17/11/17 : Dans le cadre du festival international AlimenTerre, l’AMAP de la Baïse et le magasin Biocoop de Nérac organisent une projection du film « Hold up sur la banane », réalisé par François Cardona, le jeudi 23 novembre à 20h Salle des Écuyers à Nérac.

17/11/17 : Les traités transatlantiques. Tel est le sujet du débat qu'organise le Centre d’Information Europe Direct Moyenne Garonne / Maison de l'Europe de Lot-et-Garonne le vendredi 8 décembre à 18h au Comoedia, 32 Rue Léopold Faye à Marmande.

17/11/17 : Le groupe cinématographique rochelais CGR ( Georges Raymond) vient de racheter Cap Cinéma qui exploite 22 salles en France dont celles de Périgueux et d'Agen. Le réseau CGR devient le premier exploitant français. Et le deuxième en terme d’entrées.

16/11/17 : Ils étaient entre 1650 (la préfecture) et 4000 personnes (selon les syndicats) à manifester ce 16 novembre à Bordeaux contre les ordonnances de la loi travail du gouvernement Philippe. C'est bien moins que les 10 000 manifestants du 12 septembre

16/11/17 : A l'occasion du centenaire de l'arrivée de l'armée américaine à La Rochelle, l'esplanade Eric-Tabarly accueille deux wagons d'époque, classés aux Monuments historiques, comme patrimoine de la 1re Guerre Mondiale. A voir jusqu'au 19 novembre.

15/11/17 : Vinitech Siffel, le Salon mondial vitivinicole, arboricole et maraîcher organisé par Congrès Expositionx de Bordeaux, annonce sa prochaine édition à Bordeaux du 20 au 22 novembre 2018.

15/11/17 : Lascaux IV, le centre international d'art pariétal de Montignac, a été désigné l'un des trois meilleurs projets de tourisme européens 2017 par la British Guild of travel writers avec le musée des Vikings au Danemark et la maison Mondrian aux Pays-Bas.

14/11/17 : Pont d’Aquitaine:fermeture dans les 2 sens de l'A630 entre les échangeurs 2 (Lormont - Croix Rouge) et 4a (Bordeaux – Nouveau Stade)du 15 novembre, 21h au 16 novembre: 6h00 du 16 à 21h00 au 17 novembre à 6h00

10/11/17 : La Ferme basque Lurrama se tient ce week-end halle Iraty à Biarritz. Toute l'excellence de l'agronomie et de la production basque avec un invité, la Région PACA. Concours gastronomiques, exposition et demain 11h, débat sur les ours et les loups

10/11/17 : La Maison de la Charente-Maritime accueille jusqu'au 29 décembre l'exposition "Objectif enfance", notamment sur les actions en faveur des enfants dans le monde, qui fut exposée sur le parvis de l'hôtel de ville à Paris. Entrée libre

09/11/17 : Secrétaire générale de la préfecture des Pyrénées-Atlantiques et sous-préfète de l'arrondissement de Pau, depuis l'été 2014, Marie Aubert vient d'être nommée sous-préfète de l'arrondissement du Havre ( Seine maritime )

06/11/17 : Pour connaître les conditions pour partir à l'étranger, rendez-vous à la Maison de l'Europe de Lot-et-Garonne Centre d'Informations Europe Directe pour suivre un atelier d'informations le 8 novembre de 16h à 17h à Agen.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 17/11/17 | Solidarité Réfugiés 33 manifeste les 18 et 20 novembre

    Lire

    Le collectif Solidarité Réfugiés 33, en avant première à la journée nationale sur les mineurs isolés étrangers de lundi 20 novembre, sera présent ce 18 novembre à 14 heures place de la Comédie à Bordeaux pour une action de "sensibilisation de la population" et "témoigner avant une conférence de presse prévue le 20 novembre, Place Pey Berland, de "centaines de situation où le droit n'est pas appliqué en matière de santé, de logement, d'éducation, de protection pour les réfugiés, les migrants, les exilés"

  • 17/11/17 | La Région expérimente un autobus au bioéthanol

    Lire

    La Région Nouvelle-Aquitaine expérimente depuis le 6 novembre un car roulant à l'ED95 sur le réseau TransGironde, en partenariat avec Citram Aquitaine, Raisinor France et Scania; sur la ligne 201 entre Bordeaux, Saint-André de Cubzac et Blaye il circule avec un bio carburant issu de résidus viniques. Destiné principalement aux autobus, autocars et poids lourds, l'ED 95 est obtenu par un procédé de fermentation industrielle permettant la transformation du sucre de marcs de raisin en alcool brut, ensuite distillé puis déshydraté pour obtenir le bioéthanol..

  • 17/11/17 | La pépinière d'entreprises de l'agglomération périgourdine s'ouvre à tous les secteurs

    Lire

    Cap@cités, la pépinière d'entreprises de l'agglomération périgourdine, élargit son champ d'action. La pépinière accueille désormais tout type d'entreprises, sans restriction de secteurs d'activités (à l'exception des services à la personne). Reste un critère d'âge, avoir moins de 3 ans... Tous les porteurs projets ou nouvelles entreprises peuvent bénéficier des solutions offertes par ce lieu : domiciliation, incubation, pépinière, espace de coworking. Plus d'infos

  • 17/11/17 | Ciné-débat « L'intelligence des arbres » à Contis

    Lire

    Dans le cadre du mois du film documentaire, le documentaire allemand, « L'intelligence des arbres », de Julia Dordel et Guido Tölke donnera lieu à une projection-débat au cinéma de Contis (Landes) animée par Jacques Hazera Expert forestier,Vice-Président de Pro Silva France. Ce film montre le travail minutieux et passionnant des scientifiques, nécessaire à la compréhension des interactions entre les arbres ainsi que les conséquences de cette découverte. Rendez-vous dimanche 19 novembre à 17h.

  • 17/11/17 | Coupe du Monde de Rugby : Bordeaux aussi de la fête

    Lire

    C'est acté depuis le 15 novembre : la France accueillera la Coupe du Monde de Rugby 2023, pour la deuxième fois de son histoire. Une nomination préférée à celles de l'Irlande et de l'Afrique du Sud, toutes deux finalistes. Et on sait déjà que Bordeaux sera de la fête. Le stade Matmut Atlantique a en effet été sélectionné (parmi neuf stades en France) pour accueillir plusieurs matchs de poule. En revanche, aucun match de finale ne serait prévu pour le moment.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Agriculture | Foncier: De nouveaux outils pour de nouvelles idées

15/06/2017 | Pour sa traditionnelle tournée des conférences départementales, la Safer met en avant l'émergence de nouveaux modèles d'installation à accompagner.

Laura Baillard, Maël Gallard et Louis Gallard construisent leur projet d'installation en Dordogne, et en ont témoigné lors de la CDFR 24 du 8 juin dernier

Ce jeudi 8 juin, c'est au pôle interconsulaire de Coulounieix-Chamiers que se déroulait une conférence de la Société d'Aménagement Foncier et d'Etablissement Rural Aquitaine-Atlantique, dans le cadre des dixièmes conférences départementales du foncier rural. Pour son étape périgordine, la Safer a continué à mettre en avant l'exemple de jeunes, installés ou en cours de validation d'un projet d'installation. L'occasion de réfléchir plus concrètement à la thématique choisie cette année, « Ensemble, imaginons de nouveaux chemins d'accès au foncier ». Le tout dans une agriculture en pleine mutation.

L'installation hors-cadre familial, l'agriculture biologique, les circuits courts. Des mots qui véhiculent un message d'espoir pour l'agriculture de demain, qui sont porteurs d'un renouveau, d'une dynamique renaissante. Mais qui veulent aussi dire que l'agriculture d'hier et celle de demain ne peuvent fonctionner avec les mêmes mécanismes. Il est bien connu que le grand défi à relever pour l'agriculture est pourtant celui de l'installation et du renouvellement des générations.

Et le modèle de pensée et d'actions, en l'état, ne suffit plus, question d'idéologie. Dans une intervention enregistrée, Jean-Marie Gilardeau, secrétaire général de l'Association Nationale de Développement des Espaces Ruraux, pointe cela du doigt : « la loi d'orientation de 1962 définissait là où l'on voulait aller, et mettait en place les structures pour le faire. Mais aujourd'hui, l'agriculture qui se reproduisait en circuit fermé change, on est sur des installations hors-cadre familial », lance-t-il.

Les jeunes porteurs de projet qui arrivent n'en sont pas moins armés par leurs formation, bien au contraire. C'est le cas de Laura Baillard, Maël Gallard et Louis Gallard. Qu'ils soient parisiens, normands, qu'ils aient fait leurs études à Beauvais ou ailleurs, peu importe. C'est en Dordogne qu'ils construisent leur projet. Exemple-type de toute la vague actuelle qui amène un vent de fraîcheur dans l'agriculture.

Promesse d'avenir
Après un premier échec sur la reprise d'une exploitation, le trio passe par la Safer et le répertoire à l'installation, enchaîne les visites, avant un coup de cœur à Saint Pierre de Côle. L'exploitation compte 50 hectares (38 en SAU et 12 en bois), un hangar de 600 m2, et une grande maison d'habitation.

« Le bâti est là. On veut développer trois activités. Il y a un atelier maraîchage, avec traction animale. Il y a aussi une partie élevage, avec du porc plein air et des bovins de race bazadaise. Et enfin de l'agritourisme avec des gîtes insolites », explique brièvement Laura. Tout en biologique et avec une recherche de circuits courts évidemment.

Mais si les idées foisonnent, le temps administratif peut paraître long. Le dossier des trois jeunes est encore en attente de décision finale. Ce qui n'empêche pas d'avancer, alors qu'au cœur du projet, l'outil choisi a été celui du portage avec la Safer. Mais à côté, autre aspect novateur, le financement participatif a été mobilisé. Via Miimosa, 15000 euros venant de 150 contributeurs différents ont pu être récoltés, servant a acheté les deux juments de traits.

Un bel exemple parmi d'autres de ce qu'est l'agriculture aujourd'hui, et de ce dont elle a besoin pour évoluer encore. Pierre Pouget, directeur de la Safer Aquitaine-Atlantique, n'hésite pas à évoquer encore ces freins qui peuvent exister. « On est sur des sujets complexes, innovants, il est logique que l'on parle de risque, on avance tous à tâtons. Mais les banques doivent assumer leurs responsabilités, toutes proportions gardées ce sont des risques faibles pour elles ».


2016 en chiffres
En 2016, la Safer a réalisé en Dordogne 145 opérations d'acquisitions de foncier, pour un total de 1018 ha, dont 149 hectares, soit 14,6 %, acquis par le droit à préemption.« La Safer est connue notamment pour cela, ce qui nous vaut une mauvaise publicité, alors que ce n'est qu'une partie de nos activités », regrette Stéphanie Gressier, chef du service départemental.

Concernant les missions de la Safer, c'est vers l'agriculture que le foncier a été très largement redistribué. 790 hectares ont été consacrés au maintien et au développement d'une agriculture dynamique et diversifiée, dont 258 ha pour 31 dossiers en installation. 37 hectares ont été orientés vers la participation au développement local. Enfin, les 172 hectares restants concernent en quasi totalité des opérations forestières.

En ce qui concerne le portage, en Dordogne en 2016, la Safer a porté 50 ha pour le compte de six jeunes agriculteurs en installation. C'est sur la convention de mise à disposition que l'on peut plus facilement lire un réel engouement. Le nombre d'hectares est chaque année plus important depuis 2012. En 2016, il a atteint 2653 hectares mis à disposition de la Safer par 200 propriétaires différents.

Sylvain Desgroppes
Par Sylvain Desgroppes

Crédit Photo : Safer Aquitaine Atlantique

Inno'action et agricultureCet article fait partie du dossier

Voir les autres articles de ce dossier
Partager sur Facebook
Vu par vous
54513
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 20 + 17 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr