aqui.fr lance Aqui-Bordeaux-Métropole le 9 novembre 2015

29/05/16 : En battant Colomiers, 28-16, l'Aviron Bayonnais obtient dans son stade fétiche son billet pour la finale de Pro D2 qu'il disputera samedi prochain à Toulouse face à Aurillac, grâce à la botte de Bustos Moyano qui a marqué 23 points à lui seul.

27/05/16 : Alerte rouge pour le Biarritz Olympique: quand son voisin l'Aviron joue pour la montée, la DNACG, chargée du contrôle de gestion des clubs a décidé de rétrograder Narbonne, Bourgoin et Biarritz en Fédérale. Le club ferait appel face à ce coup fatal.

26/05/16 : Ce matin, prologue à la manifestation de protestation contre la loi El Khomri, une centaine de militants de la CGT ont bloqué le port de Bayonne avant de rejoindre la manifestation pour asphyxier le rond point Saint- Léon, axe stratégique de la ville

24/05/16 : Concerts, spectacles de danse, bal sévillan et toro de fuego figurent, entre autres animations, au programme du festival Flamenco y feria qui se déroulera à Pau du vendredi 24 au dimanche 26 juin+ d'info

21/05/16 : Avec la commune d'Amorots, canton Pays de Bidache, le cap des 100 (sur 158) favorables à l'établissement public de coopération intercommunale unique du Pays basque, EPCI,(contre 33), a été franchi.Le préfet Durand peut en préparer l'arrêté le 31 mai.

17/05/16 : Après, s'être installé à l'hôtel Regina de Biarritz,les dix-sept joueurs en stage de l'équipe de Didier Deschamps sont allés s'oxygéner à Anglet, sa ville voisine, dans la foret de Chiberta où ils ont effectué une virée de une heure à VTT.

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 26/05/16 | Chômage ALPC: + 0,4% en avril , France:-0,6%

    Lire

    En Aquitaine Limousin Poitou-Charentes, le nombre de demandeurs d'emploi de catégorie A s'établit à 301 961: +0,4 %/mars (+1 329 ) (- 0,4 % sur 3 mois et + 0,1 % sur un an). France métropolitaine:- 0,6 %/mars - 1,2 % sur trois mois et de 0,6 % sur un an. En Aquitaine Limousin Poitou-Charentes, en avril 2016, le nombre de demandeurs d'emploi en catégorie A augmente de 0,4 % pour les moins de 25 ans (–0,2 % sur 3 mois et –6,7 % sur un an), de 0,5 % pour ceux âgés de 25 à 49 ans (–0,6 % sur 3 mois et –0,3 % sur un an) et de 0,3 % pour ceux âgés de 50 ans ou plus (–0,1 % sur 3 mois et +5,8 % sur un an).

  • 25/05/16 | Le Ceser de la Région ALPC : oui mais au budget

    Lire

    Le CESER d'ALPC tout en approuvant le projet de budget considère comme essentiel que le Conseil régional conserve son rôle d’animateur du développement économique et social sur son territoire, en maintenant son action auprès du secteur associatif dans les domaines culturels et sportifs. Par ailleurs, "le CESER attire l’attention sur l’annonce par la Région d’une baisse structurelle des dépenses de fonctionnement. Cette stratégie aura des conséquences sur les politiques économiques, sociales et environnementales alors que les dépenses d’intervention sont souvent créatrices de richesse et d’emploi."

  • 25/05/16 | Un prix pour développer la langue occitane

    Lire

    L'Office Public de la Langue Occitane lance le Prix Jan Moreu sur l’innovation linguistique. Celui-ci récompense un projet exemplaire et innovant en termes d'actions, de produits ou services sur le thème de la transmission ou de l’utilisation de la langue occitane (événementiel, produit numérique, action de sollicitation ou sensibilisation de la population, outil pédagogique etc.)La candidature est ouverte aux personnes morales ou physiques majeures. Ce prix est doté d'une récompense pouvant aller jusqu'à 5 000 €. Renseignements sur ofici.occitan@gmail.com

  • 25/05/16 | Le moustique tigre surveillé dans les Pyrénées-Atlantiques

    Lire

    Une surveillance du moustique tigre a été mise en place jusqu'au 30 novembre dans les Pyrénées-Atlantiques qui sont classées au niveau 1 du plan national anti-dissémination des virus du chikungunya, de la dengue et du Zika. Ce niveau signifie que le moustique Aedes albopictus est implanté et actif dans le département. Le plan d'action mis en place par les pouvoirs publics comprend une veille citoyenne permettant à chacun de signaler la présence de ce moustique sur www.signalement-moustique.fr , ainsi qu'une surveillance entomologique et épidémiologique.

  • 25/05/16 | Feu vert pour la LGV Bordeaux-Toulouse-Dax

    Lire

    La section travaux publics du Conseil d'État a donné ce mercredi son feu vert pour le projet de LGV entre Bordeaux, Toulouse et Dax. Le Secrétaire d'État aux Transports, Alain Vidalies, a assuré que le projet allait être déclaré d'utilité publique avant le 8 juin prochain. Plusieurs études seront nécessaires avant que le chantier, qui est pour l'instant estimé à plus de 9 milliards d'euros (360 kilomètres de ligne nouvelle), ne démarre officiellement, pas avant 2020.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Elections régionales 2015 Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Agriculture | Coopération viticole: fusion dans l'Entre-deux-Mers

24/02/2016 | Ce jeudi 25 février, les Caves de Rauzan et de Nérigean, signeront l'accord portant fusion des deux caves coopératives jusque-là voisines.

De g à d: Roland Fossat, président de la cave de Nérigean, sa directrice, Géralde Reynaud, Denis Baro, Président des Caves de Rauzan et son directeur Philippe Hébrard

La cérémonie des signatures organisée ce jeudi à Rauzan, est en réalité avant tout symbolique puisque, votée par les viticulteurs adhérents des deux caves coopératives le 26 janvier dernier, avec près de 90 % des voix, la fusion est non seulement déjà validée et actée mais aussi rétroactive au 1er septembre dernier. « Une fusion est un moment important dans la vie d'une cave », comme l'a signalé Denis Baro, Président des Caves de Rauzan. Un moment qui valait bien une conférence de presse de présentation de cette opération et des enjeux désormais portés par la « nouvelle » cave qui aurait pu s'appeler Rozan-Grangeneuve-Nérigean, mais plus efficacement baptisée « Les Caves de Rauzan ». Une présentation faite aux journalistes par Philippe Hébrard, directeur des caves de Rauzan, son Président, ainsi que Roland Fossat, président de la cave de Nérigean, et sa directrice, Géralde Reynaud.

Même si la cave de Nérigean était bien plus petite que sa grande voisine de Rauzan, qui fait partie des poids lourds coopératifs viticoles girondins en général et en appellation Bordeaux en particulier, ce n'est pas pour un quelconque urgence de restructuration que la fusion s'est faite. Son président Roland Fossat insiste, sous le regard approbateur de Denis Baro, « la cave de Nérigean était performante, en situation économique saine et même en croissance puisque sur les 10 dernières années, elle a vu ses surfaces augmenter ». Mais avec un point de fragilité tout de même « plus de 50% de sa production partait pour un seul et unique client. Le risque aurait était gros, s'il nous laissait tomber». La fusion relève donc davantage « d'une stratégie globale d'entreprise » que d'une contrainte économique ou financière, complète Denis Baro, qui voit aussi le signe « d'une structuration du paysage viticole bordelais ». D'ailleurs, « aucune restructuration ou fermeture n'est envisagée, confirme le Directeur des Caves de Rauzan, on conserve l'ensemble des emplois permanents, le site de vinification, et la boutique ».

Une série d'additions à sommes positivesUne fusion donc comme une série d'additions, à sommes positives. Pour Les Caves de Rauzan fusionnées ce sont donc: 400 viticulteurs adhérents (330 pour Rauzan + 70 pour Nérigean), 3510 ha (2 900 + 613), 45 emplois permanents (soit un peu plus de 55 ETP, si on ajoute les saisonniers), 3 sites de vinification (2 pour les caves de Rauzan – Grangeneuve, issue d'une précédente fusion en 2008 + 1 pour la cave de Nérigean) et un potentiel de production maximum ( dans les meilleures années) de 190 000 hectolitres de vin.
Pour Philippe Hébrard, un des premiers avantages de la fusion, et notamment pour les viticulteurs adhérents, est évident : « qui dit plus de surfaces, dit plus de potentiel volumique, donc un meilleur amortissement des charges, donc une meilleure rémunération pour nos adhérents... et donc plus d'attractivité pour la cave coopérative, et donc, de nouveaux, potentiellement plus de surfaces, etc... » Un cercle vertueux déjà testé et validé par la Cave à partir de 2008, date d'une première fusion entre la cave de Rauzan et celle de Grangeneuve. « Depuis cette fusion, nous avons gagné 350 ha supplémentaires, et donc le volume qui correspond. Notre chiffre d'affaires augmente régulièrement (25% en 5 ans), et la rémunération de la vendange a progressé en moyenne de 7% par an sur les 5 dernières années. Bien sûr, tempère-t-il, tout n'est pas lié aux charges, le marché a aussi eu son effet... mais c'est un tout. »

365.000€ d'investissement sur 3 ans L'autre avantage stratégique de cette fusion selon le directeur, est aussi commercial, car « plus nous avons de volumes à vendre, plus nous avons un poids commercial qui favorise la valorisation de nos produits. Le rapport de force est différent avec les négociants, d'autant que nous n'avons pas de client spot, le plus important représente 10% de nos volumes. Si nous ne trouvons pas d'accord sur les prix, nous pouvons tout à fait nous passer d'eux, et ils le savent ». Un atout commercial important, d'autant que le vrac, représente 83% de la commercialisation de la Cave.
A cela s'ajoute une création de valeur ajoutée grâce à la possibilité de la cave de produire un « profil produit » répondant aux demandes du marché. En effet, grâce à un investissement technique d'analyse, « nous pouvons identifier des profils produits au niveau des parcelles permettant d'identifier une quinzaine de potentiels aromatiques, que l'on peut ainsi classer et accorder les uns aux autres pour répondre au mieux, aux demandes des clients. » Des investissements dont vont désormais pouvoir bénéficier les viticulteurs de la cave de Nérigean. Un investissement de 365 000€ sur 3 ans a d'ores et déjà été voté par le nouveau bureau « fusionné » des Caves de Rauzan. Autre apport de la cave basée à Rauzan: une performance en terme de responsabilité sociétale de l'entreprise élevée (certifiée AFAQ 26 000) qui va également être mise en oeuvre sur Nérigean.

Le Noble une nouvelle marque pour les Caves de RauzanDes avantages qui sont bien réciproques puisque du côté de la Cave de Rauzan-Grangeneuve, outre l'espace géographique désormais important couvert par la structure, à savoir tout l'Entre-deux-Mers, à l'exception d'une zone limitrophe du Lot-et-Garonne, la coopérative voit s'ajouter une nouvelle marque « à son catalogue » : Le Noble. Une marque dont le Directeur des Caves de Rauzan envisage déjà l'exploitation dans les magasins de la Cave ainsi qu'une valorisation de toute la gamme à l'export, espérant passé d'une production de 30 000 à 150 voire 200 000 bouteilles.
Enfin dernière conséquence induite par cette fusion : une implication plus forte des Caves de Rauzan au sein de Terre de vignerons, une union de production et de commercialisation qui regroupe une quinzaine de caves coopératives viticoles. En effet, les deux caves désormais fusionnées y avaient toutes deux des parts. Là encore, une addition à somme plus que positive qui permet aux Caves de Rauzan, d'en devenir le plus gros actionnaires... et ainsi avoir une plus forte capacité à impulser une démarche de valorisation pour une structure qui « jusque-là visait davantage la quantité que la valeur », estime le dynamique Phillippe Hébrard, bien décidé là aussi, à changer les choses.

Solène Méric
Par Solène Méric

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
4679
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
1 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Gloron | 25/02/2016

La fusion des caves ne peut-être que profitable pour contré la concurence d'autres pays producteurs de vins, de gros volumes permettent d'avoir plus de poids dans la vente. Mr Gloron http://www.tractoriste.com

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 32 + 11 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires