Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

18/01/21 : Au 16 janvier, 34 689 vaccinations ont été réalisées en Nouvelle-Aquitaine, la plaçant parmi les régions ayant le plus vacciné. L’objectif national de 1 million de vaccinations à fin janvier, se traduit par un objectif régional de 100 000 vaccinations.

11/01/21 : Le 18/01 à 18h le MEF 33, le Centre Europe Direct Bordeaux-Aquitaine et les Jeunes Européens Bordeaux organisent un webinaire le "Plan de Relance et budget européens: Où va l'Europe?" Commission et Parlement européens, et la Région seront représentés+ d'info

08/01/21 : Influenza aviaire - la Préfecture des Pyrénées-Atlantiques annonce désormais 159 communes en zone réglementée en lien avec 2 foyers dans des élevages de palmipèdes à Baigts-de-Béarn et Préchacq-Navarrenx et 4 suspicions fortes à Arget, Lichos et Garlin

06/01/21 : 823kg de jouets et de livres ont été collectés par la Communauté d’Agglo de Pau et ses partenaires grâce à l’opération "Le père Noël fait de la récup’"! Elle se poursuit jusqu'au 17 janvier dans les déchetteries et points de dépôts.+ d'info

28/12/20 : Le 22 décembre, les communes de Tocane-Saint-Apre et Bergerac en Dordogne ont été reconnues en état de catastrophe naturelle pour inondations et coulées de boues en septembre 2020.

28/12/20 : Suite aux inondations et coulées de boues survenues dans les Landes en octobre dernier, les communes de Mimbaste, Bélus et Rivière-Saas-et-Gourby ont été reconnues le 22 décembre en état de catastrophe naturelle.

23/12/20 : Le préfet de la Charente-Maritime a validé la sortie de la communauté d'agglomération de La Rochelle du syndicat départemental Eau 17, à compter du 1er janvier 2021.

23/12/20 : 60 000 € ont été votés lors de la dernière commission permanente du Département des Deux-Sèvres en faveur de la recherche scientifique et l'innovation. Cette somme sera attribuée sous formes de bourses doctorales

23/12/20 : Le Conseil communal des jeunes de Poitiers a organisé mi-décembre, une collecte de produits de puériculture dans les collèges. Plus de 150 produits (couches, lait, produits d’hygiène…) ont ainsi été remis au restos du Coeur et au Secours Populaire

19/12/20 : Le Biarrot Jacques Lajuncomme-Hirigoyen, 64 ans, est le nouveau président de la Fédération française de surf. Il succède à Jean-Luc Arassus, élu en 2005 . Il sera le président qui inaugurera l'entrée du surf à Tokio, mais aussi aux JO 2024 à Teahupoo.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 21/01/21 | Lancement de la 4ème promotion de l'Accélérateur PME-ETI Nouvelle-Aquitaine

    Lire

    La 4ème promotion de l’Accélérateur PME-ETI Nouvelle-Aquitaine ouvre ses portes à 30 entreprises. Pendant 24 mois, elles bénéficieront d’un accompagnement sur mesure et d’un parcours d’excellence. Ce programme est à destination d’entreprises stratégiques, indépendantes et à fort potentiel de développement ainsi que de création d’emplois sur le territoire. La Région soutien davantage cette 4ème promotion, au vue de la crise économique. Depuis 2017, 146 entreprises régionales ont déjà pu bénéficier de ce programme.

  • 21/01/21 | Mise en route de la Chambre de métiers et de l’artisanat de région Nouvelle-Aquitaine

    Lire

    Après un an et demi de travail, la Chambre de métiers et de l’artisanat de région Nouvelle-Aquitaine a vu le jour. Le 18 janvier, elle s’est officiellement installée. Elle résulte de la fusion de la Chambre régionale de métiers et de l'artisanat et des établissements départementaux. Le but étant d’accompagner les entreprises, notamment en cette période de crise sanitaire qui bouleverse l’activité économique. La mise en place d’une démarche d’une offre globale de services a été validée lors de l’assemblée d’installation.

  • 21/01/21 | Bordeaux Métropole : les travaux de l'extension du tram A en vue

    Lire

    Alain Anziani, maire de Mérignac et président de Bordeaux Métropole, a fait le point sur le prolongement attendu de la ligne de tram A vers l’aéroport. Prévue pour septembre 2022, elle fera 5 kms et desservira 5 nouvelles stations à partir du carrefour des Quatre Chemins à Mérignac, pour rejoindre l’aéroport. La liaison entre la place Pey-Berland et l’aéroport se fera en 35 minutes. Cet investissement de 90 millions d’euros est financé par Bordeaux Métropole. La phase de travaux de construction de la plateforme du tram commencera le 25 janvier. Ce prolongement s’accompagne d’une végétalisation tout le long du tracé.

  • 20/01/21 | La Charente, premier département Néo-terra

    Lire

    Mercredi, la Charente a adhéré à Néo Terra, le programme néo-aquitain de préservation de l’environnement. « On risque d’être dans le climat de Séville dans une trentaine d’années, on a un travail d’adaptation à faire », signale Alain Rousset, présent pour l'occasion. Gestion de l’eau, transports, alimentation, habitat… « Il faut que l’action publique retrouve de l’anticipation et bouscule certaines habitudes et certaines certitudes ». Parmi les actions que la Charente veut lancer, 200000 € serviront à accompagner les agriculteurs dans la certification Haute Valeur Environnementale, et 1M€ à l’achat de voitures électriques pour l'aide à domicile.

  • 20/01/21 | Divagation d'ours : le tribunal de Pau annule 20 arrétés municipaux

    Lire

    A l'automne 2018, 20 maires des Pyrénées-Atlantiques ont pris des arrêtés interdisant la divagation des ours sur le territoire de leur commune. Déférés devant le tribunal administratif de Pau, ces arrêtés viennent d'être annulés par le juge considérant d'une part qu'"aucune circonstance particulière ne mettait en évidence les dangers auxquels les personnes ou les biens seraient exposés en raison de la présence d’ours sur le territoire" et d'autre part que ces arrêtés "ne précisaient pas les mesures susceptibles d’être prises dans l’hypothèse où, malgré l’interdiction, la divagation d’ours serait néanmoins constatée".

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Agriculture | Développement durable : les vins de Bordeaux veulent du vert

07/12/2018 | La dixième édition du Forum Environnemental de la filière des Vins de Bordeaux s'est tenue ce jeudi 6 décembre au Palais des Congrès de Bordeaux Lac.

forum vin CIVB

C'est à un exercice d'équilibriste (entre communication et témoignages d'experts) auquel s'est livré le Conseil Interprofessionnel des Vins de Bordeaux ce jeudi 6 décembre en organisant la dixième édition de son Forum Environnemental de la filière des Vins de Bordeaux. Le développement durable, les conséquences du réchauffement climatique et l'adaptation visant la réduction de l'utilisation des produits phytosanitaires ont ainsi constitué l'essentiel des débats de la journée, dans un contexte annuel de pression sanitaire et d'aléas climatiques forts. Tour d'horizon des témoins marquants de cette journée en signe de "procession" de foi.

Episode 10 : la filière contre-attaque

C'est à une véritable contre-offensive à laquelle s'est livrée la filière des vins de Bordeaux ce jeudi 6 décembre, à l'occasion de la dixième édition du Forum Environnemental de la filière des Vins de Bordeaux, organisée au Palais des Congrès de Bordeaux Lac. L'occasion de faire un point d'étape important sur les avancées de l'adaptation au changement climatique, mais aussi les efforts communs dans la réduction des produits phytosanitaires. Depuis le premier sujet de l'émission Cash Investigation en 2016, qui a "bousculé les esprits", il est vrai que le sujet revient régulièrement sur la table. Récemment, l'association Génération Futures a encore enfoncé le clou en attribuant à la Gironde la deuxième place des départements les plus acheteurs de pesticides (3154 tonnes), en se basant sur des données de la Banque nationale de vente des distributeurs, dépendant elle même du ministère de la Transition écologique. Elle apparaissait même en quatrième position pour l'utilisation de glyphosate. Ce mercredi, plusieurs associations ont pointé du doigt le château Lafon-Rochet et fait analyser par un laboratoire plusieurs millésimes, en tirant des conclusions plutôt accablantes sur la présence de Folpel (classé CMR), et de plusieurs autres pesticides dans un domaine qui avait eu recours à des indicateurs bio (sans pour autant avoir été certifié).  S'attaquer à des symboles n'est pas vraiment nouveau pour ces associations qui font figure de lanceurs d'alerte : en janvier déjà, elles avaient envoyé en laboratoire une bouteille de château de l'Enclos, propriété de Bernard Farges, ex-président du CIVB et président du Syndicat des AOC Bordeaux et Bordeaux supérieur. Résultat : la présence de seize pesticides, dont 4 CMR. "Nous sommes fatiguées d’entendre le discours du CIVB, à renfort de plusieurs millions d’euros de marketing, expliquant que “tout va bien, la filière fait des efforts”, avançant toujours les mêmes arguments du SME et des cépages résistants, qui ne sont que des cosmétiques. Ils ne se saisissent pas du problème", avaient alors dénoncé les associations.

Qui croire quand on parle de mises au vert ? Face à ces analyses de labo, le forum de ce jeudi a convoqué de très nombreux viticulteurs, scientifiques, chercheurs et décideurs publics pour tenter de montrer que oui, les avancées existaient mais n'étaient pas toujours visibles par le grand public. "C'est une décénnie de transition, même si ce qu'on faisait au début des années 2000 n'avait rien à voir avec ce qu'il se passait dans les années 80. Il y avait déjà de fortes diminutions avec une liste de molécules interdites qui s'agrandissait chaque année, mais on était encore sous cette impulsion de la règlementation", a ainsi affirmé le Président du CIVB , Allan Sichel. "Depuis sept ou huit ans, on est face à une prise de conscience, un effort volontaire dans lequel les opérateurs vont bien plus loin que ce que la règlementation impose. Ce n'est pas parce qu'on veut s'imposer des contraintes mais parce qu'on y croit et que c'est important de préserver les qualités du terroir si on veut continuer à produire des grands vins dans les années à venir. Il y a des enjeux de santé et une pression sociétale indéniable à laquelle il faut répondre", a résumé ce dernier.

Ambition régionale et chiroptères

La communication, il est vrai, est un outil que le CIVB ne se lasse jamais de manier. Dans son rapport de développement durable version 2018, édité récemment, il détaille les "faits marquants" de 2018, dont le dixième forum a amplement profité. Ainsi, les vignobles aquitains font partie des 24 lauréats de l'appel à manifestation d'intérêt national TIGA (Territoires d'Innovation de Grande Ambition) au travers du projet VitiREV, dont la conseillère régionale Lydia Héraud a brièvement présenté le calendrier. "Ca fait partie d'un plan de réduction de l'usage des pesticides signé en 2016. Nous y avons associé 140 partenaires avec l'objectif d'aller plus vite et plus loin sur ces réductions. L'appel à projets définitif de l'Etat, pilote de TIGA, vient de paraître, les 24 candidats devraient passer leur grand oral en juillet prochain et les résultats sont attendus pour septembre 2019. Les financements (450 millions d'euros au total dont un tiers de subventions et deux tiers de fonds propres) devraient être débloqués en 2020. Entre temps, la région veut organiser une plénière spéciale consacrée à la transition agricole en général en 2019", a affirmé l'élue.

L'exemple de Vitirev n'est pas le seul à avoir bénéficié d'un (court) éclairage. En mars, une étude de la LPO Aquitaine (Ligue de Protection des oiseaux) réalisée avec le CIVB, l'INRA et Eliomys, prouve l'efficacité des chauves-souris contre les papillons ravageurs de la vigne, et réussit à montrer, grâce à des expériences de terrain, la grande diversité d'espèces de chauves-souris présentes. Pour le représentant de la LPO, Yannick Charbonnier, beaucoup de chemin reste encore à faire. "On veut inciter les viticulteurs à faire remonter la présence de colonies de chauves-souris, via une application mobile ou un site internet, pour développer des actions avec eux à partir de leurs infos. On a été en mesure de montrer quelques unes des relations qui pouvaient exister entre les chauves-souris et les ravageurs de la vigne mais il y a encore plein de questions, notamment celle de la quantification de cet effet. En gros : est-ce que le simple fait que les chauves-souris mangent des ravageurs suffit à produire un effet réel sur les vignes ? L'autre relation qu'il faudra arriver à mieux comprendre, c'est celle entre l'organisation locale des parcelles de vigne et la diversité des espèces de chauves-souris. Enfin, on se demande encore comment l'organisation globale du vignoble à une échelle paysagère peut influencer leur activité. Une fois qu'on aura assez de connaissances, on sera en mesure de pouvoir conseiller les viticulteurs à en accueillir plus sur leurs parcelles".

Méthodes alternatives
Pour Benoît Soulies, viticulteur au château Labrande (AOC Fronsac), certifié bio et HVE (Haute Valeur Environnementale, un label qui peut être inscrit sur les bouteilles et qui concernait en 2018 241 exploitations en Gironde) depuis juillet dernier, installer des nichoirs à chauves-souris dans ses vignes, ce n'est pas nouveau. En revanche, les avancées de la filière sur la réduction des pesticides, il les juge moins sévèrement que les lanceurs d'alerte. "On a beaucoup évolué sur les propriétés, il y a eu des changements à tous les niveaux, en culture conventionnelle comme en bio mais les gens ne le voient pas forcément. Je souhaitais être certifié HVE pour pouvoir montrer qu'il y avait une traçabilité totale sur le fonctionnement de mon exploitation. C'est un processus d'éco-responsabilité. Je conçois qu'il y ait des exploitations qui ne soient pas en bio et qui n'aient pas envie d'y aller. J'espère qu'avec les études et les avancées dans le domaine, on arrivera à supprimer un maximum de pesticides et d'intrants chimiques. C'est vrai que passer en bio a réduit mon rendement de manière significative et ça a un vrai impact financier. Si on a de gros investissements à amortir, c'est compliqué. Nous, on les limite, on essaie de faire un peu chaque année au lieu de faire tout d'un seul coup", témoigne le professionnel.

Récemment, il a été confronté au débat sur la réduction de l'utilisation du cuivre pour le traitement de la vigne. Pour lui, la limitation quantitative récemment votée "n'est pas un frein, il faudra faire plus attention. Sur mon exploitation sur les cinq dernières années, on est à 3,8 kilos de cuivre par hectare et par an. Il ne faudra pas descendre en dessous de quatre kilos, parce que sinon ça risque d'être compliqué pour avoir des propriétés viables". Pour un autre viticulteur, "l'évolution climatique est importante mais bien plus faible que la variabilité climatique annuelle. L'effet millésime à Bordeaux est très important. Pour la tendance globale, on ne sait pas vraiment mais ce que nous craignons en termes de changements climatiques, c'est une implantation de pathogènes nouveaux". Et donc, potentiellement, l'arrivée de nouveaux pesticides sur le marché pour y faire face... Dans une présentation détaillée, Laurent Charlier qui officie au service technique du CIVB a apporté des nuances au "palmarès" dressé par Générations futures. Si le tonnage des produits phytosanitaires n'a pas été remis en cause, sa répartition tend à prouver la réduction, d'année en année, de l'utilisation des produits les plus dangereux (CMR) avec une division par deux entre 2014 et 2016 selon la DRAAF, de la nette augmentation de l'utilisation du souffre (de 20% du tonnage en 2008 à 50% en 2018), d'un cuivre qui reste stable mais des produits de biocontrôle qui ont tendance, même si leur part reste très marginale, à être de plus en plus identifiés par les amateurs de méthodes alternatives en conventionnel.

Nicolas Aveline, de l'IFV (Institut Français de la Vigne et du Vin), précise que sur la question encore confidentielle du biocontrôle, la recherche est active. "On a un pôle de recherche très important avec l'INRA et l'IFV sur la plante, l'environnement et les micro-organismes. On travaille aussi sur le terrain avec la Chambre d'Agriculture de la Gironde pour mettre en place des parcelles d'essai pour tester des produits et différentes stratégies et montrer aux viticulteurs les résultats concrets. Enfin, des chercheurs de l'IFV travaillent, avec les viticulteurs, sur de grandes parcelles à l'échelle de l'exploitation pour tester toutes les solutions dans l'itinéraire technique et utiliser au maximum le biocontrôle pour essayer de réduire de façon significative l'utilisation des intrants chimiques classiques". Ce que le spécialiste a également mentionné, c'est que toutes les solutions de biocontrôle n'ont pas la même efficacité d'un domaine à un autre, sans compter que certaines sont bien plus récentes que d'autres sur un marché qui se développe. "Des solutions fonctionnent déjà (confusion sexuelle, soufre, insecticides), elles sont bien connues. En face, on a de nouveaux produits plus récents, par exemple des produits utilisant des modes d'actions de stimulation des défenses ou des micro-organismes (bactéries, champignons) compétiteurs que l'on va appliquer sur les baies en espérant qu'ils empêchent la pourriture de se développer. Ces modes d'action sont très complexes et difficiles à appréhender pour les viticulteurs parce que des facteurs environnementaux au niveau de la parcelle, de la physiologie de la vigne, vont influencer leur efficacité. Quand on fait nos essais, parfois d'une année sur l'autre, on n'a pas toujours le même degré d'efficacité".

Feux verts

En avril dernier, la filière des vins de Bordeaux a établi un plan Ambition 2025, dont l'un des axes identifiés est de doter les viticulteurs d'une politique RSE (pour Responsabilité Sociale des entreprises) collective, et ce pour compléter le SME (Système de Management Environnemental) mis en place en 2010 censé, là aussi, "accompagner le changement de pratiques". En 2018, 800 entreprises du secteur viticole bordelais étaient engagées dans cette démarche, dont le président du CIVB décrit le RSE comme un continuité. "Le SME est en place depuis longtemps, ça nous donne confiance dans le dispositif que l'on met en place : un animateur autour d'une vingtaine d'entreprises, beaucoup de dialogues et d'échanges pour progresser. Les groupes ne sont pas homogènes et c'est fait exprès pour qu'il y ait quelques leaders qui inspirent ceux qui sont moins avancés. Notre rôle, c'est de donner la ligne directrice, de montrer les enjeux, d'anticiper sur les évolutions des attentes sociétales et d'accompagner les acteurs. On n'a aucun pouvoir d'interdire ou de rendre obligatoire puisqu'on est dans un cadre règlementaire, mais on peut inciter à aller plus loin que le cadre juridique légal obligatoire. On a six axes stratégiques dans le Plan Ambition 2025 et la RSE en fait partie. On va mettre en place notre propre référentiel qui ne fera pas cependant pas l'objet d'une certification". Il faut souligner ici que le SME accompagne les viticulteurs jusqu'à la présentation à la certification mais que cette dernière reste un acte volontaire. A ce jour, la SME inclue deux type de certification : la certification HVE de niveau 3 et la certification collective ISO 14001, norme établissant des préoccupations environnementales dans la démarche de l'entreprise au moyen d'un cahier des charges comportant des obligations de moyens. En 2018, on compte 246 entreprises dans la SME du Vin de Bordeaux certifiées par l'une ou l'autre (25 en ISO 140001, 76 en HVE et 145 ayant les deux).

L'objectif pour 2025, c'est donc que 100% de la filière soit engagée dans une démarche RSE, dont "la transformation" fait partie des piliers. Pour cela (et aussi pour faire passer le message de la contre-offensive évoquée plus haut auprès du grand public), le CIVB ne va pas lésiner sur la communication : campagne ciblée sur les réseaux sociaux et le web, trophées "Bordeaux Vignoble Engagé" dont les candidatures seront lancées dans quelques jours et qui prévoit de récompenser les viticulteurs les plus vertueux en avril à l'occasion d'une cérémonie à la Cité du Vin, arrivée du site Bordeaux Vignoble Engagé en onglet sur le site de la ville de Bordeaux...  Le CIVB a même récemment commandé une étude à l'institut BVA : en questionnant 1000 "consommateurs de vin et les professionnels de la filière", elle  a cherché à connaître les perceptions des deux dans les engagements potentiels en matière de RSE. Les premiers résultats montrent "un ressenti globalement en phase sur les engagements prioritaires", à savoir l'engagement environnemental (prioritaire à 50% pour les consommateurs, à 52% pour les professionnels), l'engagement sur la santé (49%/52%), le commerce équitable (33%/51%), le social et le management (25%/19%), le développement local (19%/27%) et enfin les relations avec le voisinage (12%/30%). Bilan des courses après toutes ces démonstrations et recherches de pistes :  le vignoble bordelais veut voir plus vert, et, visiblement, a une grande envie de le faire savoir...

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo : aqui.fr

Inno'action et agricultureCet article fait partie du dossier

Voir les autres articles de ce dossier
Partager sur Facebook
Vu par vous
21447
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 23 + 7 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr
Michel Prugue, Alain Rousset et Xavier Fortinon à Haut-mauco dans les locuax du groupe coopératif Maïsadour Agriculture | 15/01/2021

Crise aviaire : Alain Rousset appelle à "sortir des certitudes"

Julien Denormandie dans les Landes Agriculture | 09/01/2021

Crise aviaire : déjà 600.000 canards abattus dans les Landes, bien d'autres à venir

Signature du Pacte alimentaire Nouvelle-Aquitaine Alain Rousset et Fabienne Bucchio Agriculture | 07/01/2021

Agriculture, transformation et distribution s'engagent sur un Pacte régional de l'alimentation

Les représentants des syndicats Modef et Confédération paysanne en colère contre la gestion de la nouvelle crise Influenza aviaire 2020 Agriculture | 06/01/2021

Influenza aviaire : la fièvre de la colère monte dans les élevages landais

Denis Vicentini Comin Industrie Agriculture | 06/01/2021

Concours Agrinove : Que sont-ils devenus ? Denis Vicentini lauréat 2015 (épisode 1/4)

Luc Servant et Cédric Tranquard Agriculture | 20/12/2020

Cédric Tranquard prend l’interim de la Chambre d’agriculture 17

Luc Servant, président de la Chambre régionale de l'agriculture Nouvelle-Aquitaine Agriculture | 15/12/2020

Luc Servant élu président de la Chambre régionale d’agriculture

Christophe Congues et Philippe Saux, Président délégué et Directeur général du groupe coopératif Euralis Agriculture | 15/12/2020

Le groupe coopératif Euralis sauve 2020

Elevage de canards prêts-à-gaver dans les Landes Agriculture | 08/12/2020

Landes : la présence d’influenza aviaire confirmée

Elevage de canards prêts-à-gaver dans les Landes dans un bâtiments 900 m2 aux normes de la biosécurité Agriculture | 07/12/2020

Forte suspicion de grippe aviaire dans les Landes

Jonathan Lalondrelle et Gaëtan Bodin Agriculture | 30/11/2020

Installation et accès au foncier : Interview croisée de Gaëtan Bodin, Président Jeunes Agriculteurs Nouvelle-Aquitaine et Jonathan Lalondrelle, Secrétaire général JA Nouvelle-Aquitaine

Pierre Saint-Jean Agriculture | 20/11/2020

Les bénéfices possibles du confinement pour les agriculteurs

Antonio Marquès et son innovation Agriculture | 06/11/2020

Un process innovant pour protéger les cultures lauréat du concours Agrinove

Henri Biès-Péré, vice-président de la FNSEA Agriculture | 04/11/2020

Interview d’Henri Bies-Péré, n°2 de la FNSEA : « Cette PAC permet d’accompagner le virage que doit prendre l’agriculture, dans la durée, en souplesse. »

Lurrama 2020 Agriculture | 04/11/2020

L'annulation de Lurrama 2020, un crève-cœur pour le monde agricole basque