aqui.fr lance Aqui-Bordeaux-Métropole le 9 novembre 2015

31/08/16 : La Fédération des producteurs de lait de la Dordogne organise une nouvelle action aujourd'hui de 14 h à 16 h devant l'usine Fromarsac à Marsac- sur- l'Isle, qui appartient au groupe Savencia.

30/08/16 : Traité transatlantique: Matthias Fekl, secrétaire d'état au commerce extérieur ce 30 août à RMC: " Nous sommes à un moment de vérité et de décision. À la fin du mois de septembre, je demanderai au nom de la France l'arrêt des négociations sur le Tafta»

26/08/16 : Eric SUZANNE nommé sous-préfet de Langon, auparavant sous-préfet de Villefranche-de-Rouergue (Aveyron), prendra officiellement ses nouvelles fonctions le 5 septembre en remplacement de Frédéric CARRE, nommé sous-préfet de Saint-Paul (la Réunion).

26/08/16 : Hamel-Francis MEKACHERA, précédemment secrétaire général de la préfecture des Alpes-de-Haute-Provence a été nommé sous-préfet de Libourne en remplacement d’Eric de WISPELAERE, nommé secrétaire général de la préfecture de Mayotte.

26/08/16 : Emmanuelle Cosse, ministre du Logement et de l’Habitat durable, ouvrira les Entretiens d’Inxauseta à Bunus, au Pays basque, ce vendredi 26 août à 13h30 et participera à la table ronde « les enjeux du logement pour le prochain quinquennat ».

25/08/16 : Guillaume Duval rédacteur en chef d'"Alternatives économiques" traitera du TAFTA lors des Escapades républicaines organisées par "les Ateliers de Marianne" le 3 septembre à partir de 9h à Saint-Symphorien lors du compte rendu de mandat de G. Savary

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 30/08/16 | Le président de la FRSEA réagit à l'accord trouvé avec Lactalis

    Lire

    Henri Bies-Péré, président de la FRSEA de la Nouvelle Aquitaine et éleveur laitier dans les Pyrénées Atlantiques, a réagi en fin de matinée, alors qu'il se trouvait en réunion en Dordogne, au sujet de l'accord trouvé avec le groupe Lactalis. "290 euros les mille litres de lait de moyenne jusqu'à la fin de l'année, c'est une avancée. Cet accord va suspendre les actions mais pas les discussions avec les autres transformateurs. Les organisations de producteurs doivent ouvrir des négociations avec les autres groupes. "

  • 29/08/16 | La traversée de St-Pierre de Chignac est interdite jusqu'à vendredi

    Lire

    Les automobilistes qui ont l'habitude de traverser St- Pierre -de-Chignac, à l'est de Périgueux, par la D6089 doivent modifier leur itinéraire. La route est coupée jusqu'au vendredi 2 septembre, du fait de travaux de réfection de chaussée réalisés par le Conseil départemental. Des déviations sont mises en place, pour tous les véhicules , par la D 710 entre Niversac et Les Versannes, la D 6 entre Les Versannes et Rouffignac , et la D 31 entre Rouffignac et Thenon.

  • 29/08/16 | Jean Lassalle : "François Bayrou n'est plus dans le coup"

    Lire

    Candidat à la présidence de la République, le député béarnais Jean Lassalle va lancer son mouvement en octobre prochain. Le parlementaire, qui a quitté le Modem, a estimé sur France Bleu Béarn que François Bayrou, avec lequel il a été très lié, "n'est plus dans le coup" et qu'il "n'est pas l'homme de la situation". Selon lui,"on ne peut plus dire que l'on va rembourser la dette à des gens qui ne peuvent plus payer la première semaine du mois", ni plaider pour une Europe en laquelle les habitants ne croient plus. Jean Lassalle dit disposer pour le moment de 200 parrainages.

  • 26/08/16 | La Fête de l'Arbre : 26 et 27 novembre

    Lire

    Trois mois, encore trois mois, avant la Fête de l'Arbre et des fruits d'antan : le grand rendez vous automnal que le Conservatoire végétal régional de Montesquieu en Lot-et-Garonne donne aux amoureux de la diversité fruitière -7000 visiteurs l'an passé- aura lieu en effet les samedi 26 et dimanche 27 novembre. L'occasion d'y découvrir quelques 500 variétés de fruits, d'en déguster et acquérir quelques uns et de repartir de ce rendez vous avec les arbres issus des pépinières du Conservatoire... de s'informer aussi des techniques de greffage, de plantation, de taille...» (www.conservatoirevegetal.com)

  • 24/08/16 | Luc Grislain nouveau président du GIPSO

    Lire

    Luc Grislain qui succède à Alexandrine Roubière est depuis 1993 Directeur de l'Institut de Pharmacie Industrielle à l'Université de Bordeaux. Son laboratoire spécialisé dans le développement pharmaceutique gère de nombreux projets dans le domaine de la mise au point de médicaments pour des maladies tropicales.Il est également co-fondateur avec le Groupe Bertin Technologies de Bertin Pharma, une spin off de l'Université de Bordeaux, société de R&D dans le domaine Pharmaceutique créée en 1999 et qui emploie à ce jour plus de 130 collaborateurs, dont la moitié est basée en Aquitaine.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Elections régionales 2015 Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Agriculture | Agriculture: Des Assises régionales de l’installation critiques et constructives

14/06/2013 | Si elle n'est pas un échec, la politique de l'installation connaît de nombreuses limites. Les Assises régionales de l'installation les ont mis à jour pour mieux les dépasser

Hervé Durand, DRAAF, Jean-Pierre Raynaud,vice président du Conseil régional d'Aquitaine en charge de l'Agriculture, Thierry Mazet, Directeur  Agriculture, Agroalimentaire, Forêt et Mer au Conseil régional

Ce vendredi 14 juin a eu lieu le grand rendez-vous régional de l’installation agricole. Syndicats, chambres d’agriculture, CUMA, coopératives, SAFER, mais aussi services de l’Etat et de la Région ont échangé une journée durant sur les freins actuels et les améliorations pouvant être apportées à la politique de l’installation agricole. Un temps de travail riche, intense et particulièrement constructif dont la synthèse, rédigée par la Direction régionale de l'Agriculture (DRAAF) et la Région, sera versée aux contributions des Assises nationales organisées en juillet. Une synthèse aussi très précieuse pour une remise à plat des dispositifs, nombreux, existant dans la région.

C’est sans complaisance ni langue de bois qu’a été livré dans la matinée, le résultat d’un audit d’évaluation de l’ensemble des dispositifs d’installation existant en Aquitaine. Réalisé par deux cabinets indépendants, le total est impressionnant: initiatives privées et publiques confondues, que ce soit sur l’accompagnement préalable, l’accès au foncier, l’accompagnement dans la réalisation du projet ou encore dans l’aide au financement, ce ne sont pas moins de 82 instruments qui ont été listés! L’ensemble des 1054 nouveaux installés en Aquitaine en 2012 (880 en 2011) auraient donc dû trouver leur bonheur dans cet éventail d'outils pour faciliter leur installation. Pourtant, rien n’est moins sûr. Pour preuve, sur l’aide nationale (et principale) baptisée Dispositif Jeunes Agriculteurs (DJA), seuls 30% des nouveaux installés l’ont mobilisée. Deux raisons principales à cela : soit le porteur de projet a plus de 40 ans et ne peut donc plus s’en prévaloir, soit il n’a pas la qualification agricole requise.
Pourtant, désormais, le vivier des nouveaux arrivants en agriculture sont des personnes qui s’installent hors cadre familial et dans ceux-là beaucoup ont de pus de 40 ans ou sont «mal» diplômés. Au total, 40% des installations agricoles sont le fait de personnes de plus 40 ans, autant  dire, autant de non candidats à la DJA…

Clivage entre DJA et sans DJAOr, il se trouve que la DJA, outre une aide à l’investissement, donne aussi accès à un accompagnement technique, à un suivi post-installation ainsi qu’à des facilités d’accès à un grand nombre de dispositifs financiers, quand elle n’est pas objectivement un critère d’accès à d’autres aides publiques ou privées. En bref, celui qui s’installe avec la DJA, le fait dans de meilleures conditions que celui qui tente l’exercice sans DJA. Pour preuve, «les installations des moins de 40 ans bénéficiant de la DJA ont un taux d’arrêt nettement inférieur (6%) à ceux qui n’ont pas eu accès à cette aide (20% d’arrêt) ». Un clivage qui correspond très souvent au clivage entre installations dans le cadre familial et hors cadre familial. Ces dernières cumulent donc, le plus souvent, une plus grande difficulté à accéder aux aides à l’investissement, doublée d’un difficile accés au foncier, qui se pose un peu moins à ceux qui prennent la suite familiale…
Pourtant, malgré l’existence de 82 outils visant une installation facilitée, et l’investissement annuel moyen de 12M€ consacré en aides directes à la politique d’installation en Aquitaine, l’efficacité et l’efficience de ces dispositifs n’est pas toujours au rendez-vous. Beaucoup de volontaires à l’installation restent encore au bord de la route. En effet, seul 1% des engagements réalisés sont réservés au public sans DJA, et seuls 4% des engagements sont réservés aux installations hors cadre familial. Autant dire un vrai paradoxe, entre les besoins exprimés, le nombre d’installations qu’ils représentent et les moyens mis en oeuvre pour les accompagner.

Accompagnement de "tous les projets d'installation viables"Au regard des ces constats, ces Assises régionales ont permis de dégager des orientations et de grands principes pour dépasser le limites actuelles. En premier lieu, concernant les cibles de la future politique d’installation, un accompagnement de «tous les projets d’installations viables» est fortement souhaité, qu’ils soient hors cadre familial, en installation progressive, ou sur des zones à enjeux. Dans le même ordre d’idée, un accès à la DJA devrait être favorisé en repoussant la limite d’âge, et en simplifiant le dispositif.
Sur l’accompagnement en lui-même a été retenu le principe d’«un lieu d’entrée unique et ouvert à tous» assurant notamment une information exhaustive et une mise en réseau des différents intervenants. Est également proposé un accompagnement personnalisé de tous les candidats, ainsi que le développement d’un suivi post-installation. Sur les outils financiers, outre le maintien du dispositif de l’aide d’Etat, les Assises régionales proposent «une plus grande complémentarité et cohérence entre les financeurs», «une modularité des aides» au regard du public ou des filières, un développement des mécanismes d’ingénierie financière ou encore un soutien aux collectifs (CUMA, installation en société, etc..).
Enfin pour l’accès au foncier, une réévaluation des règles d’urbanisme semble s’imposer, notamment en matière de préservation des terres agricoles. Est également préconisé un régime de l’accès au foncier amélioré et plus de transparent, le développement du portage du foncier et un effort en direction de la transmission. Au total, une politique de l’installation renouvelée et actualisée dont la gouvernance serait assurée à un triple niveau. D’abord, un cadrage national de la politique, puis un comité régional associant l’ensemble des acteurs pour mettre en place une stratégie régionale, et une cohérence des actions et enfin, un accueil et accompagnement de proximité qui se ferait au niveau départemental, tout comme l’instruction des dossiers.

Solène Meric
Par Solène Meric

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
2589
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 3 + 15 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr