aqui.fr lance Aqui-Bordeaux-Métropole le 9 novembre 2015

27/09/16 : Le Tribunal administratif de Pau a consulté aujourd'hui mardi le premier des deux recours déposé par les opposants à l'intercommunalité unique du Pays basque. Celui-ci concernait l'étude de la validité de l'arrêté du 18 juillet. Jugement rendu lundi.

27/09/16 : Mme Sonia Penela est nommée sous-préfète, directrice de cabinet de la préfète de la Dordogne. Elle succède à Jean-Philippe Aurignac qui occupe désormais le poste de Secrétaire général de la préfecture du Cantal. Elle prendra ses fonctions le 3 octobre.

23/09/16 : Annulation du spectacle « Cabaret New Burlesque » programmé le mardi 11 octobre, au Théâtre Ducourneau, à Agen. Le producteur a déprogrammé la tournée européenne de ces artistes américains. Aucun autre spectacle ne sera programmé en remplacement.

23/09/16 : Elections au tribunal de Commerce d'Agen. 9 candidats en lice. Dépouillement prévu le 5 octobre à 9h30 et éventuellement, en cas de 2ème tour, le 18 octobre à 9h30.

23/09/16 : TEST TOEIC. Spécialisée dans l’enseignement des langues étrangères, la Maison de l’Europe47 à Agen organise une session de test TOEIC le mercredi 12 octobre de 14h à 17h. Plus d'infos au 05.53.66.47.59. Date limite d’inscription : le 26 septembre

22/09/16 : L'abeille et les problèmes auxquels elle est confrontée sont évoqués jusqu'au samedi 24 septembre lors de journées que le village Emmaüs de Pau-Lescar consacre à cet insecte à travers de multiples stands, animations et conférences.+ d'info

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 27/09/16 | PS Gironde; les six circonscriptions réservées aux femmes

    Lire

    La fédération de la Gironde du PS dans un communiqué annonce qu'il a choisi de reconduire la parité pour la désignation des candidatures aux législatives de juin 2017. Pour ces prochaines échéances "le Parti Socialiste girondin s’inscrit dans cette même dynamique de féminisation de ses candidatures en marquant son souhait de réserver la moitié des circonscriptions girondines soit les 1ère, 2e, 5e, 6e, 8e et 12e circonscriptions. L’ensemble des 12 circonscriptions seront soumises au vote des militants." Cette proposition a été adoptée par 72% des membres du Conseil Fédéral ce 26 septembre.

  • 27/09/16 | Un nouveau radar fixe dans le Bergeracois pour la fin de l'année

    Lire

    Un radar fixe sur la route entre Bergerac et Eymet va être installé. C'est ce qu'a annoncé la préfète de Dordogne, Anne-Gaëlle Baudouin-Clerc. L'emplacement exact n'a pas été révélé. "Il s'agit d'une route qui n'avait pas été identifiée comme particulièrement dangereuse. Mais suite à plusieurs accidents récents sur cet axe, j'ai demandé l'installation d'un radar". Il devrait être mis en place d'ici la fin de l'année explique-t-elle. Il flashera dans les deux sens de circulation.

  • 26/09/16 | Chômage: Les chiffres en Nouvelle Aquitaine

    Lire

    302 935 demandeurs sans aucune activité fin août: +0,7 % sur 3 mois: +2 051 personnes, +0,6 % sur un mois et -0,8 % sur un an. France: + 1,0 % sur 3 mois, +1,4 % sur un mois, -0,3 % sur un an. +1,2 % pour les moins de 25 ans (+2,0 % sur un mois et –4,7 % sur un an), +0,4 % pour ceux de 25 à 49 ans (+0,3 % sur un mois et –1,2 % sur un an) et de 1,1 % pour ceux de 50 ans ou plus (+0,5 % sur un mois et +2,5 % sur un an). Au total (ABC) 501 721 demandeurs: + 2,1 % sur un an. Par département: –1,0 % en Creuse et +1,8 % en Charente sur 3 mois et entre –1,1 % dans les Landes et +1,6 % en Charente sur un mois.

  • 26/09/16 | Alain Juppé : "les maires doivent s'efforcer de mieux accueillir les réfugiés"

    Lire

    Avant son conseil municipal, Alain Juppé, a appelé lundi les élus municipaux de tous bords à "faire des efforts" pour mieux accueillir les réfugiés "demandeurs d'asile" en France. Il s'oppose sur cette question, au Front national qui est hostile à tout accueil de réfugiés. M. Juppé a distingué les personnes en situation illégale qui "ont vocation à être reconduites à la frontière" et "les demandeurs d'asile". Pour ces derniers, "il faut évidemment éviter cette forte concentration à Calais".

  • 25/09/16 | La Rochelle : le Grand Pavois ouvre ses portes mercredi

    Lire

    Du 28 septembre au 3 octobre le port des Minimes accueille le Grand Pavois, l'occasion de découvrir 750 bateaux, dont 300 à flot, issus de 35 pays. Parmi elles, les dernières créations des maisons Bénéteau et Fountaine-Pajot. Plusieurs navigateurs et leurs embarcations sont attendus comme Damien Seguin, médaillé en voile aux derniers JO paralympiques. Médaillée à Rio, la véliplanchiste Charline Picon, sera la marraine de cette édition. Parmi les nouveautés : un espace dédié aux bateaux de patrimoine plus grands, de la sensibilisation à la sauvegarde des océans,la présence de WWF France et une étape de la coupe de France de Stand Up Paddle.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Elections régionales 2015 Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Agriculture | Béarn : renouvellement démographique en agriculture : une réponse à entrées multiples

13/03/2015 | N'aborder la question du renouvellement des générations que par le foncier, c'est (presque) oublier la partie cachée de l'iceberg. Démonstration avec la filière élevage allaitant en Béarn.

Intervenants de la CDFR du Béarn, le 11 mars 2015

Le département des Pyrénées-Atlantiques est le premier département d'élevage bovins d'Aquitaine. Un élevage qui subit, notamment sur les bovins allaitants, une forte restructuration, menée à pas contraint d'une part, par une démographie agricole tendant vers la retraite, et d'autre part, par le choix de l'abandon d'activité d'éleveurs en difficulté. Une restructuration aussi comme un défi, vers plus d'innovation et de modernisation dans les élevages, et le nécessaire renouvellement des générations. Une question abordée ce 11 mars à Montardon, à l'occasion de la Conférence Départementale du Foncier Rural en Béarn, à travers l'identification des freins mais aussi de leviers d'action existant ou à développer.

Maryvonne Lagaronne, éleveuse de bovins allaitants en Béarn, et par ailleurs élue à la Chambre d’Agriculture des Pyrénées-Atlantiques, identifie principalement trois freins à lever pour parvenir à attirer davantage de jeunes installés dans la filière qu’elle connaît bien. Tout d’abord le niveau d’investissements requis, « au bas mot, pour une exploitation spécialisée, il faut 250 000 € d’investissements ? Plus le foncier, soit 500 000 € pour une soixantaine de vaches allaitantes » calcule l’exploitante. « Donc, hormis en cas de transmission, c’est très difficile de s’installer, poursuit-elle. Il faut maintenir ou développer des solutions de portage financier à long terme », d’où son amertume à constater le raccourcissement au 1er janvier 2015 du dispositif du portage foncier régional de 10 à 5 ans... « Voir arriver des gens nouveaux est pourtant pour nous une problématique d’importance. Pour l’heure, nous n’avons qu’un seul hors cadre familial qui s’est installé. »
Vient ensuite la question de la rentabilité de la filière : « nous sommes l’élevage le moins rentable, il faut en moyenne 8 ans et demi pour obtenir un retour sur investissement ». Autrement dit peu de chance d’attirer des jeunes s’ils ne tirent pas de revenus de leur profession, et pour ça, c’est la question de la structuration de la filière qui est en jeu, à l’image des filières volaille ou palmipède abordées lors de la CDFR landaise.
Enfin, pointe-t-elle, il y a un problème d’image en matière de maîtrise technique, « on entend souvent dire que le bovin allaitant est un élevage facile, alors, que c’est le plus technique, de la même manière le métier souffre d’une image vieillotte. Là, c’est à nous de communiquer sur les innovations. »

« Augmenter la rentabilité, et donc l’attractivité de la filière » A ces multiples freins à l’installation et donc au renouvellement de génération, s’ajoutent à cela les nouvelles réglementations sur les zones vulnérables qui concernent nombre d’élevages bovins, « ceux qui ne seront pas mis aux normes ne seront plus transmissibles et donc risquent de disparaître », prévient Pierre Menet, Président du Comité technique Safer de Béarn. « Sur ces zones, les exploitations disparaissent 2,5 fois plus vite » qu’ailleurs renchérit Maryvonne Lagaronne.
Sur les pistes de solutions choisies par la filière représentée par l’agricultrice, il y a le travail sur l’identification des cédants (exploitants de plus de 55 ans), mené en partenariat par la Chambre d’Agriculture et la SAFER, mais qui dépasse la seule filière de l’élevage bovin. Du côté des initiatives portées par la filière, elle souligne « la volonté de mettre en place un accompagnement très personnalisé avec les éleveurs, notamment ceux du nord-est du département, qui sont le plus impactés par les zones vulnérables, pour qu’ils en ressortent confortés ». Sur la partie conseils, elle cite aussi « Bovin croissance », qui fournit des accompagnements de terrain, mais qui travaille aussi sur l’image métier de l’élevage de naissance, à travers l’innovation et la technicité.
Autre idée « aller jusqu’à l’engraissement des animaux. Et pour cela, il faudrait parvenir à une structuration de la filière davantage par les coopératives que par le négoce comme c’est le cas actuellement ». Une manière d’augmenter la rentabilité, et donc l’attractivité de la filière.
Au titre des actions entreprises figurent également des conventions entre la Safer, la Chambre d’agriculture et les EPCI, « pour établir un véritable dialogue avec les politiques, qu’ils aient conscience de la valeur économique de nos exploitations pour le territoire », et ainsi travailler ensemble à l’anticipation des départs et des possibles installations de jeunes.

Vers un placement « sur l’herbe » ? Enfin, sur le plan du financement, « il faut parvenir à avoir des dispositifs de portage structurel, pour pouvoir installer dans la durée, un financement sur 5 ans ne suffit pas », insiste Maryvonne Lagaronne. Sur la question de l’investissement par les structures économiques en soutien de l’installation d’un jeune agriculteur, Henri Biès Péré, au nom du groupe coopératif Euralis admet volontiers que « le débat n’est pas tranché au sein de la profession ». Une question qui est aussi réfléchie au sein d’Euralis témoigne-t-il, « mais cela supposerait des capitaux extrêmement importants, et au-delà de ça, c’est la question du lien entre la coopérative et l’exploitant agricole qui se pose... Ne risquerait-il pas d’être pieds et poings liés avec l’entreprise ? »
Qu’en est-il alors, de cette idée qui fait son chemin dans les esprits du milieu agricole : l’externalisation de tout ou partie du capital foncier ? Les intervenants du débat n’y voient au final pas d’opposition, même s’ils restent prudents sur les modalités à inventer. Ils imaginant alors davantage un investissement « sécurité », et non à forte rentabilité, même si un « certain dosage de chaque n’est pas à exclure ». Pour Maryvonne Lagaronne, ces fonds de pension d’un nouveau genre pourraient d’ailleurs chercher à cibler certains investisseurs extérieurs, soucieux de travailler leur bonne image sociétale : « un placement “sur l’herbe” ou “placement vert” pour des producteurs d’énergie qui eux ne le sont pas... ». Autre élément de prudence relevé par les intervenants, ces placements ne pourraient être que des placements de long terme et non pas du spéculatif, « la filière ne pouvant pas se structurer dans l’immédiateté ».

Solène Méric
Par Solène Méric

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
4333
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 30 + 15 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr