Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

15/08/18 : Charente: 6 communes viennent d'être reconnues en état de catastrophe naturelle, suite à des mouvements de terrains liés à la sécheresse, survenue entre janvier et juin 2017. Il s'agit de Balzac, Chalais, La Couronne, Fouquebrune, Linars et Nabinaud.

06/08/18 : Dominique Laurent, sous préfète de Bergerac depuis quatre ans, vient d'être nommée à ce même poste à Guingamp (22). Stéphanie Monteuil, sous préfète de Saint-Jean-d'Angely (17) lui succède et prendra ses fonctions le 27 août.

06/08/18 : Jean-Philippe Dargent vient d'être nommé sous-préêfet de Lesparre-Médoc en remplacement de Claude Gobin. Il est actuellement directeur à la citoyenneté, de la légalité et du développement territorial à la préfecture des Pyrénées-Atlantiques.

04/08/18 : Le meeting aérien de Belvès(24), le 15 août, est maintenu. L’Aéroclub Belvès Périgord a pris la décision de ne pas annuler la manifestation, suite au décès de son président. Lundi Alain Valleron a trouvé la mort dans le crash du Cessna qu’il pilotait.

03/08/18 : Jean-Philippe DARGENT nommé le 31 juillet sous-préfet de Lesparre-Médoc prendra ses fonctions le 3 septembre. Il était directeur de la citoyenneté, de la légalité et du développement territorial à la préfecture des Pyrénées-Atlantiques (64)

03/08/18 : Renforcement des mesures de limitation de prélèvements d’eau dans le 47 sur les cours d’eau non réalimentés. Ces restrictions impactent environ 2% de la surface agricole irriguée, 95% des surfaces irriguées bénéficiant de ressources en eau sécurisées

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 19/08/18 | La mobilité durable s'expose à Irun

    Lire

    Le Parc d’Expositions Ficoba à Irun, au Cœur de l’Eurorégion Euskadi-Navarre-Aquitaine, accueillera les 27 et 28 novembre le salon Go Mobility, la 1ère exposition industrielle du Sud de l’Europe sur la mobilité durable. Point de rencontre des professionnels, des territoires et des entreprises consacrées au secteur de la mobilité durable et au stockage d’énergie, il vise à encourager les échanges à forte valeur ajoutée et favoriser les projets innovants et la transformation industrielle du territoire. Au menu : une zone d’exposition, des conférences et tables rondes et une zone de test.l*

  • 18/08/18 | Jürgen Essel en concert à La Réole

    Lire

    Privilège pour La Réole qui accueille le 26 août à 16h l'organiste allemand de renommée internationale Jürgen Essel en résidence dans le Réolais. Accueilli par les Amis de l’Orgue de La Réole l'organiste donnera un concert exceptionnel. Jürgen Essel est organiste, compositeur et enseignant à la prestigieuse école de Stuttgart. Interprète et improvisateur son répertoire s’étend de la musique ancienne jusqu’à la création de musique contemporaine. A son actif vingt enregistrements sur CD et des productions conjointes avec de grandes chaînes de radio (Entrée:libre participation) www.orgueslareole.com

  • 18/08/18 | Charente-Maritime : 7 communes reconnues en état de catastrophe naturelle

    Lire

    Suite aux fortes pluies du premier semestre 2018, l'Etat a reconnu 7 communes sinistrées en état de catastrophe naturelle - pour inondations et coulées de boues - publié au Journal Officiel du 15 août 2018 : Fléac-sur-Seugne, Pons, Bazauges, Chaillevette, Champagne, Léoville, Saint-Seurin-de-Palenne. Les sinistrés disposent d’un délai de 10 jours, à compter du 15 août 2018, date de publication de l’arrêté, pour déposer un état estimatif de leurs pertes auprès de leur compagnie d’assurance.

  • 16/08/18 | Charente : le festival de Confolens fête ses 60 ans

    Lire

    Le festival de danses folkloriques du monde de Confolens attire chaque année 100 000 visiteurs. Débutée le 13 aout, cette 60e édition se déroule jusqu'au 19 inclus, avec de nombreux spectacles costumés mais aussi des ateliers de danse ouvert au public. Parmi les pays les plus représentés cette année : la République Dominicaine, le Brésil, le Pérou, la Bolivie, la Moldavie et le Botswana. Onze groupes de nationalités différentes se produiront le dimanche soir pour la soirée de clôture.

  • 15/08/18 | Corrèze: l'agriculture au rdv du numérique

    Lire

    Le 25 août, lors de la 50e édition du Festival de l'élevage de Brive, la Chambre d'agriculture de la Corrèze lance un vaste plan de développement des usages numériques agricoles: AgriNumérik 19. Son objectif: mettre à disposition de tous les agriculteurs volontaires du territoire un smartphone avec des applications et services associés. Une initiative d'ampleur unique en France, sous le regard bienveillant d'Hervé Pillaud, membre du Conseil national du numérique et VP de la Chambre d’agriculture des Pays de la Loire, invité de ce lancement.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Agriculture | Au Pays basque, échanges virils et courtois entre paysans et ministre

24/04/2015 | Le ministre de l'Agriculture Stéphane Le Foll est intervenu au congrès national de la Confédération paysanne qui se tenait à Ispoure. Militants et représentant du gouvernement ont ratissé large

Stéphane Le Foll accuelli au congrès de la Confédération

Ce n'est pas un pélerin en route pour Compostelle que Laurent Pinatel, le porte-parole de la Confédération paysanne attendait à Ispoure, aux portes de Saint-Jean-Pied-de-Port, mais le ministre de l'agriculture Stéphane Le Foll. Histoire de lui rappeler que son troupeau est un peu las des voeux pieux. Après qu'il ait établi un préalable incontournable avec les 350 congressistes: au Pays basque, le terme "ongi etorri" a toute sa signification. Donc faire preuve de dignité pour accueillir celui qui est aussi le porte-parole du gouvernement. S'en sont suivies deux heures de débats courtois...mais musclés

Claude Barets, le maire d'ispoure, le village de quelques centaines d'âmes adossé à Saint-Jean-Pied-de-Port, la citadelle navarraise, incontournable étape du pélerinage de Saint-Jacques-de-Compostelle et de la banque Inchauspé, avait soigneusement repassé son écharpe tricolore de maire. Un ministre de la République en visite à Ispoure est aussi rarissime que celle d'un pape à Lourdes. Nombre d'élus étaient présents pour ce rendez-vous du pugnace ministre de l'Agriculture (et porte-parole du gouvernement) venu d'une certaine manière affronter les intransigeantes revendications de la toute aussi pugnace Confédération paysanne qui représente 20% des agriculteurs de l'hexagone, exprimées par Laurent Pinatel, son porte-parole; galvanisé aussi par ce syndicat alternatif basque Euskal Laborarien Batsuna (ELB) qui défend la tradition paysanne au pays.

Les premiers semis de la matinée ont été déposés tout d'abord par Jean-Jacques Lasserre, le (re)nouveau président du Conseil départemental des Pyrénées Atlantiques, qui après s'être félicité de la venue du ministre lui a exposé son plaidoyer en faveur des attributions encore floues qui seront accordées aux nouveaux conseils (tourisme, économie et agriculture) dans une région redessinée et dont l'Aquitaine deviendra la région agricole la plus étendue. Avant que cet agriculteur à vie de Bidache, ne souliigne l'inquiétant devenir des petites oui moyennes installations.

Mais c'est réellement Laurent Pinatel qui a développé un véritable plaidoyer du petit monde paysan. "Nous vous avons vu arriver avec beaucoup d'espoir, mais le résultat, ce ne sont que des demi-mesures qui ne sont pas de nature à en finir avec un système d'agriculture productiviste aujourd'hui à bout de souffle."
Et Laurent Pinatel de tempérer: "certes vous avez fait preuve de de pugnacité au moment des négocations européennes de la PAC  (Politique commune Européenne), mais nous regrettons que vous fassiez une utilisatin a minima de ces bons outils..."

Et Laurent Pinatel: 10 milliards d'euros dela PAC irriguent l'agriculture françaises mais il faut en faire une meilleure répartition plus orientée vers l'agriculture paysanne et non vers les grosses structures agricoles comme la Beauce. Comment rendre lisible les orientations du ministre de l'Agriculture quand a contrario se dessinent les projets de ferme usine dont la ferme des 1000 vaches est l'illustration. Que la confédération dénombre 29 initiatives du genre, dont 5 en Aquitaine et 1 en Charente Maritime. Enfin, le porte-parole de la Confédération, appuyé par quelques pancartes portées par des militants du collectif Stop Tafta dénoncaient les accords qui seraient menés avec les Etats Unis dans le cadre  d'un futur grand marché transatlantique.  "On ne pèse que 20% des agriculteurs et alors? Est-ce que la vision des minoritaires n'est pas pour autant une vision crédible au sein de  la sixième puissance économique?"

Stéphane Le Foll: "Je n'ai pas de leçon de courage à recevoir"Que des paroles indiscutablement sincères de bienvenue soient suivies de la formulation de déceptions, le ministre Stéphane Le Foll le conçoit, cela fait partie du jeu des relations syndicales. En revanche, ce qu'il n'apprécia pas trop fut, dans les paroles de Laurent Pinatel l'évocation d'une certaine mollesse dans l'avancement de négociations due à un manque de courage, contrastant avec la reconnaissance d'une certaine pugnacité pour discuter avec les Européens. A moins que par ricochets ceux-ci s'adressaient plutôt au président de la République. Autant dire qu'il avait de quoi "chausser" les gants en gagnant le pupitre pour s'adresser à l'assistance. "Tout d'abord je tiens à vous dire que je n'ai pas de leçon de courage à recevoir. Ensuite, le ministre de l'Agriculture n'est pas celui de telle ou telle région, Il est celui des régions agricoles de l'Ouest, de la Corse, de l'Est de la France. Il est aussi celui qui défend un pays mais au coeur de règles européennes et internationale. "On ne peut pas interdire..."

Mais de rappeler quelques mesures technques comme le paiement redistributif qui octroie une même somme à l'hectare aux agriculteurs dans la limite de 52 hectares, en supplément des aides de la PAC. "Avec ces mesures, j'ai fait le choix des exploitation moyennes qui sont majoritaires" défend-t-il. Comme pour effacer la pancarte que tient un miliant pendant qu'il parle: "J'ai moins de dix vaches, Le Foll m'a viré. Pourquoi?" ou cette autre; "Oui à l'environnement Stop au Tafta!"

Le ministre a su les lire et ne cache pas de partager certaines inquiétudes. "Mes choix, mon idée, ce n'est pas l'agriculture industrielle. Sur le dossier des 1000 vaches, j'ai imposé une enquète d'utilité publique avant extension. On s'est cogné au Conseil constitutionnel au moment de la loi. Celui-ci nous a rappelés au droit de prorpiété garanti par la constitution. J'ai vu  ce que cela donne aux Etats-Unis. Les investissements sont tels que le prix du litre de lait est au plus bas et les producteurs très vulnérables devant les cours."

Enfin, concernant le grand marché transatlantique, appelé Tafta, le ministre assure devant les paysans de la Confédération: "Nous n'accepterons pas un accord qui remette en cause notre conception de l'agriculture..." Comme quoi chacun peut tracer quelques hectomètres de sillon ensemble... Encore faut-il qu'à l'heure de la mondialisation, chacun accepte de conduire le motoculteur sur le même sillon.

Dans une grande tente voisine, 550 couverts attendaient congressistes, élus et ministre . Au menu: soupe bio, axoa Herriko, fromage de brebis Ossau Iraty, gâteau basque, le tout arrosé d'Irouleguy. Un menu que connaît bien son prédecesseur qui séjourne régulièrement à Saint-Pée-sur-Nivelle. Un certain Bruno Le Maire.

Félix Dufour
Par Félix Dufour

Crédit Photo : F. D

Partager sur Facebook
Vu par vous
11504
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
1 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
momo2 | 26/04/2015

Les discours changent certes depuis à peine une dizaine d'années !
Mais d'une part, ils doivent être suivi d'actes dans l'intérêt commun des sociétés, d'autre part comment ne pas mettre en garde ceux ( et celles) qui ne parlent que "d'un même sillon" en rappelant le danger inévitable des pensées uniques dominantes dans les sociétés ? Certes, nous en sommes encore très loin mais il serait vain de reproduire les excès de nos prédécesseurs. Cela signifierait que nous n'avons toujours rien compris à part :
l'intérêt du corporatisme, que nous sommes les premiers à reprocher aux pouvoirs en place depuis 50 ans et plus........... Est-ce bien là l'objectif de la conf. paysanne ( à long terme ) ? La critique peut être utile et constructive pour éviter les dérives et vous/nous faire durer car appréciés et soutenus par la majorité de la population, qui ne sont pas forcément paysans!!! En ce qui me concerne, elle est totalement bienveillante........

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 23 + 14 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr