aqui.fr lance Aqui-Bordeaux-Métropole le 9 novembre 2015

27/02/17 : Météo France a placé ce lundi les journées de lundi et mardi en vigilance orange vagues-submersion. L’alerte concerne trois départements de Nouvelle-Aquitaine : Charente-Maritime, Gironde, Landes. Des pics de vent à 110 km/h sont attendus sur Oleron.

24/02/17 : Charente-Maritime : le nombre de demandeurs d'emploi (toutes catégories) s'établit à 56 370 fin janvier 2017, soit + 1% par rapport à décembre. Mais le nombre de demandeurs d'emploi sans aucune activité à baissé de 3,4% en un an. Ils sont 33 530 .

23/02/17 : Après sa rencontre avec Emmanuel Macron François Bayrou va « tout faire pour aider » le candidat d’En marche ! dans sa campagne présidentielle. L’ancien ministre de l’économie a salué ce « rassemblement des progressistes qui dépasse les clivages »

22/02/17 : Le carnaval béarnais repart de plus belle à partir du jeudi 23 février à Pau avec, notamment, sa fameuse nuit de l'ours. Il poursuivra ses défilés, concerts, rires et délires jusqu'au dimanche 26 février.+ d'info

22/02/17 : Charente-Maritime : la préfecture organise une réunion publique au sujet du projet d'éolien offshore prévu au large de l'île d'Oléron, le lundi 27 février à 18h30 au complexe Eldorado à Saint-Pierre d'Oléron.

21/02/17 : C'est Le Dorat, localité de 1800 habitants, dans la Haute-Vienne qui doit recevoir en juillet 2019, le Mondial de la tonte des moutons. L'évènement doit rassembler 300 concurrents d'une trentaine de pays, 5000 ovins et attirer 30 000 visiteurs.

20/02/17 : C'est le Californien -et ancien résident d'Anglet- Tom Curren, triple champion du monde WSL et triple champion du monde ISA, 52 ans, qui sera le parrain des championnats du monde de surf des nations(ISA), qui auront lieu du 20 au 28 mai à Biarritz.

20/02/17 : La LGV Tours-Bordeaux sera inaugurée à Villognon, en Charente, le 28 février, sur la base de maintenance de Mesea. Le président François Hollande est attendu sur l'événement, mais son éventuelle venue ne sera confirmée qu'au dernier moment.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 24/02/17 | Nouvelle Aquitaine: le chômage en légère baisse

    Lire

    Fin janvier, en Nouvelle-Aquitaine, il y avait 294 580 demandeurs d'emploi de catégorie A ( sans aucune activité) soit -0,3 % sur 3 mois ( –980 personnes) -0,1 % sur un mois et -2,8 % sur un an. France: -0,3 % sur 3 mois et -2,5 % sur un an. Par âge: -0,3 % pour les moins de 25 ans (–0,1 % sur un mois et –7,3 % sur un an), -1,0 % pour ceux de 25 à 49 ans (–0,3 % sur un mois et –3,9 % sur un an) et + 1,3 % pour les 50 ans ou plus (+0,4 % sur un mois et + 2,3 % sur 1 an, le total des demandeurs A, B, C - 498 210 - augmente de 0,5 % sur 3 mois, de 0,4 % sur 1 mois et de 0,9 % sur 1 an..

  • 24/02/17 | Mort de Robert Boulin: vers la déclassification du secret défense?...

    Lire

    Le combat de la fille de Robert Boulin, l'ancien ministre et maire de Libourne, retrouvé mort en 1979 dans un étang de la forêt de Rambouillet va peut être connaître une étape décisive. En tout cas le juge d'instruction a demandé la déclassification de documents « secrets défense » et le ministre de l'Intérieur, Bruno Le Roux, pourrait accéder à cette requête après avis de la commission ad hoc.

  • 24/02/17 | Une nouvelle maison d'arrêt va être construite à Pau

    Lire

    Une nouvelle maison d'arrêt pouvant recevoir 500 détenus va être construite dans un quartier nord-est de Pau, à l'entrée de la ville. C'est ce qu'a indiqué Jean-Jacques Urvoas, le ministre de la Justice. La future prison, dont l'emplacement a en particulier été choisi en raison de ses facilités d'accès et des services urbains qui seront offerts au personnel pénitentiaire, devrait être édifiée au plus tard en 2025. En dépit de sa vétusté, l'actuelle maison d'arrêt située en centre ville, ne sera pas fermée pour autant.

  • 24/02/17 | La Rochelle : J. Marchand laisse sa place à la tête de La Coursive

    Lire

    Le directeur de la scène nationale La Coursive à La Rochelle, Jackie Marchand, laisse sa place à Franck Becker, actuel directeur du Théâtre de Cornouailles, scène nationale de Quimper. Le ministère de la Culture a validé jeudi matin ce choix du conseil d'administration de La Coursive, qui a auditionné 5 candidats parmi 25 candidatures. Franck Becker, 50 ans, a notamment dirigé la scène national du Jura. C'est son projet au plus près de l'esprit de La Coursive, qui a séduit le jury.

  • 23/02/17 | L'AOC Bordeaux veut sortir des pesticides

    Lire

    Au cours de sa dernière assemblée générale, le Syndicat de Bordeaux et Bordeaux Supérieur a voté une série de mesures (cinq en tout) favorisant une sortie définitive des pesticides. Une interdiction de désherbage chimique pour l'ensemble de ses vignes, et l'obligation pour chacune des exploitations de mesurer un "indice de fréquence de traitement" font notamment partie des mesures. C'est le premier AOC de Bordeaux à l'acter.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Elections régionales 2015 Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Agriculture | ALPC: de la région au monde, difficile situation pour l'agriculture

12/03/2016 | La Chambre régionale d'Agriculture Aquitaine Limousin Poitou-Charentes a tenu sa première session ce 11 mars à Gradignan dans les locaux de l'école Bordeaux Sciences Agro

Session chambre régionale d'agriculture ALPC du 11 mars 2015

Les deux-tiers des 150 élus professionnels de chacune des 3 ex Chambres régionales désormais unifiées étaient présents pour cette première session bordelaise. L'occasion d'évoquer, autour de la nouvelle Grande chambre, un certain nombre de dossiers liés à la finalisation de sa mise en place ainsi que le suivi de l'actualité agricole régionale. Dans l'après-midi, la session a pris une tournure très économique, présentant les grandes données de la Région à taille ALPC, avant de prendre le pouls, inquiétant, de la situation agricole mondiale, puis, de faire le focus sur chacune des filières agricoles végétales et animales de la région ALPC. Une journée chargée.

Un peu moins de 150 élus, un budget consolidé de 14M€ et environ 110 agents dont 78 salariés embauchés au 1er janvier (les autres étant des agents mis à disposition). Voilà un premier profil de cette nouvelle Chambre régionale de l'Agriculture ALPC. Une incertitude encore, le lieu de son siège. Dans la matinée, les élus ont voté pour un résultat au final serré : Bordeaux l'emporte sur Limoges, avec deux voix d'avance. Une victoire maigre, qui en l'absence d'un vote obtenu à la majorité absolue, donnera le mot final de l'emplacement du siège au Préfet. Si Bordeaux a pour elle l'atout, notamment d'être la capitale régionale, Limoges, est la ville où la DRAAF, interlocuteur privilégié de la Chambre d'agriculture, pour les questions en lien avec l'Etat, et la PAC, a gardé son siège régional suite à la réforme...

Négociations sur le temps de travailAutre sujet lié à l'organisation du travail au sein de cette nouvelle grande chambre régionale : des commissions et comités d'orientation ont été mis en place à travers vingt thématiques. La différence essentielle ? Les comités d'orientation sont ouverts à d'autres structures. Autre sujet de discussion « interne », la question de la durée du travail des agents des chambres consulaires agricoles. Réforme et mutualisation oblige, il s'agit de mettre les agents de chacune des chambres aux mêmes conditions de travail, ce qui n'est pas le cas actuellement. Une phase de négociation reprise en main au niveau régional et départemental, puisque sur le sujet, l'APCA (le niveau national) semble briller par une situation de blocage, et donc d'absence... « On essaie de négocier établissement par établissement. Nous souhaitons garder les effectifs et les moyens de travail que nous avons sur le territoire, pour ça nous demandons un effort aux salariés de 8 heures de travail, récupérés par le rachat de RTT. L'objectif est d'avoir plus de personnel disponible pour pouvoir effectuer les prestations individuelles auprès des agriculteurs. Des prestations de conseils et de services qui seraient pour les Chambres, une manière de compensation de la baisse de leurs recettes » , explique Dominique Graciet le Président de la Chambre régionale ALPC, qui se donne jusqu'au 31 mars pour aboutir au niveau d'ALPC. A défaut, c'est la loi sur les 35 heures qui s'appliquera. Enfin, dernier point de « cuisine interne » : le lancement du processus de recrutement d'un directeur régional ALPC. Ils étaient 40 en lice, mais d'ici la mi avril, il n'en restera qu'un... dont le bureau sera à Bordeaux.

La BPI, "totalement inopérante"Mais, bien sûr, les questions d'actualité ont également été traitées lors de cette matinée. Parmi elles, le plan de sauvegarde de l'élevage auquel 6600 éleveurs se sont inscrits, mais qui se démarque par un regret pour le Président de la Chambre régionale : « L'absence d'intervention de la Banque Publique d'Investissement. Elle a été totalement inopérante, par manque d'habitude sans doute, et n'a pas été actionnée par le réseau bancaire... » De quoi en effet être amer, puisqu'au niveau national le plan prévoyait qu'elle puisse garantir jusqu'à 500 millions d'euros de crédit bancaire de trésorerie aux entreprises pour faire face à l'ensemble des besoins des éleveurs....
Sur la crise aviaire qui touche la filière palmipède à foie gras, « si 105 M€ ont été promis à la production, et qu'on se prépare à mettre en œuvre les procédures de dédommagement, nous avons quelques inquiétudes sur les délais de paiements. Quant aux acteurs de l'aval, très très peu d'aides sont envisagées, pourtant beaucoup doivent faire face à du chômage technique avec un reste à payer très important. Un effort de la part de l'Etat sur les impôts et taxes serait le bienvenu, mais il n'y a rien pour le moment », constate Dominique Graciet, qui verrait également d'un bon œil, une intervention de la BPI, « pour avoir du cash ne serait que pour payer les éleveurs, lors de la reprise de l'activité...»
Enfin troisième sujet d'actualité, la Fièvre Catarrhale Ovine à propos de laquelle a été mis sur la table une enveloppe 30 M€, « mais dont on ne connaît pas encore les modalités d'application.... » regrette là encore le Président Graciet.

Monde: une « indéniable crise agricole structurelle »Une somme de dossiers, qui outre des sujets sanitaires, se font le reflet régional des crises de production nationales... Celles-ci, elles-même inscrites dans un contexte agricole international bien peu réjouissant, comme l'a démontré l'économiste Thierry Pouch dans une intervention de l'après midi. Une dégradation sur laquelle il pose en réalité, bien plus qu'une conjoncture, le diagnostic d'une « indéniable crise agricole structurelle », aux perspectives peu réjouissantes... Une dégradation qui n'épargne aucun des principaux pays producteurs de l'UE, pas même l'Allemagne. Et les causes sont nombreuses et cumulatives. Parmi elles, la forte dégradation de la croissance de la Chine, l'effondrement des cours du pétrole, qui si il fait baisser le prix à la pompe ici, entraîne dans les pays pétroliers pays jusque-là fortement importateur de céréales, des baisses de budget sur leur importation, ou encore, l'embargo russe « catastrophique », qui a mécaniquement entraîné une forte contraction des débouchés russes, mais également créée une intensification de la concurrence intra-européenne, ouvrant au passage de nouveaux marchés (russes donc) pour des pays tiers comme le Brésil ou Chili...

...et des menacesEt les perspectives présentées par l'économiste n'ont pas rassuré l'assistance des professionnels. Car outre l'addition des ces causes, Thierry Pouch, n'est pas optimiste sur le retour promis du sacro saint « cycle haussier » des produits agricoles. Pire, les négociations transatlantiques en cours entre l'Union européenne et les Etats-Unis, font selon lui peser une menace supplémentaire pour l'agriculture européenne et donc française.
Globalement parlant, les impacts de ce traité pourraient apporter, en volume et en pourcentage, "des gains deux fois plus élevées pour les USA que pour l'UE", et des pertes importantes sur le marché infra-communautaire. Il est notamment évalué qu'au niveau communautaire, et c'est l'exemple le plus fort, la viande rouge pourrait perdre jusqu'à 10% de sa production, là où dans le même temps le gain serait de 6% pour les USA... Mais ce traité n'est pas la seule menace, d'autres négociations sont en cours, notamment avec le MERCOSUR, qui met également la viande en ligne de mire avec un risque de recul d'environ 30% côté européen...
La relative "bonne nouvelle", c'est que, pour l'heure, rien n'est encore signé et les clivages entre les négociateurs restent, semblent-ils, importants.

Solène Méric
Par Solène Méric

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
8776
Aimé par vous
2 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 30 + 8 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr