Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

07/04/20 : Un décret de la Ville de Biarritz a interdit aux promeneurs, la station assise d’une durée de plus de deux minutes sur un banc ou sur un espace assimilable. Une disposition qui a tellement fait rire jaune et le buzz que le maire l'a annulée dans l'après-m

07/04/20 : Charente-Maritime : Le site internet de la ville de La Rochelle www.larochelle.fr a ouvert une page spéciale Entraide et solidarité dans la rubrique "Toutes les informations relatives au COVID-19" pour ceux qui veulent apporter leur aide.

07/04/20 : Suite à la demande du ministère de la Santé, le Département de Charente-Maritime s'est engagé à dépister "dans les meilleurs délais" ses 8 500 résidents et 5 000 employés d'EHPAD, en coordination avec l'ARS et le laboratoire Qualyse.

07/04/20 : Charente-Maritime : à la date du 6 avril, plus de 8 000 entreprises ont fait une demande d’activité partielle, soit près de la moitié des entreprises du département. Plus de 57 000 salariés sont concernés. 14 agents travaillent sur les dossiers.

07/04/20 : Déjà présente sur Facebook et Twitter, l’Agence Régionale de Santé ouvre sa page LInked-In afin de relayer au monde professionnel ses communiqués de presse quotidien ainsi que des informations et actualités autour de la crise sanitaire coronavirus.

06/04/20 : Coronavirus : 833 décès en France en 24 heures, 8911 morts au total, selon le ministre de la santé ce soir. Soit 65 nouveaux cas confirmés recensés en Nouvelle-Aquitaine, ce qui porte le total à 2 426 cas confirmés depuis le début de la crise.

03/04/20 : Charente-Maritime : le festival Stereoparc, qui doit se tenir du 17 au 18 juillet à Rochefort, est pour l'instant maintenu, fait savoir aujourd'hui l'organisation.

03/04/20 : Le sommet Afrique-France, prévu les 4,5 et 6 juin prochain, a été reporté à une date ultérieure. Emmanuel Macron devrait proposer "dans les jours qui viennent" une nouvelle thématique, en lien avec la situation sanitaire et économique.

03/04/20 : Charente-Maritime : les maires de l'île Oléron ont pris des arrêtés hier soir pour interdire la venue sur le territoire de vacanciers ou de résidents secondaires, renforçant les pouvoirs de gendarmeries. Les contrevenants devront faire demi-tour.

03/04/20 : Charente : la préfète a autorisé l’ouverture de 47 marchés : 17 pour l’arrondissement d’Angoulême; 12 pour l’arrondissement de Cognac; 18 pour l’arrondissement de Confolens.

03/04/20 : Dordogne : au 2 avril, 63 marchés sont ouverts et ont obtenu une dérogation de la préfecture en tenant compte des mesures barrières et sanitaires. Ils sont limités à une quinzaine d'exposants de proximité à l'exception de Périgueux et de Bergerac.

03/04/20 : Charente : depuis le début du confinement, plus de 1700 demandes d’activité partielle ont été déposées auprès de la Direccte, pour près de 15 500 salariés, a annoncé hier la préfecture.

02/04/20 : Ce mercredi, le CHU et l'Université de Bordeaux ont lancé conjointement un appel aux dons pour soutenir la recherche et "accompagner les étudiants via la fondation Bordeaux Université", qui recueille les dons sur son site ou au 06 26 25 45 56.

02/04/20 : Le festival Big Bang de Saint-Médard-en-Jalles consacré à l'espace est annulé et reporté du 25 au 29 mai 2021. Les organisateurs préparent une conférence live et un podcast entre temps, "pour maintenir le lien avec la communauté".

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 07/04/20 | En Dordogne, les collectes de sang sont suspendues

    Lire

    Les donneurs qui avaient pris rendez-vous ont déjà été prévenus. L'Etablissement français du sang de Nouvelle-Aquitaine suspend ses collectes dans le département de la Dordogne pour les deux prochaines semaines. Les collectes mobiles et à la maison du don du 14 rue-Victoria à Périgueux, devraient reprendre le lundi 20 avril. L'établissement utilisera ses réserves, et la collecte continue ailleurs en Nouvelle-Aquitaine. C'est le manque de personnel qui oblige l'EFS à prendre cette décision.

  • 07/04/20 | Des soignants de la Clinique des Cèdres de Brive en renfort à Paris

    Lire

    Le lundi 6 avril, ce ne sont pas moins de 10 soignants volontaires de la clinique privée les Cèdres à Brive, qui sont allés prêter main-forte à leurs collègues de région parisienne à l’hôpital Henri-Mondor. Isabelle Bielle-Nadeau, la directrice de l'établissement explique que « les équipes des Cèdres vont renforcer les services de réanimation de l’hôpital Henri-Mondor, où les soignants sont épuisés ou malades. Ils ont besoin d’être relevés ». La clinique des Cèdres de Brive dispose elle aussi d’un service Covid-19 qui oscille entre 75 et 100 % de taux d’occupation.

  • 07/04/20 | En Dordogne, une aide pour les entreprises qui ont besoin de main d'oeuvre

    Lire

    Certaines activités ont été contraintes de stopper leur activité avec le confinement, d’autres, considérées prioritaires doivent recruter pour faire face à une augmentation de production. Pour ce faire, Périgord développement met à la disposition des entrepreneurs périgourdins Resonne, sa bourse d’emploi inter-entreprises au sein de laquelle sont affichés les besoins identifiés de personnels avec les compétences recherchées. Contact au 05.53.35.80.24 ou au 05.53.35.80.87 et par mail: contact@perigorddeveloppement.com.

  • 07/04/20 | Réunis en visio, les élus régionaux attribuent plus de 350 000 000 € d'aides

    Lire

    A situation exceptionnelle, commission permanente exceptionnelle. En raison de la lutte contre la propagation du virus Covid 19, c'est en visioconférence que s'est tenue la Commission permanente du Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine ce lundi 6 avril à l'Hôtel de Région à Bordeaux. 233 délibérations, 2 932 dossiers d'aides et 40 opérations de travaux ont ainsi été votés par les élus régionaux, réunis sous la présidence d'Alain Rousset, masqué. Au total ce sont 358 558 032,09 euros de subventions qui ont ainsi pu être attribués.

  • 07/04/20 | Annulation des droits de place pour l’année 2020 à Perigueux

    Lire

    La Ville de Périgueux a décidé d’annuler les droits de place et d’occupation du domaine public pour 2020. Cette décision, qui aura un impact financier sur la collectivité à hauteur de 240 000 €, marque un soutien important de la collectivité envers le tissu économique local. Sont concernés les restaurants, bars, commerçants non sédentaires présents aux marchés alimentaires et non-alimentaires ainsi que les taxis. Les sommes déjà encaissées pour l’année 2020 feront l’objet d’un avoir pour l’année 2021.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Agriculture | Bassin d’Arcachon : de jeunes ostréiculteurs prennent la relève

08/05/2018 | Jeune ostréiculteur installé sur le Bassin d'Arcachon, Benjamin Livert a créé sa société «Chai BinBin!», le 10 avril dernier grâce à un financement du Crédit Agricole et un prêt d'honneur attribué par Initiative Périgord.

chai binbin une

Benjamin Livert, 28 ans, a trouvé le bonheur en tant qu’ostréiculteur sur le Bassin d'Arcachon. Une orientation professionnelle à laquelle il dit être arrivé « par hasard », mais dans laquelle ce jeune entrepreneur s'investit totalement. Créée en avril dernier, son entreprise « Chai BinBin ! » a pu prendre son essor grâce à un financement du Crédit Agricole ainsi qu'un prêt d'honneur accordé par Initiative Périgord, après examen de son dossier. Une aide globale de 151 000€ qui lui a permis de lancer son activité. Ostréiculteur, un métier difficile, mais aussi un métier de passion dans lequel le jeune homme, installé à Andernos, entend bien prospérer, malgré les nombreux aléas que connaît la profession.

A l'écouter, il serait venu à l'ostréiculture « par hasard ». Étrange, pour un métier aussi difficile que celui-ci ; mais force est de constater que, dans le cas présent, l'adage populaire qui affirme que le hasard fait bien les choses, semble avoir eu raison. Car, après plusieurs années à se forger une expérience professionnelle chez des pairs plus âgés, Benjamin Livert vient de monter son entreprise sur le port ostréicole d'Andernos. Une nouvelle étape dans un parcours, il est vrai atypique, puisque rien ne prédestinait ce natif d’Angoulême, à embrasser la profession d'ostréiculteur. Un léger accueil que le destin n'allait pas tarder à rectifier en le faisant venir sur le Bassin pour une saison en tant que serveur au restaurant andernosien « L'atelier ». Un établissement tenu par deux ostréiculteurs, avec lesquels, durant deux ans, il découvre le métier, avant d'enchaîner durant le même laps de temps chez Perlostréa -toujours à Andernos-, pour « apprendre le métier de A à Z ». Deux ans de plus à « L'atelier », comme chef de production et le voilà fin prêt à voler de ses propres ailes. Un rêve qu'il concrétise le 10 avril dernier en reprenant une petite entreprise voisine qu'il rebaptise « Chai BinBin ! ». Au programme, bien sûr, l'élevage des huîtres (la traditionnelle creuse japonaise, mais aussi un peu de triploïdes, (« un tiers de la production, pour l'instant »), mais aussi, la vente sur les marchés (« à Andernos le dimanche matin et à Lège-Cap-ferret le samedi »), ainsi qu'à sa cabane sur le port ostréicole d'Andernos où des dégustations sont aussi proposées.

Le prêt d'honneur : une nouvelle opportunité pour les jeunes ostréiculteurs

Désormais à la tête d'une entreprise comprenant 70 ares de parcs (qu'il espère porter à 90 ares d'ici cinq ans), des installations à terre, du matériel de production et un stock d'huîtres, Benjamin Livert a bénéficié d'une opportunité encore méconnue pour son financement: celle du prêt d'honneur. Une aide financière (prêt à taux zéro pouvant aller jusqu'à 20 000 €) proposée en Nouvelle-Aquitaine, à tous les porteurs de projets ayant une activité agricole et ne pouvant notamment pas bénéficier des traditionnelles aides nationales à l'installation. « Ce qui est précisément le cas des ostréiculteurs depuis le 1er janvier 2016 », note Olivier Chapoulie, Chef du Département Installation Transmission à la Chambre d'Agriculture de la Gironde. Une restriction qui rend ce prêt particulièrement attractif pour ces professionnels : « en 2017, sur 25 dossiers, 10 ou 11 concernaient l'ostréiculture », poursuit-il. Bien qu'encadré par de strictes conditions d'obtention (dont l'obligation de souscrire un emprunt bancaire au moins égal au montant du prêt d’honneur), ce type de financement présente de réels avantages. « l'un des intérêts réside, pour les banques, dans le fait de partager les risques. Pour le banquier, c'est une somme qu'il n'a pas besoin de prêter et pour le candidat, ce peut être l'amorce d'un prêt bancaire ; la validation du projet par les membres du comité du prêt d'honneur pouvant contribuer à convaincre la banque », note le Responsable. Des aménagements possibles au niveau du remboursement et un taux d'intérêt défiant toute concurrence : autant d'avantages qui facilitent l'installation de l’entrepreneur. « L'objectif étant de lui permettre de mettre toutes les chances de son côté. En 2015, début du prêt d'honneur dans le département, nous avons reçu quatre dossiers, puis en 2016 et 2017 : 25 chaque année. Le dispositif semble avoir trouvé son public en Gironde », conclut-il.

 chai binbin bis

Un naissain de jeunes entreprises

Outre des aides au financement, un solide encadrement facilite la réussite du nouvel entrepreneur. « J'ai été accompagné dans toutes mes démarches et j'ai pu suivre une formation dispensée par le GRETA sur tous les aspects du métier de patron ostréicole », précise Benjamin Livert. Fan de sa ville d'adoption, « belle et très bien située car moins loin que le Cap-Ferret, (elle) attire et retient de nombreux bordelais avec des animations tout au long de l'année », le jeune ostréiculteur prise aussi la solidarité entre professionnels et l'attractivité du métier pour les jeunes : « aujourd'hui, la plupart des cabanes sur Andernos ont été rachetées par des jeunes. La moyenne d'âge des chefs d'entreprises est de 28-30 ans et l'âge d'installation est de 25-26 ans », précise-t-il. Une activité qui demeure cependant minoritaire à Andernos avec une dizaine de patrons ostréicoles. Malgré la rudesse et des aléas du métier (« les périodes comme le mois de mai sont très compliquées pour gérer les stocks d'huîtres. On subit des pertes importantes. A cause du pollen et des changements de température de l'eau, la semaine dernière, j'ai dû jeter 100 kg d'huîtres marchandes »), il reste positif et envisage de passer de 6 à 12 tonnes d'huîtres dans les 2-3 premières années d'exploitation, avant de monter à 15 tonnes à partir de la 4em année. Trois tonnes supplémentaires qui seraient consacrées à la vente en gros aux autres ostréiculteurs. Outre l'extension de ses parcs, le développement de la vente en ligne fait également partie de ses projets phares (il expédie déjà ses coquillages vers Nice en 24h avec Chronopost). Et depuis peu, sa cabane (port ostréicole d'Andernos, 2em darse, N°41) est ouverte le week-end pour des dégustations et le sera tout l'été. Des réservations en dehors de ces périodes sont aussi possibles (benjamin.livert@hotmail.fr/06 77 19 07 27).

Emmanuelle Diaz
Par Emmanuelle Diaz

Crédit Photo : Aqui.fr

Inno'action et agricultureCet article fait partie du dossier

Voir les autres articles de ce dossier
Partager sur Facebook
Vu par vous
15519
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 9 + 10 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr
asperges vertes Agriculture | 02/04/2020

En Nouvelle-Aquitaine, les producteurs d'asperges "au jour le jour"

Fraises du Lot-et-Garonne Agriculture | 26/03/2020

Maraîchage : la fraisiculture recrute 2000 saisonniers en Nouvelle-Aquitaine

Légumes BIO Agriculture | 25/03/2020

Covid-19: Une plate-forme pour faire son marché local à domicile

Salon agriculture 2020 Agriculture | 24/03/2020

Nouvelle-Aquitaine : annulé, le salon de l'agriculture se trouve une nouvelle formule

Covid-19 : Les Chambres d’agriculture aux côtés des agriculteurs Agriculture | 23/03/2020

Covid-19 : Les Chambres d’agriculture aux côtés des agriculteurs

Marie Mongin à l'aérodrome de Jonzac Agriculture | 23/03/2020

L'aérodrome de Jonzac, un projet de développement économique arbitré par la SAFER de Nouvelle-Aquitaine

Projet Sabatey de la SAFER Nouvelle-Aquitaine Agriculture | 19/03/2020

Mérignac : le site en déprise a laissé place à 5 projets agricoles périurbains

Alice Lerondel et Yves Lidove Agriculture | 18/03/2020

Installation-transmission : la Corrèze, pays merveilleux pour Alice et Yves

A Macaye, au Pays basque, Céline Jorajuria est arboricultrice qui transforme ses fruits en confiture, compotes, sirop et coulis Agriculture | 11/03/2020

Entre arboriculture et confitures, Céline Jorajuria, savoure les fruits de l'audace et sa liberté

Actuellement 60 000 bovins ont subi le dépistage de la tuberculose bovine en Dordogne Agriculture | 08/03/2020

La Dordogne doit poursuivre ses efforts en matière de lutte contre la tuberculose bovine

Les éleveurs sont venus au SIA de Paris accompagnés de leur bête. Ici, Ibiza, blonde d'Aquitaine, de l'élevage Arsicaud situé à Marans en Charente-Maritime. Agriculture | 04/03/2020

[Vidéos] Rencontre avec des éleveurs néo-aquitains au salon de l’agriculture de Paris

Frédéric Coiffé, chef bordelais, a préparé tout au long du salon de l'agriculture de Paris des produits régionaux de la Nouvelle-Aquitaine. Les visiteurs se sont régalés. Agriculture | 02/03/2020

[Vidéos] Un stand de la Nouvelle-Aquitaine animé au Salon de l’agriculture de Paris

Alain Rousset était en visite sur le Salon de l'agriculture ce mercredi 26 février Agriculture | 27/02/2020

Une école vétérinaire à Limoges d'ici quatre à cinq ans

Distributeurs de produits locaux Agriculture | 26/02/2020

L’humain au centre du programme « Du 47 dans nos assiettes »

Entre 2 500 et 3 000 plaques remportées par l’élevage Pimpin. Agriculture | 25/02/2020

SIA : Le GAEC Pimpin a remporté 41 Prix de Championnat depuis 1951