Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

15/06/18 : Charente-Maritime : la reproduction de la frégate L'Hermione revient dimanche dans son port d'attache à Rochefort vers 7h du matin.

11/06/18 : La Ville de La Rochelle a reçu le 2e Prix dans la catégorie Participation citoyenne aux Prix européens de l'innovation urbaine Le Monde-Smart Cities décernés à Lyon le 17 mai 2018.

10/06/18 : Après sa 9e place qu’elle a obtenue samedi avec ses partenaires du K4 français, la kayakiste périgourdine Manon Hostens a décroché ce dimanche le titre de championne d’Europe de course en ligne sur 500 mètres associée à la Tourangelle Sarah Guyot.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 16/06/18 | Bilan des intempéries en Dordogne

    Lire

    477 interventions ont été réalisées dans le cadre des orages des 10 et 11 juin dernier en Dordogne. Les entreprises touchées par les intempéries ont la possibilité de faire appel à une indemnisation au titre de l’activité partielle. La chambre d’agriculture a demandé à ce que soit mis en œuvre un dégrèvement au titre de la taxe sur le foncier non bâti (TFNB) pour les exploitations touchées. 10 communes ont déposé en préfecture une reconnaissance de Catastrophe Naturelle.

  • 15/06/18 | Le dossier Ford s'invite au Conseil de Métropole

    Lire

    Dans une motion votée ce 15 juin, le Conseil de Bordeaux Métropole "déplore, avec la plus grande force, la décision du groupe Ford de lancer une procédure d’information-consultation préalable à un plan de sauvegarde de l’emploi à Ford Aquitaine Industries." Une décision "incompréhensible" et "prématurée" au regard de la mission confiée par Ford au cabinet Géris, "voilà à peine 2 mois, de rechercher des repreneurs potentiels" et des "discussions en cours entre le groupe Ford et un industriel qui a visité le site le 30 mai". Les élus appellent "l'Etat à maintenir la plus grande vigilance pour que Ford assume ses responsabilités".

  • 15/06/18 | Landes : Suivi des intempéries

    Lire

    Suites aux intempéries dans les Landes, une réunion se tient ce vendredi 15 juin après-midi, sur à l'étude de la réparation des dommages au titre des catastrophes naturelles, en présence du Préfet, des collectivités sinistrées et du Président du département. Ce dernier a par ailleurs indiqué ce jour que le Département, solidaire des agriculteurs et collectivités sinistrés, crée un fonds de solidarité territoriale qui sera mobilisé en particulier sur les voiries communales et intercommunales, en complément de l'Etat. Des crédits supplémentaires seront aussi inscrits pour la réparation des dégâts sur la voirie départementale.

  • 15/06/18 | Pyrénées-Atlantiques: suivi des intempéries

    Lire

    Le 1er comité de suivi après les intempéries dans les Pyrénées-Atlantiques s'est tenu ce vendredi. La préfecture dénombre cinquante communes ayant déposé des dossiers de demandes d'indemnisations au titre des catastrophes naturelles. Les 1ères commissions chargées d'examiner ces requêtes se réuniront le 19 juin. Parmi les dégâts, l'effondrement de la D918 rejoignant Gourette, sur 50 m de long et jusqu'à 8 mètres sous la route, sur lequel outre les déplacements quotidiens, devait passer le Tour de France le 27 juillet pour l'arrivée à Laruns. Un chiffrage des travaux est attendu avant toute décision de modification de l'étape.

  • 15/06/18 | Lancement du 1er concours « Campus numérique 47 »

    Lire

    Le Campus Numérique 47 organise la première édition du « Concours Campus Numérique 47 », du vendredi 22 juin au dimanche 24 juin à Agen, sur son site du 156 avenue Jean Jaurès. C’est un concours de création de Start Up numériques qui doit permettre d’installer en Lot-et-Garonne les pépites de demain.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Agriculture | A Biarritz, le salon de l'agriculture Lurrama se met à l'heure de la COP 21

04/11/2015 | Dès vendredi, pour sa dixième édition, le salon Lurrama (terre mère en euskara), la vitrine de l'agriculture basque, fait dans l'innovation et l'animation à la halle Iraty

Lurrama

Après Bayonne, depuis quelques années, l'association Euskal Herriko Laborantza Ganbara, présente sa ferme basque dans cette halle Iraty inspirée de cette forêt située entre Soule et Navarre et qui accueille pêle-mêle salon du camping car ou soirée des clubbers du Big Festival. Mettre en valeur les paysans et consommateurs respectueux de la nature, réfléchir aux intérêts de l'agriculture paysanne et durable, défendre la création d'un centre de décision agricole spécifique au Pays basque, tel est le but de ce salon qui va à la fois à la rencontre de l'agglomération urbaine sans édulcorer sa fibre militante à travers des conférences

Pour tester la popularité du salon de l'agriculture basque Lurrama qui se tiendra du vendredi 6 au dimanche 8 novembre, c'est très simple: il suffit de tenter d'obtenir une réservation de table pour un des repas et dîners organisés sous la vaste halle d'Iraty, à deux pas de l'aéroport de Biarritz-Pays basque. Si vous n'avez pas été précautionneux, vous pouvez poser des jalons...pour l'édition suivante. Car ce salon pas mondain pour un sou -ou pour un eusko, la monnaie basque- dans une ville comme Biarritz constitue le comice agricole couvert le plus courru de la région mais aussi un rendez-vous de la gastronomie basque réunie et incontournable: pintxo (tapas), talos (galettes de maïs), repas à base de produits locaux et leurs agréments, txakoli (vin blanc spécifique au Pays Basque) et sagarno (cidre basque amer et archaïque, radicalement différent du cidre breton ou normand ; bu à même le tonneau) sont servis à  l’ensemble des visiteurs durant toute la durée du salon, jusqu'à 3000 avec, en apothéose, le dimanche, le repas des chefs qui réunira douze des plus prestigieux du Pays basque.

Assurément, du président du Conseil général Jean-Jacques Laserre, du Pays de Bidache qui revendiquera jusqu'à son dernier souffle sa qualité d'agriculteur, aux candidats aux élections régionales des 6 et 13 décembre, tout le gotha de la politique urbaine et rurale sera présent sur le carreau d'Iraty dès vendredi.

Mais pour le visiteur et particulièrement les enfants, les stars de cette ferme célébrités sont les animaux dans les enclos, ces odeurs qui réveillent la nostalgie de la campagne et ses métiers qu'ils necessitent: la traite des vaches, la tonte des moutons, (notre photo) la fabrication du fromage, le pressage de la pomme qui conduit aux cidreries.

La Normandie invitée d'honneur et une série de conférence COP 21Depuis 2010, Lurrama invite un territoire ou une région à présenter ses initiatives allant dans le sens de l’agriculture paysanne. Pour l’édition 2015, les Confédérations paysannes de Basse et de Haute Normandie ont été sollicitées et c'est avec enthousiasme que les paysans et paysannes de Normandie, première région agricole de l'hexagone, se mobilisent pour faire découvrir la richesse de leur territoire. Basse et la Haute Normandie, réunies en une seule région en 2016, sont leader en France pour leur lin, leurs chevaux chevaux ou leurs fromages et compte 13 AOP (produits laitiers et cidricoles, agneau). L'agriculture et l'agroalimentaire normands pèsent 5 % de la richesse régionale et 17 % des emplois industriels. Autre particularité : l'agriculture occupe ici 70 % du territoire régional. Rare. Quand on ajoute à ces vertus, le souci de l'environnement, Basques et Normands étaient faits pour se rencontrer.

Lurrama tonte des moutons

Cette année alors que la France accueillera à Paris, du 30 novembre au 11 décembre  la 21ème conférence de l'ONU pour lutter contre le changement climatique (COP 21), le salon LURRAMA sensibilisera le public à la contribution de l'agriculture paysanne et durable aux grands enjeux mondiaux, environnementaux et alimentaires. La COP21, rappelons-le a pour objectif de conclure un accord universel et contraignant applicable à partir de 2020 aux 196 pays pour limiter la hausse des températures. L'accord de Paris vise donc en premier lieu une réduction des gaz à effet de serre. Chaque pays doit prendre des engagements nationaux de réduction des émissions de gaz à effet de serre. L'Europe, par exemple, s'est engagée à baisser d'ici 2030 de 40 % ses GES par rapport à 1990. Des conférences, des tables rondes, des projections de films, mais aussi un village associatif permettront de présenter des initiatives et de débattre sur le fil conducteur de cette édition: "Climat, je choisis l'agriculture paysanne". Et dès le vendredi, trois conférences se succéderont.

La première aura lieu à 15 heures sera sur les fausses solutions du réchauffement climatique animée par Christian Berdot (agrocarburants, compensations, crédits carbone), Henri Pépin (projet de capture carbone à Lacq), Stéphane Lhomme (militant anti nucléaire); puis  sera projeté "Climato-sceptiques: la guerre du climat, à 17 heures,
Film de Laure Noualhat et Franck Guérin. Quelles méthodes le lobby climato-sceptique a-t-il employé pour influencer l'opinion publique ? Comment est-il parvenu à rendre médiatiquement valable ou acceptable ce qui est scientifiquement faux.

Pour conclure à 18 heures, parrain de Lurrama 2015, Pascal Canfin, ancien ministre délégué au Développement de 2012 à 2014, qui suit les négociations sur la COP 21 en fera état. Un écologiste fort documenté sur le réchauffement de la planète.
Le lendemain (11h), une table ronde sera organisée avec François Dufour, vice-président du Conseil régional de Basse-Normandie, Bittor Oroz, ministre de l'agriculture d'Euskadi, Mikel Hiribarren, secrétaire général de la Confédération paysanne sur le thème: changement climatique: quelle politique agricole?

L'après-midi, la foresterie sera sur le grill avec Joana Hoquy, EHLG; Peio Harlouchet, de la Coopérative bois énergie Sugarai) et Gilles Delaunay, de la Coopérative bois énergie Bois Bocage, Normandie.
La conclusion de ce cycle abondant de conférences se terminera avec Philippe Pointereau (Solagro). A l’horizon 2050, l’agriculture et la forêt françaises devront nourrir 71 millions de personnes et le bétail, fournir de l’énergie et des matériaux tout en préservant la fertilité des sols, la qualité des eaux, la biodiversité et le climat. Le scénario Afterre tente de répondre aux questions des surfaces nécessaires et de l’arbitrage entre production alimentaire et énergétique pour relever ces défis.

Enfin, toute une série d'animations accompagneront cette vaste ferme avec entre autre, le dimanche, un tounoi international de soka tira (tir à la corde) en prépartion de la prochaine Coupe du monde du tir à la corde. Et pour, la première fois, la musique, avec DJ, fera son entrée à Lurrama. La campagne vient bien à la rencontre de la ville pour son dixième anniversaire.

Pour tous renseignements et le détail du programme sur le site http://www.lurrama.org

Félix Dufour
Par Félix Dufour

Crédit Photo : Photos archives F. D.

Partager sur Facebook
Vu par vous
3344
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 20 + 12 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr