17/10/17 : Malgré la protestation d’élus et des syndicats, la Direction générale des Finances publiques a entériné la fermeture de la trésorerie de Mussidan (24). D’autres pourraient vivre le même sort comme à Belvès, Saussignac, Thiviers et Brantôme.

15/10/17 : A TF1 Emmanuel Macron après le drame de Marseille a annoncé une nouvelle loi en matière de droit d'asile et d'immigration et la négociation en cours "d'accords bilatéraux avec les pays africains" pour rendre effectives les reconduites à la frontière.

13/10/17 : Les offices HLM de Charente-Maritime organisent une manifestation mardi à 14h devant la prefecture de La Rochelle pour protester contre la baisse des aides au logement pour les bailleurs sociaux.

11/10/17 : Le collectif national « Vive l'APL » qui regroupe 60 organisations associatives, syndicales, de consommateurs et bailleurs sociaux, appelle à la mobilisation samedi «pour défendre le droit au logement social». A Bordeaux, ce sera à Pey Berland à 14h

03/10/17 : L'organisation du Grand Pavois a enregistré quelque 80 000 visiteurs pour cette 45 e édition, identique à l'an dernier, et de nombreuses ventes d'unités. La prochaine édition se tiendra du 26 septembre au 1er octobre 2018.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 17/10/17 | Dominique Bussereau fait du lobbying pour le Tour de France

    Lire

    Alors qu'il assistera à la présentation du parcours du Tour de France ce mardi, le président de la Charente-Maritime compte bien "faire une petite piqûre de rappel" au patron du Tour de France Christian Prudhomme sur la volonté du Département d'accueillir le Tour de France "dans les prochaines années". Dominique Bussereau a notamment en tête un passage du Tour par les îles de Ré et d'Oléron. Une manne touristique et financière non négligeable, et une belle vitrine pour le territoire.

  • 15/10/17 | Les ours des Pyrénées donnent de leurs nouvelles

    Lire

    L'association Pays de l'ours- ADET se réjouit de "deux bonnes nouvelles" sur le massif pyrénéen. Tout d'abord la réapparition de Cannellito, le fils de l'ourse Cannelle tuée en 2004 par un chasseur béarnais. Alors que le plantigrade avait disparu depuis plusieurs mois, sa trace a été détectée grâce à la génétique en Bigorre et à Luchon. Par ailleurs, une quatrième portée comprenant deux oursons a été repérée sur le massif. "Ce qui porte à 7 le nombre minimum d'oursons cette année".

  • 13/10/17 | A 63: travaux de maintenance en Gironde

    Lire

    En raison de travaux de maintenance de la signalisation sur l'A63, les mesures suivantes vont être mises en œuvre : fermeture de la bretelle d’accès des aires de Lugos Est et Ouest du dimanche 15 à 22h au lundi 16 octobre 17h,la fermeture des bretelles d’accès et de sorties de l’échangeur 21 (Salles), le lundi 16 de 8h à 17h, la fermeture de la bretelle d’accès et de sortie de l’échangeur 20 (Belin-Béliet), le mardi 17 de 8h à 17h. Déviations locales prévues pour les usagers souhaitant rejoindre Salles ou Belin-Béliet depuis l'A 63 ou une entrée d'autoroute depuis Salles ou Belin-Béliet.

  • 12/10/17 | Le maire de Captieux démissionne

    Lire

    Denis Berland, maire de Captieux depuis 2015 suite à l’élection de Jean-Luc Gleyze à la présidence du Conseil Départemental de la Gironde, a présenté par courrier au préfet de la Gironde sa démission. Celui qui a été premier adjoint jusqu’en 2015 n’a pas encore indiqué les raisons de son départ.

  • 11/10/17 | Une Landaise élue Miss Aquitaine

    Lire

    C'est au Théâtre Quintaou d'Anglet ce week-end qu'a été décernée l'écharpe 2017 de Miss Aquitaine en vue de succéder à la Lot-et-Garonnaise Axelle Bonnemaison. Le jury -avec l'aide du public- a désigné la Landaise Cassandra Jullia, 18 ans, du Comité Béarn-Landes ,domiciliée à Orthevielle. Étudiante en BTS esthétique, option management à Mont-de-Marsan. Elle qui représentera l'Aquitaine au concours Miss France de décembre. Pour la petite histoire, le Poitou-Charentes a son propre comité de miss régional.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Agriculture | Coopération agricole: 2. L'engagement coopératif... de passion et de conviction

23/11/2014 | "Un homme, une voix", un principe cher au monde coopératif, bien connu et pratiqué par les adhérents des coopératives agricoles. Exemple avec Pierre Lafargue, coopérateur élu à Maïsadour

Pierre Lafargue éleveur installé à Doazit dans les Landes, nous explique les motivations de son engagement dans le groupe coopératif Maïsadour

Installé à Doazit depuis 1986, sur l'exploitation familiale qu'il a depuis développée, Pierre Lafargue travaille aujourd'hui sur une quarantaine d'hectares où il élève chaque année 20 000 canards à gaver, 8 800 poulets Sud-Ouest, et enfin des volailles festives sous signe de qualité Liberté parmi lesquelles 2 500 dindes de noël et 4 000 chapons de pintades. Un travail d'éleveur qu'il exerce en tant que coopérateur au sein de Maïsadour. Un choix guidé par une conviction forte que «l'union fait la force». Un conviction qu'il vit de manière engagée puisqu'il est élu au sein du comité de section «Palmipèdes» de la Coopérative, une des cellules de base de l'organisation démocratique de la coopérative agricole.

Avant d'être agriculteur, Pierre Lafargue était passionné de foot, et pas seulement devant son poste de télé. Longtemps sur le terrain, il est aujourd'hui en plus de son métier, éducateur sportif dans le club de foot local. Egalement amateur de musique, c'est dans une banda qu'il exerçait son talent. Quant aux intérêts de sa profession, il croit en l'action syndicale. Bref, l'homme, en plus d'être passionné par son métier, a l'esprit d'équipe et de conviction. Deux valeurs fortes qui expliquent, sans doute, son engagement coopératif; non seulement en tant qu'adhérent, mais aussi en tant qu'élu au sein du groupe Coopératif Maïsadour.

"Coopérateur à 100%"«Les coopératives sont nées du rassemblement des producteurs pour être forts face à la demande. C'était s'unir pour mieux vivre». Un crédo qu'il aime à rappeler et dans lequel il se reconnaît totalement. Et pour cause, il est coopérateur à «100% de sa production», parce que oui, il insiste, «on est plus fort à plusieurs, et ça permet d'assurer une sécurité des débouchés». S'il est un coopérateur convaincu, tout aussi convaincu d'ailleurs que la concurrence avec des indépendants est nécessaire, il y a tout de même, une pointe de regret dans son discours: «l'absence de lien direct avec le consommateur». «J'aurais aimé m'intéresser à la partie commerciale, maîtriser la chaîne de la production d'un bout à l'autre. En tant qu'adhérent à une coopérative, on ne maîtrise pas tout».
Mais le principe de réalité le rattrape vite: «non seulement produire demande du temps, mais il faut aussi gérer l'exploitation avec des contraintes administratives de plus en plus pesantes. Si je veux garder du temps pour ma famille, je n'aurais de toute façon pas le temps d'assurer la commercialisation, c'est un deuxième métier.»

"Agir plutôt que subir"Pour autant, s'il « ne maîtrise pas tout » de sa production, «tout coopérateur a droit à une voix au sein de la coopérative». Et pour lui, qui n'a «pas peur de dire ce qu'il pense», qui préfère «agir plutôt que subir et tenter de résoudre les problèmes plutôt que se borner à les constater», il n'a pu faire autrement que saisir l'opportunité démocratique qu'offre la coopérative : il s'est présenté et a été élu il y a environ 10 ans à la commission Palmipèdes du groupe coopératif. Une commission de section, parmi d'autres, puisqu'il existe une commission pour chaque métier exercé au sein du groupe.
Au total, «un véritable maillage de sections», qui sont en quelque sorte, les cellules démocratiques de base de la coopérative. 128 délégués sont ainsi élus par l'ensemble des 8000 agriculteurs adhérents.
«Dans ces sections qui se réunissent tous les 2 ou 3 mois, sont présents à la fois les coopérateurs élus et des salariés, dont le directeur du secteur, qui présentent les résultats et projets sur l'activité», explique Pierre Lafargue. La coopérative, il le reconnaît volontiers, c'est quand même aussi «un équilibre à trouver entre les agriculteurs et les salariés». Non pas que les uns et les autres soient dans l'opposition, il s'agit bien davantage ici de compréhension mutuelle, pour parvenir à des objectifs partagés.

"Un espace de dialogue et de partage"De ce point de vue, son rôle d'élu, Pierre Lafargue l'envisage comme «un engagement à défendre le métier», sa réalité de terrain, et parfois à émettre «des revendications», pour selon lui, «garder malgré le fort développement du groupe, une agriculture à taille humaine».
Des revendications exprimées en comité de section ou assemblée générale, qui touchent autant à la question des marges des producteurs, le système d'indexation mis en place par la coopérative, la relation de la coopérative avec la grande distribution, les projets de développement des productions de la coopérative, où encore l'occasion de s'intéresser de plus près à ces fameuses attentes du consommateurs... Autant dire des sujets qui peuvent faire dissension dans les échanges. Mais, pour l'élu coopérateur, «la coopérative est un véritable espace de dialogue; on peut toujours discuter, même si on n'est pas d'accord».
De son point de vue, «c'est évident», la dimension démocratique de la coopération, des commissions de section à la Présidence du groupe, en passant par le Conseil d'administration ou le Bureau, est bel et bien une réalité. «Maïsadour, est un groupe qui arrive encore à rester proche de ses adhérents. Même s'il a énormément grossi, on veille à écouter la parole du terrain». Mais, au delà de ça, la coopérative «c'est un lieux de partage» qui peut aussi bien souvent permettre «d'éviter l'isolement de certains agriculteurs». Une proximité, une solidarité et des valeurs humaines, « rugbystiques » dit l'homme du sud ouest, qui pour lui et son quotidien professionnel, ne sont pas que de jolis mots sur des brochures.

Lire aussi : Coopération agricole: 1. Voyages en Aquitaine

A suivre: 3. Installation/diversification/modernisation: la coopérative, une alliée sur la durée

Solène Méric
Par Solène Méric

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
6850
Aimé par vous
1 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 19 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr
FRAB, Chambre agriculture et Interbio main dans la main pour le Mois de la Bio Agriculture | 17/10/2017

La bio à l’honneur en Lot-et-Garonne

Jean-Paul Musset et son fils Julien, qui vient d'acquérir l'exploitation laitière Agriculture | 16/10/2017

Foncier : la restructuration réussie d'une exploitation laitière à Coutras

Vendange en Aquitaine Agriculture | 16/10/2017

CIVB: La petite récolte 2017 obligera à puiser dans les stocks

Le taureau Fanfaron (à droite), un des bovins de la Race Parthenaise présentée au Salon de l'Agriculture 2016 Agriculture | 16/10/2017

Aqui! TV7 : La Parthenaise, nouvel atout charme de l'élevage bovin régional

Le Maraîchage bio est en plein essor en particulier en ceinture bordelaise Agriculture | 12/10/2017

Opération séduction pour la filière bio en novembre

Bertrand Harispuru, éleveur ovin et bovin au pays basque à la retraite Agriculture | 10/10/2017

L'évaluation foncière : l'autre porte d'entrée vers une vente Safer

La chambre d'agriculture des Pyrénées-Atlantiques donne rendez-vous aux éleveurs ovins le 13 octobre pour ses 13èmes Assises Ovines. Au programme la question de la main d'oeuvre Agriculture | 10/10/2017

Assises Ovines - 3 questions à Patrick Etchegaray, responsable de la commission ovine à la Chambre d'Agriculture des Pyrénées-Atlantiques

ManifCastelnau Agriculture | 07/10/2017

Filière avicole dans le rouge : les Landais unis pour faire payer l'Etat

Marie-Hélène Cazaubon, éleveuse gaveuse à Monsoué, présidente de la Commission Agricultrices - FDSEA 40 Agriculture | 05/10/2017

Crise aviaire et canards gras, reportage à Montsoué

Serge Bousquet Cassagne président de la Chambre d'agriculture47 (à droite) Agriculture | 04/10/2017

« Si quelqu’un a besoin de terres pour s’installer... » Serge Bousquet-Cassagne, président de la Chambre d’agriculture de Lot-et-Garonne

Euralis : du maïs semences pour toute l'Europe Agriculture | 03/10/2017

Euralis : des semences de maïs pour toute l’Europe

Visuel du projet du bâtiment Agrocampus Agriculture | 26/09/2017

Technopôle Agrolandes: du numérique à la biosécurité avicole

Maël Gallard et Laura Baillard avec Eirelles, jeune jument de 3 ans Agriculture | 25/09/2017

Pour Laura Baillard et Maël Gallard, leur projet agricole est en bonne voie

Pin Agriculture | 22/09/2017

100e AG des Sylviculteurs du Sud-Ouest : les parasites, « danger numéro un » de la forêt

Dominique Graciet, Président de la Chambre régionale d'Agriculture de Nouvelle-Aquitaine Agriculture | 20/09/2017

Dominique Graciet, Président de la Chambre d'agriculture de Nouvelle-Aquitaine : "L'Etat ne tient pas ses engagements"