18/08/22 : Des travaux de nuit sont réalisés sur la rocade Sud de Bergerac jusqu'au 9 septembre pour réfection de la chaussée entre le giratoire de la Route d’Eymet et le giratoire « des sardines » (piscine AQUALUD). Les travaux se déroulent entre 20h et 6h.

18/08/22 : En quelques jours, Poitiers a perdu deux serviteurs. Henri Chevalier, premier président du CSC des 3 Cités et engagé au Stade Poitevin et au sein de l’OMS. André Guisiano, Zézé, joueur, entraineur et président du Stade Poitevin Rugby.

18/08/22 : Les urgences de la Polyclinique Bordeaux rive droite interrompent l'activité de nuit, du 19 au 28 août, de 20h à 8h, pour personnel médical insuffisant. Une infirmière orientera le patient en relation avec le 15. Le service reprendra le 28 août.

17/08/22 : StarClass et l’armateur Amasus Shipping ont opéré un chargement exceptionnel sur le site portuaire du Verdon. Deux yachts, signés Jeanneau mesurant 15 et 25 m, ont été chargés à bord du navire EEMSLIFT HENDRIKA. Direction salon du Yachting à Cannes.

16/08/22 : 8000 personnes évacuées en Gironde dans le contexte des incendies ont pu regagner leur domicile pendant le week-end. Même tendance dans les Landes. Les retours des personnes hébergées en foyer de vie ont lieu ce mardi à Moustey et Saugnacq-et-Muret.

12/08/22 : Dans les Landes et en Gironde, la vigilance incendie est renforcée jusqu’à lundi. Les véhicules sont interdits sur les pistes et chemins. Les activités ludiques et sportives sont interdites sauf en bases de loisirs et sur les plans plages.

12/08/22 : Jeudi 25 août de 16h à 23h30, les cinq clubs de haut niveau de l'agglomération font leur rentrée place Clemenceau. A 16h, animations sportives avec les joueurs et joueuses. A 19h, présentation des équipes des cinq clubs, puis soirée dansante à 20h.

12/08/22 : À Bordeaux, Parc Rivière, jeudi 25 août, Esprit Dog, spécialisé dans l'éducation canine, organise un rassemblement de passionnés de chiens. L’événement gratuit et solidaire consiste en une distribution de croquettes et des cours d'éducation canine.+ d'info

11/08/22 : "Jamais autant de moyens aériens n'ont été mobilisés sur un incendie. On va continuer de s'adapter grâce à la solidarité européenne. Mais il n'y a pas que les moyens aériens," indique Elisabeth Borne depuis Hostens, en Gironde.

11/08/22 : Pendant qu'Elisabeth Borne, Première ministre est en visite sur les incendies à Hostens en Gironde, le Président, Emmanuel Macron, annonce que l'Allemagne, la Grèce, la Pologne, la Roumanie et l'Autriche vont venir en aide à la France.

11/08/22 : Elisabeth Borne et Gérald Darmanin sont attendus ce jeudi à Hostens en Sud Gironde: 6 800 ha de forêt ont été détruits par le feu depuis mardi après midi. 1100 pompiers sont mobilisés et 10 000 personnes ont du quitter leur domicile.

10/08/22 : Le député RN de Gironde, Grégoire de Fournas, dépose ce mercredi une proposition de loi instaurant une peine plancher de 10 ans pour les incendiaires. "La plupart des incendies sont d'origine criminelle. Or les pyromanes ne sont condamnés qu'à du sursis."

10/08/22 : Face aux incendies en Gironde et dans les Landes, le Ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin indique sur Tweeter qu'il a "décidé de renforcer les moyens mobilisés : plus de 1000 pompiers, 9 avions et 2 hélicoptères bombardiers d’eau sont engagés."

10/08/22 : Pour cause de reprise des incendies dans le Sud Gironde et le Nord des Landes, la circulation est interdite depuis mercredi 11 h, dans les deux sens sur l'autoroute A63 reliant Bordeaux à Bayonne. Les poids lourds sont déviés par Pau.

10/08/22 : Bordeaux est une des villes qui compte le plus de pâtisseries. Son score est de 4 pour 100 000 habitants, autant que Lyon, plus que Paris et Toulouse, mais moins que Strasbourg. Podium établi par Hellofresh, leader des boxs à cuisiner.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 18/08/22 | Les anciens de Chatellerault tricotent déjà pour octobre rose

    Lire

    En prévision de la marche Octobre rose du 15 octobre, 9 h 30, place Emile Zola à Châtellerault (Vienne),les résidents des maisons de retraite, foyers logements et EHPAD de la ville, se mobilisent pour tricoter des ouvrages en laine rose qui viendront garnir le tronc des arbres du boulevard Blossac. Cette participation à une action internationale relayée par le club Soroptimist revalorise les personnes âgées et les liens intergenerationnels et stimulent les nouvelles générations à se faire dépister.

  • 18/08/22 | Douzième édition des vergers ouverts sur les coulisses de la pomme

    Lire

    Les pomiculteurs engagés font découvrir les coulisses des pommes écoresponsables. L’Association Nationale Pommes Poires (ANPP) regroupe 300 adhérents représentant 1 400 producteurs. Les vergers à visiter les 27 et 28 août : Scea La Californie, Acharf Essabiri 5480 route des Vergers Grun-Bordas (24) ouvert le 28 août ; Earl de Chantegrolle - SARL Gargouil Éric Gargouil Chantegrolle à Charroux (86) Verger ouvert les 27 et 28 août; Verger de Peyreton Christine Pizzinato, Peyreton Sainte-Bazeille (47) Verger ouvert les 27 et 28 août. http://www.lapomme.org/vergers-ecoresponsables/les-vergers-ouverts

  • 17/08/22 | Grippe aviaire: avance remboursable pour les transformateurs

    Lire

    A la suite de l’épizootie d‘influenza aviaire H5N1, les entreprises ayant une activité significative d’abattage, de transformation, de conditionnement d’œufs ou de services à la filière, touchées par la diminution de production peuvent bénéficier d'une aide sous forme d’avances de trésorerie remboursables. Cette aide s’inscrit en complément des efforts que doivent consentir les financeurs privés de l’entreprise (banques et actionnaires). Les demandes sont à déposer via le téléservice de FranceAgrimer avant le 09 septembre à 14h00. pad.franceagrimer.fr/pad-presentation/vues/publique

  • 17/08/22 | Fabriquer des dortoirs à osmies (abeilles) à Villenave d'Ornon

    Lire

    Villenave-d’Ornon (Gironde) organise un atelier participatif de fabrication de dortoirs à osmies, le samedi 27 août, de 14 h à 16 h 30, au Square Torres Vedras (7 rue des Peupliers). L’osmie est une abeille sauvage, « abeille maçonne », qui se différencie de sa cousine productrice de miel par son caractère solitaire et inoffensif. Elle fait son apparition très tôt dans la saison, elle est l’un des premiers insectes pollinisateurs d'où son importance. Gratuit, inscription obligatoire (05 56 75 69 85), l'atelier sera animé par l’association « Tous aux abris ».

  • 17/08/22 | Molière à l'aire du 3.0 à Pau

    Lire

    Du 25 au 28 août, à l'occasion des 400 ans de la naissance de Molière et en préfiguration du futur centre de recherche et de création théâtrale de Pau, la manifestation Molière 3.0 rassemblera artistes, spécialistes et grand public. A cette occasion, 3 pièces illustrant la diversité de l'œuvre de Molière seront présentées dans des lieux emblématiques de la ville, des conférences rassembleront artistes et spécialistes du théâtre du XVIIe siècle à la chapelle des Réparatrices du conservatoire, et enfin la médiathèque André Labarrère proposera des projections de documentaires, films et captations de pièces. Infos : www.pau.fr

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Agriculture | Les Agron'Hommes d'Opaline Lysiak: Au Japon, l’école où on apprend à aimer l’agriculture

29/09/2019 |

1

En France, le mouvement des néo-paysans est grandissant même si les défis sont nombreux pour conserver des paysages nourriciers. Au Japon, ce mouvement existe mais est peu soutenu par le gouvernement. Le monde rural peine à attirer la jeunesse. Le lycée agricole Ainou fait partie des rares lieux qui ont cette capacité à donner une envie aux jeunes de devenir des paysans qui se respectent et respectent leur outil de travail: la Nature.

" Je souhaite apprendre à produire du vin comme les français » m’écrit Soraki dans son dernier mail. En novembre prochain, je l’accueillerai en France car il est déterminé à apprendre le français en pratiquant la viticulture bio dans les fermes que je lui aurai conseillées. Il a appris l’agriculture biologique dans son école, dont le nom « Ainou » signifie « Aimer l’Agriculture ».

Une nation nippone de paradoxes agricoles

En 2016, 9% de la population du Japon est agricole et l’âge moyen des agriculteurs est supérieur à 65 ans. Pourtant, la formation agricole est très présente dans le pays. Il y a 320 lycées agricoles publics, et il existe aussi dans chaque préfecture une formation en 2 ans, qui ressemble un peu à notre BTS, pour devenir agriculteur. « Pour moi, l’enseignement qui y est donné est très classique à la fois sur la manière d’enseigner et les techniques agricoles » explique Shimpei Murakami, agriculteur bio et enseignant à Ainou. En combinant les chiffres de diverses sources, j’ai conclu que 2% environ des jeunes deviennent agriculteurs à l’issue de leur formation. 

Les exploitations s’agrandissent, se modernisent de manière extrême (on parle de « zombification » de l’agriculture japonaise) ou sont laissées à l’abandon. La formation agricole serait-elle inadaptée aux enjeux d’aujourd’hui et demain? Voici des éléments pour mieux comprendre le contexte:

a) La transmission des savoirs-faire se fait encore majoritairement de père en fils avec peu d’apport de connaissances nouvelles, adaptées aux enjeux actuels et notamment l’agroécologie. Ce n’est pas obligatoire d’avoir un diplôme agricole pour être agriculteur, et ceux qui sortent de l’université d’agriculture vont souvent travailler pour des grandes entreprises agricoles, multinationales, ou pour le gouvernement.

b) C’est difficile pour un agriculteur japonais de proposer, tester et développer quelque chose de différent; l’opinion des voisins est importante et on peut être rapidement exclu de la communauté. Les japonais, en partie du fait de la longue histoire du shintoïsme, ont un sentiment d’appartenance très fort à une origine familiale unique. Le peuple japonais est un peuple soudé et harmonieux mais avec en contrepartie une difficulté à s’ouvrir à l’originalité.

Les Japonais respectent l’autorité, suivent les règles imposées par un supérieur, qu’il soit le chef d’entreprise ou l’enseignant et en général le sens de l’initiative est peu développé. « Nous ne sommes pas bons pour mener de bonnes réunions où l’échange des opinions est réel, conclut Ryoko Tsuboi, qui gère la revue de l’association d’agriculteurs qui a créé l’école Ainou. « Les fonctionnaires du Ministère de l’Agriculture sont très stricts et l’innovation pédagogique a peu de place ».

La solution réside en grande partie dans l’éducation où la création d’un terreau fertile qui permet aux jeunes de découvrir à quel point la production alimentaire est à la base de tout.

Dès lors, comment former des futurs agriculteurs qui produisent de manière agroécologique, en étant capable d’innover, de prendre des décisions de manière holistique, de s’impliquer dans la vie de leur communauté et dans les instances politiques?

 Interview des étudiants et enseignants d’Ainou, pendant la transformation des kiwis

Quand l’amour de l’agriculture passe avant la technique

En juin 2018, je découvre pour la première fois un lycée agricole où les étudiants sont autosuffisants à 70%. « Le fondateur de l’école estimait que pour répondre aux enjeux alimentaires du Japon, la base était que tous les étudiants apprennent à aimer l’agriculture, explique Aki, quinquagénaire dynamique qui gère l’internat de filles. Ils doivent développer leur capacité à aimer à travers l’action de produire la nourriture ». C’est cette idée qui a fait naître le lycée Ainou il y a 55 ans. En Japonais, « Ai » signifie  « aimer » et « nou » veut dire « agriculture ».

 

 Voilà commet on écrit Aimer L’Agriculture en japonais: c’est le nom de l’école

Aujourd’hui 60 jeunes de 15 à 18 ans apprennent l’agriculture à Iga, village situé à 1h30 de Kyoto. « Le travail aux champs a une place importante dans l’emploi du temps des jeunes, parce qu’ils doivent se réaliser à travers l’agriculture et savoir ce que cela représente réellement » explique Michiyo, vice présidente de l’école et professeur de musique.

« Les profs doivent aimer l’agriculture pour pouvoir le diffuser aux étudiants. Il y a un but commun » ajoute Ryoko. Dans nos lycées agricoles français, l’équipe pédagogique n’est pas choisie, formée pour transmettre cette passion et conserver cette vision commune.

Les 2ème année enseignent aux 1ère année

Ce sont les jeunes qui gèrent la ferme, encadrés par des enseignants ou des employés de la ferme, divisée en 6 sections: fruits, légumes, vaches laitières, cochons, poulets, céréales. Alors que nous participons à la plantation de riz, Tasho explique à ses camarades de 1ère année comment positionner les plants de riz dans le champ. « Cela me faisait bizarre d’expliquer à la place du prof, mais en fait expliquer me permet aussi de mieux mémoriser et perfectionner la technique ».

« Beaucoup de jeunes japonais sont isolés aujourd’hui, ils passent leur temps dans leur chambre et deviennent des adultes qui ne sont pas capables de communiquer avec les autres, explique Shimpei, agriculteur qui enseigne l’agriculture naturelle. Ici, tout le monde, étudiants, enseignants, vit ensemble; la connexion avec les autres et la nature est très forte »

Shimpei est président d’Ainou Kai, l’association d’agriculteurs bio qui est à l’origine de la création du lycée du même nom. Dans la vidéo suivante, il explique que les étudiants doivent d’abord prendre conscience des connaissances qu’ils ont déjà avant d’aller plus loin. « Souvent ils ne réalisent pas qu’ils ont déjà des savoirs et qu’ils doivent les connecter avec ce dont on parle en classe. Ils doivent prendre du recul par rapport à ce qu’ils pensent et apprendre à critiquer leur pensée ». Shimpei enseigne l’agriculture naturelle quelques heures par semaine et accueille une quantité impressionnante de stagiaires chaque année sur sa ferme.

« Les agriculteurs japonais sont vieux et il faut que les jeunes prennent la relève c’est pourquoi Ainou est si importante car elle forme des agriculteurs passionnés prêts à prendre la relève » explique Yoku, enseignant, pendant la séance de plantation de riz. « J’ai été diplômé de la 11ème promotion et à cette époque, dans les années 70, 80% des étudiants devenaient agriculteurs. C’est 50% aujourd’hui et toujours beaucoup plus que les lycées agricoles publics du japon, ou c’est plutôt 3% ».

Dans cette vidéo, 8 étudiants témoignent de leur intérêt pour l’agriculture et expliquent leurs projets, pour la plupart agricole, une fois qu’ils auront terminé leur formation:

https://www.youtube.com/watch?v=tV2mjMYO2F4

Et si on préparait des noodles de sarrasin?

Les bretons pas trop à l’Ouest savent que le sarrasin est une plante originaire du nord-est de l’Asie. Certaines régions du Japon et de la France réunissent les conditions de climat et le sol pour la production de cette plante. Les galettes de blé noir sont à la Bretagne ce que les soba (pâtes de blé noir) sont au Japon: le plat traditionnel qui donne sa raison d’être à la production de sarrasin. Bertrand Larcher, créateur de l’Ecole internationale de Crêperie et de nombreuses crêperies au Japon, a consacré sa vie à mélanger les deux agri-cultures par le goût.

Au Japon, on consomme aussi le sobacha, une infusion de sarrasin torréfiée aux vertus anti-oxydantes. Soraki, passionné par les plantes, souhaite partager avec les étudiants français la culture de sarrasin. Comment le sarrasin est-il cultivé au Japon de manière agroécologique? Comment les facteurs naturels, culturels, économiques, influencent-ils cela? Existe-t’il au Japon des signes de qualité, comme le label IGP Blé Noir de Bretagne? L’idée est d’aborder toutes ces questions autour d’un bon repas: des galettes de blé noir assaisonnées de sauce soja, ou des soba avec un verre de jus de pomme breton. Cela vous fait envie? Alors lisez le paragraphe suivant.

Participer au premier prototype de l’Ecole d’Agroécologie Voyageuse

Si j'ai choisi d’écrire un article sur l’école Ainou, c’est parce qu’elle partie du projet Les Agron’Hommes, dont la vision est de créer des expériences pour que les jeunes puissent apprendre l’agroécologie en travaillant dans les fermes de France et du Monde.

 L'Ecole d'Agroécologie Voyageuse

 

 

 

 

L’Ecole d’Agroécologie Voyageuse a pour ambition de créer un itinéraire de formation en agroécologie qui met les participants dans une posture de connecteur et de catalyseur de partage de connaissances, alors qu’ils apprennent eux-même au contact des agriculteurs. Chaque participant construit son itinéraire d’un an en choisissant une thématique essentielle dans la transition agroécologique, et en imaginant comment déployer ses talents pour aider les agriculteurs dans leurs projets. A la fin de la formation, les participants se retrouvent pour valoriser leur expérience au niveau local, à travers des outils de communication ou de pédagogie, ou par la réalisation d’un projet agroécologique dans une ferme.

Les participants peuvent choisir le Japon comme un pays étape pour apprendre l’art de cultiver et déguster le sarrasin, aider des agriculteurs japonais dans leurs projets, s’inspirer de l’expérience du lycée agricole Ainou, puis valoriser cette expérience en France. Dans le cadre d’une Ecole d’Agroécologie Voyageuse « inversée », Soraki et Shimpei pourront venir en France pour construire avec nous la transition agroécologique.

Pour participer au projet les Agron’Hommes: https://lesagronhommes.com

 

 

Opaline Lysiak
Par Opaline Lysiak

Crédit Photo : Opaline Lysiak

Inno'action et agricultureCet article fait partie du dossier

Voir les autres articles de ce dossier
Partager sur Facebook
Vu par vous
22683
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 20 + 14 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr
Samia Riffaut et son salarié Jérôme Brunet ont planté 3 600 plants de bambou géant Moso le 26 mai. Agriculture | 10/08/2022

Des bambous géants Moso plantés sur deux hectares en Haute-Vienne

Une centaine d'habitants des communes du Pays d'Aunis étaient présentes à la réunion d'informations organisée à Montroy le 26 juillet Agriculture | 29/07/2022

Pollution aux pesticides en plaine d’Aunis, les habitants se mobilisent

cdfr 2022 Agriculture | 25/07/2022

La Safer se penche sur le renouvellement des générations d’agriculteurs de la Gironde

Témoignages de jeunes installés et autres exemples de dossiers d'installations récentes ont animé les présentations de cette CDFR _ © Sylvain Desgroppes Agriculture | 08/07/2022

La Safer active sur un marché dynamique en Dordogne

L'Afdi Nouvelle-Aquitaine est à l'initiative de deux PER au Bénin : un sur la filière de la noix de cajou et un autre sur l'ananas Agriculture | 05/07/2022

Afdi Nouvelle-Aquitaine engagée dans les partenariats économiques en Afrique

Bourse agricole maritime Quai Lomabrd du Port Atlantique La Rochelle Agriculture | 30/06/2022

Bourse agricole La Rochelle-Pallice : un pré bilan en demie teinte

Romain et Audrey Verrier se sont installés en janvier 2022, en tant qu'éleveurs caprins en Deux-Sèvres Agriculture | 30/06/2022

Installation - Transmission: L' "incroyable" nouvelle vie de Romain et Audrey, éleveurs caprins débutants

Illustration Campagne Foncier rural et agricole nouvelle-Aquitaine Agriculture | 28/06/2022

Nouvelle-Aquitaine: Les marchés fonciers ruraux ont battu des records en 2021

Sylvie Marcilly et Cédric Tranquard à sa gauche signent la nouvelle convention Agriculture | 23/06/2022

Charente-Maritime : un partenariat renouvelé entre le département et la chambre d’agriculture

A Mont-Disse en Béarn, Charles Pelanne a vu ses cultures de kiwi et de vignes détruites à 100 % par la grêle. Ici avec Eric Spitz, préfet du département venu constater les dégâts Agriculture | 23/06/2022

Les orages de grêle destructeurs ont lourdement frappé le Béarn

L'équipe d'Euralis dont Laurent Dubain (à droite), DG du pôle agricole d'Euralis, sont venus à la rencontre de Philippe Joseph et de son fils engagés pour 20 ha, dans un contrat Gaïa Agriculture | 21/06/2022

Les agriculteurs rémunérés pour leur engagement agronomique

Sel et marais de l’île de Ré. Agriculture | 09/06/2022

Saliculture : une récolte de sel très précoce

Régis Boisseau, directeur de Semae Sud-Ouest Agriculture | 02/06/2022

Géopolitique, agroécologie, cultures alternatives... la filière semences "se réinvente"

Bruno Millet et Dominique Graciet au Salon de l'agriculture Nouvelle-Aquitiane, devant la vache Haquitanima Agriculture | 31/05/2022

Salon de l'agriculture et après ? " Installer un bruit de fond positif "

Jean-Christophe Roubin, responsable agriculture au CA, Olivier Constantin, Directeur Général du CA Aquitaine, Patrice Gentié, Président du CA Aquitaine et Sandrine Kergosien, Directrice des marchés spécialisés CA Aquitaine Agriculture | 31/05/2022

Le Crédit Agricole d'Aquitaine vent debout face à la crise qui secoue le secteur agricole