Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

19/06/18 : La Rochelle : Raphaël Glucksmann, Directeur du Nouveau magazine littéraire, sera au Musée maritime samedi 23 juin à 14h30 pour une rencontre avec le public sur le thème des relations entre océan et climat et les impacts du changement climatique.

18/06/18 : En raison de travaux de maintenance et d’entretien du pont d’Aquitaine, la rocade sera fermée entre les échangeurs 2 et 4, dans le sens extérieur, les nuits du 20 au 22 juin de 21h à 6h, et dans les 2 sens de circulation du 23 au 24 juin 22h à 18h

18/06/18 : Avec 28,1 M de touristes dont 24,7 M de touristes français accueillis et 175 M de nuitées dont 152 M par des voyageurs hexagonaux, la Nouvelle-Aquitaine est en tête des destinations les plus fréquentées des Français en 2017.

15/06/18 : Charente-Maritime : la reproduction de la frégate L'Hermione revient dimanche dans son port d'attache à Rochefort vers 7h du matin.

11/06/18 : La Ville de La Rochelle a reçu le 2e Prix dans la catégorie Participation citoyenne aux Prix européens de l'innovation urbaine Le Monde-Smart Cities décernés à Lyon le 17 mai 2018.

10/06/18 : Après sa 9e place qu’elle a obtenue samedi avec ses partenaires du K4 français, la kayakiste périgourdine Manon Hostens a décroché ce dimanche le titre de championne d’Europe de course en ligne sur 500 mètres associée à la Tourangelle Sarah Guyot.

Arte Flamenco 2018 - du 2 au 7 juillet - Mont de Marsan
- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 19/06/18 | Thalys : de nouvelles lignes au départ de Bordeaux

    Lire

    C'est la compagnie ferroviaire Thalys qui l'a annoncé directement ce mardi 19 juin : un aller-retour par semaine, sans arrêt, entre Bordeaux et Bruxelles tous les samedi sera proposé à partir du mois de juin 2019. Deux autres allers-retours quotidiens ont aussi été annoncés à des échéances plus courtes. À compter d'avril 2019, vous pourrez donc voyager en Thalys au départ de Bordeaux vers Amsterdam, Rotterdam, Anvers, Bruxelles, Roissy et Marne-la-Vallée. Enfin, Thalys a annoncer la révision de ses 26 rames à horizon 2022.

  • 19/06/18 | L'hôtel de ville de La Rochelle renaît de ses cendres

    Lire

    Cinq ans après l'incendie qui l'a ravagé, l'hôtel de ville retrouve ses couleurs. Sa toute nouvelle toiture, couverte d'une bâche, sera découverte devant le grand public de 13h à 17h, le jeudi 21 juin. Plusieurs animations musicales sont prévues durant l'opération, dont 70 coquelicots géants et chantants dès la place de la Caille. Une fois le toit de l’Hôtel de Ville et ses ardoises visibles, resteront les arceaux métalliques du chapiteau qui seront retirés jusqu’au 15 août.

  • 18/06/18 | Bordeaux, ville hôte de la RoboCup

    Lire

    On l'a appris ce lundi : Bordeaux est officiellement la vile hôte de la prochaine RoboCup, la coupe du monde des robots, en 2020. Cette compétition rassemblera 45 pays, 450 équipes et 3500 participants. Elle se déroulera du 23 au 29 juin 2020, et le comité international de la RoboCup a affirmé que Bordeaux avait été choisie pour plusieurs raisons : les deux victoires successives de l'équipe bordelaise de Football humanoïde en 2016 et 2017, mais aussi l'union organisée entre la communauté scientifique et les partenaires institutionnels qui ont porté la candidature.

  • 18/06/18 | Bordeaux : réussite pour les vingt ans de la Fête du Vin

    Lire

    Elle s'est terminée sous la pluie ce lundi matin par la parade des grands voiliers : la Fête du Vin 2018 a donné ses premiers chiffres de fréquentation. On y apprend que 61 100 pass dégustation ont été vendus, soit "une augmentation de 26%" par rapport à 2014 et 2016. 520 000 dégustations ont été enregistrées sur les stands (+25%) et 18 000 visiteurs se sont rendus sur le stand de l'École du Vin de Bordeaux. Enfin, le site internet de la manifestation a réuni 217 000 visiteurs depuis le début de l'année dont 138 000 en juin. En 2016, 517 000 curieux avaient participé à la précédente édition pour 57 000 pass dégustation vendus.

  • 18/06/18 | Virginie Calmels limogée de la vice-présidence de LR

    Lire

    On l'a appris ce dimanche soir : Laurent Wauquiez, président des Républicains, a limogé Virginie Calmels de son poste de vice-présidente déléguée au profit de l'ancien ministre Jean Leonetti. La première adjointe d'Alain Juppé à la mairie de Bordeaux reprochait depuis plusieurs semaines la ligne politique de Laurent Wauquiez. Ce lundi, le maire de Bordeaux, Alain Juppé, a déclaré ne "pas se sentir concerné par ces turbulences internes. C’est à elle de voir maintenant dans quel cadre elle continuera son action politique". Une manière plus que mesurée de rebattre les cartes...

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Agriculture | Pyrénées-Atlantiques: Convoitées et chères, ces terres qui se font désirer

05/04/2017 | La maîtrise du foncier a fourni le thème de la conférence départementale organisée par la SAFER au lycée agricole de Montardon

La SAFER s'est interrogée sur "les nouveaux chemins" pour arriver au foncier

Comment maintenir une activité agricole sur des territoires où le prix du foncier atteint parfois des proportions exhorbitantes ? Et comment faciliter dans ce contexte l’installation d’une nouvelle génération d’exploitants n’ayant pas hérité de terrains de leurs parents ? Bref, quel avenir assurer à ces « hors-cadres familiaux » dont le nombre ne cesse de s'accroître ? Le sujet a été abordé lundi lors de la Conférence départementale du foncier rural organisée par la Safer au lycée agricole de Montardon. Il n'a pas toujours été simple d'y répondre.

L’année dernière, plus de 5 000 hectares de terres ont été mises sur le marché foncier rural dans les Pyrénées-Atlantiques, pour une valeur totale de 345 millions d’euros. Sachant que la majorité des terres rurales vendues dans le département (58%) ont été acquises par des agriculteurs

La Safer a joué ici son rôle. Les 645 hectares qu’elle a acquis l’an passé ont, dans leur très grande majorité été revendus pour développer l’activité agricole et consolider des exploitations déjà existantes. Ils ont également servi à installer et à soutenir de jeunes agriculteurs. Un coup de main qui ne relève pas du détail dans un département où, contrairement à d’autres régions, de nombreux jeunes continuent chaque année à se lancer dans les métiers de la terre.

Comme le prévoient les missions de la Safer, une partie des surfaces acquises (30 hectares) a par ailleurs été mise au service des collectivités afin de contribuer au développement local. Enfin, un peu moins de 10 hectares ont été rétrocédés pour protéger les paysages et l’environnement.

Toute une activité à laquelle sont venus s’ajouter d’autres services. Tel celui qui a amené la SAFER à aider 160 propriétaires à mettre 1 278 hectares de terres à la disposition d’exploitants agricoles.

La menace des concentrations

A une époque où près de 40% des agriculteurs qui s’installent sont aujourd’hui des hors-cadres familiaux, l’accession au foncier et son financement relèvent toutefois du casse-tête. « De nouveaux chemins » sont à trouver dans ce domaine, estime la Safer. Celle-ci a lancé le débat à Montardon tout en rappelant, par le biais de témoignages vidéo, qu’il y a urgence à agir.

C'est ce que pense par exemple Jean-Marie Gilardeau, le secrétaire général de l’Association Nationale de Développement des Espaces Ruraux (ANDER) . Des dizaines de milliers d’hectares sont achetés aujourd’hui en Europe par des investisseurs et autres fonds de pension, souligne-t-il. Terres qui sont exploités par des agriculteurs ramenés au rôle de salariés ou de prestataires de service.

Certes, les Pyrénées-Atlantiques où les fermes familiales sont nombreuses et l’attachement à la propriété très enraciné, ne ressemblent pas à la Roumanie ou à d'autres pays . Cela étant, le phénomène de concentration touche aussi la France. Même si le statut du fermage y joue un rôle protecteur vis-à-vis du bailleur.

« En 1990, on dénombrait 8 millions d’exploitations agricoles dans notre pays. En 2010, elles n’étaient plus que 5 millions, avec 20% des exploitations les plus grandes qui travaillaient 63% des terres » rappelle un autre témoignage de Robert Levesque, directeur de Terres d’Europe.

La boite à outils suffit-elle ?

Conventions de mise à disposition, portages fonciers, aides à la trésorerie, prise en charge de frais notariés et l’on en passe… Une « boite à outils » que la Safer et divers autres partenaires peuvent utiliser existe déjà pour aider à l’installation et à la transmission d’entreprise. Cela suffit-il ? Il importe également de jouer groupé a rappelé le débat organisé à Montardon.

Celui-ci réunissait notamment Roland Podenas, le directeur de la cave coopérative de Crouseilles ; Philippe Thibault, responsable des financements agricoles au Crédit Agricole,  ainsi que Michel Etchebest, maire de Mauléon et vice-président de la Communauté de communes du Pays Basque. Un élu pour lequel « l’agriculture est consubstantielle de la vie d’un territoire ». Mais qui estime aussi que la vie de ce même territoire doit être portée par tous ses acteurs " et pas seulement par le monde agricole ».

Le ton est déterminé. Cela n'empêche pas le chemin d'être caillouteux. Car les obstacles ne manquent pas. « Au Pays Basque, la transmission de la terre est un vrai frein à l’installation des hors-cadres. Même quand la tradition agricole disparait, la terre est gardée comme un patrimoine ». L’envolée des prix qui atteignent parfois des montants ahurissants, et la spéculation faite sur l’avenir des surfaces agricoles que certains espèrent voir un jour s’urbaniser, constituent un autre écueil de taille.

L’intérêt de jouer groupé

Raison de plus pour se mobiliser, définir une ligne de conduite et chercher des solutions innovantes estime Michel Etchebest. Avant de rappeler au passage les atouts que les signes de qualité, nombreux dans les Pyrénées-Atlantiques, constituent pour l’agriculture départementale.

Lundi, cette richesse a également été évoquée par Joël Aubert, rédacteur en chef du site Internet Aqui.fr. Invité à participer à la rencontre, celui-ci a estimé que les investisseurs doivent « arriver avec des logiques de développement économique " des pays et secteurs dans lesquelles ils s'installent.

«Ensemble, imaginons comment occuper demain le territoire avec des agriculteurs, debouts et dignes de ce nom » a renchéri Françis Massé, le président de la Safer Aquitaine Atlantique, chaud partisan des partenariats noués entre organisations économiques, professionnelles et collectivités. Le geste valant mieux que la parole, une convention de portage foncier bénéficiant à des jeunes vignerons a été signée dans les minutes qui ont suivi entre son organisme et la cave coopérative de Crouseilles.

Jean-Jacques Nicomette
Par Jean-Jacques Nicomette

Crédit Photo : Aqui

Inno'action et agricultureCet article fait partie du dossier

Voir les autres articles de ce dossier
Partager sur Facebook
Vu par vous
90123
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 21 + 12 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr