Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

20/05/18 : Demain dimanche, de 10 h à 17 h se tiendra la deuxième édition du marché de producteurs fermiers du Pays basque IDOKI à Ustaritz. Outre la production de produits locaux, le matin, sera organisé le concours culinaire "Défi Crêpes"

16/05/18 : Amateurs de musique, rendez-vous ce week-end la 4ème édition du festival ODP de Talence. Coeur De Pirate, Les Négresses Vertes ou Alt-J en seront les principales têtes d'affiche. Ils chanteront au profit des "Orphelins des Sapeurs-Pompiers de France".

16/05/18 : La Cour d'Appel de Paris a condamné Jérôme Cahuzac ex-ministre du budget jugé pour fraude fiscale et blanchiment à 4 ans de prison, dont 2 avec sursis et à une amende de 300.000 euros et 5 ans d'inéligibilité. Sa peine de prison ferme sera aménagée.

15/05/18 : Ils l'avaient annoncé, ils l'ont fait: 300 cheminots CGT de la SNCF de Bayonne et d'Hendaye se sont invités ce matin devant la résidence secondaire du PDG de la SNCF, Guillaume Pepy, située au dessus de la falaise de la Côte des Basques à Biarritz.

12/05/18 : La 35e édition de Herri Urrats, le jour de fête des ikastola du Pays basque a lieu ce dimanche autour du lac de Saint-Pée-sur-Nivelle. Cette année, elle visera à récolter des fonds pour les travaux d'agrandissement du collège de Larceveau

08/05/18 : Le 35ème chapitre de la Confrérie du Chipiron de Bidart aura lieu dimanche 13 mai au Kirolak avec la participation d’une soixantaine de confréries. Après un défilé vers la Chapelle de la Madeleine, la Confrérie intronisera plusieurs personnalités.

03/05/18 : Deezer, leader du streaming musical en France, vient d’annoncer sa décision d’ouvrir un nouveau site dans la métropole bordelaise. "Une nouvelle reconnaissance de notre attractivité" soulignent satisfaits Alain Juppé et Virginie Calmels.

24/04/18 : Charente-Maritime : pendant la semaine de vacances du 16 au 22 avril, 14 accidents sont à déplorer sur les routes du département, au cours desquels 2 personnes ont perdu la vie, et 19 ont été blessées.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 21/05/18 | BHNS Bordeaux/Saint-Aubin : le Conseil d'État tranche

    Lire

    Le Conseil d'État a tranché et confirmé la décision de suspension de la déclaration d'utilité publique du futur BHNS Bordeaux/Saint-Aubin, en rejet du pourvoi en cassation de la métropole en octobre dernier. Le principal motif de rejet ? "Un vice de forme relatif au contenu de la notice explicative présentant le projet de lors de l’enquête publique", notamment concernant l'absence de justification dans le choix du tracé. Déjà repoussés à cet été, le début des travaux pour le futur BHNS pourraient être repoussés de plusieurs mois.

  • 16/05/18 | Le Sénat veut indemniser les propriétaires du Signal

    Lire

    Ce mercredi, une grande partie des sénateurs se sont prononcés en faveur de la mobilisation du fonds Barnier dans le but d'indemniser les propriétaires de l'immeuble Le Signal, à Soulac, devenu un emblème local des dangers de l'érosion côtière et pour lequel les 78 propriétaires sont toujours face à un blocage, malgré l'évacuation de l'immeuble en 2014 par arrêté municipal. La proposition de loi n'est cependant qu'une première étape puisque le texte doit aussi être adopté devant l'Assemblée Nationale, or le gouvernement s'y est montré plutôt défavorable.

  • 16/05/18 | La biodiversité en 24h Chrono au Teich

    Lire

    Les amoureux de la nature sont convoqués les 25 et 26 mai prochain au Parc Naturel Régional des Landes de Gascogne du Teich pour les 24h de la biodiversité. Gratuit et ouvert à tous, cet évènement propose de nombreuses occasion de découvrir les enjeux autour de la préservation des espèces locales. Ciné-débat, spectacles vivants, expositions ou (plus original) inventaire d'espèces et sorties de terrain auront pour principales stars chauves-souris, oiseaux, reptiles ou escargots pour des temps forts organisés en partenariat avec des professionnels et des associations du territoire. N'oubliez pas les chaussures de randonnée !

  • 16/05/18 | La Gironde poursuit ses conseils de territoire

    Lire

    Le département de la Gironde poursuit ses travaux autour des "conseils de territoire". Autour de ces réunions, organisées deux fois par an, l'ensemble des acteurs locaux (collectivités, associations, entrepreneurs...), la Gironde tente de faire avancer ses pactes territoriaux, mis en place en 2017. Entre mai et juin 2018, neuf conseils de territoire se déclineront sur tout le département comme le 17 mai à Talais (Médoc), le 5 juin à Sainte-Foy-La-Grande (Libournais), le 18 juin à Lanton (Bassin d'Arcachon) ou encore le 19 juin à Bordeaux.

  • 15/05/18 | Trois jours de Fêtes de Bayonne payantes pour les non Bayonnais

    Lire

    Nous en avions fait écho, son maire l'a annoncé en fin de matinée: les Fêtes de Bayonne (25-29 juillet) seront gratuites pour les Bayonnais, et pour tous les enfants entre le vendredi midi et le lundi matin. Si on regarde le verre(de rosé)à moitié vide, gratuites pour tous mercredi et jeudi,elles seront en partie payantes -7 à 8 euros- pour les autres -non Bayonnais- le week-end afin, assure le maire Jean-René Etchegaray, de financer "le coût de leur sécurité et la pérennité de l'événement.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Agriculture | Creuse : un nouveau départ pour Laurianne et Pierre Grancher

11/05/2018 | Depuis avril 2017, Laurianne et Pierre Grancher se sont installés à Boussac-Bourg (Creuse) pour développer une activité d'élevage de mouton. Originaires du sud, ils ont flairé la bonne opportunité de s'installer dans un endroit plus vert. Et surtout

Laurianne Grancher

Avant de se retrouver par hasard à Chénérailles pour tondre des moutons il y a quelques années, Laurianne et Pierre Grancher ne connaissaient pas vraiment la Creuse. Habitants de Sisteron, dans la région Provence-Alpes-Côte-d’Azur, ils recherchaient un endroit plus clément sur le climat pour installer leur activité ovine. « On ne cherchait pas forcément en Creuse, avoue Laurianne. Mais on a trouvé que le coin était joli. » 

Ils ont surtout trouvé un terrain propice à leur désir de s’installer du côté de Boussac-Bourg. « C’était un site géré par la SAFER (Société d’aménagement foncier et d’établissement rural) et il était en liquidation, ça nous a pris du temps avant de pouvoir nous installer. Environ deux ans. » Depuis le 1er avril 2017, le couple a pris possession des terres, qui représentent pas moins de 96 hectares. « On est propriétaire de la majorité, nous ne louons que 14 hectares. » Ils ont investi plus de 300.000 euros pour s’installer en contractant notamment un prêt et en piochant dans leurs économies.

Une ferme en friche

Cette installation a demandé beaucoup de boulot aux agriculteurs de 23 et 24 ans puisque les terrains étaient en friche. Les haies n'avaient pas été taillées depuis 60 ans et les bâtiments agricoles n'étaient pas forcément pensés pour l’élevage de moutons. « Il fallait fermer certains bâtiments car ils étaient ouverts. Un servait à l’élevage de vache et l’autre à faire sécher le tabac. »

D’abord installé en EARL (entreprise agricole à responsabilité limitée), le couple est récemment passé en GAEC, quand Pierre a pu s’installer sur les terres adjacentes. Ce dernier part régulièrement réaliser des saisons de tonte d’avril à fin juin. En son absence, Laurianne s’occupe seule du troupeau composé de plus de 400 bêtes. « On aimerait arriver jusqu’à 700. » Un grand changement pour le couple qui ne possédait qu’une cinquantaine de moutons quand ils étaient dans le sud. « C’était uniquement pour le plaisir, nous étions juste tondeurs à l’époque. »

L'usage du pâturage tournant

La difficulté de cet élevage creusois réside principalement dans le fait qu’il est bio. « Cela signifie que les semences pour les prairies sont plus chères et que l’on ne peut utiliser que certains traitements pour les agnelles, mais c’était important pour nous. » L’autre facteur incontournable pour le couple d’agriculteur, est d’utiliser la technique du pâturage tournant. Chaque jour, Laurianne déplace ses moutons, pour faire aussi reposer la terre. Cette technique est particulièrement répandue en Nouvelle-Zélande, où les deux éleveurs ont voyagé après leurs études au lycée agricole de Gap (Hautes-Alpes). Laurianne plutôt tournée vers les chevaux lors de ses études, a décidé de suivre Pierre sur la voie de l’élevage ovin.

En plus de la vente de la laine que Laurianne et Pierre fournissent à un confectionneur de matelas dans la Haute-Vienne, quelques agneaux sont aussi revendus. Un crève-coeur pour Laurianne. « Je crains de les voir partir dans des camions, donc en général, on les amène nous-même. » Elle s’attache rapidement aux membres de son troupeau et donne parfois des petits noms. « Mais on n’en donne pas à ceux qui vont partir. »

En Creuse, Laurianne et Pierre ont trouvé un bel équilibre. Pourtant, elle craignait que son installation ne soit pas simple. « C’est parfois compliqué quand des étrangers agriculteurs viennent s’installer dans un nouvel endroit, on avait peur d’être rejetés. » Ce sentiment s’est rapidement estompé. « Les voisins ont été adorables et nous ont tout de suite aidé à labourer. Il y a une très bonne entente. » Une si bonne entente que le couple est déjà bien visible dans la commune. En juillet, ils organiseront même un concours de tonte dans le bourg.

Romain Conversin
Par Romain Conversin

Crédit Photo : Bruno Barlier

Inno'action et agricultureCet article fait partie du dossier

Voir les autres articles de ce dossier
Partager sur Facebook
Vu par vous
3749
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 24 + 11 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr