Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

16/11/19 : Nouvel exploit des Bergeracois, lors du 7e tour de la Coupe de France de Football : le Bergerac Périgord FC, club de national 2, a éliminé ce samedi après midi, le club de Clermont, pensionnaire de Ligue 2 et actuellement sixième au classement.

15/11/19 : Yannick Jadot, député européen EELV, sera présent à Bordeaux le lundi 18 novembre 2019 pour soutenir les candidats et têtes de liste écologistes sur Bordeaux Métropole notamment Pierre Hurmic, tête de liste écologiste à Bordeaux.

15/11/19 : Du 23 nov au 1er déc, le Salon International de l’Agriculture et des Ressources Animales se tient à Abidjan (Côte d’Ivoire). Cette année la France est à l’honneur. La Région sera présente grâce à 3 opérations menées par l’Agence de l’Alimentation NA.

15/11/19 : "Regards Croisés" tel est le thème de la conférence organisée par le député Eric Poulliat autour de la radicalisation, le 18 nov à 19h au Kyriad de Mérignac, avec T. Oubrou, Grand Imam de Bordeaux et d'H. Hussein, sociologue des médias et du genre.

14/11/19 : Charente-Maritime : Les services de l'État et 15 communes du littoral s’entraîneront dans le cadre d’un exercice départemental ORSEC au risque submersion marine les 27 et 28 novembre 2019.

14/11/19 : Niort : L'Acclameur reçoit le salon de l'enseignement supérieur samedi 16 novembre. Au programme : présentation de nombreuses formations pour des métiers d'avenir en lien avec le tissu économique local. Entrée libre.

13/11/19 : Charente-Maritime : selon le journal officiel du 7/11, le nouveau préfet Nicolas Basselier, ex préfet de l'Aisne, prendra ses fonctions le 25/11. Il succède à F.Rigoulet-Roze, devenu directeur de cabinet du ministre de la Cohésion des territoires.

13/11/19 : Niort : le festival des films sur smartphone Takavoir lance un appel à candidature pour sa prochaine édition, qui se tiendra les 27 et 28 mars 2020. Les candidats doivent livrer leur film de 3 min max avant le 16 février prochain sur takavoir.fr

13/11/19 : Niort : 32 entreprises ont participé en septembre dernier au Challenge de la mobilité, soit 713 salariés du territoire. 44% ont opté pour le vélo, 12% le bus, 15% le covoiturage, 8% la marche, 8% le train. La remise des prix s'est tenue hier soir.

13/11/19 : Deux-Sèvres : Le salon des professionnels de la filière caprine Caprinov' dont la dernière édition s'est tenue en novembre 2018, reviendra du 25 et 26 novembre 2020 au parc des Expositions de Niort.

13/11/19 : Après plusieurs passages au Festival Musicalarue, Miossec revient à Luxey (40) dans le cadre intimiste de la salle de spectacles “Les Cigales“, samedi 30 novembre à 20h30. Le Brestois viendra présenter son onzième opus "Les Rescapés".

12/11/19 : Les gendarmes et la Guardia civil sont arrivés en nombre au péage de Biriatou en raison de l'opération escargot lancée par Tsunami Democra-tic, le mouvement indépendantiste catalan, relayé localement par Bizi! et Aitzina bloquant la frontière à 18h30

12/11/19 : Charente : un groupe d’étudiants en BTS SAM de CCI Charente Formation, mène un projet sur la gestion citoyenne des déchets depuis 1 an et organisent une journée environnementale ce mercredi A 15h30 au Campus CCI, à l'ex CIFOP de L’Isle d’Espagnac.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 15/11/19 | Un blocage contre la précarité pour Bordeaux Montaigne

    Lire

    Ce vendredi 15 novembre, une centaine d'étudiants ont voté en faveur d'un blocage de l'Université Bordeaux Montaigne lundi 18 novembre. L'objectif de ce vote, opéré par une assemblée générale composée notamment de membres de la FSE (Fédération Syndicale Étudiante) et de groupes autonomes), était de protester face à la montée de la précarité étudiante, dénoncée tragiquement la semaine dernière par la tentative d'immolation d'un étudiant lyonnais. La mobilisation de Bordeaux Montaigne pourrait être rejointe par des étudiants de l'Université de Bordeaux.

  • 15/11/19 | Reconnaissance d’état de catastrophe naturelle en Corrèze

    Lire

    Les communes de Queyssac les Vignes, Saint Aulaire, Saint Clément, Arnac-Pompadour, Perpezac le Noir, Puy d’Arnac et Saint Sornin Lavolps viennent de se voir reconnaître, par arrêté ministériel le 15 octobre et publié au Journal Officiel le 15 novembre, en état de catastrophe naturelle pour le phénomène de sécheresse réhydratation des sols. Les sinistrés disposent à compter de ce 15 novembre d'un délai de 10 jours pour prendre contact avec leur assureur afin de pouvoir bénéficier du régime d’indemnisation correspondant.

  • 15/11/19 | Foire aux miels à Brive

    Lire

    Ce dimanche 17 novembre de 9h à 18h, la salle Brassens de Brive accueille la 20ème édition de la Foire aux Miels. Organisé par l’association l’Abeille corrézienne et la ville de Brive, ce rendez-vous rassemble une trentaine d’apiculteurs amateurs et professionnels du Limousin. Les professionnels du miel feront découvrir les différentes étapes de l’extraction du miel et le rucher école déménage pour l’occasion son matériel. Vous aurez également la possibilité de gagner une ruche, un essaim, une formation au rucher école grâce à la tombola !

  • 15/11/19 | La Rochelle : un nouveau pôle de formation au sein du centre hospitalier

    Lire

    Le Groupe Hospitalier de La Rochelle-Ré-Aunis a inauguré le 8 novembre son nouveau pole de formation à l'hôpital Marius-Lacroix, rassemblant le service de la Formation Continue, le Centre de Formation Professionnelle et le Centre d’Enseignement des Soins d’Urgence (CESU 17). Ce nouveau pôle de formation est doté de 10 salles de formations, 2 de simulation en santé, 1 d'informatique, ainsi que 2 d’ateliers bien-être. Objectif: répondre aux besoins de formation du secteur sanitaire/médicosocial.

  • 15/11/19 | Chute du Mur de Berlin : journée thématique à Bordeaux

    Lire

    Le 21 novembre prochain, l'association étudiante Die Clique organise une journée spéciale consacrée au trentième anniversaire de la chute du Mur de Berlin à l'Université Bordeaux Montaigne. Au programme : intervention d'un doctorant autour des "traces contemporaines" laissées par l'édifice, un atelier graff avec un artiste (Möka 187), une exposition centrée sur différentes "représentation(s) de la chute du Mur de Berlin par la jeunesse" ou encore la projection du film "De l'autre côté du mur", de Christian Schowchow. Toutes les infos sur la page Facebook de l'association.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Agriculture | Les Agron'Hommes d'Opaline Lysiak:Au Brésil, Paulo catalyse l’agroécologie sur sa ferme

01/09/2019 |

Flavio prépare le plan des pâtures

Imaginez des consortium d’arbres entre lesquels poussent la canne à sucre et pâturent des bovins. Imaginez des étudiants qui viennent dans cette ferme pour y vivre, avec l’agriculteur, l’expérimentation d’un système agroécologique ultra-innovant. C’est le paysage vivant que Paulo Jarbas entreprend de créer sur la ferme familiale au Brésil.

Après deux journées de présentation du projet, nous sommes en pleine mise en place de la première parcelle de pâturage. Cristiano, Pedro, Rafael, Adriana, Alexandre, Paulo, Daniel, Paulo et moi-même sommes répartis sur la parcelle pour faire des trous de 70 cm de profondeur et placer les piquets, faits avec des troncs de jeunes eucalyptus. Il fait 25°C et la sécheresse commence: c’est le début de l’hiver au Brésil.

 

Les vaches attendent devant la clôture en construction

J’ai enfin réussi à interviewer Flavio, très occupé à expliquer à tous les participants comment créer une clôture de A à Z. « Avec lepâturage tournant dynamique, l’éleveur entretient une relation saine avec ses animaux à travers le changement de pâture. Les animaux voient l’Homme comme quelqu’un qui les amène vers une herbe abondante et délicieuse. Dans un système conventionnel, la relation se résume souvent à des actions négatives : faire une piqûre, mettre une boucle. Des actions qui n’aident pas à créer une relation basée sur le respect » Flavio est l’un des participants à « l’Experiencia Copaíba », 3 jours d’apprentissage et de travail collectif autour d’un objectif: créer un système agroécologique sur la ferme Copaíba.

Un super-système agro-sylvo-pastoral

Paulo Jarbas est un catalyseur et connecteur. Il a planté une graine innovante dans la terre qui appartient à sa famille depuis 4 générations. Il régénère le projet familial pour l’adapter aux besoins de notre société et de notre planète, avec une vision intégrale. Avec les 12 participants qu’il a conviés à l’évènement, Paulo fait partie de ces brésiliens « résistants » à l’agriculture intensive et plus globalement au système prôné par le gouvernement Brésilien. Ils observent ce qui se passe « en haut » et agissent concrètement « en bas », sur le terrain, en plantant des agroforêts abondantes. L’objectif de Paulo, entouré d’un écosystème d’étudiants, d’enseignants, d’agriculteurs, d’artistes et d’amis, est de créer un « super-système agroécologique » combinant la canne à sucre agroforestière et l’élevage bovin.

La fertilité animale est essentielle pour régénérer les sols

 

Transformer l’animal en allié

L’état de Minas Gerais, qui touche l’état de São Paulo, est appelé « le territoire de montagne du Brésil » et produit la plus grande partie du fromage du pays. « Le système dominant est le pâturage continu, qui en plus de produire peu, est la principale cause de dégradation des pâtures » explique Flavio, spécialiste du pâturage écologique, inspiré du français André Voisin. « Avec la méthode que l’on met en place ici, on transforme le bovin en allié. Les vaches vont pâturer l’herbe pendant une courte période et la stimuler par la fertilité des déjections et le piétinement. Puis on laisse l’herbe repousser suffisamment pour lui permette de durer longtemps ». Flavio a déjà mis en place un projet chez une agricultrice de la région de Bahia. Aujourd’hui la ferme Copaíba produit de la viande, et l’objectif est de produire du lait. Un lait agroécologique, agroforestier, nutritionnellement riche.

L’agroécologie: c’est bon de manger !

Une séance de yoga proposée par Pedro, étudiant en art et urbanisme, permet aux participants d’adopter un état de pleine conscience et de respect du corps, avant les tâches physiques de la journée. Puis on découvre le menu du petit déjeuner : un gâteau de manioc à la noix de coco et au fromage, de la purée de manioc à l’huile d’olive…

Rafael et Cristiano amènent le brunch directement sur le terrain

 

 

Daniel, un copain architecte, s’est chargé de récolter la manioc avec moi. « Chaque jour, on fait honneur à un aliment traditionnel » explique Rafael, le mari de Paulo, cuisinier, marionnettiste et barman à São Paulo. Il crée des recettes incroyables avec Cristiano, qui lui nous a fourni sa bière maison. « L’agroécologie n’a pas de sens si on ne prend pas le temps de manger des aliments sains et délicieux ».

Ildeu, le père de Paulo, est là ce matin. Il vient observer nos travaux, participer aux débats, les interrompant de temps en temps par une phrase digne d’un homme politique. Un ange passe dans ces moments là: le doyen parle. Ce n’était pas évident au départ quand son fils, architecte et ingénieur en environnement lui a parlé de ce projet qui tranche totalement avec la tradition agricole locale et la gestion actuelle de la ferme. Durant cette 3ème Experiencia Copaíba, les employés de la ferme son présents. C’est une grande avancée, un signal qu’Ildeu croit désormais au projet. Après tout, ce sont les employés qui mènent les actions quotidiennes pour produire la fameuse cachaca, et pour gérer les animaux. Sans eux et leur expérience de terrain, rien n’est possible.

 

Paulo heureux de voir le projet naître sous ses yeux

De 1 à 100 hectares: tester pour apprendre

Ce système agroécologique est ultra-innovant, et donc ultra-expérimental. Si l’objectif est de convertir la majeure partie des surfaces de la ferme (100 ha) il faut d’abord créer un prototype sur une petite surface; c’est l’objectif des Experiencia Copaíba. « En agroécologie, il n’y a pas de recette. On s’adapte et on expérimente chaque jour. On fait des erreurs pour apprendre. C’est pour cela que je souhaite que Copaíba soit un laboratoire d’apprentissage en agroécologie où les étudiants viennent apprendre avec moi » explique Paulo. « Je ne veux pas juste produire de cachaca, de la viande et du lait. Je veux planter des arbres pour re-créer un paysage résilient. Je veux avoir du temps pour la partie éducative du projet. Et je veux que la qualité de vie des employés de la ferme augmente ». « En rose, les pâtures à préparer. En vert, les parcelles de canne à sucre et agroforesterie. Après la récolte de cachaca dans 2 ans, le rose devient vert » explique Paulo.

Lors de la précédente séance réalisée en été, un système agroforestier avec canne à sucre a été testé sur une petite parcelle, Et comme ça pousse vite au Brésil, on peut déjà observer les résultats. « Je n’ai jamais vu de système agroforestier avec de la canne à sucre. Regardez, les arbres sont beaucoup plus beaux près de la canne! On a pas besoin de résultats de recherche: cette expérience simple nous montre que les plantes s’entraident » admire Alexandre, un des participants.

« Nossas diferenças como ponto fortes »

« Nos différences sont des points forts ». Cette phrase de Paulo illustre le mode de fonctionnement humain et écologique du projet. Comme les plantes dans un écosystème, ici chacun des participants vient d’un milieu différent, a son expérience personnelle, son histoire, ses connaissances. Paulo, très ouvert d’esprit et généreux, a réussi a créé un environnement fertile pour apprendre les uns des autres, dans le respect. Les discussions très animées sont toujours modérées au sein du groupe car nous avons tous fait le choix de venir pour partager écouter. En connectant des personnes au projet de la ferme Copaíba, Paulo expérimente une plateforme d’apprentissage horizontale, où l’on apprend ensemble, en suivant le rythme de la nature - une séance en hiver, une séance au printemps - en régénérant la nature par la création d’un système agricole holistique, et en observant les réponses de la nature à ces actions. Ce serait donc ça, l’agroécologie?

Découvrez le projet en vidéo sous titrée : https://www.youtube.com/watch?v=3L8zbTWpSB8&t=25s

 

A propos du projet Les Agron’Hommes

 

La ferme Copaíba fait partie du réseau de l’Ecole d’Agroécologie Voyageuse en cours de création par l’association Les Agron’Hommes, pour apprendre l’agroécologie en voyageant dans les fermes du monde.

 

Intéressé(e)? Contactez Opaline sur https://lesagronhommes.com

 

Opaline Lysiak
Par Opaline Lysiak

Crédit Photo : Opaline Lysiak

Inno'action et agricultureCet article fait partie du dossier

Voir les autres articles de ce dossier
Partager sur Facebook
Vu par vous
12195
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 19 + 17 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr