Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

17/12/18 : En mairie de Biarritz, en début d'après-midi, on aurait pris acte de la non venue du président Macron à la préparation du sommet du G7. Information non officiellement confirmée de la préfecture mais qui serait parvenue à certains élus de cette source

17/12/18 : Les retraités lot-et-garonnais battront le pavé le 18 décembre à 15 h 00 devant la Préfecture à Agen. "Déçus par les annonces du Président E. Macron" , ces derniers préciseront leurs revendications auprès de la Préfète.

15/12/18 : L'Association Petit Coeur de Beurre a décidé en accord avec la Jeune Académie Vocale d'Aquitaine JAVA et l'Ensemble Vocal Aquistriae d'annuler le concert "De choeurs à coeurs" prévu ce samedi 15 décembre en l'église St Louis des Chartrons à 20h30.

14/12/18 : Du 15/12/18 au 5/01/19 : le centre-ville montois sera piéton les week-ends du 15 et 22/12 et le 24/12 et le stationnement gratuit dans le centre-ville les samedis après-midi. 1h de stationnement gratuit par demi-journée, du lundi au samedi matin.

14/12/18 : Center Parcs Lot-et-Garonne. Les premiers coups de pioche de ce chantier sont donnés ce jour, 14 décembre, à l’étang du Papetier, à Pindères.

14/12/18 : En raison des mouvements sociaux actuels, le Grand-Théâtre sera fermé au public ce samedi 15 décembre entraînant le report du récital de Sondra Radvanovsky au 31 mars 2019. Les visites guidées sont également annulées.

13/12/18 : Le jeune rugbyman du Stade Français Nicolas Chauvin, 19 ans, victime d'un traumatisme cervical suite à un plaquage dimanche lors d'un match à Bègles est décédé au CHU de Pellegrin. Nouveau drame après la mort récente d'un jeune joueur d'Aurillac.

13/12/18 : Présente au salon Nautic de Paris, La Rochelle a lancé de Paris le Défi Atlantique, une nouvelle course en équipage réservée aux Class 40. Départ fin mars 2019 de la Guadeloupe, pour rejoindre La Rochelle mi-avril avec une escale à Horta aux Açores.

12/12/18 : En raison des liens historiques et fraternels qui unissent les villes de Strasbourg et de Périgueux, le drapeau français sur la mairie de Périgueux sera en berne ce mercredi suite au drame survenu hier sur le marché de Noël de la capitale alsacienne.

12/12/18 : Vigipirate : Urgence Attentat. Renforcement de la sécurité en Gironde. Renforcement des contrôles notamment à l’aéroport de Bdx-Mérignac, surveillance des marchés de Noël, centres commerciaux et interdiction de manifestations sur la voie publique.

12/12/18 : Les 22-26 et 28 déc, Bordeaux Visite organise une visite-famille "Bordeaux à Noël", afin de découvrir la place Pey Berland, le cours de l'Intendance, les allées de Tourny, la place de la Comédie. Accessible aux familles avec enfants dès 7 ans.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 16/12/18 | En Dordogne, le laboratoire départemental d'analyse détruit par un incendie.

    Lire

    Le laboratoire départemental d’analyse et de recherche de la Dordogne, basé à Coulounieix-Chamiers, a été entièrement détruit cette nuit par un incendie dont les causes ne sont pas encore déterminées. Le président du Conseil départemental Germinal Peiro, qui se rendra sur les lieux ce lundi à 8h30, a fait savoir que le Département s’attachait déjà à "trouver des solutions pour assurer la continuité de l’activité des 140 agents qui travaillent sur le site (laboratoire et Satese) .

  • 15/12/18 | Biarritz: un feu d'artifice séuritaire pour le président

    Lire

    Nous nous en sommes fait écho, le président de la République Emmanuel Macron se déplace mardi 18 décembre à Biarritz pour la préparation du G7 en présence de vingt ambassadeurs. La ceinture de sécurité appliquée est celle que la Ville met en place depuis des années pour...le feu d'artifice du 15 août. Il sera donc difficile d'accéder en voiture au centre ville. Nous vous recommandons d'aller sur le site de la ville, www.biarritz.fr ou www.chronoplus.eu pour prendre connaissance du dispositif et déplacements.

  • 14/12/18 | Jacqueline Gourault en déplacement en Dordogne lundi 17 décembre

    Lire

    Jacqueline Gourault, ministre de la cohésion des territoires et des relations avec les collectivités territoriales sera en déplacement en déplacement en Dordogne ce lundi 17 décembre. En fin de matinée, elle sera à Coulounieix Chamiers pour le projet de rénovation urbaine. L'après midi, elle se rendra au Nord du département pour la pose de la première pierre de la maison médicale de Lanouaille. C'est la troisième fois que la ministre se rend en Dordogne depuis dix huit mois.

  • 14/12/18 | De nouveaux équipements pour la section foot d'un collège du 87

    Lire

    Créée en 2011, la section de football du collège André Maurois est labellisée et reconnue par la FFF et l’Education Nationale. Cette section rend possible la pratique du football dans un cadre scolaire privilégié. Afin de les soutenir, le Conseil Départemental de la Haute-Vienne vient de les doter de 14 équipements joueurs complets et 2 équipements gardiens. Dernièrement, la section sportive a formalisé de nouveaux partenariats avec la FFF, le Limoges Football Club et la Ville de Limoges.

  • 14/12/18 | L'industrie du pin maritime cherche de nouvelles ressources

    Lire

    Début décembre dans les Landes, l’Etat, les acteurs de la filière forêt-bois et les collectivités locales se sont réunis sur les difficultés d’approvisionnement des industries du bois qui nécessitent 6 M m³ annuels alors que la récolte actuelle est de 5,6 M m³. Avec 32 M m³ de bois ayant atteint ou dépassé l’âge d’exploitation préconisé, l’enjeu pour la filière est donc de récolter ces bois mûrs dans les années à venir. Outre l'engagement de l'Etat à intensifier sa communication en ce sens auprès des propriétaires, l'amont et l'aval de la filière pourraient en passer par la contractualisation pour garantir l'adéquation entre offre et demande.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Agriculture | Baromètre 2011 : L'agriculture Aquitaine sur le chemin des mutations

31/05/2011 |

Baromètre 2011: L'agriculture Aquitaine sur le chemin des mutations

En aurait-on douté que le questionnaire publié par aqui.fr aurait eu tôt fait de dissiper le doute : le poids de l'agriculture dans l'économie régionale est apprécié à sa juste valeur ; c'est à dire la première si l'on considère la place qu'occupe le secteur agro-alimentaire à la fois en matière d'emplois de chiffres d'affaires, notamment à l'export, et de compétitivité. Ce constat qui souligne la force de l'identité de l'agriculture Aquitaine s'accompagne, parallèlement, de nouvelles attentes, notamment en matière d'environnement. Les agriculteurs eux-mêmes n'étant pas les derniers à mesurer le chemin qu'il leur reste à parcourir. On en a débattu ce 30 mai au salon régional en présence de Roland Cayrol, président des "amis d'Aqui" dont l'analyse confirme les résultats du questionnaire publié sur notre site.

Innovante ou jugée comme telle, elle ne réussit pourtant pas à bien nourrir son homme et pas seulement aux yeux des agriculteurs eux-mêmes. Faible consolation pour une profession dont la société perçoit de plus en plus nettement qu'elle ne vit pas de son travail comme elle le devrait. Au moment où s'approche le grand virage de la fin de la Politique Agricole Commune ou, à tout le moins de son érosion, chacun comprend bien que le temps n'est plus où les prix et donc le revenu se décidaient dans les marathons bruxellois.

Roland Cayrol lors de la présentation du baromètre 2011Aujourd'hui, et on l'a bien vu jusqu'à ce que les pouvoirs publics se décident à agir au pic de la crise du lait qui a frappé les esprits et choqué l'opinion : il faut se mettre autour d'une table et négocier volumes et prix sous l'œil vigilant des gouvernants. Ce que rappelait ici Michel Prugu, président de l'INAO, en soulignant l'importance d'une nouvelle régulation pour, à la fois, assurer un revenu décent au producteur et un prix raisonnable au consommateur.

Confiance et attentes
Compréhension du rôle et de la place de l'agriculture dans l'économie et l'équilibre de la société aquitaine : le baromètre dont nous publions les résultats peut en première analyse rassurer une profession engagée dans une démarche prospective mais lui faire toucher du doigt, parallèlement l'importance des attentes non satisfaites.

1.  On lui fait confiance pour la qualité de ce qu'elle produit, à la fois pour des raisons gustatives ce qui ne surprend guère dans ce pays de cocagne où il n'est guère de famille citadine qui n'ait de parents ou d'amis à la campagne mais aussi pour la sécurité des aliments qu'elle apporte sur le marché. Un constat qui correspond en tous points à ce que révèlent les études récentes réalisées au niveau national.

 

2.  On attend beaucoup d'elle, d'abord qu'elle sorte de son périmètre professionnel et sans doute syndical pour se montrer plus proche de la société dans son ensemble. Pour expliquer ce qu'elle fait et comment elle le fait, et là la coupure est profonde entre  agriculteurs et non agriculteurs sur le terrain de l'environnement.  Il est d'ailleurs tout à fait édifiant de découvrir que presque un agriculteur sur trois considère que son métier ne respecte pas suffisamment l'environnement tandis qu'un non agriculteur sur deux pense la même chose. C'est donc un immense effort d'ouverture et de pédagogie que la profession doit entreprendre. Songeons un instant, dans cette société de plus en plus urbaine qu'est la nôtre, à ce que l'école primaire n'apprend pas, ou plus, à nos enfants. Ce qu'est un assolement, le cycle végétal, les besoins de la plante en fumure organique...

3.  Cette attente générale qui, de temps à autre, laisse les agriculteurs les bras ballants s'exprime dans le pourcentage de celles et de ceux qui attendent une vraie relation directe entre agriculteurs et consommateurs (75%). En creux il s'agit d'un vrai plaidoyer pour l'agritourisme et un étonnant constat quand on le rapproche de l'émergence du souhait du développement de l'agriculture biologique (74%). Notons là, la montée en puissance du « BIO » dans l'esprit des agriculteurs eux-mêmes : ils sont presque un sur deux (42%) à penser qu'il y a beaucoup à faire en ce domaine maintenant que le marché se développe. Un vrai encouragement pour tous ces jeunes qui dans les lycées agricoles de la région s'apprêtent à rejoindre une profession qui leur offre la possibilité d'être à l'avant garde d'une nouvelle mutation de l'agriculture, à la fois productive et innovante, paysagère et industrieuse. D'exercer un beau métier accueillant y compris aux enfants des citadins qui ne verraient point d'inconvénient à ce qu'ils le choisissent.

Joël Aubert

 

Partager sur Facebook
Vu par vous
374
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 19 + 18 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr