Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

06/12/19 : La Rochelle : suite aux manifestations d'hier, environ 200 personnes se sont rassemblées devant la gare suite à un appel intersyndical. Rendez-vous est donné pour une nouvelle manifestation mardi au départ de la place de Verdun à 14h.

06/12/19 : Christelle Dubos, secrétaire d’État auprès de la ministre de la Santé, devait venir en Dordogne ce 6 décembre, pour présenter le dispositif de complémentaire santé solidaire mais les perturbations des transports l’ont contrainte à annuler sa venue.

05/12/19 : La Rochelle : (erratum) contrairement à ce qui a été indiqué, l'ouverture officielle des portes se fera en deux soirée : le vendredi à 18h avec élus, pompiers et Compagnons ; le samedi à 18h40 avec Isabelle Autissier et Romain Sazy (non Uini Antonio)

04/12/19 : Grèves dans les transports: Les infos trafic en Nouvelle-Aquitaine sont à retrouver sur : https://transports.nouvelle-aquitaine.fr/fr/info-trafic

04/12/19 : Saintes des manifestations sont à prévoir demain de 10h à 17h : Cours National, Pont Palissy, rue Gautier, cours Charles de Gaulle, rue Martel.

04/12/19 : La Rochelle : des manifestations sont à prévoir demain de 14h à 20h : Quartier de la Gare, boulevards Joffre, Robinet, Sautel et l’axe du Moulin des justices.

04/12/19 : Rochefort : demain des manifestations sont à prévoir de 10h à 14h : Corderie Royale, rues Toufaire, Grimaux, Docteur Peltier, Audry de Puyravault, de la République, et Victor-Hugo.

04/12/19 : Niort : pour la grève de demain, La Ville met en place à l’école des Brizeaux un service minimum d’accueil (SMA), sans restauration (pique-nique possible), pour les écoles dont le nombre d’enseignants grévistes est au moins de 25%.

04/12/19 : Charente-Maritime: les communes d'Esnandes, Rochefort et Saint-Georges de Didonne ont été reconnues en état de catastrophe naturelle pour les périodes de juillet à décembre 2018 suite à des mouvements de terrain consécutifs à la sécheresse.

03/12/19 : Le feuilleton biarrot ne fait que commencer d'autant que sur la Chaîne Public Sénat, le ministre Didier Guillaume a annoncé qu'il ferait part de sa décision en janvier. Suite à un appel cosigné par Guy Lafitte, premier adjoint de Michel Veunac.

03/12/19 : Après les louanges tressés lors du congrès des hôteliers, le secrétaires d'Etat Jean-Baptiste Lemoyne au tourisme a abattu ses cartes et annoncé son ralliement à la liste du maire sortant Michel Veunac. Avec une demande commune d'investiture LREM

03/12/19 : Le Haut Commissaire à la lutte contre la pauvreté, Isabelle Grimault se rendra en Corrèze le 4 décembre afin de découvrir les dispositifs déployés et rencontrer les bénéficiaires de ces actions.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 08/12/19 | Angoulême: "Mode et Bande dessinée", plus qu'un mois !

    Lire

    A Angoulême, l'expo "Mode et Bande dessinée" au Musée de la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image, inaugurée en juin 2019, a déjà attiré plus de 22.000 visiteurs. Il ne reste plus qu'un petit mois (5janvier) pour la découvrir, avec près de 200 pièces dont certaines très rarement exposées signées Yves Saint Laurent, Winsor McKay, Thierry Mugler ou encore Moebius. Le dialogue entre planches originales, vêtements et accessoires de mode est un des facteurs du succès de cette exposition inédite, et rare.

  • 08/12/19 | Bordeaux : Matthieu Rouveyre sur le départ

    Lire

    Le vice-président du Conseil départemental et conseiller municipal d'opposition Matthieu Rouveyre a annoncé dans un post Facebook son retrait de la vie politique. Même s'il ne s'était pas déclaré officiellement candidat aux prochaines municipales, il a participé aux propositions au travers du collectif "Bordeaux Maintenant", retiré du jeu ce vendredi à la suite de négociations non-abouties avec les écologistes. Tout en expliquant qu'il ira au bout de ses mandats en cours, il annonce "préparer notamment un tour du monde de quelques années en tant que nomade digital".

  • 07/12/19 | François Bayrou mis en examen

    Lire

    Ce 6 décembre, François Bayrou a été mis en examen pour " complicité de détournement de fonds publics" dans le dossier des emplois du parti centriste au Parlement européen. Pour son avocat Pierre Cornut-Gentille cette décision a été prise " à l'encontre de tous les éléments de preuve produits, la suite de l'instruction démontrera qu'elle est totalement infondée"

  • 06/12/19 | Lancement des Foires Grasses de Brive

    Lire

    Pour la saison 2019-2020, tapis rouge pour les Foires Grasses, salle Brassens à Brive. Dès samedi 7 décembre, les chefs des tables Gaillardes présenteront plusieurs recettes pour les repas de fin d’année. Le 14 décembre, la salle Brassens accueillera la Foire primée aux chapons, le 1er février, celle des oies et canards et le 7 mars la Foire grasse des producteurs et commerçants de gras.

  • 06/12/19 | SNCF: Trafic encre "très perturbé" ce 6 décembre

    Lire

    En raison de la reconduite du mouvement de grève des cheminots ce vendredi 6 décembre, la SNCF annonce à nouveau un trafic "très perturbé" sur les voies ferrées de Nouvelle-Aquitaine. Pour les TER, 10 seulement circuleront : 3 A/R Bordeaux-Arcachon et 2 A/R Bordeaux-Agen, 292 autocars de substitution seront répartis sur l’ensemble du territoire. Côté TGV sont assurés 3 A/R Bordeaux - Paris, 1 A/R OUIGO Bordeaux- Paris, 1 A/R La Rochelle-Paris et 1 A/R Toulouse-Paris. Enfin sur les Intercités seul 1 A/R Brive-Paris sera en circulation.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Agriculture | Didier Guillaume en conquérant et pacificateur à Lurrama

12/11/2019 | Le ministre de l'agriculture et de l'alimentation s'est longuement entretenu avec les représentants des fermiers basques.

Didier Guillaume et I. Berhocoirigoin Lurrama

Quasiment chez lui au Pays basque - il a un pied-à-terre à Anglet - Didier Guillaume a passé trois heures au salon Lurrama de Biarritz ce week-end afin d'écouter les préoccupations des fermiers basques et s'imprégner du modèle qu'ils défendent et de leurs appréciations en matière de circuits courts. Comme leurs regrets de constater qu'il n’y a toujours pas de cadre juridique pour protéger leur modèle fermier. "La réforme de la PAC que je mène, va dans ce sens" leur a-t-il dit. Comme il a entendu le dénuement des paysans à l'heure de la retraite, maigre pitance de leur vie de labeur.

"Nous prenons comme un témoignage de reconnaissance la visite du ministre de l’agriculture Didier Guillaume. Lors de sa présence qui a duré 3 heures, il a lui-même qualifié le salon comme rendez-vous incontournable du Pays Basque. Sa visite valorise l’agriculture que nous mettons en avant et défendons et nous souhaiterions que, dorénavant, il la prenne en compte dans les politiques qu’il mettra en place. L’agriculture paysanne ne doit pas rester une exception, mais elle doit être banalisée par une transition agroécologique efficace."
Faisant aussi allusion à la réunion qu'il avait eue avec les animateurs d'Euskal Herriko Laborantza Ganbara et la Confédération paysanne basque ELB, c'est en ces termes donc que la direction du salon de l'agriculture basque Lurrama a résumé dès ce lundi matin, dans deux paragraphes, samedi matin, la – longue — visite du ministre de l'Agriculture et de l'alimentation. Venu, il est vrai en voisin, depuis Anglet où il a un pied à terre à 5 kilomètres de là. Mais il est vrai que ce fils d'un éleveur de brebis de la Drôme, se rend à toute inauguration, concernant l'agriculture ou l'élevage au Pays basque ou initiative vertueuse dans l'agro alimentaire. En témoigne - presque - , la croix basque qu'il porte autour du cou. Comme nombre d'observateurs l'ont noté. Morceaux choisis de ses appréciations à l'issue de cette matinée.

De l'agriculture familiale aux frustrations d'une maigre retraite

"Je suis ici parce que l'agriculture telle qu'elle existe ici est une agriculture familiale, Lurrama est un salon qui reçoit plus de vingt mille visiteurs, animé par les paysans du secteur, c'et un salon représentatif aussi de la culture du Pays basque et il était normal que comme ministre je m'y rende. Je voulais entendre les responsables sur les positions qu'ils avaient, comme je voulais entendre leurs préoccupations sur les sujets que nous avons abordés, celui des petites fermes, les produits fermiers. Je me suis toujours battu pour que le bio soit plus développé qu'il ne l'est aujourd'hui, et faire en sorte, bien avant d'être ministre, que les circuits courts, l'alimentation saine, durable, et tracée, soit reconnue. Donc, je me sens très bien dans ce salon parce que j'y retrouve un peu mes convictions. Après est-ce que nous sommes d'accord sur tous les sujets? Bien sûr que non. La réforme de la PAC (NDLR.-Politique agricole commune) que je suis en train de mener va dans le sens désiré. La différence que nous avons, c'est que les responsables ici voudraient que ça aille beaucoup plus vite, d'autres trouvent que ça va beaucoup trop vite, et moi je suis au milieu. S'il en est ainsi, je pense que le gouvernement a une position qui n'est pas trop mal. "
"Il n'y a eu aucun échange vigoureux lors de cette visite, mais des échanges toniques. Les gens qui pratiquent ce métier sont ainsi. Il y a des questions importantes qui se posent aujourd'hui. Est-ce qu'on peut vivre encore en étant paysan? Est ce qu'un jeune qui veut être paysan peut s'installer. Je comprends et j'adore même quand un jeune agriculteur qui vient me dire, "Qu'est ce que vous faites, pourquoi ça ne marche pas comme ça? J'aime bien parce que c'est une France qui vit. Comme je comprends ce retraité qui fabriquait du fromage et m'a interpellé en disant ''je suis à la retraite depuis une semaine et j'ai une retraite d'agriculteur qui ne me permet pas de vivre''. C'est un véritable drame social. C'est là dessus que nous travaillons. On ne peut laisser ça comme ça. C'est pour cela que, dans le cadre de la réforme des retraites, je veux vraiment que les agriculteurs, avec la nouvelle réforme d'un travail équitable, puissent vivre décemment avec le fruit de leur travail. Ce sont des colères et des frustrations que j'entends. Vous avez d'ailleurs ici au Pays basque un modèle qui vit, un modèle qui va tout à fait dans le sens que je prône, celui de la transition écologique, totalement orientée vers les circuits courts, qui doit fournir demain l'alimentation la plus saine et la plus tracée possible."

 Quid de la spécificité basque en matière d'agriculture ?

"Nous avons évoqué  avec les responsables du salon la création d'un Office public agricole et alimentaire du Pays basque avec la possibilité d'une politique agricole locale. Pour l'instant, le président de l'agglomération (NDLR.- Jean-René Etchegaray) est en train de faire une étude. Moi, je vais attendre qu'elle soit faite et je m'exprimerai après. Je souhaite qu'après cela, il puisse y avoir une différenciation. Mais la position du gouvernement est très claire, on ne fait pas de différence entre les départements et les territoires. C'est un débat territorial, c'est un débat local, nous attendons de voir ce qu'en dira la Chambre d'agriculture. Dans le cadre du projet de loi qui est actuellement en discussion, il y a la possibilité de faire de la différenciation. Nous regarderons cela. Je ne me défile jamais, mais au moment où nous parlons je veux attendre que les élus territoriaux se soient exprimés et que les études juridiques soient claires."

 Les arrêtés anti-presticides

"En général, je ne commente aucune décision de justice et, en tant que ministre encore moins, mais je suis toujours gêné quand des maires prennent sciemment des arrêtés illégaux. Un maire qui sait qu'il s'agit d'un arrêté illégal se met lui-même dans l'illégalité et je pense que ce n'est pas bien. Certains l'ont fait par conviction , d'autres l'ont fait pour des raisons politiciennes en préparation des prochaines élections municipales. En se disant je prends mon arrêté contre ceci ou cela et je récupère les voix des écolos. Moi j'appelle un chat, un chat. En plus, pour ce qui concerne ces communes, il s'agit de villes, donc ça ne concerne pas le ministre de l'Agriculture. Ce n'était pas des agriculteurs qui étaient en cause, donc je n'ai pas à faire de commentaires."

Loups et ours: "Entre éleveur et prédateur, je choisirai l'éleveur"

"Quand je vois 300 brebis égorgées, je me dis que c'est un scandale absolu. L'éleveur, il n’est pas là pour être stressé parce qu'un prédateur rôde. Au gouvernement, nous sommes pour la biodiversité, donc il est hors de question d'éradiquer l'ours, d'éradiquer le loup. Par contre, nous voyons le problème de la prédation et entre l'éleveur et le prédateur, je choisirai toujours l'éleveur. Les choses sont claires. Sur ce qui concerne le loup, le gouvernement a reconnu pour la première fois qu'il y avait plus de 500 loups, donc il n'est plus une espèce en voie de disparition et donc en prélèvement nous sommes passés de 10% à 17% dans l'actuel plan. Pour l'ours, la position du gouvernement, est aussi très claire: plus aucune réintroduction d'ours ne sera effectuée; deuxièmement, il faut travailler sur la protection et le Président de la République a précisé que s'il y avait des ours déviants, il fallait les prélever pour faire baisser la prédation. Comme avec les préfectures, nous allons surveiller. Je serai toujours aux côtés de l'éleveur, face au prédateur, mais il faut accepter que la biodiversité existe et que les choses se passent le mieux possible."

Félix Dufour
Par Félix Dufour

Crédit Photo : Félix Dufour

Partager sur Facebook
Vu par vous
3619
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 10 + 18 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr
Les 3èmes Rencontres régionales de la Recherche, du Développement et de la Formation en Nouvelle-Aquitaine se sont déroulées au Lycée agricole Limoges-les-Vaseix Agriculture | 06/12/2019

La robotique au service de l'agriculture de demain

La fusion d'Aquitanima et du Salon de l'Agriculture Nouvelle-Aquitaine Agriculture | 04/12/2019

Dominique Graciet : « Il faut passer de l’agribashing à l’agro-solution »

Paysage lot-et-garonnais Agriculture | 04/12/2019

Transmission agricole : une réunion d’informations pour « couper court aux rumeurs »

Philippe Carré et Michel Prugue, DG et président du groupe coopératif Maïsadour Agriculture | 04/12/2019

Un résultat à -25 M€, le difficile exercice 2018-2019 du groupe Maïsadour

Une dizaine de professionnels agricoles a participé à une journée sur la transmission en agriculture biologique à la ferme de la Martinière à Vernoux-en-Gâtine (Deux-Sèvres) Agriculture | 29/11/2019

Deux-Sèvres : maintenir l’agriculture biologique en anticipant la transmission

Hervé Guichemerre recherche un associé à qui transmettre des parts de son EARL, à Pomarez dans les Landes. Agriculture | 28/11/2019

Landes: Exploitation céréalière cherche associé pour une transmission-passion réussie

Une charte en gestation pour prévenir les conflits en milieu rural Agriculture | 27/11/2019

En Dordogne, un front uni des organisations professionnelles pour construire une charte de bon voisinage

Colloque Filières lait : travail et transmission le 26 novembre 2019 à Montardon Agriculture | 26/11/2019

Emplois agricoles et transmission des exploitations : les filières lait travaillent à l'unisson

Fiançailles entre les institutions de Mohamed Amara, l'UPPA, et Bernard Layre, la chambre d'agriculture des Pyrénées-Atlantiques, le 25 novembre 2019 Agriculture | 25/11/2019

Chambre d'agriculture 64 et UPPA à l'heure des fiançailles

Stales au Salon Balade à la Ferme en 2017 Agriculture | 25/11/2019

Chambre d’agriculture de Charente-Maritime : les nouvelles orientations pour 2025

Assemblée générale chambre agriculture de la Corrèze Agriculture | 24/11/2019

Menu végétarien, sécheresse et plan de mutation : le débat s'ouvrait à Tulle pour la dernière AG de la Chambre d'Agriculture de la Corrèze

Séminaire parité homme-femme organisé par l'ANEFA dans les locaux de la pépinière viticole de la Salette à Denguin (64) Agriculture | 22/11/2019

Agriculture, et les femmes alors ?

Romain Dauchier, agriculteur à Pindray dans la Vienne, a bénéficié du portage foncier mis en place par les Safer. Il s'occupe d'un cheptel de 700 brebis qu'il fait pâturer sur ses terres en fermage Agriculture | 21/11/2019

Safer : Le portage foncier dans la Vienne pour faciliter l’installation

Solidarité Paysans au service des agriculteurs Agriculture | 19/11/2019

Solidarité Paysans au chevet des agriculteurs

La Safer Nouvelle-Aquitaine, l'ADEAR Limousin et le maire de Rancon ont facilité l'installation de ce jeune éleveur bio. Agriculture | 18/11/2019

Haute-Vienne: Quand la Safer stocke une ferme pour installer un jeune