Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

23/04/19 : Le pont d'Aquitaine sera fermé à la circulation pour travaux dans la nuit du 24 au 25 avril entre les échangeurs 2 et 4 ainsi que les échangeurs 4 et 5 et dans la nuit du 25 au 26 avril entre les échangeurs 4 et 4a en intérieur et 5 et 4 en extérieur.

23/04/19 : Après Jo-Wilfried Tsonga, ex n°1 français et ex n°5 mondial, Lucas Pouille 32ème joueur mondial, n°10 en 2018, vient de confirmer sa participation au tournoi bordelais BNP ParisBas Primrose qui démarre le 29 avril sur les cours de la villa Primrose

18/04/19 : A l'occasion du Joli Mois de l'Europe, la Maison de l'Europe Direct Limousin organise une rencontre avec Jürgen Habermas. Philosophe allemand, il consacre sa réflexion à la question de l'intégration européenne. Rdv jeudi 2 mai, 18h30 à Limoges.

18/04/19 : A la suite de l'incendie qui a ravagé Notre Dame de Paris, la ville de Périgueux proposera un soutien financier de 10 000 €, lors de son prochain conseil municipal, pour aider à la reconstruction de ce bâtiment emblématique de l'histoire de France.

17/04/19 : Le coq reliquaire de la flèche de Notre-Dame de Paris, que l’on croyait disparu dans l’incendie de lundi, a été retrouvé mardi. Il devrait regagner prochainement l'entreprise Socra à Marsac-sur-l'Isle (24) pour être restauré comme initialement prévu.

02/04/19 : A partir du 1er septembre prochain, la Communauté d’Agglomération du Libournais (La Cali) lance un nouveau réseau de transport gratuit pour tous. L’exploitation a été confiée au groupe Transdev pour les huit prochaines années.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 24/04/19 | Commerce : la Nouvelle-Aquitaine excédentaire

    Lire

    La balance commerciale régionale a été dévoilée ce mercredi 24 avril. Tandis que la France dégrade son déficit, la Nouvelle-Aquitaine dégage un excédent commercial de 600 millions d'euros. L'analyse des données publiées par la Douane est réalisée l'Observatoire régional des échanges internationaux, co-pilotée par la Région et la Chambre du Commerce et de l'Industrie Nouvelle-Aquitaine. Les trois plus importantes destinations de l'export régional sont les États-Unis, l'Espagne et l'Allemagne. Les 9 553 entreprises exportatrices de la Nouvelle-Aquitaine dont 1 406 sont des primo exportateurs (14,7%) ont réalisé 23,4 milliards d'euros d'exportations en 2018.

  • 24/04/19 | Le Misanthrope à Pau

    Lire

    Dans le cadre de "Théâtre à Pau", le théâtre Saint-Louis accueille les mardi 30 avril et mercredi 1er mai à 20h, deux représentations du Misanthrope de Molière. C'est le comédien Gilles Privat qui va prêter ses traits et sa voix à Alceste avec une mise en scène et une scénographie d'Alain Françon qui introduira lui-même son spectacle une heure avant chaque représentation.

  • 24/04/19 | Bordeaux : un master dédié au luxe !

    Lire

    Le nouveau cursus proposé par l'ESSCA Bordeaux ouvre à partir de septembre. L'école de management a choisi d'ouvrir le master "Luxury Services Management" afin de répondre aux profondes mutation que connaît le secteur. Le Groupe ESSCA a choisi le territoire bordelais en raison de sa forte attractivité économique et de la présence de plusieurs stations balnéaires ou établissements prestigieux. Les inscriptions au concours sont ouvertes jusqu'au 13 mai prochain.

  • 24/04/19 | La LPO et Pessac s'associent pour des Refuges LPO au coeur de la ville

    Lire

    La LPO et la ville de Pessac s'associent dans le cadre de l'Agenda des Solutions Durables pour développer les jardins écologiques au coeur de la ville qui reconnait ainsi la préservation de la nature comme un enjeu prioritaire. Appelés les Refuges LPO, ces terrains publics ou privés accueillent la biodiversité de proximité.

  • 24/04/19 | Ouverture des réservations pour Bordeaux Fête le Fleuve

    Lire

    Du 20 au 23 juin, les quais de la Garonne vont accueillir Bordeaux Fête le Fleuve. Durant ces 4 jours, la majorité des évènements sont gratuits. Néanmoins, pour pouvoir visiter Le Sedov ou Le Kruzenshtern, déguster lors de la Fête des vins blancs ou participer au banquet La Table du Paysage, des réservations sont nécessaires. Pour cela, rendez-vous à l’Office du Tourisme ou sur leur site internet

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Agriculture | Assises de l'Origine, entre traditions et innovations

26/05/2017 | Incontournable rendez-vous du Salon de l'Agriculture, les Assises de l'Origine ont tenu leur 19ème édition. Au menu, SIQO, traditions et innovations.

19ème Assises de l'Origine sur le Salon de l'Agriculture de Nouvelle-Aquitaine

Face aux nouvelles urgences climatiques, sociétales et sanitaires, l'agriculture et l'agroalimentaire parient sur l'innovation. Une innovation, qui est aussi bien sûr vecteur de croissance des marchés et des entreprises. Pourtant, la valorisation de la qualité des produits passe aussi souvent par des Signes d'Identification de la Qualité et d'Origine, SIQO, multiples et variés, dont les cahiers des charges se font le reflet, à l'inverse, de pratiques agricoles et culinaires parfois ancestrales. C'est sur la manière de concilier cet antagonisme apparent entre respect de la tradition et impératif d'innovation, que les Assises de l'Origine, ont choisi de s'interroger ce mercredi, avec de nombreux témoignages à l'appui.

Au fil des interventions de la matinée, entre professionnels, chercheurs et politiques, dont Simona Caselli, Ministre de l'Agriculture d'Emilie-Romagne, c'est la temporalité, qui ressort comme une des notions clefs de ces échanges. En effet, entre des SIQO qui s'appuient dans le temps long, sur des cahiers des charges constitutifs de la stabilisations des modes de production, et des contraintes extérieures nouvelles pouvant déstabiliser ce qui est prévue dans les réglementations, la conciliation n'est pas toujours chose évidente. D'autant qu'à ces deux rythmes parallèles, un troisième temps est à prendre en compte : le temps administratif de la validation des cahiers des charges (entre 15 à 20 ans) et de leur modification. Quand le mariage entre SIQO et innovations est envisagé pour mieux répondre à des questions telles que la protection de l'environnement, les crises sanitaires ou encore « simplement » une meilleure adaptation au marché face à la concurrence, ce n'est donc pas sans une certaine anticipation, ou à tout le moins réactivité, que les choses doivent -devraient- être mises en place.
C'est en tout cas dans ce sens que s'est exprimé Dominique Forget, de l'INRA Bordeaux, encourageant les ODG viticoles, à réfléchir dès aujourd'hui à l'ouverture des cahiers des charges aux cépages résistants à l'oïdium et au mildiou. Des cépages sur lesquelles les recherches avancent à bon pas grâce à des travaux conduits depuis déjà plusieurs années. Le chercheur de l'INRA a ainsi expliqué que l'incorporation d'un pourcentage réduit (4% des volumes) de ces nouveaux cépages ne génère pas d'incidence sur les qualités gustatives du vin... mais permettrait par exemple en bordure de parcelle ou à proximité de zones dite sensibles (écoles par exemple) de diminuer le nombre de traitements annuels d'une quinzaine à seulement deux.

« Pour l'heure, on fonctionne avec des dérogations temporaires » Chantal Brèthes, présidente de la PALSO, dont la filière des palmipède à foie gras fait face à la double crise sanitaire, exprime aussi ce double impératif d'urgence à réagir, tout en ne sacrifiant rien à la tradition. Si elle rappelle que sur des aspects techniques, dont les logements et le bien-être des animaux, le cahier des charges a déjà su évoluer, sur le sanitaire, c'est une certaine prudence voire un questionnement qu'elle exprime. « Pour l'heure, on fonctionne avec des dérogations temporaires. Pour ce qui sera du définitif, c'est plus compliqué tant qu'on n'a pas de visibilité sur la réglementation qui être prise. Quoiqu'il en soit, il faut arriver à protéger les animaux dans ces périodes. On parle de mise à l'abri des animaux, de l'alimentation, j'espère qu'on n'ira pas jusque-là mais qu'on trouvera une innovation pour nous protéger sur ces périodes pour être plus réactif ou d'avantage dans l'anticipation face à ce type de virus. »
Des innovations techniques que l'AOP du Parmigiano Reggiano a également su intégrer dans son cahier des charges avec pour seul critère final de leur intégration ou de leur refus « la qualité sensorielle du produit », explique Fabrice Gour, chargé de promotion de l'AOP en France. Ont ainsi par exemple été inclus, la climatisation des caves d'affinage ou encore la mise en place de plus large bac d'écrémage ou le contrôle électronique de température.
Mais l'innovation, parfois, est aussi dans les esprits. C'est ce dont a témoigné Gérard Delcoustal, le Président de l’Organisme de Défense et de Gestion du Pruneau d’Agen. Ici l'innovation s'est faite dans le choix d'intégrer dans le cahier des charges une distinction dans l'utilisation des calibres des fruits, en intégrant l'utilisation industrielle des produits. Celle-ci est désormais permise pour les petits calibres de fruits, qui sont du même coup sortis de la commercialisation des Pruneaux d'Agen IGP, tout en permettant d'afficher les SIQO « Purneaux d'Agen » sur la vente de yaourts, fars, ou autres produits transformés.

INAO et démarche agro-écologieMais cette question de l'intégration de l'innovation par l'évolution des cahiers, n'est pas qu'à la seule initiative ascendante des filières et des métiers vers l'INAO, gendarme du respect des cahiers des charges de qualité. En effet, l'Institut National des Appellations d'Origine, entre lui aussi dans une démarche de prise en compte de l'agro-écologie, innovation s'il en est, du point de vue de l'impact environnemental des productions. Selon, Bernard Angelras, Président de la Commission Environnement de l’INAO et Président de l’Institut Français de la Vigne et du Vin (IFV), ces mesures, pré-établi par l'INAO, seront ainsi plus facilement intégrées aux cahiers des charges des ODG en faisant la demande. Si pour l'heure la démarche est achevée concernant les ODG viticoles, chacune des filières représentées à l'INAO, va pouvoir bénéficier d'une telle démarche. A elles ensuite de s'en saisr ou pas. Les réunions se poursuivent filière par filière dès le début du mois de juin.

Solène Méric
Par Solène Méric

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
108069
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 26 + 10 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr