Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

20/09/18 : Charentes : la rivière Né passe en alerte de crise, niveau sécheresse. Un arrêté prévoit l'interdiction totale des prélèvements à usage d’irrigation agricole, y compris les cultures dérogatoires déclarées, à partir de ce matin 8h.

19/09/18 : Pont de l'île de Ré : Menée cette nuit, la visite d'inspection des services spécialisés du réseau scientifique et technique de l'Etat a confirmé le bien-fondé des mesures de restriction de circulation, qui restent appliquées jusqu'à nouvel ordre.

19/09/18 : Forum pour l’emploi organisé par l’ARCA, Association pour la Relation Client en Nouvelle-Aquitaine, jeudi 20 sept de 9h à 13h à la Maison des Associations de Mérignac. 10 recruteurs présents et 150 postes à pourvoir immédiatement.

19/09/18 : Fermeture du Pont d’Aquitaine dans les deux sens sur la section de la rocade A630 entre les échangeurs 2 et 4 du mercredi 19 à 21h au jeudi 20 sept à 6h, du jeudi 20 à 21h au vendredi 21 sept à 6h, du samedi 22 à 22h au dimanche 23 sept à 18h.

19/09/18 : Charente-Maritime : un nouvel arrêté limite l'irrigation à compter de ce matin 9h à un volume hebdomadaire de 7% du volume restant à consommer depuis le 15 juin, sur les bassins Seudre, Bruant, Charente aval, Marais Sud et Nord de Rochefort, Seugne.

19/09/18 : La Rochelle : suite à un appel à la grève de la CGT et de la CFDT, un peu plus d'un bus sur deux ne circulent pas ce matin. aucun bus ne circule ce mercredi matin sur les quatre lignes Illico, ainsi que sur les lignes 6, 7, 8, 11, 13, et 16.

18/09/18 : Charente-Maritime : Gérard Davet et Fabrice Lhomme, les auteurs d'"un président ne devrait pas dire ça", seront à l'Agora de Saint-Xandre (près de La Rochelle) pour une conférence-débat le mercredi 26 septembre à partir de 18h30.

18/09/18 : Charente-Maritime : Une visite d'inspection étant programmée ce soir au sein du pont de Ré, la circulation est interdite à tous les poids lourds de plus de 3,5 tonnes à compter de 20h ce mardi 18 septembre jusqu'à 7h mercredi 19 septembre.

18/09/18 : La Rochelle : pour lancer officiellement la nouvelle saison 2018-2019, le Carré Amelot ouvre ses portes et organise les festivités "Déambulation et petites formes" samedi 22 de 14h30 à 20h30, avec des spectacles, ateliers et expositions. Gratuit.

18/09/18 : La Rochelle s’engage dans une série d’actions de sensibilisation au Self data. La Ville organise une Conférence publique, "Données personnelles, et si on en parlait ?", jeudi 20 septembre à 18 heures au Musée maritime La Rochelle.

18/09/18 : C'est confirmé, Florence Parly, la Ministre des Armées sera présente le 2ème jour du Salon ADS SHOW, à Mérignac, le jeudi 27 septembre.+ d'info

18/09/18 : A Bordeaux, le Centre Régional Information Jeunesse organise un Jobs Dating Spécial Rentrée ces 18 et 19 septembre: 200 offres d'emploi dans la garde d'enfants, animation, grande distribution, soutien scolaire, propreté et hôtellerie restauration+ d'info

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 21/09/18 | Gironde : les ministres "en action"

    Lire

    Programme chargé pour les visites ministérielles en Gironde ce vendredi. Les ministres de l'Agriculture et de l'Environnement (François De Rugy et Stéphane Travert), en "opération séduction post-Hulot", visitent une entreprise développant une micro-algue censée remplacer les intrants chimiques en viticulture et un domaine viticole en agriculture raisonnée (château Sénéjac). Bruno Le Maire devait rencontrer syndicats et élus autour du dossier Ford Blanquefort à Bordeaux. Enfin, la ministre des transports Elizabeth Borne, intervenait à 15h à l'occasion d'une conférence "mobilité et santé" à Bordeaux.

  • 21/09/18 | A Bergerac, le service civique recrute

    Lire

    Le BIJ/Espace Jeunes de la Communauté d’Agglomération de Bergerac organise un speed-dating consacré au service civique le 26 septembre de 14h30 à 17h. L’objectif de cet évènement est de mettre en relation les structures avec les jeunes recherchant une mission de service civique. Les jeunes auront 5 minutes pour convaincre les 5 structures présentes : l’association Overlook, l’USB Basket, le collège Max Bramerie, le lycée des Métiers du Sud Périgord et le lycée Jean Capelle.

  • 21/09/18 | L'Hermione repart en 2019, direction la Normandie

    Lire

    L'Hermione reprendra la route en 2019. Pour le 75e anniversaire du débarquement de juin 44, l'Hermione se rendra en Normandie avec des escales à Cherbourg (6 au 8 mai), Rives-en-Seine (du 4 au 6 juin), Ouistreham et Rouen, avec un temps fort lors de l’escale à l’Armada de Rouen du 7 au 16 juin. L'Hermione fera également un arrêt à Nantes et à Saint-Nazaire pour les festivités Débords de Loire du 23 au 27 mai. Départ le 27 avril 2019 de Rochefort.

  • 21/09/18 | Port de Bordeaux : la qualité de l'air mesurée

    Lire

    L'agence Atmo Nouvelle Aquitaine a rendu ce vendredi un rapport étudiant l'impact sur l'air de l'activité maritime au port de la lune, après une campagne de mesure réalisée entre avril et mai. Résultats : l'influence des paquebots maritimes est jugée "négligeable" sur la concentration de polluants étudiés (dioxyde de soufre, dioxyde d'azote et particules fines) sur les deux rives de la Garonne et "les diverses émissions urbaines, dont le trafic routier, sont les principales responsables de la pollution sur le quai" malgré la source supplémentaire de dioxyde d'azote représentée par les paquebots fluviaux.

  • 21/09/18 | La fermeture du pont de pierre contestée

    Lire

    L'association de commerçants de la rive droite bordelaise Esprit Bastide a annoncé ce jeudi avoir déposé une requête auprès du tribunal administratif de Bordeaux pour attaquer l'arrêté municipal du 5 juillet dernier actant la fermeture du pont de pierre aux automobilistes, confirmée après une expérimentation débutée en août 2017. L'association déplore notamment "l’absence d’étude(s) d’impact sur l’environnement économique ou sur l’environnement tout court." La requête devrait donner lieu à une audience dont la date n'a pour l'instant pas été déterminée.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Agriculture | Devenir éleveur comme Vincent : un défi complexe

27/05/2014 | Entre sourds meuglements, et vifs bêlements, des questionnements sous-jacents peuvent parfois se glisser au salon de l’agriculture de la foire de Bordeaux.

Vincent Learrue, ovinpiades

Les ovinpiades qui ont ponctué la journée ce lundi 26 mai, ont eu le mérite de réunir des profils bien différents parmi les professionnels de l’agriculture. Les agriculteurs confirmés ont côtoyé les professeurs des lycées professionnels, tandis que Jean-Michel Anxolabehere, président de la chambre d’agriculture des Pyrénées-Atlantiques, a échangé avec les agriculteurs en herbe venus disputer le fameux concours.

Parmi ces jeunes, Vincent Learrue, 19 ans, lycéen en bac professionnel CGEA (Conduite et gestion d’une exploitation agricole). « J’ai toujours voulu être éleveur, c’est une passion » introduit Vincent avec conviction. Si certains font ce bac pro pour accéder ensuite à une carrière militaire nécessitant un diplôme, d’autres comme Vincent sont tombés dedans quand ils étaient petits…  « Mon père est exploitant agricole, il cultive des vignes et des céréales; alors l’agriculture, je connais ça depuis toujours. »

Une passion : l'animal Vincent aime les bêtes et les respecte, « C’est la passion des animaux qui m’anime et cette passion passe avant toute chose » dans sa vie d’adolescent. Petit à petit l’oiseau fait son nid dit le dicton, Vincent lui fait son cheptel. « Je suis en train de me constituer un troupeau de brebis. Il y a trois ans, j’en avais deux, aujourd’hui j’en ai 25 et j’aimerai à terme en avoir 300, plus 20 ou 30 vaches !» dit-il avec ferveur. Son exploitation, Vincent l’imagine déjà très précisément jusqu’aux plus fins détails : « j’élèverai  des veaux sous la mère, et des vaches bazadaises que je vendrai en direct, en circuit court, pour valoriser ma viande » affirme Vincent.

Agriculteur : un luxeSi son imagination est débordante, son portefeuille lui est plutôt maigre. Jean-Michel Anxolabehere, président de la chambre d’agriculture des Pyrénées-Atlantiques  conçoit que « s’installer sur une exploitation aujourd’hui nécessite un accès à la terre, un troupeau, mais aussi des outils d’élevage… Tout cela constitue quelque chose de très lourd sur le plan financier. » Vincent est lucide, et sait très bien ce qui l’attend à la fin de ses études…« Après mon bac professionnel, je ne pourrais pas m’installer, je vais devoir travailler quelques années… »  Conducteur de batteuse, ou aide des copains agriculteurs, Vincent s’y est clairement préparé.

Fils de... Comme le souligne Jean Michel Anxolabehere, les agriculteurs en herbe ne sont en plus  pas sur le même piédestal… « C’est d’autant plus compliqué pour quelqu’un qui n’a pas d’antécédents familiaux en agriculture. » Heureusement, Vincent, lui,  a son père installé dans le métier d’exploitant agricole. « Mon père est derrière moi, il va pouvoir un peu m’aider à me lancer. » déclare-t-il.  Mais même avec ce coup de pouce,  « pendant les cinq à dix premières années, je sais pertinemment que ce n’est pas avec mon exploitation que je vais vivre » avoue-t-il amèrement.

Solution miracle ? Selon Jean Michel Anxolabehere, il existe tout de même des solutions pour rendre ces orientations peu « difficiles ». La première d’après lui est de faire le bon choix dans l’élevage. « Dans l’accès au métier, l’une des filières les plus accessibles reste la filière ovine. Elle nécessite un cycle de production deux fois moins long que la bovine, un investissement moindre, et offre un retour sur l’investissement rapide. » La deuxième solution qu’il estime primordiale dans ce métier est la professionnalisation. « On ne s’improvise pas éleveur ! » avance t’il. Pour finir, il dit croire en « la valorisation des produits ». Si ces critères sont respectés, selon lui, le marché ne peut être que « porteur de débouchés de plus en plus intéressantes ».

Vincent, depuis qu’il a participé aux ovinpiades veut se spécialiser en mouton. Il s’est professionnalisé en passant un bac professionnel agricole. Et pour finir, veut s’installer en Gironde pour valoriser ses produits certifiés bazadais… Les trois critères étant respectés, Vincent  concrétisera-t-il son imagination, ou son rêve prendra-t-il la clef des champs… ? Espérons qu’il revienne un jour à ses moutons. 

Lucy Moreau
Par Lucy Moreau

Crédit Photo : Lucy Moreau

Partager sur Facebook
Vu par vous
1068
Aimé par vous
3 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 24 + 15 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr