Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

21/02/20 : Le TramBus de l'agglomération Bayonne-Anglet-Biarritz a franchi le cap du million de voyages, dont 200 000 en janvier. Les abonnements mensuels et annuels observent une progression de plus de 50%; les abonnements scolaires ont eux augmenté de +14 %

20/02/20 : A partir du lundi 24 février, les détenteurs d'un abonnement TBM pourront emprunter la ligne 42 du TER entre Bordeaux Saint-Jean et Parempuyre, et entre Pessac-Centre et Parempuyre, avec cette même carte TBM. Une expérimentation d'1 an renouvelable.

20/02/20 : C'était une figure de la presse française: Jean Daniel le fondateur du Nouvel Observateur s'est éteint ce 19 février à 99 ans. Ce natif d'Algérie, comme Camus, fut aussi un des témoins exigeants de la renaissance du parti socialiste dans les années 70.

19/02/20 : La métropole de Bordeaux a choisi le groupement Eiffage/UCPA/Dalkia et Banque des Territoires pour construire le futur stade nautique de Mérignac. Les travaux doivent démarrer en novembre pour une livraison en 2022.

19/02/20 : Municipales: la liste "Changer!" présente son programme pour Villenave d'Ornon autour de Patrick Bouillot et Florence Rialland ce samedi 22 février, à 10h, salle Jacques Brel

18/02/20 : Présence annoncée de Benoît Biteau député européen EELV et agriculteur en Charente-Maritime à la réunion, ce jeudi 20 février à 19h30, de la liste "Villenave écologique, solidaire et citoyenne" à l'auditorium de Sourreil.

18/02/20 : Dans le cadre des Conférences Montaigne organisées par l'Université bordelaise du même nom, Noël Mamère interviendra ce jeudi 20 février (Amphi B - 18h) sur le thème de "L’écologie, le paradigme politique du XXIe siècle".

18/02/20 : La FDSEA 64 a renouvelé son bureau: Franck Laborde, céréalier, secrétaire général de l’AGPM et éleveur de canards à Préchacq-Navarrenx en est le nouveau président, remplaçant Bernard Layre, devenu l'an dernier Président de la Chambre d'agriculture 64

16/02/20 : Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé, a démissionné et conduira finalement la liste LREM aux municipales de Paris sur décision évidente d'Emmanuel Macron; le député Olivier Véran lui succède au ministère.

10/02/20 : Charente-Maritime : le festival electro Stereoparc a dévoilé les premiers noms de la programmation de la soirée Coco Coast du samedi 18 juillet 2020 : Martin Solveig, Bakermat et Bellecour.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 21/02/20 | Le périgourdin André Barbé, président de l'association régionale des grands acteurs du tourisme

    Lire

    André Barbé, directeur Général de la Semitour, gestionnaire de sites touristiques en Dordogne devient président de l'Association régionale des grands acteurs du tourisme. Il succède à Jean-Michel Brunet (PDG de DéfiPlanet-86)) qui reste vice-président de l’association. Créée en 2013, l’ARGAT rassemble 44 grands sites touristiques de Nouvelle-Aquitaine qui partagent l’attachement à la richesse du territoire régional et la même volonté de promouvoir leurs destinations auprès de tous les publics.

  • 21/02/20 | Cas de rage en Charente-Maritime

    Lire

    Suite à la découverte d’un cas de rage sur la commune de Saint-Martin-de-Ré chez un chien provenant d’Espagne il y a quelques jours, les personnes et les chiens ayant pu être en contact ont été identifiés. Elles ont été prises en charge et les chiens ont été mis sous surveillance vétérinaire. Toutefois, des personnes ou des animaux ayant été en contact peuvent subsister. L’arrêté préfectoral pris le 14 février dernier, restreint encore sur la commune les mouvements des chiens et des chats. Les autorités municipales ont également renforcées les mesures vis-à-vis des animaux trouvés errants.

  • 21/02/20 | 528 000 euros pour les quartiers prioritaires d'Angoulême

    Lire

    Les ministères de l’Éducation nationale et de la Ville et du Logement ont dévoilé les enveloppes budgétaires accordées aux 80 « cités éducatives » de France. Parmi elles, les quartiers de Bel-Air-Grand-Font et de Basseau-Grande-Garenne d'Angoulême qui bénéficieront de 176 000 euros par an sur trois ans, entre 2020 et 2022. Ces secteurs sont déjà reconnus « quartiers de reconquête républicaine » et le financement accordé vise à améliorer la qualité de l'enseignement scolaire.

  • 21/02/20 | Le 11e concours français de la harpe s'invite à Limoges

    Lire

    Une centaine de harpistes internationaux est attendue à Limoges du vendredi 28 février au dimanche 1er mars pour la 11e édition du concours national de la harpe. Organisé en partenariat avec le conseil municipal et le conservatoire de la ville, le concours aura lieu à l'auditorium du conservatoire et dans la salle Louis Longequeue de la mairie. La harpiste lauréate internationale Mélanie Laurent y tiendra un récital le vendredi dès 20h. L'entrée est libre et gratuite sur les trois jours. Programme complet : programme-concours-harpe

  • 21/02/20 | Le Poitou en force au Salon International de l’Agriculture à Paris

    Lire

    C’est la troisième fois que la marque Poitou participe au Salon International de l’Agriculture qui a lieu cette année à Paris du 22 février au 1er mars. Les Départements de la Vienne et des Deux-Sèvres ont prévu pour cette nouvelle édition un stand de 71m2 regroupant une quinzaine de producteurs tout au long de la semaine. Une immersion totale en pays poitevin avec des shows culinaires, des ventes de produits locaux et la promotion touristique de cette belle région.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Agriculture | Charente-Maritime : première charte agricole de « bon voisinage »

30/08/2019 | La FNSEA-JA de Charente-Maritime a signé une charte de bon voisinage hier à l’occasion d’une visite de la préfète de région

De gauche à droite : le président de la FNSEA 17 Cédric Tranquart, la vice-présidente de la Chambre d'agriculture 17-79 Aurélie Rocheteau et le président de l'ADF 17 Michel Doublet

C’était l’un des sujets phare du projet de loi Egalim lancé l’an dernier : les agriculteurs devraient être contraints à l’horizon 2020 de signer « une charte d’engagements après concertation avec les personnes habitant à proximité des zones susceptibles d’être traitées. » Vœux réitérés par le ministre de l’agriculture cette semaine. Didier Guillaume a prévenu : si des territoires restent sans accords, l’Etat pourrait encadrer lui-même l’épandage de pesticides par voies législatives, ce qui pourrait aboutir à des sanctions juridiques en cas de contrevenant.

Le syndicat agricole majoritaire de Chatente-Maritime, la FNSEA, couplé aux Jeunes Agriculteurs, n’a pas attendu pour en arriver là (1). Elle a rédigé ces derniers mois une base de charte de « bon voisinage », signée  ce 29 août avec la Chambre d’Agriculture et l’association des maires de Charente-Maritime. Comme le veut la loi Egalim, la charte engage ses signataires à utiliser des produits phytopharmaceutiques dans un cadre législatifs précis, homologués, en quantité et dans des espaces définis. Elle les oblige également « à respecter les prescriptions particulières relatives aux lieux-dits « sensibles » accueillants des personnes vulnérables » comme les écoles, les maisons de retraite ou les parcs publiques. La météo mais aussi les jours (semaine/week-end) et les horaires devront être pris en compte en cas d’épandage. Le recours à des produits et à du matériel « anti-dérive » (buses, récupérateurs) est également préconisé. De manière générale, les agriculteurs signataires s’engagent « à mettre en œuvre des pratiques réduisant l’impact des produits phytosanitaires sur l’environnement et les riverains et privilégient des démarches de dialogues » avec le voisinage.

De leur côté, les élus locaux doivent constituer « une cellule de dialogue et de médiation » entre les habitants et les agriculteurs, qui peut aussi passer par des réunions publiques.  Ils auront notamment pour mission d’expliquer à leurs administrés le travail des agriculteurs, les raisons d’un traitement, d’une odeur, etc. Objectif : éviter les divers plaintes et autres recours juridiques devenus fréquents contre les activités des agriculteurs. La charte engage également les maires à développer une politique de gestion de foncier évitant l’étalement urbain pour préserver les terres agricoles.

« C’est une charte donnant-donnant », explique Cédric Tranquart, président de la FNSEA 17. « D’un côté, il faut que les agriculteurs comprennent  qu’on ne peut pas faire de l’épandage près des habitations à certaines heures de la journée comme entre midi et deux par exemple. De l’autre, il faut que les riverains acceptent certains bruits ou odeurs  liés à l’activité, comme le lisier. »

Cette première mouture de la charte doit être enrichie et complétée à l’issue d’une réunion qui se tiendra le 18 septembre à la Chambre d’agriculture. Les agriculteurs de toutes les mouvances (Confédération paysanne, Coordination rurale, etc), mais aussi les organismes (MSA) et associations liées à l’agro-foresterie comme les fédérations de chasse et de pêche, sont invités à participer. L’ADF sera également présente, ainsi que la préfecture, qui servira à terme de caution et d’intermédiaire entre les parties prenantes.

(1)    En Nouvelle-Aquitaine, la Charente-Maritime n’est pas la première a s’y mettre. Dans le Limousin par exemple, une charte réunit déjà pomiculteurs, riverains, médecins et services de l’État.

Interview d'Aurelie Rocheteau, vice-présidente de la Chambre d'Agriculture de Charente-Maritime from Aquipresse on Vimeo.

Fabienne Buccio à l’écoute des agriculteurs

En déplacement à Sait-Jean-de-Liversay (près de Marans) hier, la préfète de Région Fabienne Buccio a écouté longuement les doléances de plusieurs dizaines d’agriculteurs, venus de toute la région. La préservation du foncier agricole contre l’urbanisation, la nécessité de créer du stockage de l’eau, la promotion de l’élevage en viande, les dégats de gibiers sur les cultures et la lutte contre « l’agri-bashing » dont se sentent victime les agriculteurs, ont été les principaux points abordés. Concernant le stockage de l’eau, « une réflexion est en cours » au niveau régional, a-t-elle assuré. Concernant les dégâts de gibier, rapportés principalement par des agriculteurs des Landes, elle a conseillé aux agriculteurs concernés de se rapprocher de leur préfet de département et de travailler avec la fédération des chasseurs. Alors qu’un éleveur lui rapportait ne pas comprendre la nécessité de réduire la consommation de viande, et donc d’élevage, alors que la demande sur le marché n’a jamais été aussi forte, elle a prévenu que réduire le nombre d’élevage comme baisser la consommation de viande serait de toute façon une nécessité réelle. Elle a encouragé le développement des circuits courts et salué au passage le travail des femmes en agriculture : « Ce sont les femmes qui se sont le plus engagées sur des productions en circuits-courts et protectrices de l’environnement ; elles sont novatrices et courageuses. » La préfète est repartie avec un petit facsimilé d’une vingtaine de pages recensant l’essentiel des réflexions et des demandes de la FNSEA.  

Anne-Lise Durif
Par Anne-Lise Durif

Crédit Photo : Anne-Lise Durif

Partager sur Facebook
Vu par vous
5116
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 24 + 8 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr