18/10/17 : Malgré la protestation d’élus et des syndicats, la Direction générale des Finances publiques a entériné la fermeture de la trésorerie de Mussidan (24). D’autres pourraient connaître le même sort comme à Belvès, Saussignac, Thiviers et Brantôme.

17/10/17 : La Rochelle organise son Colloque Citoyenneté et Solidarités sur le thème "Innover aujourd’hui pour l’action sociale de demain" le 19 octobre à l'espace Giraudeau, avec l'intervention du CNAM de Paris. Gratuit sur réservation. www.ccas-larochelle.fr

15/10/17 : A TF1 Emmanuel Macron après le drame de Marseille a annoncé une nouvelle loi en matière de droit d'asile et d'immigration et la négociation en cours "d'accords bilatéraux avec les pays africains" pour rendre effectives les reconduites à la frontière.

13/10/17 : Les offices HLM de Charente-Maritime organisent une manifestation mardi à 14h devant la prefecture de La Rochelle pour protester contre la baisse des aides au logement pour les bailleurs sociaux.

11/10/17 : Le collectif national « Vive l'APL » qui regroupe 60 organisations associatives, syndicales, de consommateurs et bailleurs sociaux, appelle à la mobilisation samedi «pour défendre le droit au logement social». A Bordeaux, ce sera à Pey Berland à 14h

03/10/17 : L'organisation du Grand Pavois a enregistré quelque 80 000 visiteurs pour cette 45 e édition, identique à l'an dernier, et de nombreuses ventes d'unités. La prochaine édition se tiendra du 26 septembre au 1er octobre 2018.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 21/10/17 | Edouard Philippe à Bordeaux

    Lire

    Edouard Philippe était en déplacement aujourd'hui à Marseille et Bordeaux où le Premier ministre a rendu visite à Alain Juppé. Entre autres politesses et admirations mutuelles ("la relève est assurée" a déclamé le maire de Bordeaux, "j'ai appris en vous regardant" lui a répondu le Premier ministre), Edouard Philippe s'est rendu à une réunion de travail à la métropole et devait faire un discours à la Convention Nationale des avocats en fin d'après-midi.

  • 19/10/17 | Le Pays basque a déjà gagné le Tour de France

    Lire

    Le Pays basque intérieur pourrait bien ériger une statue aux organisateurs d'un Tour de France qu'il n'avait pas vu depuis 2006 -à Cambo-les-Bains-. En effet, cette étape contre la montre du samedi 28 juillet entre Saint-Pée-sur-Nivelle et Espelette se dispute la veille de l'arrivée, certes. Comble du bonheur, elle a lieu en pleine période... des Fêtes de Bayonne! Une aubaine touristique pour les maires Jean-Marie Iputcha et Pierre Marie Nousbaum. Il est vivement recommandé de réserver ses nuitées dès aujourd'hui au Pays basque.

  • 18/10/17 | Déviation de Beynac : plus de 2600 avis recueillis pour l'enquête publique

    Lire

    Concernant l'enquête publique sur la déviation de Beynac, en Dordogne, qui s'est clôturée le 17 octobre, plus de 2600 avis ont été déposés dont 2410 en ligne. La commission va remettre sous huitaine une synthèse au Conseil départemental qui pourra formuler des réponses. Dans un délai d'un mois, la commission rendra ensuite son avis avec d'éventuelles observations à la préfète de la Dordogne. C'est à elle que reviendra la décision finale de valider ou non le projet.

  • 18/10/17 | Les Pyrénées-Atlantiques "chouchoutées" par le Tour de France

    Lire

    Les Pyrénées-Atlantiques décrochent la timbale pour l'édition 2018 du Tour de France. Parti de Trie-sur-Baïse (65), le peloton arrivera à Pau le jeudi 26 juillet. Il disputera le vendredi 27 une étape émaillée de nombreux cols entre Lourdes et la commune montagnarde de Laruns (Aspin, Tourmalet, Bordères, Soulor-Aubisque). Un contre la montre entièrement basque sera enfin disputé le samedi 28 entre Saint-Pée-sur-Nivelle et Espelette. Equipes et accompagnateurs étant en prime logées pendant quatre jours à Pau. Que demander de mieux ?

  • 17/10/17 | Dominique Bussereau fait du lobbying pour le Tour de France

    Lire

    Alors qu'il assistera à la présentation du parcours du Tour de France ce mardi, le président de la Charente-Maritime compte bien "faire une petite piqûre de rappel" au patron du Tour de France Christian Prudhomme sur la volonté du Département d'accueillir le Tour de France "dans les prochaines années". Dominique Bussereau a notamment en tête un passage du Tour par les îles de Ré et d'Oléron. Une manne touristique et financière non négligeable, et une belle vitrine pour le territoire.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Agriculture | Chroniques de l'agronome: Opaline Lysiak du Parc du Gâtinais au lycée de Saint-Yriex la Perche

16/04/2013 | Opaline Lysiak recevait il y a quelques jours à Bordeaux Sciences Agro son diplôme; occasion de l'entendre évoquer sa propre " Chronique" et son nouveau métier

Opaline Lysiak

"Bordeaux Sciences Agro" sur le campus bordelais est un haut lieu de la formation pour les jeunes que passionne l'agronomie, la biologie, les métiers de l'agriculture... étudiants pour qui, désormais, développement économique rime, naturellement, avec développement durable. Rencontrée lors d'un salon régional de l'agriculture où elle mit en évidence, outre sa curiosité, un vrai talent d'écriture, Opaline proposa à Aqui.fr d'y tenir une "Chronique de l'Agronome", une jolie occasion de conjuguer son goût des mots et la présentation de quelques stages originaux dévolus à ses ami(e)s étudiant(e)s. Son tour est venu et Opaline évoque, ici, sa belle mission au sein du Parc du Gâtinais et...ses premiers pas de jeune prof au lycée de Saint-Yriex la Perche en Limousin.

@qui! -  Que s'est-il passé depuis que tu as terminé ta scolarité à Bordeaux-Sciences Agro?
Opaline Lysiak
- J'ai commencé un stage début mars 2012, dans le Parc naturel régional du Gâtinais français. Les premiers parcs ont été crées en 1969; aujourd'hui il en existe quarante huit! Les principales missions d'un Parc régional c'est, bien sûr, de préserver l'environnement mais aussi de développer économiquement une région en éduquant au développement durable. Petit rappel: dans la cadre de la mission développement économique il existe une marque Parc qui est un signe de qualité. Et dans cette marque il y a différentes règles à respecter pour créer un produit. C'est une marque unique que l'on ne trouve que dans les parcs naturels ; c'est comme cela qu'il existe en France plus de 300 produits, services, savoir faire "marqués"

@! - Revenons au Parc du Gâtinais. Quelles étaient tes missions particulières?
O.L. - Je devais m'atteler à trois produits: la poule du Gâtinais, le miel du Gâtinais et le cresson. Il s'agissait, ainsi, de créer le cahier des charges pour la marque volaille de race Gâtinaise, produit du parc naturel, d'entreprendre un travail avec des éleveurs qui n'étaient plus qu'au nombre de trois. Savoir comment produire, quelles règles respecter pour pouvoir obtenir la marque. Des règles environnementales notamment, par exemple la gestion des déchets sur l'exploitation, l'alimentation des animaux, l'espace pour chaque poule en extérieur et, entre autre, le nombre de jours qu'elle doivent y passer .... Autre caractéristique importante: sur le plan commercial la vente directe est privilégiée. Le gros de mon travail (70%) je l'ai consacré à la poule du Gâtinais.

Le miel du Gâtinais et le cresson bénéficiaient, eux, déjà, d'une marque mais il fallait remettre à jour le cahier des charges existant depuis douze ans. Pour le cresson beaucoup de producteurs avaient cessé leur activité car c'est une filière en détresse; il s'agissait de mettre à jour un cahier des charges pour participer à la relance de la production. Quant au miel, là-aussi, une actualisation était nécessaire destinée à tous les produits de la ruche; les apiculteurs  produisent aussi de la gelée royale. Il s'agissait également de contribuer à l'organisation de la filière et voir comment les producteurs pouvaient s'entre-aider.

Ce stage a duré de mars 2012 au 28 août. J'ai rendu mon rapport de stage le 28 août;.. et une semaine plus tard j'entrais au Lycée La Faye de Saint Yriex la Perche, en Haute-Vienne, comme professeur d'agronomie.

@! -  Tu passes donc, sans transition, de la poule et du miel du Gâtinais aux lycéens. Comment en es tu arrivée là?
O.L
- D'abord il faut faire un peu d'histoire et rappeler comment j' y suis entrée. Dès la première année à l'Enita ( devenue Bordeaux Sciences Agro) on peut devenir fonctionnaire. Pour cela il faut cocher une case... et terminer parmi les premiers du concours, ce qui m'est arrivé. J'étais contente ... Ainsi j'étais payée pendant mes études, au smic, et en échange je dois trois ans à l'Etat. 80% des postes ouverts sont des postes de professeurs mais 20% peuvent être chargés de mission, de projet. J'ai choisi l'enseignement.

@! - Tu as franchi le pas sans véritable formation pédagogique
O.L -  Sept postes ont été proposés en février 2012. Le poste de Saint Yriex la Perche m'a été proposé. J'ai vingt heures de cours par semaine; j'enseigne l'agronomie, la biologie de la quatrième à la terminale. Dans ce lycée les options concernent tout ce qui est agro-équipement, matériel de l'agriculture et productions animales. J'enseigne à une centaine d'élèves dont deux filles. C'est dur car je n'ai pas vraiment de méthode pédagogique mais c'est quelque part aussi un avantage car je ne suis pas formatée.

Avec les quatrième j'y arrive mieux : leur niveau en agronomie et biologie est plus faible; je peux mettre toute mon énergie dans la pédagogie alors que pour les classes de terminale et de première mon travail de recherche est important et j'ai moins de temps à consacrer à la pédagogie.

@! - A vingt quatre ans voilà un challenge formidable , passer presque sans transition des études à l'enseignement... Qu'est ce que cela t'apprend sur ces jeunes?
O.L. -  C'est passionnant. J'y prends beaucoup de plaisir. J'ai beaucoup de surprises; tous les jours c'est différent, il n'y a aucune routine; j'apprends à ne pas casser leur créativité. Copier les bons côtés des profs qu'on a eus et éviter les cotés des profs qui nous ont enfoncés. Aujourd'hui, l'école casse la créativité de certains élèves qui ne sont pas forcément dans le moule. Il faut réussir aussi à gérer un groupe hétérogène, tenir compte des handicaps. Il y a aujourd'hui 15% de dyslexiques dans l'enseignement agricole. Cela m'apprend à être patiente. Les élèves m'apprennent beaucoup sur l'agro-équipement. La plupart des élèves sont contre le bio tout simplement parce que leurs parents ont des modes de productions très anciens en Limousin. Mais il arrive que je vois des étoiles dans les yeux des élèves; alors je me dis: "tu as réussi à leur faire passer quelque chose. Actuellement nous sommes sur un projet "Observatoire participatif du vers de terre". L'idée c'est de faire sortir ces vers de terre du sol avec un mélange d'eau et de moutarde. C'est un projet national de science participative ou comment faire participer le citoyen, jardinier, agriculteur, lycéen pour comparer la quantité de vers de terre dans le sol. Les vers de terre dégradent la matière organique, la rendent assimilable aux plantes et aérent le sol. On peut aisément les faire sortir: ce sont de bons indicateurs  d'un sol en bonne santé. J'ai décidé de faire participer trois classes à ce projet. Recette: sur un mètre carré il faut dans un arrosoir de dix litres d'eau verser un pot de moutarde de 300 grammes mélanger et arroser....  On attend que les vers de terre sortent; on les compte et mesure la diversité. Il faut trois fois un mètre carré sur une parcelle; on compare des sols qui ont hébergé des cultures différentes un sol qui a reçu des pesticides pendant dix ans, un sol qui a été labouré ou pas, une prairie totalement naturelle et on voit ce que ça donne. Le temps des résultats n'est pas encore venu mais il est attendu.

Joël Aubert
Par Joël Aubert

Crédit Photo : aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
1531
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 24 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr
FRAB, Chambre agriculture et Interbio main dans la main pour le Mois de la Bio Agriculture | 17/10/2017

La bio à l’honneur en Lot-et-Garonne

Jean-Paul Musset et son fils Julien, qui vient d'acquérir l'exploitation laitière Agriculture | 16/10/2017

Foncier : la restructuration réussie d'une exploitation laitière à Coutras

Vendange en Aquitaine Agriculture | 16/10/2017

CIVB: La petite récolte 2017 obligera à puiser dans les stocks

Le taureau Fanfaron (à droite), un des bovins de la Race Parthenaise présentée au Salon de l'Agriculture 2016 Agriculture | 16/10/2017

Aqui! TV7 : La Parthenaise, nouvel atout charme de l'élevage bovin régional

Le Maraîchage bio est en plein essor en particulier en ceinture bordelaise Agriculture | 12/10/2017

Opération séduction pour la filière bio en novembre

Bertrand Harispuru, éleveur ovin et bovin au pays basque à la retraite Agriculture | 10/10/2017

L'évaluation foncière : l'autre porte d'entrée vers une vente Safer

La chambre d'agriculture des Pyrénées-Atlantiques donne rendez-vous aux éleveurs ovins le 13 octobre pour ses 13èmes Assises Ovines. Au programme la question de la main d'oeuvre Agriculture | 10/10/2017

Assises Ovines - 3 questions à Patrick Etchegaray, responsable de la commission ovine à la Chambre d'Agriculture des Pyrénées-Atlantiques

ManifCastelnau Agriculture | 07/10/2017

Filière avicole dans le rouge : les Landais unis pour faire payer l'Etat

Marie-Hélène Cazaubon, éleveuse gaveuse à Monsoué, présidente de la Commission Agricultrices - FDSEA 40 Agriculture | 05/10/2017

Crise aviaire et canards gras, reportage à Montsoué

Serge Bousquet Cassagne président de la Chambre d'agriculture47 (à droite) Agriculture | 04/10/2017

« Si quelqu’un a besoin de terres pour s’installer... » Serge Bousquet-Cassagne, président de la Chambre d’agriculture de Lot-et-Garonne

Euralis : du maïs semences pour toute l'Europe Agriculture | 03/10/2017

Euralis : des semences de maïs pour toute l’Europe

Visuel du projet du bâtiment Agrocampus Agriculture | 26/09/2017

Technopôle Agrolandes: du numérique à la biosécurité avicole

Maël Gallard et Laura Baillard avec Eirelles, jeune jument de 3 ans Agriculture | 25/09/2017

Pour Laura Baillard et Maël Gallard, leur projet agricole est en bonne voie

Pin Agriculture | 22/09/2017

100e AG des Sylviculteurs du Sud-Ouest : les parasites, « danger numéro un » de la forêt

Dominique Graciet, Président de la Chambre régionale d'Agriculture de Nouvelle-Aquitaine Agriculture | 20/09/2017

Dominique Graciet, Président de la Chambre d'agriculture de Nouvelle-Aquitaine : "L'Etat ne tient pas ses engagements"