Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

03/07/20 : Le 1er juillet, la préfecture de la Dordogne a publié un "arrêté portant prescriptions au Département relatives aux travaux de démolition des éléments construits dans le cadre du projet de contournement du bourg de Beynac-et-Cazenac.

03/07/20 : Suite à la démission d'Edouard Philippe, c'est Jean Castex, haut-fonctionnaire coordonnateur de la stratégie nationale de déconfinement, qui a été nommé Premier Ministre. Charge à lui de former un nouveau Gouvernement.

03/07/20 : Deux-Sèvres : les 12 Marchés des Producteurs de Pays auront bien lieu cet été. Les communes s'organisent pour accueillir au mieux les producteurs et consommateurs. Pensez à apporter vos couverts, gobelets et serviettes non jetables!

03/07/20 : Édouard Philippe a remis la démission de son gouvernement ce vendredi 3 juillet. Démission acceptée par l'Elysée.

30/06/20 : La Rochelle : Les inscriptions à L'université sont ouvertes du jeudi 2 au vendredi 17 juillet jusqu’à midi pour les néobacheliers et les étudiants admis en Master 1ère année. Dernière chance entre le 25 août et le 11 septembre jusqu’à 23h.

29/06/20 : La préfecture des Pyrénées-Atlantiques livre ce lundi le taux de participation définitif aux élections municipales et communautaires du 28 juin 2020. Dans le département, il est de 49,48 % contre 66,85 % en 2014.

29/06/20 : Beynac : C'est ce lundi, que le conseil d'état rendra une décision capitale dans l'épineux dossier de la déviation de Beynac en Dordogne. Le conseil d'état pourrait ordonner l'arrêt du projet porté par le Département et la remise en état du site.

29/06/20 : A Saintes (17), l'ancien adjoint au maire Bruno Drapon est devenu maire à la place du maire sortant Jean-Philippe Machon, avec 31,76% des voix. Bruno Drapon s'impose avec environ 230 voix d’avance face à Pierre Dietz.

29/06/20 : A Royan (17), le maire sortant (LR) Patrick Marengo conserve son fauteuil de maire avec 52,21% des voix face au marcheur Thomas Lafarie avec 21,63 %.Le taux de participation, 35,74 %, est sensiblement le même que celui du premier tour (35,25%).

29/06/20 : A Rochefort (17), le maire sortant Hervé Blanché a retrouvé son fauteuil avec 3494 voix (58,86%) contre 2442 pour Rémi Letrou (41,14%). Le taux de participation est de 35,08%.

29/06/20 : Le maire de Bayonne Jean-René Etchegaray (Bayonne toujours un temps d'avance) proche de la majorité présidentielle, a été réélu avec 51,23% face à la liste de gauche commune Bayonne-Ville ouverte et Demain Bayonne Bihar Baiona, avec 46,19%

28/06/20 : À Pessac, le maire sortant Franck Raynal est réélu de justesse avec 50,57% face au candidat tose et vert Sébastien Saint-Pasteur et son alliance avec Laure Curvale (49,63%).

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 03/07/20 | Rochefort : la réouverture du pont transbordeur remise aux calendes grecques

    Lire

    Initialement prévue le 4 juillet, la réouverture du pont transbordeur n'aura pas lieu. Complexes, les opérations de réglage du Transbordeur et de sa nacelle constituent un défi technique nécessitant de procéder par étapes. La période de confinement et le retard des travaux n'ont pas permis de mener à bien l’ensemble des mises au point nécessaires au bon fonctionnement du dispositif. Le gestionnaire du pont, l'agglo de Rochefort, se dit dans l'impossibilité de fixer une nouvelle date pour le moment.

  • 03/07/20 | Nouvelle-Aquitaine : des chèques vacances pour les plus modestes

    Lire

    Trois millions d'euros, c'est la somme annoncée par la région Nouvelle-Aquitaine pour contribuer aux chèques vacances "solidarité tourisme" (sur sept millions au total) qui seront distribués à 30 000 foyers, soit environ 100 000 personnes. Le plafond par ménage oscillera entre 100 et 400 euros, pour des bons d'une valeur de 50 à 100 euros à destination prioritaire des ménages modestes (en fonction du quotient familial). Cinq nouveaux départements rejoignent le dispositif : les Landes, le Lot-et-Garonne, la Creuse, la Dordogne et la Haute-Vienne.

  • 03/07/20 | Poitiers parmi les grandes villes où il fait bon étudier

    Lire

    Poitiers de nouveau récompensée pour sa qualité de vie lorsqu'on est étudiant. D'après le site Internet étudiant.figaro.fr, elle se classe 2e grande ville étudiante derrière Angers. Pour établir ce classement, le site s'est basé sur des critères tels que la démographie, l'offre de formation, la vie étudiante, le logement, le cadre de vie... Poitiers recense 27 000 étudiants, dont 4 000 étrangers. En janvier, L'Étudiant la consacrait à la 1replace "des grandes villes où il fait bon étudier."

  • 03/07/20 | Limoges : un questionnaire pour repenser l'aquarium

    Lire

    La Ville de Limoges et l'Association Aquarium du Limousin souhaitent recueillir les attentes du public quant à l'évolution prochaine de l'aquarium de Limoges. C'est avec un questionnaire en ligne à retrouver sur le site de la Ville. Il est à remplir du 1er juillet au 10 septembre prochain et les questions interrogeront notamment la nécessité d'agrandissement de l'aquarium.

  • 02/07/20 | À Pessac, le cinéma latino-américain fait sa clôture

    Lire

    La 37ème édition des Rencontres du cinéma latino-américain, a bien eu lieu virtuellement du 6 mai au 17 juin. De retour en physique suite à la réouverture des cinémas le 22 juin, l'évènement organise sa clôture au travers de deux soirées de projection. La première se tiendra le vendredi 3 juillet à 20h et permettra au public de voir, pour la première fois hors de son pays d'origine, le film brésilien Pureza qui évoque l'esclavage contemporain en Amazonie. La seconde soirée présentera un film argentin, "La Vuelta de San Peron", et aura lieu le 10 juillet.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Agriculture | Covid-19 : Les Chambres d’agriculture aux côtés des agriculteurs

23/03/2020 | Malgré leur fermeture, les Chambres d’agriculture tentent d’accompagner au mieux les agriculteurs…

Covid-19 : Les Chambres d’agriculture aux côtés des agriculteurs

Comme un grand nombre de secteurs d’activités, le monde agricole redoute un impact économique du Covid-19. Du reste, l'agriculture commence à ressentir les effets de la pandémie. Malgré leur fermeture, les douze Chambres d’agriculture du territoire néo-aquitain tentent d’accompagner au mieux les agriculteurs au quotidien. Pour cela, elles communiquent à tour de bras sur leur site internet, sur les réseaux sociaux ou par voie de communiqué de presse. La Coordination rurale, elle, de son côté a décidé de prendre sa plume pour écrire au ministre de tutelle Didier Guillaume…

« Notre mission est essentielle, vitale : nous devons continuer à veiller à la sécurisation de la chaine d'approvisionnement, afin que les Français puissent accéder à une nourriture tracée, saine, sûre et durable ». Telle était la communication de Didier Guillaume, ministre de l'agriculture et de l'alimentation le 12 mars dernier, adressée aux agents des différentes instances agricoles, suite à l'annonce faite par le Président Emmanuel Macron concernant les mesures à prendre pour faire face à l'épidémie.
Depuis, le confinement a été décrété. Et les Chambres d’agriculture n’ont pu que suivre les préconisations émises par le Chef de l’Etat. Si les salariés des Chambres sont donc invités à rester chez eux, en revanche, sur leur site, les Chambres tiennent à rassurer les agriculteurs grâce à une rubrique « nous vous accompagnons » à l’image de la Chambre d’agriculture de Corrèze où il est possible de lire : « à compter du lundi 16 mars, le site de Puy Pinçon et les antennes de la Chambre d’agriculture de la Corrèze sont fermés au public. Afin de garantir les missions de services publics, les procédures seront au maximum – et dans la mesure du possible - dématérialisées (sous forme informatique ou postale). Cas particulier des missions de services publics relatives à l’identification ou aux passeports : dans l'attente de précisions, nous maintenons un effectif réduit pour garantir le suivi des demandes. Pour toute demande, nous vous invitons vivement à prendre contact avec le service dédié par téléphone ou par mail : 05 55 21 55 54 - identification@correze.chambagri.fr

L’agritourisme en question
La plupart d’entre elles mettent en avant la réglementation pour tous les agriculteurs pratiquant l'agritourisme comme la Chambre d’agriculture de la Gironde qui explique dans le détail les autorisations et interdictions de la filière : « Au regard de la situation sanitaire exceptionnelle que nous vivons actuellement, voici ce que nous pouvons communiquer à la date du jeudi 19 mars 2020 impactant les activités d'agritourisme. Conformément à l’arrêté du 15 mars et l’arrêté du 16 mars, les activités suivantes sont suspendues au moins jusqu’au 15 avril prochain : les activités de restauration, toutes les activités de loisirs : visite de ferme, fermes équestres, location de salle… Toutes les activités d’hébergements touristiques (y compris camping) et autre hébergement de courte durée, sauf lorsqu’il constitue pour les personnes qui y vivent un domicile régulier (ex : location d’un mobile-home à une personne qui n’a pas d’autre domicile). Ce qui est autorisé : la vente de produits alimentaires, les points de vente à la ferme et points de vente collectifs entre agriculteurs peuvent rester ouverts au même titre que les commerces de détail de fruits et légumes en appliquant les mesures de bon sens. Les marchés sont autorisés par l’Etat mais les mairies peuvent décider de les interdire. Il convient de vous rapprocher de votre municipalité pour connaître les mesures décidées ».
Aussi, pour répondre à tous types d’interrogations, des foires aux questions sont proposées sur les différents sites. Ainsi, sur celui de la Chambre d’agriculture de Charente, un onglet y est dédié.  Par exemple pour les déplacements des exploitants agricoles, il est écrit que « vous devez pouvoir présenter les originaux des documents suivants à chaque contrôle : autorisation de dérogation journalière datée du jour même, attestation MSA, que vous pouvez télécharger sur le site de la MSA ainsi que des papiers d'identité ».

L’agriculture continue à assurer notre alimentation
Afin de rassurer les agriculteurs, Luc Servant, le président de la Chambre d’agriculture de la Charente-Maritime, a tenu à préciser que « malgré la situation exceptionnelle, l’agriculture et toutes les filières de l’agro-alimentaire de Charente-Maritime continueront à assurer la production et la distribution des produits alimentaires, pour une alimentation de qualité pour tous. (…)
Non seulement il faut poursuivre la collecte, la transformation et la distribution des produits agricoles, mais il faut aussi assurer les récoltes à venir avec une période de travaux intense qui arrive du fait du retard considérable pris suite à plusieurs mois de pluviométrie exceptionnelle. La nécessité d’avoir chez nous une agriculture forte et diversifiée apparait plus que jamais fondamentale dans ces périodes de crises. La garantie d’un approvisionnement local ne peut que rassurer des citoyens inquiets sur leur santé et sur leurs conditions de vie des jours à venir. »
Comme en direction des personnels de santé, la Chambre d’agriculture tient également à rendre hommage au monde agricole « Nous devons remercier collectivement l’ensemble des actifs du secteur agricole et agroalimentaire qui continuent d’assurer la production et l’approvisionnement de biens alimentaires dans cette période inédite ! Les semaines à venir vont être difficiles mais l’agriculture sera présente au côté des citoyens. Cela montre la nécessité d’une agriculture locale forte qui permet d’établir de vrais liens de confiance entre les citoyens, les consommateurs et les agriculteurs ».

Les élus de la Chambre au service des agriculteurs
Même démarche pour d’autres Chambres comme celle de la Vienne qui par le biais d’un communiqué rappelle qu’« au-delà des dispositifs d'accompagnement mis en œuvre par le Gouvernement pour aider les entreprises en difficulté, et face à cette situation exceptionnelle, l’ensemble des élus et des collaborateurs de la Chambre d’agriculture de la Vienne se tient à la disposition de tout agriculteur qui rencontrerait des difficultés particulières dans le cadre de cette pandémie. Grâce à l’effort et la mobilisation de tous, nous espérons que cette crise sanitaire inédite sera maîtrisée le plus rapidement possible ».

La CR prend la plume
En Lot-et-Garonne, le syndicat agricole majoritaire la Coordination rurale qui détient la Chambre d'agriculture vient d’écrire au Ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation une lettre de « demande urgente d'engagements en faveur des agriculteurs pour se relever de la crise COVID-19 ». Voici des extraits de cette missive signée Pascal Béteille le président de la CR47 :
« Nous avons besoin d'engagements forts immédiatement. La situation est trop grave pour se contenter de petites mesures. Les remontées de terrain sont déjà catastrophiques tant au niveau des conditions de travail (main d’œuvre quasi indisponible) que de la vente de notre production. Concrètement, les marchés de denrées périssables sont quasiment à l'arrêt. En parallèle, les étals continuent de proposer des aliments produits à l'étranger. Cette situation révolte la profession ; c'est totalement intolérable en cette période si difficile. On ne peut pas nous demander de produire pour ne pas vendre ensuite. Les investissements et charges des agriculteurs sont colossaux. En Lot-et-Garonne, nous avons une multitude de producteurs. Du lait à la viande en passant par les produits maraîchers, fruitiers, etc. tous sont unanimes. Nous courons vers une crise économique sans précédent et certainement vers la faillite. Les agriculteurs, déjà en grande difficulté avant cette crise, ne s'en relèveront pas sans engagements forts et immédiats de votre part. (..)
Des consignes gouvernementales doivent être formulées et imposées immédiatement à tous les services et fournisseurs cités ci-dessus. Vous ne pouvez pas nous demander de produire sans garantir notre survie. Le moral des agriculteurs se dégrade de plus en plus chaque jour. Vos engagements aujourd'hui assureront notre survie demain. Monsieur le Ministre, l'inquiétude et l'incertitude gagnent les agriculteurs. Les Députés de la République doivent s'emparer immédiatement du sujet. Pour certains d'entre nous, les producteurs maraîchers notamment, nous n'avons pas une semaine à attendre sans que l'on ne coure à la catastrophe. Si l’agriculture est en danger, toutes les productions qui s’en rapprochent et s’y raccrochent le sont aussi (pépinières, horticulture, etc.). Celles-ci devront bénéficier des mêmes mesures. Le Président de la République s'est engagé à payer et à ne laisser personne sur le côté. »

Sybille Rousseau
Par Sybille Rousseau

Crédit Photo : XC/CD47

Inno'action et agricultureCet article fait partie du dossier

Voir les autres articles de ce dossier
Partager sur Facebook
Vu par vous
11053
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 6 + 13 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr