Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

17/12/18 : En mairie de Biarritz, en début d'après-midi, on aurait pris acte de la non venue du président Macron à la préparation du sommet du G7. Information non officiellement confirmée de la préfecture mais qui serait parvenue à certains élus de cette source

17/12/18 : Les retraités lot-et-garonnais battront le pavé le 18 décembre à 15 h 00 devant la Préfecture à Agen. "Déçus par les annonces du Président E. Macron" , ces derniers préciseront leurs revendications auprès de la Préfète.

15/12/18 : L'Association Petit Coeur de Beurre a décidé en accord avec la Jeune Académie Vocale d'Aquitaine JAVA et l'Ensemble Vocal Aquistriae d'annuler le concert "De choeurs à coeurs" prévu ce samedi 15 décembre en l'église St Louis des Chartrons à 20h30.

14/12/18 : Du 15/12/18 au 5/01/19 : le centre-ville montois sera piéton les week-ends du 15 et 22/12 et le 24/12 et le stationnement gratuit dans le centre-ville les samedis après-midi. 1h de stationnement gratuit par demi-journée, du lundi au samedi matin.

14/12/18 : Center Parcs Lot-et-Garonne. Les premiers coups de pioche de ce chantier sont donnés ce jour, 14 décembre, à l’étang du Papetier, à Pindères.

14/12/18 : En raison des mouvements sociaux actuels, le Grand-Théâtre sera fermé au public ce samedi 15 décembre entraînant le report du récital de Sondra Radvanovsky au 31 mars 2019. Les visites guidées sont également annulées.

13/12/18 : Le jeune rugbyman du Stade Français Nicolas Chauvin, 19 ans, victime d'un traumatisme cervical suite à un plaquage dimanche lors d'un match à Bègles est décédé au CHU de Pellegrin. Nouveau drame après la mort récente d'un jeune joueur d'Aurillac.

13/12/18 : Présente au salon Nautic de Paris, La Rochelle a lancé de Paris le Défi Atlantique, une nouvelle course en équipage réservée aux Class 40. Départ fin mars 2019 de la Guadeloupe, pour rejoindre La Rochelle mi-avril avec une escale à Horta aux Açores.

12/12/18 : En raison des liens historiques et fraternels qui unissent les villes de Strasbourg et de Périgueux, le drapeau français sur la mairie de Périgueux sera en berne ce mercredi suite au drame survenu hier sur le marché de Noël de la capitale alsacienne.

12/12/18 : Vigipirate : Urgence Attentat. Renforcement de la sécurité en Gironde. Renforcement des contrôles notamment à l’aéroport de Bdx-Mérignac, surveillance des marchés de Noël, centres commerciaux et interdiction de manifestations sur la voie publique.

12/12/18 : Les 22-26 et 28 déc, Bordeaux Visite organise une visite-famille "Bordeaux à Noël", afin de découvrir la place Pey Berland, le cours de l'Intendance, les allées de Tourny, la place de la Comédie. Accessible aux familles avec enfants dès 7 ans.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 16/12/18 | En Dordogne, le laboratoire départemental d'analyse détruit par un incendie.

    Lire

    Le laboratoire départemental d’analyse et de recherche de la Dordogne, basé à Coulounieix-Chamiers, a été entièrement détruit cette nuit par un incendie dont les causes ne sont pas encore déterminées. Le président du Conseil départemental Germinal Peiro, qui se rendra sur les lieux ce lundi à 8h30, a fait savoir que le Département s’attachait déjà à "trouver des solutions pour assurer la continuité de l’activité des 140 agents qui travaillent sur le site (laboratoire et Satese) .

  • 15/12/18 | Biarritz: un feu d'artifice séuritaire pour le président

    Lire

    Nous nous en sommes fait écho, le président de la République Emmanuel Macron se déplace mardi 18 décembre à Biarritz pour la préparation du G7 en présence de vingt ambassadeurs. La ceinture de sécurité appliquée est celle que la Ville met en place depuis des années pour...le feu d'artifice du 15 août. Il sera donc difficile d'accéder en voiture au centre ville. Nous vous recommandons d'aller sur le site de la ville, www.biarritz.fr ou www.chronoplus.eu pour prendre connaissance du dispositif et déplacements.

  • 14/12/18 | Jacqueline Gourault en déplacement en Dordogne lundi 17 décembre

    Lire

    Jacqueline Gourault, ministre de la cohésion des territoires et des relations avec les collectivités territoriales sera en déplacement en déplacement en Dordogne ce lundi 17 décembre. En fin de matinée, elle sera à Coulounieix Chamiers pour le projet de rénovation urbaine. L'après midi, elle se rendra au Nord du département pour la pose de la première pierre de la maison médicale de Lanouaille. C'est la troisième fois que la ministre se rend en Dordogne depuis dix huit mois.

  • 14/12/18 | De nouveaux équipements pour la section foot d'un collège du 87

    Lire

    Créée en 2011, la section de football du collège André Maurois est labellisée et reconnue par la FFF et l’Education Nationale. Cette section rend possible la pratique du football dans un cadre scolaire privilégié. Afin de les soutenir, le Conseil Départemental de la Haute-Vienne vient de les doter de 14 équipements joueurs complets et 2 équipements gardiens. Dernièrement, la section sportive a formalisé de nouveaux partenariats avec la FFF, le Limoges Football Club et la Ville de Limoges.

  • 14/12/18 | L'industrie du pin maritime cherche de nouvelles ressources

    Lire

    Début décembre dans les Landes, l’Etat, les acteurs de la filière forêt-bois et les collectivités locales se sont réunis sur les difficultés d’approvisionnement des industries du bois qui nécessitent 6 M m³ annuels alors que la récolte actuelle est de 5,6 M m³. Avec 32 M m³ de bois ayant atteint ou dépassé l’âge d’exploitation préconisé, l’enjeu pour la filière est donc de récolter ces bois mûrs dans les années à venir. Outre l'engagement de l'Etat à intensifier sa communication en ce sens auprès des propriétaires, l'amont et l'aval de la filière pourraient en passer par la contractualisation pour garantir l'adéquation entre offre et demande.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Agriculture | Chroniques de l'Agronome, épisode 4: Gwen au Parc National de la Réunion

18/07/2012 | Préservation de l'environnement et développement économique: telle est la mission de Gwen, au Parc National de la Réunion Réunion lui permet d'apporter

 Gwen au Parc National de la Réunion

Envolons nous pour un voyage « flash » le temps de parcourir cet article. A 9500 km de la métropole, Gwenaëlle Flouriot (appelez la Gwen), dynamique bretonne de 34 ans, est complètement déconnectée… excepté le nom du quartier de Saint Denis où elle vit: la Bretagne !

On détecte une certaine attirance pour les îles chez Gwen, qui après avoir travaillé en Corse pendant 8 ans et repris ses études à Bordeaux Sciences Agro, a choisi un stage au Parc National de la Réunion. « Je voulais savoir si la vie dans un DOM me conviendrait pour plus que de simples vacances. En plus, comme je suis fonctionnaire du Ministère de l'Agriculture et de l'Agroalimentaire, un Parc National est une structure dans laquelle je suis susceptible d’atterrir au cours de ma carrière. J’ai appelé le chef de service avec qui j’ai travaillé en Corse, et il m’a proposé un stage au service « d'appui à l'aménagement et au développement durable » du Parc National ».

Après deux BTS agricoles (Gestion et Protection de la Nature et Productions animales) et 8 années d’expérience professionnelle en Corse, la jeune femme a souhaité développer ses compétences. La logique avec laquelle s’enchaînent les étapes de son parcours est évidente. L’option vers laquelle elle s’est dirigée, Gestion Durable des Territoires Ruraux (GDTR), l’a bien préparée à son idéal professionnel, et donc à son stage. «Mon stage est passionnant, parce qu’au Parc National, tout est à faire dans ce domaine. Le thème correspond parfaitement à l’option GDTR ».

le parc: 75% de l'île

Mais quelle est donc la mission de Gwen ? A quelles compétences doit elle faire appel pour la mener à bien ? Pour le comprendre, quelques éléments de contexte s’imposent. Le Parc National de la Réunion s’étend sur 75% de l’île, dont on fait le tour en quatre heures de voiture. Le Parc est composé d’un cœur de 800 km² où les activités sont très réglementées. L’objectif du cœur est de préserver l'intégrité des milieux naturels et de maintenir un équilibre entre les activités humaines et la protection des paysages et de la biodiversité réunionnaise. Le foncier appartient au domaine public, les gens qui y habitent n’en sont donc pas maîtres ; s’ils ont un projet, ils doivent demander l’autorisation du Parc. Autour du cœur du Parc se trouve ce qu’on appelle « l’aire d’adhésion », secteur qui n’est pas réglementé, mais les communes qui en font partie peuvent adhérer à la Charte du Parc , ce qui leur permet de bénéficier de l’assistance technique et de subventions du Parc national.

Solidarité écologique et paysagère

« Aujourd’hui, « on cherche à mieux lier le cœur du Parc et l’aire d’adhésion pour que les deux zones bénéficient l’une de l’autre » explique Gwen. Auparavant, on souhaitait préserver le cœur et du coup, dans l'aire d'adhésion, tous les projets étaient acceptés pour compenser le fait de ne rien pouvoir développer dans le coeur  ». Gwen travaille sur trois communes appartenant à l’aire d’adhésion. « Je dois mettre en œuvre la Solidarité Écologique et Paysagère dans les activités agricoles. C’est un concept apparu dans la loi de 2006 qui modifie les missions des parcs nationaux et qui redéfinit notamment le lien entre le cœur et l’aire d’adhésion. La Solidarité Ecologique et Paysagère vise à valoriser le fait que la gestion conservatoire du cœur contribue souvent au renforcement ou au maintien des ressources naturelles qui bénéficient à l’aire d’adhésion. Réciproquement, elle met en avant le fait que la proximité d’un riche patrimoine naturel, culturel et paysager protégé améliore la qualité de vie des résidents de l’aire d’adhésion, et représente à ce titre un facteur d’attractivité pour les territoires environnants du coeur. Même si le terme n’y figure pas, la composante socio-économique a bien sûr une place très importante. Après l’énorme incendie d’octobre 2011, qui a détruit plus de 2800 hectares de forêt et de prairies, il fallait absolument accompagner les activités agricoles, principalement l’élevage, pour qu’elles se développent en harmonie avec l’environnement. Le secteur sur lequel Gwen opère est caractérisé par des exploitations de très petite taille (5 hectares), donc nombreuses (environ 300). L’enjeu de gestion est de taille, face à un si grand nombre d’acteurs. Le principal problème étant l’utilisation non conciliée des pâturages naturels par les bovins « divagants » (500 à 1000 individus) qui entraîne des effets négatifs sur l’environnement, notamment sur les espèces sauvages endémiques (difficulté de régénération).

L'art de manier les aides

Concrètement, pour Gwen, il s’agit de proposer au Parc une liste d’actions à mener, organisées dans le temps, et, le plus délicat, trouver les moyens humains et financiers de les mettre en œuvre. Grâce à sa formation, l’art de manier les aides européennes et autres subventions n’a plus de secrets pour Gwen. « J’ai tout de suite vu qu’il y avait un manque de communication entre acteurs institutionnels. Le Parc ne savait pas, par exemple, qu’il pouvait bénéficier de fonds européens. D’autre part, les agriculteurs ne sont pas au courant qu’il existe une Mesure Agro Environnementale (MAE) pour mettre en place des actions visant à limiter l’érosion des terrains en pente. Quand on regarde la foule de randonneurs, une action de long terme est le développement de l’agritourisme dans les bâtiments agricoles existants. Cela éviterait qu’ils se retrouvent tous entassés dans des hôtels 3 étoiles du littoral!

On lui fait confiance : quand Gwen reprendra l’avion fin août, elle aura apporté une sacrée contribution au développement durable du Parc National, pour que ces espaces naturels exceptionnels ne restent pas des sanctuaires interdits à l’Homme.

 



Opaline Lysiak
Par Opaline Lysiak

Crédit Photo : Opaline Lysiak

Partager sur Facebook
Vu par vous
1895
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 19 + 18 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr