18/10/17 : La CGT appelle à nouveau à manifester en Dordogne contre les ordonnances Macron sur le droit du travail. Les rassemblements auront lieu ce jeudi 19, à 17 h à Périgueux (palais de justice), Bergerac (palais de justice) et Sarlat (place de la Grande-Rigaudi

18/10/17 : Malgré la protestation d’élus et des syndicats, la Direction générale des Finances publiques a entériné la fermeture de la trésorerie de Mussidan (24). D’autres pourraient connaître le même sort comme à Belvès, Saussignac, Thiviers et Brantôme.

17/10/17 : La Rochelle organise son Colloque Citoyenneté et Solidarités sur le thème "Innover aujourd’hui pour l’action sociale de demain" le 19 octobre à l'espace Giraudeau, avec l'intervention du CNAM de Paris. Gratuit sur réservation. www.ccas-larochelle.fr

15/10/17 : A TF1 Emmanuel Macron après le drame de Marseille a annoncé une nouvelle loi en matière de droit d'asile et d'immigration et la négociation en cours "d'accords bilatéraux avec les pays africains" pour rendre effectives les reconduites à la frontière.

13/10/17 : Les offices HLM de Charente-Maritime organisent une manifestation mardi à 14h devant la prefecture de La Rochelle pour protester contre la baisse des aides au logement pour les bailleurs sociaux.

11/10/17 : Le collectif national « Vive l'APL » qui regroupe 60 organisations associatives, syndicales, de consommateurs et bailleurs sociaux, appelle à la mobilisation samedi «pour défendre le droit au logement social». A Bordeaux, ce sera à Pey Berland à 14h

03/10/17 : L'organisation du Grand Pavois a enregistré quelque 80 000 visiteurs pour cette 45 e édition, identique à l'an dernier, et de nombreuses ventes d'unités. La prochaine édition se tiendra du 26 septembre au 1er octobre 2018.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 19/10/17 | Le Pays basque a déjà gagné le Tour de France

    Lire

    Le Pays basque intérieur pourrait bien ériger une statue aux organisateurs d'un Tour de France qu'il n'avait pas vu depuis 2006 -à Cambo-les-Bains-. En effet, cette étape contre la montre du samedi 28 juillet entre Saint-Pée-sur-Nivelle et Espelette se dispute la veille de l'arrivée, certes. Comble du bonheur, elle a lieu en pleine période... des Fêtes de Bayonne! Une aubaine touristique pour les maires Jean-Marie Iputcha et Pierre Marie Nousbaum. Il est vivement recommandé de réserver ses nuitées dès aujourd'hui au Pays basque.

  • 18/10/17 | Déviation de Beynac : plus de 2600 avis recueillis pour l'enquête publique

    Lire

    Concernant l'enquête publique sur la déviation de Beynac, en Dordogne, qui s'est clôturée le 17 octobre, plus de 2600 avis ont été déposés dont 2410 en ligne. La commission va remettre sous huitaine une synthèse au Conseil départemental qui pourra formuler des réponses. Dans un délai d'un mois, la commission rendra ensuite son avis avec d'éventuelles observations à la préfète de la Dordogne. C'est à elle que reviendra la décision finale de valider ou non le projet.

  • 18/10/17 | Les Pyrénées-Atlantiques "chouchoutées" par le Tour de France

    Lire

    Les Pyrénées-Atlantiques décrochent la timbale pour l'édition 2018 du Tour de France. Parti de Trie-sur-Baïse (65), le peloton arrivera à Pau le jeudi 26 juillet. Il disputera le vendredi 27 une étape émaillée de nombreux cols entre Lourdes et la commune montagnarde de Laruns (Aspin, Tourmalet, Bordères, Soulor-Aubisque). Un contre la montre entièrement basque sera enfin disputé le samedi 28 entre Saint-Pée-sur-Nivelle et Espelette. Equipes et accompagnateurs étant en prime logées pendant quatre jours à Pau. Que demander de mieux ?

  • 17/10/17 | Dominique Bussereau fait du lobbying pour le Tour de France

    Lire

    Alors qu'il assistera à la présentation du parcours du Tour de France ce mardi, le président de la Charente-Maritime compte bien "faire une petite piqûre de rappel" au patron du Tour de France Christian Prudhomme sur la volonté du Département d'accueillir le Tour de France "dans les prochaines années". Dominique Bussereau a notamment en tête un passage du Tour par les îles de Ré et d'Oléron. Une manne touristique et financière non négligeable, et une belle vitrine pour le territoire.

  • 15/10/17 | Les ours des Pyrénées donnent de leurs nouvelles

    Lire

    L'association Pays de l'ours- ADET se réjouit de "deux bonnes nouvelles" sur le massif pyrénéen. Tout d'abord la réapparition de Cannellito, le fils de l'ourse Cannelle tuée en 2004 par un chasseur béarnais. Alors que le plantigrade avait disparu depuis plusieurs mois, sa trace a été détectée grâce à la génétique en Bigorre et à Luchon. Par ailleurs, une quatrième portée comprenant deux oursons a été repérée sur le massif. "Ce qui porte à 7 le nombre minimum d'oursons cette année".

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Agriculture | Assises de l'Origine: les SIQO et les marques territoriales: duo ou duel?

29/05/2014 | Dans le cadre du Salon de l'agriculture, les Assises de l'Origine, ont évoqué l'accord parfois difficile entre Signes Officiels de Qualité d'Origine et marques territoriales.

Assises de l'origine 2014

Si la différenciation est un vecteur majeur de valorisation des produits agricoles, de nombreux acteurs du secteur craignent qu'à trop multiplier ces outils et démarches de qualité et/ou d'origine, l'atout ne se transforme en handicap; que la coexistence ne devienne redondance, et la complémentarité, concurrence. Un sujet débattu et illustré ce 27 mai lors des Assises de l'origine en présence de Jean-Luc Dairien Directeur de lʼINAO, Claude Vermot-Desroches, Président du Comité Interprofessionnel du Comté, Charles Goemaere Responsables des services économiques et juridiques du Comité Interprofessionnel du Vin de Champagne, Christophe Miault représentant de Paysan Breton, et Jean-Michel Boyer, président de la commission de promotion Bio Sud Ouest France. De riches échanges au service d'une compatibilité encore à trouver.

Les stratégies de valorisation des produits agricoles sont multiples et variées: Signes Officiels de Qualité et d'Origine reconnus au niveau français et européens (IGP, AOC, AOP...) labels de qualité (Label Rouge), label sur le mode de production (BIO, AREA...), marques d'entreprises aux valeurs qualitatives affirmées, ... autant d'outils qui doivent désormais coexister avec la nouvelle tendance lancée par les collectivités locales de créer autour des productions locales, de nouvelles bannières ou marques territoriales. Une manière de soutenir et (re)dynamiser les filières agroalimentaires. En Aquitaine, par exemple, « Sud Ouest France » ou « Bio Sud Ouest France » servent de bannières communes aux produits agroalimentaires des régions Aquitaine et Midi-Pyrénées souhaitant mettre en avant les images et valeurs du « Sud Ouest » aux produits d'ici.

Un simulacre de valorisationCes nouvelles opportunités de valorisation des produits ne font pourtant pas l'unanimité dans les rangs des producteurs bénéficiant déjà de SIQO. Leur regard est parfois méfiant quant au risque de concurrence que ces marques territoriales peuvent engendrer, notamment sur l'utilisation d''une indication géographique. Claude Vermot-Deroches est de ceux-là. Ardent défenseur de l'AOP Comté, il n'est pas, sur le principe, opposé à l'existence de telles marques régionales, mais la position du Comité Interprofessionnel du Comté qu'il préside est ferme, et exige des conditions strictes à leur création.
En premier lieu, un cahier des charges digne de ce nom. «Pour le Comté, chaque opérateur est soumis à des contraintes et des surcoûts. Sans cahier des charges, la revendication territoriale n'est qu'une revendication d'image, un simulacre de valorisation, dont les victimes seraient non seulement les opérateurs sous AOP-IGP mais aussi les consommateurs, trompés sur le contenu réel de la marque». Autre condition: l'accord préalable des filières AOP-IGP régionales afin qu'elles «puissent vérifier que le développement d'une marque régionale se développe sans porter la moindre atteinte aux produits déjà en place.» Enfin, selon lui, l'INAO, doit interdire l'existence de marques régionales sur des produits qui existent déjà sous AOP-IGP »...

Une saine émulationParmi les intervenants présents, Charles Goemaere Responsables des services économiques et juridiques du Comité Interprofessionnel du Vin de Champagne, est encore plus «jusque-boutiste». Son service juridique fait la chasse à travers le monde de tout produit, viticole, agricole mais aussi objet en tout genre (cigarettes, parfums, vêtements, etc..) portant le nom «Champagne». 1067 dossiers sont actuellement en cours dans 80 pays... «Rien ne doit venir remettre en cause le «réflexe Pavlovien» du consommateur entre le mot «Champagne» et le produit», explique t-il. L'idée d'une marque régionale «Champagne» n'est donc absolument pas envisageable pour le Comité interprofessionnel. Par contre, il ne s'opposerait en rien à une marque portant le nom entier de «Champagne-Ardennes».
Autre point de vue, celui de Christophe Miault pour la marque privée «Paysan Breton». Marque de commercialisation de produits issus du lait collecté auprès de 3 coopératives, elle bénéficie d'une notoriété liée à son âge (45 ans) et à son ancrage breton affirmé et revendiqué. Mais elle joue aussi sur des valeurs « de tradition, de simplicité et de produits sains », le tout adossé aux principes coopératifs. «L'important est de parvenir à donner du sens à la marque», insiste-t-il. De ce point de vue, une marque territoriale, n'aurait pas selon lui d'intérêt pour Paysan Breton, mais il admet que dans un temps de développement elle peut être utile, justement pour imprimer des valeurs sur un produit, «quitte à sortir de la bannière locale, si la marque ne le nécessite plus». Quant à la concurrence éventuelle qu'elle pourrait induire, c'est plutôt selon lui une bonne nouvelle : «ça veut dire que votre produit et les valeurs qu'ils portent sont les bonnes et que d'autres veulent investir le terrain. » Au final, pour lui, une saine émulation.

Vers un accord-cadre avec l'ARFPour le Directeur de l'INAO, s'il reconnaît qu'une concurrence entre outils de valorisation pourrait être avérée, il n'est pour autant pas question de rejeter les initiatives des collectivités. Tout l'enjeu du moment est donc bien de voir comment cette multitude de signes et de sigles qualitatifs peut «tirer dans le même sens l'image des produits». «Il faut qu'à travers ces démarches, les effets positifs se cumulent sans se confondre. Organiser cette complémentarité est une nécessité forte», insiste-t-il. Une complémentarité permettant tout à la fois, «l'identification par l'origine, des cahiers des charges exigeants, et dans le même temps une préoccupation économique permettant aux acteurs des territoires de faire preuve de leur performance.» Dans ce sens, il rappelle qu'une Charte de bonnes pratiques, posant les fondements de cette complémentarité a été adoptée il y a six mois. Celle-ci préfigure «un accord cadre avec l'Agence des Régions de France, qui pourrait être finalisé avant la fin 2014», espère-t-il.
Seul exemple de marque régionale, représenté lors de ces Assises, Bio Sud Ouest France. Plus qu'une bannière de promotion, la marque, au cahier des charges «très rigoureux» assure Jean-Michel Boyer, président de la commission de promotion Bio Sud Ouest France, va jusqu'à s'afficher sur l'étiquette des produits. Pour autant, confirmant que les viandes ne peuvent pas s'en prévaloir, on comprend bien que même si l'adhésion est assez large pour les opérateurs bio, un certain nombre de discussions n'ont pour l'heure pas pas pu aboutir.

En conclusion des échanges, Dominique Graciet, Président de la Chambre régionale d'agriculture, a appelé lui aussi à plus de clarté afin que les marges induites par les SIQO restent aux producteurs. Pour ce faire, il faut selon lui établir «un vrai code de la route, qui pourrait nous autoriser à ne pas avoir la même démarche selon le marché où l'on se présente, comme une voiture ne peut dépasser les 50 km /h en ville, mais peut rouler à 130 km/h sur l'autoroute». Entendu ici que l'autoroute, c'est l'export, «là où le terrain est dégagé». Pour autant, «les produits de qualité doivent garder leur caractère exceptionnel, il ne faut pas trop de monde dans ce créneau, sinon ce sera au détriment des marges du producteur. Or, prévient-il, il ne faut pas prendre le risque de cesser un travail de notoriété entrepris depuis des années.»

Solène Méric
Par Solène Méric

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
1351
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 22 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr
FRAB, Chambre agriculture et Interbio main dans la main pour le Mois de la Bio Agriculture | 17/10/2017

La bio à l’honneur en Lot-et-Garonne

Jean-Paul Musset et son fils Julien, qui vient d'acquérir l'exploitation laitière Agriculture | 16/10/2017

Foncier : la restructuration réussie d'une exploitation laitière à Coutras

Vendange en Aquitaine Agriculture | 16/10/2017

CIVB: La petite récolte 2017 obligera à puiser dans les stocks

Le taureau Fanfaron (à droite), un des bovins de la Race Parthenaise présentée au Salon de l'Agriculture 2016 Agriculture | 16/10/2017

Aqui! TV7 : La Parthenaise, nouvel atout charme de l'élevage bovin régional

Le Maraîchage bio est en plein essor en particulier en ceinture bordelaise Agriculture | 12/10/2017

Opération séduction pour la filière bio en novembre

Bertrand Harispuru, éleveur ovin et bovin au pays basque à la retraite Agriculture | 10/10/2017

L'évaluation foncière : l'autre porte d'entrée vers une vente Safer

La chambre d'agriculture des Pyrénées-Atlantiques donne rendez-vous aux éleveurs ovins le 13 octobre pour ses 13èmes Assises Ovines. Au programme la question de la main d'oeuvre Agriculture | 10/10/2017

Assises Ovines - 3 questions à Patrick Etchegaray, responsable de la commission ovine à la Chambre d'Agriculture des Pyrénées-Atlantiques

ManifCastelnau Agriculture | 07/10/2017

Filière avicole dans le rouge : les Landais unis pour faire payer l'Etat

Marie-Hélène Cazaubon, éleveuse gaveuse à Monsoué, présidente de la Commission Agricultrices - FDSEA 40 Agriculture | 05/10/2017

Crise aviaire et canards gras, reportage à Montsoué

Serge Bousquet Cassagne président de la Chambre d'agriculture47 (à droite) Agriculture | 04/10/2017

« Si quelqu’un a besoin de terres pour s’installer... » Serge Bousquet-Cassagne, président de la Chambre d’agriculture de Lot-et-Garonne

Euralis : du maïs semences pour toute l'Europe Agriculture | 03/10/2017

Euralis : des semences de maïs pour toute l’Europe

Visuel du projet du bâtiment Agrocampus Agriculture | 26/09/2017

Technopôle Agrolandes: du numérique à la biosécurité avicole

Maël Gallard et Laura Baillard avec Eirelles, jeune jument de 3 ans Agriculture | 25/09/2017

Pour Laura Baillard et Maël Gallard, leur projet agricole est en bonne voie

Pin Agriculture | 22/09/2017

100e AG des Sylviculteurs du Sud-Ouest : les parasites, « danger numéro un » de la forêt

Dominique Graciet, Président de la Chambre régionale d'Agriculture de Nouvelle-Aquitaine Agriculture | 20/09/2017

Dominique Graciet, Président de la Chambre d'agriculture de Nouvelle-Aquitaine : "L'Etat ne tient pas ses engagements"