Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

25/05/18 : L'Hermione est arrivé hier à Pasaia, au pays basque espagnol, où elle restera jusqu'au 27 mai.

24/05/18 : "Accords commerciaux : CETA, Mercosur... où en sommes-nous?" C'est le thème de la conférence qu'organise dans ses locaux agenais la Maison de l'Europe 47. Elle sera animée par V.Rozière, députée européenne Sud-Ouest et J.Louge, conseiller au CESER.

23/05/18 : Charente-Maritime : le 19e festival des arts de la rue du bassin de Rochefort se tiendra ces vendredi et samedi à La Gripperie Saint-Symporien. Vingt compagnies de théâtre, de danse, de cirque et autres spectacles de rue sont attendus. Gratuit.

22/05/18 : Emmanuel Macron: 90 minutes de discours mais pas d'annonce, sinon celle d'un changement de méthode et cette phrase: "Pour juillet je veux qu’on ait finalisé un plan de lutte contre le trafic de drogue." Mais il n' y aura pas de plan banlieues.

22/05/18 : Le chantier de rénovation de l’A89 entre Libourne (33) et Mussidan (24) va nécessiter la fermeture partielle de l’échangeur de Montpon-Ménestérol (sortie 12), mercredi 23 et jeudi 24 mai, entre 7 h et 19 h. Durant ces deux jours, l’entrée sera fermée.

22/05/18 : Gauvin Sers et Les Tambours du Bronx seront les principales têtes d'affiche de la quinzième édition des Odyssées d'Ambès, festival gratuit qui se déroulera le 25 août prochain à partir de 15h. Entre 5 et 8000 visiteurs y sont attendus.

22/05/18 : La quatrième édition du festival ODP, qui s'est tenue du 18 au 20 mai à Talence, a réuni 17 000 personnes pour l'ensemble de ses concerts au profit des Sapeurs Pompiers de France, contre 19 000 en 2017 et 12 000 en 2016.

16/05/18 : La Cour d'Appel de Paris a condamné Jérôme Cahuzac ex-ministre du budget jugé pour fraude fiscale et blanchiment à 4 ans de prison, dont 2 avec sursis et à une amende de 300.000 euros et 5 ans d'inéligibilité. Sa peine de prison ferme sera aménagée.

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 25/05/18 | Contournement de Beynac (24) : 3 nouveaux référés rejetés

    Lire

    Les décisions du tribunal administratif de Bordeaux concernant le contournement de Beynac (Dordogne) se suivent et se ressemblent. À la suite de son audience du 15 mai, il a rejeté, trois nouvelles requêtes contre les arrêtés d’autorisation de travaux de la préfecture et de la commune de Castelnaud-la-Chapelle. Les opposants requérants ont été déboutés et condamnés à verser 500 euros chacun au Conseil départemental et à la commune de Castelnaud-la-Chapelle pour les frais de justice.

  • 25/05/18 | Laura Flessel en visite à La Rochelle

    Lire

    La ministre des Sports Laura Flessel est en visite en Charente-Maritime ce vendredi 25 mai pour échanger avec lors du congrès des élus en charge du Sport (ANDES), au sujet de la nouvelle agence du sport. La ministre doit également visiter le Pole France Voile, basé à La Rochelle. Elle remettra la médaille de bronze de la Jeunesse, des Sports et de l’Engagement associatif à M.Ancel, proviseur du Lycée Dautet, avant de visiter le bateau du cercle handi rochelais.

  • 24/05/18 | Regardez voler les fusées à Biscarrosse

    Lire

    Du 24 au 27 mai à Biscarrosse, 40 équipes s'affrontent au sein du Rocketry Challenge, le concours amateur international de fusées. Les jeunes collégiens et lycéens ont pour objectif de construire une fusée qui doit voler jusqu’à une certaine altitude sur un temps défini avec à son bord un œuf cru devant revenir au sol intact! Cette année, l’événement sera pour la première fois ouvert gratuitement au grand public le samedi 26 mai de 14h à 18h au Centre Culturel et Sportif de l’Arcanson. A voir!

  • 24/05/18 | Bordeaux: un projet de territoire numérique intelligent

    Lire

    Bordeaux Métropole vient de confier à SPIE ICS, filiale de services numériques du groupe SPIE, la conception, la fourniture et la maintenance d'un système de télégestion d'équipements connectés dans le quartier du stade Matmut Atlantique. Objectif de ce projet pilote de territoire numérique intelligent : « réduire les consommations énergétiques et collecter des informations sur les équipements publics afin d'optimiser les services proposés aux usagers ». Exemple : évaluer le taux de remplissage des containers permettra de rationaliser les tournées de relève et ainsi diminuer la pollution et le trafic.

  • 24/05/18 | Les huîtres du Bassin d'Arcachon toujours bloquées

    Lire

    Nouveau coup dur pour les huîtres du Bassin d'Arcachon : l'interdiction provisoire de la pêche et de la consommation de tous les coquillages prononcée vendredi par la préfecture de la Gironde n'a pas été levée, même après de nouvelles analyses effectuées par IFREMER ce lundi. En cause : la présence, toujours à un seuil supérieur à la norme, d'une micro-algue (dinophysis) pouvant potentiellement provoquer des troubles gastriques. Pour que l'interdiction soit levée, les ostréïculteurs du Bassin doivent attendre deux tests négatifs avant de reprendre la commercialisation, sauf en cas de stockage avant l'interdiction.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Agriculture | Le baromètre Harris Interactive confirme le souhait d'un nouveau modèle agricole axé sur le bio et la proximité

15/05/2018 | Commenté par le politologue Roland Cayrol, le Baromètre de l'agriculture régionale sera présentée ce mardi au Salon de l'agriculture Nouvelle-Aquitaine. En voici les premiers chiffres

Baromètre Harris Interactive 2018 pour le Salon de l'Agriculture Nouvelle-Aquitaine

La 3ème vague de l'étude Harris Interactive pour le Salon de l'Agriculture Nouvelle-Aquitaine, était attendue. La voilà présentée ce mardi 15 mai, au Salon de l'agriculture Nouvelle-Aquitaine dans le cadre de la Conférence agricole permanente du Conseil régional. Menée en parallèle auprès des agriculteurs et des habitants de la région, celle-ci décortique les perceptions de ces deux populations sur l'agriculture régionale. Après 3 années d'enquête successives, les opinions sont d'une manière générale confortées. Le grand public néo-aquitain aime ses agriculteurs qui continuent pourtant à se sentir « mal-aimés ». Une constante sympathie, voire solidarité, des premiers aux seconds, qui ne leur empêche pour autant pas une certaine exigence, et notamment, un attachement fort au bio, que les plus jeunes générations d'agriculteurs perçoivent et s'approprient davantage que leurs aînés, même-ci ceux-ci ne le négligent pas.

Malgré les diverses crises rencontrées par le monde agricole au cours des 3 dernières années, et un contexte politique ayant largement évolué, il n'y aura pas eu de variations d'importance dans l'opinion des habitants de la Nouvelle-Aquitaine envers leurs agriculteurs. Dans le droit fil des années précédentes, l'agriculture bénéficie d'une bonne image pour au moins 8 habitants de la région sur 10 et d'une très bonne pour près d'un quart. Mieux encore, lorsque est plus particulièrement ciblée l'agriculture régionale, cette bonne opinion grimpe à 85% (contre 86% en 2017 mais 81% en 2016). Une bonne image de l'agriculture qui rejaillit sur celles des agriculteurs. Ils sont même de plus en plus appréciés par les habitants de la région : +2 points en deux ans pour les agriculteurs régionaux (soit 85% d'opinions positives en 2018) et +5 points sur la même période pour les agriculteurs en France (qui atteignent les 83% d'opinion positives cette année).

Les agriculteurs en manque de reconnaissance sociétale
Les agriculteurs, eux, continuent, dans le fil des enquêtes précédentes, à se sentir peu valorisés dans la société, voire de moins en moins valorisés puisque si en 2016, il étaient déjà 74% à le ressentir ainsi, ils sont désormais 79%. Un sentiment d'ailleurs partagé par les habitants de la région. Si individuellement ils ont donc une représentation favorable de l'agriculture, ils sont 86% (contre 84% en 2016) à regretter le manque de reconnaissance du secteur agricole et de ses métiers de la part de la société dans son ensemble. Une solidarité d'autant plus exprimée que près d'un habitant sur deux a, comme les années passées le sentiment d'une proximité grandissante avec les agriculteurs (46% d'entre eux).
Pour autant ce manque de reconnaissance sociétal, et plus encore le niveau limité des revenus, incitent tant les habitants, que les exploitants agricoles à détourner majoritairement leurs proches du métier d’agriculteur. En effet, si 81% des habitants ne recommanderait pas ce métier (+2 points par rapport à 2016), ils sont plus d'un agriculteur sur deux (56%) à également partager ce point de vue, jugeant leur métier, pour plus de 8 sur 10 d'entre eux de plus en plus difficile. Une difficulté aussi volontiers reconnue par près des trois quart des habitants (73%).

La perception de la fin d'un modèle
Regardant vers l'avenir, c'est un contexte marqué par un certain pessimisme qui se fait jour dans les rangs des agriculteurs. Le sentiment que les exploitations transmises de génération en génération existeront de moins en moins est partagé par 81% d'entre eux ( et 77% des habitants de la région), celui d’une réduction du nombre d’agriculteurs dans un futur proche est ressenti par 87% d'entre eux (76% des habitants), sans oublier la diminution des surfaces agricoles qui les inquiète à 67% (62% des habitants)... Plus d’un agriculteur sur dix pense que son exploitation disparaîtra lorsqu’il cessera son activité. Les plus âgés et donc les plus concernés par ces réflexions estiment, pour près de la moitié d’entre eux, qu’ils pourront la transmettre à un proche, mais 19% sont sans solution de transmission.
Néanmoins, ce qui apparaît comme la perception de la fin d'un modèle agricole « traditionnel », est porteur pour 70% de la population agricole comme non agricole, de sa transformation, imaginant alors les exploitations agricoles tournées vers le bio et les circuits courts, comme l'avenir de l'agriculture. Un avenir d'ailleurs plus envisagé chez les agriculteurs de moins de 40 ans que parmi les générations précédentes. Mais tout âge confondus, cette stratégie globale de qualité apparaît en tout cas clairement, puisqu'elle est évoquée par 45% des agriculteurs, soit 2 points de plus qu'en 2016, comme pouvant être la meilleure à conseiller à un agriculteur souhaitant s'installer.

Le respect de l'environnement peu perçu par le grand public
Si la bio fait partie des mots les plus spontanément cités par les habitants de la région pour évoquer l'agriculture, ils placent au premier rang des atouts de l'agriculture, sa capacité à proposer aux consommateurs des produits tenant compte de la spécificité des terroirs et, de plus en plus, des produits de qualité. En effet, la qualité des produits est mise en avant par 77% des habitants en 2018, contre 72% en 2016.
Cela dit, portés sur les questions d’environnement, les habitants sont toujours en attente d’efforts du secteur agricole, sur des sujets tels que la lutte contre la pollution des sols ou contre les pesticides qu’ils ne perçoivent que peu aujourd’hui. 67% d'entre eux considèrent en effet, que le secteur agricole est peu ou pas du tout efficace dans l'un comme dans l'autre de ces thèmes... Des thèmes sur lesquels les agriculteurs identifient bien davantage les actions menées et leur efficacité. 58% d'entre eux jugent positivement l'efficacité du secteur agricole dans la lutte contre les pollutions, et 53% considèrent comme efficace les efforts de la profession en matière de réduction des pesticides.
Enfin, concernant l'impact de l'agriculture en terme d'image et le dynamisme de la région, les considérations varient relativement peu depuis 2016. Si pour les habitants, l’agriculture se rapporte d’abord à la sauvegarde d’un savoir faire, c’est moins le sentiment des agriculteurs, qui mettent bien plus en avant le respect de l’environnement, décidément peu perçu par le grand public. Mais qu'ils soient agriculteurs ou pas, les néo-aquitains partagent à 80%, la conviction que l'agriculture contribue à la fierté de vivre dans la région. Une part de son identité que le Salon régional de l'Agriculture, vient fêter dignement, jusqu'au 21 mai.


L'enquête Habitants a été réalisée en ligne du 11 au 19 avril 2018 sur échantillon de 1006 personnes, représentatif des habitants de la région Nouvelle-Aquitaine âgés de 18 ans et plus.
L'enquête Agriculteurs a été réalisée par téléphone du 11 au 23 avril 2018 sur un échantillon de 608 agriculteurs, représentatif des agriculteurs de la région Nouvelle-Aquitaine âgés de18 ans et plus.

Solène Méric
Par Solène Méric

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
2593
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 29 + 11 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr