aqui.fr lance Aqui-Bordeaux-Métropole le 9 novembre 2015

21/08/17 : La Rochelle : l'Université d'été du PS se tiendra cette année à l'espace Encan dans une version allégée, sous forme de formation : entre 400 et 600 élus sont attendus du 23 au 26 août. Pour la première fois, les militants ne sont pas conviés.

09/08/17 : Sécurité routière 4 personnes ont perdu la vie sur les routes lot-et-garonnaises fin juillet. La mobilisation des policiers et des gendarmes demeure à un niveau élevé et aucune tolérance ne sera admise en cas d’infractions, assure la préfecture du 47

09/08/17 : Le girondin Pierre-Ambroise Bosse, 25 ans, qui est né à l'athlétisme au club de Gujan-Mestras a remporté l'épreuve du 800 mètres aux championnats du monde de Londres en 1'44''67 ce mardi 8 août.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 22/08/17 | Pierre Camani écrit à Muriel Pénicaud sur la suppression de contrat aidé

    Lire

    Pierre Camani, président du CD47, a écrit à la ministre du Travail à la suite des annonces gouvernementales relatives à la suppression de contrat aidé aux entreprises et à la restriction de ces contrats pour les associations et collectivités. Ce dernier se dit inquiet pour l’avenir de ces structures, « qui ne pourront se substituer à l’Etat pour financer ces emplois aidés ». Il demande à l’Etat de réexaminer cette mesure dans les meilleurs délais, en concertant les publics concernés.

  • 22/08/17 | Le premier ministre inaugurera la foire-expo de Pau en septembre

    Lire

    Edouard Philippe, le premier ministre, est attendu le 9 septembre à Pau pour l'inauguration de la foire-exposition. Il y sera accueilli par le maire et président de la Communauté d'agglomération, François Bayrou, qui a également été son ministre de la Justice. Organisée du samedi 9 au dimanche 17 septembre, la foire-exposition de Pau a pour thème cette année "Ici, le présent se conjugue au futur". Elle accueillera notamment un pavillon du futur abritant des robots, des hologrammes, des objets connectés, des drones, des démonstrations de réalité virtuelle et augmentée.

  • 21/08/17 | Une nouvelle régulation dynamique des vitesses sur l’A63

    Lire

    Du 21 au 25 août, l'A63 se dote d’un dispositif de « régulation dynamique des vitesses » pour faciliter l'écoulement du trafic aux heures les plus chargées. Concrètement: la vitesse réglementaire, affichée sur des panneaux lumineux, varie de façon automatique, à la baisse ou à la hausse, en fonction des conditions de circulations. Elle est modulée de 130 km/h à 110 km/h dans le sens nord-sud (entre l’échangeur 24 (Pierroton) et l’A660) et entre 130 km/h et 70 km/h dans le sens sud-nord (entre l'A660 et la rocade bordelaise), par paliers de 20 km/h. La situation normale étant rétablie lorsque le trafic redevient moins dense.

  • 20/08/17 | Sécheresse: Cours d'eau de Gironde interdits

    Lire

    Sécheresse oblige: la préfecture de gironde a pris un arrêté et de nouvelles mesures d’interdiction nécessaires sur la Gamage et la Bassanne en amont de la commune de Savignac. Cela s’ajoute aux mesures déjà mises en œuvre en juillet, à savoir : des restrictions sur les usages non prioritaires ainsi que l’interdiction de tous les prélèvements sur le Deyre, le Glaude, la Barbanne, la Gravouse, le ruisseau de la Grave, le Moron, le Palais (le Ratut), le ruisseau de la Virvée en amont du pont des Planquettes, le Chenal du Talais, la Jalle de Castelnau, la Jalle de Breuil, le Tursan, le Lisos, l’Andouille et le Seignal.

  • 18/08/17 | La Rochelle renforce sa sécurité

    Lire

    Afin d’améliorer la sécurité dans sa ville, le Maire de La Rochelle a sollicité dès ce vendredi le renforcement de La présence des forces de l’ordre - Police nationale et opération sentinelle - dans les lieux les plus fréquentés et en particulier autour du Vieux-Port et a pris un arrêté pour installer un nouveau dispositif anti-bélier aux abords du Vieux-Port. Sous la forme de chicanes placées sur les voies d’accès, ces équipements sont destinés à ralentir les véhicules qui arriveraient trop rapidement, tout en autorisant le passage des bus et des véhicules de secours.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Agriculture | Assises de l'Origine, entre traditions et innovations

26/05/2017 | Incontournable rendez-vous du Salon de l'Agriculture, les Assises de l'Origine ont tenu leur 19ème édition. Au menu, SIQO, traditions et innovations.

19ème Assises de l'Origine sur le Salon de l'Agriculture de Nouvelle-Aquitaine

Face aux nouvelles urgences climatiques, sociétales et sanitaires, l'agriculture et l'agroalimentaire parient sur l'innovation. Une innovation, qui est aussi bien sûr vecteur de croissance des marchés et des entreprises. Pourtant, la valorisation de la qualité des produits passe aussi souvent par des Signes d'Identification de la Qualité et d'Origine, SIQO, multiples et variés, dont les cahiers des charges se font le reflet, à l'inverse, de pratiques agricoles et culinaires parfois ancestrales. C'est sur la manière de concilier cet antagonisme apparent entre respect de la tradition et impératif d'innovation, que les Assises de l'Origine, ont choisi de s'interroger ce mercredi, avec de nombreux témoignages à l'appui.

Au fil des interventions de la matinée, entre professionnels, chercheurs et politiques, dont Simona Caselli, Ministre de l'Agriculture d'Emilie-Romagne, c'est la temporalité, qui ressort comme une des notions clefs de ces échanges. En effet, entre des SIQO qui s'appuient dans le temps long, sur des cahiers des charges constitutifs de la stabilisations des modes de production, et des contraintes extérieures nouvelles pouvant déstabiliser ce qui est prévue dans les réglementations, la conciliation n'est pas toujours chose évidente. D'autant qu'à ces deux rythmes parallèles, un troisième temps est à prendre en compte : le temps administratif de la validation des cahiers des charges (entre 15 à 20 ans) et de leur modification. Quand le mariage entre SIQO et innovations est envisagé pour mieux répondre à des questions telles que la protection de l'environnement, les crises sanitaires ou encore « simplement » une meilleure adaptation au marché face à la concurrence, ce n'est donc pas sans une certaine anticipation, ou à tout le moins réactivité, que les choses doivent -devraient- être mises en place.
C'est en tout cas dans ce sens que s'est exprimé Dominique Forget, de l'INRA Bordeaux, encourageant les ODG viticoles, à réfléchir dès aujourd'hui à l'ouverture des cahiers des charges aux cépages résistants à l'oïdium et au mildiou. Des cépages sur lesquelles les recherches avancent à bon pas grâce à des travaux conduits depuis déjà plusieurs années. Le chercheur de l'INRA a ainsi expliqué que l'incorporation d'un pourcentage réduit (4% des volumes) de ces nouveaux cépages ne génère pas d'incidence sur les qualités gustatives du vin... mais permettrait par exemple en bordure de parcelle ou à proximité de zones dite sensibles (écoles par exemple) de diminuer le nombre de traitements annuels d'une quinzaine à seulement deux.

« Pour l'heure, on fonctionne avec des dérogations temporaires » Chantal Brèthes, présidente de la PALSO, dont la filière des palmipède à foie gras fait face à la double crise sanitaire, exprime aussi ce double impératif d'urgence à réagir, tout en ne sacrifiant rien à la tradition. Si elle rappelle que sur des aspects techniques, dont les logements et le bien-être des animaux, le cahier des charges a déjà su évoluer, sur le sanitaire, c'est une certaine prudence voire un questionnement qu'elle exprime. « Pour l'heure, on fonctionne avec des dérogations temporaires. Pour ce qui sera du définitif, c'est plus compliqué tant qu'on n'a pas de visibilité sur la réglementation qui être prise. Quoiqu'il en soit, il faut arriver à protéger les animaux dans ces périodes. On parle de mise à l'abri des animaux, de l'alimentation, j'espère qu'on n'ira pas jusque-là mais qu'on trouvera une innovation pour nous protéger sur ces périodes pour être plus réactif ou d'avantage dans l'anticipation face à ce type de virus. »
Des innovations techniques que l'AOP du Parmigiano Reggiano a également su intégrer dans son cahier des charges avec pour seul critère final de leur intégration ou de leur refus « la qualité sensorielle du produit », explique Fabrice Gour, chargé de promotion de l'AOP en France. Ont ainsi par exemple été inclus, la climatisation des caves d'affinage ou encore la mise en place de plus large bac d'écrémage ou le contrôle électronique de température.
Mais l'innovation, parfois, est aussi dans les esprits. C'est ce dont a témoigné Gérard Delcoustal, le Président de l’Organisme de Défense et de Gestion du Pruneau d’Agen. Ici l'innovation s'est faite dans le choix d'intégrer dans le cahier des charges une distinction dans l'utilisation des calibres des fruits, en intégrant l'utilisation industrielle des produits. Celle-ci est désormais permise pour les petits calibres de fruits, qui sont du même coup sortis de la commercialisation des Pruneaux d'Agen IGP, tout en permettant d'afficher les SIQO « Purneaux d'Agen » sur la vente de yaourts, fars, ou autres produits transformés.

INAO et démarche agro-écologieMais cette question de l'intégration de l'innovation par l'évolution des cahiers, n'est pas qu'à la seule initiative ascendante des filières et des métiers vers l'INAO, gendarme du respect des cahiers des charges de qualité. En effet, l'Institut National des Appellations d'Origine, entre lui aussi dans une démarche de prise en compte de l'agro-écologie, innovation s'il en est, du point de vue de l'impact environnemental des productions. Selon, Bernard Angelras, Président de la Commission Environnement de l’INAO et Président de l’Institut Français de la Vigne et du Vin (IFV), ces mesures, pré-établi par l'INAO, seront ainsi plus facilement intégrées aux cahiers des charges des ODG en faisant la demande. Si pour l'heure la démarche est achevée concernant les ODG viticoles, chacune des filières représentées à l'INAO, va pouvoir bénéficier d'une telle démarche. A elles ensuite de s'en saisr ou pas. Les réunions se poursuivent filière par filière dès le début du mois de juin.

Solène Méric
Par Solène Méric

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
24851
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 24 + 14 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr