Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

30/10/20 : Suite au nouvel attentat perpétré ce matin à Nice, la Ville de Périgueux annonce que ses agents et élus observeront une minute de silence ce jour à 17 h, dans le respect des mesures sanitaires

30/10/20 : Ambassade et vitrine de la région à Paris, la Maison de la Nouvelle-Aquitaine ferme ses portes aujourd'hui le temps du confinement. Elle assure néanmoins un drive de produits régionaux pour les parisiens le mercredi 4 novembre, sur réservation.

29/10/20 : Suite aux annonces faites par Emmanuel Macron, le World Impact Summit, organisé à Bordeaux, maintient sa première journée ce jeudi 29 octobre, avec un protocole sanitaire renforcé. Du fait du confinement, la journée de vendredi est annulée.

28/10/20 : Le Festival international du Film d’Histoire de Pessac annonce l'annulation de sa 31ème édition aux dates initialement prévues du 16 au 23 novembre. Des réflexions sont en cours sur les modalités de valorisation des films sélectionnés en compétition.

28/10/20 : Le département des Landes est placé en état de vigilance jaune "Vagues Submersion" pour l’ensemble des communes du littoral du 28 octobre 13h00 au 29 octobre 18h00, entre forte houle, vagues puissantes, érosion dunaire et submersions locales...

28/10/20 : "Priorité à la protection sanitaire". Alors que le Festival Novaq devait s'ouvrir demain à la Rochelle, la Région Nouvelle-Aquitaine, organisatrice de cet évènement dédié à l'innovation, annonce son annulation. Un nouveau format est en réflexion.

26/10/20 : Dominique Bussereau président du département de Charente-Maritime et de l'ADF vient d'annoncer que le Congrès des Départements de France qui devait avoir lieu lieu les 5 et 6 novembre à La Rochelle est ajourné compte tenu de la situation sanitaire

24/10/20 : En raison du couvre-feu, la maire de Biarritz, Maïder Arosteguy a décidé d'instituer un stationnement de la ville gratuit en surface dès 18 heures, afin d'inciter les clients des restaurants de venir plus tôt dans ces établissements de la ville.

22/10/20 : Ce 22 octobre Jean Castex a annoncé 38 nouveaux départements et une collectivité d’Outre-mer la Polynésie soumis au couvre-feu de 21h à 6h dès demain soir. En Nouvelle-Aquitaine, Haute-Vienne et Pyrénées-Atlantiques sont concernés.

22/10/20 : Le Pôle Expérimental Métiers d’Art du Périgord-Limousin organise un marché des métiers d’art en plein air, sur la Place Alfred Agard à Nontron, le samedi 24 octobre de 10h à 18h, en remplacement du Salon de la Rue des métiers d'art, qui est annulé.

22/10/20 : La Rochelle : Michel Carmona, adjoint au maire depuis 2014, est décédé dimanche. Ses obsèques auront lieu vendredi à 15h30 au crématorium de Mireuil.

22/10/20 : Charente-Maritime : en plus d'une obligation de porter le masque dans 52 commune du département, le préfet de Charente-Maritime a pris un arrêté interdisant les buvettes et certaines restaurations dans les établissements sportifs.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 30/10/20 | Confinement: l'Aéroport de Bordeaux s'adapte

    Lire

    L'Aéroport de Bordeaux réenclenche les mesures adaptées de son plan de continuité de service, qui lui permet d'assurer ses missions prioritaires dans le maintien des conditions sanitaires renforcées. La desserte aérienne programmée jusqu'à la fin de ce week-end est à ce jour inchangée. A compter du 2 novembre, le traitement des vols sera opéré intégralement dans le Hall A. Seront maintenus le service de navette entre le parc P4 et l'aérogare, la Navette 30'Direct entre la gare Saint-Jean et l'Aéroport, le bus Liane 1 qui relie le centre de Bordeaux, les locations de véhicules, un service minimum de commerces autorisés.

  • 30/10/20 | LISEA s'engage avec l'Office Français de la Biodiversité

    Lire

    Le 29 octobre, lors du World Impact Summit à Bordeaux, le concessionnaire de la LGV Sud Europe Atlantique a conforté son engagement pour la préservation de la biodiversité. L'Office Français de la Biodiversité porte le programme "Act4Nature France", qui rassemble 80 entreprises pour enrayer l'érosion de la biodiversité. En rejoignant ce programme, LISEA s'engage à créer, restaurer et gérer des sites naturels favorables aux espèces protégées à proximité de la LGV. Selon Hervé le Caignec, Président de LISEA, "c'est une action supplémentaire qui montre notre engagement pour la protection des territoires traversés par la ligne".

  • 30/10/20 | Un tiers-lieu hybride dans les Deux-Sèvres

    Lire

    La Colporteuse à Argentonnay dans les Deux-Sèvres est depuis 13 ans un lieu d’expérimentation du vivre ensemble et de la citoyenneté. Elle a décidé de développer de nouveaux services avec la mise en place d’un espace de coworking afin de répondre aux nouvelles formes de travail. La Région Nouvelle-Aquitaine s’associe à ce projet et apporte une aide de 60 000 euros afin de permettre le développement de ce lieu.

  • 30/10/20 | La Région soutient le laboratoire départemental de recherche de la Dordogne

    Lire

    La Région a attribué 24 545 euros au Laboratoire Départemental d'Analyse et de Recherche de la Dordogne (Coulounieix-Chamiers) pour des investissements en matériels. La collectivité a souhaité initier un réseau sentinelle de suivi de stations d'épuration en zones touristique pour anticiper une reprise de l'épidémie en période estivale. Le Laboratoire de la Dordogne a souhaité intégrer la démarche et a sollicité la Région pour l'achat d'une ultracentrifugeuse et d'un congélateur permettant le stockage des échantillons avant analyses.

  • 30/10/20 | La manufacture d’Artoria se dote d’équipements numériques

    Lire

    Grâce au soutien de la Région Nouvelle-Aquitaine, à hauteur de 55 255 euros, la manufacture d’Artoria fabriquant des contenants et flaconnages en porcelaine en Haute-Vienne, va lancer une plateforme multilingue pour accroître sa visibilité à l’international. Cela va aussi lui permettre de capitaliser sur son savoir-faire en créant une marque de produits spéciaux « made in Limoges » en direction du grand public.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Agriculture | INTERVIEW d'un éleveur laitier : "on fait vivre tout un système"

22/07/2015 | François Auduberteau, éleveur laitier à St-Savin de Blaye, témoigne autour de l'actualité brûlante des éleveurs ces derniers jours, et nous livre ses attentes.

François Auduberteau, éleveur laitier à St-Savin de Blaye

Déjà trois jours de blocage. Après l'annonce des chiffres alarmants du gouvernement le 16 juillet dernier, les éleveurs français continuent de faire front. Ce mercredi 22 juillet, l'Etat a annoncé qu'il allait débloquer 600 millions d'euros et que l'ensemble des dettes des éleveurs en difficulté allait être "restructuré" (500 millions de report et 100 millions d'annulation). Une situation qui s'envenime et des protestations qui s'amplifient. Pendant ce temps, il faut bien continuer à faire tourner les exploitations. Loin des "manifs" mais solidaire, un éleveur laitier girondin a accepté de résumer les contraintes auxquelles les exploitants font face au quotidien.

François Auduberteau, éleveur laitier de 52 ans, a démarré son activité en mars 1987 par une succession de ses parents. A l’époque, on y trouvait de la vigne et très peu d’élevage, le quota historique était de 48 000 litres. Sur son site de St-Savin de Blaye, l’agriculteur a investi depuis dans le développement de l’élevage laitier. Aujourd’hui, il possède 65 vaches en production et environ 110 animaux en tout. Son volume de production a été multipliée par plus de 10 : il est aujourd’hui de 485 000 litres. Il a accepté de donner son opinion sur la crise de l'élevage qui secoue actuellement le gouvernement français. Pour lui, il s'agit plus d'un problème sociétal que d'une simple demande de hausse des prix... 

"Si un agriculteur est en cessation de paiement, il est déjà trop tard"

@qui ! - Les chiffres dévoilés par le Ministre de l’agriculture ne sont pas très encourageants : 40 000 emplois directs touchés par la crise soit près de 10% des exploitations d’élevage. Comment interprétez vous ces données ?

François Auduberteau - Ce pourcentage là ne veut rien dire : sur quelles bases met-on un agriculteur en difficulté ? S’il est en cessation de paiement, c’est qu'il est déjà trop tard. Globalement, on travaille pour payer les charges. A la fin, il ne reste plus grand-chose. Une fois, je suis allé à ma banque faire une demande de prêt. Le banquier a regardé mon bilan et n’a pas trouvé de problème. Mais il regardait l’actif qui augmentait, pas la trésorerie. Tout dépend de l’interprétation qu’on prend. Mais je pense qu’il y a plus de 10% des éleveurs qui sont dans une situation compliquée en France. Les chiffres, on leur fait dire un peu ce qu’on veut. 

@ ! - Certains agriculteurs justifient leur manque à gagner par une avalanche de nouvelles normes qui se sont multipliées ces dernières années. Cette plainte est-elle justifiée selon vous ?

F.A -  En Aquitaine, il y a de moins en moins d’éleveurs suite aux crises successives. La dernière a eu lieu en 2008-2009 avec la baisse du prix du lait qui est descendu jusqu’à 280 euros. Le prix du lait baissait, mais les charges augmentait en face, et les courbes se croisaient. En parallèle, on nous avait demandé de faire un produit de qualité mais en face, des normes environnementales se sont mises en place. La nouvelle PAC, le grenelle de l’environnement, les nouvelles zones vulnérables (unité de stockage plus importante, épandage contrôlé, ect). Tout ça représentait des investissements. On a demandé aux éleveurs de se mettre en conformité par rapport à la réglementation (qui dit conformité dit mise aux normes avec des investissements plus ou moins importants suivant la structure de l’exploitation) qui au final ne rapportent rien du tout à part la possibilité de continuer à travailler. Certains collègues y ont mis jusqu’à 80-100 000 euros.

@ ! - Vous avez préféré fonctionner d’une autre manière…

F.A - Dans mon cas, j’ai un peu fait l’inverse de ce que j’aurais dû faire. Pour la mise au norme, il y a quatre échelons de financements : européens, nationaux, régionaux et départementaux. La communication dit aux éleveurs qu’ils ont droit à 20% d’aides (hors taxes) lorsqu’ils font cette mise aux normes. J’ai donc monté un dossier auprès de la Chambre d’agriculture en 2009. Je me suis dit : c’est au moment de la crise, où ça va le plus mal, qu’il faut faire les travaux parce que ça n’ira que mieux ensuite… C’est parti dans les divers organismes financeurs et revenu sept mois plus tard. On m’a demandé une garantie décennale (soit, l’intervention d’une entreprise). En faisant tout tout seul, j’en avais pour 10 000 euros de matériaux, trois fois moins. Au final, on ne finance pas vraiment les agriculteurs, plutôt les entreprises prestataires. Ca m’a coûté 30 000 euros au lieu de quasiment 80 000 euros selon les estimations. Je n’ai donc eu à rembourser aucun investissement. C’est là où, souvent, l’agriculteur est en difficulté. On fait vivre tout un système. Les pouvoirs publics ne sont pas assez conscients que l’agriculture couvre tout un corps de métiers. 

Un travail dévalorisé ? 

@qui ! - Vous même, ressentez vous des difficultés dans votre exploitation ? 

F.A - Financièrement, je fais partie de ceux qui arrivent à s’en sortir. Comptablement, je dégage un bénéfice, mais à quel prix…  Je ressens quand même la crise. Je ne compte pas mon temps, je fais beaucoup de choses tout seul et j’ai déjà fait 90% des investissements. Si demain, ça va vraiment mal, je peux revendre le matériel. Ma femme travaille à l’extérieur, ça m’a permis de financer l’entreprise, le privé, les études des enfants… En contrepartie, j’étais tout seul sur l’exploitation et j’ai du y passer beaucoup de temps. Je ne le regrette pas, mais ce que je déplore, c’est que cette énergie n’est pas très revalorisée par rapport au reste de la société. 

@! - A votre avis, les manifestations et les protestations des agriculteurs sont-elles à la mesure de leurs obstacles ?

F.A - En voyant les images des manifestations de ces derniers jours au Mont-St-Michel, je me suis demandé : « comment le français qui n’est pas dans le milieu agricole peut comprendre pourquoi les agriculteurs manifestent comme ça ? ». On ne voit que du matériel dernier cri ! Il faudrait que les agriculteurs expliquent quelles sont vraiment leurs charges, au lieu de répéter que leurs prix sont trop bas. La France transforme tout en valeur, il ne faut pas se voiler la face. Ce que j’entends autour de moi, ce sont des critiques envers les agriculteurs, on leur dit parfois que leur tracteur vaut le prix d’une maison. C’est un travail difficile, c’est normal de travailler avec un matériel plus confortable. On ne travaille pas comme il y a 20 ans, il faut vivre avec son époque, mais tout ça coûte de l’argent. 

"Ceux qui trinquent, ce sont les fournisseurs"

@ ! - Qu’attendez vous des mesures annoncées mercredi par le gouvernement ? 

F.A - Personnellement, pas grand-chose. Jusqu’à maintenant, ce n’est pas les aides de l’État qui ont sauvé celui qui avait déjà la tête dans l’eau. Ils vont demander aux banques d’alléger les charges pour les agriculteurs en difficulté. Mais les dettes seront toujours là. Des prêts à des taux vraiment bas : c’est emprunter pour payer l’emprunt… C’est comme si on soignait un mal de tête en prenant un cachet d’aspirine et qu’il revenait le lendemain. C’est le pot de fer contre le pot de terre. Les industriels veulent des prix bas, le consommateur veut dépenser de moins en moins cher. C’est un problème de société, on n’est pas suffisamment compétitif par rapport à d’autres pays où les contraintes sont moindres. Ceux qui sont le plus en difficulté, c’est ceux qui ont fait des investissements, mais ils l’ont fait parce qu’on leur a demandé. Après la crise de 2009, le cours du lait est monté à 400 euros, ça a duré 6 mois. On parlait de l’or blanc. Tout a explosé autour : le prix du carburant, de l’alimentation, des engrais, du matériel. Le prix a donc augmenté, mais au final les éleveurs n’ont rien gagné de plus. Aujourd’hui, beaucoup d’agriculteurs vont se retrouver en liquidation ou en cessation de paiement. On aura beau augmenter les prix du lait, si on augmente aussi les charges des exploitants, l’agriculteur ne va pas investir, ne va pas faire marcher l’économie parce que sa marge de manœuvre est trop réduite. Certains sont dans une situation dramatique, professionnellement et personnellement. Il y a des suicides tous les jours, on n’en parle jamais. On sait que ça va repartir. Mais quand ? Comment ? 

@ ! - Vous imaginez tout de même un avenir favorable ? 

F.A - Aujourd’hui, les deux priorités d’un agriculteur sont de payer sa banque et ses charges sociales. Ceux qui trinquent, ceux qui attendent, ce sont les fournisseurs. Pour les aides, il faut monter des dossiers de plus en plus compliqués et les financements arrivent plusieurs mois après. Au niveau national, ça fait une somme importante, des millions d’euros ; mais ramenés à l’agriculteur… Il faut savoir ce qu’on veut : soit on veut garder un tissu rural merveilleux pas sa diversité et donc ses agriculteurs en acceptant d’acheter des produits français un peu plus cher. Soit on laisse s’implémenter de grosses structures et les agriculteurs disparaîtront doucement. La manifestation ne va pas tenir plus d’une semaine, car pendant que les éleveurs manifestent, leur exploitation tourne au ralenti. Si on n’entretient pas cette valeur ajoutée qu’est l’agriculture, une grande partie du tissu économique rural va disparaître.

Ca fait bientôt 6 mois qu’on est dans cette situation et on ne voit toujours rien venir. Les éleveurs en ont ras le bol et profitent donc du tourisme de la période estivale pour bloquer les routes, mettre le bordel. Ils n’ont que ce moyen là pour se faire entendre. Cette profession ne se plaint pas souvent, elle souffre en silence. Se plaindre tout le temps n’est pas non plus une solution. Quand je suis sur la route, j’ai plein de voitures devant moi. Mais quand je regarde dans mon rétroviseur, j’en ai encore plus derrière. Tout compte fait, je me dis que je ne suis pas si mal que ça. 

 Le Gouvernement a présenté ce mercredi un nouveau "plan d'urgence" composé de 24 mesures regroupées en 6 axes qui est déjà jugé comme insuffisant par la FNSEA, principal syndicat d'éleveurs français. Pour aider à restructurer les dettes des éleveurs, le fonds d'allégement des charges (FAC) est porté à 50 millions d'euros, contre 8 millions actuellement. Reports d'échéance de paiement des impôts sur le revenu, remboursements anticipés de la TVA, et diverses exonérations. Si le Calvados a appelé à arrêter le mouvement de blocage, des éleveurs d'Auvergne et de Rhône-Alpes, apparemment insatisfaits des mesures annoncées, devraient bloquer les accès autoroutiers à Lyon à partir de ce mercredi soir et ceux de Clermont-Ferrand jeudi matin. Déjà, les réactions politiques se multiplient. L'ancien Président de la République, Nicolas Sarkozy, a jugé que le plan n'était "pas à la hauteur et ne répondait pas au déficit de compétitivité". François Hollande, lui, devrait rencontrer les responsables de diverses organisations agricoles dès jeudi à Dijon. 

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo : RB

Partager sur Facebook
Vu par vous
7670
Aimé par vous
5 J'aime
Les réaction
1 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
alain renard | 22/07/2015

Des propos clairs et lucides, appel à un vrai débat sur la place souhaitée dans notre société à la production agricole.Elle permet de nourrir des individus, est activité professionnelle, génératrice de profits économiques et financière. Quelle place donne t on à la rémunération du professionnel, par rapport à la marge de l'intermédiaire, au respect de l'environnement, à la capacité financière à assumer le juste prix pour le consommateur? La lucidité de l'intervenant, son parler vrai, doit permettre de remiser les poncifs et propos poujadistes des uns et des autres dos à dos!

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 33 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr
La variété hybride Marigoule est particulièrement sensible aux attaques de cynips. Agriculture | 28/10/2020

Haute-Vienne : Les producteurs de marrons châtaignes alertent le préfet

Baptiste Carrère producteur de canards à Malaussanne (64), a pris la présidence de Bienvenue à la Ferme 64 Agriculture | 27/10/2020

Bienvenue à la ferme 64 : des projets florissants malgré le contexte

Illustration installation - transmission en maraîchage Agriculture | 23/10/2020

Transmission agricole : Safer, collectivités et chambre d'agriculture 64 alliées au plus proche du terrain

Une partie du coteau bordant les vignes de Pierre Tourré s'est effondrée suites à la pluie du 11 mai Agriculture | 21/10/2020

Les pluies du mois de mai mettent en danger des vignerons de Loupiac

La famille Massé, installée à Rouillac, fait partie des 150 exploitations certifiées par l’interprofession Agriculture | 15/10/2020

Charente : vers un cognac 100% durable en 2030

Roland de Lary, directeur du CRPF Agriculture | 05/10/2020

Filière bois : trois questions à Roland de Lary, directeur du Centre Régional de la Propriété Forestière

Danièle Marcon, présidente de la section tomate de l'AIFLG Agriculture | 04/10/2020

L'IGP, une urgence pour la survie pour la Tomate de Marmande

Marché de producteurs Agriculture | 02/10/2020

Les circuits courts au menu du 6ème Agrinovembre

Bernard Layre, Présidnt de la Chmabre d'agriculture des Pyrénées-Atlantiques et Eric Spitz Préfet du département Agriculture | 01/10/2020

Un nouveau tournant vers la transition environnementale pour l'agriculture des Pyrénées-Atlantiques

Le Palso est une association représentant les acteurs de la filère palmipède du grand Sud-Ouest Agriculture | 30/09/2020

Un vingtième anniversaire particulier pour l’IGP Foie Gras du Sud-Ouest

Pierre Courdurié en train de travailler le raisin en fermentation Agriculture | 25/09/2020

Vendanges : rencontre avec Pierre Courdurié, vigneron à Saint-Christophe-des-Bardes

Le périgourdin Didier Gouraud à la tête d'Interbev Nouvelle Aquitaine Agriculture | 20/09/2020

Le périgourdin, Didier Gouraud, à la tête de la filière viande en Nouvelle-Aquitaine

Safer Nouvelle-Aquitaine Agriculture | 17/09/2020

La Safer tire son bilan régional

Anthony Brun dans sonexploitation de Saint-Bonnet sur Gironde Agriculture | 17/09/2020

Vendanges : le terroir de cognac sauve les meubles

Anne Fichet au milieu de ses fleurs Agriculture | 11/09/2020

De la plante à l'hydrolat, l'agriculture dans le respect du vivant chez Anne Fichet à Saint-Savinien (17)