Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

15/06/18 : Charente-Maritime : la reproduction de la frégate L'Hermione revient dimanche dans son port d'attache à Rochefort vers 7h du matin.

11/06/18 : La Ville de La Rochelle a reçu le 2e Prix dans la catégorie Participation citoyenne aux Prix européens de l'innovation urbaine Le Monde-Smart Cities décernés à Lyon le 17 mai 2018.

10/06/18 : Après sa 9e place qu’elle a obtenue samedi avec ses partenaires du K4 français, la kayakiste périgourdine Manon Hostens a décroché ce dimanche le titre de championne d’Europe de course en ligne sur 500 mètres associée à la Tourangelle Sarah Guyot.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 16/06/18 | Bilan des intempéries en Dordogne

    Lire

    477 interventions ont été réalisées dans le cadre des orages des 10 et 11 juin dernier en Dordogne. Les entreprises touchées par les intempéries ont la possibilité de faire appel à une indemnisation au titre de l’activité partielle. La chambre d’agriculture a demandé à ce que soit mis en œuvre un dégrèvement au titre de la taxe sur le foncier non bâti (TFNB) pour les exploitations touchées. 10 communes ont déposé en préfecture une reconnaissance de Catastrophe Naturelle.

  • 15/06/18 | Le dossier Ford s'invite au Conseil de Métropole

    Lire

    Dans une motion votée ce 15 juin, le Conseil de Bordeaux Métropole "déplore, avec la plus grande force, la décision du groupe Ford de lancer une procédure d’information-consultation préalable à un plan de sauvegarde de l’emploi à Ford Aquitaine Industries." Une décision "incompréhensible" et "prématurée" au regard de la mission confiée par Ford au cabinet Géris, "voilà à peine 2 mois, de rechercher des repreneurs potentiels" et des "discussions en cours entre le groupe Ford et un industriel qui a visité le site le 30 mai". Les élus appellent "l'Etat à maintenir la plus grande vigilance pour que Ford assume ses responsabilités".

  • 15/06/18 | Landes : Suivi des intempéries

    Lire

    Suites aux intempéries dans les Landes, une réunion se tient ce vendredi 15 juin après-midi, sur à l'étude de la réparation des dommages au titre des catastrophes naturelles, en présence du Préfet, des collectivités sinistrées et du Président du département. Ce dernier a par ailleurs indiqué ce jour que le Département, solidaire des agriculteurs et collectivités sinistrés, crée un fonds de solidarité territoriale qui sera mobilisé en particulier sur les voiries communales et intercommunales, en complément de l'Etat. Des crédits supplémentaires seront aussi inscrits pour la réparation des dégâts sur la voirie départementale.

  • 15/06/18 | Pyrénées-Atlantiques: suivi des intempéries

    Lire

    Le 1er comité de suivi après les intempéries dans les Pyrénées-Atlantiques s'est tenu ce vendredi. La préfecture dénombre cinquante communes ayant déposé des dossiers de demandes d'indemnisations au titre des catastrophes naturelles. Les 1ères commissions chargées d'examiner ces requêtes se réuniront le 19 juin. Parmi les dégâts, l'effondrement de la D918 rejoignant Gourette, sur 50 m de long et jusqu'à 8 mètres sous la route, sur lequel outre les déplacements quotidiens, devait passer le Tour de France le 27 juillet pour l'arrivée à Laruns. Un chiffrage des travaux est attendu avant toute décision de modification de l'étape.

  • 15/06/18 | Lancement du 1er concours « Campus numérique 47 »

    Lire

    Le Campus Numérique 47 organise la première édition du « Concours Campus Numérique 47 », du vendredi 22 juin au dimanche 24 juin à Agen, sur son site du 156 avenue Jean Jaurès. C’est un concours de création de Start Up numériques qui doit permettre d’installer en Lot-et-Garonne les pépites de demain.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Agriculture | L'Aquitaine renforce son soutien à l'installation en agriculture

20/02/2015 | Avec l'aide de l'Europe, la Région Aquitaine lance de nouveaux dispositifs pour la compétitivité du secteur agricole aquitain. En première ligne, une politique de l'installation renforcée

L'Aquitaine renforce son soutien à l'installation en agriculture

«Après une année 2014 de transition, 2015 va être l'année de la mise en place réelle des nouvelles responsabilités de la Région en tant qu'autorité de gestion des fonds du 2ème pilier de la Politique agricole commune», affirme Jean-Pierre Raynaud Vice-président du Conseil régional en charge de l'agriculture et de l'agroalimentaire. De nouvelles responsabilités, qui permettent dès ce mois de février le lancement de nouveaux dispositifs régionaux en faveur de l'agriculture et de l'agroalimentaire. Au nombre de ces nouveaux outils, la Région fait une place toute particulière à l'installation des jeunes agriculteurs à laquelle sera consacrée 12M€ par an.

«La région a une volonté forte de soutenir l'installation des jeunes agriculteurs» assure Jean-Pierre Raynaud. Et pour cause, bien que première région en termes d'emploi agricole, et deuxième pour le nombre d'exploitations, la dynamique des installations inquiète. « En 10 ans, le nombre d'installations a diminué de 17% » constate le Vice-président. Mais, au delà d'une dynamique en berne, il s'agit également de prendre en compte et d'appuyer les nouveaux profils des candidats à l'installation qui sont, pour 50% d'entre eux, des jeunes s'installant hors cadre familial. De la même manière il s'agit pour Jean-Pierre Raynaud de favoriser les installations d'exploitations génératrices de valeur ajoutée et d'emplois, et durables du point de vue environnemental. Autant de considérations sur les besoins et enjeux issues d'une large concertation avec les acteurs régionaux de la filière, organisée notamment à l'occasion des assises régionales de l'installation en 2013.

En pratique le Conseil régional a désormais mis au point un parcours unique ouvert à tous, avec un seul point d'entrée dans chaque département: le Point Accueil Installation et Transmission, localisé dans les Chambres d'agriculture. L'idée étant ici de rendre plus lisible le parcours du candidat avec un accompagnement « sur mesure » pour chaque agriculteur, en fonction de son profil et de son projet.

DJA modulée et prêt d'honneurTrois outils principaux pourront ainsi être mis en oeuvre pour soutenir les projets d'installation. Le premier d'entre eux, et le plus traditionnel aussi, reste la DJA ou Dotation Jeune Agriculteur, dont l'accès promet-on, sera facilité aux jeunes hors cadre familiaux. Cette DJA est le seul outil qui permet une dotation en capital de l'Union européenne. En outre le Conseil régional, qui compte bien garder cette voie comme mode d'accès principal à l'installation, proposera des modulations de 20% au regard du profil du candidat ou de son projet. Les hors cadre familiaux pourront ainsi en bénéficier, tout comme les installations sur des exploitations en Agriculture Biologique, en certification environnementale ou encore dans le cadre d'un groupement d'intérêt économique et environnemental. Une modulation de 20% est également accordée si l'exploitation répond à différents critères (au moins 3) porteurs de valeur ajoutée ou de création d'emploi, comme le matériel acquis en CUMA, la production sous signe de qualité et d'origine, ou encore la reprise d'une activité de vente directe. Enfin, afin d'encourager les exploitants à s'assurer, la DJA pourra être modulée de 15% si le candidat à l'installation s'engage dans un dispositif assurantiel.

Le deuxième outil créé par la région est destiné aux candidats non éligibles à la DJA (principalement les plus de 40 ans) et reprend un système expérimenté avec succès depuis 4 ans en Dordogne : les prêts d'honneur. Ces candidats pourront en effet bénéficier de prêts pouvant aller jusqu'à 20 000 € financés par la Région et les Départements en partenarait avec le réseau France Initiative. Un prêt à taux 0 sur 5 ans, attribué aux candidats ayant un projet d'installation fiable et viable. « Une vraie nouveauté dans la politique du Conseil régional », commente Jean-Pierre Raynaud.
Enfin le troisième outils lancé ce mois-ci tient en un accompagnement dans la durée du jeune installé, tant en amont de son installation que dans les années qui suivent afin de renforcer le plus possible la pérennité des nouvelles installations.

Des harmonisations mais pas de politique unique pour la grande régionA noter tout de même, dans cette nouvelle politique de l'installation, que la participation de la Région au financement des taux d'intérêt du dispositif de portage mis en place par la Safer, a été revu à la baisse. En effet, d'un financement de 10 ans maximum, le Conseil régional a réduit la voilure de sa participation à une durée de 5 ans. Un dispositif qui a un succès certain mais aussi un coût non négligeable pour la collectivité. "Il s'agit d'avoir un meilleur rapport entre la dépense publique et l'efficacité des outils", précise Jean-Pierre Raynaud qui ajoute par ailleurs que d'autres modalités d'accompagnement à l'accès au foncier sont en discussion avec la SAFER et les structures professionnelles. Les filières ou caves coopératives, par exemple, ont en effet, selon le vice-président "pris conscience de leur intérêt collectif à participer aux outils de l'installation".

Au total, en 2015, ce sont 12M € qui seront consacrés à cette nouvelle politique régionale de l'installation. Une politique sur laquelle, la Région, à travers les fonds européens, se place en véritable chef de file. Seul bémol de ce coup de pouce européen sur l'installation, et plus globalement sur l'agriculture : l'impossibilité de mettre en place, à compter de janvier 2016, une politique agricole unique au sein de la future grande région. «Nous travaillons sur l'harmonisation de nos dispositifs autant que faire ce peut" assure Jean-Pierre Raynaud, mais les financements et validations européens de ces outils, ont été décidés avant la fusion des régions, et c'est donc sur les engagements pris par chaque région, qu'il faudra rendre des comptes de manière séparées à la Commission européenne.

Solène Méric
Par Solène Méric

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
10029
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 20 + 12 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr