aqui.fr lance Aqui-Bordeaux-Métropole le 9 novembre 2015

21/07/17 : Le nouveau sous-préfet de Blaye Frédéric Doué prend ses fonctions le 24 juillet; il occupait depuis septembre 2015 le poste de directeur de cabinet du préfet des Côtes d'Armor.

21/07/17 : Le chanteur Manu Chao est attendu ce soir en Charente-Maritime sur la scène du festival des Fous Cavés (21 et 22 juillet), à Port d'Envaux. Le concert de ce soir est complet depuis plusieurs mois, mais il reste des places le 22. www.lesfouscaves.f

17/07/17 : Le nouveau préfet de Charente-Maritime prendra officiellement ses fonctions mercredi. Fabrice RIGOULET-ROZE succède à Eric Jalon, nommé à Matignon par Emmanuel Macron. Il était dernièrement préfet de région de la Martinique.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 21/07/17 | Travaux sur la rocade de Bordeaux les nuits du 24 au 25 et 25 au 26/7

    Lire

    La rocade extérieure (A630-N230) de Bordeaux sera fermée à la circulation entre l’échangeur 20 (Tartifume) et l’échangeur 24 (Le Canon), les nuits du 24 au 25 juillet de 21h00 à 6h00 et du 25 au 26 de 21h00 à 6h00. Durant ces fermetures, une déviation par la rocade intérieure sera mise en place, le pont Mitterrand (sens extérieur) étant inclus dans la section fermée à la circulation, les usagers en transit dans le sens Sud-Nord (en provenance notamment de l'A63 et de l'A62) devront emprunter la rocade intérieure et le pont d’Aquitaine.

  • 19/07/17 | Le festival Emmaüs de Pau-Lescar résiste à l'individualisme

    Lire

    "Jours de résistance". Tel est le nouveau nom que s'est donné le festival organisé le samedi 22 et le dimanche 23 juillet par la communauté Emmaüs de Pau-Lescar. Résistance "à l'inertie et à l'individualisme pour essaimer et découvrir ensemble les clés pour construire demain". Ces journées "festives et militantes" qui commémoreront les 50 ans de la mort de Che Guevara seront marquées par une série de conférences ainsi que par des concerts. Kenny Arkana, la rappeuse Casey, HK et les Saltimbanks sont notamment à l'affiche avec Fakear, Taiwan MC, Dee Nasty. Rens. www.emmaus-lescar-pau.com

  • 18/07/17 | Henri Bies-Péré, nouveau président de AFDI

    Lire

    Le béarnais Henri Pies-Péré est le nouveau président de l'association de solidarité Agriculteurs Français et Développement International (AFDI). Installé à Montaner, dans les Pyrénées-Atlantiques où il produit du lait et du maïs grain, Henri Bies-Péré est par ailleurs le deuxième vice-président de la FNSEA. Il a été le fondateur d'AFDI Aquitaine en 1995. L'association qu'il anime construit des partenariats entre les mondes agricoles français et ceux des pays en développement. Plus d'infos: http://www.afdi-opa.org

  • 17/07/17 | Une dernière belle Nuit (et journée) atypique le 22 juillet

    Lire

    Elles animent le Sud Gironde depuis le 4 juin dernier avec leur brin de poésie, de réflexion et d'exotisme. Les Nuits atypiques, qui nous emmènent encore en Mongolie depuis Cadillac et Verdelais cette semaine (19 et 20 juillet) ont vu grand pour leur final le samedi 22 juillet. Rendez-vous à Saint-Macaire pour de précieux moments au côté, notamment, du magicien des mots franco-rwandais, Gaël Faye, et de nombreux autres artistes. Une dernière belle journée en perspective pour les 26 ans de ce Festival résolument pas comme les autres.

  • 16/07/17 | Oléron: Le département ne renonce pas à un droit de passage

    Lire

    Le Tribunal administratif de Poitiers a annulé le 13 juillet les délibérations du Département 17 concernant le lancement d'une consultation des électeurs d'Oléron concernant l'implantation d'un péage à l'entrée de l'île. Dans un communiqué, le Département a annoncé qu'il ne ferait pas appel. Il présentera lors de la session d’hiver "un rapport portant sur le principe de l’instauration d’un droit départemental de passage et d’une redevance pour service rendu" par le pont.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Agriculture | Auros: Les conséquences très lourdes pour Palmagri de la grippe aviaire

30/01/2016 | Au contact des responsables de la coopérative durement touchée par l'arrêt de la production

Chez M. Tauzin avec de gauche à droite: Jean-Luc Tauzin, Christine Saphore présidente de Palmagri, Bernard Artigue président de la chambre d'agriculture, Frédéric Carre sous-préfet de Langon, Martine Faure députée de la 12ème circonscription

Ce jeudi 28 janvier, à l’initiative de la chambre d’agriculture de la Gironde, avec son président Bernard Artigue, plusieurs personnalités, dont le sous-préfet de Langon Frédéric Carre, Martine Faure députée, Gisèle Lamarque conseillère régionale, se sont rendues à Auros, à la rencontre de la coopérative Palmagri, spécialisée dans le canard gras, chez Jean-Luc Tauzin, producteur-gaveur, vice-président de Palmagri. Occasion de prendre la mesure sur place des conséquences des décisions adoptées par le gouvernement.

Jean-Luc Tauzin a présenté son fonctionnement d’exploitation : arrivée des canetons âgés de un jour, mise en poussinière durant 4 à 5 semaines, puis envoi dans le parcours, espace minimum de 10m² par tête, où ils restent 9 à 10 semaines, avant d’aller en salle de gavage. Il faut donc compter un minimum de 13,5 semaines pour un canard à maturité. On comprend donc le souci du producteur gaveur, qui sera durement touché par une non production sur près de 6 à 7 mois. De son cöté, le directeur de Palmagri, Julien Peyrole, après avoir présenté l’unité de production, a tiré la sonnette d’alarme, en indiquant les conséquences pour la coopérative. Elle traite entre 800 et 1200 canards par semaine, soit 50000 à l’année. Le canard est décliné en plusieurs choix : foie gras, frais, conserves. Si l’abattage est confié aux coopérateurs, 14 salariés sont sur la transformation et la vente. Avec une interruption forcée de plus de 4 mois, les pertes se comptent vite : 800000€ sur le chiffre d’affaire, et chômage partiel, voire plus.

Pas de stock

Palmagri ne pourra pas compter sur son stock car il n’y en a pas. Cet arrêt peut à terme influer sur les marchés et les réseaux commerciaux. En Gironde la filière gras et principalement du canard gras ne comptent pas de grosses structures; au total 34 producteurs qui traitent 265000 canards. Il est clair qu’il va falloir revoir le système de production, introduire notamment le vide sanitaire, mais cela va entrainer des investissements supplémentaires, sur des propriétés déjà lourdement endettées. Le changement est donc inéluctable, et pour préserver la production et redonner de l’avenir il devra se faire par touches successives. Les collectivités entendent bien cela et, en complément des aides annoncées par le Gouvernement, Département et Région sont conscients que la filière gras est à un tournant important pour sa pérennité.

Reprise à la mi-mai

Rappelons que l’influenza aviaire, plus connue sous le nom de grippe aviaire, touche la plupart des animaux du monde avicole. Les gallinacés sont les plus sensibles et sont des bons indicateurs pour détecter la présence de la maladie. Les palmipèdes et surtout les canards sont beaucoup plus résistants, et sont souvent désignés comme des « porteurs sains ». Chez eux la maladie est plus difficile à diagnostiquer. Ainsi, si 54 cas ont été effectivement détectés sur des palmipèdes, cela ne signifie pas forcément que l’animal est mort. Le canard, porteur sain, est donc un vecteur de propagation potentielle de la maladie. C’est cet état qui a notamment conduit la mise en place de ce vide sanitaire durant plusieurs semaines, afin d’éradiquer le virus. Egalement l’approvisionnement en jeunes canetons est gelé. Ces mesures conjointes sont entrées en vigueur depuis le 18 janvier. Ainsi entre zone de protection, zone de surveillance et zone de restriction, ce sont près de 16 départements qui sont touchés, dont 8 dans la nouvelle grande région.

Ces mesures sanitaires, pour contrer la maladie, s’appliquent donc aux palmipèdes, notamment, car leur élevage tel qu’il est pratiqué en nos contrées, n’a pas l’obligation de pratiquer un vide sanitaire systématique, alors qu’il est obligatoire pour les gallinacés, qui sont éminemment plus sensibles.

Cette entrée en vigueur va avoir de lourdes conséquences sur le gras. En effet les cycles de production en cours vont s’achever, et ensuite il n’y aura plus d’approvisionnement. La reprise pourra se faire aux alentours du 16 mai, soit quatre mois, et les canetons ne seront prêts que vers la fin du mois d’août.

JL Harribey
Par JL Harribey

Crédit Photo : JL H

Partager sur Facebook
Vu par vous
5299
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 25 + 13 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr