aqui.fr lance Aqui-Bordeaux-Métropole le 9 novembre 2015

23/09/16 : Annulation du spectacle « Cabaret New Burlesque » programmé le mardi 11 octobre, au Théâtre Ducourneau, à Agen. Le producteur a déprogrammé la tournée européenne de ces artistes américains. Aucun autre spectacle ne sera programmé en remplacement.

23/09/16 : Elections au tribunal de Commerce d'Agen. 9 candidats en lice. Dépouillement prévu le 5 octobre à 9h30 et éventuellement, en cas de 2ème tour, le 18 octobre à 9h30.

23/09/16 : TEST TOEIC. Spécialisée dans l’enseignement des langues étrangères, la Maison de l’Europe47 à Agen organise une session de test TOEIC le mercredi 12 octobre de 14h à 17h. Plus d'infos au 05.53.66.47.59. Date limite d’inscription : le 26 septembre

22/09/16 : L'abeille et les problèmes auxquels elle est confrontée sont évoqués jusqu'au samedi 24 septembre lors de journées que le village Emmaüs de Pau-Lescar consacre à cet insecte à travers de multiples stands, animations et conférences.+ d'info

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 25/09/16 | La Rochelle : le Grand Pavois ouvre ses portes mercredi

    Lire

    Du 28 septembre au 3 octobre le port des Minimes accueille le Grand Pavois, l'occasion de découvrir 750 bateaux, dont 300 à flot, issus de 35 pays. Parmi elles, les dernières créations des maisons Bénéteau et Fountaine-Pajot. Plusieurs navigateurs et leurs embarcations sont attendus comme Damien Seguin, médaillé en voile aux derniers JO paralympiques. Médaillée à Rio, la véliplanchiste Charline Picon, sera la marraine de cette édition. Parmi les nouveautés : un espace dédié aux bateaux de patrimoine plus grands, de la sensibilisation à la sauvegarde des océans,la présence de WWF France et une étape de la coupe de France de Stand Up Paddle.

  • 25/09/16 | Des rencontres agricoles innovantes

    Lire

    Agrobio47 organise du 3 au 21 octobre des rencontres partout en Aquitaine pour permettre aux agriculteurs de découvrir de nouvelles techniques alternatives. En Lot-et-Garonne, ça se passera le 3 octobre de 9h à 17h, avec un rallye verger ponctué de visites et de témoignages d'agriculteurs convertis en arboriculture bio à Aiguillon et Fauillet. Et puis le 11 octobre, de 9h à midi, une matinée d'échanges est proposée avec pour thème « Commercialiser mes légumes biologiques en circuit long ».

  • 24/09/16 | Prolongement de l'exposition « Gérard Fromanger annoncez la couleur ! » à Agen

    Lire

    Prolongement jusqu'au dimanche 16 octobre à l'église des Jacobins à Agen. L’artiste sera également présent à Agen les vendredi 14 octobre et samedi matin 15 octobre. Au programme notamment le vendredi 14, à 18h30, la projection du film "En suivant la piste Fromanger", au Studio Ferry. Et le samedi matin 15 octobre, ouverture exceptionnelle des Jacobins de 10h à 12h, car Gérard Fromanger sera présent aux Jacobins pour vous rencontrer et dédicacer les catalogues.

  • 23/09/16 | Solex de compétition à Saint-Léon

    Lire

    Dimanche 25 septembre, un rendez-vous atypique est organisé à Saint-Léon,dans l'Entre-deux-Mers: une course de Solex. Mais attention, ici on ne fait pas vraiment dans le «vintage», la performance doit être au rendez-vous. Le départ est donné à 11 h pour une épreuve d'endurance de 6 h (!!) sur le circuit de 3km concocté par le Saint-Léon Solex Club sur les petites routes de campagne. Les 25 Solex en lice s'affronteront par catégorie : Solex Origine, Origine Améliorée, Prototype et Super Prototype. S'il est parfois difficile de reconnaître «la bicyclette qui roule toute seule», le moteur à l'avant reste un impératif. A découvrir!

  • 22/09/16 | Ligne ferroviaire Pau-Canfranc : l'aide de l'Europe sollicitée

    Lire

    La région Nouvelle Aquitaine et le gouvernement d'Aragon vont déposer le 18 octobre à Bruxelles un dossier de candidature pour un appel à projet européen MIE (mécanisme pour l'interconnexion en Europe). Cela, afin d'amener l'Union européenne à financer en partie la réouverture de la ligne ferroviaire Pau-Canfranc. Le coût de ce chantier est estimé entre 350 et 450 millions d'euros. Selon Alain Rousset, l'Europe pourrait apporter jusqu'à 40% de cette somme. Un courrier a aussi été adressé aux ministres des transports français et espagnols pour souligner l'importance de ce dossier.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Elections régionales 2015 Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Agriculture | Assises de l'Origine: les SIQO et les marques territoriales: duo ou duel?

29/05/2014 | Dans le cadre du Salon de l'agriculture, les Assises de l'Origine, ont évoqué l'accord parfois difficile entre Signes Officiels de Qualité d'Origine et marques territoriales.

Assises de l'origine 2014

Si la différenciation est un vecteur majeur de valorisation des produits agricoles, de nombreux acteurs du secteur craignent qu'à trop multiplier ces outils et démarches de qualité et/ou d'origine, l'atout ne se transforme en handicap; que la coexistence ne devienne redondance, et la complémentarité, concurrence. Un sujet débattu et illustré ce 27 mai lors des Assises de l'origine en présence de Jean-Luc Dairien Directeur de lʼINAO, Claude Vermot-Desroches, Président du Comité Interprofessionnel du Comté, Charles Goemaere Responsables des services économiques et juridiques du Comité Interprofessionnel du Vin de Champagne, Christophe Miault représentant de Paysan Breton, et Jean-Michel Boyer, président de la commission de promotion Bio Sud Ouest France. De riches échanges au service d'une compatibilité encore à trouver.

Les stratégies de valorisation des produits agricoles sont multiples et variées: Signes Officiels de Qualité et d'Origine reconnus au niveau français et européens (IGP, AOC, AOP...) labels de qualité (Label Rouge), label sur le mode de production (BIO, AREA...), marques d'entreprises aux valeurs qualitatives affirmées, ... autant d'outils qui doivent désormais coexister avec la nouvelle tendance lancée par les collectivités locales de créer autour des productions locales, de nouvelles bannières ou marques territoriales. Une manière de soutenir et (re)dynamiser les filières agroalimentaires. En Aquitaine, par exemple, « Sud Ouest France » ou « Bio Sud Ouest France » servent de bannières communes aux produits agroalimentaires des régions Aquitaine et Midi-Pyrénées souhaitant mettre en avant les images et valeurs du « Sud Ouest » aux produits d'ici.

Un simulacre de valorisationCes nouvelles opportunités de valorisation des produits ne font pourtant pas l'unanimité dans les rangs des producteurs bénéficiant déjà de SIQO. Leur regard est parfois méfiant quant au risque de concurrence que ces marques territoriales peuvent engendrer, notamment sur l'utilisation d''une indication géographique. Claude Vermot-Deroches est de ceux-là. Ardent défenseur de l'AOP Comté, il n'est pas, sur le principe, opposé à l'existence de telles marques régionales, mais la position du Comité Interprofessionnel du Comté qu'il préside est ferme, et exige des conditions strictes à leur création.
En premier lieu, un cahier des charges digne de ce nom. «Pour le Comté, chaque opérateur est soumis à des contraintes et des surcoûts. Sans cahier des charges, la revendication territoriale n'est qu'une revendication d'image, un simulacre de valorisation, dont les victimes seraient non seulement les opérateurs sous AOP-IGP mais aussi les consommateurs, trompés sur le contenu réel de la marque». Autre condition: l'accord préalable des filières AOP-IGP régionales afin qu'elles «puissent vérifier que le développement d'une marque régionale se développe sans porter la moindre atteinte aux produits déjà en place.» Enfin, selon lui, l'INAO, doit interdire l'existence de marques régionales sur des produits qui existent déjà sous AOP-IGP »...

Une saine émulationParmi les intervenants présents, Charles Goemaere Responsables des services économiques et juridiques du Comité Interprofessionnel du Vin de Champagne, est encore plus «jusque-boutiste». Son service juridique fait la chasse à travers le monde de tout produit, viticole, agricole mais aussi objet en tout genre (cigarettes, parfums, vêtements, etc..) portant le nom «Champagne». 1067 dossiers sont actuellement en cours dans 80 pays... «Rien ne doit venir remettre en cause le «réflexe Pavlovien» du consommateur entre le mot «Champagne» et le produit», explique t-il. L'idée d'une marque régionale «Champagne» n'est donc absolument pas envisageable pour le Comité interprofessionnel. Par contre, il ne s'opposerait en rien à une marque portant le nom entier de «Champagne-Ardennes».
Autre point de vue, celui de Christophe Miault pour la marque privée «Paysan Breton». Marque de commercialisation de produits issus du lait collecté auprès de 3 coopératives, elle bénéficie d'une notoriété liée à son âge (45 ans) et à son ancrage breton affirmé et revendiqué. Mais elle joue aussi sur des valeurs « de tradition, de simplicité et de produits sains », le tout adossé aux principes coopératifs. «L'important est de parvenir à donner du sens à la marque», insiste-t-il. De ce point de vue, une marque territoriale, n'aurait pas selon lui d'intérêt pour Paysan Breton, mais il admet que dans un temps de développement elle peut être utile, justement pour imprimer des valeurs sur un produit, «quitte à sortir de la bannière locale, si la marque ne le nécessite plus». Quant à la concurrence éventuelle qu'elle pourrait induire, c'est plutôt selon lui une bonne nouvelle : «ça veut dire que votre produit et les valeurs qu'ils portent sont les bonnes et que d'autres veulent investir le terrain. » Au final, pour lui, une saine émulation.

Vers un accord-cadre avec l'ARFPour le Directeur de l'INAO, s'il reconnaît qu'une concurrence entre outils de valorisation pourrait être avérée, il n'est pour autant pas question de rejeter les initiatives des collectivités. Tout l'enjeu du moment est donc bien de voir comment cette multitude de signes et de sigles qualitatifs peut «tirer dans le même sens l'image des produits». «Il faut qu'à travers ces démarches, les effets positifs se cumulent sans se confondre. Organiser cette complémentarité est une nécessité forte», insiste-t-il. Une complémentarité permettant tout à la fois, «l'identification par l'origine, des cahiers des charges exigeants, et dans le même temps une préoccupation économique permettant aux acteurs des territoires de faire preuve de leur performance.» Dans ce sens, il rappelle qu'une Charte de bonnes pratiques, posant les fondements de cette complémentarité a été adoptée il y a six mois. Celle-ci préfigure «un accord cadre avec l'Agence des Régions de France, qui pourrait être finalisé avant la fin 2014», espère-t-il.
Seul exemple de marque régionale, représenté lors de ces Assises, Bio Sud Ouest France. Plus qu'une bannière de promotion, la marque, au cahier des charges «très rigoureux» assure Jean-Michel Boyer, président de la commission de promotion Bio Sud Ouest France, va jusqu'à s'afficher sur l'étiquette des produits. Pour autant, confirmant que les viandes ne peuvent pas s'en prévaloir, on comprend bien que même si l'adhésion est assez large pour les opérateurs bio, un certain nombre de discussions n'ont pour l'heure pas pas pu aboutir.

En conclusion des échanges, Dominique Graciet, Président de la Chambre régionale d'agriculture, a appelé lui aussi à plus de clarté afin que les marges induites par les SIQO restent aux producteurs. Pour ce faire, il faut selon lui établir «un vrai code de la route, qui pourrait nous autoriser à ne pas avoir la même démarche selon le marché où l'on se présente, comme une voiture ne peut dépasser les 50 km /h en ville, mais peut rouler à 130 km/h sur l'autoroute». Entendu ici que l'autoroute, c'est l'export, «là où le terrain est dégagé». Pour autant, «les produits de qualité doivent garder leur caractère exceptionnel, il ne faut pas trop de monde dans ce créneau, sinon ce sera au détriment des marges du producteur. Or, prévient-il, il ne faut pas prendre le risque de cesser un travail de notoriété entrepris depuis des années.»

Solène Méric
Par Solène Méric

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
636
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 27 + 15 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr