries, cette réunion a été l'occasion pour certains de faire éclater une colère généralisée visant tout à la fois l'Etat, les collectivités, l'interprofession, voire des syndicats eux-même. Un ras le bol tinté d'un sentiment d'impuissance et de mal être preignant.

C'est à Saint-Magne-de-Castillon déjà qu'au mois d'août dernier Xavier Belin le Président de la FRSEA était venu échanger avec les viticulteurs touchés par la grêle. Ce mardi soir, c'est Philippe Vasseur, Président de la FDSEA de Gironde qui s'est attelé à décrire les dispositifs d'accompagnement mis en œuvre ou encore en préparation.

Chômage partiel à hauteur de 800 000€, achat de vendange, achat de vin, report d'échéances fiscales et sociales, convention de mise à disposition, dégrèvement de taxes sur le foncier non bâti... Autant de mesures déjà mises en œuvre par l'Etat. Les viticulteurs ont également été informés des aides directes (de 1000 à 2500€) ainsi que des cautions d'emprunt mises en place par le Conseil général de Gironde. Du côté des perspectives, Philippe Vasseur a évoqué la mise en place d'un prêt de reconstitution des fonds de roulement à taux 0 grâce à une bonification permise par un financement conjoint de l'Etat, du département et de la région. S'il ne sert à rien de tirer sur le facteur, Philippe Vasseur a tout de même dû esquiver quelques balles perdues de la part des participants globalement déçus des nombreuses annonces faites.

"Ni stocks, ni récolte, ni trésorerie!"Et les critiques ont été multiples. Malgré les tentatives d'explication du syndicaliste et de Thomas Solas, pour les JA, sur le choix du conseil général de n'aider que les exploitants déjà assurés pour inciter les autres à le faire, l'incompréhension et la colère se conjuguent: «Vous nous avez dit que seulement 40% des exploitants sont assurés, ça veut dire que 60% d'entre nous, non assurés, n'auront aucune aide du Conseil général! C'est surprenant!» gronde une viticultrice.
Quand Philippe Vasseur vient préciser que le prêt bonifié ne s'adressera sans doute qu'«à des personnes qui ont des taux de perte élevés», c'est contre l'Etat, l'interprofession et les Organismes de défenses et de gestions(ODG) des appellations que la colère se dirige. «Taux de perte... faudrait voir aussi du côté des taux de stock! Pourquoi beaucoup ne se sont pas assurés pendant des années? Parce que nous avions des stocks, c'était ça notre assurance. Aujourd'hui nous n'avons ni stock, ni récolte, ni trésorerie, il ne nous reste que l'emprunt!»
De la question des VCI (volume complémentaire individuel) à la question des CVU (cotisations volontaires obligatoires) du CIVB, il n'y avait qu'un pas à franchir pour que les viticulteurs ne s'en prennent vertement à Christophe Château, directeur du CIVB. «Cela fait des générations que les viticulteurs donnent au CIVB, nous attendons un retour!». Face à la protestation du directeur selon lesquelles le versement d'argent, directement aux viticulteurs du CIVB est illégal, la réponse est immédiate: «Alors innover! Changer votre manière de fonctionner! Si l'exonération est interdite, ce n'est pas le cas du dégrèvement, c'est écrit nulle part!»

"A Grézillac, déjà 15 propriétés à la vente"Mais derrière cette colère de moins en moins contenue, c'est bien le désespoir d'une partie d'entre eux qui s'exprime. «Il y a 300 suicides par an, là on risque qu'il y en ait d'autres.» Un désespoir porté par un chiffre rappelé par le Président de la FDSEA 33 et dont les viticulteurs ont bien conscience ; c'est une centaine d'exploitations qui pourraient disparaître suite aux aléas climatiques de l'été. «Sur le secteur de Grézillac, 15 propriétés ont déjà été mises à la vente, et ça ne fait que 3 mois qu'il a grêlé!» confirme un viticulteur.
«Il faut arrêter de palabrer avec le Préfet et le Ministre, il faut manifester notre mécontentement!» s'exclame l'un, et dans un brouhaha d'affirmation, un autre lance: «il faut faire voir à nos gouvernants, quel que soit leur bord politique, qu'on est pas contents!», certains s'interrogeant «faudra-t-il mettre le bonnet rouge comme en Bretagne?».
Si pour l'heure aucune décision de manifestation n'a été arrêtée, la solution d'une manifestation pacifiste («on n'est pas là pour casser») n'est pas exclue. Pour autant, pour Philippe Vasseur, l'efficacité de l'action résiderait plus dans l'interpellation des élus, députés, sénateurs et conseillers généraux. Une interpellation qu'il souhaite par ailleurs élargir au problème de la coulure, qui, sur certaines exploitations a diminué la récolte de 50% soit des dégâts comparables à beaucoup d'exploitations touchées par la grêle.

Solène Meric
Par Solène Meric

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
303
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 32 + 15 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr