Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

22/05/18 : Emmanuel Macron: 90 minutes de discours mais pas d'annonce, sinon celle d'un changement de méthode et cette phrase: "Pour juillet je veux qu’on ait finalisé un plan de lutte contre le trafic de drogue." Mais il n' y aura pas de plan banlieues.

22/05/18 : Le chantier de rénovation de l’A89 entre Libourne (33) et Mussidan (24) va nécessiter la fermeture partielle de l’échangeur de Montpon-Ménestérol (sortie 12), mercredi 23 et jeudi 24 mai, entre 7 h et 19 h. Durant ces deux jours, l’entrée sera fermée.

22/05/18 : Gauvin Sers et Les Tambours du Bronx seront les principales têtes d'affiche de la quinzième édition des Odyssées d'Ambès, festival gratuit qui se déroulera le 25 août prochain à partir de 15h. Entre 5 et 8000 visiteurs y sont attendus.

22/05/18 : La quatrième édition du festival ODP, qui s'est tenue du 18 au 20 mai à Talence, a réuni 17 000 personnes pour l'ensemble de ses concerts au profit des Sapeurs Pompiers de France, contre 19 000 en 2017 et 12 000 en 2016.

16/05/18 : La Cour d'Appel de Paris a condamné Jérôme Cahuzac ex-ministre du budget jugé pour fraude fiscale et blanchiment à 4 ans de prison, dont 2 avec sursis et à une amende de 300.000 euros et 5 ans d'inéligibilité. Sa peine de prison ferme sera aménagée.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 22/05/18 | Les fonctionnaires défilent en région Nouvelle Aquitaine

    Lire

    Plusieurs centaines de fonctionnaires, agents de la fonction publique, étudiants et syndicats ont manifesté dans les rues de Bordeaux, La Rochelle, Agen ou Périgueux ce mardi, répondant à une mobilisation nationale d'environ 130 cortèges partout en France. C'est la troisième grande journée de mobilisation des fonctionnaires depuis l'élection d'Emmanuel Macron, en réponse à la réforme des statuts. Le secrétaire d'État à la Fonction Publique, Olivier Dussopt, annonçait ce lundi dans Libération qu'il y aurait des "ajustements" mais pas de "remise en cause" de ces derniers.

  • 22/05/18 | La Nuit des Musées fait le plein

    Lire

    Samedi 19 mai, c'était la Nuit Européenne des Musées, et Bordeaux y a fait participer 13 établissements autour de nombreuses animations centrées sur des pays européens. Ce mardi, les chiffres officiels de fréquentation sont tombés : on y apprend que 32 372 curieux ont participé, soit environ 5% de plus qu'en 2017. Le Musée des Arts Décoratifs a réuni à lui seul 4441 visiteurs, une affluence record sur l'horaire (entre 18h et minuit) comparé aux 2035 visiteurs de l'an dernier.

  • 21/05/18 | BHNS Bordeaux/Saint-Aubin : le Conseil d'État tranche

    Lire

    Le Conseil d'État a tranché et confirmé la décision de suspension de la déclaration d'utilité publique du futur BHNS Bordeaux/Saint-Aubin, en rejet du pourvoi en cassation de la métropole en octobre dernier. Le principal motif de rejet ? "Un vice de forme relatif au contenu de la notice explicative présentant le projet de lors de l’enquête publique", notamment concernant l'absence de justification dans le choix du tracé. Déjà repoussés à cet été, le début des travaux pour le futur BHNS pourraient être repoussés de plusieurs mois.

  • 16/05/18 | Le Sénat veut indemniser les propriétaires du Signal

    Lire

    Ce mercredi, une grande partie des sénateurs se sont prononcés en faveur de la mobilisation du fonds Barnier dans le but d'indemniser les propriétaires de l'immeuble Le Signal, à Soulac, devenu un emblème local des dangers de l'érosion côtière et pour lequel les 78 propriétaires sont toujours face à un blocage, malgré l'évacuation de l'immeuble en 2014 par arrêté municipal. La proposition de loi n'est cependant qu'une première étape puisque le texte doit aussi être adopté devant l'Assemblée Nationale, or le gouvernement s'y est montré plutôt défavorable.

  • 16/05/18 | La biodiversité en 24h Chrono au Teich

    Lire

    Les amoureux de la nature sont convoqués les 25 et 26 mai prochain au Parc Naturel Régional des Landes de Gascogne du Teich pour les 24h de la biodiversité. Gratuit et ouvert à tous, cet évènement propose de nombreuses occasion de découvrir les enjeux autour de la préservation des espèces locales. Ciné-débat, spectacles vivants, expositions ou (plus original) inventaire d'espèces et sorties de terrain auront pour principales stars chauves-souris, oiseaux, reptiles ou escargots pour des temps forts organisés en partenariat avec des professionnels et des associations du territoire. N'oubliez pas les chaussures de randonnée !

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Agriculture | Bassin d’Arcachon : de jeunes ostréiculteurs prennent la relève

08/05/2018 | Jeune ostréiculteur installé sur le Bassin d'Arcachon, Benjamin Livert a créé sa société «Chai BinBin!», le 10 avril dernier grâce à un financement du Crédit Agricole et un prêt d'honneur attribué par Initiative Périgord.

chai binbin une

Benjamin Livert, 28 ans, a trouvé le bonheur en tant qu’ostréiculteur sur le Bassin d'Arcachon. Une orientation professionnelle à laquelle il dit être arrivé « par hasard », mais dans laquelle ce jeune entrepreneur s'investit totalement. Créée en avril dernier, son entreprise « Chai BinBin ! » a pu prendre son essor grâce à un financement du Crédit Agricole ainsi qu'un prêt d'honneur accordé par Initiative Périgord, après examen de son dossier. Une aide globale de 151 000€ qui lui a permis de lancer son activité. Ostréiculteur, un métier difficile, mais aussi un métier de passion dans lequel le jeune homme, installé à Andernos, entend bien prospérer, malgré les nombreux aléas que connaît la profession.

A l'écouter, il serait venu à l'ostréiculture « par hasard ». Étrange, pour un métier aussi difficile que celui-ci ; mais force est de constater que, dans le cas présent, l'adage populaire qui affirme que le hasard fait bien les choses, semble avoir eu raison. Car, après plusieurs années à se forger une expérience professionnelle chez des pairs plus âgés, Benjamin Livert vient de monter son entreprise sur le port ostréicole d'Andernos. Une nouvelle étape dans un parcours, il est vrai atypique, puisque rien ne prédestinait ce natif d’Angoulême, à embrasser la profession d'ostréiculteur. Un léger accueil que le destin n'allait pas tarder à rectifier en le faisant venir sur le Bassin pour une saison en tant que serveur au restaurant andernosien « L'atelier ». Un établissement tenu par deux ostréiculteurs, avec lesquels, durant deux ans, il découvre le métier, avant d'enchaîner durant le même laps de temps chez Perlostréa -toujours à Andernos-, pour « apprendre le métier de A à Z ». Deux ans de plus à « L'atelier », comme chef de production et le voilà fin prêt à voler de ses propres ailes. Un rêve qu'il concrétise le 10 avril dernier en reprenant une petite entreprise voisine qu'il rebaptise « Chai BinBin ! ». Au programme, bien sûr, l'élevage des huîtres (la traditionnelle creuse japonaise, mais aussi un peu de triploïdes, (« un tiers de la production, pour l'instant »), mais aussi, la vente sur les marchés (« à Andernos le dimanche matin et à Lège-Cap-ferret le samedi »), ainsi qu'à sa cabane sur le port ostréicole d'Andernos où des dégustations sont aussi proposées.

Le prêt d'honneur : une nouvelle opportunité pour les jeunes ostréiculteurs

Désormais à la tête d'une entreprise comprenant 70 ares de parcs (qu'il espère porter à 90 ares d'ici cinq ans), des installations à terre, du matériel de production et un stock d'huîtres, Benjamin Livert a bénéficié d'une opportunité encore méconnue pour son financement: celle du prêt d'honneur. Une aide financière (prêt à taux zéro pouvant aller jusqu'à 20 000 €) proposée en Nouvelle-Aquitaine, à tous les porteurs de projets ayant une activité agricole et ne pouvant notamment pas bénéficier des traditionnelles aides nationales à l'installation. « Ce qui est précisément le cas des ostréiculteurs depuis le 1er janvier 2016 », note Olivier Chapoulie, Chef du Département Installation Transmission à la Chambre d'Agriculture de la Gironde. Une restriction qui rend ce prêt particulièrement attractif pour ces professionnels : « en 2017, sur 25 dossiers, 10 ou 11 concernaient l'ostréiculture », poursuit-il. Bien qu'encadré par de strictes conditions d'obtention (dont l'obligation de souscrire un emprunt bancaire au moins égal au montant du prêt d’honneur), ce type de financement présente de réels avantages. « l'un des intérêts réside, pour les banques, dans le fait de partager les risques. Pour le banquier, c'est une somme qu'il n'a pas besoin de prêter et pour le candidat, ce peut être l'amorce d'un prêt bancaire ; la validation du projet par les membres du comité du prêt d'honneur pouvant contribuer à convaincre la banque », note le Responsable. Des aménagements possibles au niveau du remboursement et un taux d'intérêt défiant toute concurrence : autant d'avantages qui facilitent l'installation de l’entrepreneur. « L'objectif étant de lui permettre de mettre toutes les chances de son côté. En 2015, début du prêt d'honneur dans le département, nous avons reçu quatre dossiers, puis en 2016 et 2017 : 25 chaque année. Le dispositif semble avoir trouvé son public en Gironde », conclut-il.

 chai binbin bis

Un naissain de jeunes entreprises

Outre des aides au financement, un solide encadrement facilite la réussite du nouvel entrepreneur. « J'ai été accompagné dans toutes mes démarches et j'ai pu suivre une formation dispensée par le GRETA sur tous les aspects du métier de patron ostréicole », précise Benjamin Livert. Fan de sa ville d'adoption, « belle et très bien située car moins loin que le Cap-Ferret, (elle) attire et retient de nombreux bordelais avec des animations tout au long de l'année », le jeune ostréiculteur prise aussi la solidarité entre professionnels et l'attractivité du métier pour les jeunes : « aujourd'hui, la plupart des cabanes sur Andernos ont été rachetées par des jeunes. La moyenne d'âge des chefs d'entreprises est de 28-30 ans et l'âge d'installation est de 25-26 ans », précise-t-il. Une activité qui demeure cependant minoritaire à Andernos avec une dizaine de patrons ostréicoles. Malgré la rudesse et des aléas du métier (« les périodes comme le mois de mai sont très compliquées pour gérer les stocks d'huîtres. On subit des pertes importantes. A cause du pollen et des changements de température de l'eau, la semaine dernière, j'ai dû jeter 100 kg d'huîtres marchandes »), il reste positif et envisage de passer de 6 à 12 tonnes d'huîtres dans les 2-3 premières années d'exploitation, avant de monter à 15 tonnes à partir de la 4em année. Trois tonnes supplémentaires qui seraient consacrées à la vente en gros aux autres ostréiculteurs. Outre l'extension de ses parcs, le développement de la vente en ligne fait également partie de ses projets phares (il expédie déjà ses coquillages vers Nice en 24h avec Chronopost). Et depuis peu, sa cabane (port ostréicole d'Andernos, 2em darse, N°41) est ouverte le week-end pour des dégustations et le sera tout l'été. Des réservations en dehors de ces périodes sont aussi possibles (benjamin.livert@hotmail.fr/06 77 19 07 27).

Emmanuelle Diaz
Par Emmanuelle Diaz

Crédit Photo : Aqui.fr

Inno'action et agricultureCet article fait partie du dossier

Voir les autres articles de ce dossier
Partager sur Facebook
Vu par vous
9282
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 25 + 11 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr