18/10/17 : La CGT appelle à nouveau à manifester en Dordogne contre les ordonnances Macron sur le droit du travail. Les rassemblements auront lieu ce jeudi 19, à 17 h à Périgueux (palais de justice), Bergerac (palais de justice) et Sarlat (place de la Grande-Rigaudi

18/10/17 : Malgré la protestation d’élus et des syndicats, la Direction générale des Finances publiques a entériné la fermeture de la trésorerie de Mussidan (24). D’autres pourraient connaître le même sort comme à Belvès, Saussignac, Thiviers et Brantôme.

17/10/17 : La Rochelle organise son Colloque Citoyenneté et Solidarités sur le thème "Innover aujourd’hui pour l’action sociale de demain" le 19 octobre à l'espace Giraudeau, avec l'intervention du CNAM de Paris. Gratuit sur réservation. www.ccas-larochelle.fr

15/10/17 : A TF1 Emmanuel Macron après le drame de Marseille a annoncé une nouvelle loi en matière de droit d'asile et d'immigration et la négociation en cours "d'accords bilatéraux avec les pays africains" pour rendre effectives les reconduites à la frontière.

13/10/17 : Les offices HLM de Charente-Maritime organisent une manifestation mardi à 14h devant la prefecture de La Rochelle pour protester contre la baisse des aides au logement pour les bailleurs sociaux.

11/10/17 : Le collectif national « Vive l'APL » qui regroupe 60 organisations associatives, syndicales, de consommateurs et bailleurs sociaux, appelle à la mobilisation samedi «pour défendre le droit au logement social». A Bordeaux, ce sera à Pey Berland à 14h

03/10/17 : L'organisation du Grand Pavois a enregistré quelque 80 000 visiteurs pour cette 45 e édition, identique à l'an dernier, et de nombreuses ventes d'unités. La prochaine édition se tiendra du 26 septembre au 1er octobre 2018.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 19/10/17 | Le Pays basque a déjà gagné le Tour de France

    Lire

    Le Pays basque intérieur pourrait bien ériger une statue aux organisateurs d'un Tour de France qu'il n'avait pas vu depuis 2006 -à Cambo-les-Bains-. En effet, cette étape contre la montre du samedi 28 juillet entre Saint-Pée-sur-Nivelle et Espelette se dispute la veille de l'arrivée, certes. Comble du bonheur, elle a lieu en pleine période... des Fêtes de Bayonne! Une aubaine touristique pour les maires Jean-Marie Iputcha et Pierre Marie Nousbaum. Il est vivement recommandé de réserver ses nuitées dès aujourd'hui au Pays basque.

  • 18/10/17 | Déviation de Beynac : plus de 2600 avis recueillis pour l'enquête publique

    Lire

    Concernant l'enquête publique sur la déviation de Beynac, en Dordogne, qui s'est clôturée le 17 octobre, plus de 2600 avis ont été déposés dont 2410 en ligne. La commission va remettre sous huitaine une synthèse au Conseil départemental qui pourra formuler des réponses. Dans un délai d'un mois, la commission rendra ensuite son avis avec d'éventuelles observations à la préfète de la Dordogne. C'est à elle que reviendra la décision finale de valider ou non le projet.

  • 18/10/17 | Les Pyrénées-Atlantiques "chouchoutées" par le Tour de France

    Lire

    Les Pyrénées-Atlantiques décrochent la timbale pour l'édition 2018 du Tour de France. Parti de Trie-sur-Baïse (65), le peloton arrivera à Pau le jeudi 26 juillet. Il disputera le vendredi 27 une étape émaillée de nombreux cols entre Lourdes et la commune montagnarde de Laruns (Aspin, Tourmalet, Bordères, Soulor-Aubisque). Un contre la montre entièrement basque sera enfin disputé le samedi 28 entre Saint-Pée-sur-Nivelle et Espelette. Equipes et accompagnateurs étant en prime logées pendant quatre jours à Pau. Que demander de mieux ?

  • 17/10/17 | Dominique Bussereau fait du lobbying pour le Tour de France

    Lire

    Alors qu'il assistera à la présentation du parcours du Tour de France ce mardi, le président de la Charente-Maritime compte bien "faire une petite piqûre de rappel" au patron du Tour de France Christian Prudhomme sur la volonté du Département d'accueillir le Tour de France "dans les prochaines années". Dominique Bussereau a notamment en tête un passage du Tour par les îles de Ré et d'Oléron. Une manne touristique et financière non négligeable, et une belle vitrine pour le territoire.

  • 15/10/17 | Les ours des Pyrénées donnent de leurs nouvelles

    Lire

    L'association Pays de l'ours- ADET se réjouit de "deux bonnes nouvelles" sur le massif pyrénéen. Tout d'abord la réapparition de Cannellito, le fils de l'ourse Cannelle tuée en 2004 par un chasseur béarnais. Alors que le plantigrade avait disparu depuis plusieurs mois, sa trace a été détectée grâce à la génétique en Bigorre et à Luchon. Par ailleurs, une quatrième portée comprenant deux oursons a été repérée sur le massif. "Ce qui porte à 7 le nombre minimum d'oursons cette année".

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Agriculture | Au Pays basque, échanges virils et courtois entre paysans et ministre

24/04/2015 | Le ministre de l'Agriculture Stéphane Le Foll est intervenu au congrès national de la Confédération paysanne qui se tenait à Ispoure. Militants et représentant du gouvernement ont ratissé large

Stéphane Le Foll accuelli au congrès de la Confédération

Ce n'est pas un pélerin en route pour Compostelle que Laurent Pinatel, le porte-parole de la Confédération paysanne attendait à Ispoure, aux portes de Saint-Jean-Pied-de-Port, mais le ministre de l'agriculture Stéphane Le Foll. Histoire de lui rappeler que son troupeau est un peu las des voeux pieux. Après qu'il ait établi un préalable incontournable avec les 350 congressistes: au Pays basque, le terme "ongi etorri" a toute sa signification. Donc faire preuve de dignité pour accueillir celui qui est aussi le porte-parole du gouvernement. S'en sont suivies deux heures de débats courtois...mais musclés

Claude Barets, le maire d'ispoure, le village de quelques centaines d'âmes adossé à Saint-Jean-Pied-de-Port, la citadelle navarraise, incontournable étape du pélerinage de Saint-Jacques-de-Compostelle et de la banque Inchauspé, avait soigneusement repassé son écharpe tricolore de maire. Un ministre de la République en visite à Ispoure est aussi rarissime que celle d'un pape à Lourdes. Nombre d'élus étaient présents pour ce rendez-vous du pugnace ministre de l'Agriculture (et porte-parole du gouvernement) venu d'une certaine manière affronter les intransigeantes revendications de la toute aussi pugnace Confédération paysanne qui représente 20% des agriculteurs de l'hexagone, exprimées par Laurent Pinatel, son porte-parole; galvanisé aussi par ce syndicat alternatif basque Euskal Laborarien Batsuna (ELB) qui défend la tradition paysanne au pays.

Les premiers semis de la matinée ont été déposés tout d'abord par Jean-Jacques Lasserre, le (re)nouveau président du Conseil départemental des Pyrénées Atlantiques, qui après s'être félicité de la venue du ministre lui a exposé son plaidoyer en faveur des attributions encore floues qui seront accordées aux nouveaux conseils (tourisme, économie et agriculture) dans une région redessinée et dont l'Aquitaine deviendra la région agricole la plus étendue. Avant que cet agriculteur à vie de Bidache, ne souliigne l'inquiétant devenir des petites oui moyennes installations.

Mais c'est réellement Laurent Pinatel qui a développé un véritable plaidoyer du petit monde paysan. "Nous vous avons vu arriver avec beaucoup d'espoir, mais le résultat, ce ne sont que des demi-mesures qui ne sont pas de nature à en finir avec un système d'agriculture productiviste aujourd'hui à bout de souffle."
Et Laurent Pinatel de tempérer: "certes vous avez fait preuve de de pugnacité au moment des négocations européennes de la PAC  (Politique commune Européenne), mais nous regrettons que vous fassiez une utilisatin a minima de ces bons outils..."

Et Laurent Pinatel: 10 milliards d'euros dela PAC irriguent l'agriculture françaises mais il faut en faire une meilleure répartition plus orientée vers l'agriculture paysanne et non vers les grosses structures agricoles comme la Beauce. Comment rendre lisible les orientations du ministre de l'Agriculture quand a contrario se dessinent les projets de ferme usine dont la ferme des 1000 vaches est l'illustration. Que la confédération dénombre 29 initiatives du genre, dont 5 en Aquitaine et 1 en Charente Maritime. Enfin, le porte-parole de la Confédération, appuyé par quelques pancartes portées par des militants du collectif Stop Tafta dénoncaient les accords qui seraient menés avec les Etats Unis dans le cadre  d'un futur grand marché transatlantique.  "On ne pèse que 20% des agriculteurs et alors? Est-ce que la vision des minoritaires n'est pas pour autant une vision crédible au sein de  la sixième puissance économique?"

Stéphane Le Foll: "Je n'ai pas de leçon de courage à recevoir"Que des paroles indiscutablement sincères de bienvenue soient suivies de la formulation de déceptions, le ministre Stéphane Le Foll le conçoit, cela fait partie du jeu des relations syndicales. En revanche, ce qu'il n'apprécia pas trop fut, dans les paroles de Laurent Pinatel l'évocation d'une certaine mollesse dans l'avancement de négociations due à un manque de courage, contrastant avec la reconnaissance d'une certaine pugnacité pour discuter avec les Européens. A moins que par ricochets ceux-ci s'adressaient plutôt au président de la République. Autant dire qu'il avait de quoi "chausser" les gants en gagnant le pupitre pour s'adresser à l'assistance. "Tout d'abord je tiens à vous dire que je n'ai pas de leçon de courage à recevoir. Ensuite, le ministre de l'Agriculture n'est pas celui de telle ou telle région, Il est celui des régions agricoles de l'Ouest, de la Corse, de l'Est de la France. Il est aussi celui qui défend un pays mais au coeur de règles européennes et internationale. "On ne peut pas interdire..."

Mais de rappeler quelques mesures technques comme le paiement redistributif qui octroie une même somme à l'hectare aux agriculteurs dans la limite de 52 hectares, en supplément des aides de la PAC. "Avec ces mesures, j'ai fait le choix des exploitation moyennes qui sont majoritaires" défend-t-il. Comme pour effacer la pancarte que tient un miliant pendant qu'il parle: "J'ai moins de dix vaches, Le Foll m'a viré. Pourquoi?" ou cette autre; "Oui à l'environnement Stop au Tafta!"

Le ministre a su les lire et ne cache pas de partager certaines inquiétudes. "Mes choix, mon idée, ce n'est pas l'agriculture industrielle. Sur le dossier des 1000 vaches, j'ai imposé une enquète d'utilité publique avant extension. On s'est cogné au Conseil constitutionnel au moment de la loi. Celui-ci nous a rappelés au droit de prorpiété garanti par la constitution. J'ai vu  ce que cela donne aux Etats-Unis. Les investissements sont tels que le prix du litre de lait est au plus bas et les producteurs très vulnérables devant les cours."

Enfin, concernant le grand marché transatlantique, appelé Tafta, le ministre assure devant les paysans de la Confédération: "Nous n'accepterons pas un accord qui remette en cause notre conception de l'agriculture..." Comme quoi chacun peut tracer quelques hectomètres de sillon ensemble... Encore faut-il qu'à l'heure de la mondialisation, chacun accepte de conduire le motoculteur sur le même sillon.

Dans une grande tente voisine, 550 couverts attendaient congressistes, élus et ministre . Au menu: soupe bio, axoa Herriko, fromage de brebis Ossau Iraty, gâteau basque, le tout arrosé d'Irouleguy. Un menu que connaît bien son prédecesseur qui séjourne régulièrement à Saint-Pée-sur-Nivelle. Un certain Bruno Le Maire.

Félix Dufour
Par Félix Dufour

Crédit Photo : F. D

Partager sur Facebook
Vu par vous
10778
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
1 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
momo2 | 26/04/2015

Les discours changent certes depuis à peine une dizaine d'années !
Mais d'une part, ils doivent être suivi d'actes dans l'intérêt commun des sociétés, d'autre part comment ne pas mettre en garde ceux ( et celles) qui ne parlent que "d'un même sillon" en rappelant le danger inévitable des pensées uniques dominantes dans les sociétés ? Certes, nous en sommes encore très loin mais il serait vain de reproduire les excès de nos prédécesseurs. Cela signifierait que nous n'avons toujours rien compris à part :
l'intérêt du corporatisme, que nous sommes les premiers à reprocher aux pouvoirs en place depuis 50 ans et plus........... Est-ce bien là l'objectif de la conf. paysanne ( à long terme ) ? La critique peut être utile et constructive pour éviter les dérives et vous/nous faire durer car appréciés et soutenus par la majorité de la population, qui ne sont pas forcément paysans!!! En ce qui me concerne, elle est totalement bienveillante........

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 22 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr
FRAB, Chambre agriculture et Interbio main dans la main pour le Mois de la Bio Agriculture | 17/10/2017

La bio à l’honneur en Lot-et-Garonne

Jean-Paul Musset et son fils Julien, qui vient d'acquérir l'exploitation laitière Agriculture | 16/10/2017

Foncier : la restructuration réussie d'une exploitation laitière à Coutras

Vendange en Aquitaine Agriculture | 16/10/2017

CIVB: La petite récolte 2017 obligera à puiser dans les stocks

Le taureau Fanfaron (à droite), un des bovins de la Race Parthenaise présentée au Salon de l'Agriculture 2016 Agriculture | 16/10/2017

Aqui! TV7 : La Parthenaise, nouvel atout charme de l'élevage bovin régional

Le Maraîchage bio est en plein essor en particulier en ceinture bordelaise Agriculture | 12/10/2017

Opération séduction pour la filière bio en novembre

Bertrand Harispuru, éleveur ovin et bovin au pays basque à la retraite Agriculture | 10/10/2017

L'évaluation foncière : l'autre porte d'entrée vers une vente Safer

La chambre d'agriculture des Pyrénées-Atlantiques donne rendez-vous aux éleveurs ovins le 13 octobre pour ses 13èmes Assises Ovines. Au programme la question de la main d'oeuvre Agriculture | 10/10/2017

Assises Ovines - 3 questions à Patrick Etchegaray, responsable de la commission ovine à la Chambre d'Agriculture des Pyrénées-Atlantiques

ManifCastelnau Agriculture | 07/10/2017

Filière avicole dans le rouge : les Landais unis pour faire payer l'Etat

Marie-Hélène Cazaubon, éleveuse gaveuse à Monsoué, présidente de la Commission Agricultrices - FDSEA 40 Agriculture | 05/10/2017

Crise aviaire et canards gras, reportage à Montsoué

Serge Bousquet Cassagne président de la Chambre d'agriculture47 (à droite) Agriculture | 04/10/2017

« Si quelqu’un a besoin de terres pour s’installer... » Serge Bousquet-Cassagne, président de la Chambre d’agriculture de Lot-et-Garonne

Euralis : du maïs semences pour toute l'Europe Agriculture | 03/10/2017

Euralis : des semences de maïs pour toute l’Europe

Visuel du projet du bâtiment Agrocampus Agriculture | 26/09/2017

Technopôle Agrolandes: du numérique à la biosécurité avicole

Maël Gallard et Laura Baillard avec Eirelles, jeune jument de 3 ans Agriculture | 25/09/2017

Pour Laura Baillard et Maël Gallard, leur projet agricole est en bonne voie

Pin Agriculture | 22/09/2017

100e AG des Sylviculteurs du Sud-Ouest : les parasites, « danger numéro un » de la forêt

Dominique Graciet, Président de la Chambre régionale d'Agriculture de Nouvelle-Aquitaine Agriculture | 20/09/2017

Dominique Graciet, Président de la Chambre d'agriculture de Nouvelle-Aquitaine : "L'Etat ne tient pas ses engagements"