Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

26/10/20 : Dominique Bussereau président du département de Charente-Maritime et de l'ADF vient d'annoncer que le Congrès des Départements de France qui devait avoir lieu lieu les 5 et 6 novembre à La Rochelle est ajourné compte tenu de la situation sanitaire

24/10/20 : En raison du couvre-feu, la maire de Biarritz, Maïder Arosteguy a décidé d'instituer un stationnement de la ville gratuit en surface dès 18 heures, afin d'inciter les clients des restaurants de venir plus tôt dans ces établissements de la ville.

22/10/20 : Ce 22 octobre Jean Castex a annoncé 38 nouveaux départements et une collectivité d’Outre-mer la Polynésie soumis au couvre-feu de 21h à 6h dès demain soir. En Nouvelle-Aquitaine, Haute-Vienne et Pyrénées-Atlantiques sont concernés.

22/10/20 : Le Pôle Expérimental Métiers d’Art du Périgord-Limousin organise un marché des métiers d’art en plein air, sur la Place Alfred Agard à Nontron, le samedi 24 octobre de 10h à 18h, en remplacement du Salon de la Rue des métiers d'art, qui est annulé.

22/10/20 : La Rochelle : Michel Carmona, adjoint au maire depuis 2014, est décédé dimanche. Ses obsèques auront lieu vendredi à 15h30 au crématorium de Mireuil.

22/10/20 : Charente-Maritime : en plus d'une obligation de porter le masque dans 52 commune du département, le préfet de Charente-Maritime a pris un arrêté interdisant les buvettes et certaines restaurations dans les établissements sportifs.

21/10/20 : Le Conseil scientifique Covid 19 a dans un communiqué rendu public l'avis favorable donné au gouvernement le 19 octobre pour la prorogation du régime transitoire de l'urgence sanitaire jusqu'au 16 février et son prolongement jusqu'au 1° avril 2021.

21/10/20 : La Cour de Cassation a rejeté ce mercredi le pourvoi de Monsanto dans le dossier l'opposant à un agriculteur charentais. La justice avait tranché en faveur de l'agriculteur en 2012, puis en appel en 2015.

21/10/20 : L’agglo Pau Béarn Pyrénées met en garde contre des individus se faisant passer pour des agents de collecte des déchets auprès des particuliers pour vendre des calendriers 2021. En effet tout démarchage de ce type est interdit de la part de ses agents.

20/10/20 : Le Maire de Lormont, Jean Touzeau, et l'équipe municipale, invitent la population, ce mercredi 21 octobre à 12h, à s'associer à leurs côtés à l'hommage national rendu à Samuel Paty, professeur d'histoire-géographie victime du terrorisme.

20/10/20 : Municipales :A Saint Astier, en Dordogne, l'élection municipale, remportée par la maire sortante Elisabeth Marty (DVD) avec 17 voix d’avance, a été annulée ce mardi 20 octobre par le tribunal administratif de Bordeaux.

18/10/20 : Périgueux : Près d'un millier de personnes se sont rassemblées devant l'arbre de la liberté cet après-midi en hommage à Samuel Paty enseignant assassiné à Conflans-Sainte-Honorine, pour défendre la liberté d'expression et dire non à la terreur.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 26/10/20 | Bayonne : Un plan de formation pour les salariés de Staero

    Lire

    L’entreprise de mécanique de précision spécialisée dans l’usinage de pièces mécaniques et le montage de petits sous-ensembles, Staero, va mettre en œuvre des formation à la fois technique pour les opérateurs, mais dans le domaine de l’organisation industrielle et du management dans le cadre du plan de compétences 2020-2021. Ces formations vont avoir lieu avec le soutien de la Région Nouvelle-Aquitaine qui vient de leur attribuer une aide de 15 602,24 euros.

  • 26/10/20 | Benoît Biteau insatisfait par la nouvelle politique agricole commune

    Lire

    Pour l'Eurodéputé Benoît Biteau, "cette nouvelle PAC est une erreur historique". Votée en fin de semaine dernière, cette "PAC n'intègre même pas les objectifs du Green Deal", s'insurge Benoit Biteau, qui parle de greenwashing. "La Pac n'est pas contraignante pour atteindre nos objectifs climatiques et de biodiversité". Pour les Verts/ALE, "le combat continue, notamment pour la définition des stratégies "Biodiversité" et "de la ferme à la fourchette" ".

  • 26/10/20 | Talence : 4 entreprises associées autour de l'industrie du futur

    Lire

    Le projet Sabor 2 est une initiative du Cluster Digital Aquitaine pour fédérer les entreprises de la simulation numérique (ou Smart4D). Le projet implique la mise en place d'une plateforme de production collaborative orientée sur l'industrie du futur. Ainsi, Vitirover, ESI Group, LGM et Amvalor se sont associés dans Sabor 2, dont la vocation est de révolutionner l'industrie avec des solutions innovantes comme par exemple la maintenance par l'intelligence artificielle. Ce projet collaboratif est soutenu par la Nouvelle-Aquitaine à hauteur de 370 500 euros.

  • 26/10/20 | Covid-19 : Les CCI néo-aquitaines lauréates d'un prix européen

    Lire

    Les CCI de Nouvelle-Aquitaine et la Chambre d’économie Croate viennent d’obtenir le prix européen « Résilience » pour leur soutien pendant la crise sanitaire. Pour faire face au besoin du CHU de Poitiers en matière de sacs hydrosolubles permettant la manipulation du linge contaminée, le réseau Entreprise Europe via la CCI Limoges Haute-Vienne s’est mobilisée et a pu rapidement identifier grâce à la Chambre d'Economie Croate un fournisseur, Vuplast d.o.o., fabricant croate de produits plastiques qui a développé un sac innovant en plastique hydrosoluble.

  • 26/10/20 | De nouvelles mesures anti-covid en Charente-Maritime

    Lire

    Après avoir pris des arrêtés pour imposer le port du masque obligatoire dans 55 communes de Chatrente-Maritime, puis l'interdiction des buvettes et points de restauration temporaire (consommation debout incluse) dans les établissements sportifs, le préfet Nicolas Basselier a pris un arrêté vendredi pour imposer un cahier de rappel dans les restaurants de la Charente-Maritime à partir du samedi 24 octobre 2020. Ces cahiers sont détruits sous 15 jours si aucun cas de Covid n'est signalé.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Agriculture | Comment le vignoble de cognac compte maîtriser sa croissance

02/11/2019 | L’Union Générale des Viticulteurs pour l’AOC cognac a fixé un nouveau business plan triennal pour la filière, présenté cet automne aux viticulteurs

Site expérimental du BNIC, vers Cognac

L’UGVC a décidé pour la première fois d’établir un plan stratégique de production et de marketing sur trois ans, valable à compter de fin 2020 (après les vendanges). Les objectifs sont multiples : répondre à la demande du négoce, s’assurer des réserves dîtes "climatiques" (en cas d’aléas type gel ou sécheresse), tout en répondant aux exigences environnementales de la filière, incluant l’évolution des pratiques (normes, réduction des intrants, changements climatiques, etc.). Une stratégie élaborée en partenariat avec le Bureau National Interprofessionnel du Cognac (BNIC).

Tout est parti d’un constat. « Nous avons été en croissance pendant dix ans sans avoir développé le vignoble. Aujourd’hui, il y a une nécessité d’augmenter le rendement et le nombre de parcelles pour répondre à la demande du négoce », préviennent Alexandre Imbert, le directeur de l’Union général des viticulteurs pour l'AOC cognac (UGVC), et son secrétaire général Stéphane Roy. Pour l’UGVC, les chiffres parlent d’eux-mêmes : entre 2015 et 2018, la vente de cognac est passée de 153 millions de bouteilles à plus de 204 millions. Avec une croissance annuelle des ventes de +3,4% des exportations à travers le monde, la filière est en plein boom. Elle devrait atteindre les 211 millions de bouteilles d’ici fin 2020. Autre argument : «Depuis plusieurs années, on se rend compte que l’évolution des taux de rendement est parallèle à celui du PIB mondial », explique Stéphane Roy, qui s’appuie notamment sur les données du cabinet d’études international IWSR, spécialisé dans le marché des boissons.

Des rendements à 12 hl/ha

Bien que le vignoble n’ait été agrandi que de 8000 hectares, le rendement du vignoble a doublé en l’espace de dix-huit ans. Planter de nouvelles parcelles devient donc indispensable. Pour éviter la surenchère, l’UGVC préconise de limiter les plantations nouvelles à 3 398 ha pour les appellations Cognac entre 2020 et 2021, mais encourage à planter quoi qu’il advienne. « Dans le passé, on s’est agrandi sans faire attention à ce qui se passait sur le marché, et sans prendre en compte les fortes améliorations techniques en production. Aujourd’hui, nous avons assez de données pour anticiper ce qu’on produit, ce qu’on vent et ce qu’on stocke », explique Stéphane Roy. L’étalement des prévisions sur trois ans a pour objectif de laisser le temps aux viticulteurs de trouver le foncier nécessaire à de nouvelles plantations.

Ce plan triennal fixe également un objectif de rendement annuel moyen de 11,77 hl/ha pour 2019  et 12 hl/ ha pour 2020, pour stabiliser à terme la production entre 12 et 12,5.  « Il ne faut pas se leurrer : les rendements à 14,5 hectolitres d’alcool par hectares de la dernière campagne étaient exceptionnels. Entre 12 et 12,5 hl /ha, on sécurise la production », estime Stéphane Roy, qui siège aussi au BNIC. « Ce modèle prend en compte à la fois la demande du négoce, les capacités de production du vignoble et l’impact des aléas climatiques comme le gel et la sécheresse, avec les pertes que ça implique. Il faut que le stock soit toujours légèrement supérieur à la demande pour répondre en cas de forte demande et/ou de mauvaise année ».

L’UGVC se laisse la possibilité de faire évoluer ce chiffre en fonction des retours du négoce et des aléas climatiques. Les trois prochaines années serviront donc de test pour adapter un prochain plan triennal, le temps de vérifier si les prévisions se confirment. « S’il y a une baisse de la demande, on regardera si les causes sont conjoncturelles, donc passagères, ou si elles sont structurelles, donc pérennes, auquel cas nous recalculerons le business plan », poursuit Alexandre Imbert.

Anticiper la demande en Extra Old

A ceux qui s’inquiètent qu’augmenter la quantité de cognac sur le marché risque de faire chuter les prix, selon le principe de la loi de l’offre et de la demande, l’UGVC a son analyse : « L’argument ne tient pas car la croissance de la demande en spiritueux est mondiale et dans tous les types de produits (whisky, brandy, rhum, etc.). Si les autres filières ont de quoi fournir et que nous sommes à la traîne, nous perdrons simplement des parts de marché. Le consommateur n’hésitera pas à se tourner vers d’autres alcools.»  Aujourd’hui, le négoce essaye en particulier d’anticiper la demande sur le XO dans dix ans. Si l’Extra Old reste encore un marché de niche face au VS et au VSOP, sa demande augmente doucement mais sûrement. 

Mais les pronostics rassurants de l’UGVC ne convainquent pas tous les viticulteurs. A l’inverse, certains craignent qu’en limitant la production lors d’une année plus faste, ils ne puissent pas assurer la partie de stockage en « climatique » (en cas d’aléas entrainant une baisse de production, type gel, grêle ou sécheresse, ndlr). Pour l’UGVC, il ne s'agit pas d'assurer en premier lieu la climatique, mais bien de répondre d’abord à la demande. « Ca ne veut pas dire qu’on abandonne la climatique », nuance Alexandre Imbert, qui assure que les pronostics à 12/ 12,5 hl/ha prennent en compte de quoi faire un peu de réserve climatique : « On essaye de faire en sorte de dimensionner les vignobles et la production pour que nous puissions tous abonder les marchés et permettre de se constituer un minimum de réserve, avec un rendement ne dépassant pas les 12,5, pour rester réaliste. Ca n’a pas de sens de bâtir un vignoble avec des rendements à 14 ».

Anticiper les crises

 A contrario, ceux qui ont subi durement la crise de 2008/2009 craignent les conséquences d’un « coup de frein », avec des surplus de stock à gérer (qui sont surtaxés s’ils dépassent un certain quota légal, ndlr). Certains rappellent que ceux qui avaient le moins produit ces années là s’en étaient mieux sortis que ceux dont les rendements avaient été élevés, obligeants ces derniers à brader leur récolte auprès d’autres viticulteurs de France et d’ailleurs, entraînant avec une chute générale des prix dont se souviennent encore avec amertume les autres fédérations viticoles. « Aujourd’hui, on est capable de voir arriver les crises et de les gérer », assure Alexandre Imbert, « le problème que l’on rencontre après chaque crise, c’est que les demandes repartent systématiquement à la hausse, très vite et très fort. La difficulté qui se pose consiste à pouvoir y répondre le plus vite possible ». Pour le directeur de l’UGVC, mieux vaut donc conserver cette ligne d’un rendement toujours légèrement supérieur à la demande, quitte à stocker au-delà des quotats de réserves climatiques certaines années. Ces réserves post-crise pourront toujours servir en cas d’aléas climatiques, qui seront forcément de plus en plus fréquent à l’avenir. Alexandre Imbert propose que le surcoût en matière de taxation des excédents annuels soit pris en charge à hauteur de 36% par le négoce, le reste étant de la poche du viticulteur. L'UGVC propose de mettre en place un fonds de mutualisation, sorte de pot commun sous forme d'adhésion à laquelle contribuerait aussi le négoce, qui permettrait d'aider financièrement les viticulteurs en cas de coups durs, mais aussi de les aider à investir pour se moderniser, renouveler leur vignoble ou investir dans la transition agroenvironnementale.

« On souhaite que les négociants s’investissent dans le développement du vignoble. Ce ne sera pas sans contrepartie : nous répondons à leur demande, on agrandit, mais il faut que les viticulteurs bénéficient des retombées économiques.». Selon l’UGVC, les grandes marques comme LVMH, Pernod Ricard et Rémy Cointreau seraient les premières prêtes à s’aligner.

« Rien n’est parfait, dans aucune filière. Mais il faut voir notre évolution depuis quinze ans. On récolte actuellement le fruit de tous les efforts qu’on a fait », dit Alexandre imbert, arguant qu’il serait dommage pour les viticulteurs de rater le prochain virage de la filière.

En chiffres

  • 95,9% du vignoble charentais est en AOC cognac, soit 76243 ha.
  • 4300 viticulteurs
  • 204 millions de bouteilles expédiées à travers le monde en 2018
  • 3,4 milliards d’euros de chiffre d’affaires.
  • 10 hl AP/ha, la moyenne de stockage en réserve climatique en 2019. En a doublé depuis 2008

 

Dans lignées des conseils de bassins viticoles

Les conseils de bassin viticole Bordeaux-Aquitaine et Charentes-Cognac se sont réunis, en même temps que les comités régionaux Aquitaine et Charentes-Cognac de l'INAO, le 18 octobre 2019,  en présence des représentants de la filière et des collectivités, de la préfète de Région et des deux présidents des instances consultatives régionales de l'INAO, Bernard Farges et Florent Morillon. Les sujets principaux abordés pendant cette réunion ont été la stratégie de la filière viticole face au changement climatique ainsi que la gestion du potentiel viticole 2020.Pour le bassin Charentes-Cognac, la croissance du vignoble serait limitée à 3398 hectares pour l’AOC Cognac, 1 hectare pour l’AOC Pineau des Charentes, 50 hectares pour l'IGP charentais et 50 hectares pour les VSIG. Après examen par les instances nationales de l’INAO et de FranceAgriMer, un arrêté interministériel fixant ces limites sera publié avant le 1er mars 2020 pour permettre aux viticulteurs de déposer leurs demandes individuelles de plantation entre le 15 mars et le 15 mai 2020.

Anne-Lise Durif
Par Anne-Lise Durif

Crédit Photo : Anne-Lise Durif

Inno'action et agricultureCet article fait partie du dossier

Voir les autres articles de ce dossier
Partager sur Facebook
Vu par vous
16413
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 28 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr
Illustration installation - transmission en maraîchage Agriculture | 23/10/2020

Transmission agricole : Safer, collectivités et chambre d'agriculture 64 alliées au plus proche du terrain

Une partie du coteau bordant les vignes de Pierre Tourré s'est effondrée suites à la pluie du 11 mai Agriculture | 21/10/2020

Les pluies du mois de mai mettent en danger des vignerons de Loupiac

La famille Massé, installée à Rouillac, fait partie des 150 exploitations certifiées par l’interprofession Agriculture | 15/10/2020

Charente : vers un cognac 100% durable en 2030

Roland de Lary, directeur du CRPF Agriculture | 05/10/2020

Filière bois : trois questions à Roland de Lary, directeur du Centre Régional de la Propriété Forestière

Danièle Marcon, présidente de la section tomate de l'AIFLG Agriculture | 04/10/2020

L'IGP, une urgence pour la survie pour la Tomate de Marmande

Marché de producteurs Agriculture | 02/10/2020

Les circuits courts au menu du 6ème Agrinovembre

Bernard Layre, Présidnt de la Chmabre d'agriculture des Pyrénées-Atlantiques et Eric Spitz Préfet du département Agriculture | 01/10/2020

Un nouveau tournant vers la transition environnementale pour l'agriculture des Pyrénées-Atlantiques

Le Palso est une association représentant les acteurs de la filère palmipède du grand Sud-Ouest Agriculture | 30/09/2020

Un vingtième anniversaire particulier pour l’IGP Foie Gras du Sud-Ouest

Pierre Courdurié en train de travailler le raisin en fermentation Agriculture | 25/09/2020

Vendanges : rencontre avec Pierre Courdurié, vigneron à Saint-Christophe-des-Bardes

Le périgourdin Didier Gouraud à la tête d'Interbev Nouvelle Aquitaine Agriculture | 20/09/2020

Le périgourdin, Didier Gouraud, à la tête de la filière viande en Nouvelle-Aquitaine

Safer Nouvelle-Aquitaine Agriculture | 17/09/2020

La Safer tire son bilan régional

Anthony Brun dans sonexploitation de Saint-Bonnet sur Gironde Agriculture | 17/09/2020

Vendanges : le terroir de cognac sauve les meubles

Anne Fichet au milieu de ses fleurs Agriculture | 11/09/2020

De la plante à l'hydrolat, l'agriculture dans le respect du vivant chez Anne Fichet à Saint-Savinien (17)

Quelques unes des génisses que Joël Sillac présentera lors du Concours national Bazadais 2020 à Vieux Boucau Agriculture | 08/09/2020

Retour en terres landaises pour le concours national Bazadais !

La maison de retraite pour poules pondeuses de Coussac-Bonneval va s’agrandir en 2021. Agriculture | 07/09/2020

La Safer a accompagné l’installation d’une maison de retraite pour poules en Haute-Vienne!