Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

22/01/19 : Compte-tenu des conditions climatiques le Conseil Régional a suspendu les transports scolaires ce mardi soir dans le secteur de Thiviers (Dordogne). Les parents doivent venir chercher leurs enfants dans les établissements scolaires.

22/01/19 : La Dordogne est en alerte jaune neige et verglas ce mardi jusqu'à 18 h. Des chutes de neige sont possibles dès le début de matinée à l'est de l'axe Nontron et Sarlat. Suivez les évolutions météorologiques sur les sites de Météo France, Info route.

22/01/19 : La Rochelle : une réunion publique de présentation du projet de protection contre les submersions marines du quartier de Port-Neuf se tient mardi 22 janvier à 18h30 à la Maison de quartier de Port Neuf, Place de l’île-de-France.

21/01/19 : Dans un propos à France 3 Vincent Feltesse, ancien président de la Communauté urbaine de Bordeaux et membre de la minorité municipale, indique qu'il a signifié à Olivier Faure son départ du PS :J'ai besoin de continuer à produire, le PS empêche ça." 

21/01/19 : Construction de la retenue d'eau de Caussade. La préfète du 47 a fait apposer des scellés sur les engins de chantier. Par arrêté du 14 décembre 2018, les travaux de construction de cette retenue d’eau est suspendue et se poursuivent illégalement.

21/01/19 : Pour éviter les débordements des manifestations des gilets jaunes à Bordeaux, l'association des commerçants à décidé de décaler la braderie, organisée traditionnellement du jeudi au samedi. Elle se tiendra donc du mercredi 6 au vendredi 8 février.

21/01/19 : Ce mercredi 23 janvier, le service V3 (vélos en libre-service) de Bordeaux Métropole change de système d’exploitation pour un plus moderne. Une coupure totale du service aura donc lieu de 8h00 à 9h00 avec une réouverture progressive des stations.

20/01/19 : Pour la première fois depuis le début du mouvement, les gilets jaunes de Dordogne ont organisé samedi à l’occasion de l’acte X, un rassemblement départemental à Bergerac. Environ 1400 personnes ont défilé dans les rues de la sous préfecture.

19/01/19 : Nouvelles violences et affrontements avec incendies de véhicules en fin d'après-midi à Bordeaux: la manifestation GJ a dégénéré, les casseurs sont entrés en action et les forces de l'ordre ont dû recourir aux véhicules blindés

18/01/19 : Bordeaux: l'opération de parking gratuit place des Quinconces reconduite ce dimanche et étendue à demain samedi et jusqu’à la fin des soldes : environ 400 places de stationnement libre de 9h30 à 20h chaque samedi et dimanche jusqu'aux 16 et 17 février

18/01/19 : Le nouveau service de location de vélos de l'agglomération du Grand Périgueux s'appellera "Périvélo". 400 deux-roues (à assistance électrique, pliants, vélos classiques) seront progressivement mis à disposition pour les usagers à partir du printemps.

17/01/19 : Rochefort (17) : la tête d'affiche de la programmation du festival Stéréoparc vient de tomber. Il s'agit du groupe Offenbach, qui jouera le 20 juillet.

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 22/01/19 | Une délégation Régionale pour l'UNICEM

    Lire

    La plus grande région de la filière a enfin son syndicat! L'Union Nationale des Industries de Carrières et Matériaux de Construction (UNICEM) Nouvelle-Aquitaine vient de naître de la fusion des trois syndicats des anciennes régions. Patrice Gazzarin, ex-président de l'UNICEM Aquitaine, a été élu à la tête du syndicat. En 2017, l'UNICEM représentait sur le territoire néo-aquitain, plus de 4 300 emplois directs, pour 345 entreprises et plus d'un milliard d'euros de chiffre d'affaires.

  • 22/01/19 | Le Crédit Agricole engagé pour l'artisanat

    Lire

    Faciliter la préparation et la réalisation des travaux des clients Girondins. Tel est le but du partenariat qui vient de naître entre le Crédit Agricole d'Aquitaine et One Artisan. Créé en 2014, One Artisan est un service d'apporteur d'affaires pour les professionnels du bâtiment mais aussi de recommandation d'artisan pour les particuliers. Grâce à ce partenariat, les clients du Crédit Agricole pourront bénéficier, s'ils le souhaitent, d'une solution de financement pour leurs travaux.

  • 22/01/19 | Limoges a du cœur !

    Lire

    La préfecture limousine vient d'être récompensée pour sa lutte contre l'arrêt cardiaque. En effet, la Fondation AJILA a remis le Label 2019 "Ma Commune a du Cœur" à la Ville de Limoges pour saluer sa politique de lutte et de formation face à l'arrêt cardiaque. Depuis 2011, la Ville s'est engagée dans une campagne de déploiement de défibrillateurs automatisés sur son territoire. Les limougeauds ont ainsi 37 défibrillateurs mis à leur disposition dans plusieurs lieux public.

  • 22/01/19 | Région : quatre appels à projets (re)lancés

    Lire

    2019 sous le signe de la coopération européenne et internationale ! Le Conseil Régional de Nouvelle Aquitaine lance, ou relance, des appels à projets sur ce thème. Ainsi, le lien avec la Communauté autonome d'Aragon (Espagne) sur l'éducation et la formation est renouvelé. La Région soutient également le développement solidaire et Éducation à la Citoyenneté et à la solidarité internationale (ECSI) à travers deux projets. Le dernier projet concerne le renforcement des échanges avec le Québec.

  • 22/01/19 | Poursuite de sa croissance à l'export pour le Cognac

    Lire

    Le cognac confirme son développement sur ses marchés en 2018, avec des expéditions en croissance de plus de 3% en volume et près de 2% en valeur. Au total, 204,2 millions de bouteilles ont été expédiées, pour un chiffre d’affaires de 3,2 milliards d’euros. Les Etats-Unis restent les plus gros consommateurs (87,4 millions de bouteilles), tandis que le développement d'un nouveau marché vers le Moyen-Orient se confirme, avec 5,6% de croissance et 60 millions de bouteilles exportées.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Agriculture | Creuse : un nouveau départ pour Laurianne et Pierre Grancher

11/05/2018 | Depuis avril 2017, Laurianne et Pierre Grancher se sont installés à Boussac-Bourg (Creuse) pour développer une activité d'élevage de mouton. Originaires du sud, ils ont flairé la bonne opportunité de s'installer dans un endroit plus vert. Et surtout

Laurianne Grancher

Avant de se retrouver par hasard à Chénérailles pour tondre des moutons il y a quelques années, Laurianne et Pierre Grancher ne connaissaient pas vraiment la Creuse. Habitants de Sisteron, dans la région Provence-Alpes-Côte-d’Azur, ils recherchaient un endroit plus clément sur le climat pour installer leur activité ovine. « On ne cherchait pas forcément en Creuse, avoue Laurianne. Mais on a trouvé que le coin était joli. » 

Ils ont surtout trouvé un terrain propice à leur désir de s’installer du côté de Boussac-Bourg. « C’était un site géré par la SAFER (Société d’aménagement foncier et d’établissement rural) et il était en liquidation, ça nous a pris du temps avant de pouvoir nous installer. Environ deux ans. » Depuis le 1er avril 2017, le couple a pris possession des terres, qui représentent pas moins de 96 hectares. « On est propriétaire de la majorité, nous ne louons que 14 hectares. » Ils ont investi plus de 300.000 euros pour s’installer en contractant notamment un prêt et en piochant dans leurs économies.

Une ferme en friche

Cette installation a demandé beaucoup de boulot aux agriculteurs de 23 et 24 ans puisque les terrains étaient en friche. Les haies n'avaient pas été taillées depuis 60 ans et les bâtiments agricoles n'étaient pas forcément pensés pour l’élevage de moutons. « Il fallait fermer certains bâtiments car ils étaient ouverts. Un servait à l’élevage de vache et l’autre à faire sécher le tabac. »

D’abord installé en EARL (entreprise agricole à responsabilité limitée), le couple est récemment passé en GAEC, quand Pierre a pu s’installer sur les terres adjacentes. Ce dernier part régulièrement réaliser des saisons de tonte d’avril à fin juin. En son absence, Laurianne s’occupe seule du troupeau composé de plus de 400 bêtes. « On aimerait arriver jusqu’à 700. » Un grand changement pour le couple qui ne possédait qu’une cinquantaine de moutons quand ils étaient dans le sud. « C’était uniquement pour le plaisir, nous étions juste tondeurs à l’époque. »

L'usage du pâturage tournant

La difficulté de cet élevage creusois réside principalement dans le fait qu’il est bio. « Cela signifie que les semences pour les prairies sont plus chères et que l’on ne peut utiliser que certains traitements pour les agnelles, mais c’était important pour nous. » L’autre facteur incontournable pour le couple d’agriculteur, est d’utiliser la technique du pâturage tournant. Chaque jour, Laurianne déplace ses moutons, pour faire aussi reposer la terre. Cette technique est particulièrement répandue en Nouvelle-Zélande, où les deux éleveurs ont voyagé après leurs études au lycée agricole de Gap (Hautes-Alpes). Laurianne plutôt tournée vers les chevaux lors de ses études, a décidé de suivre Pierre sur la voie de l’élevage ovin.

En plus de la vente de la laine que Laurianne et Pierre fournissent à un confectionneur de matelas dans la Haute-Vienne, quelques agneaux sont aussi revendus. Un crève-coeur pour Laurianne. « Je crains de les voir partir dans des camions, donc en général, on les amène nous-même. » Elle s’attache rapidement aux membres de son troupeau et donne parfois des petits noms. « Mais on n’en donne pas à ceux qui vont partir. »

En Creuse, Laurianne et Pierre ont trouvé un bel équilibre. Pourtant, elle craignait que son installation ne soit pas simple. « C’est parfois compliqué quand des étrangers agriculteurs viennent s’installer dans un nouvel endroit, on avait peur d’être rejetés. » Ce sentiment s’est rapidement estompé. « Les voisins ont été adorables et nous ont tout de suite aidé à labourer. Il y a une très bonne entente. » Une si bonne entente que le couple est déjà bien visible dans la commune. En juillet, ils organiseront même un concours de tonte dans le bourg.

Romain Conversin
Par Romain Conversin

Crédit Photo : Bruno Barlier

Inno'action et agricultureCet article fait partie du dossier

Voir les autres articles de ce dossier
Partager sur Facebook
Vu par vous
6340
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 24 + 7 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr