18/10/17 : Malgré la protestation d’élus et des syndicats, la Direction générale des Finances publiques a entériné la fermeture de la trésorerie de Mussidan (24). D’autres pourraient connaître le même sort comme à Belvès, Saussignac, Thiviers et Brantôme.

17/10/17 : La Rochelle organise son Colloque Citoyenneté et Solidarités sur le thème "Innover aujourd’hui pour l’action sociale de demain" le 19 octobre à l'espace Giraudeau, avec l'intervention du CNAM de Paris. Gratuit sur réservation. www.ccas-larochelle.fr

15/10/17 : A TF1 Emmanuel Macron après le drame de Marseille a annoncé une nouvelle loi en matière de droit d'asile et d'immigration et la négociation en cours "d'accords bilatéraux avec les pays africains" pour rendre effectives les reconduites à la frontière.

13/10/17 : Les offices HLM de Charente-Maritime organisent une manifestation mardi à 14h devant la prefecture de La Rochelle pour protester contre la baisse des aides au logement pour les bailleurs sociaux.

11/10/17 : Le collectif national « Vive l'APL » qui regroupe 60 organisations associatives, syndicales, de consommateurs et bailleurs sociaux, appelle à la mobilisation samedi «pour défendre le droit au logement social». A Bordeaux, ce sera à Pey Berland à 14h

03/10/17 : L'organisation du Grand Pavois a enregistré quelque 80 000 visiteurs pour cette 45 e édition, identique à l'an dernier, et de nombreuses ventes d'unités. La prochaine édition se tiendra du 26 septembre au 1er octobre 2018.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 21/10/17 | Edouard Philippe à Bordeaux

    Lire

    Edouard Philippe était en déplacement aujourd'hui à Marseille et Bordeaux où le Premier ministre a rendu visite à Alain Juppé. Entre autres politesses et admirations mutuelles ("la relève est assurée" a déclamé le maire de Bordeaux, "j'ai appris en vous regardant" lui a répondu le Premier ministre), Edouard Philippe s'est rendu à une réunion de travail à la métropole et devait faire un discours à la Convention Nationale des avocats en fin d'après-midi.

  • 19/10/17 | Le Pays basque a déjà gagné le Tour de France

    Lire

    Le Pays basque intérieur pourrait bien ériger une statue aux organisateurs d'un Tour de France qu'il n'avait pas vu depuis 2006 -à Cambo-les-Bains-. En effet, cette étape contre la montre du samedi 28 juillet entre Saint-Pée-sur-Nivelle et Espelette se dispute la veille de l'arrivée, certes. Comble du bonheur, elle a lieu en pleine période... des Fêtes de Bayonne! Une aubaine touristique pour les maires Jean-Marie Iputcha et Pierre Marie Nousbaum. Il est vivement recommandé de réserver ses nuitées dès aujourd'hui au Pays basque.

  • 18/10/17 | Déviation de Beynac : plus de 2600 avis recueillis pour l'enquête publique

    Lire

    Concernant l'enquête publique sur la déviation de Beynac, en Dordogne, qui s'est clôturée le 17 octobre, plus de 2600 avis ont été déposés dont 2410 en ligne. La commission va remettre sous huitaine une synthèse au Conseil départemental qui pourra formuler des réponses. Dans un délai d'un mois, la commission rendra ensuite son avis avec d'éventuelles observations à la préfète de la Dordogne. C'est à elle que reviendra la décision finale de valider ou non le projet.

  • 18/10/17 | Les Pyrénées-Atlantiques "chouchoutées" par le Tour de France

    Lire

    Les Pyrénées-Atlantiques décrochent la timbale pour l'édition 2018 du Tour de France. Parti de Trie-sur-Baïse (65), le peloton arrivera à Pau le jeudi 26 juillet. Il disputera le vendredi 27 une étape émaillée de nombreux cols entre Lourdes et la commune montagnarde de Laruns (Aspin, Tourmalet, Bordères, Soulor-Aubisque). Un contre la montre entièrement basque sera enfin disputé le samedi 28 entre Saint-Pée-sur-Nivelle et Espelette. Equipes et accompagnateurs étant en prime logées pendant quatre jours à Pau. Que demander de mieux ?

  • 17/10/17 | Dominique Bussereau fait du lobbying pour le Tour de France

    Lire

    Alors qu'il assistera à la présentation du parcours du Tour de France ce mardi, le président de la Charente-Maritime compte bien "faire une petite piqûre de rappel" au patron du Tour de France Christian Prudhomme sur la volonté du Département d'accueillir le Tour de France "dans les prochaines années". Dominique Bussereau a notamment en tête un passage du Tour par les îles de Ré et d'Oléron. Une manne touristique et financière non négligeable, et une belle vitrine pour le territoire.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Agriculture | INTERVIEW d'un éleveur laitier : "on fait vivre tout un système"

22/07/2015 | François Auduberteau, éleveur laitier à St-Savin de Blaye, témoigne autour de l'actualité brûlante des éleveurs ces derniers jours, et nous livre ses attentes.

François Auduberteau, éleveur laitier à St-Savin de Blaye

Déjà trois jours de blocage. Après l'annonce des chiffres alarmants du gouvernement le 16 juillet dernier, les éleveurs français continuent de faire front. Ce mercredi 22 juillet, l'Etat a annoncé qu'il allait débloquer 600 millions d'euros et que l'ensemble des dettes des éleveurs en difficulté allait être "restructuré" (500 millions de report et 100 millions d'annulation). Une situation qui s'envenime et des protestations qui s'amplifient. Pendant ce temps, il faut bien continuer à faire tourner les exploitations. Loin des "manifs" mais solidaire, un éleveur laitier girondin a accepté de résumer les contraintes auxquelles les exploitants font face au quotidien.

François Auduberteau, éleveur laitier de 52 ans, a démarré son activité en mars 1987 par une succession de ses parents. A l’époque, on y trouvait de la vigne et très peu d’élevage, le quota historique était de 48 000 litres. Sur son site de St-Savin de Blaye, l’agriculteur a investi depuis dans le développement de l’élevage laitier. Aujourd’hui, il possède 65 vaches en production et environ 110 animaux en tout. Son volume de production a été multipliée par plus de 10 : il est aujourd’hui de 485 000 litres. Il a accepté de donner son opinion sur la crise de l'élevage qui secoue actuellement le gouvernement français. Pour lui, il s'agit plus d'un problème sociétal que d'une simple demande de hausse des prix... 

"Si un agriculteur est en cessation de paiement, il est déjà trop tard"

@qui ! - Les chiffres dévoilés par le Ministre de l’agriculture ne sont pas très encourageants : 40 000 emplois directs touchés par la crise soit près de 10% des exploitations d’élevage. Comment interprétez vous ces données ?

François Auduberteau - Ce pourcentage là ne veut rien dire : sur quelles bases met-on un agriculteur en difficulté ? S’il est en cessation de paiement, c’est qu'il est déjà trop tard. Globalement, on travaille pour payer les charges. A la fin, il ne reste plus grand-chose. Une fois, je suis allé à ma banque faire une demande de prêt. Le banquier a regardé mon bilan et n’a pas trouvé de problème. Mais il regardait l’actif qui augmentait, pas la trésorerie. Tout dépend de l’interprétation qu’on prend. Mais je pense qu’il y a plus de 10% des éleveurs qui sont dans une situation compliquée en France. Les chiffres, on leur fait dire un peu ce qu’on veut. 

@ ! - Certains agriculteurs justifient leur manque à gagner par une avalanche de nouvelles normes qui se sont multipliées ces dernières années. Cette plainte est-elle justifiée selon vous ?

F.A -  En Aquitaine, il y a de moins en moins d’éleveurs suite aux crises successives. La dernière a eu lieu en 2008-2009 avec la baisse du prix du lait qui est descendu jusqu’à 280 euros. Le prix du lait baissait, mais les charges augmentait en face, et les courbes se croisaient. En parallèle, on nous avait demandé de faire un produit de qualité mais en face, des normes environnementales se sont mises en place. La nouvelle PAC, le grenelle de l’environnement, les nouvelles zones vulnérables (unité de stockage plus importante, épandage contrôlé, ect). Tout ça représentait des investissements. On a demandé aux éleveurs de se mettre en conformité par rapport à la réglementation (qui dit conformité dit mise aux normes avec des investissements plus ou moins importants suivant la structure de l’exploitation) qui au final ne rapportent rien du tout à part la possibilité de continuer à travailler. Certains collègues y ont mis jusqu’à 80-100 000 euros.

@ ! - Vous avez préféré fonctionner d’une autre manière…

F.A - Dans mon cas, j’ai un peu fait l’inverse de ce que j’aurais dû faire. Pour la mise au norme, il y a quatre échelons de financements : européens, nationaux, régionaux et départementaux. La communication dit aux éleveurs qu’ils ont droit à 20% d’aides (hors taxes) lorsqu’ils font cette mise aux normes. J’ai donc monté un dossier auprès de la Chambre d’agriculture en 2009. Je me suis dit : c’est au moment de la crise, où ça va le plus mal, qu’il faut faire les travaux parce que ça n’ira que mieux ensuite… C’est parti dans les divers organismes financeurs et revenu sept mois plus tard. On m’a demandé une garantie décennale (soit, l’intervention d’une entreprise). En faisant tout tout seul, j’en avais pour 10 000 euros de matériaux, trois fois moins. Au final, on ne finance pas vraiment les agriculteurs, plutôt les entreprises prestataires. Ca m’a coûté 30 000 euros au lieu de quasiment 80 000 euros selon les estimations. Je n’ai donc eu à rembourser aucun investissement. C’est là où, souvent, l’agriculteur est en difficulté. On fait vivre tout un système. Les pouvoirs publics ne sont pas assez conscients que l’agriculture couvre tout un corps de métiers. 

Un travail dévalorisé ? 

@qui ! - Vous même, ressentez vous des difficultés dans votre exploitation ? 

F.A - Financièrement, je fais partie de ceux qui arrivent à s’en sortir. Comptablement, je dégage un bénéfice, mais à quel prix…  Je ressens quand même la crise. Je ne compte pas mon temps, je fais beaucoup de choses tout seul et j’ai déjà fait 90% des investissements. Si demain, ça va vraiment mal, je peux revendre le matériel. Ma femme travaille à l’extérieur, ça m’a permis de financer l’entreprise, le privé, les études des enfants… En contrepartie, j’étais tout seul sur l’exploitation et j’ai du y passer beaucoup de temps. Je ne le regrette pas, mais ce que je déplore, c’est que cette énergie n’est pas très revalorisée par rapport au reste de la société. 

@! - A votre avis, les manifestations et les protestations des agriculteurs sont-elles à la mesure de leurs obstacles ?

F.A - En voyant les images des manifestations de ces derniers jours au Mont-St-Michel, je me suis demandé : « comment le français qui n’est pas dans le milieu agricole peut comprendre pourquoi les agriculteurs manifestent comme ça ? ». On ne voit que du matériel dernier cri ! Il faudrait que les agriculteurs expliquent quelles sont vraiment leurs charges, au lieu de répéter que leurs prix sont trop bas. La France transforme tout en valeur, il ne faut pas se voiler la face. Ce que j’entends autour de moi, ce sont des critiques envers les agriculteurs, on leur dit parfois que leur tracteur vaut le prix d’une maison. C’est un travail difficile, c’est normal de travailler avec un matériel plus confortable. On ne travaille pas comme il y a 20 ans, il faut vivre avec son époque, mais tout ça coûte de l’argent. 

"Ceux qui trinquent, ce sont les fournisseurs"

@ ! - Qu’attendez vous des mesures annoncées mercredi par le gouvernement ? 

F.A - Personnellement, pas grand-chose. Jusqu’à maintenant, ce n’est pas les aides de l’État qui ont sauvé celui qui avait déjà la tête dans l’eau. Ils vont demander aux banques d’alléger les charges pour les agriculteurs en difficulté. Mais les dettes seront toujours là. Des prêts à des taux vraiment bas : c’est emprunter pour payer l’emprunt… C’est comme si on soignait un mal de tête en prenant un cachet d’aspirine et qu’il revenait le lendemain. C’est le pot de fer contre le pot de terre. Les industriels veulent des prix bas, le consommateur veut dépenser de moins en moins cher. C’est un problème de société, on n’est pas suffisamment compétitif par rapport à d’autres pays où les contraintes sont moindres. Ceux qui sont le plus en difficulté, c’est ceux qui ont fait des investissements, mais ils l’ont fait parce qu’on leur a demandé. Après la crise de 2009, le cours du lait est monté à 400 euros, ça a duré 6 mois. On parlait de l’or blanc. Tout a explosé autour : le prix du carburant, de l’alimentation, des engrais, du matériel. Le prix a donc augmenté, mais au final les éleveurs n’ont rien gagné de plus. Aujourd’hui, beaucoup d’agriculteurs vont se retrouver en liquidation ou en cessation de paiement. On aura beau augmenter les prix du lait, si on augmente aussi les charges des exploitants, l’agriculteur ne va pas investir, ne va pas faire marcher l’économie parce que sa marge de manœuvre est trop réduite. Certains sont dans une situation dramatique, professionnellement et personnellement. Il y a des suicides tous les jours, on n’en parle jamais. On sait que ça va repartir. Mais quand ? Comment ? 

@ ! - Vous imaginez tout de même un avenir favorable ? 

F.A - Aujourd’hui, les deux priorités d’un agriculteur sont de payer sa banque et ses charges sociales. Ceux qui trinquent, ceux qui attendent, ce sont les fournisseurs. Pour les aides, il faut monter des dossiers de plus en plus compliqués et les financements arrivent plusieurs mois après. Au niveau national, ça fait une somme importante, des millions d’euros ; mais ramenés à l’agriculteur… Il faut savoir ce qu’on veut : soit on veut garder un tissu rural merveilleux pas sa diversité et donc ses agriculteurs en acceptant d’acheter des produits français un peu plus cher. Soit on laisse s’implémenter de grosses structures et les agriculteurs disparaîtront doucement. La manifestation ne va pas tenir plus d’une semaine, car pendant que les éleveurs manifestent, leur exploitation tourne au ralenti. Si on n’entretient pas cette valeur ajoutée qu’est l’agriculture, une grande partie du tissu économique rural va disparaître.

Ca fait bientôt 6 mois qu’on est dans cette situation et on ne voit toujours rien venir. Les éleveurs en ont ras le bol et profitent donc du tourisme de la période estivale pour bloquer les routes, mettre le bordel. Ils n’ont que ce moyen là pour se faire entendre. Cette profession ne se plaint pas souvent, elle souffre en silence. Se plaindre tout le temps n’est pas non plus une solution. Quand je suis sur la route, j’ai plein de voitures devant moi. Mais quand je regarde dans mon rétroviseur, j’en ai encore plus derrière. Tout compte fait, je me dis que je ne suis pas si mal que ça. 

 Le Gouvernement a présenté ce mercredi un nouveau "plan d'urgence" composé de 24 mesures regroupées en 6 axes qui est déjà jugé comme insuffisant par la FNSEA, principal syndicat d'éleveurs français. Pour aider à restructurer les dettes des éleveurs, le fonds d'allégement des charges (FAC) est porté à 50 millions d'euros, contre 8 millions actuellement. Reports d'échéance de paiement des impôts sur le revenu, remboursements anticipés de la TVA, et diverses exonérations. Si le Calvados a appelé à arrêter le mouvement de blocage, des éleveurs d'Auvergne et de Rhône-Alpes, apparemment insatisfaits des mesures annoncées, devraient bloquer les accès autoroutiers à Lyon à partir de ce mercredi soir et ceux de Clermont-Ferrand jeudi matin. Déjà, les réactions politiques se multiplient. L'ancien Président de la République, Nicolas Sarkozy, a jugé que le plan n'était "pas à la hauteur et ne répondait pas au déficit de compétitivité". François Hollande, lui, devrait rencontrer les responsables de diverses organisations agricoles dès jeudi à Dijon. 

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo : RB

Partager sur Facebook
Vu par vous
5736
Aimé par vous
5 J'aime
Les réaction
1 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
alain renard | 22/07/2015

Des propos clairs et lucides, appel à un vrai débat sur la place souhaitée dans notre société à la production agricole.Elle permet de nourrir des individus, est activité professionnelle, génératrice de profits économiques et financière. Quelle place donne t on à la rémunération du professionnel, par rapport à la marge de l'intermédiaire, au respect de l'environnement, à la capacité financière à assumer le juste prix pour le consommateur? La lucidité de l'intervenant, son parler vrai, doit permettre de remiser les poncifs et propos poujadistes des uns et des autres dos à dos!

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 23 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr
FRAB, Chambre agriculture et Interbio main dans la main pour le Mois de la Bio Agriculture | 17/10/2017

La bio à l’honneur en Lot-et-Garonne

Jean-Paul Musset et son fils Julien, qui vient d'acquérir l'exploitation laitière Agriculture | 16/10/2017

Foncier : la restructuration réussie d'une exploitation laitière à Coutras

Vendange en Aquitaine Agriculture | 16/10/2017

CIVB: La petite récolte 2017 obligera à puiser dans les stocks

Le taureau Fanfaron (à droite), un des bovins de la Race Parthenaise présentée au Salon de l'Agriculture 2016 Agriculture | 16/10/2017

Aqui! TV7 : La Parthenaise, nouvel atout charme de l'élevage bovin régional

Le Maraîchage bio est en plein essor en particulier en ceinture bordelaise Agriculture | 12/10/2017

Opération séduction pour la filière bio en novembre

Bertrand Harispuru, éleveur ovin et bovin au pays basque à la retraite Agriculture | 10/10/2017

L'évaluation foncière : l'autre porte d'entrée vers une vente Safer

La chambre d'agriculture des Pyrénées-Atlantiques donne rendez-vous aux éleveurs ovins le 13 octobre pour ses 13èmes Assises Ovines. Au programme la question de la main d'oeuvre Agriculture | 10/10/2017

Assises Ovines - 3 questions à Patrick Etchegaray, responsable de la commission ovine à la Chambre d'Agriculture des Pyrénées-Atlantiques

ManifCastelnau Agriculture | 07/10/2017

Filière avicole dans le rouge : les Landais unis pour faire payer l'Etat

Marie-Hélène Cazaubon, éleveuse gaveuse à Monsoué, présidente de la Commission Agricultrices - FDSEA 40 Agriculture | 05/10/2017

Crise aviaire et canards gras, reportage à Montsoué

Serge Bousquet Cassagne président de la Chambre d'agriculture47 (à droite) Agriculture | 04/10/2017

« Si quelqu’un a besoin de terres pour s’installer... » Serge Bousquet-Cassagne, président de la Chambre d’agriculture de Lot-et-Garonne

Euralis : du maïs semences pour toute l'Europe Agriculture | 03/10/2017

Euralis : des semences de maïs pour toute l’Europe

Visuel du projet du bâtiment Agrocampus Agriculture | 26/09/2017

Technopôle Agrolandes: du numérique à la biosécurité avicole

Maël Gallard et Laura Baillard avec Eirelles, jeune jument de 3 ans Agriculture | 25/09/2017

Pour Laura Baillard et Maël Gallard, leur projet agricole est en bonne voie

Pin Agriculture | 22/09/2017

100e AG des Sylviculteurs du Sud-Ouest : les parasites, « danger numéro un » de la forêt

Dominique Graciet, Président de la Chambre régionale d'Agriculture de Nouvelle-Aquitaine Agriculture | 20/09/2017

Dominique Graciet, Président de la Chambre d'agriculture de Nouvelle-Aquitaine : "L'Etat ne tient pas ses engagements"