Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

15/06/18 : Charente-Maritime : la reproduction de la frégate L'Hermione revient dimanche dans son port d'attache à Rochefort vers 7h du matin.

11/06/18 : La Ville de La Rochelle a reçu le 2e Prix dans la catégorie Participation citoyenne aux Prix européens de l'innovation urbaine Le Monde-Smart Cities décernés à Lyon le 17 mai 2018.

10/06/18 : Après sa 9e place qu’elle a obtenue samedi avec ses partenaires du K4 français, la kayakiste périgourdine Manon Hostens a décroché ce dimanche le titre de championne d’Europe de course en ligne sur 500 mètres associée à la Tourangelle Sarah Guyot.

Arte Flamenco 2018 - du 2 au 7 juillet - Mont de Marsan
- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 16/06/18 | Bilan des intempéries en Dordogne

    Lire

    477 interventions ont été réalisées dans le cadre des orages des 10 et 11 juin dernier en Dordogne. Les entreprises touchées par les intempéries ont la possibilité de faire appel à une indemnisation au titre de l’activité partielle. La chambre d’agriculture a demandé à ce que soit mis en œuvre un dégrèvement au titre de la taxe sur le foncier non bâti (TFNB) pour les exploitations touchées. 10 communes ont déposé en préfecture une reconnaissance de Catastrophe Naturelle.

  • 15/06/18 | Le dossier Ford s'invite au Conseil de Métropole

    Lire

    Dans une motion votée ce 15 juin, le Conseil de Bordeaux Métropole "déplore, avec la plus grande force, la décision du groupe Ford de lancer une procédure d’information-consultation préalable à un plan de sauvegarde de l’emploi à Ford Aquitaine Industries." Une décision "incompréhensible" et "prématurée" au regard de la mission confiée par Ford au cabinet Géris, "voilà à peine 2 mois, de rechercher des repreneurs potentiels" et des "discussions en cours entre le groupe Ford et un industriel qui a visité le site le 30 mai". Les élus appellent "l'Etat à maintenir la plus grande vigilance pour que Ford assume ses responsabilités".

  • 15/06/18 | Landes : Suivi des intempéries

    Lire

    Suites aux intempéries dans les Landes, une réunion se tient ce vendredi 15 juin après-midi, sur à l'étude de la réparation des dommages au titre des catastrophes naturelles, en présence du Préfet, des collectivités sinistrées et du Président du département. Ce dernier a par ailleurs indiqué ce jour que le Département, solidaire des agriculteurs et collectivités sinistrés, crée un fonds de solidarité territoriale qui sera mobilisé en particulier sur les voiries communales et intercommunales, en complément de l'Etat. Des crédits supplémentaires seront aussi inscrits pour la réparation des dégâts sur la voirie départementale.

  • 15/06/18 | Pyrénées-Atlantiques: suivi des intempéries

    Lire

    Le 1er comité de suivi après les intempéries dans les Pyrénées-Atlantiques s'est tenu ce vendredi. La préfecture dénombre cinquante communes ayant déposé des dossiers de demandes d'indemnisations au titre des catastrophes naturelles. Les 1ères commissions chargées d'examiner ces requêtes se réuniront le 19 juin. Parmi les dégâts, l'effondrement de la D918 rejoignant Gourette, sur 50 m de long et jusqu'à 8 mètres sous la route, sur lequel outre les déplacements quotidiens, devait passer le Tour de France le 27 juillet pour l'arrivée à Laruns. Un chiffrage des travaux est attendu avant toute décision de modification de l'étape.

  • 15/06/18 | Lancement du 1er concours « Campus numérique 47 »

    Lire

    Le Campus Numérique 47 organise la première édition du « Concours Campus Numérique 47 », du vendredi 22 juin au dimanche 24 juin à Agen, sur son site du 156 avenue Jean Jaurès. C’est un concours de création de Start Up numériques qui doit permettre d’installer en Lot-et-Garonne les pépites de demain.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Agriculture | Des agriculteurs bien ancrés dans le XXIe siècle

16/09/2016 | Les outils numériques en démonstration à Monségur, vont faciliter la vie des producteurs

MaïsadourMonségur

« Cultiver le potentiel de son exploitation »... Les « Rencontres agronomiques et élevage » du géant coopératif Maïsadour ont permis vendredi à plus de 600 agriculteurs de la région d'échanger sur les nouvelles pratiques, notamment numériques, les recherches en cours et les dernières évolutions. Petite balade au milieu des champs de maïs à Monségur (Landes) où se tenait cette journée.

Apprendre des techniques pour valoriser les fumiers de volailles ou mieux restaurer la fertilité des sols, tout savoir sur la nutrition animale et les nouvelles litières à palmipèdes, visiter des bâtiments mobiles à poulets ou rêver devant du matériel agricole flambant neuf... Il fallait bien une bonne matinée pour faire le tour des démonstrations.
Maïs "tolérant à la sécheresse"Sous le chapiteau « Digitaliser son exploitation », la moyenne d'âge est plus basse que devant les tracteurs. Ici, on propose des outils d'aide à la gestion numérique de ses parcelles, commandes et contrats sur ordinateur et smartphone. Sur l'espace extranet de la coopérative conçu pour faciliter la vie des agriculteurs, ces derniers pourront bientôt conclure des contrats directement en ligne et commander leurs aliments. Ils peuvent déjà y consulter leurs factures, commercialiser leurs céréales, consulter l'observatoire de la récolte en temps quasi-réel, avoir des informations sur les prix ou les marchés internationaux. « Ce sera plus réactif qu'avec notre fax souvent en panne », prédit Sébastien qui fait du maïs sur 120 hectares avec son père Pascal, à Luxey.
D'autres outils digitaux sont à l'oeuvre, comme pour piloter l'irrigation avec modèle météo associé et prise en compte de la réserve en eau du sol de sa parcelle. De quoi gagner en rendement. Un objectif aussi du pôle recherche de Maïsadour qui expérimente 34.000 hybrides dans ses centres dédiés en France, Allemagne, Roumanie et Ukraine, pour en lancer trente nouveaux chaque année sur le marché dont certains seront bientôt « tolérants à la sécheresse ». Façon de tranquilliser l'agriculteur quelles que soient les conditions climatiques d'apport en eau. Après un tel été si sec et les baisses de rendement désastreuses qui en découlent (40 à 50% de volume perdu en Sud-Adour), il y avait de quoi attirer du monde sous le chapiteau « sécuriser son exploitation ». 

Julie Ducourau
Par Julie Ducourau

Crédit Photo : JD

Inno'action et agricultureCet article fait partie du dossier

Voir les autres articles de ce dossier
Partager sur Facebook
Vu par vous
18240
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 20 + 12 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr