Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

29/05/20 : Municipales : A Melle (79), la liste menée par Sarah Klingler ayant obtenu la majorité absolue (28 voix) au premier tour, le conseil a été installé hier, avec 9 postes d'adjoints créés, avec Jérôme Texier et Favienne Manguy comme 1er et 2e adjoints.

27/05/20 : Les 11 Clowns Stéthoscopes organisent une "déambulade festive" aux fenêtres des patients qu’ils ont l’habitude de côtoyer au CHU de Bordeaux à l'Hôpital des enfants afin de renouer le lien physique rompu par le confinement, le 29 mai dès 15h00.

27/05/20 : La crise sanitaire est passée par là: la Commission et sa présidente Mme Von der Leyen annoncent un plan de relance de 750 milliards empruntés sur les marchés pour renforcer le budget de l'Union.Préalable: obtenir l'accord des 27 pour ce New Deal "fédéral

26/05/20 : Le Conseil municipal de Libourne a réélu à sa tête Philippe Buisson. Laurence Rouède se voit confier la délégation de 1ere adjointe, déléguée à la coordination des activités municipales, aux ressources humaines, à l’urbanisme et au foncier.

25/05/20 : Le secrétaire d'État en charge du tourisme, Jean-Baptiste Lemoyne, a assuré que l'exécutif réfléchissait à un "élargissement significatif" de la limite de déplacement (100 km autour du domicile), qui pourrait entrer en vigueur la semaine prochaine.

25/05/20 : Les hospitaliers du CHU Pellegrin à Bordeaux sont en grève illimitée depuis le 22 mai sur préavis de SUD Santé. Un rassemblement de soutien est organisé le 26 mai devant l'hôpital.

22/05/20 : Dans le cadre de la célébration de la Journée Mondiale des Oiseaux Migrateurs, les 24 et 31 mai 2020 à Vitrezay, BioSphère Environnement propose 2 sorties de découverte des oiseaux des marais de Gironde, de 8h30 à 10h30. Réservations: 05 46 49 89 89.

19/05/20 : Allant dans le sens de la déclaration du Premier Ministre ce matin, le préfet des Pyrénées Atlantiques Eric Spitz déclare que les Bordelais et les Toulousains en zone verte pourraient venir en vacances en juillet et août dans les Pyrénées Atlantiques

18/05/20 : L’incertitude de l’évolution sanitaire, et l’impossibilité de mettre en œuvre les mesures barrières, entrainent l’annulation de l’opération de sensibilisation des jeunes à la nage, Objectif Nage, pour l’été 2020, annonce le Département de la Gironde.

15/05/20 : Initialement prévu le samedi 12 septembre prochain, la 36ème édition du marathon des Châteaux du Médoc est reportée au samedi 11 septembre 2021.

14/05/20 : L'activité partielle pour les entreprises du tourisme et de l'évènementiel sera maintenue jusqu'à fin 2020 et que l'accès au fonds de solidarité est prolongé jusqu'à fin septembre. En revanche, pas de baisse prévue pour la TVA.

12/05/20 : La Compagnie aérienne Chalair annonce la reprise progressive de ses vols entre Bordeaux, Brest et Montpellier. Au rythme de 2 vols hebdomadaires, rdv le 8 juin, pour la reprise des liaisons Bordeaux-Brest puis le 15 juin, pour Bordeaux-Montpellier

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 30/05/20 | Des esturgeons exotiques dans le Bassin d'Arcachon

    Lire

    Avec le débordement de cours d'eau du Sud Gironde les 10 et 11 mai 2020, des piscicultures dans les bassins du Ciron et de la Leyre ont été inondées laissant échapper des esturgeons sibériens et des esturgeons du Danube. Si l’espèce sibérienne pourrait a priori survivre sans se reproduire, les esturgeons sibériens emportés dans le Bassin d’Arcachon ne supportent pas la salinité des eaux. Ces deux espèces ne doivent pas être confondus avec l’esturgeon européen, protégé en voie de disparition. La prefecture demande donc aux pêcheurs de relâcher vivants tous les esturgeons qui seraient pris, quelle que soit l’espèce.

  • 30/05/20 | Dordogne : une hausse 24,2 % du nombre de demandeurs d'emploi en avril

    Lire

    La Dordogne voit son nombre de chômeurs s'envoler au mois d'avril. Pôle emploi a enregistré une hausse des inscrits en catégorie A, c'est à dire sans aucune activité, de 24,2 % en avril par rapport à mars 2020. En Nouvelle-Aquitaine, elle est de 27,4 %. C'est plus qu'au niveau national : cette hausse historique est de +22,6 %. Cela porte à 25 170 le nombre de personnes sans aucune activité en Dordogne. Le nombre d'inscrits en catégorie B et C (activité réduite) enregistre une forte baisse.

  • 30/05/20 | Plus de 48 000 salariés périgourdins en activité partielle

    Lire

    En Dordogne, 7390 entreprises ont établi une demande de chômage partielle, ce qui concerne 48 572 salariés actuellement. 1045 entreprises ont demandé des reports de charges fiscales, cela correspond à un montant de 9,4 millions d'euros. 14 487 entreprises ont sollicité le fonds de solidarité, cela représente une somme globale de 24,2 millions d'euros. Sur ces demandeurs, 64 % sont des entreprises individuelles et 24 % sont des SARL.

  • 30/05/20 | Bordeaux Métropole : des mesures pour le tourisme

    Lire

    Bordeaux Métropole vient d'adopter 11 mesures (550 000€) pour soutenir la filière tourisme, parmi lesquelles le financement (à 50%) du déficit d'exploitation "à venir" de l'Office de Tourisme et d'une campagne de promotion de la "destination Bordeaux", une réduction du prix du stationnement dans certains parkings souterrains pour les clients des hôtels, un délai de reversement de la taxe de séjour (dont la redevance passe de 2,5 à 5%) pour les hébergeurs ou l'exonération de "tout ou partie" des redevances d'occupation des pontons pour le tourisme fluvial.

  • 30/05/20 | Fonds d'urgence : 2154 dossiers pour Bordeaux métropole

    Lire

    Ce vendredi, dans un point consacré à l'économie, Bordeaux Métropole a précisé que 2154 dossiers avaient été traités dans le cadre de son fonds d'urgence (15,2 millions d'euros) aux entreprises de 1 à 5 salariés, pour un montant total distribué de 4,313 millions d'euros. Ils l'ont été principalement à des entreprises de services (39%), des cafés/hôtels et restaurants (30%) et des commerces (20%). L'essentiel de ces dossiers (1107) a été déposé par des entreprises bordelaises. Les entreprises peuvent encore déposer une demande d'aide jusqu'au 30 juin.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Agriculture | Autonomie protéique des élevages : quelles perspectives en Nouvelle-Aquitaine ?

20/05/2020 | Autonomie protéique et cycle de l'azote sur les exploitations et les territoires de Nouvelle-Aquitaine ont été au coeur des échanges des Etats généraux de l'innovation 2020.

Etats généraux de l'innovation2020 retransmis sur agriweb.tv

« Comment améliorer l'autonomie protéique des exploitations et des territoires de Nouvelle-Aquitaine ? ». Telle était la question aux multiples enjeux abordée ce mardi 19 mai par les participants aux Etats-Généraux de l'Innovation, organisés dans le cadre de la Semaine Agricole. Une question qui n'est en réalité pas récente mais que les attentes des consommateurs notamment, en termes de développement durable et d'environnement ont depuis quelques années remise sur le devant de la scène agricole. Une nouvelle dynamique semble en tout cas démarrer en Nouvelle-Aquitaine avec notamment l'annonce d'un Plan protéique régional prochainement lancé. Mais, malgré des initiatives intéressantes, le territoire part de loin.

Comme elles sont indispensables aux humains, les protéines le sont aussi aux animaux, permettant par ailleurs une meilleure productivité des élevages (plus de viande, plus de lait, plus d'oeufs...). De fameuses protéines qui se trouvent avant tout « dans les protéagineux, les drêches de céréales, les tourteaux de colza, de tournesol, de luzerne, et de soja », liste Sylvain Pellerin, directeur de recherche à l'INRAE de Bordeaux... Autant de cultures qui ont soit fortement régressé au niveau national (« le pois par exemple est passé de 800 000 ha dans le années 90 à moins de 200 000 ha aujourd'hui »), soit qui ne sont pas encore développées à la hauteur des besoins. « A l'échelle nationale on produit seulement la moitié des besoins en protéines de nos élevages », analyse en effet le chercheur.

Dépendance à l'international et préjudice d'image
Ce déficit en protéines entre consommation et production, ce sont les importations massives de matière riches en protéines et principalement de tourteaux de soja qui les compensent. En partance d'Amérique du Sud, ils prennent la destination de nos élevages français et néo-aquitains, où le constat du déficit protéique est également fait par le chercheur, et dans les mêmes proportions.

Toute grande terre d'élevage qu'est la Nouvelle-Aquitaine, l'assolement de la région est principalement dédié aux céréales à paille et au maïs grains, qui représentent à eux deux les trois quart de sa production végétale, quand la part des protéagineux en représente moins de 5%, « même si un léger regain est à noter depuis les années 2010 », nuance Sylvain Pellerin. Parmi ses « atouts », le Sud-Ouest a également vu la culture du soja commencer à se développer, mais celle-ci n'atteint pas encore les 3% des besoins de la consommation des élevages locaux... Cela dit, pour se consoler localement, cette production néo-aquitaine du soja, aussi minime soit elle, représente à elle seule 70% des surfaces nationales...

Une situation de dépendance à l'international loin d'être souhaitable rappelle le chercheur, et ce pour 3 raisons principales. D'une part « elle rend les exploitations très vulnérables à la volatilité des cours, qui peuvent varier du simple au double ». D'autre part « l'entrée massive d'aliments riches en protéines, et donc en azote, associée à la concentration de l'élevage dans certaines régions crée des situation d'excédent d'azote avec des fuites vers l'environnement » (nitrate dans l'eau, et monoxyde d'azote dans l'air, notamment). Et enfin, « la demande croissante d'aliments riches en protéines au niveau mondial contribue à la déforestation _notamment de la forêt amazonienne_ et à l'augmentation de l'empreinte carbone des produits animaux. Autant d'éléments qui pèsent sur l'image sur nos productions », synthétise t-il… Des éléments qui expliquent aussi que l'autonomie protéique est de plus en plus mise en avant dans les labels, cahiers des charges ou autres chartes qualité.

SojaPress le 1er outil de trituration du Sud Ouest

Changer d'échelle, développer des synergies, innover !
Quelles pistes alors pour combler ce déficit ? D'abord, il faut commencer par changer d'échelle, considère le chercheur. Plutôt que de considérer l'efficience de l'utilisation des éléments minéraux (dont l'azote) contenue dans les protéines absorbées par les animaux (qui en rejettent toujours la plus grande partie dans leurs effluents), il convient de prendre en compte l'animal et la surface de production associée où l'on pourra épandre ces effluents, dont l'efficience est équivalente aux engrais de synthèse, les dépenses énergétiques de la production de ce dernier en moins. «  Un système qui associe production végétale et animale, devient un système très efficient. Cela dit dans un contexte agricole d'exploitations qui se sont souvent beaucoup spécialisées, il peut y avoir un problème de bouclage du cycle de l'azote sur une même exploitation. »

Et l'hypothèse de revenir à un modèle généralisé de polycuture élevage en lieu est place de filières spécialisées étant peut probable, il faut selon lui « imaginer des formes innovantes associant agriculture et élevage soit à l'échelle de l'exploitation si possible, soit davantage peut-être à l'échelle d'un territoire. » L'innovation porterait alors par exemple sur le développement des échanges de matières (pailles, fourrage) contre des effluents, des échange de surface, voire d'animaux en organisant leur déplacement d'une ferme à l'autre. « Autant de solutions qui supposent de développer les synergies , et en cela les outils numériques peuvent aider, estime l'intervenant, pour permettre plus d'autonomie protéique et boucler la boucle du cycle d'azote à un niveau supra-exploitation » .

La deuxième piste, est de relocaliser la production végétale destinée à l'alimentation animale à travers des cultures de protéagineux, de légumineuses fourragères (luzerne ou le trèfle) ou encore des méteils (mélange de culture). Cela dit envisager le développement de ces productions, si elles ont quelques avantages (fixation de l'azote, diversification des successions,...) sous-tend un fort besoin d'innovation car il y a des freins à lever, reconnaît Sylvain Pellerin. « Ce sont des espèces dont les rendements sont bien plus variables que les grandes cultures. Il y aura donc des efforts à poursuivre pour améliorer ces rendements, elles ont aussi une certaine sensibilité au déficit hydrique et aux ravageurs », prévient-il. Autres « conseils » du scientifique : « il faudra valoriser les effets, notamment la gestion de l'azote, maintenir le conseil technique, développer des solutions innovantes et structurer les filières ».

Un Plan régional protéique pour proposer des solutions
Autant de considérations dont les acteurs régionaux du monde agricole ont déjà bien pris conscience. Ils ont engagé un travail collectif sur ce sujet de l'autonomie protéique, accompagnés par la DRAAF et la Région. Un travail formalisé au sein du futur Plan Régional Protéique, dans lequel « de l'amont à l'aval, tout le monde agricole s'est impliqué », insiste Christian Daniau, Président de la Chambre d'agriculture de Charente et Président du Comité Production végétale de Nouvelle-Aquitaine. « C'est un moment important, qui est attendu depuis très longtemps. Nous proposons des solutions qui visent à mieux faire ce que l'on faisait déjà tout en valorisant les expériences et en transmettant notamment au plus jeunes, mais qui encouragent aussi de continuer à innover, à sortir du cadre et réfléchir peut-être à de nouveaux mélanges, de nouveaux espaces, de nouvelle pratiques, de nouveaux échanges sur les territoires... tout en s'adaptant au réchauffement climatique. Il s'agit aussi de remettre la technique et l'innovation au centre ».

Parmi les pistes végétales évoquées : « la première source de protéine à laquelle on pense c'est l'herbe, et notamment au regard des sécheresses qui s'accentuent, il y a un véritable enjeu : sachons continuer à en produire, il faut garantir un accès à l'herbe pour nos animaux... et donc àun accès à l'eau pour les agriculteurs ! » glisse-t-il. Ensuite, il cite les céréales : c'est la deuxième source protéique de la région. « Si on arrive à augmenter le taux de protéine ne serait-ce que d'1% sur le blé ou l'orge, ce sera des milliers de tonnes de tourteaux de maïs importés en moins. » Et de citer également la luzerne, le méteil « à condition de bien connaître la valeur protéique de chaque grains », le tournesol, le colza, « plus délicat à mener » et enfin le soja, « la protéine par excellence au regard du taux de rendement... mais pour cette culture d'été, il y a aussi besoin d'eau notamment en fin de cycle », appuie-t-il à nouveau.

Le Plan est prêt et doit être prochainement présenter à la Région pour validation, la crise sanitaire ayant un peu retardé les choses. Côté calendrier « les premières expérimentations vont démarrer dès cette année pour un plus gros développement dès l'an prochain », assure le responsable agricole. Mais pour assurer le succès de la démarche outre le soutien nécessaires des institutions, le point essentiel sera celui de la rentabilité des exploitations. « Il faudra donc aussi que les consommateurs suivent. Les filières animales sont prêtes a utiliser des produits 100% aquitains mais ce sera plus cher.... Il faudra donc aussi que le consommateur ne change pas d'avis du jour au lendemain sur ses attentes vis à vis des agriculteurs et accepte de mettre la main à la poche ».

la luzerne déshydratée bio est en fort développement

 

Le terrain n'a pas attendu

Outre les interventions de Sylvain Pellerin et de Christian Daniau, quatre autres intervenants ont pris la parole permettant de mettre en avant que des initiatives sur le plan de l'autonomie protéique étaient déjà à l'oeuvre au sein de la région. Tant au niveau des filières que des coopératives, des entreprneurs ou encore de l'enseignement agricole.

Côté filière caprine, Jérémy Jost, ingénieur à l'Institut de l'élevage et co animateur de l'Unité Mixte Technique « Système caprin durable de demain » est venu présenté les recherches et expérimentations menées sur le renforcement de l'autonomie alimentaire des exploitations au sein de la filière caprin lait, dans le cadre du réseau à large spectre REDCap.

Guillaume Durand maître de conférence en production animale à Bordeaux Sciences agro qui tout en présentant la place de ce sujet de l'autonomie protéique dans le cursus de formation des élèves, a quant à lui développé la question des praires dans la gestion de l'apport protéique et la concurrence, ou pas, des élevages avec l'alimentation humaine.

Avec l'intervention de Mathias Hugou, un focus a été fait sur la filière soja, et notamment à Sainte-Livrade en Lot-et-Garonne, sur l'unité de trituration SojaPress de la coopérative Terres du Sud. Créée en 2012, elle transforme le soja produit localement en tourteau pour l'usine d'aliment attenante. Des investissements viennent d'être conduits pour augmenter la capacité de l'unité à 24000 tonnes de graines par an (contre 7000 en 2012).

Enfin, avec la société Durepaire à Verdille en Charente, Patrick Ménard, son directeur, a évoqué la mise en place d'une filière luzerne foin et son séchage innovant par une chaudière biomasse. Un investissement important soutenu par la Région et l'ADEME, motivé par une demande montant des agriculteurs d'une part « car c'est une plante qui a beaucoup de qualité sur les grandes cultures » et par les éleveurs d'autre part « en raison de ses fibres de qualité et de ses protéines ».

Autant d'interventions à retrouver en détails sur agriweb.tv

Solène Méric
Par Solène Méric

Crédit Photo : Capture d'écran

Inno'action et agricultureCet article fait partie du dossier

Voir les autres articles de ce dossier
Partager sur Facebook
Vu par vous
2739
Aimé par vous
1 J'aime
Les réaction
1 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Copain | 26/05/2020

Voila un des vrais sujets de l'après coronavirus sur lequel il nous serait techniquement possible d'avancer vite. Limiter les importations de protéines venues d'Amérique de Sud sauverait la forêt, les indiens et beaucoup d'agriculteurs français. Mais ce sujet intéresse peu l'agriculture institutionnelle (cad financiarisée) qui fait son beurre sur ces importations. La quasi absence des chambres d'agriculture en témoigne à cette conférence. Leur représentant exploite cette hypothèse pour faire état de nouvelles demandes en eau et … en subventions. C'est un très vieux sujet sur lequel tout a déjà été dit. Depuis les années 80 des aides existent et … échouent. Elles sont finalement détournées (avec l'aide des élus) en aides aux revenus sans obligations et résultats concrets.
A noter que plusieurs études ont montrées que ce changement de pratique ne couterait pas plus cher au consommateurs qui finance (déjà) les importations. Mais ça pourrait être l'occasion de revaloriser les revenus des petites fermes qui en ont bien besoin (comme les soignants).

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 32 + 11 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr
Huîtres Nouvelle-Aquitaine Agriculture | 28/05/2020

Nouvelle-Aquitaine : l'ostréiculture attend un second souffle

Roland Cayrol, à g., aux côtés de Joël Aubert en avril 2019. Agriculture | 28/05/2020

"Nos agriculteurs, on les aime encore plus après la crise!", Roland Cayrol, politologue

Hervé Gillé Agriculture | 27/05/2020

Distillation de crise : trois questions à Hervé Gillé, sénateur girondin

Les débats de la Semaine de l'agriculture se sont déroulés depuis le pavillon des Arts à Pau Agriculture | 26/05/2020

Retour sur le succès de la Semaine de l'Agriculture : « On a su faire du bruit ! »

Champ de maïs dans les Landes Agriculture | 25/05/2020

Emploi agricole: Recrutements massifs de saisonniers chez Euralis et Maïsadour

Semaine Agriculture Agriculture | 21/05/2020

Quand l'agriculture débat de son avenir

Journée Installation-Transmission 2020 Agriculture | 20/05/2020

La coopération agricole, un soutien de choix lors de l'installation des jeunes agriculteurs

Prendre soin du climat Agriculture | 20/05/2020

Prendre soin du climat : une préoccupation qui touche aussi l’agriculture

L'élevage a t_il un avenir en Europe, un débat du salon régional de l'agriculture Agriculture | 20/05/2020

L'élevage et l'alimentation en débat sur la Semaine de l'agriculture Nouvelle-Aquitaine

Une Blonde d'Aquitaine, s'apprête à participer à un concours de race Agriculture | 19/05/2020

Jeunesse et passion de l'élevage ouvrent la Semaine de l'agriculture

Inauguration de la Semaine de l'Agriculture avec Jean-Pierre Raynaud, Alain Rousset et Dominique Graciet Agriculture | 18/05/2020

La Semaine de l'agriculture inaugurée: " Place aux agrosolutions ! "

Journée installation-transmission Agriculture | 16/05/2020

La coopération agricole au coeur de la 3ème Journée Installation Transmission

Julien Biteau avec ses Blondes d'Aquitaine à Champdolent Agriculture | 14/05/2020

A Champdolent (17), l'aide à l'installation a permis à un jeune de renouer avec la tradition familiale

Paroles d'agriculteurs Agriculture | 14/05/2020

"Paroles d'agriculteurs", met en lumière les exploitants de Nouvelle-Aquitaine sur AgriwebTV !

Hervé Berho, un jeune éleveur basque engagé et dynamique Agriculture | 13/05/2020

Hervé Berho, un jeune éleveur basque engagé et dynamique