Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

20/07/21 : Dans les Pyrénées-Atlantiques la tour sud de la cathédrale de Bayonne et la Chapelle des Prébendés, ainsi que le Château de Pau, le couvent des Récollets à Ciboure et l’Espace Jéliote à Oloron vont bénéficier du plan France relance pour leur rénovation

19/07/21 : Face à la montée en puissance du nombre de contaminations au Covid-19 en Charente-Maritime, le préfet a étendu l'obligation du port du masque dans tout espace public pour 45 communes, essentiellement littorales.

16/07/21 : Eté Jeunes est un nouvel agenda en ligne, à destination des jeunes Bordelais. Il permet d'accéder à l'ensemble de l'offre municipale et associative ainsi qu'à toute l'actualité culturelle, sportive et de loisirs proposée cet été à Bordeaux.+ d'info

13/07/21 : Du 15 juillet au vendredi 13 août inclus, l’Hôtel de ville de Poitiers fermera ses portes à 16 h 30 au lieu de 17 h 30. Sur cette période, du lundi au vendredi, l’accueil du public s’effectuera de 8h30 à 12h30 et de 13h30 à 16h30

07/07/21 : Pyrénées-Atlantiques - 1 compagnie de CRS, 23 nageurs-sauveteurs CRS, 13 agents de police-secours et de BAC, 4 agents spécialisés dans l’investigation, 8 motards CRS soit 118 policiers vont cet été venir renforcer les forces de sécurité du département

07/07/21 : Saint-Médard-en-Jalles : le centre intercommunal de vaccination Covid 19 restera ouvert tout l’été, grâce à l'implication des 50 agents et 229 professionnels de santé des 6 communes partenaires qui s'y relaient. En 3 mois, 31000 doses ont été injectées

05/07/21 : EthicDrinks, le négoce vert bordelais est lauréat du 1er prix du “Millésime 2021” organisé par l’Adelphe, éco-organisme à but non lucratif axé sur le recyclage des emballages ménagers des entreprises et notamment dans le secteur des Vins et Spiritueux.+ d'info

05/07/21 : Les inscriptions universitaires 2021-2022 de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour démarrent, de manière entièrement dématérialisée, mardi 6 juillet pour tous ses campus : Pau, Bayonne, Anglet, Mont-de-Marsan et Tarbes.+ d'info

01/07/21 : Mmes Albenga et Poulet, MM. Patin et Stambolis-Ruhstorfer, enseignants-chercheurs à l’Université Bordeaux Montaigne, ont été nommés membres de l'Institut Universitaire de France. La récompense la qualité scientifique de leurs activités universitaires.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 30/07/21 | Ouverture des candidatures pour la Semaine de la Diversité 2022

    Lire

    Pour la 6ème édition, la Ville de Bayonne organise du 1er au 8 mars 2022 la Semaine de la Diversité et de l’égalité des droits. Jusqu’au 20 septembre, les associations peuvent déposer leurs propositions sur les thèmes de la lutte contre les discriminations et la promotion de l’égalité ainsi que de la diversité culturelle et de la citoyenneté. Les projets sélectionnés percevront une aide de la ville. Toutes les informations sont disponibles sur le site de la Ville

  • 30/07/21 | A la découverte du bijou régional

    Lire

    Jusqu’au 19 septembre, le Musée Bernard d’Agesci de Niort propose l’exposition « Le bijou régional, une spécialité niortaise, fonctions, types ». Les visiteurs partiront à la découverte de plus de 200 bijoux traditionnels, d’outils et de machines ayant servi à leur fabrication. Autour de l’exposition, le Musée propose également 2 accrochages dans le grand hall : « Trésors d’archéologie : parures et objets de prestige » et « Bijoux contemporains ».

  • 29/07/21 | France Relance : Repeuplement forestier, les entreprises lauréates landaises

    Lire

    Forelite-Evolution à Arue, la SCEA Pépinières Planfor à Uchacq-et-Parentis, Bois de Gascogne à Saint-Eulalie-en-Born, Landes Forêt à Levignac, Planfor SAS à Uchacq-et-Parentis sont les 5 entreprises landaises soutenues dans le cadre du plan France relance pour leurs investissements dans des outils et matériels performants pour la production de plants qui seront utilisés pour le repeuplement forestier. Objectif: permettre plus de compétitivité et de résilience face aux défis climatiques. Au total, un coup de pouce de 386 470 euros.

  • 29/07/21 | La Nature a rendez-vous en Creuse en août

    Lire

    Tout au long du mois d’août, la Réserve Naturelle de l’étang des Landes en Creuse propose aux petits et aux grands des « Rendez-vous Nature ». Le 6 août, les petits pourront observer le plumage des oiseaux, le 11 août, partez à la découverte de la vie des abeilles en devenant le temps d’une journée un apiculteur ou encore devenez explorateur avec 4 épreuves sur le thème des oiseaux le 18 août. Programme et réservation

  • 29/07/21 | Les Crus artisans du Médoc ouvrent leurs portes

    Lire

    Comme chaque année, les Crus artisans du Médoc ouvrent leurs portes au public. Cette année, le rendez-vous est donné du 30 juillet au 1er août pour découvrir ou redécouvrir les vins et leur mode d’élaboration. Le public pourra par exemple pique-niquer au Château Tour Bel Air et se balader au milieu du vignoble Médocain.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Agriculture | Clément Bonneau, producteur périgourdin de noisettes en devenir

05/05/2020 | A 24 ans, Clément Bonneau a bâti son installation en tant qu’agriculteur sur l’exploitation familiale à Montpon Ménestérol, autour de la production de noisettes.

Clément Bonneau s'est installé sur l'exploitation familiale à l'automne 2019

Il aura fallu quatre ans pour faire aboutir son projet de s'installer en agriculture. A l'automne dernier, Clément Bonneau a rejoint l'exploitation familiale gérée jusqu'à présent par son père. La ferme de 85 ha de SAU produit de la volaille de chair en standard et sous label, et du maïs. Son installation s'accompagne d'une diversification : le jeune homme se lance de la production de noisettes, un projet, qui parait un peu fou, mais soutenu et accompagné par la coopérative Unicoque située à Cancon en Lot-et-Garonne. A terme, ce sont 27 ha de noisetiers qui se seront plantés en bordure de l'Isle.

S'installer en agriculture, pour le jeune Clément Bonneau, était un rêve d'enfant. "Sincèrement, cela a mis plus de temps que je pensais. Au départ, j'aurais pensé faire aboutir mon projet à la sortie de mon BTS. Depuis toujours, cela a été l'objectif de revenir sur l'exploitation familiale." Le jeune homme va obtenir un bacalauréat scientifique, puis un BTS agricole en 2015. L'exploitation familiale, située à Montpon Ménestérol, produit du poulet de chair en label et en standard et du maïs sur une SAU de 85 ha dont environ 70 ha en propriété.  Son père a été l'un des précurseurs de la production de volailles dans ce secteur de la vallée de l'Isle. La ferme compte cinq bâtiments de volailles  (4 en label, et 1 en standard) pour une production annuelle de 230 000 poulets, commercialisés par la coopérative Volailles d'Albret. 
Le jeune  homme va mettre quelques années à faire réussir son projet : pendant un an et demi, il ira travailler ailleurs chez un autre éleveur de volailles. L'exploitation ne manque pas d'atouts : elle bénéficie d'un beau parcellaire, mais il y a de fortes contraintes liées à la proximité d'habitations et une partie des surfaces sont classées en zone inondable. L'idée de créer quatre nouveaux bâtiments en volailles, pour assurer le revenu supplémentaire d'un associé,  tombe à l'eau.
Fin 2017, il cesse son travail salarié et repense intégralement son projet. Clément Bonneau planche sur l'idée un peu folle, de développer une production de noisettes. "Un jour papa a assisté à une conférence donnée par la coopérative Unicoque, située à Cancon. A l'époque, elle est  à la recherche de nouveaux producteurs. Nous avons été tous les deux invités à une journée portes ouvertes de la coopérative. Et puis le projet s'est dessiné, explique le jeune homme.  Clément Bonneau rejoindra l'exploitation familiale, une EARL, à l'automne 2019, mais les premiers hectares de noisetiers seront plantés un an avant. 

Un dossier qui a pris du temps

L'Earl compte actuellement deux associés exploitants, Clément et son père et sa mère est salariée de la ferme. Clément est devenu gérant, son père sera à la retraite d'ici deux ou trois ans.  Mais sur le plan administratif et financier, son projet a pris du temps. "Quand j'ai arrêté de travailler, je pensais m'installer dans les six mois. Cela ne s'est pas passé comme prévu. Nous avons du revoir le prévisionnel plusieurs fois. Au départ, le plus dur a été de convaincre la banque, car il y avait encore beaucoup d'emprunts et les encours étaient élevés, avec peu de trésorie disponible. Cela a été l'un des principaux freins. La banque ne souhaitait pas prendre le risque au départ." Clément Bonneau et ses parents retravaillent le dossier. L'investissement pour les noisetiers équivaut à  12 000 euros par hectare. Le futur agriculteur en prévoit 27 ha d'ici cinq ans.  Des investissements de matériels pour les noisetiers sont à prévoir. Un des quatre bâtiments de poulets label, complètement vétuste est à refaire, cela représente 80 000 euros. Plusieurs mois passent, et les premières plantations de noisetiers sont lancées sans que l'installation de Clément soit effective.
"En mai-juin 2019, nous sommes enfin parvenus  à construire un projet cohérent et solide. Sur le dernier prévisionnel, mon projet d'installation tourne  autour de 300 000 euros dont 200 000 euros d'emprunts. Au départ, on était sur des sommes plus importantes  de 400 000 à 450 000 euros.  J'ai apporté à la société 8 ha. Heureusement, Unicoque a soutenu notre projet. Cela a été d'une grande aide. Se lancer sur une production de noisettes dans ce secteur géographique  de la Vallée de l'Isle a pu  paraître un peu fou. Il y a eu des réticences, c'est évident." 
Quelques mois après s' être installé, Clément Bonneau, à seulement 24 ans,  voit l'avenir avec optimisme :
"Les 4 bâtiments en label sont payés (un est à refaire), pour le bâtiment standard datant de 2010, il reste une seule échéance de prêt. Pour le moment, nous avons 11 ha de noisetiers,  ils  seront en production d'ici un ou deux ans. J'ai signé un contrat de 20 ans avec la coopérative.  Les deux premières années, il y a beaucoup de travail. Il faut monter les systèmes d'irrigation et il y a pas mal d'interventions à la main. Mais nous sommes bien accompagnés par Unicoque, sur le plan technique. Je sais que que je peux compter sur eux en cas de souci.  Et à court terme, c'est une production rémunératrice , nous sommes sur un marché porteur avec une forte demande sur les fruits à coque, de la part de pâtisserie industrielle notamment."

 

Découvrez en images l'interview de Clément Bonneau 

  

Claude-Hélène Yvard
Par Claude-Hélène Yvard

Crédit Photo : Claude Hélène Yvard

Inno'action et agricultureCet article fait partie du dossier

Voir les autres articles de ce dossier
Partager sur Facebook
Vu par vous
11170
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture<script src=" />
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 8 + 14 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr