Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

11/01/21 : Le 18/01 à 18h le MEF 33, le Centre Europe Direct Bordeaux-Aquitaine et les Jeunes Européens Bordeaux organisent un webinaire le "Plan de Relance et budget européens: Où va l'Europe?" Commission et Parlement européens, et la Région seront représentés+ d'info

08/01/21 : Influenza aviaire - la Préfecture des Pyrénées-Atlantiques annonce désormais 159 communes en zone réglementée en lien avec 2 foyers dans des élevages de palmipèdes à Baigts-de-Béarn et Préchacq-Navarrenx et 4 suspicions fortes à Arget, Lichos et Garlin

06/01/21 : 823kg de jouets et de livres ont été collectés par la Communauté d’Agglo de Pau et ses partenaires grâce à l’opération "Le père Noël fait de la récup’"! Elle se poursuit jusqu'au 17 janvier dans les déchetteries et points de dépôts.+ d'info

28/12/20 : Le 22 décembre, les communes de Tocane-Saint-Apre et Bergerac en Dordogne ont été reconnues en état de catastrophe naturelle pour inondations et coulées de boues en septembre 2020.

28/12/20 : Suite aux inondations et coulées de boues survenues dans les Landes en octobre dernier, les communes de Mimbaste, Bélus et Rivière-Saas-et-Gourby ont été reconnues le 22 décembre en état de catastrophe naturelle.

23/12/20 : Le préfet de la Charente-Maritime a validé la sortie de la communauté d'agglomération de La Rochelle du syndicat départemental Eau 17, à compter du 1er janvier 2021.

23/12/20 : 60 000 € ont été votés lors de la dernière commission permanente du Département des Deux-Sèvres en faveur de la recherche scientifique et l'innovation. Cette somme sera attribuée sous formes de bourses doctorales

23/12/20 : Le Conseil communal des jeunes de Poitiers a organisé mi-décembre, une collecte de produits de puériculture dans les collèges. Plus de 150 produits (couches, lait, produits d’hygiène…) ont ainsi été remis au restos du Coeur et au Secours Populaire

19/12/20 : Le Biarrot Jacques Lajuncomme-Hirigoyen, 64 ans, est le nouveau président de la Fédération française de surf. Il succède à Jean-Luc Arassus, élu en 2005 . Il sera le président qui inaugurera l'entrée du surf à Tokio, mais aussi aux JO 2024 à Teahupoo.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 16/01/21 | Lot-et-Garonne : la Maison de l'Europe fête l'amitié franco-allemande

    Lire

    Du 18 au 29 janvier, la Maison de l'Europe du Lot-et-Garonne célèbre l'amitié franco-allemande. 18 ans après la création de la Journée franco-allemande par Jacques Chirac et Gerhard Schröder en 2003, cette amitié entre les deux pays est célébrée chaque 22 janvier. L'évènement organisé par la Maison de l'Europe 47 prévoit diverses animations, parmi lesquelles des quizz en ligne, de la culture et un jeu concours qui sera lancé le 22 janvier prochain.

  • 16/01/21 | L'Opéra National de Bordeaux annule 30 dates

    Lire

    En raison des « contraintes sanitaires persistantes », l'Opéra National de Bordeaux annule toutes ses dates jusqu'au 20 février et deux productions lyriques - Falstaff (6-14 mars) et Figures Humaines (17-20 juin). Les publics concernés par ces annulations seront contactés par l'ONB. L'institution tient tout de même à conserver le lien avec son public par le biais de captations de répétitions ou de publications sur les réseaux sociaux, en espérant pouvoir rouvrir le plus tôt possible.

  • 15/01/21 | Covid-19: Couvre-feu à 18h pour au moins 15 jours

    Lire

    Suite à l intervention du Premier Ministre, Jean Castex et d'une partie du Gouvernement ce jeudi soir, la Nouvelle-Aquitaine à l'image de l ensemble du territoire français se voit désormais appliquer un couvre-feu dés 18h, à compter de ce samedi 16 janvier. En outre, face aux variants du virus, il a été annoncé un renforcement des protocoles dans les cantines scolaires, lieux les plus sensibles pour la transmission du virus. Le mode hybride est quant à lui prolongé dans les lycées au-delà du 20 janvier. La vaccination des plus de 75 ans et des personnes sensibles restent maintenue au 18 janvier.

  • 15/01/21 | « Mon quartier s’anime » et occupe les enfants à Périgueux

    Lire

    La Ville de Périgueux propose durant les vacances d’hiver des activités sportives, culturelles et de loisirs à destination des jeunes de 6 à 15 ans. Du 8 au 19 février, les enfants pourront profiter d’ateliers artistiques, de mini-tournois sportifs ou encore de jeux d’enquêtes. Toutes ces activités sont gratuites, et les activités sportives se font sur inscription préalable sur le site de la Ville.

  • 15/01/21 | Opération recyclage des pneus agricoles

    Lire

    Les Chambres d’Agriculture de Charente-Maritime et des Deux-Sèvres organisent une collecte de pneus usagés. Les agriculteurs ou éleveurs intéressés par cette démarche, intitulée « Ensivalor » et qui a pour objectif de recycler les pneus à un coût abordable, doivent se faire connaître sur le site de la Chambre d’Agriculture avant le 19 mars 2021.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Agriculture | Didier Guillaume en conquérant et pacificateur à Lurrama

12/11/2019 | Le ministre de l'agriculture et de l'alimentation s'est longuement entretenu avec les représentants des fermiers basques.

Didier Guillaume et I. Berhocoirigoin Lurrama

Quasiment chez lui au Pays basque - il a un pied-à-terre à Anglet - Didier Guillaume a passé trois heures au salon Lurrama de Biarritz ce week-end afin d'écouter les préoccupations des fermiers basques et s'imprégner du modèle qu'ils défendent et de leurs appréciations en matière de circuits courts. Comme leurs regrets de constater qu'il n’y a toujours pas de cadre juridique pour protéger leur modèle fermier. "La réforme de la PAC que je mène, va dans ce sens" leur a-t-il dit. Comme il a entendu le dénuement des paysans à l'heure de la retraite, maigre pitance de leur vie de labeur.

"Nous prenons comme un témoignage de reconnaissance la visite du ministre de l’agriculture Didier Guillaume. Lors de sa présence qui a duré 3 heures, il a lui-même qualifié le salon comme rendez-vous incontournable du Pays Basque. Sa visite valorise l’agriculture que nous mettons en avant et défendons et nous souhaiterions que, dorénavant, il la prenne en compte dans les politiques qu’il mettra en place. L’agriculture paysanne ne doit pas rester une exception, mais elle doit être banalisée par une transition agroécologique efficace."
Faisant aussi allusion à la réunion qu'il avait eue avec les animateurs d'Euskal Herriko Laborantza Ganbara et la Confédération paysanne basque ELB, c'est en ces termes donc que la direction du salon de l'agriculture basque Lurrama a résumé dès ce lundi matin, dans deux paragraphes, samedi matin, la – longue — visite du ministre de l'Agriculture et de l'alimentation. Venu, il est vrai en voisin, depuis Anglet où il a un pied à terre à 5 kilomètres de là. Mais il est vrai que ce fils d'un éleveur de brebis de la Drôme, se rend à toute inauguration, concernant l'agriculture ou l'élevage au Pays basque ou initiative vertueuse dans l'agro alimentaire. En témoigne - presque - , la croix basque qu'il porte autour du cou. Comme nombre d'observateurs l'ont noté. Morceaux choisis de ses appréciations à l'issue de cette matinée.

De l'agriculture familiale aux frustrations d'une maigre retraite

"Je suis ici parce que l'agriculture telle qu'elle existe ici est une agriculture familiale, Lurrama est un salon qui reçoit plus de vingt mille visiteurs, animé par les paysans du secteur, c'et un salon représentatif aussi de la culture du Pays basque et il était normal que comme ministre je m'y rende. Je voulais entendre les responsables sur les positions qu'ils avaient, comme je voulais entendre leurs préoccupations sur les sujets que nous avons abordés, celui des petites fermes, les produits fermiers. Je me suis toujours battu pour que le bio soit plus développé qu'il ne l'est aujourd'hui, et faire en sorte, bien avant d'être ministre, que les circuits courts, l'alimentation saine, durable, et tracée, soit reconnue. Donc, je me sens très bien dans ce salon parce que j'y retrouve un peu mes convictions. Après est-ce que nous sommes d'accord sur tous les sujets? Bien sûr que non. La réforme de la PAC (NDLR.-Politique agricole commune) que je suis en train de mener va dans le sens désiré. La différence que nous avons, c'est que les responsables ici voudraient que ça aille beaucoup plus vite, d'autres trouvent que ça va beaucoup trop vite, et moi je suis au milieu. S'il en est ainsi, je pense que le gouvernement a une position qui n'est pas trop mal. "
"Il n'y a eu aucun échange vigoureux lors de cette visite, mais des échanges toniques. Les gens qui pratiquent ce métier sont ainsi. Il y a des questions importantes qui se posent aujourd'hui. Est-ce qu'on peut vivre encore en étant paysan? Est ce qu'un jeune qui veut être paysan peut s'installer. Je comprends et j'adore même quand un jeune agriculteur qui vient me dire, "Qu'est ce que vous faites, pourquoi ça ne marche pas comme ça? J'aime bien parce que c'est une France qui vit. Comme je comprends ce retraité qui fabriquait du fromage et m'a interpellé en disant ''je suis à la retraite depuis une semaine et j'ai une retraite d'agriculteur qui ne me permet pas de vivre''. C'est un véritable drame social. C'est là dessus que nous travaillons. On ne peut laisser ça comme ça. C'est pour cela que, dans le cadre de la réforme des retraites, je veux vraiment que les agriculteurs, avec la nouvelle réforme d'un travail équitable, puissent vivre décemment avec le fruit de leur travail. Ce sont des colères et des frustrations que j'entends. Vous avez d'ailleurs ici au Pays basque un modèle qui vit, un modèle qui va tout à fait dans le sens que je prône, celui de la transition écologique, totalement orientée vers les circuits courts, qui doit fournir demain l'alimentation la plus saine et la plus tracée possible."

 Quid de la spécificité basque en matière d'agriculture ?

"Nous avons évoqué  avec les responsables du salon la création d'un Office public agricole et alimentaire du Pays basque avec la possibilité d'une politique agricole locale. Pour l'instant, le président de l'agglomération (NDLR.- Jean-René Etchegaray) est en train de faire une étude. Moi, je vais attendre qu'elle soit faite et je m'exprimerai après. Je souhaite qu'après cela, il puisse y avoir une différenciation. Mais la position du gouvernement est très claire, on ne fait pas de différence entre les départements et les territoires. C'est un débat territorial, c'est un débat local, nous attendons de voir ce qu'en dira la Chambre d'agriculture. Dans le cadre du projet de loi qui est actuellement en discussion, il y a la possibilité de faire de la différenciation. Nous regarderons cela. Je ne me défile jamais, mais au moment où nous parlons je veux attendre que les élus territoriaux se soient exprimés et que les études juridiques soient claires."

 Les arrêtés anti-presticides

"En général, je ne commente aucune décision de justice et, en tant que ministre encore moins, mais je suis toujours gêné quand des maires prennent sciemment des arrêtés illégaux. Un maire qui sait qu'il s'agit d'un arrêté illégal se met lui-même dans l'illégalité et je pense que ce n'est pas bien. Certains l'ont fait par conviction , d'autres l'ont fait pour des raisons politiciennes en préparation des prochaines élections municipales. En se disant je prends mon arrêté contre ceci ou cela et je récupère les voix des écolos. Moi j'appelle un chat, un chat. En plus, pour ce qui concerne ces communes, il s'agit de villes, donc ça ne concerne pas le ministre de l'Agriculture. Ce n'était pas des agriculteurs qui étaient en cause, donc je n'ai pas à faire de commentaires."

Loups et ours: "Entre éleveur et prédateur, je choisirai l'éleveur"

"Quand je vois 300 brebis égorgées, je me dis que c'est un scandale absolu. L'éleveur, il n’est pas là pour être stressé parce qu'un prédateur rôde. Au gouvernement, nous sommes pour la biodiversité, donc il est hors de question d'éradiquer l'ours, d'éradiquer le loup. Par contre, nous voyons le problème de la prédation et entre l'éleveur et le prédateur, je choisirai toujours l'éleveur. Les choses sont claires. Sur ce qui concerne le loup, le gouvernement a reconnu pour la première fois qu'il y avait plus de 500 loups, donc il n'est plus une espèce en voie de disparition et donc en prélèvement nous sommes passés de 10% à 17% dans l'actuel plan. Pour l'ours, la position du gouvernement, est aussi très claire: plus aucune réintroduction d'ours ne sera effectuée; deuxièmement, il faut travailler sur la protection et le Président de la République a précisé que s'il y avait des ours déviants, il fallait les prélever pour faire baisser la prédation. Comme avec les préfectures, nous allons surveiller. Je serai toujours aux côtés de l'éleveur, face au prédateur, mais il faut accepter que la biodiversité existe et que les choses se passent le mieux possible."

Félix Dufour
Par Félix Dufour

Crédit Photo : Félix Dufour

Partager sur Facebook
Vu par vous
6126
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 19 + 7 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr
Michel Prugue, Alain Rousset et Xavier Fortinon à Haut-mauco dans les locuax du groupe coopératif Maïsadour Agriculture | 15/01/2021

Crise aviaire : Alain Rousset appelle à "sortir des certitudes"

Julien Denormandie dans les Landes Agriculture | 09/01/2021

Crise aviaire : déjà 600.000 canards abattus dans les Landes, bien d'autres à venir

Signature du Pacte alimentaire Nouvelle-Aquitaine Alain Rousset et Fabienne Bucchio Agriculture | 07/01/2021

Agriculture, transformation et distribution s'engagent sur un Pacte régional de l'alimentation

Les représentants des syndicats Modef et Confédération paysanne en colère contre la gestion de la nouvelle crise Influenza aviaire 2020 Agriculture | 06/01/2021

Influenza aviaire : la fièvre de la colère monte dans les élevages landais

Denis Vicentini Comin Industrie Agriculture | 06/01/2021

Concours Agrinove : Que sont-ils devenus ? Denis Vicentini lauréat 2015 (épisode 1/4)

Luc Servant et Cédric Tranquard Agriculture | 20/12/2020

Cédric Tranquard prend l’interim de la Chambre d’agriculture 17

Luc Servant, président de la Chambre régionale de l'agriculture Nouvelle-Aquitaine Agriculture | 15/12/2020

Luc Servant élu président de la Chambre régionale d’agriculture

Christophe Congues et Philippe Saux, Président délégué et Directeur général du groupe coopératif Euralis Agriculture | 15/12/2020

Le groupe coopératif Euralis sauve 2020

Elevage de canards prêts-à-gaver dans les Landes Agriculture | 08/12/2020

Landes : la présence d’influenza aviaire confirmée

Elevage de canards prêts-à-gaver dans les Landes dans un bâtiments 900 m2 aux normes de la biosécurité Agriculture | 07/12/2020

Forte suspicion de grippe aviaire dans les Landes

Jonathan Lalondrelle et Gaëtan Bodin Agriculture | 30/11/2020

Installation et accès au foncier : Interview croisée de Gaëtan Bodin, Président Jeunes Agriculteurs Nouvelle-Aquitaine et Jonathan Lalondrelle, Secrétaire général JA Nouvelle-Aquitaine

Pierre Saint-Jean Agriculture | 20/11/2020

Les bénéfices possibles du confinement pour les agriculteurs

Antonio Marquès et son innovation Agriculture | 06/11/2020

Un process innovant pour protéger les cultures lauréat du concours Agrinove

Henri Biès-Péré, vice-président de la FNSEA Agriculture | 04/11/2020

Interview d’Henri Bies-Péré, n°2 de la FNSEA : « Cette PAC permet d’accompagner le virage que doit prendre l’agriculture, dans la durée, en souplesse. »

Lurrama 2020 Agriculture | 04/11/2020

L'annulation de Lurrama 2020, un crève-cœur pour le monde agricole basque